29 juin 2019

Un rejet total de la théorie du Réchauffement climatique (troisième partie)

Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire, mais c'est le devoir de l'honnête homme de les énoncer. Le Conseil Communal de Renens eut donc à endurer un premier épisode resituant le ridicule de la "lutte" contre le réchauffement climatique en Suisse, et un deuxième épisode remettant en question la théorie elle-même. Mais il restait un point en suspens: cui bono, à qui profite le crime?

réchauffement climatique,mensonges

Le texte suivant, douloureux pour les collectivistes bien décidés à exploiter les théories réchauffistes, a été présenté jeudi 27 juin en entraînant les glapissements de circonstances. Les réactions outrées, comme d'habitude, s'attaquèrent au messager et à ceux qu'il cite plutôt qu'à ses arguments. Comme je le précisais moi-même à une interlocutrice peu inspirée qui m'accusa "de tout inventer", n'hésitez pas à suivre les liens de cette version écrite.

 


 

Mesdames et Messieurs,

Je n'avais pas prévu de revenir devant vous pour parler de Réchauffement Climatique mais avec le thème de ce soir sur des Assises du Climat, vous m'obligez.

Les Assises du Climat? Le nom ronflant d'un nouveau projet de communication pour notre Commune, visant cette-fois ci à rassembler, fédérer, capter et enfin exploiter la "panique climatique" si soigneusement implantée dans notre jeunesse.

Cela les amène à des situations ubuesques, comme ces jeunes militants en tête de cortège contre l'Urgence Climatique le vendredi et, le dimanche, dans l'avion avec toute leurs camarades et leurs professeurs pour un voyage d'étude bien mérité. Peut-être sont-ils incohérents ; ou peut-être ont-ils déjà compris l'hypocrisie au cœur de la prétendue lutte contre le prétendu Réchauffement Climatique prétendument d'Origine Humaine.

Les adolescents de notre pays sont devenus d'un conformisme absolu vis-à-vis de ce que les médias et l'instruction publique ont décidé pour eux. Ils en sont arrivés à descendre dans la rue scander pour de nouvelles restrictions à leur liberté et de nouvelles taxes sur leur avenir. Mais ils ne sont pas les seuls.

Nous touchons là au cœur de la démarche, la raison pour laquelle tout ce cirque existe. Elle tient en quelques mots:

Le Consentement à l'Impôt.

Le Réchauffement Climatique est une invention merveilleuse, fantastique même, pour faire accepter aux gens une servitude qu'ils n'auraient jamais accepté autrement. Un concept aussi indémontrable que la température moyenne mondiale, des échéances si lointaines qu'elles sont à l'horizon de l'existence de chacun, une responsabilité diluée à l'échelle de l'espèce humaine, c'est l'excuse absolue!

Au nom de cette chimère, on sacrifie tout, on accepte tout, et on se fouette le dos.

Le plus grand crime commis par ceux qui propagent ce mensonge, en particulier auprès de la jeunesse, est sans doute de l'avoir substitué à la protection de la nature. Or, la lutte contre le réchauffement climatique, loin d'aider à préserver l'environnement, le détruit. La lutte contre le réchauffement climatique n'a que faire de la préservation de la biodiversité ou de la purification des sols. Ces objectifs ne sont pas "vendeurs" pour nos apôtres de l'apocalypse climatique.

Alors, à la place, on défigure les paysages avec des éoliennes, véritables hachoirs aériens décimant oiseaux et chauves-souris, et les routes goudronnées pour accéder aux sommets où elles sont installées. On bâtit de polluantes centrales à gaz pour suppléer aux éoliennes par manque de vent. On couvre nos toits à grands frais de panneaux solaires produits en Chine dans des conditions environnementales catastrophiques. On subventionne la mobilité électrique en fermant les yeux sur le bilan énergétique du cycle de vie des batteries...

Je n'entre même pas en matière sur le financement d'études scientifiques bidon, des marchés publics biaisés et des bourses d'échange de droit d'émission de carbone gérées par des mafias - de véritables rivières d'argent détournées de la protection de la nature.

Mais je ne suis qu'un modeste Conseiller communal dans une petite ville vaudoise. Écoutons ce qu'en dit quelqu'un de plus connu, selon qui les entreprises "vertes" n’existent que sur le dos des contribuables:

Le mouvement vert a créé des histoires qui suscitent la peur chez le public. Vous avez les médias qui sont leur caisse de résonance - des fake news - répétant à maintes reprises au monde entier que ça va tuer leurs enfants. Et ensuite vous avez les politiciens écolos qui se payent des scientifiques avec l'argent du gouvernement pour nous faire peur avec des documents d'apparence scientifique. Et puis vous avez les entreprises vertes. Et les gens qui aspirent à des rentes de situation et des entrepreneurs corrompus qui profitent de subventions massives, d'énormes déductions fiscales et de mandats gouvernementaux exigeant une fortune pour l'emploi de leur technologie. Et, bien sûr, vous avez des scientifiques avec les bonnes dispositions, tout accros qu'ils sont aux subventions gouvernementales.

Quand ils parlent du consensus de 99% [de scientifiques] autour du changement climatique, un chiffre aussi ridicule que faux, la plupart des "scientifiques" - un mot à mettre entre guillemets - qui avancent cette théorie catastrophique sont payés par l’argent public. (...) Les entreprises privées espèrent tirer quelque chose d’utile de la recherche, qui pourrait leur permettre d’obtenir de meilleurs produits et d’en tirer profit. [Mais] la plupart de ces soi-disant scientifiques ne produisent simplement que de la peur, exploitée ensuite par des politiciens pour manipuler l'esprit des gens et obtenir leur vote...


Selon cette personne, l'abomination qui se produit aujourd'hui dans le domaine du climat est la plus grande menace pour les Lumières depuis celles proférées contre Galilée. "Rien d'autre ne s'en rapproche. C'est le pire crime contre la science dans l'histoire de la science." Car Galilée nous a fait comprendre qu'il fallait observer les événements réels, et prédire et répéter ces observations encore et encore, ce qui est le fondement même de la méthode scientifique.

Mais ici, nous "prenons le pas sur la science avec la superstition et une sorte de combinaison toxique de religion et d'idéologie politique. Il n'y a pas de vérité là-dedans. C'est un canular et une arnaque complète", conclut-il.

L'interview est disponible en anglais et en intégralité sur le site de Breibart News. Ses positions sont aussi citées dans la presse anglaise.

Mais je n'ai pas encore précisé qui est ce mystérieux orateur ; il s'agit de Patrick Moore, cofondateur et ancien président de Greenpeace.

Il y a là, je pense, matière à réfléchir.

réchauffement climatique,mensonges

Commentaires

Et en France, il n'y a pas que des gilets jaunes :
http://www.contrepoints.org/2019/06/29/347924-du-communisme-a-la-collapsologie-une-utopie-en-remplace-une-autre

Écrit par : rabbit | 29 juin 2019

Cette interview (59 min) de François Gervais, physicien spécialiste du climat, à propos de son livre : "L'urgence climatique est un leurre" (L'Artilleur, octobre 2018), dit tout ce qu'il faut savoir sur ce qu'il faut bien appeler une arnaque.
Arnaque qui, comme le dit l'article plus haut, n'est destinée qu'à créer du consentement à l'impôt, le casse-tête de toujours des politiciens qui, comme chacun sait, ont toujours besoin de plus d'argent frais pour leurs grands desseins.
https://www.youtube.com/watch?v=iK3G8wqqp_k

Écrit par : AP34 | 30 juin 2019

Ci-dessous, la réponse circonstanciée (1h30min) de François Gervais aux questions et aux critiques qui lui ont été adressées suite à sa conférence du 13 décembre 2018 "L'urgence climatique est un leurre" (cf. mon post précédent) :
https://www.youtube.com/watch?v=gfEucc2L1hM

Ici, un court exposé (17 min) très pédagogique des questions soulevées par les climatologues (CO2, production par l'homme, effet de serre) :
https://www.youtube.com/watch?v=R6eywXdssMw

Cette très récente vidéo d'Aldo Sterone sur le même sujet est également intéressante :
https://www.youtube.com/watch?v=unj41JGj2ig

Écrit par : AP34 | 01 juillet 2019

Comme vous avez malheureusement raison…

Je dis malheureusement, car les malheureux Croyants convertis au dogme du dérèglement climatique imputable à des Droits Humains non contenus, vont devoir déchanter.

Dans le canton de Vaud ils paieront davantage leur énergie propre pour la Tesla et le vélo électrique.

À Lausanne, ces dames du Château n’en pouvaient plus d’attendre de faire un petit pipi fiscal amical à leur attention. On soupçonne aussi, un geste citoyen demandé à ceux qui ont choisi l’énergie propre plutôt que l’énergie sale…

Et puis, il n’y a pas que ça… faudrait quand-même aussi se préoccuper du manque à gagner causé par ces « charognes » d’ampoules LED qui divisent par dix la consommation d’électricité…

Parce que… pour ceux qui ne le sauraient pas… Romande Energie et les « Majors» ne sont que les cache sexes de nombreuses collectivités publiques et caisses de pension qui ont investi vos retraites dans la production hydro-électriques… voire électro-nucléaire. Et elles attendent quoi en retour ces collectivités publiques ?

Exemple: cette nouvelle centrale de l’Hongrin construite au creux de la montagne près de Chillon, ça a coûté bonbon… et ça rapporte rien si le pognon des kWh ne rentre plus parce que vous becquetez végétalien ou croquez des sauterelles et des grillons tout en vous éclairant avec des LED branchées sur une batterie chargée par votre panneau solaire acheté chez Hornbach… Youpie Youpie Yé, hein !!!

Alors que va-t-il va se passer dans le futur ?

On ne paiera presque plus rien pour les kWh, puisque on en consommera beaucoup moins. MAIS alors…

Ce sera par l’abonnement à la prise et par le biais d’une ribambelles de taxes qu’ils ne manqueront pas d’inventer, que vous passerez à la caisse.

Cerise sur le gâteau: ce sera p’têtre même prohibé de consommer l'énergie produite par ses propres moyens… ou p’têtre qu’il faudra s’attendre à des taxes astronomiques à l’achat de panneaux solaires.

Rappelez-vous, dans le temps, ces impôts vicieux de la régie des alcools, sur la pomme et le kirsch…

Quoi qu’il arrive, on l’aura dans le…

Écrit par : petard | 02 juillet 2019

Bonjour Monsieur Montabert Cela fait depuis 2007 qu'on dit et redit que tout ce réchauffement climatique est un leurre
je pense mais c'est mon a vis qu'on ne devrait plus parler des ces gens qui passent leur temps à inventer des théories invérifiables juste dans le but de faire peur
Ils adorent nous faire monter en moutarde ,ignorons les ils finiront par se taire
Plus on en parle plus ils se sentent honorés comme les psychopathes
Par contre on sait aussi qu'à trop parler d'un problème plus personne n'y croit
J'avais lu que le fondateur de Grennpeace ne se sentait pas concerné par ce pseudo réchauffement mais il suit sans doute la mode en rejoignant le club des girouettes

Écrit par : lovejoie | 02 juillet 2019

On pourrait aussi associer ces groupes romantiques à la vogue des nouveaux mouvements religieux (“secte“ est trop restreint), nés en réaction au désenchantement du monde cher à Max Weber. À condition d'être un brin idéaliste, bien sûr; sinon le signal se dissout dans le bruit de fond ambiant.

Écrit par : rabbit | 02 juillet 2019

@ Rabbit en effet et quand on a vécu le dressage sectaire ses 8 premières années de vie on a qu'une envie c'est de prendre la terre de la secouer pour envoyer balader tous ces profiteurs et manipulateurs

Écrit par : lovejoie | 03 juillet 2019

Le précédent des économies d'eau en Fr : la consommation d'eau potable étant par définition trop élevée et pas éco Gaïa compatible, les politiciens ont fortement encouragé à installer des récupérateurs d'eau de pluie; les maisons ont récupéré l'eau des gouttières dans un grand réservoir plastique prévu à cet effet installé à grands frais.

Résultat, consommation d'eau potable sur l'année en baisse, mais max (un an, consommation par jour ou par semaine) inchangée parce que ces valeurs sont déterminées par les périodes où il n'y a pas d'eau à récupérer. Résultat les coûts de stockage/distribution de l'eau potable sont les mêmes alors que les volumes facturés baissent. D'où déséquilibre des comptes des régies d'eau.

Au final, les encouragements à stocker l'eau de pluie doivent être revus et les factures augmentées. Sans parler des impôts qu'ils auront payés pour financer les aides à s'équiper.

Écrit par : simple-touriste | 03 juillet 2019

Dans le domaine politique, tout comme dans le spirituel, circulent les mêmes peurs irrationnelles et terreurs superstitieuses qui déclenchent des réflexes moutonniers chez l'individu, affectant l'usage de sa pleine conscience. L'adhésion à une cause remplace l'esprit critique et le militantisme, la raison pure.

Écrit par : rabbit | 04 juillet 2019

Il y a des problèmes plus graves à traiter et plus urgents à résoudre que les variations cycliques d'un climat qui souffle alternativement le chaud et le froid.
Je m'explique.

Chacun peut l'observer et pourtant personne n'en parle: année après année, que ce soit dans les villes ou les campagnes, la population des mouches et des moustiques diminue de façon alarmante.
L'industrie des tue-mouches périclite. Les calandres de nos véhicules automobiles n'ont plus rien à gober.
Or, parole de spéciste repenti, mouches et moustiques sont nos frères et soeurs. Voulons-nous les voir disparaître de notre environnement? Voulons-nous nous priver de leur compagnie? Les mouches, en se nourrissant de matières fécales, pleines de nutriments, participent au recyclage des matières organiques. La vie sur terre pourrait-elle subsister sans elles?
Telle est la question primordiale que l'on doit aujourd'hui se poser. Il importe de réagir avant qu'il ne soit trop tard. Une fois de plus: que font nos autorités? Faut-il qu'une adolescente suédoise de 16 ans vienne leur expliquer le problème?

Écrit par : Mario Jelmini | 04 juillet 2019

Une très récente conférence (traduite en français) de John Christy, célèbre climatologue américain, qui n'est pas tendre avec les e(s)c(r)ologistes du GIEC :
https://www.youtube.com/watch?time_continue=1372&v=neIvOvNRgKE

Ces gens du GIEC font de la politique, pas de la science.

Écrit par : AP34 | 05 juillet 2019

En phase avec petard et Mario dans leurs styles respectifs éminemment personnels.

Écrit par : Pierre Jenni | 06 juillet 2019

Mario a parfaitement raison: la génération Z ne peut connaître le plaisir que nous avions dans les années 1950-60, à sprayer de l'insecticide le soir dans la maison pour éliminer les mouches et les moustiques et nous assurer un sommeil serein. D'ailleurs, nous étions rapidement pris d'étourdissements avant-coureurs de rêves en cinemascope. Les enfants adoraient ça! Mais il valait mieux éviter de fumer dans une pièce aux fenêtres fermées, en raison du risque d'explosion. Et pourtant nous sommes encore là...

Écrit par : rabbit | 06 juillet 2019

Dans les fermes bernoises il y avait - et il y a encore - une solution radicale contre les mouches à merde et les moustiques. Les paysans encombraient de géraniums leurs bordures de fenêtre... c'est extrêmement efficace !

Evidemment, chez les jeunes du moment, on voit ça que comme du folklore kitch de mauvais goût soutenu et encouragé par l'UDC... normal pour ces décervelés, l'«lard» UDC ça commence par Ferdinand Hodler et ça finit par Anker... et fermes bernoises et géraniums ça fait pas très Herzog et de Meuron

Écrit par : petard | 07 juillet 2019

Eh oui, Rabbit, c'était l'bon temps...
Hélas, tout fout l’camp...
Aujourd'hui, la seule espèce de mouches qui se porte bien, c'est celle de ces scatophages qui, profitant du laxisme des blogueurs qui laissent tout passer, viennent déposer leurs crottes sur leurs blogs.
Ah, s'il existait un spray pour s'en débarrasser...

À cet égard, compliment à M. Montabert: contrairement à tant d'autres blogueurs, il se donne la peine de lire et de trier les commentaires qui lui parviennent avant de décider de leur publication. Lui au moins a compris que "le blogueur est entièrement responsable de ce qu’il édite, y compris les commentaires" (http://blog.24heures.ch, en haut à gauche).
Ce que M. Salem, entre autres, n'avait pas compris. Ou alors, il avait compris mais s'en fichait. Résultat: il doit maintenant faire face à une plainte pénale en raison de plusieurs commentaires attentatoires à l'honneur qu'il a publiés sur son blog sans les filtrer.

Écrit par : Mario Jelmini | 07 juillet 2019

dixit Mario Jelmini :
"Chacun peut l'observer et pourtant personne n'en parle: année après année, que ce soit dans les villes ou les campagnes, la population des mouches et des moustiques diminue de façon alarmante."

Les insectes sont moins nombreux qu'il y a 10 ou 20 ans, en témoignent effectivement nos calandres de voiture après un voyage de quelques centaines de km, par exemple sur l'autoroute A6.
Une autre évidence est la diminution drastique du nombre d'oiseaux, et cela c'est plus récent (depuis 2 ans, cette année comprise). J'en veux pour preuve qu'il ne m'est plus nécessaire, aujourd'hui, de mettre des filets protecteurs autour de mes arbres fruitiers (près de Montpellier).
Les moustiques sont cependant, et hélas ! aussi nombreux que les années précédentes. J'appuie cette affirmation sur le nombre de piqures subies par ma femme chaque jour (entre 10 et 15). Ces moustiques sont très sélectifs puisque je ne suis, quant à moi, pratiquement jamais piqué. Je précise qu'il s'agit des moustiques tigre, une importation asiatique relativement récente, que l'on reconnait à leurs rayures jaunes.
Les guêpes de terre, bien connues dans la région, semblent également moins nombreuses cette année que les années précédentes.

Écrit par : AP34 | 07 juillet 2019

M. Montabert est devenu un pro de la com vraisemblable. Dommage de limiter sa puissance de feu à la chose politique, un art mineur, un sport trivial, voire une dépendance déplorable ou même un vice pervers.
En ce qui le concerne, M. Salem sera toujours M. Salem : un Chateaubriand du vallon de la Vuachère et un La Varende du terroir joratois. À sa décharge, je dirai que la division "blogs" de 24 Heures a été modifiée plusieurs fois au cours des douze dernières années. Lors de l'ultime remaniement, il a déclaré remettre les clés à une nouvelle équipe et ne plus être responsable de la gestion des pages. À voir le cimetière actuel, on comprend bien qu'il n'y a plus personne aux commandes depuis 2015 au moins. Le reste n'est que bilevesées, comme disait Maître Capelo.

Écrit par : rabbit | 07 juillet 2019

« une importation asiatique relativement récente, que l'on reconnait à leurs rayures jaunes.»

Aaaaah, le péril jaune... du boulot pour l'UDC. À quand l' initiative contre contre les moustiques étrangers ?

Écrit par : petard | 07 juillet 2019

Ce phénomène de diminution croissante du nombre des mouches (et des insectes en général, coccinelles comprises) comporte un aspect qu'il ne faudrait pas sous-estimer: l'être humain, privé de la "touchante" affection que lui témoignent ces créatures du bon Dieu, survivra-t-il au vide affectif qui se prépare? Car il ne faut pas se leurrer: le réchauffement climatique ne sera pas suffisamment chaleureux pour combler ce vide.

Un autre catégorie de nos animaux de compagnie préférés disparaît peu à peu (par exemple: de l'encadrement de nos fenêtres), faute de nourriture: celle des araignées.

Comme le relève justement AP34, les oiseaux eux aussi sont en diminution. Où sont passés les rouges-gorges et les mésanges d'antan?

Écrit par : Mario Jelmini | 08 juillet 2019

On dit, dans les bonnes feuilles scientifiques, que 1,3 million espèces d'insectes ont été décrites jusqu'ici et que 10'000 nouvelles sont inventoriées chaque année. Comme si cela ne suffisait pas, on précise encore que 10 milliards de milliards d'individus vivent en même temps à un instant donné. Leur biomasse totale serait 300 fois plus importante que la biomasse humaine. Vu de chez rabbit, ça voudrait dire que chaque habitant de cette maudite planète pourrait être attaqué par 300 insectes d'espèces différentes en même temps. Mais le pire est encore à venir : en ce qui concerne les seules mouches, la Bible affirme que Belzébuth est leur seigneur et qu'il prend souvent leur apparence pour venir torturer les bons chrétiens. Donc, s'il existe un démon pour chaque espèce d'insecte, vous aurez compris qu'il faudrait chaque jour procéder à pas moins de 300 exorcismes (destinés à un univers de 1,3 millions de démons, sans compter les 10'000 nouveaux créés spontanément chaque année), pour répondre à cette menace cauchemardesque. Les aléas climatiques, c'est vraiment du pipeau à côté !

Écrit par : rabbit | 09 juillet 2019

Précision à propos des insectes sur l'A6 (cf. mon post précédent) :
Les insectes étaient particulièrement nombreux (ceux écrasés sur la calandre des voitures) au printemps, et comme il y avait en même temps une forte odeur, j'imagine que c'était lié à l'épandage de fumier et lisier dans les champs.
Ces odeurs ont disparu, suggérant que les agriculteurs utilisent aujourd'hui davantage d'engrais chimiques qu'il y a 20 ou 30 ans.
D'où la raréfaction des insectes.
Et par contrecoup, des oiseaux qui s'en nourrissent.
Quant à la quasi disparition des oiseaux sur ma colline depuis 2 ans (région de Montpellier), je n'ai pas d'explication (le temps?).

Écrit par : AP34 | 09 juillet 2019

Les commentaires sont fermés.