20 mars 2020

Coronavirus: Quand les rois sont nus

Dans un éditorial de la Weltwoche intitulé "Un suicide par peur de mourir", Roger Köppel se demande si les mesures prises trop tard et sous l’emprise de la panique par notre Conseil fédéral, à la suite de nos voisins de l’Union européenne, sont vraiment raisonnables par rapport au danger réel de l’épidémie du Coronavirus, traduit Claude Haenggli.

Des politiciens responsables doivent toujours se poser la question du caractère proportionné des décisions qu’ils prennent. Quel est le problème ? Comment peut-il être résolu ? À quel prix ? Une analyse des coûts par rapport aux avantages est par nature gênante lorsqu'il s’agit de la santé, mais elle n’en reste pas moins nécessaire. Sous l’empreinte de la panique engendrée par le Coronavirus, il semble qu’on ait voulu faire fi de cette exigence. Tous les moyens semblent bons au gouvernement et aux partis politiques pour ralentir la propagation du virus. Un sentiment de malaise est en train de s’emparer de beaucoup. La Suisse, le monde, sont-ils en train, par peur d’une possible contamination, de commettre un suicide économique ?


Il est triste d'en arriver ainsi à opposer le coût en vies humaines à des intérêts économiques, comme s'il s'agissait de deux plateaux d'une balance. L'esprit est naturellement attiré par ce dualisme opposant un concept à un autre. Mais la réalité n'est pas si simple, puisqu'il faut bien admettre qu'aujourd'hui, nous n'avons ni l'un ni l'autre...

L'Europe, une nouvelle Chine, en pire

Je ne saurais affirmer si notre Conseil fédéral et nos voisins de l'Union européenne ont agi ou non sous le coup de la panique ; mais si leur objectif premier a jamais été de ralentir la propagation du virus, le résultat est jusqu'à aujourd'hui un échec abyssal.

Robert_R._Redfield.jpgLe 11 mars, le directeur des Centres de détection et de prévention des maladies américain (CDC), Robert Redfield, estima que le principal risque de propagation de l'épidémie pour les États-Unis, où un millier de cas étaient recensés alors, venait du Vieux-Continent. "La vraie menace pour nous, c'est désormais l'Europe", avait-il affirmé avec clairvoyance. "C'est de là qu'arrivent les cas. Pour dire les choses clairement, l'Europe est la nouvelle Chine." Quelques heures plus tard, Donald Trump prenait la seule décision raisonnable en pareilles circonstances, fermer les liaisons aériennes avec l'Espace Schengen.

Les mots de Robert Redfield et le décret du Président Trump provoquèrent un concert de grognements et de plaintes de la part des gouvernements visés, soudain mis sur un pied d'égalité avec les pestiférés chinois. La rage consécutive au crime de lèse-majesté était palpable. Mais quel que soit le niveau de haine antiaméricaine atteignable sur le Vieux Continent, la décision avait tout de même été prise. Plus possible de s'envoler pour les États-Unis, y compris pour les élites les plus imbues d'elles-mêmes. Plus possible non plus de cacher l'indigence de la gestion européenne de l'épidémie.

Pire encore, le Président Trump liant la fermeture des liaisons aériennes à l'état sanitaire européen, chacun comprenait bien qu'aucune franche poignée de main (figurativement parlant) ni aucun accord réciproque avec le locataire de la Maison Blanche ne parviendrait à dénouer la situation. La seule façon pour les pays de l'Espace Schengen de revenir à la normale serait de faire diminuer le nombre de cas de Coronavirus sur leur sol. Aussi s'y attelèrent-ils de mauvaise grâce...

Leur échec est total.

Nous avons un moyen indiscutable de le prouver. Ces dernières heures, l'Italie vient de battre le triste record du nombre de victimes, dépassant celui de la Chine. 3'405 décès dans la Botte, contre 3'245 en Chine depuis le début de l'épidémie.

Ces chiffres vertigineux sont à mettre en perspective. L'Italie dépasse la Chine! Réalise-t-on seulement ce que cela signifie? D'un côté, la Chine, près de 1,4 milliards d'habitants, une épidémie qui court depuis novembre 2019, un virus exporté dans les 34 provinces chinoises, des millions d'habitants mis en quarantaine... Et de l'autre l'Italie, 60 millions d'habitants (4,28% de la Chine en termes de population), souffrant de son premier décès le 22 février, il y a donc quatre semaines, et qui avait des mois pour se préparer, à l'inverse du géant asiatique confronté par surprise à cette nouvelle maladie...

Que de chemin parcouru par l'Italie, pourrait-on dire!

Alors, j'ouvre une parenthèse pour éviter les digressions de mauvaise foi, je sais: les chiffres chinois sont trafiqués. Nombre de morts ont été attribués à d'autres causes, rien ne nous dit que la maladie est autant sous contrôle que ne l'affirment les autorités chinoises, etc., et j'accepte ces réserves. Il n'empêche: face à un virus mortel, la Chine donne l'impression de réussir à franchir l'obstacle bien mieux que l'Italie, au point d'alléger les conditions de confinement à l'extérieur de la province de Hubei. Les cadres du Parti Communiste Chinois (PCC) aiment certainement donner une belle image de leur pays et n'hésiteraient pas un instant à sacrifier quelques millions de prolétaires pour relancer la machine économique, mais ils ne sont pas stupides: ils savent très bien que si le Coronavirus se répand encore en Chine tout le monde l'attrapera, eux y compris.

Un raisonnement dont les élites européennes n'ont pas été capables, mais sur lequel j'aurai l'occasion de revenir.

Si on veut une comparaison vaguement équivalente entre la Chine et l'Europe, prenons alors l'Europe entière - et même là on n'arrive qu'à une demi-Chine. Qui osera prétendre que le nombre de victimes en Europe est inférieur à celui de la Chine?

L'Europe n'est pas la nouvelle Chine. C'est une autre Chine, une Chine qui n'aurait pas lutté convenablement contre le Coronavirus. Et tous les Européens vont payer l'addition.

De l'incompétence assaisonnée d'incompétence

Il est plaisant de poser que les autorités auraient "privilégié l'économie au détriment de la santé", ou même l'inverse, mais c'est du grand n'importe quoi. Les autorités européennes, Suisse incluse, n'ont rien privilégié du tout. C'était Business as usual, la gestion des affaires courantes. Le virus les a surpris comme un cerf pris dans le faisceau des phares.

CT_1024px-Deer_staring_into_headlights.jpg
"L'Europe découvre que le Coronavirus est aussi un problème européen", vue d'artiste

Le Coronavirus était une maladie exotique lointaine affectant ces imbéciles de Chinois, et c'était tout. Voilà pourquoi la France - et d'autres - envoyèrent en Chine des tonnes de masques et de matériel médical crucial pour aider les malades début février, alors que ces produits étaient déjà fabriqués là-bas et manqueraient sous peu ici. En même temps, la pandémie s'enracinait déjà gentiment notamment à cause des malades importés par le gouvernement français...

Respirateurs artificiels, solution hydroalcoolique, masques de protection, cours à la maison après la fermeture des écoles, règles de distance sociale, gestion économique de la crise, pas un domaine qui ne sente l'improvisation à plein nez. Personne ne sait quelles seront les règles en vigueur la semaine suivante.

Nos élites naviguent à vue.

Lorsqu'un politicien n'a plus d'idée, il ne fait rien et prétend ensuite que ce qui se passe est finalement exactement ce qu'il avait prévu. Dans cet ordre des choses, on peut présenter Boris Johnson et la fumeuse théorie de l'immunité de groupe (ce qui présage tout de même au moins 2 millions de morts au Royaume-Uni pour l'acquérir...) mais qui rétropédale soudain en réalisant l'énormité de cette folie. Ou Angela Merkel qui annonce en toute décontraction, entre la poire et le fromage, que 70% des Allemands pourraient contracter le virus, alors même qu'elle a le devoir et le pouvoir de prendre les décisions pour empêcher cela...

En Suisse, le grand public a découvert la semaine du 10 mars l'absurdité de la nouvelle doctrine du Conseil fédéral - "la Suisse capitule", avais-je écrit. Parmi le monceau de demi-mesures annoncées, la décision totalement incompréhensible de ne plus tester systématiquement les cas suspects mais seulement les cas "graves".

Nous en comprenons aujourd'hui les raisons réelles: la Suisse sera bientôt à court de kits de détection. Encore une brillantissime planification de la part de nos autorités.

Les élites commencent à payer

Il est de bon ton de parler des bonnes stratégies - les stratégies rejetées de façon hautaine à l'époque, et dont on explique ensuite que c'était la bonne chose à faire mais qu'il est désormais trop tard. La fermeture des frontières aux ressortissants provenant de pays infectés, quelle que soit leur nationalité. Les campagnes de dépistage massif et systématique. La quarantaine de tous les cas suspects. Les mesures d'isolation pour les groupes vulnérables.

Nous sommes à des années-lumière de tout cela. Un temps crucial a été dilapidé en vain. La Suisse et sans doute d'autres pays européens en arrivent à un tel niveau d'indigence sanitaire que nous ne pourrons bientôt même plus déterminer qui est affecté par le Coronavirus.

Rassurez-vous, il restera toujours suffisamment de tests - mais seulement pour les élites, cela va sans dire. Lorsque vous apprenez que la Confédération décrète que seuls les cas graves sont testés mais qu'une semaine plus tard les médias s'épanchent sur la quarantaine d'un Conseiller Communal de la Chaux-de-Fonds ou annoncent l'infection de Nathalie Fontanet du Conseil d'État genevois ("tout le Conseil d’État a été testé ce matin" explique l'article) on comprend bien que si vous êtes un simple employé du privé avec des symptômes suspects, vous n'aurez pas droit aux mêmes égards que nos vaillants élus, enchaînant bonne décision sur bonne décision et sans lesquels la Terre ne saurait tourner. Tant pis pour votre famille.

C'était sans doute ce que sous-entendait Alain Berset toutes les fois où il évoquait "les services de santé et l'administration" comme catégories prioritaires... Lorsqu'on est au pouvoir, il est bon de ne pas s'oublier entièrement.

Mais les élites auront beau avoir les meilleurs spécialistes, leurs kits de détection à volonté et sans doute des respirateurs artificiels réservés à leur usage exclusif, elles n'en sont pas moins affectées par la maladie comme tout le monde. C'est particulièrement vrai en Suisse où la classe politique entretient une proximité beaucoup plus étroite avec le bas peuple que dans d'autres pays comme la France ou l'Allemagne.

Les têtes d'affiche politiques font les gros titres lorsqu'elles apprennent qu'elles sont infectées, mais pour chacune d'elle combien de hauts cadres de l'administration, de médecins cantonaux (!) et d'autres membres de la bureaucratie directement responsables de la situation sanitaire du pays se retrouvent eux aussi confrontés à la maladie, comme le premier journaliste venu?

Le Coronavirus ignore le statut social et le prestige de ses victimes. Il touche aussi bien les princes que les célébrités. Et pour ces gens comme pour le reste, nous n'en sommes qu'au début.

Lorsque M. Köppel évoque une "analyse des coûts par rapport aux avantages" dans un éditorial, je pense - j'espère - qu'il ne réalise pas l'énormité de ce qu'il écrit en termes de centaines de milliers de victimes potentielles dans la seule Helvétie.

Les mots ne coûtent pas grand-chose, mais les mauvaises décisions se payent en vies humaines.

Commentaires

Monsieur Montabert, vous avez mille fois raison. Mais votre positionnement est malheureusement rare; on voit encore trop de commentateurs, encore mentalement dans l'ancien monde, qui restent hypnotisés par l'apparence du pouvoir et de l'action, alors qu'il n'y a pas ou peu de pouvoir et d'action dans la réalité des faits.

La place du très petit pays qui est le nôtre dans ce funeste palmarès...

h**ps://www.worldometers.info/coronavirus/

... devrait en effet inciter nos "élites" exécutives non seulement à la modestie, mais également à la prudence... Qui sait, peut-être y aura t-il un grand "Nuremberg" de la pandémie, du moins si le système actuel cède ?

Deux remarques encore en vrac.

Remarque 1: j'ai adoré voir le reportage sur la mobilisation des soldats sanitaires contrôlés à l'entrée en service par des plantons munis de thermomètres, mais qui eux-même n'avaient aucune protection. En une quinzaine d'années, notre armée est devenue une vraie farce.

Remarque 2: j'adore également quand notre exécutif nous dit que les masques ne servent à rien, mais qu'ils sont absolument indispensables pour les soignants. Avec mon pauvre petit raisonnement de "non-expert", j'arrive pourtant à comprendre que si un imbécile me crache ses glaires dans une file d'attente, je peux quand même enlever immédiatement mon masque sans être atteint. Je peux également comprendre que si je suis un porteur atypique du virus, avec mon masque, j'empêche de fait une propagation furtive dudit virus. Tout cela parce que nos "élites", tant politiques qu'économiques, n'ont pas pensé à faire des stocks de masques quand cela était encore possible. A croire que nos "élites" ne connaissent pas internet: dès la fin janvier, on pouvait voir des scènes très inquiétantes venant de Chine, qui auraient dû inciter nos "décideurs" à un peu de décision.

Écrit par : UnOurs | 21 mars 2020

PS: au sujet des masques ou plutôt de leur manque de disponibilité, le "non-responsable" que je suis enverrait immédiatement quelque gros-porteurs de Swiss (de toute façon, ces avions ne volent plus actuellement) en Chine pour en revenir, chargés à plein, avec des masques pour toute la population suisse. A la façon sud-coréenne.

Mais voilà, nos "responsables" préféraient encore, il y a quelques jours, nous parler de "gripette" et de Dafalgan.

Quant à Roger Köppel, on voit avec ses propos toute la limite du "droitard" strictement économique (Philippe Leuba peut aussi définitivement aller se cacher). Si, en effet, on avait fermé strictement la frontière suisse aux personnes il y a trois semaines (sauf exception pour les travailleurs nécessaires, comme dans l'hospitalier par exemple), on aurait pu contenir beaucoup plus facilement la propagation de la maladie, tout en laissant la machine économique tourner à moyen régime. Cela aurait été dur, mais encore supportable.

Par idéologie globaliste, on n'a pas voulu fermer les frontière pour protéger l'économie, faisant fi de la sécurité sanitaire des Suisses.

Et aujourd'hui, très logiquement (mais cette logique est probablement trop simple pour les "élites"), on n'a plus ni sécurité sanitaire ni sécurité économique.

Écrit par : Un_Ours | 21 mars 2020

Sans avoir lu ce scientifique (anthropologue), que j'ai découvert par hasard; sur la communication de la crise, je pense exactement la même chose depuis un bout de temps:

« les taux de complications et de mortalité qu’on nous brandit sous le nez jour après jour ne veulent rien dire. En l’absence de dépistage systématique de la population, nous n’avons aucune donnée fiable à laquelle référer les données dont nous disposons (nombre de cas déclarés et de décès). [...]La cacophonie actuelle ne permet juste pas d’avoir la moindre idée de la progression réelle du virus et de sa diffusion. »

Pour lire ses propos:
https://bit.ly/3bdBSCV

Maintenant, s'il y a quelqu'un pour dire que c'est un charlatan, un rigolo, un "fake-newser", etc., des arguments «sivouplait»

Écrit par : petard | 21 mars 2020

Pour les masques j'ai un truc...

Achetez des pampers pour nouveaux-nés... faites une découpe (pour donner la forme voulue)... puis faites quelques trous avec une fouchette pour que l'air puisse passer...

...et pour tenir le truc sur le visage, prenez un de ces machins que les joueurs de tennis se mettent autour de la tête (Federer et Nadal se mettaient ça autour de la tronche).... ou attachez avec le la ficelle, un ruban, etc....

Écrit par : petard | 21 mars 2020

Une prédiction ou plutôt une prévision: quand la pandémie sera passée, attendez-vous à ce que la presse et les politiques suisses poursuivent leurs pratiques incestueuses, à savoir que les journalistes de masse qui n'ont rien relaté de ce qui se passait en Chine depuis la fin janvier (1) vont encenser l'engagement des politiques en charge aujourd'hui, qui n'ont rien vu venir et qui n'ont pas pris les bonnes mesures à temps. Attendez-vous également à ce que les "moutons" ne voient rien passer. Comme en France, où le troupeau se rassemble déjà autour du mauvais berger:

http://www.fdesouche.com/1351309-confiance-la-cote-de-macron-bondit-13-en-pleine-crise-sanitaire


(1) n'importe qui, avec un peu de curiosité, pouvait voir sur les réseaux sociaux chinois ce qui allait nous tomber dessus.

Écrit par : Un_Ours | 21 mars 2020

"...le "non-responsable" que je suis enverrait immédiatement quelque gros-porteurs de Swiss (de toute façon, ces avions ne volent plus actuellement) en Chine pour en revenir, chargés à plein, avec des masques pour toute la population suisse..."

A tout hasard, Monsieur Montabert, pourriez-vous faire remonter "à l'interne" au sein de l'UDC ce genre d'idées, de façon à ce que quelqu'un en vue dans votre parti répercute l'idée plus haut ?

Écrit par : Un_Ours | 21 mars 2020

Pour ma part, voici comment j'analyse cette situation en Suisse : pendant les trente dernières années, la médecine suisse s'est tournée avec un objectif principal, p5213 toute cette pratique hyper-luxueuse...
Il y a de cela environ 10-15 ans, mon neveu, médecin et fils de médecin, faisait un stage de chirurgie au CHUV. Lors d'une opération très compliquée sur un patient de plus de 90 ans, mon neveu a fait remarquer qu'à la Chaux-de-Fonds, d'où il venait de faire un stage équivalent, on aurait utilisé tel produit et non celui utilisé à Lausanne, à 900 francs les quelques milligrammes. Réponse cinglante du chirurgien lausannois : à La Chx de F. ce sont des nazis, des fascistes !
Interview de Solange Peteers, grande vedette lausannoise de l'oncologie : le médecin n'a pas à se poser la question du coût du traitement ni de l'origine du patient. Donc, si on comprend bien, si un migrant atteint d'un des pires cancers possible peut être soigné avec un médoc à 100 milliards de dollars, nous ne devons pas hésiter à ruiner totalement la Suisse pour offrir quelques jours de vie supplémentaires à ce migrant venu de pays où la vie ne vaut pas une croûte de pain. Solange Peteers est socialiste, inutile de préciser. Et elle a une position de cadre supérieur au CHUV.
A cela s'ajoute l'idéologie des dingues de la vie éternelle, ou du moins de la vie jusqu'à 200 ans. Ils oublient que pour faire durer aussi longtemps une personne, il faudra lui payer une équipe de médecins et d'infirmiers assez conséquente, un étage complet au CHUV, bref un million par jour.

C'est cela qui se casse la gueule sous nos yeux, cette médecine de mandarins aussi arrogants que stupides qui peuplent nos hôpitaux. Savez-vous ce que gagnent ces gens, combien de millions par année ? Dans le débat sur le coût de la santé, tous les journaleux protègent à fond les médecins (parents ? amis ? frères ?) et enfoncent les assurances maladie.
Il faudrait que les Suisses ouvrent les yeux. Est-il vraiment nécessaire de prolonger à tout prix la vie des vieux, au mépris de la qualité de cette vie ? Savent-ils que la dernière année de ces vieux coûte plus que tout le reste de leur vie passée sur le plan de la santé ?

Écrit par : Géo | 21 mars 2020

Et oui, Géo, le caractère sacré de la vie est une merveilleuse notion qui perd toujours face au caractère inéluctable de la mort.
Et donc le débat très difficile au plan éthique de la valeur d'un temps supplémentaire de vie, valeur financière / énergie / temps passé par des personnes, n'a jusqu'à maintenant jamais eu lieu en public.

Mais il a depuis longtemps lieu dans les hôpitaux et lors d'accidents / catastrophes / guerres lorsque ce n'est de toutes façons pas possible de "sauver" tout le monde...

Ne pas vouloir débattre d'un problème qui va se poser de plus en plus, c'est la même procrastination que certains accusent nos politiques d'avoir eue...

C'est choquant mais c'est réel, et la réalité gagne toujours face à la morale et les bonnes intentions, chose que peu sont prêts à accepter.

L'Humanité n'a guère fait de progrès en fait. L'égoïsme, la jalousie, l'orgueil, la peur sont toujours plus forts que la compassion et l'acceptation que la vie est injuste.

Écrit par : greg | 21 mars 2020

Géo, avant que de passer aux méthodes d'Einsatztruppen dans les EMS, on pourrait déjà commencer par une sorte de "socialisme", mais dans un cadre "national", à savoir que l'argent des Suisses aillent aux Suisses, qu'ils soient vieux ou non.

Par exemple l'Italie qui n'a que 3000 respirateurs pour une population de 60 millions d'habitants a dépensé ces dernières années des milliards pour les migrants (en Suisse, je n'ai pas les chiffres, mais c'est probablement la même chose):

https://lesobservateurs.ch/2020/03/05/italie-coronavirus-largent-des-soins-de-sante-a-ete-depense-pour-laccueil-des-migrants/

Donc, avant que de flinguer nos vieux dans un "fossé palliatif", commençons déjà par garder notre argent pour nous.

En outre, quand on a fait un peu de commandement à l'armée, on ne mène pas une troupe en disant d'emblée "bon, vous, les nuls de la cuisine et du bureau qui ne savez pas vraiment manier une arme, vous, on vous laisse crever à la première embuscade, parce que vous êtes une charge". Moi qui suis encore efficace sur un plan militaire, j'entends ce genre d'ordres, je prends mes dispositions par rapport aux donneurs d'ordre...

Écrit par : Un_Ours | 21 mars 2020

"Pour les masques j'ai un truc..."

J'ai la chance d'avoir une cinquantaine de masques.
Je les fais "tourner", c'est-à-dire que ceux que j'ai utilisés, je les mets dans un carton (un virus ne survit pas éternellement sans substrat organique), puis je les réutiliserai, après les avoir foénés plus de cinq minutes à la température maximal (ce virus est censé crever à plus de 60 degrés).

Écrit par : Un_Ours | 21 mars 2020

Bizarre, ce p5213...
Il manque un passage : "prolonger un maximum la vie des vieux pour faire avancer la science, certes, mais aussi faire beaucoup, beaucoup d'argent pour les médecins"

Écrit par : Géo | 21 mars 2020

Qu'un médecin se paie une Porsche tous les deux ans, c'est un problème.
Le vrai problème, c'est que 60% de la richesse mondiale est contrôlé par 2000 familles.
On s'attaque à ce problème ?

Écrit par : Un_Ours | 21 mars 2020

« après les avoir foénés plus de cinq minutes à la température maximal »

que ce soit du papier ou du tissu... ça va aussi, au four à 80° pendant
un quart heure c'est RA-DI-CAL

... rien à voir avec les tdc qu'on sait.... :-))

Écrit par : petard | 21 mars 2020

Pour l'alcool à 70°...

J'ai encore de la pomme et du pruneau, de mon père... à l'époque c'était du "brutal", pas du truc pour "entre-deux-genres"...

Écrit par : petard | 21 mars 2020

Ah merci, Petard, malin le truc du four :-)

Écrit par : Un_Ours | 21 mars 2020

Un article pour mettre en perspective la démographie en Suisse en 2015 :

https://www.24heures.ch/suisse/nombre-deces-haut-suisse-1918/story/27060121

Écrit par : greg | 21 mars 2020

l'infectiologue Didier Raoult a accordé une interview au Journal La Provence; c'est pas piqué des hannetons... morceaux choisis:

« Provence: 627 morts en une journée et 40 000 cas de Covid-19 en Italie, on n'en est plus à la "grippette" dont vous parliez...

Didier Raoult: Vraisemblablement, vous ne comprenez pas du premier coup. Toutes les situations doivent être mises en perspective. [...] Le monde de l'information vit dans un monde parallèle au mien, celui de l'observation. On est passé d'une exagération à une déconnection. Il y a dans le monde 2,6 millions de morts d'infections respiratoires par an, vous imaginez que les 5 000, 10 000 ou même 100 000 vont changer les statistiques ? »


« P: Vous êtes en permanence à contre-courant du discours...

DR: Ce n'est pas parce qu'il y a quelques personnes qui pensent certaines choses à Paris, que je suis à contre-courant. [...] Je fais de la science, pas de la politique. Les maladies infectieuses, ce n'est pas très compliqué, c'est diagnostic et traitement. C'est le B-A ba, si les gens ne connaissent pas le B-A ba des maladies infectieuses ou de la chloroquine qui s'apprend en troisième année de médecine, je n'y peux rien. Je vais pas refaire l'éducation de ceux qui refont le monde sur les plateaux-télé. »

« P: Après six jours de traitement, la charge virale de 75% des patients est négative, sont-ils pour autant guéris ?

DR : Ils sont guéris du virus. Mais si vous avez des lésions pulmonaires, elles ne disparaîtront pas en trois jours. [...] »

Pour explication à la courbe exponentielle des décès...

« DR: Pour l'instant, les cas graves sont ceux qui ne sont ni détectés, ni traités et qui arrivent avec une insuffisance respiratoire très grave. Ils vont directement en réanimation et ils vont mourir là-bas. Si on dépiste et que l'on traite les gens précocement il y a forcément plus de chance de les sauver que 48 heures avant la phase terminale. »

L'interview intégrale ici:
https://bit.ly/2wtlejZ

Pour écouter son analyse:
https://youtu.be/zN0uVZYDhKA

Écrit par : petard | 21 mars 2020

"Donc, avant que de flinguer nos vieux dans un "fossé palliatif""
En voilà un qui n'a rien compris, contrairement à Greg. Ce que je dis, c'est que tout l'effort de la médecine moderne va dans le sens de la prolongation maximum de la vie des gens. Et comme l'a dit Greg, nous n'avons rien à dire sur le sujet. Il est vrai que la droite est très divisée sur ce sujet. Les cathos - visiblement le cas de "UnOurs - pensent qu'il faut tout faire pour prolonger la vie même si les gens souffrent tous les maux possibles et imaginables. Ne pas oublier que notre vie ne nous appartient pas mais à not'seigneur...
Voir l'illustration utilisée par "Les Observateurs" pour chaque article sur Exit : on nous montre un type en blouse blanche brandissant une hache sur un patient alité...Voir aussi l'expression utilisée par UnOurs : "avant que de passer aux méthodes d'Einsatztruppen dans les EMS".

Écrit par : Géo | 22 mars 2020

La psychose joue dans les mains des pouvoirs.

On le voit bien en France.

Alors, s'il vous plaît, du calme et de la retenue.

Écrit par : Franck Boizard | 22 mars 2020

« Ils auront des comptes à rendre.... »

Collard et Dupont-Aignan dénoncent !

Gilbert Collard sur youtube: «j'ai deux mots à vous dire »

https://youtu.be/hWkWqrvy5h8


Nicolas Dupont-Aignan: « on a le devoir de vérité »

https://youtu.be/ko4y7F9LuX8

Écrit par : petard | 22 mars 2020

« tout l'effort de la médecine moderne va dans le sens de la prolongation maximum de la vie des gens »

Normal, c'est de la lutte anti-gaspillage... on répare ce qui est réparable et on envoie à la casse ce qui est foutu.

Et surtout, on ne crée pas de nouveaux modèles, tant que les anciens sont encore utilisables...

Mais c'est quoi ces conneries, on ne devrait plus laisser papi, frimer sur les quais avec son dernier déambulateur ?

Écrit par : petard | 22 mars 2020

"Ce que je dis, c'est que tout l'effort de la médecine moderne va dans le sens de la prolongation maximum de la vie des gens."

Plus vieux et plus handicapés. Entre les centaines de milliers de vies brisées en France par le vaccin hep B, les quelques (les Français ont boudé le vaccin, un vaccin acheté et inutilisé fait peu de victimes) vies brisées par le vaccin contre la grippe dite "porcine" (qui n'a jamais été vue sur un porc, dans le monde entier) de 2009, les médicaments anti Alzheimer qui ne font rien au mieux mais qui sont fortement soupçonnées de causer Alzheimer, le dépistage du cancer du sein certainement impliqué dans le cancer du sein, et je ne parle pas de la prostate...

La Médecine nous rend malades. Gravement.

Et parfois elle soigne. Mais il faut se méfier des hôpitaux et des andouilles (pour être gentil) qui y travaillent. Ils sont responsables en premier lieu de cette crise civilisationnelle avec les médecins de ville français décérébrés et leur syndicats totalitaires, surtout les pédiatres qui ont des erections à l'idée d'envoyer des lettres de dénonciation pour signaler des bébés non vaccinés contre une MST.

Écrit par : simple-touriste | 22 mars 2020

"DR: Pour l'instant, les cas graves sont ceux qui ne sont ni détectés, ni traités et qui arrivent avec une insuffisance respiratoire très grave. Ils vont directement en réanimation et ils vont mourir là-bas."
Ouais ben j'étais justement à me dire ça...
Est-ce que qqn est sorti vivant de l'épreuve du respirateur, curarisé et sous coma artificiel ou bien c'est une foutaise absolue ?

Écrit par : Géo | 22 mars 2020

Ceci...

http://www.genethique.org/fr/leuthanasie-sera-un-instrument-essentiel-de-nos-societes-futures-jacques-attali-1981-62737.html

... non.

En fait, je suis largement pire qu'un "extrême-droitiste", je suis un "claniste".
Tu touches à mon clan, ton intégrité physique n'est plus garantie. Donc, ceux qui menacent les vieux de mon clan... par ailleurs, cela est valable pour moi non seulement pour la famille biologique, mais également pour la famille "étendue" que représente le groupe ethnique.

Écrit par : Un_Ours | 22 mars 2020

Monsieur Montabert, vous avez mille fois raison. Mais votre positionnement est malheureusement rare; on voit encore trop de commentateurs, encore mentalement dans l'ancien monde, qui restent hypnotisés par l'apparence du pouvoir et de l'action, alors qu'il n'y a pas ou peu de pouvoir et d'action dans la réalité des faits.

La place du très petit pays qui est le nôtre dans ce funeste palmarès...

https://www.worldometers.info/coronavirus/

... devrait en effet inciter nos "élites" exécutives non seulement à la modestie, mais également à la prudence... Qui sait, peut-être y aura t-il un grand "Nuremberg" de la pandémie, du moins si le système actuel cède ?

Deux remarques encore en vrac.

Remarque 1: j'ai adoré voir le reportage sur la mobilisation des soldats sanitaires contrôlés à l'entrée en service par des plantons munis de thermomètres, mais qui eux-même n'avaient aucune protection. En une quinzaine d'années, notre armée est devenue une vraie farce.

Remarque 2: j'adore également quand notre exécutif nous dit que les masques ne servent à rien, mais qu'ils sont absolument indispensables pour les soignants. Avec mon pauvre petit raisonnement de "non-expert", j'arrive pourtant à comprendre que si un imbécile me crache ses glaires dans une file d'attente, je peux quand même enlever immédiatement mon masque sans être atteint. Je peux également comprendre que si je suis un porteur atypique du virus, avec mon masque, j'empêche de fait une propagation furtive dudit virus. Tout cela parce que nos "élites", tant politiques qu'économiques, n'ont pas pensé à faire des stocks de masques quand cela était encore possible. A croire que nos "élites" ne connaissent pas internet: dès la fin janvier, on pouvait voir des scènes très inquiétantes venant de Chine, qui auraient dû inciter nos "décideurs" à un peu de décision.

Écrit par : UnOurs | 23 mars 2020

"Donc, ceux qui menacent les vieux de mon clan..." Il ne s'agit pas de menacer qui que ce soit mais il faudrait remettre en question les finalités de la médecine actuelle. J'ai bien peur que cette débauche de moyens pour prolonger la vie de certains vieux n'a que pour but d'expérimenter de nouveaux produits, de se faire la main pour les jeunes chirurgiens et de faire tourner le commerce médical...
Mais je n'ai fait que parler de tendances et pas de cas particulier. Chaque personne est différente. On se confronte sans arrêt à cette confusion entre subjectif et objectif. Telle personne connaît un immigrant sympa et du coup veut faire ouvrir toutes les frontières, air connu...
P.S. En tout cas, s'il reste un Valaisan (= clanique), ce sera vous. Cela se sent même avec vent contraire...

Écrit par : Géo | 23 mars 2020

Je ne sais pas comment chez vous, mais dans mon bled, chef-lieu d'une des plus importantes communes vaudoises, un seul point de vente de 24 heures : trois exemplaires. TROIS.
Cela sent le sapin. Il est bientôt temps de se dire adieu ou au revoir sur d'autres plateformes, parce que 24 heures est visiblement en train de couler. A pic...

Écrit par : Géo | 23 mars 2020

La sinophobie en réponse au coronavirus (à l'usage des populo-centristes). Look at this: https://edition.cnn.com/2020/03/22/opinions/sinophobia-coronavirus-response-liu/index.html

Écrit par : rabbit | 23 mars 2020

Polémique sur les masques...

La pénurie de masques provoque en Europe une avalanche de critiques de droite à gauche des échiquiers politiques.

Si les masques étaient un accessoire islamique comme le foulard... il y en aurait en suffisance partout.

Mesdames, ruez-vous là-dessus, protection et confinement intégral garantis !
https://bit.ly/2JlVvgx

Écrit par : petard | 23 mars 2020

France: des peines de prison demandées pour non-respect du confinement, la sorcière dérape !

Voir ici:
https://bit.ly/33HdxD9

La politique du "tout le monde au trou", c'est parce que les autorités ne sont pas en mesure de fournir au peuple les mesures de protection les plus élémentaires.

Écrit par : petard | 23 mars 2020

On ne l'avait pas encore entendu sur ce coup-là. Michel Onfray sort de son silence avec un billet publié chez RT France (les méchants enfumeurs de Poutine...), c'est du lourd !

Lire ici:
https://bit.ly/2vJ55ql

Écrit par : petard | 23 mars 2020

@Un_Ours

Ne pas "toucher" aux vieux, mais admettre qu'ils sont nombreux à vouloir en finir, d'une façon ou de l'autre... sauf ceux dont l'esprit a quitté le corps et qui ne se rendent pas compte qu'ils coûtent des fortunes à leurs héritiers, ce qui aurait rendu malades ces personnes qui étaient très fières de laisser un beau patrimoine à leurs enfants et petits enfants, patrimoine dont il ne restera pas grand chose.

La vie dans l'état dans lequel la plupart se trouvent en EHPAD est pitoyable, on ne laisserait pas son chien dans un état pareil.

Écrit par : simple-touriste | 23 mars 2020

Ce billet doit absolument être lu : (en tout cas il exprime ce que je ressens de la science depuis longtemps, en particulier pour ma part sur le GIEC. Mais au sujet de la médecine, je ne consomme quasiment jamais de médicaments. Maintenant, je sais pourquoi...)
http://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2020/03/24/hydroxychloroquine-comment-la-mauvaise-science-est-devenue-u-305255.html

Écrit par : Géo | 24 mars 2020

Onfray est magistral sur la question des penseurs pré-socratiques, mais devient franchouillard dès qu'il s'agit de politique de son pays; à moins que ce soit l'interprétation d'une interview de Michel Onfray par une usine à trolls post-soviétique (cf. petard). Les propos du Dr Michel résument assez bien le fait que son pays ne compte pas loin de 65 millions de présidents, ce qui se rapproche aussi fidèlement d'une définition de l'anarchie. Cela dit, cette histoire de COVID-19 commence gentiment à me les briser menu (Monsieur Fernand dans «Le Tontons flingueurs»); je serais franchement soulagé de pouvoir retourner en Chine...

Écrit par : rabbit | 24 mars 2020

Alors, ce serait si difficile d'envoyer quelques A-380 de Swiss chercher ces masques...

https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/coronavirus-des-millions-de-masques-sont-disponibles-en-chine-mais-la-france-ne-les-achetent-pas-1585034248

... on roupille au Conseil fédéral ?

Écrit par : Un_Ours | 24 mars 2020

La «communauté médicale et médiatique» continue d'emm... Didier Raoult, ce prof. marseillais qui a suggéré le traitement à la chloroquine...

À sa place je me tirerais aux Etats-Unis et je laisserais ces crétins de Français dans leur m....

Ce qu'ils sont en train de faire subir à cet homme est ODIEUX et le mot est faible.

Écrit par : petard | 24 mars 2020

La dernière mise au point du prof Didier Raoult

Ici:
https://youtu.be/GFkUnJ46MVI

Écrit par : petard | 24 mars 2020

Raoult est un imbécile, dans sa communication surtout.
Il a peut être raison, ou pas. Mais sa manière de communiquer, l'étude sur laquelle il se base et son passif fait qu'il faut plus se méfier de lui que lui faire confiance.
Pourquoi:
Il entre exactement dans la définition de la mauvaise science qu'en fait le Dr Michel:
- Etude sur un très faible échantillonnage (26 personnes)
- pas de groupe témoin, pas de protocole fiable et pas de reproductibilité possible
- De plus il n'est pas exempte de conflits d'intérêts
- Il signe un max de papier par année (185!! en 2019 je crois, 1 tout les 2 jours), pour augmenter sa représentation et son prestige. Il a même reconnu lui-même qu'il ne les lisait pas tous
- Il a été poursuivi pour mobbing et harcèlement
- Il en sort des énormes ("un test sur un petit échantillon est plus représentatif que sur un grand nombre de gens..." What??)
- Base une partie de son argumentaire sur sa renommée

Il entre quasiment très exactement dans toutes les cases décrites par le Dr Michel.
Et il en fait pourtant une sorte de héro de la médecine. C'est un peu dangereux je trouve.

Raoult est un imbécile car il a obtenu l'autorisation de faire une étude sur le coronavirus et l'hydroxychloroquine très rapidement par les autorités. C'était une très bonne chose: une piste possible, des indices d'efficacités, une connaissance du domaine indéniable. Et qu'est ce qu'il en a fait? De la merde, un truc inutilisable et bancal au possible.
C'est triste car cela aurait pu vraiment aider. Soit parce qu'en faisant correctement les choses une efficacité aurait été montrée, soit non, mais on aurait été fixé et les ressources mieux consacrées.

Il aura peut être raison, mais si c'est le cas, cela ne sera que juste dû au hasard et non à son intuition. Parce que ce que son étude montre, c'est que ceux qui ont été guérit après son "traitement" auraient très bien pu l'être sans traitement du tout.

Et oui, cette molécule peut potentiellement tuer des gens aussi.
Quand on parle de traiter de milliers de gens, on n'agit pas comme dans un épisode de Dr House où on balance tout et on répare les dégâts collatéraux après.

Sincèrement, j'espère que ce traitement est efficace, cela sauverait certainement beaucoup de gens. Mais je trouve très dangereux de jouer à la roulette russe sans même avoir une idée de combien de balles on a dans le barillet.

Écrit par : Lefredo | 25 mars 2020

"Ce qu'ils sont en train de faire subir à cet homme est ODIEUX et le mot est faible."

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ignace_Philippe_Semmelweis

Dans le même registre, essayez de demander à votre médecin traitant une injection de vitamine C, traitement courant il y a une quarantaine d'années.

Écrit par : Un_Ours | 25 mars 2020

"- Etude sur un très faible échantillonnage (26 personnes)"

Tous les critiques répètent ça en boucle, mais pas un seul n'a mentionné le bon échantillon pour une telle étude.

Et au fait, comment fait-on pour obtenir une étude de niveau correct sur ces traitements? Par de la com, peut-être? Comme le fait Raoult, donc?

Au fait, j'ai entendu sur LCI (chaine de référence de la bobosphère crétinique) qu'une étude chinoise montrait l'équivalence entre la méthode Raoult et rien du tout, reprise par tous les crétins liberticides de LCI qui veulent assigner les Français à résidence. (L'étude ne dit rien de tel, évidemment. Et elle porte sur des groupes de ... 15. Ce qui n'empêche pas une certaine rhumatologue qui depuis des jours demande le renforcement du confinement d'exulter. La pauvrette ne comprend rien à rien.)

Et si 26 personnes sont un effectif très insuffisant pour ces médicaments, dites-nous quelles études sur les vaccins pourraient atteindre un effectif suffisant. On va bien se marrer.

Écrit par : simple-touriste | 26 mars 2020

Lefredo@ J-D Michel a écrit un nouveau billet sur le même sujet et je suis sûr qu'il vous intéressera. C'est décidément une question très compliquée. Cymes sur le plateau de C dans l'air expliquait que la chloroquine coupait la production d’interféron par les lymphocytes et que cela pose évidemment un problème : à quel moment donner de la chloroquine à un patient, à quel stade de l'infection. Je crois avoir compris que le nœud du problème tourne autour de cette question.
Mais j'écris cela sans la moindre prétention. Ne suis ni médecin ni biologiste...
En passant, je constate qu'il y a autour de l'humain les mêmes (légères) fractures que pour la terre. Nous géologues ne sommes pas vraiment géophysiciens et réciproquement, un géophysicien n'est pas vraiment un géologue. Je parie que cela pose aussi un (léger) problème entre médecins et biologistes...

Écrit par : Géo | 26 mars 2020

@Un_ours
Avec ce genre de réflexion, on peut tout aussi bien lui demander l'apposition de ventouses. C'était courant à une époque.
Si une étude est bien menée, il n'y a pas de raison que cela génère une levée de boucliers de la part de la communauté scientifique.
Le problème c'est que l'étude de Raoult est vraiment mal foutue, voire même peut-être frauduleuse: disparition de cas qui aurait rendu les résultats moins intéressants, modification de données bizarres d'une version à l'autre, changement de statut des gens intégrés (passé de non testé à positif). Et tout cela allant dans le sens de prouver l'efficacité du traitement proposé.
C'est ce genre de chose qui rendent la communauté scientifique prudente.
Donc non, le traitement qu'il reçoit n'est pas odieux, il a tout fait pour se voir traité de la sorte. Il avait tout en main pour faire les choses correctement.

Écrit par : Lefredo | 26 mars 2020

L'impact du coronavirus sur le secteur "tourisme & loisirs" aux States : https://www.visualcapitalist.com/covid-19-downturn-beach-stocks/

Écrit par : rabbit | 26 mars 2020

@lefredo

Libre à vous de prendre Didier Raoult pour un un imbécile. Il me semble que vos considérations s’apparentent davantage au délit de sale gueule qu’à de solides arguments.

Libre à vous évidemment de préférer le genre lissé, bien mis et encravaté à la Macron ou genre banquiers de la Bahnhofstrasse…

Mon père (qu’a-pas-fait-la-Sorbonne), dirait juste: «ça va avec le reste»

Le protocole de médication de l'IHU Méditerranée, tout sauf "bancal":
https://bit.ly/2UiXgky

Écrit par : petard | 26 mars 2020

La télévision de service public nous invite fermement à rester à la maison, alors que la qualité et la quantité des films au programme n'a rien pour nous scotcher devant les écrans 24 heures sur 24. Si c'est comme ça, je sors... et ils auront ma mort sur la conscience...

Écrit par : rabbit | 26 mars 2020

@Lefredo
"Et oui, cette molécule peut potentiellement tuer des gens aussi.
Quand on parle de traiter de milliers de gens.."
Des millions de personnes ont été traitées contre le paludisme avec cette molécule, donc ses effets secondaires sont déjà connus.

Écrit par : Michel | 26 mars 2020

@lefredo

Vos arguments sur l'«étude» de Raoult que vous évoquez sont assez comiques; puisqu'il ne s'agissait pas d'une expérience académique, mais de SOINS...

Didier Raoult savait parfaitement ce qu'il faisait, puisqu'il étudie les coronavirus et leur traitement depuis de nombreuses années.

Enquêtez, relisez, écoutez ses arguments et les propos de ses collaborateurs et élèves, avant de dire des âneries.

Un «imbécile» honoré, voir ici:

https://youtu.be/eQlKMySlJsU

Écrit par : petard | 26 mars 2020

@Lefredo
"Si une étude est bien menée, il n'y a pas de raison que cela génère une levée de boucliers de la part de la communauté scientifique."

Il n'y a pas de raison et pourtant chaque étude qui montre qu'un vaccin cause des maladies graves a été traînée dans la boue par votre soi-disant communauté. Et je n'ai pas vu la défense de telles études contre des arguments fumeux, ineptes, monstrueux, notamment sur les SEP post vaccin hep B.

Quant au fait de changer des données entre deux versions, si c'est pour AJOUTER une information, quel est le souci?

Écrit par : simple-touriste | 27 mars 2020

"Des millions de personnes ont été traitées contre le paludisme avec cette molécule, donc ses effets secondaires sont déjà connus."
Ben oui, justement...

"Ses effets secondaires sont le plus souvent légers et transitoires mais ils peuvent être graves ; et la dose thérapeutique est proche du seuil de toxicité. Le surdosage induit notamment des troubles cardiovasculaires graves et potentiellement mortels"

https://fr.wikipedia.org/wiki/Chloroquine

Rien n'est simple...

Écrit par : Géo | 27 mars 2020

@ petard | 26 mars 2020

Les arguments que vous évoquez en défense de Raoult exige de pouvoir faire la différence (bien mise en avant par Raoult lui-même) entre étude au long cours et soins dans l'urgence. Les Intellectuels Idiots maniant les équations à 150 inconnues, qui peuplent et pourrissent notre monde, en sont parfaitement incapables.

@Lefredo

Les scientifiques sont des hommes et ils sont sujets aux erreurs collectives comme les autres (voir les réchauffement climatique anthropique).

Écrit par : Franck Boizard | 27 mars 2020

@Géo
Oui, mais c'est précisément parce que les effets secondaires sont DEJA connus que ce traitement peut être utilisé maintenant contre le coronavirus, comme c'est le cas dans plusieurs pays, y compris en Suisse.

Écrit par : Michel | 27 mars 2020

@Michel
Oui, traités pour le palu, avec des doses qui ne sont pas les mêmes que ce qui est préconisé ici, où l'on est très proche du seuil de toxicité.
Donc non, ce n'est pas tout à fait comparable.
Ce qui ne veut pas dire que cela n'est pas fait, vu que le protocole de Raoult est intégré dans le test de 4 protocoles différents. Donc encore une fois, le gars n'est pas mis de côté, il est controversé, principalement par sa propre faute.

@Pétard
Non, sa gueule, perso je m'en fous. Ca me dérange pas. Des caractériels, en Science il y en a, en général ils sont moins récompensés, mais ne sont pas moins compétents.
Les arguments que j'ai mis en avant concernant "l'étude" sur laquelle il se base pour sa conviction n'ont rien d'extravagants. Ils sont concrets et factuels. Quand on fait une étude, on prend un échantillon significatif quand c'est possible, on prend un groupe témoin représentatif, on ne fait pas disparaître ce qui ne nous arrange pas et on ne modifie pas les données d'une version à l'autre.
ET comme ce n'est pas le premier soucis qu'à Raoult ou ses équipes avec des chiffres et des études bancales, ca permet tout de même d'émettre quelques doutes sur le bonhomme.

@Petard
non, c'est faux. Que ce soit un report de soin ou autre, il n'y a pas de raisons d'arranger les résultats pour aller dans le sens qu'on souhaite leur donner. C'est principalement pour cela qu'il se fait actuellement "descendre". Surtout qu'il avait tout en main pour faire les choses bien. Sauf s'il n'y avait rien à montrer évidemment. Parce que si les résultats avaient été si bons que cela, il n'y aurait nul besoin de modifier les informations transmises sur une publi.
Et il sait très probablement ce qu'il fait, je suis d'accord avec ça. Mais cela excuse encore moins son attitude. Son expertise et sa réputation, même si un peu sulfureuse sur certains côtés, lui ont permis d'avoir les autorisations rapidement pour effectuer ses essais et tests. Pourquoi alors les planter de la sorte?
Quand on a tout en main pour bien faire, expérience comprise, c'est un peu gênant de tout gâcher, surtout dans ces circonstances.
D'autant plus qu'il appuie un peu trop sur son expérience et son expertise, justement, pour se faire entendre.

@simple-touriste
Je vais passer sur vos allégations anti-vaxx qui sont ridicules.
Si on se met à trafiquer les chiffres, c'est toujours louches. Et quand il y a plusieurs "manipulations" qui vont systématiquement dans le sens que l'on souhaite avoir, c'est encore plus louche.
Alors non, passer d'un patient "non testé" à "positif", ce n'est pas anodin et ce n'est pas juste "ajouter une information". C'est améliorer sensiblement les résultats que l'on obtient. C'est une fraude.

Après c'est peut-être qui aura raison et dans ce cas tant mieux, car c'est effectivement un médoc connu et relativement bon marché. Le soucis c'est qu'avec des communications non contrôlée, ben il a été dévalisé et il n'y en a pratiquement plus. C'est un peu con pour les futurs traitements et ça fait beaucoup de conneries dans la communication de Raoult.

Écrit par : Lefredo | 27 mars 2020

Ce n'est pas d'aujourd'hui que je ressens le plus profond mépris pour cette soi-disant profession, les psychologues. Mais alors aujourd'hui, on touche les sommets après un interview du nommé Yves-Alexandre Thalmann, expert en expertise à l'usage de la RTS. Ce monsieur nous parle des gens comme moi qui continuent, les horribles, à faire des balades en forêt tout seul, sans rencontrer qui que ce soit. Jamais ce monsieur nous explique ce qu'il y a de mal à cela, et il aurait bien de la peine à le faire, soyons clair. Cela ne l'empêche pas de sous.entendre que nous mettons en difficulté l'humanité ce faisant.
Non, c'est juste appuyer une mesure purement fasciste, juste pour discriminer ces salauds de retraités.
On est décidément environnés par un nombre impressionnant de parfaits imbéciles...

Écrit par : Géo | 27 mars 2020

Mais quasiment tous les médicaments peuvent susciter de graves problèmes dans des cas particuliers. Une fois, j'avais très mal à une épaule et mon médecin m'avait prescrit un médicament (dont j'ai oublié le nom), mais dont les effets éventuels étaient si inquiétants (ça allait des problèmes cardiaques à des crises de démence) que je ne les ai finalement pas pris. Evidemment, si je les avais pris, rien ne se serait passé, sauf cas exceptionnel. Il en va de même pour la chloroquine et ses dérivés, que tous les gens qui ont voyagé dans les pays chauds ont probablement déjà ingéré. Sans problèmes. Sauf cas exceptionnels.

Il y a quand même un truc qui pue dans cette histoire:

http://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2020/03/26/covid-et-mensonge-d-etat-en-france-305316.html

Écrit par : Un_Ours | 27 mars 2020

Mais quels enf... ces Français !

Ce n'est pas le peuple français que je vise ici; mais les gredins du régime, qui les accumule...

Alors, comme-ça, selon Loïc Hervé, sénateur de Haute-Savoie, «Genève est comme une enclave en France», et à ce titre devrait s'aligner sur la France en appliquant les mêmes mesures que dans l'Hexagone.

Mais quel toupet ! Et en plus, il insinue que les dizaines de milliers de frontaliers français qui se rendent en Suisse pour travailler, seraient mis en danger par ces Suisses non confinés...

Ce Monsieur vient nous faire la leçon alors que la gestion de la crise est particulièrement catastrophique en France (pénurie de matériels de protection, masques, gels, etc.), et notamment ces coups tordus à l'endroit d'un chercheur qui se démène avec acharnement pour apporter une solution...

Par ailleurs, son régime n'est pas capable (ou ne veut pas), faire respecter l'ordre républicain sur certains de ses territoire, notamment à Saint-Denis dans le 93.

Parce qu'à Saint-Denis, c'est l'impossible Etat de Droit, là, où les forces de l'ordre, voire l'armée sont «OUT».

Voir LeTemps, ici:
https://bit.ly/342ZoAx

À Saint-Denis, ce sont des vigiles qui gardent l'entrée du principal bureau de poste. Les pauvres, tentent d'imposer un mètre de distance entre les personnes. Impossible.

Dans cette ville de 110 000 habitants la résistance au confinement est endémique. La police n'intervient pas, elle regarde... normal ce territoire n'est plus sous contrôle de la République.

Et la police, qu'est-ce qu'elle dit: Contrôler ? «impossible», mettre des amende ? «c'est pas jouable, si une dispute commence... on ne pourra pas gérer».

Autrement dit, ici, une étincelle et c'est la guerre civile.

Alors SVP, M. le Sénateur, avant de nous faire la leçon et la morale, contribuez à faire le ménage chez vous !

Écrit par : petard | 28 mars 2020

Monsieur Montabert, avez-vous transmis cette idée...

http://www.fdesouche.com/1355607-la-france-commande-au-total-un-milliard-de-masques-a-la-chine-la-livraison-sera-faite-par-des-avions-russes-antonov

...à des membres de l'UDC ayant accès à l'exécutif fédéral, ça devrait être facile pour vous: j'imagine par exemple "vous" --> "Céline Amaudruz" --> "Guy Parmelin" ?

Bon Sang, c'est quand même pas compliqué, des masques pour tout le monde et plus personne ne postillonne de virus, que l'on soit malade ou que l'on soit sans signes cliniques.

Écrit par : Un_Ours | 28 mars 2020

"Ce monsieur nous parle des gens comme moi qui continuent, les horribles, à faire des balades en forêt tout seul, sans rencontrer qui que ce soit. Jamais ce monsieur nous explique ce qu'il y a de mal à cela, et il aurait bien de la peine à le faire, soyons clair. Cela ne l'empêche pas de sous.entendre que nous mettons en difficulté l'humanité ce faisant."

Bien vu, ce sont généralement les mêmes qui, avant, haïssaient souvent l'idée même de frontières (avec ce que le concept de séparation implique au plan philosophique) qui, aujourd'hui, veulent ériger pour tous une frontière absolue au seuil de nos maisons ou de nos appartements.

Écrit par : Un_Ours | 29 mars 2020

"@Michel
Oui, traités pour le palu, avec des doses qui ne sont pas les mêmes que ce qui est préconisé ici, où l'on est très proche du seuil de toxicité."
En Mauritanie, les médecins locaux ont bien failli tuer mon assistant hydrogéologue, négro-africain d'ethnie sevère, à coup d'injections de Quinimax. Pas besoin d'être très instruit pour comprendre que Quinimax, cela veut dire dose maximum de quinine, et que chloroquine et quinine, c'est pas très loin. Les doses pour le Covid19 sont très fortes.
"Tout est poison et rien n'est sans poison; la dose seule fait que quelque chose n'est pas un poison." Paracelse.
Avec six litres d'eau, vous tuez n'importe qui...

Écrit par : Géo | 30 mars 2020

Il y a un proverbe, certes vulgaire, mais dont l'argument reste très valable:

"il vaut mieux avoir un bâton merdeux que pas de bâton du tout."

Écrit par : Un_Ours | 30 mars 2020

Ouf ! Maintenant on SAIT !

Ah, mais qu'il était temps ! On respire. Maintenant on sait que le prof Didier Raoult est un crétin complètement à la masse.

Grâce à qui, à quoi...? Non, non, non... pas une étude contradictoire...

C'est grâce à un activiste mai-soixanthuitard franco-allemand (d'excellente réputation), que l'on sait désormais que Didier Raoult est une pomme:

Voir ici, il se distingue, le rouquin:
https://youtu.be/DrRYK_xWOX0

Écrit par : petard | 30 mars 2020

"Je vais passer sur vos allégations anti-vaxx qui sont ridicules."

Très bien, donc vous avouez que vous ne savez pas justifier un seul vaccin.

Je gagne.

Fin du débat.

Écrit par : simple-touriste | 30 mars 2020

C'est quand même marrant, dès qu'on a su que les Chinois utilisaient de la chloroquine (2 dollars par jour et par patient), ce produit est devenu subitement aussi dangereux que de la mort-au-rat. Je me doute bien que ce produit peut avoir des contre-indications et nécessiter des précautions d'utilisation, mais c'est quand même bizarre.
Et quid du sujet "chloroquine" en Suisse, on n'en sait rien, parce que nos journalistes ne font pas leur travail.

Écrit par : Un_Ours | 30 mars 2020

Je n'ai rien par principe contre les vaccins.
Mais que très souvent, les infirmières refusent d'être vaccinées, cela suscite chez moi quelques interrogations.

Écrit par : Un_Ours | 30 mars 2020

Alors que la Slovénie, la Bulgarie, la Hongrie, l'Autriche rendent le port du masque obligatoire, on apprend donc au journal de 19:30 par la bouche de la journaliste publique préposée au service de presse de l'état que les masques en Suisse, ce n'est pas pour les citoyens et que les 16 millions de masques de la réserve militaire ont déjà été distribués. Et quand Ignacio Cassis est interrogé, pas une seule question posée qui auraient pu intéresser directement les Romands. Je pense qu'il y a déjà des réserves de chloroquine pour notre établissement politique et médiatique.

Écrit par : Un_Ours | 30 mars 2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.