20 octobre 2019

Élections fédérales 2019, la vie en vert

Il y a quatre ans, en 2015, l'Alternative pour l'Allemagne (AfD) n'était pas encore entrée au Bundestag. Les Anglais n'avaient pas voté le Brexit. Donald Trump n'avait pas été élu Président. Un ministre français à peine connu, Emmanuel Macron, lançait un mouvement qui l'amènerait à la présidence deux ans plus tard. Beaucoup de chose survinrent qui firent bouger les lignes, bousculèrent l'ordre établi. Pour le meilleur ou pour le pire, tout dépend de votre point de vue.

La vague du changement pourrait-elle atteindre la paisible Suisse? Et quelle forme prendrait-elle?

Nous avons désormais la réponse.

Le visage du nouveau parlement: la gauche en force

Selon un décompte encore provisoire, le Conseil national de la législature 2019-2023 devrait avoir cette allure:

decompte_18h10.png
Infographie 24Heures

La poussée verte tant attendue - espérée, même, par tous les médias officiels - a bien eu lieu. Les grands frères socialistes perdent des plumes mais celles-ci sont plus que récupérées par le reste de la gauche plurielle, les Verts augmentant leur députation de 150% (passant de 11 à 28 sièges) alors que les Verts Libéraux n'augmentent la leur "que" de 130% (de 7 à 16 sièges).

Au centre-gauche, contre toute attente, le PDC résiste plutôt bien en ne perdant que deux sièges. Le PLR se voit lui aussi diminué en perdant le double, alors que les sondages d'opinion et l'atmosphère politique générale lui présageaient un retour en grâce l'an dernier encore. La seule chose qui rassurera ces messieurs est la déconfiture de l'UDC avec une perte de 11 sièges (-16% de sa représentation).

La vague verte est stupéfiante en Romandie. À Genève les Verts deviennent la première force politique du Canton avec 24% des suffrages. Dans le Canton de Vaud, ils deviennent la troisième force politique, passant devant l'UDC avec 18,8% (+7.6) contre 17,4% (-5.2). À Neuchâtel, ils doublent carrément leur score avec 20% (+10.7) et deviennent la deuxième force politique derrière le PLR. L'UDC locale boit la tasse, reléguée en cinquième position. Les Verts doublent aussi leur score dans le Jura et dans le Valais.

Les caractéristiques de la politique suisse

La vague verte déferle aussi en Suisse alémanique mais elle y est plus modeste. Les Verts augmentent leurs scores dans de nombreux Cantons, mais ne prennent pas la première place. À Zurich par exemple Verts et Verts Libéraux sont tous deux au coude-à-coude à 14%, derrière le PS (17.3%) et l'UDC (26.7%). À Soleure, ils ne sont que le cinquième parti, comme à Fribourg.

Selon moi, cette différence s'explique simplement par le traitement médiatique du sujet. Dire que les Verts ont bénéficié d'une propagande gratuite et permanente de la RTS et des journaux serait bien en-deçà de la vérité. Mais ce matraquage n'a visiblement pas eu lieu de la même façon en Suisse alémanique, et les résultats des Verts s'en ressentent.

Comme je le dis toujours en ne plaisantant qu'à moitié, les deux caractéristiques principales de la politique suisse sont l'apathie et l'habitude. L'apathie parce que plus de la moitié des citoyens ne prennent même pas la peine de voter, ce qui fait de chaque élu du pays un des moins représentatifs qui soit. L'habitude, parce que la conscience politique d'un Suisse typique se cristallise quelque part autour de vingt ans et se calcifie ensuite.

Clarifions: cette fidélité forcenée n'empêche pas la critique, loin s'en faut. Le Suisse déteste souvent le mouvement politique qu'il s'est choisi. Il n'hésite pas à démolir les candidats que celui-ci présente, la façon dont la campagne politique est menée, la pauvreté des débats, les initiatives et le programme de son parti de prédilection. Il le voue grosso modo aux gémonies. Mais ces démonstrations d'humeur n'ont pas d'importance. Le jour J, il est au rendez-vous pour mettre le bulletin habituel dans l'urne, fidèlement.

Seule une toute petite frange des Suisses change réellement d'opinion politique au cours du temps ; et c'est pour cela qu'une variation de 1.5% des scrutins un jour d'élection fédérale suffit à susciter de hauts cris dans les rédactions. (Avec ce qui vient de se produire aujourd'hui, les journalistes travaillent d'arrache-pied à trouver de nouveaux superlatifs.)

Venons-nous d'assister à une révolution? Je ne pense pas. Je pense que les médias ont fait depuis des mois un travail de propagande, un travail de fond mené de façon remarquable. Disons-le franchement, depuis des mois si ce n'est des années il n'y a pas un soir où la RTS romande ne serve au public un sujet sur la fonte des glaciers / les réfugiés climatiques / les microplastiques / Greta Thunberg / Extinction Rébellion / la pollution / la température dans un siècle. Le thème est inépuisable, l'actualité tout autant. La propagande fut - fortement - dosée pour susciter l'adhésion des apathiques sans irriter les éveillés plus qu'il ne fallait.

Les élections d'aujourd'hui font déjà bruisser tous les instituts de sondages et les chercheurs d'opinion, et je pense qu'ils confirmeront mes analyses: selon moi, la plus grande partie des nouveaux électeurs écologistes de ce scrutin seront des gens qui ne votaient pas d'habitude, et non des convertis venus d'autres partis. Il y aura une proportion non nulle de Suisses qui n'ont pas voté comme d'habitude - un écart de conduite, en quelque sorte, vis-à-vis du parti dont ils se sont fait tatouer les initiales sur l'épaule - mais cette proportion restera petite.

Cependant, la vague verte est bien plus que cela. D'où vient le reste?

Selon moi, il vient de nulle part. Ce n'est pas une vague verte, c'est une absence.

Je pense simplement que les électeurs traditionnels ont été plus démobilisés que d'habitude. Mobilisation exceptionnelle des écologistes + écart de conduite (notamment des socialistes) + démobilisation particulière des partis traditionnels = vague verte.

Prenons l'exemple de Genève, ville engloutie sous la vague verte s'il en est. Peut-on croire que les Verts ont soudainement conquis un quart de l'électorat?

Genève_2019.png
Infographie 24Heures

Bien sûr que non. De nouveaux électeurs Verts sont arrivés sur le marché, ainsi que des transfuges socialistes, alors que l'UDC restait chez elle - trop diabolisée peut-être - et que les PLR et les PDC restaient eux aussi chez eux, dégoûtés de l'affaire Maudet / Dal Busco.

Voilà l'explication posée. Mais que va-t-il se passer ensuite?

La Suisse sous un régime de centre-gauche

Ce 20 octobre 2019 n'est pas que le passage de la vague verte ; c'est aussi la première fois depuis la fondation de la Suisse moderne que la gauche est en mesure d'imposer un gouvernement de centre-gauche.

Je pense qu'elle ne va pas s'en priver.

Pour la gauche le programme, les valeurs affichées, les objectifs annoncés ne sont que des moyens. Le pouvoir est le but. Pendant la campagne les affiches genevoises du PS invitaient les électeurs à se mobiliser pour "renverser la majorité": c'est désormais chose faite.

Suisse_Verte.png

La formule magique et ce genre de traditions sont des pis-aller désuets que la gauche consent à suivre seulement quand elle ne peut faire autrement. Arithmétiquement, le futur gouvernement devrait être de deux UDC, deux PLR, deux PS et un Vert en remplacement du PDC ; mais les bulletins étaient à peine dépouillés que la présidente des Verts Regula Rytz s'exprimait sur la SRF en revendiquant déjà le siège du PLR. "Le Conseil fédéral, dans sa composition actuelle, ne correspond plus aux majorités actuelles". CQFD.

Quel que soit le nouveau Conseil fédéral, il aura au moins quatre sièges à gauche. Il n'est pas impossible non plus que les ambitieux fassent preuve d'appétit et proposent un vrai gouvernement d'union de gauche avec deux socialistes, deux Verts, deux PDC et un Vert-Libéral, reléguant PLR et UDC dans l'opposition. Il suffira aux journalistes de justifier "l'urgence climatique" en boucle et les benêts applaudiront à tout rompre.

Les jours qui s'annoncent vont être sombres pour la Suisse. Les Verts ne sont pas des écologistes sympas mais des extrémistes aussi à gauche que les communistes. Les taxes, les amendes, le flicage des poubelles et les interdictions vont pleuvoir. Les automobilistes vont souffrir, l'énergie va être rendue hors de prix, ce qui provoquera récession économique et appauvrissement généralisé.

La classe moyenne helvétique va rapidement découvrir ce qu'il en coûte de choisir d'aller se promener le dimanche en laissant d'autres choisir à sa place.

Ce soir, pour l'avenir de ce pays, je souhaite me tromper. Je souhaite que mon pessimisme soit excessif. Je crains qu'il ne le soit pas.

Commentaires

Ils n'ont même pas la décence d'attendre quelques jours pour tenter de changer les règles.

Ces gens sont d'infâmes scolopandres, ainsi que leurs électeurs: un écolo, c'est soit un imbecile soit un salaud (Franck, si vous passez par là).

On le voit bien à la machine à café : les gens ont perdu tout esprit critique ou scientifique, il est impossible d'en tirer quoi que ce soit.

Oserais je un CPEF? J'espère vraiment que non...

Alexei

Écrit par : Alexei | 21 octobre 2019

Comme toujours un grand merci pour votre excellent billet plein de bon sens et de vérité. Malheureusment dans ce monde de mensonges, de désinformation et de propagande les gens comme vous n'ont pas accès à la parole si ce n'est sur un blog. On ne vous invitera jamais à la RTS, car vous êtes bien trop dangereux pour les bienpensants.


Désormais il faut se préparer à un festival de taxes, une immigration de masse accrue, à une police de la pensée et du politiquement correct encore plus active. En effet les médias romands on bien réussi leur coup de propagande et le pire c'est que nous payons la RTS pour ça, mais personne ne dit rien, alors dans un sens on le mérite bien! On en redemande! N'est-ce pas?

Bref c'est une victoire pour le capitalisme libéral-libertaire, car tous ces partis de gauche ne sont que les idiots utiles de gens comme So ros.

Je pense que le réveil sera dur pour beaucoup d'illuminés qui ont voté vert sans réfléchir aux conséquences de leur actes et pour ceux-là je m'en réjouis.

Vous voulez voir un exemple tragi-comique des dérives de la bienpensance et du politiquement correct? Si oui lisez ces règles de danse élaborées par une équipe de tal ibans de la pensée unique qui se fait appeler "Swing patrol" alors que "Swing Ges tapo" serait beaucoup plus approprié. Notez que bien entendu c'est le garçon blanc qui a le mauvais rôle. Toutes ces menaces et interdictions pour une simple danse, à tel point qu'on n'a plus du tout envie de danser, mais de prendre ses jambes à son cou. Eh oui on en est arrivé là:


https://www.swingpatrol.co.uk/dancefloor-etiquette/

Écrit par : Arthur | 21 octobre 2019

Heureuse de ne plus avoir de télévision depuis des années. La propagande des médias mainstream est digne d'un régime totalitaire. Les journaleux n'effectuent plus AUCUN travail d'investigation et d'information factuelle. Normal, la peur reste un marché très lucratif. Je ne suis pas surprise des résultats, mais je partage votre inquiétude quant à l'avenir du pays. Si les escrolos parviennent à imposer leur dictature verte, notre économie va plonger et le modèle suisse appartiendra définitivement au passé. J'attends de voir la réaction de tous ces braves petits soldats qui ont voté pour davantage de taxes et d'Etat, quand leur Etat chéri, justement, va les tabasser fiscalement au-delà du tolérable pour "sauver la planète". Il sera alors temps de partir vivre en Chine. Un comble.

Écrit par : Sandra | 21 octobre 2019

@Sandra : Encore faudrait-il que les chinois nous acceptent. Mais ils ne sont pas aussi c... que nous et se gardent bien de se laisser envahir. Ils ont bien raison.
Quant à l'UDC, elle serait bien inspirée de lancer une initiative intelligente exigeant la démocratisation de l'info à la RTS. Il est en effet scandaleux que l'info à la RTS bénéficie d'une liberté éditoriale totale (libérale-libertaire gaucho-mondialiste en l'occurence).

Écrit par : Kewin | 21 octobre 2019

Je ne suis pas aussi pessimiste que vous... en regardant les chiffres dans le détail...

Une première observation s'impose:

Lorsque la gauche n’était pas - globalement - majoritaire, elle est malgré tout parvenue - grâce à la droite «courbe» - à imposer sa doxa (sabotage du résultat de l'initiative contre l’immigration de masse).

Alors, après on s’étonne du désintérêt de certains électeurs.


Mais, faisons les comptes... les résultats officiels sont tombés (*)

Les nouvelles forces en présence:

LEG 01
PBD 03
PDC 25-2
PES 28+17
PEV 03+1
PL 01
PLR 28-4
PS 39-4
PST 02
PVL 16+9
UDC 53-12
UDF 01

= 200

«Droite»: LEG 01, PL 01, PLR 28, UDC 53, UDF 01 = 84
«Centre»: PBD 03, PDC 25, PEV 03, PVL 16 = 47
«Gauche»: PES 28, PS 39, PST 02 = 69

La droite resterait majoritaire, si elle n'était pas divisée entre conservateurs, ultra libéraux et libre échangistes. Le centre... évidemment avec son éternel c.. entre deux chaises, pas possible de compter dessus. Aspect rassurant, c'est que sur nombre d'enjeux, autant les libéraux libre-échangistes que les "centristes" auront besoin des voix des souverainistes pour faire passer leurs idées... y'aura du donnant/donnant, donc...

Conseil fédéral, ordre d'importance des partis: 1. UDC, 2. PS, 3. PES, 4. PLR, 5. PDC, 6. PVL

Répartition logique des sièges: 2 UDC, 2 PS, puis, 1 PES, 1 PLR, 1 PDC

Maintenant, supposons que 2 sièges soient octroyés au vainqueur, et les 5 autres, aux partis les mieux représentés (ce qui serait à mon sens, ce qu'il y a de plus démocratique), ça donnerait: 2 UDC, 1 PS, 1 Vert, 1 PLR, 1 PDC, 1 PVL

Mais comme on est pas vraiment dans un jeu démocratique... les soit-disant vainqueurs, feront comme il se doit pour prendre les citoyens pour des pives. Mais ce qui est certain, c'est qu'on ira au devant d'une avalanche de référendums et d'initiatives. Vont devoir bosser les parlementaires !
______________

(*) source: https://bit.ly/31wZP33

Écrit par : petard | 21 octobre 2019

vous êtes décidément incorrigibles!....à défaut, d’indécrottables humoristes..si si!..
ceci étant, être traité de salaud ,d'imbécile voire de scolopendre (...!) par des personnes aussi éclairées, c'est un honneur..

Écrit par : jocelyn | 21 octobre 2019

Apparemment, on n’est pas dans la remise en question du côté de l’UDC.
On n’est pas non plus toujours très cohérent:
- on s’inquiète de l’immigration et de la perte d’identité mais on n’est pas les meilleurs pour favoriser les familles.
- on s’inquiète de l’islamisation de l’Europe mais on ne voit pas le problème de dépendre du pétrole extrait dans les pays du Golfe.

Écrit par : Michel | 21 octobre 2019

"Désormais il faut se préparer à un festival de taxes, une immigration de masse accrue..."

Quatre ans de majorité de droite au Conseil national au cours desquels l'immigration allogène n'a jamais été aussi forte. En quatre ans, la capitale de mon canton est passée d'un statut de ville ethniquement européenne à un gourbi semi-africain. Cela pour dire qu'il faut arrêter de croire aux solutions politiques classiques.


"On le voit bien à la machine à café : les gens ont perdu tout esprit critique ou scientifique, il est impossible d'en tirer quoi que ce soit."

Le pire, c'est que l'ineptie en matière politique ne concerne pas seulement les imbéciles, mais aussi les QI à trois chiffres. Quand on voit des ingénieurs, des architectes et des enseignants incapables d'extrapoler à partir de la situation des pays voisins ce qui va arriver en Suisse, on en vient à souhaiter que la barque coule. La seule chose qui m'embête désormais, c'est que moi je suis encore sur cette barque.

Écrit par : UnOurs | 21 octobre 2019

"Arithmétiquement, le futur gouvernement devrait être de deux UDC, deux PLR, deux PS et un Vert en remplacement du PDC"
Expliquez-moi SVP pourquoi. La concordance est une composante importante de notre système politique, et je pense que c'est une bonne idée de la garder. Par contre, la formule "2-2-2-1" avait son sens a l'époque où elle correspondait aux rapports de force des 4 plus grands partis, et ou ceux-ci représentaient au total près de 90% des électeurs. Elle est aujourd'hui complètement obsolète.
Cela dit, remplacer un conseiller fédéral PLR par un vert n'est pas justifié. Il serait plus logique de replacer un PLR par un vert libéral, et peut être un PS par un vert a une prochaine occasion. Un chose est sûre, la présence de 2 PLR + 2 UDC au conseil fédéral (soit 57%), qui n'était déjà pas justifiée en 2015 (PLR + UDC: 46%), l'est encore moins aujourd'hui (PLR + UDC: 41%).

Écrit par : Pierre | 21 octobre 2019

@Pierre: ce n'est pas moi qui ai inventé la "formule magique". Selon elle c'est 2 sièges pour les trois plus grands partis et 1 siège pour le quatrième. Elle n'est pas écrite dans la Constitution.

Mais je ne suis pas d'accord avec vous: jamais elle n'a représenté 90% des électeurs.

Une nouvelle "formule" naîtra en décembre, c'est certain. Mais quel que soit le mode de calcul la seule logique serait que l'UDC soit le seul parti à pouvoir prétendre à deux sièges. Et bizarrement, je parie que c'est le point qui sera le plus disputé au moment des votes.

Écrit par : Stéphane Montabert | 21 octobre 2019

@Jocelyn: Bossuet, tout ça... si vous n'êtes pas capable de comprendre le mal profond que vos idées ont, et vont causer à nos sociétés, il ne reste que le rire en effet pour interpréter un pareil article. Vous êtes, au sens propre, à côté de la plaque. Il semble qu'il y ait quand même une partie de vous qui se révolte inconsciemment, sinon vous ne seriez pas là pour troller.

Mes excuses pour la faute d'orthographe, en effet.

Écrit par : Alexei | 22 octobre 2019

Kewin @ "Quant à l'UDC, elle serait bien inspirée de lancer une initiative intelligente exigeant la démocratisation de l'info à la RTS. Il est en effet scandaleux que l'info à la RTS bénéficie d'une liberté éditoriale totale (libérale-libertaire gaucho-mondialiste en l'occurrence)."
J'ouvrais mon ordi pour parler de ce qui se vient de passer à l'instant sur notre radio soviétique : une demi-heure de propagande ultra-gauchiste de plus, mais à ne pas manquer. Difficile d'en rendre compte tellement il y a d'absurdités. Le type s'appelle Milo Fournier et est prof d'uni à Lausanne. Nous voilà bien... (entre 11h et 11h30, aujourd'hui mardi 22). Ne manquez pas ça, cela vaut son pesant de rhétorique de Pb...

Michel@ "- on s’inquiète de l’islamisation de l’Europe mais on ne voit pas le problème de dépendre du pétrole extrait dans les pays du Golfe."
Sur ce point-là, complétement d'accord avec vous. MAIS : on supprime les voitures à HC et il n'y a que les riches qui peuvent se déplacer en voiture électrique ? Pas sûr que cela passe facilement dans un pays tel que la Suisse où ces salauds de pauvres ont le droit de s'exprimer...

Écrit par : Géo | 22 octobre 2019

Désormais, il faudra vraiment que l'UDC commence à "monnayer" sec son appui aux bourgeois. Exemple: vous voulez vos contrats pour l'avion de combat, ok, redonnez aux citoyens suisses la législation originelle sur les armes, "no guns, no planes", comme on dit en bon français. Vous voulez de l'économique, bon d'accord, vous nous suivez sur l'identitaire, sinon niet, nada, des nèfles.

Écrit par : UnOurs | 22 octobre 2019

@Michel: " on s’inquiète de l’immigration et de la perte d’identité mais on n’est pas les meilleurs pour favoriser les familles."

Impossible de favoriser les familles sans contrôler l'immigration avec qui elles entrent en concurrence, et qui siphonne leurs moyens.
Impossible de favoriser les familles en laissant dériver les coûts de la santé avec la LaMAL socialiste.
Impossible de favoriser les familles en les étouffant sous les réglementations et les taxes écologistes (et plus une famille est nombreuse, plus elle consomme).

" on s’inquiète de l’islamisation de l’Europe mais on ne voit pas le problème de dépendre du pétrole extrait dans les pays du Golfe."

Aucun rapport. Les pays du Golfe produisent du pétrole que l'Occident consomme (et paye à grand prix) bien avant les vagues migratoires qui sont totalement artificielles. Celles-ci viennent d'ailleurs d'Afrique, du Pakistan ou d'Afghanistan qui ne sont pas des pays exportateurs de pétrole.

Vous m'avez l'air de mélanger pas mal de choses.

Écrit par : Stéphane Montabert | 22 octobre 2019

"Vous m'avez l'air de mélanger pas mal de choses." Ah ouais ? Le KSA a dépensé 96 milliards de dollars en construction de mosquées wahhabites dans le monde ces dernières années. A chaque litre d'essence que vous achetez, vous financez l'islamo-fascisme.
En ce sens, il y a du bon dans la vague verte, surtout verts-libéraux (les autres sont de vulgaires gauchistes). Isabelle Machin ne me sortirait pas par les trous de nez, j'aurais pu voter pour eux. Que l'Occident fasse du fric avec des énergies moins polluantes, et donc qu'elle fasse du fric avec ses idées et non le pétrole des autres.
Et essayez de constater que ce que j'avais écrit depuis le début se vérifie. Le pétrole de schiste : le schiste est par définition une roche fracturée, mais par des fractures non-communicantes. Il faudra dépenser plus pour les explosifs pour casser la roche que ce que va rapporter le pétrole qu'on en tire. Et cela se passe actuellement, le pétrole et le gaz de schiste se cassent la figure...

Écrit par : Géo | 23 octobre 2019

Ah bon.
"Aucun rapport" donc entre l'immigration musulmane et les mosquées financées et orientées idéologiquement par le Qatar et l'Arabie saoudite.

Écrit par : Michel | 23 octobre 2019

...Aucun rapport entre le pétrole extrait des pays du Golfe et l'islamisation de nos contrées. Faites-vous exprès de lire en diagonale?

Nos pays sont islamisés parce que c'est ce que souhaitent nos élites, qui cherchent à diviser pour régner et fragmenter ce peuple revêche. C'est VGE et Chirac son premier ministre qui ont mis en place le regroupement familial, jamais démenti depuis. C'est Sarkozy qui a fait sauter le verrou libyen. C'est Merkel qui a invité toute la lie du monde à faire transhumance vers l'Allemagne. Ce sont nos politiciens suisses qui ont voté pour que l'immigré bénéficie dès son arrivée sur le sol suisse de soins médicaux gratuits alors que les autochtones ploient sous le régime de l'assurance-maladie obligatoire.

Certains naïfs croient peut-être qu'en consommant moins de pétrole on s'affranchira des pays du Golfe ; c'est exactement le contraire qui se produirait alors, parce que c'est là-bas que le pétrole est le plus abondant et le moins cher à produire. Si la consommation faiblit et que le prix du pétrole baisse durablement (nous en sommes loin), tous les producteurs de pétrole cher mettront la clef sous la porte et il ne restera plus que les émirs sur le marché.

Du reste, l'expansion de l'islam est liée à des volontés idéologiques qui dépassent l'économie. La Turquie importe du pétrole et est pourtant l'un des principaux moteurs de l'islamisme actuel. Un certain nombre de pays musulmans - riches ou pauvres, producteurs de pétrole ou non - se font concurrence pour islamiser l'Europe. Le pétrole n'a tout simplement rien à voir là-dedans.

Pensez-vous que si l'Arabie Saoudite vit du tourisme elle arrêtera de financer des mosquées ici?

Écrit par : Stéphane Montabert | 23 octobre 2019

"C'est VGE et Chirac son premier ministre qui ont mis en place le regroupement familial..."

Précision:

https://francais.rt.com/france/54570-regroupement-familial-plus-grands-regrets-valery-giscard-estaing

" Mais VGE aurait été confronté à l'opposition du Conseil d'Etat et de ses ministres Raymond Barre et Simone Veil."


https://lesobservateurs.ch/2017/11/14/quand-simone-veil-empecha-un-projet-de-remigration-imagine-par-valery-giscard-destaing/

Écrit par : UnOurs | 24 octobre 2019

En plus de la propagande de le RTS et des médias, une grande partie de ce qui arrive est aussi dû au fait que le PLR s'obstine à snober l'UDC et à refuser toute alliance avec ce parti.

Regardez qqn comme Couchepin, ce mondialiste Bilderberger, qui voue une haine pathologiuqe à l'UDC. Cet individu est le parfait exemple du libéral-libertaire qui serait prêt à vendre la Suisse par morceaux au premier venu tout comme Macron le fait en France ou Trudeau au Canada. Ce même Couchepin qui voudrait vendre nos barrages alpins, disait aussi en parlant du BREXIT sur le plateau d'INFRAROUGE que ce n'est pas une petite majorité qui peut imposer sa volonté. Quel bon démocrate!

Un autre exemple du même genre cest le PDC Darbellay!

Comme le dit le Professeur Pierre Hillard (dont la page wikipedia a été supprimée après 10 ans tant il dérange les mondialistes) le mondialisme fonctionne avec deux mandibules: la gauche immigrationniste et la droite affairiste qui travaillent main dans la main pour la perte des états nations. C'est ce qui explique pourquoi on a pu voir un Christian Lüscher et un socialiste s'opposer ensemble au renvoi des criminels étrangers sur un plateau d'INFRAROUGE!

A Genève, le PLR va remettre en marche la machine à perdre en s'alliant a nouveau au PDC dont les recommandations de vote sont quasiment les-mêmes que celles du PS. Au bout du compte Genève sera à nouveau représenté par le PS et les Verts au conseil des états! Un comble!

les jeunes PLR voudraient une alliance avec l'UDC, mais je suis sûr que ça ne se fera pas, car comme me l'a dit en privé une pointure des Franc-Maçons de Genève, le mot d'ordre est:

"Pas d'ennemis à gauche"

À savoir qu'il vaut mieux saborder son propre parti (le PLR) et faire gagner la gauche plutôt que d'accepter une alliance avec un parti comme l'UDC qui défend la nation!

Telle est la triste réalité!

En attendant le bon peuple de moutons lobotomisés ne comprend pas ce qui se passe et va encore voter pour les Verts en croyant sauver la planète. Le réveil va faire très mal.

Écrit par : Arthur | 25 octobre 2019

Arthur@ Ces gens-là se tirent une balle dans le pied. Un jour ou l'autre, cela va se voir par tout le monde...
La première contradiction : ils ont fait élire beaucoup de crétins verts, certes, mais cela ne va en rien suffire à XR. Exactement le même genre de contradiction qu'il y a eu entre communistes et socialistes...
Lors de la montée du nazisme dans les années 30, l'ennemi principal pour les communistes, c'était les socialos...
Les Verts vont donc très logiquement s'entredéchirer que cela va être un vrai bonheur. A l'UDC d'en profiter, si ses cadres sont assez intelligents pour cela. Et c'est là que le bât blesse...

Écrit par : Géo | 25 octobre 2019

@Arthur : (petit) réconfort de lire parfois quelqu'un qui comprend les choses (il y a aussi un certain ursidae que je salue au passage !).

Écrit par : Bobophobe | 25 octobre 2019

Je viens ici appuyer les idées de Michel et Géo sur la dépendance de l'Occident au pétrole comme raison originelle de son islamisation:
En effet, sans pétrole, les Koweïtis, Qataris et autres Saoudiens seraient encore des bédouins sur leurs chameaux dans le désert, et nous ne serions aucunement menacés dans notre identité, comme nous le sommes actuellement par l'immigration musulmane.
Les contre-arguments de SM ne sont pas faux, mais ils représentent des épiphénomènes par rapport à la cause initiale.
Un autre aspect, semble-t-il oublié par vous tous, est la dette publique, plus de 2 000 milliards d'Euros pour la France. En effet, qui dit dette dit dépendance.
Qui possède notre dette, sinon les pays du Golfe, que ce soit directement ou indirectement, principalement le Qatar et l'Arabie saoudite, dont les fonds souverains sont colossaux.
À qui emprunte France-Trésor? C'est, en partie, un secret d'État.
J'utilise le mot "indirectement" pour signifier qu'un pays peut nous prêter des fonds que lui-même à empruntés à un pays du Golfe. Une manière de blanchiment d'emprunts, en quelque sorte. Il peut d'ailleurs y avoir non pas un seul, mais plusieurs intermédiaires, qui aboutissent à un pays du Golfe.
D'ailleurs, il est connu que le Qatar nous achète tous azimuts. Nombre de nos fleurons lui appartiennent déjà: le PSG, nos grands hôtels parisiens etc…
Sans le pétrole, seulement avec le lait de leurs chameaux, je ne vois pas comment les Quataris auraient pu faire!
Je laisse cette dernière question à la sagacité de notre hôte.

Écrit par : AP34 | 02 novembre 2019

Les commentaires sont fermés.