14 juin 2019

Combats de femmes

Aujourd'hui, jour de l'anniversaire de Donald Trump, les syndicalistes et les gauchistes de Suisse (pardon pour le pléonasme) choisirent de décréter la Grève des Femmes.

La Grève des Femmes fut un événement organisé avec une précision toute helvétique, avec programme imposé, couleur imposée, lieux imposés et festivités imposées. Certains slogans furent imposés, mais pas tous, lors des ateliers créatifs de pancartes : on sait rester souple, tout de même.

greve_des_femmes.png
La Grève des Femmes dans le monde entier.

Certains quotidiens comme Le Temps firent l'effort didactique d'expliquer la Grève des Femmes urbi et orbi, mais quel intérêt? Personne ne lit Le Temps hors des frontières, et bien peu encore en Romandie. Ce genre d'article n'a aucune vocation informative ; il vise seulement à donner une bouffée d'orgueil à ceux qui pensent être les phares du monde...

C'en est presque dommage: une vraie Grève des Femmes mondiale aurait eu une certaine allure. Il aurait fallu une réelle audace pour monter une Grève des Femmes à Ryad ou à Nouakchott. Cela aurait suscité un réel respect, et une réelle prise de risques, comme en témoigne cette galerie de portraits de femmes, brûlées à l'acide, qui ont eu l'audace de s'opposer au patriarcat là où celui-ci est une réalité:

femmes_liberées.jpg
Si vous n'aimez pas le système patriarcal occidental, vous allez adorer celui-là.

Ces dames (toutes des Pakistanaises si de tels détails vous intéressent) ne demandaient pas un salaire égal, mais juste de ne pas être violées ni mariées de force. Quel égoïsme!

Eh oui, loin des fantasmes du syndicalisme nombriliste, il y a bien des lieux dans le monde où la lutte pour l'égalité des femmes est un combat réel, et loin d'être acquis. Ne vous inquiétez pas, grâce à l'enrichissement multiculturel, ces défis sont bientôt à notre porte.

Voilà à quoi je pense lorsque quelqu'un évoque devant moi "l'égalité des sexes". Pas vous? Dans ce cas, peut-être que vous devriez consulter autre chose que les nouvelles locales et de saison.

Mais revenons au luxueux combat du jour.

L'opération Grève des Femmes fut, bien entendu, un "succès". Comment pourrait-il en être autrement? Les médias décrètent les vainqueurs et ils étaient tous acquis à la cause dès le début. Les pigistes les plus malins auront écrit leurs articles bien avant la date fatidique. Depuis quelques jours, ils se vautrent dans la facilité: l'organisation de l'événement, l'excitation avant le jour J, les comptes-rendus "minute par minute" (comme face à une situation de crise) et, ces prochains jours, l'incontournable débriefing avec les interviews de ceux-pour-qui-ça-a-tout-changé et les organisatrices émues qui annoncent, poing brandi, qu'on fera évidemment encore mieux l'année prochaine.

De la vraie news débitée à rythme industriel, droit sortie de sa boîte de conserve.

Une bonne partie sera probablement réutilisable l'année prochaine, il n'y aura qu'à changer la date. Et si la ficelle est trop grosse on fera des rétrospectives Que sont-elles devenues? et le tour sera joué.

Attardons-nous sur le "succès" de la Grève des Femmes. Que signifie-t-il? Combien de femmes ont été augmentées aujourd'hui suite à leur décrochage professionnel et à leurs manifestations revendicatives? Probablement aucune. Niveau politique, il n'y a rien à obtenir non plus: l'égalité est inscrite dans la loi depuis des lustres. Et il me semble peu probable que des employeurs voient d'un meilleur œil les femmes descendues dans la rue ce 14 juin.

visuelfC3A9ministeensemble63-448x293.pngJe n'ai pas réussi à voir grand-chose de la Grève des Femmes. En déambulant à Genève, j'ai juste aperçu un groupe d'une dizaine de femmes qui avait "séquestré" avec des rubans violets une place - revendiquant avec des affichettes la captation de l'espace public, sans trop concevoir le rapport avec leur cause. Les pauvres femmes tentaient de faire un pique-nique (que je suppose citoyen, festif et de combat) mais sous la pluie le résultat était assez pitoyable. Assises comme elles étaient sur des bouts de tissus trempés à ouvrir leurs tupperwares solidaires tout en tenant des parapluies, elles donnaient plus l'impression de lutter contre les éléments que contre le Patriarcat.

Je me disais: quelle magie tout de même que cette mobilisation qui force des gens à pique-niquer sous la pluie alors qu'il aurait été tellement plus sympathique, si ces femmes se connaissaient, de se livrer à ce genre d'activité un jour de beau temps! Mais il n'y aurait pas eu le petit côté politique qui transcende le tout, j'imagine. C'est clair qu'en les voyant, le Patriarcat reculait, pris de terreur.

Plus tard, une femme me fit une remarque astucieuse: "j'ai quand même l'impression que ces histoires de grève pour le climat ou de grève pour les femmes sont des détournements artificiels... Comme si on montait des sujets de toute pièce pour cristalliser le mécontentement en le détournant des vrais problèmes..."

Il est vrai que la dérive des coûts des loyers ou de l'assurance-maladie obligatoire dépassent de beaucoup tout ce que les statisticiens pourront jamais essayer de prouver comme différence salariale entre les sexes, mais aborder ce sujet n'est politiquement pas porteur pour les politiciens de gauche, alors laissons tomber, voulez-vous?

À la place, scandez avec moi: Grève des Femmes! Grève des Femmes!

Verrons-nous un monde - allez, juste une Suisse - où les femmes n'accepteront plus de se laisser instrumentaliser par la gauche et les syndicats? Ça, ce serait une véritable révolution.

Commentaires

La seule grève valable serait la grève du sexe, si tant est que les hommes soient plus demandeurs que les femmes en ce domaine.
Sinon, elles peuvent s'arranger entre elles.
D'ailleurs, certaines le font déjà en dehors de toute grève.

Écrit par : AP34 | 15 juin 2019

"He-reux", "he-reux", comme vous pouvez pas savoir… que nos chères moitiés sont descendues dans la rue pour sommer la société de reconnaître que la femme est l’égale de l’homme.

C’était le fin moment qu’elles se solidarisent avec le plus grand nombre d’entre-nous. Parce que ça fait un bail qu’on défend par vents et marées la légitimité du fifti-fifti ou du 50/50 dans le couple…

Finies donc ces majorités sexistes d’hommes ou de femmes en petits ménages… D’ailleurs, généalogiquement, c’est quand-même comme-ça que c’était prévu: une clé, une serrure !?

Écrit par : petard | 15 juin 2019

«Lysistrata», comédie d'Aristophane écrite il y a 2'430 ans : ça, c'est une grève qu'elle traverse les siècles !

Écrit par : rabbit | 15 juin 2019

Des clitoris en statue, des dessins de vulve..... mais a-t-on prononcé une seule revendication, un seul mot, un seul souffle au sujet des mutilations génitales féminines (oui, exclusivement féminines) ?

En ce moment même, des milliers de petites filles sont en train de hurler de douleur parce qu'on est en train de leur sectionner la partie la plus sensible de leurs corps, sans anesthésie et sans désinfection, sans stérilité. Chez nous, ça se fait aussi, mais probablement dans de belles cliniques privées bien propres.

En ce moment même, des milliers de femmes sont en train d'accoucher dans la douleur, parce qu'on leur a décousu leur vulve après l'avoir cousue pour la fermer et cela autant de fois qu'elles ont des enfants. Je me demande si on doit les découdre avant chaque copulation.....

Écrit par : Arnica | 16 juin 2019

Les féministes sont de gauche, elles sont mondialistes et immigrationnistes.
Elles savent pourtant que l'immigration en Europe est, et restera, à majorité musulmane.
Et elles savent tout autant qu'Allah et le coran ne sont pas pour l'égalité des sexes, et ne le seront jamais. Chez eux, c'est : chaque sexe à la place qui lui revient.
Les féministes sont donc pour l'importation de leurs bourreaux.
Une contradiction qui ne semble choquer personne !

J'ignorais que certains hommes pouvaient être plus féministes que les féministes.
Un de leurs représentants ici dit : "La femme est l’égale de l’homme".
Non, elle n'est pas son égale, elle est sa moitié, grosse nuance !
D'ailleurs, c'est ce que lui-même admet en écrivant : "la clé et la serrure".
Les deux sont-elles égales ? Non, elles sont complémentaires, et ne peuvent fonctionner que l'une avec l'autre.
Ce simple postulat n'est pourtant plus une évidence, et devient même incongru :
deux clés, ou deux serrures, se collent aujourd'hui ensemble, elles le revendiquent, elles en sont fières, elles prétendent même ainsi pouvoir aussi bien ouvrir, que fermer, les portes (métaphore pour la PMA, et bientôt la GPA).

Écrit par : AP34 | 16 juin 2019

Pas facile de regarder en face la barbarie.
Excision, mutilation, agression, viol : les femmes dès leur naissance sont exposées à la barbarie.
Une barbarie qui ne tient là une des journaux, tant elle est accablante pour notre inhumanité. Toutes ces sordides attaques sont ainsi cadenassées, quand l’immense majorité des barbares demeurent en liberté.
Nos sociétés contemporaines se payent de principes et de mots, mais laissent saccager la beauté des femmes, en prétendant défendre leurs droits.
Il est temps que nos grands acteurs de pacotille « démocratiques », prennent conscience que tout pacte avec le diable mène à l’enfer.
Il est temps qu’ils regardent la barbarie en face, pour l’agresser et la défigurer.

Écrit par : Yes-Comment | 16 juin 2019

@AP34

«J'ignorais que certains hommes pouvaient être plus féministes que les féministes.»

Hum ! ...disons que les 2e° ou 3e°, c'est pas votre tasse de thé... dommage que vous n'ayez pas compris le sens de mon petit com. :-)

Enfin, vous m'apprenez quelque chose, j'ignorais que la manif des filles c'tait aussi celle des "vanille-fesse-mocaca-pissetache"...

Écrit par : petard | 16 juin 2019

La médecine est-elle violente envers les femmes ?
lundi 3 novembre 2014 par Marc Girard
http://www.rolandsimion.org/spip.php?article318

Écrit par : simple-touriste | 17 juin 2019

L'Association Suisse pour les Droits de la Femme n'était absolument pas de gauche.
A ne pas confondre avec le MLF mais, à Lausanne, leur CREDO en disait long: "Bosser avec les ouvrières dans le cadre du MLF, oui."
"Les inviter à partager nos loisirs, non."

Idem, "selon les paroisses", pour les JP (jeunes paroissiens): pas d'apprentis avec nous, étudiants.

Catholicisme: la JEC, jeunesse estudiantine.
La JOC, jeunesse ouvrière.

Un commentateur reprend le terme de "moitié" s'agissant d'une femme, épouse également.

Non. Une femme est un être humain à part entière: Jésus, autrement plus ancien que les suffragettes, demande à Pierre de ne pas écarter une femme, Marie, de la communauté, car "tout comme toi elle a une âme." (Evangile de Thomas.)

Malheureusement c'est en tout et pour tout et par tout que sévit la loi du plus fort.

Les animaux souvent la femelle s'occupe des petits.
Le mâle n'est pas un père, un papa, assumant la famille.

Les oiseaux, eux, construisent leurs nids et nourrissent leurs petits.

Il faut pouvoir gagner sa vie mais les problèmes qui se posent aujourd'hui soit l'effondrement de notre civilisation dans l'urgence demandent bien d'autres mobilisations...

Lorsque un couple a son jeune enfant qui fait une fugue, les deux parents sont dans l'état que l'on imagine mais elle, la maman, le voit déjà mourir de faim alors que lui, le papa, subit en outre une blessure d'amour propre.

Une fois la crise dépassée s'il doit y avoir des séquelles, pour elle, la maman, une éventuelle tumeur au sein.
Pour lui, le papa, éventuelle atteinte à ses os.

Nos différences entre hommes et femmes ne sont-elles pas notre (fabuleuse) richesse?

A préserver.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 17 juin 2019

Juste une remarque : en publiant ces photos, vous seriez condamné en France comme l'a été Marine Le Pen, pour les mêmes raisons...
Qu'on se le dise et qu'on se le rappelle...
Nos ennemis, ce sont certes les tenants de l'idéologie extrémiste arabe dite "islam" mais aussi leurs suppôts ici en Occident...

Écrit par : Géo | 17 juin 2019

Cher Monsieur Montabert,

Ce que vous dites est parfaitement exact et nous vous en remercions. Vous êtes une des rares personnes à oser pointer du doigt les dérives fascisantes de tous ces pseudo-antifascistes qui sont les pantins du système qu'ils croient combattre.

En fait ce mouvement provient de ce qu'on appelle les postmodernistes, mais la plupart d'entre eux ne le savent même pas. Voici une courte vidéo de 5 minutes en anglais où le Dr. Jordan Peterson, éminent Professeur de psychologie de l'Université de Toronto, décrit très bien, point par point, tous leurs méfaits, en particulier dans les collèges et universités. Il faut la partager autant que possible. Il faudrait même la sous-titrée en français.

https://www.youtube.com/watch?v=LquIQisaZFU

De plus, tous ces "militants" sont les idiots utiles du système mondialiste-capitaliste et donc de la haute finance, qu'ils croient justement combattre. C'est ça le plus drôle!

Prenons un exemple tout simple: la supression des frontières et l'immigration massive.

Pour ce qui est de la supression des frontières, la haute finance et les multinationales ne demandent pas mieux, car pour elles l'absence de frontières implique l'absence ou la diminution de frais de douane pour toutes leurs importations et exportations.

Quant à l'afflux massif d'immigrants, il:
-leur fournit un main d'oeuvre très bon marché

-leur permet ainsi de tirer la salaires des pays européens vers le bas, car si les ouvriers européens se plaignent ou demandent un augmentation, on engage des immigrants moins chers à la place. Bref, on en arrive à une sorte d'esclavage moderne.

-leur permet de faire plus de profits, car plus il y a de monde, plus on consomme, plus les usines tournent et produisent. Même si les migrants ne travaillent pas ils consomment quand même et tous ces capitaines d'industrie se moquent pas mal que tout cela soit payé par les impôts de citoyens qui ont souvent ont de la peine à boucler le mois.

Prenons encore un autre exemple: la prétendue émancipation des femmes par le travail. Elle a été orchestrée par les milieux financiers qui ont soutenu des mouvement féministes pour y arriver.

Pourquoi me direz-vous?

Eh bien, tant que les femmes n'allaient pas travailler, elles ne payaient pas d'impôts et consommaient donc moins!

Ecoutez donc cette courte vidéo dans laquelle le courageux producteur Aaron Russo raconte les confidences qui lui ont été faites par un membre de la famille Rockfeller, à savoir que le féminisme a été créé et financé par eux et leurs amis pour deux raison principales:

1) On ne pouvait pas taxer la moitié de la population, c'est à dire les femmes, avant la libération de la femme. Désormais elles vont travailler plutôt que de rester chez elles et payent donc des impôts et consomment davantage.

2) pouvoir mettre les enfants à l'école plus tôt et ainsi mieux les endoctriner, détruire la famille traditionnelle, si bien que les enfants considèrent que c'est l'Etat qui est leur famille.

Voici cette vidéo:

https://www.youtube.com/watch?v=zCpjmvaIgNA

Bref, ce n'est qu'une partie du plan des mondialistes, comme Macron qui vient d'abaisser l'âge obligatoire d'entrée à l'école.

Il va de soi que les femmes ont le droit de travailler si elles le veulent et ont droit à un salaire égal à celui des hommes, mais il est intéressant de savoir qu'elle sont les motivations qui se cachent derrière tout ça à l'origine.

Le plus drôle c'est que les femmes de gauche jouent en fait le jeu du grand capital sans même le savoir! Alors quand elle défilent en disant quelles sont anticapitalistes, elles se trompent lourdement, car elles le soutiennent.

Quant à la folie du climat, je vous conseille par exemple ce bref reportage de cette jeune Youtubeuse, qui nous montre qui se cache derrière Greta T.:

https://www.youtube.com/watch?v=6Jujrmiyn18

Finalement, toujours par le mêmes jeunes, ne manquez sous aucun prétexte cette vidéo INCROYABLE qui devrait vous intéresser et vous inspirer un billet sur le sujet.

Ces jeunes you-tubeurs ont été invité par l'UE pour les convaincre de faire de la propagande pro-UE, mais ces jeunes (très courageux!) ne sont pas bêtes et ont tout enregsitré et filmé. Le résultat est simplment incroyable. Les officiels de l'UE avouent qu'ils font des listes de ceux qui osent critiquer l'UE par exemple sur FB etc. et transmettent ensuite leurs noms à leurs gouvernements pour les faire surveiller. On se croirait dans 1984, comme le disent d'ailleurs ces jeunes. Ecoutez-la avant quelle ne disparaisse (car ça devrait être le cas) et faites-en une copie si vous le pouvez:

https://www.youtube.com/watch?v=_JKKgy4NOWc

Une courte suite se trouve ici, où l’UE parle très officiellement de Darth Pu-tin, comme Dark Va-dor le grand méchant dans la guerre des étoiles!:

https://www.youtube.com/watch?v=n0x95rHkw2o

NB: Parmi les slogans de ce weekend, voici le plus drôle:

"Post tenebras vulvas!"

Malheureusement, celles qui l'ont composé sont des ignorantes, car on attendrait "Post tenebras vulvae" avec un nominatif non pas un accusative! De même, l'on dit "Post tenebras lux" et non pas "Post tenebras lucem"! N'est pas latiniste qui veut, surtout de nos jours!

Écrit par : Acharat | 18 juin 2019

Chaque semaine, 2 à 3 jeunes filles (les connues) sont épousées de force en Suisse (suffisamment local?)

Écrit par : Paolo | 18 juin 2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.