14 mars 2019

Un rejet total de la théorie du Réchauffement climatique (première partie)

Ce 14 mars le Conseil Communal de Renens examine un postulat décrétant à Renens la mise en place d'un plan climat. Ce genre de texte - dans la continuité d'un texte similaire adopté au niveau du Canton, on a les élus qu'on mérite - réclame un état des lieux des émissions de CO2 et un plan, avec objectifs chiffrés et méthodes de mise en œuvre pour réduire nos émissions.

Le totalitarisme écologique est en marche. Au vu de l'énergie déployée pour le matraquer dans tous les esprits helvétiques, les fruits de cette fuite en avant seront certainement récoltés lors des élections fédérales de l'automne.

Mais, échaudé par plusieurs interventions visant à préparer le terrain, je me suis dit qu'il fallait protester. Fut-ce seul, et même le dernier, je serais l'homme qui dit Non. Gageure: essayer de désamorcer l'hystérie climatique dans le temps imparti pour l'intervention à la tribune d'un Conseiller Communal.

Voici donc mon humble tentative, qui suscita de nombreux remous. Le texte prononcé ne contenait évidemment pas de liens mais puisque Internet le permet, autant s'en servir!

 


 

Mesdames et Messieurs,

Le Réchauffement Climatique - Pardon, le Changement Climatique - Pardon, le Dérèglement Climatique, est à nos portes. Sonnez le tocsin! Réclamez l'état d'urgence! "La maison brûle et nous regardons ailleurs", déclamait le Président français Jacques Chirac au Sommet de Johannesburg en 2002, il y a à peine dix-sept ans, sous la plume d'un certain Nicolas Hulot.

Dix-sept ans. M. Chirac faisait référence au bon vieux Protocole de Kyoto signé cinq ans plus tôt dans la foulée du premier rapport alarmiste du GIEC, l'organisation politique, et surtout pas scientifique, en charge du climat au sein de l'ONU.

L'hystérie climatique fêtera bientôt ses trente ans. Elle est plus ancienne que la chair à canon écolière que les enseignants envoient dans les rues. Mais elle marche! Elle marche comme jamais! Et je comprends qu'on l'aime et qu'on en redemande. Voir tous ces pauvres gens militer et scander pour réclamer qu'on leur inflige plus d'interdictions et de taxes, pour un politicien de gauche, une réussite pareille doit mettre la larme à l’œil! Tout cela pendant qu'à Davos on vient en jet privé pleurer à chaudes larmes sur la planète. 1500 vols de jets privés lors de l'édition 2019 du Forum de Davos, qui durait une semaine. Un nombre en hausse de 15% par rapport à l'année précédente! Oui, l'inquiétude climatique atteint tous les records.

J'espère que de nombreux élèves se délecteront de leurs voyages d'étude en train pour que des gens plus importants qu'eux puissent continuer à vivre dans un confort digne de leur statut. Voilà l'essence même du combat climatique.

Pour combattre le méchant climat, il est essentiel que chacun sache où est sa place. La place de la Suisse est facile à deviner: le bon élève sacrificiel, comme d'habitude. Alors que notre pays est l'un des plus propres du monde, il faut se saigner aux quatre veines pour faire encore mieux - réduire de moitié d'ici 2030 nos émissions de CO2 par rapport à 1990. Nous nous y sommes engagés, paraît-il.

À quoi cela sert-il ? Strictement à rien. Le monde entier s'en fiche. Quant aux effets sur le climat, c'est encore pire. Thomas Matter, Conseiller National, rappela à Berne que si la Suisse réduisait ses émissions de CO2 à zéro, "la température du globe n’en serait pas modifiée d’un millionième de degré." La Chine, de son côté, "émet une telle quantité de CO2 que le 1er janvier à midi déjà, ce pays atteint le taux d'émissions annuel de la Suisse."

L'individu doté d'un zeste d'esprit critique, s'il en existe encore, pourrait penser que réduire la pollution chinoise pourrait avoir plus d'effet que de s'acharner inutilement ici. Mais non. Les fameux Accords de Paris érigés en texte sacré de la nouvelle religion réclament des sacrifices de notre part, mais aucun de la Chine. La Chine, elle, n'a qu'à "stabiliser ses émissions de CO2", quelque part vers 2035. Une injustice dont les défenseurs de l'environnement s'accommodent décidément fort bien.

Mais tout cela n'a aucune importance, et je vous l'expliquerai dans une prochaine intervention. Pour conclure, quelques chiffres: notre pays représente 0,03% de la superficie mondiale et 0,11% de sa population. Renens représente 0,0071% de la superficie de la Suisse, et 0,24% de sa population.

Je suis sûr que Gaïa attend le Plan Climat de Renens avec impatience.

Oh, je sais, "les petits ruisseaux font les grandes rivières", "il n'y a que le premier pas qui coûte", les proverbes ne coûtent pas cher lorsqu'il s'agit de faire passer le suppositoire. On n'emploiera pas en revanche "un sou est un sou" ou "je ne crois que ce que je vois", parce que l'apocalypse se fait attendre. En attendant, l'argent des indulgences climatiques n'est pas perdu pour tout le monde.

Je vous remercie.

Commentaires

Seuls les poissons vivants remontent le courant...mais il y a beaucoup de poissons morts autour de vous. Bravo, on vous soutient. De loin...

Écrit par : Géo | 15 mars 2019

Plusieurs problèmes dans cette thématique.

Problème 1, la réalité ou non du réchauffement: on peut effectivement constater à l'échelle d'une vie humaine un "réchauffement", mais est-ce pertinent sur les longues durées et peut-on être sûr qu'il soit dû à l'activité humaine (s'il était avéré), non à mon humble avis.

Problème 2, les vrais problèmes écologiques: le "réchauffement" masque malheureusement de véritables catastrophes écologiques qui se déroulent tranquillement sous nos yeux, à savoir l'effondrement quasi cataclysmique de la diversité biologique (il n'y a par exemple presque plus d'insectes dans la Plaine du Rhône) et la pollution chimique des sols.

Problème 3, l'exploitation sociétale du sujet: comme le réchauffement de la planète, avéré ou non, est un problème global, comme tous les problèmes globaux, il attire les "globalistes" et leurs "agendas secrets".
Je ne décrirais pas ces "globalistes" pour diverses raisons, mais j'évoquerais seulement et très brièvement leur objectif stratégique: détruire le monde blanc (jamais un mot par exemple sur la démographie délirante en Afrique ou la pollution en Asie).

Écrit par : UnOurs | 15 mars 2019

UnOurs@ Vous tournez autour du pot. La population humaine de la Terre ne devrait pas dépasser 3 milliards d'habitants, nous en sommes à bientôt 8.
(Philippe Roch, ancien chef du service de l'environnement suisse). Mais bon, les humains vont dans la bonne direction. La guerre entre civilisés et musulmans se précise chaque jour davantage.
Cela va sérieusement diminuer les effectifs...

Écrit par : Géo | 15 mars 2019

Excellente intervention, merci, merci.
On en aimerait de ce genre au Grand Conseil et au Conseil national. On peut toujours rêver, ça ne coûte rien...

Écrit par : petard | 15 mars 2019

Où l'on est quasi certain que la responsabilité de l'Homme est engagée, c'est dans l'évolution démographique galopante de son espèce; ce qui est fortement nuisible pour la biodiversité.

"Normalement", la nature se charge de réguler le problème lorsque la coupe est pleine. Sauf que l'Homme s'est mis à tricher avec elle... même s'il finira par le payer chèrement.

Oui, dans un passé pas trop lointain, on claquait d'un AVC ou d'une crise cardiaque lorsqu'on bouffait trop gras ou qu'on picolait outre mesure. Oui, c'était dix, vingt ans de vie en moins pour les fumeurs invétérés avant la guerre anti-clopes. Oui, Le sida est d'abord venu s'occuper de ceux qui ne s'accouplaient pas selon le schéma voulu par la nature. Oui, le cancer se charge de régler le compte à tous ceux qui s'empoisonnent de diverses manières.

Oui, la nature veille au grain; si on la provoque, si l'on ne va dans son sens, elle n'a pas d'état d'âme.

Écrit par : petard | 15 mars 2019

PS: deux paramètres généralement oubliés par les "guerriers du climat":

1: la non-taxation du kérozène.
2: la non-taxation du fuel maritime.

https://newatlas.com/shipping-pollution/11526/

https://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-1229857/How-16-ships-create-pollution-cars-world.html

Donc, ce n'est pas parce que Chloé ira acheter son quinoa équitable en vélo électrique (en vélo "nucléaire" faudrait-il dire) que la pollution globale va beaucoup changer DANS LES FAITS, quand des paramètres proprement titanesques sont juste "oubliés".

Écrit par : UnOurs | 15 mars 2019

L’écologie, le communisme du XXI siècle.

Écrit par : Rastapopoulos | 17 mars 2019

Ce rappel des paroles prophétiques de notre petit Nicolas, nous offre la possibilité -rare- de pouvoir recouvrer notre bonne humeur.
Qui peut nier; avec de tels experts, que notre planète ne tourne plus rond ?
Oser s’attaquer au dérèglement climatique, psalmodié par nombre de cerveaux non climatisés, est osé; mais raisonnable, quand on entrevoit que notre planète ne vit ses tourments au jour le jour, et que les scientifiques disposent de bien minces données sur le suivi de ceux-ci.
Comme pour toutes les mobilisations générales, de triste mémoire, s’enrôler ainsi pour marcher au pas, lorsque par chance on n’y est encore forcé, relève pour le coup d’un véritable dérèglement -mental, celui-là- auquel il est bienveillant de vouloir porter remède.

Écrit par : Yes-Comment | 17 mars 2019

http://www.visualcapitalist.com/electric-vehicle-sales/

Écrit par : rabbit | 17 mars 2019

Non en fait une des plus grandes perturbation écologique causée par l'homme est l'importation d'espèces étrangères qui menacent les espèces locales : un problème de "diversité" et de "migrants"!

D'ailleurs après avoir pendant des années dénoncé ce risque (quitte l'exagérer en considérant toutes les espèces importées comme envahissantes), les écolos sont prêts à promouvoir... l'importation d'espèces de prédateurs pour remplacer les pesticides!!!

Ce sont les mêmes "écolos" qui après avoir pendant des années dénoncé le labour comme détruisant la vie de sols (les désagrégeants, augmentant l'érosion...) sont aujourd'hui prêts à en vanter les mérites pour remplacer le glyphosate!

Écrit par : simple-touriste | 17 mars 2019

Climat ou pas, la pollution de l'air comme sonore, entraîne une série de maladies et diminue l'espérance de vie.
Qu'importe la polémique du climat, lorsque la voiture électrique sera au même coût que les voitures à combustion, je doute que les habitants des villes, accepteront longtemps de se faire empoisonnés.

Les partis qui ne tiendront pas compte de ces pollutions seront sanctionnés électoralement.
Au-delà du climat, c'est une qualité de vie qui est en jeu. Etre sceptique n'est pas une raison pour ne rien faire.

Que la droite soit sanctionnée, c'est la moindre des choses, pour des partis qui se moquent de la vie du citoyen avec une idéologie purement économique.
La pollution n'a pas de couleur politique, mais l'aveuglement si.

Vous voulez être le dernier des Mohicans à soutenir la pollution, pas de quoi d'être fier. Vous devriez encourager une meilleure qualité de vie dans votre commune en encourageant notamment la voiture électrique.

Par idéologie l'UDC est anti-écologie, tant mieux pour la droite concurrente. Je doute que le PLR continue de vous accompagnez dans cette obstination.

Écrit par : motus | 19 mars 2019

Excellent billet quand au terme hystérie collective on ne pourrait trouver mieux
L'information au sujet de la transformation des aliments pour les ruminants qu'elle soit vraie ou fausse on peut aussi penser que pour vendre de la viande de moutons certains sont prêts à inventer n'importe quoi
Et si elle est vraie on va nous faire croire qu'il ne faut jamais jouer avec la santé des citoyens quitte a mettre celle des bovins en péril
Quel monde de ploucs
Bonne journée Monsieur Montabert

Écrit par : lovejoie | 20 mars 2019

@Géo: je suis désolé je ne peux pas publier votre long commentaire, par trop hors sujet.

@motus: merci de venir nous montrer l'angle d'attaque typique et dégueulasse d'une certaine gauche dont vous vous faites le porte-parole: "Vous voulez être le dernier des Mohicans à soutenir la pollution".

Parce que ne pas croire au réchauffement climatique, c'est vouloir la pollution?

À quel point faut-il avoir le cerveau réchauffé pour soutenir pareilles âneries!

La lutte contre le Réchauffement climatique n'a rien à voir avec la protection de la nature. Au contraire, elle se fait sur son dos, étant donné qu'il est plus important de préserver la planète du prétendu réchauffement que de sauvegarder nos paysage.

Un exemple pour illustrer parfaitement ce phénomène: les éoliennes.

Et comme la lutte contre le Réchauffement climatique n'a rien à voir avec la protection de la nature, elle détourne les moyens financiers et l'attention de véritables problèmes de la nature:
- la raréfaction des insectes et des oiseaux
- la pollution des sols
- les particules fines
- les 80% de la population planétaire qui se moque de l'environnement comme d'une guigne.

Ainsi, la manipulation la plus malhonnête, la plus honteuse et la plus indigne de tout le dossier du Réchauffement Climatique n'est pas lié à la fausse science qui le soutient, mais sans doute d'avoir détourner les préoccupations nobles de la jeunesse pour la préservation de la nature en faveur du mythe réchauffiste, tout cela au nom d'intérêts politiques et économiques.

Écrit par : Stéphane Montabert | 21 mars 2019

"Climat ou pas, la pollution de l'air comme sonore, entraîne une série de maladies et diminue l'espérance de vie."(motus)

A votre avis quelle est l'espérance de vie d'un Chinois aujourd'hui?

https://www.lesechos.fr/03/06/2018/lesechos.fr/0301751904121_l-esperance-de-vie-d-un-chinois-depasse-desormais-celle-d-un-americain.htm#

Bien entendu, on en reparlera dans quelques années. On verra les effets de la pollution des grandes villes. La source de production d'électricité en Chine est principalement le charbon. On y construirait deux centrales par jour. Selon Wikipédia la Chine a produit en 2016 un total de 2 360,5 Mtep (millions de tonnes équivalent pétrole) d'énergie primaire, dont 86,1 % de combustibles fossiles : 72,8 % de charbon, 8,5 % de pétrole et 4,9 % de gaz naturel ; 2,4 % d'énergie nucléaire ; 11,5 % d'énergies renouvelables : 4,8 % de biomasse (bois, biocarburants, ...)

"Qu'importe la polémique du climat, lorsque la voiture électrique sera au même coût que les voitures à combustion, je doute que les habitants des villes, accepteront longtemps de se faire empoisonnés."(motus)

A l'heure d'aujourd'hui, le recyclage des batteries serait quasi-inexistant.

https://www.impasse-electrique.fr/recyclage-des-batteries-vers-un-desastre-environnemental/

"Contrairement à ce qu’affirme le lobby du tout électrique, le recyclage des batteries est quasi-inexistant à l’heure actuelle. Et la ruée que l’on est en train de nous imposer vers les motorisations électriques ou hybrides pourrait se révéler être un véritable désastre environnemental demain."

"La fabrication de la batterie d’une voiture électrique (ou hybride) exige beaucoup de ressources énergétiques : Métaux, plastiques, circuits électroniques, mais aussi (surtout) terres rares. Le lithium qui compose les batteries est difficile à extraire et sa production pèse fortement sur l’environnement. Le concept de l’énergie propre est bien une mystification."

En regardant une conférence de Christian Gerondeau au Carrefour de l'Horloge, j'apprenais que PSA se lançait dans la fabrication des VE non pour des raisons "écologiques" mais pour des raisons mercantiles, la VE étant une niche.

https://www.youtube.com/watch?v=30FYh7qQfHY&t=300


Le réchauffisme anthropique est un substitut de religion:

https://www.youtube.com/watch?v=30FYh7qQfHY&t=1320

Écrit par : G. Vuilliomenet | 24 mars 2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.