14 février 2020

La démocratie parisienne en danger?

Sur une note plus légère, en France voisine, le microcosme parisien bruisse. Un événement singulier vient de se produire: Benjamin Griveaux, le candidat de La République En Marche pour la Mairie de Paris dans les élections municipales qui se tiennent dans un mois, annonce qu'il jette l'éponge.

griveaux.jpg
Benjamin Griveaux et son épouse, à l'époque des apparences heureuses

La cause? La diffusion jeudi sur les réseaux sociaux d'une vidéo sexuellement explicite qu'il a envoyé à une jeune femme. Devant les dégâts d'image irrécupérable pour celui qui se présentait comme un bon père de famille, le politicien de 42 ans, marié et père de deux enfants, a annoncé le lendemain son retrait de la campagne.

"Je ne suis pas prêt à nous exposer davantage, ma famille et moi, quand tous les coups sont désormais permis, cela va trop loin. C'est pourquoi j'ai décidé de retirer ma candidature à l'élection municipale parisienne", a annoncé le désormais ex-candidat LREM, expliquant que cette décision lui "coûte" mais souhaitant donner la priorité à sa famille.


Annoncer donner "priorité à sa famille" après avoir été pris la main dans le sac de sexting auprès d'une maîtresse, il faut avoir été porte-parole du gouvernement Macron pour oser. Ça tombe bien, Benjamin Griveaux a été porte-parole du gouvernement Macron ; il ose donc.

"La démocratie en danger"

La classe politique s'inquiète d'une "menace pour la démocratie", s'émeut Le Figaro.

Personne ne pose la question de la pertinence de cette thèse, et surtout pas un journaliste.

En quoi le naufrage de la candidature de Benjamin Griveaux menace-t-elle la démocratie? Ce sont ses mensonges qui l'ont menacée en premier lieu. Personne ne l'a obligé à tromper sa femme ni à tourner une vidéo honteuse. Et à tout prendre, mieux vaut que la vidéo sorte maintenant qu'après les élections. Imagine-t-on les chantages qu'aurait pu exercer un individu disposant de cette vidéo, si M. Griveaux avait été élu Maire de Paris?

Politiquement, Benjamin Griveaux n'est pas grand-chose - le candidat en difficulté d'un mouvement politique qui a perdu beaucoup de son influence depuis trois ans. Les mêmes voix qui dénoncent les "menaces pour la démocratie" ne s'émeuvent guère qu'à Béziers, le maire sortant Robert Ménard soit pris à partie et empêché de s'exprimer dans un meeting.

Personne ne proteste quand on s'en prend à Éric Zemmour. Personne ne s'indigne du traitement médiatique reçu quand François Fillon est descendu en flammes pour avoir reçu quelques costumes et des chemises d'un ami tailleur. Personne ne s'est interrogé sur la vie privée lors de l'épisode du SMS de Sarkozy. Personne n'évoque une "menace pour la démocratie" quand un mouvement représentant à peine 20% des électeurs parvient à disposer des principaux leviers du pouvoir en France.

Il ne s'agit pas de décréter que tout un chacun est irréprochable, mais d'observer un deux-poids-deux-mesures hallucinant sur ce qui constitue, ou pas, une "menace sur la démocratie".

Issu des rangs du Parti Socialiste, Benjamin Griveaux a été un proche collaborateur de Dominique Strauss-Kahn de 2003 à 2007 ; qui se ressemble s'assemble, est-on en droit de penser. On a aussi le droit de penser que le traitement médiatique réservé à ce scandale aurait eu une toute autre teneur si la victime venait d'un autre parti politique. Les médias et la classe politique française auraient-ils eu la même pudeur si la vidéo avait montré à la place de Griveaux un candidat des Républicains ou du Rassemblement National?

Un coup du Joker...

Ce qui pourrait n'être qu'une banale histoire d'image échappant à son créateur nous livre en fin de compte de précieux indices sur l'état de la France en 2020.

Vielle de deux ans (et donc tournée alors qu'il était porte-parole du gouvernement Macron), la vidéo montre le politicien en train de se masturber. Elle a depuis été montée avec différentes séquences de sa campagne où on le voit donner des interviews et des discours sur son respect des valeurs familiales. Des textos "classés X" entre lui et la femme ont été révélés en même temps.

La vidéo originale a été fournie par "l'artiste" russe Piotr Pavlenski, qui dit l'avoir obtenue d'une personne ayant eu une "relation consentie" avec Griveaux. L'individu s'est fait connaître dans son pays d'origine avec des performances spectaculaires contre le pouvoir de Poutine. En 2012, il se fait coudre les lèvres en soutien aux Pussy Riot, un groupe punk russe arrêté pour avoir chanté un couplet anti-Poutine dans une cathédrale de Moscou. En 2013, en protestation contre le vote de lois qu'il estime liberticides, il se pose sur la Place Rouge, nu et enroulé dans du fil de fer barbelé.

Persona non grata dans son pays de naissance, il fuit en France en 2017 et y obtient l'asile politique. Mais il trouve rapidement des griefs contre son pays d'accueil. Lors d'une "performance" dont il a le secret et intitulée "Éclairage", il met le feu à l'entrée d'une succursale de la Banque de France. Il dénonce "le pouvoir de la finance". Il sera condamné à un an de prison.

Piotr_incendie.jpg
Piotr Pavlenski pose devant l'entrée de la Banque de France qu'il vient d'incendier

Cela ne suffit bien sûr pas à résilier sa condition de réfugié politique - nous sommes en France. Mais cela ne suffit pas non plus à calmer une colère qui monte contre le Macronisme, qu'il considère désormais comme tout aussi répressif que celui de Poutine. Soutenant les gilets jaunes, Piotr Pavlenski est fier de son acte subversif. Il considère que la publication de la vidéo de Benjamin Griveaux est indispensable pour "mettre les politiciens en face de leurs mensonges".

Et si la classe politique française tremble et s'indigne de ce qui vient d'arriver à Griveaux, c'est parce qu'elle ressent enfin la peur. Les réseaux sociaux sont hors de contrôle. Plus aucun homme politique, même de gauche, ne peut se sentir totalement à l'abri d'une révélation publique de ses propres turpitudes.

L'artiste annonce que de nouvelles vidéos vont sortir, mettant en scène d'autres hommes politiques.

Mise à jour (17 février): J'ai été interviewé sur le sujet par le nouveau site Observateur Continental.

Par ailleurs, L'artiste Piotr Pavlenski et sa compagne Alexandra de Taddeo sont en garde à vue depuis ce week-end, accusés "d'atteinte à l’intimité de la vie privée" et de "diffusion sans l’accord de la personne d’images à caractère sexuel". Quelque chose me dit qu'ils prendront un maximum: en France, il n'y a pas de crime plus grave que celui de lèse-majesté.

Commentaires

L'unanimisme des politicards français et de leurs commentateurs (C dans l'air, C à vous) est assez désopilant. Vous saurez qu'ils voient cela comme la mauvaise influence des protestants. Nous préparent-ils un nouveau St-Barthélémy ?

Écrit par : Géo | 15 février 2020

Le "progrès" est un monstre qui dévore ses enfants.

J'adore voir ces politiciens qui, évidemment, étaient pour l'asile accordé à cet activiste (1) parce qu'il était contre Poutine, le menacer maintenant de le renvoyer chez ... Putine.

Moi, face à ce genre de nouvelles, je sort les bières et les cacahuètes.


Dans un registre plus sérieux, on aurait pu imaginer Griveaux atteindre de plus hautes fonctions; qu'il aurait été facile de le faire chanter pour certaines puissances étrangères spécialistes dans le domaine. A propos, où se trouve actuellement Madame Guislaine Maxwell ? ;-)



(1) qui a probablement le mérite de la sincérité dans son action subversive, ce n'est pas un drone de Soros qui s'en prendrait à un systémiste. Ou alors, c'est du billard à trois bandes pour propulser un ou une allogène "contrôlable" à la mairie de Paris ?

Écrit par : UnOurs | 15 février 2020

M. Benjamin Griveaux n'a pas à se plaindre de toute cette publicité qui lui est faite. Avec ça, il va pourvoir de reconvertir dans l'industrie du porno, qui lui fera un pont d'or.

Écrit par : Mario Jelmini | 15 février 2020

On ne peut qu'applaudir à l'élimination définitive d'un menteur et d'un hypocrite. Un de moins !
Mais il y en a tant d'autres, que c'est comme vider la mer avec une petite cuillère.
Bravo à ce Pavlevski, qui est probablement sincère.
Et qui a du courage, c'est au moins une qualité qu'on doit lui reconnaître.
Quant aux vidéos promises, on pourrait rêver que certaines concernent Macron, qui, dans le domaine sextuel, comme dit notre hôte, n'est probablement pas un enfant de chœur (cf. ses “abrazos” jouissives avec des natifs baraqués, torse nu et en sueur).
Quant à moi, j'ai vu la vidéo incriminée sur pornopolitique.com.
Elle valait le détour.
Malheureusement pour ceux qui l'ont ratée, il semble que le site ait été fermé.
Dans les réactions publiques dans les grands médias, il est intéressant d'observer que tout le monde se scandalise de l'attaque contre la vie privée, que les menaces pleuvent sur le diffuseur, mais que personne ne questionne la moralité, la naïveté et même l'imbécillité, du mis en cause.

Écrit par : AP34 | 15 février 2020

"mais que personne ne questionne la moralité, la naïveté et même l'imbécillité, du mis en cause." Il y en a mais ils sont passablement boycottés par le mainstream. Serge July, par exemple...

Écrit par : Géo | 15 février 2020

"Malheureusement pour ceux qui l'ont ratée, il semble que le site ait été fermé."

A noter l'hypocrisie, voire la malhonnêteté professionnelle, de nos commis au jt de 1930 qui utilisaient le conditionnel pour cette vidéo (comme si son existence n'était pas avérée), alors qu'ils l'avaient évidemment vue.

Écrit par : UnOurs | 15 février 2020

Un commentaire savoureux sous un article de Valeurs actuelles :
Le candidat de la REM à la Mairie de Paris était destiné à se prendre une branlée électorale.
Une simple branlette pré-électorale aura suffi à l'écarter.
Le NOM (Nouvel ordre mondial), c'est ça !

Écrit par : AP34 | 16 février 2020

Sur l'affaire Crypto : Je veux bien qu'on s'excite à ce sujet, ou plutôt qu'on fasse semblant de. Mais à ce que je sache et me souvienne, à propos de soumission envers les USA, il vaudrait mieux mettre en cause les trahisons de la Suisse par Micheline Calmy-Rey dans sa précipitation à reconnaître cet espèce d’État de gangsters qu'était à ce moment le Kosovo (a-t-il vraiment changé ?) ou le caractère de caniche de Burkhalter envers son maître John Kerry. Vous avez dit "annexion" de la Crimée ?
Ou comment parler du passé pour mieux cacher le présent...

Écrit par : Géo | 16 février 2020

Grivaux n’était qu’un branleur.
La bit(e) ne fait pas le moine.
Finalement, Griveaux, après l’avoir montré, se retrouve comme un gland !
Grivaux disait, c’était son slogan de campagne : «Paris m’habite !».
On s’en bat les cou.lles, de Grisveaux.
Une pensée émue pour la cocue la plus célèbre de la Saint Valentin 2020, madame Griveaux : Julia Minkowski.
Macron ne contrôle plus rien, pas même la braguette de ses ministres, et encore moins leur quéquette et ce qu’ils en font.
Je me br..le, donc je suis !
Ce Griveau nous explique par le langage des signes ce qu'il pense de la France : il s’en br..le.
Nul doute, la Macronie est ébranlée !

Imagine-t-on de Gaulle exhibant ainsi son instrument ?
Ce qu’il a dit après son opération de la prostate, qui pourrait peut-être s’en rapprocher : «Hier, j'étais la
France, aujourd'hui, je suis un continent.»

Écrit par : AP34 | 16 février 2020

La criminalisation de l'"artiste russe" continue sur les plateaux de télé. Mais qu'attendre d'autre de la part de ce collectif de branleurs ?

Écrit par : Géo | 16 février 2020

Et la presse systémiste de donner dans le "complotisme" en voyant "la main de Moscou" dans cette affaire. J'ai regardé la vidéo, je n'y ai vu que la main de Benjamin Griveaux.

Écrit par : UnOurs | 16 février 2020

Un article de Guy Millière pour Dreuz-info qui dit tout de la manière la plus concise possible.
À lire absolument :
https://www.dreuz.info/2020/02/17/benjamin-griveaux-et-lhypocrisie-politique-et-mediatique-francaise/

Écrit par : AP34 | 17 février 2020

"La démocratie parisienne en danger?"

ou plus correctement:

"La démocratie pharisienne en danger?"

Écrit par : Arthur | 17 février 2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.