08 novembre 2020

Joe Biden, Président "élu"

Les médias le claironnent à qui veut l'entendre: c'est fini. Joe Biden est élu et succède à Donald Trump jusqu'en 2024.

tegovq9_joe-biden-afp_625x300_06_November_20.jpg
Joe Biden tombe le masque!

Il me semble que c'est un tout petit peu prématuré. Rien n'est certain mais il se pourrait que Joe Biden et Kamala Harris aient le plus court mandat de l'histoire américaine, débarqués avant même de parvenir à la Maison Blanche... À moins qu'ils y parviennent.

Du processus électoral en Amérique

Les médias claironnent à qui veut l'entendre que Joe Biden est élu, ai-je écrit plus haut. Malheureusement pour ceux qui les croient, les médias ne désignent pas le Président des États-Unis d'Amérique. Le feraient-ils qu'il n'y aurait même pas eu besoin de voter! Rappelons-nous de l'avance "incroyable" de Joe Biden dans les sondages depuis des mois, parfois de deux chiffres dans certains états. Donald Trump, lui, était constamment "à la peine", "en difficulté", "de plus en plus seul" (!), "tentait de rattraper son retard", de "renverser la vapeur", de "relancer sa candidature"... Tout le champ lexical y est passé.

Dans cette période où la crédulité le dispute à l'hystérie collective, rappelons que le Président des États-Unis d'Amérique est désigné par une majorité de Grands Électeurs, entre 3 et 55 par état, qui sont choisis au plus tard à la mi-décembre.

Les Grands Électeurs ne sont choisis qu'une fois les élections certifiées. Cette certification a lieu au plus tard le 8 décembre. Elle ne peut évidemment avoir lieu qu'une fois que les recours en justice ont été traités.

Nous ne sommes qu'au début des recours en justice. Ils vont prendre du temps. Rien que dans l'état du Nevada, le parti Républicain local affirme avoir trouvé plus de 3'000 cas de fraude électorale documentés, selon Dreuz. Et l'état du Nevada ne semble pas avoir été celui qui faisait l'objet des pires manipulations.

Entre ce week-end et l'assignation des Grands Électeurs dans un mois, beaucoup d'eau va couler sous les ponts. Des batailles juridiques seront remportées par Donald Trump, d'autres par Joe Biden, avec l'accès à la Maison Blanche à la clef.

Avant même cela, il y aura des recomptages dans plusieurs états. Il ne s'agit pas de donner suite à des plaintes mais simplement de la loi locale. Souvent votées suite à l'élection présidentielle de 2000 entre Bush et Al Gore qui vira au fiasco en Floride, de nombreux états imposent un recomptage systématique si l'écart entre les candidats est trop faible.

Ceux qui gobent ou répètent que l'élection est jouée aujourd'hui risquent d'avoir de grandes désillusions.

AuE1RpHV.jpeg
Ce week-end, pendant que Joe Biden et Kamala Harris annonçaient leur triomphe auprès de
médias amis, Donald Trump alla jouer au golf. Loin de l'hystérie dont on l'affuble.

Un scrutin qui ne sent pas très bon

Un article instructif de la BBC World tourné vers l'Afrique nous donne un bon aperçu des "signes qui ne trompent pas" trahissant une élection truquée. La publication remonte à septembre 2016, donc hors de la polémique actuelle. Quels sont ces signes?

Trop d'électeurs. "Regardez les taux de participation, c'est un bon indicateur", explique l'auteur de l'article. On n'atteint jamais un taux de 98% ou 99%, même là où le vote est obligatoire. Des gens accèdent à la majorité ou meurent, déménagent, voyagent pour leurs études ou sont malades. Et peuvent bien sûr ne pas vouloir voter malgré tout.
L'auteur explique avoir couvert une élection dans le Delta du Niger avec un taux de participation de plus de 120%. "Les gens sont en très bonne santé dans le coin, et ont un très grand esprit civique", expliqua sans honte aucune un officiel local. Mais si une participation dépasse 100%, c'est un carton rouge majeur, une raison d'annuler le résultat et de refaire le scrutin.

Une participation massive mais seulement à certains endroits. Même si le taux de participation est dans un intervalle plausible, si les chiffres montrent une participation variant grandement d'un endroit à un autre, c'est un avertissement. Pourquoi une zone particulière ou un bureau de vote auraient une participation de 90% là où les autres n'atteignent que 70%? Les choses deviennent encore plus suspectes si la zone en question soutient massivement un candidat ou un parti.

Un grand nombre de vote invalides. Plutôt que d'augmenter les votes d'un parti, on peut diminuer ceux de l'adversaire. Des officiels peuvent ainsi décider de disqualifier "certains" bulletins pour la plus microscopique imperfection. Même dans des pays où la population est illettrée, il est rarissime d'atteindre un taux de disqualification au-delà de 5%.

Plus de votes que de bulletins rentrés. Lorsque les bureaux de vote ferment, et avant d'ouvrir les urnes, les responsables doivent se livrer à une procédure compliquée et plutôt ennuyeuse de réconciliation. Ils doivent compter combien de bulletins ils ont reçu et combien ont été abîmés et mis de côté. Le résultat est le nombre de bulletins qui devraient se trouver dans les urnes. Les votes devraient aussi correspondre au nombre de paraphes sur le registre électoral. La première tâche d'un bureau de dépouillement est de compter le nombre de bulletins.
Avoir plus de bulletins que prévu signifie qu'il y a eu un "bourrage des urnes". C'est une raison très suffisante d'annuler un résultat et d'organiser un nouveau scrutin.

Des résultats non conformes. Il est normal de permettre à des responsables des partis, des observateurs officiels et même à des électeurs d'assister comme spectateurs au dépouillement. Ils peuvent prendre des images de celui-ci avec leurs smartphones. Ils ont ainsi une vue du processus et des résultats - juste au cas où les chiffres annoncés plus tard par la commission électorale divergent. "Il y a clairement fallu un certain temps pour que les politiciens véreux comprennent le fait que les gens savaient s'ils avaient changé les résultats", écrit l'auteur. Mais cette transparence n'existe que si les chiffres de comptage de chaque centre sont rendus publics.

Des délais inexpliqués dans l'annonce des résultats. Le retard de l'annonce des résultats est fréquemment la marque d'une manipulation, sans en être une preuve absolue. Cela peut être la marque d'une bureaucratie inefficace ou de transferts d'information inutilement lents et procéduriers. Les résultats en retard sont dangereux parce qu'ils alimentent les rumeurs d'un "massage" des votes et augmentent les tensions.

Autant le dire, avec le scrutin présidentiel de cette année les républiques bananières peuvent venir prendre des leçons aux États-Unis.

La guerre contre les preuves

Les médias pro-Biden ignorent ou minimisent systématiquement toute allégation de fraude, insinuant qu'elles sont "sans preuves" et relèvent de la pure invention. C'est pratique. D'un autre côté, si les médias cherchaient à informer le grand public, depuis le temps, ça se saurait...

La stratégie ne vise qu'à l'endormir. Ils sont aidés en cela par "Big Tech" qui censure, annule, ferme les comptes et supprime les témoignages avec une énergie considérable. Par exemple, une grande partie des vidéos de première main fournies par mes soins et ceux de différents commentateurs dans ce billet écrit à chaud a tout bonnement... Disparu. Ainsi le témoignage d'une scrutatrice de Detroit affirmant qu'après avoir chassé les observateurs républicains de la place, le site reçut à quatre heures du matin une livraison de caisses et de valises à roulettes de... quelque chose... qui alla droit à la salle de dépouillement. Une vidéo par un autre observateur montrant ces mêmes caisses et valises en train d'être livrées, fut aussi supprimée.

De nombreuses vidéos sur YouTube, Streamable, Twitter, etc. montrant des gens en train de remplir à la main des bulletins par dizaines dans divers lieux furent effacées. "Non-respect des conditions d'utilisations", pouvait-on parfois lire comme excuse, même si nul n'était identifiable (même filmés à leur insu, tous les gens portent des masques de toute façon).

Les Internautes révoltés apprennent et tentent de tout sauvegarder sur des sites d'archive avant que la purge n'ait lieu, mais ce n'est pas toujours possible ; ou cela requiert des connaissances techniques, comme tout ce qui est vidéo en streaming par exemple. Je pense que d'ici peu les sites d'archive feront eux-mêmes l'objet de nettoyages sélectifs.

Les informations intermédiaires de la soirée électorale jusqu'à deux heures du matin le 4 novembre, montrant une avance considérable de Trump dans nombre d'états-charnières, sont elles aussi retirées des sites "d'information".

Beaucoup de gens dans les médias et ailleurs travaillent d'arrache-pied à supprimer toute information gênante liée aux fraudes électorales. Ils martèlent sans retenue le nouveau narrative: Biden a naturellement triomphé, toute velléité de Trump de faire valoir les droits des citoyens américains n'est que la marque d'un mauvais perdant.

On nage en plein 1984.

Des preuves, en voilà

Au cours de cette élection, les Démocrates semblent avoir fait feu de tout bois avant, pendant et après le scrutin, employant toute les techniques connues et éprouvées en plus de nouvelles méthodes. Pour ne citer que quelques-unes de toutes celles qui furent employées, mentionnons:

  • Différentes techniques de récolte de bulletins avouées par un lanceur d'alerte démocrate pro-Sanders (source)
  • En violation directe de la loi de l'état, la Commission électorale du Wisconsin a ordonné à tous les agents de l'état d'ajouter (illégalement) à la main les informations manquantes des votes par correspondance, plutôt que de les invalider. (source)
  • Des morts ont voté, par milliers. On peut consulter leur vote aujourd'hui encore (source)
  • À Detroit des agents de saisie ont rajouté à la volée dans le registre électoral des gens qui avaient envoyé des votes par correspondance sans y être inscrits (source)
  • Au Nevada, dans le comté de Clark, un lanceur d'alerte annonce qu'il a été témoin de votes par correspondance acceptés sans que leur signature ne soit vérifiée (source)
  • En Pennsylvanie, des instructions spécifiques ont été données à des employés du service postal pour mettre de côté des bulletins reçus après le 3 novembre (donc trop tard), les antidater - les tamponner avec la date du 3 novembre - afin de les inclure quand même dans le scrutin (source)
  • À contrario, dans des comtés pro-Trump d'Arizona, des employés de bureau de vote n'indiquèrent pas aux électeurs venus sur place d'éventuelles erreurs dans la saisie de leur bulletin, comme la loi le veut, mais turent ces erreurs, entraînant la nullité de ces votes (source)
  • Des observateurs républicains furent empêchés d'entrer dans de nombreux bureaux de dépouillement (source) (source) (source)
  • Des bulletins destinés aux Républicains furent comptés en faveur des Démocrates... le logiciel de tabulation "a eu un bug"... Et nous découvrons que 47 comtés ont utilisé le même logiciel. (source) Ce logiciel, "Dominion", était connu pour ces "bugs" depuis 2016 déjà mais n'était pas encore employé à aussi large échelle. (source) En 2018, la Fondation Clinton décida de "soutenir son développement" avec un don de 2.25 millions de dollars (source). Le logiciel reçut une "mise à jour" au beau milieu de l'élection (source)

Les liens mentionnés comme sources existent encore au moment où ce texte est écrit.

Cette liste n'a aucunement la prétention d'être exhaustive. Il ne s'agit même probablement que d'une infime partie émergée de l'iceberg. Vous pourriez examiner pendant des jours toutes les fraudes filmées, rapportées par des témoins ou sur lesquelles des plaintes sont déposées.

Mais rien qui suffise pour les journalistes, qui se contentent de défausser tout ceci d'un revers de main en disant "qu'il n'y a rien, finalement". Les mêmes personnes qui ont soutenu des années durant et sans la moindre preuve que Donald Trump était une marionnette des Russes affirment aujourd'hui, face à une fraude systémique et massive, qu'il n'y a pas de preuve.

Aux fraudes manifestes mentionnées ci-dessus il faut rajouter toutes celles qui ne sont disponibles qu'à travers des témoignages d'observateurs lorsqu'on les a laissé exercer leur rôle de surveillance, et les témoignages d'observateurs empêchés de faire leur travail. Gageons que même si les réseaux sociaux empêchent l'information d'atteindre le plus grand nombre les vidéos termineront dans les dossiers des avocats concernés.

Rajoutons pour mémoire quelques indices statistiques:

  • L'écart est très grand entre les votes Biden et les autres candidats démocrates (candidat au sénat et à la chambre des représentants) - mais uniquement dans les états-charnières - alors qu'il est dérisoire entre Trump et les candidats républicains. (source) Explication simple: pris par le temps, les fraudeurs ont rempli les bulletins à la va-vite sans prendre le temps de cocher les cases de tous les sous-fifres.
  • Sur les listes électorales, les électeurs inscrits se présentent comme affiliés au parti Démocrate, au parti Républicain ou comme indépendants. Chacun vote naturellement comme il le souhaite. Cependant, en Pennsylvanie, l'examen statistique des résultats contre les listes électorales montre que 100% des indépendants auraient voté pour Joe Biden (source)
  • Des bonds inexplicables dans les votes pour Joe Biden détectés au moins au Michigan (source) et au Wisconsin (source)
  • Trump a reçu plus de votes qu'aucun président pour sa réélection. Biden, lui, a reçu plus de votes que quiconque depuis la fondation des États-Unis, y compris lors de l'élection de Barack Obama en 2008. (source)

On peut compter aussi le rythme du dépouillement, qui fut stoppé de façon fort opportune dans différents états, pendant des jours, le temps que les fraudeurs puissent rassembler assez de nouveaux bulletins pour faire basculer l'élection. Ainsi, dans absolument tous les états litigieux finalement "remportés" par Biden, Trump était en tête du dépouillement, à bien plus de la moitié du déroulement de celui-ci, jusqu'au milieu de la nuit du 3 au 4 novembre. Le compteur resta ensuite bloqué pendant plusieurs jours à 90%, 94%, 99% même parfois selon les états, jusqu'à ce que Joe Biden puisse être annoncé en tête.

Résumons la situation en citant un ancien porte-parole républicain:

"Il y a des personnes corrompues qui ont un mépris absolu pour le peuple américain, qui pensent que nous sommes si mous, si lâches, si réticents à nous défendre, qu'ils estiment qu'ils peuvent voler la présidence." -- Newt Gingrich

Fin de partie

Les gens qui ne s'intéressent pas aux élections américaines de 2020 n'ont rien compris. Ce vote, ces jours que nous traversons, sont historiques. Ils façonneront l'avenir de l'Occident pour des décennies, que ce soit en direction de sa survie ou de son effondrement total.

Si les fraudes électorales massives et systématiques qui ont eu lieu cette semaine permettent au bout du compte à Joe Biden d'être élu, les élections à venir n'auront plus jamais aucune valeur, ni aux États-Unis, ni ailleurs.

Aux États-Unis, d'autres élections auront lieu, avec au moins autant de manipulations impunies - pourquoi se priver? - pour s'emparer progressivement des derniers leviers du pouvoir. Si des fraudes massives et impunies permettent d'emporter la Présidence, quelles sont les chances que d'autres fraudes massives soient contrecarrées pour un simple siège de sénateur, pour une obscure élection complémentaire? Quelles sont les chances que des élections manipulées par la gauche soient remises en question par l'Administration Biden ou les administration démocrates qui lui succèderont?

Ailleurs qu'aux États-Unis, quelles sont les chances que les élites locales restreignent leur désir de passer outre le vote populaire (en le manipulant) si même un peuple disposant du Bill of Rights laisse passer pareille trahison de ses droits comme le troupeau de moutons qu'il est devenu?

Si un Américain ne se rebelle pas contre l'injustice et la malhonnêteté de cette élection, qui le fera, ailleurs, face à des injustices du même calibre? S'attend-t-on à ce qu'un Français se rebelle davantage en France? Un Suisse en Suisse? Un Togolais au Togo?

Ces jours, la liberté de penser est morte en même temps que la liberté d'expression et la liberté de s'informer. La censure massive et effrénée des réseaux sociaux, des moteurs de recherche, des médias, et la criminalisation des pensées (puisque désormais même l'implicite est condamné) fait que nous entrons à vitesse grand V dans une réalité dystopique - un monde artificiel et strictement encadré où seule l'information officielle circule, les autres sujets n'ayant ni le droit, ni les moyens techniques d'exister.

L'élection présidentielle américaine est enfin l'occasion de réaliser à quel point la haine et le cynisme ont pris racine dans les populations. D'innombrables personnes se délectent de l'arbitraire et de la fraude. Pour ces gens, il est plus important que Trump soit chassé de la Maison-Blanche que de respecter le processus électoral. Le camp de Joe Biden triche? Peu importe, c'était pour gagner contre Trump! C'est pour la bonne cause!

Cette façon de justifier la fin pour excuser les moyens est l'apanage d'innombrables révolutionnaires sanglants au cours de l'histoire, et la façon dont elle se répand est franchement inquiétante. Tous ces gens qui se réjouissent aujourd'hui de cette façon de penser ne réalisent pas qu'ils ouvrent la porte à un chaos qui, à terme, les emportera aussi.

Comme tout le reste, évidemment, tout ceci prendra encore un certain temps, d'autant plus que le sort des États-Unis n'est pas encore scellé. Mais ce 3 novembre 2020 aura clairement été un avant-goût amer des différents destins qui nous attendent.

Commentaires

Excellent billet comme toujours !

Moi ce qui me fait peur, mais vraiment peur, c'est de voir les médias de mon pays (1), les médias suisses-romands inventer quasiment une réalité comme dans "The Truman Show". Hier, c'était la chloroquine, aujourd'hui, c'est l'élection américaine, demain ce sera quoi ? Il faut bien réaliser qu'à terme, le système qui nous trompe encore de façon "gentille" le fera, demain, bien plus "méchamment".
Mais pour en revenir à la presse suisse, c'est encore une part de "suissitude" qui disparaît avec cette totale absence de neutralité et d'honnêteté intellectuelle.


(1) ce soir, sur le journal de la RTS, la journaliste, radieuse quand elle parlait de Biden, le visage fermé en évoquant le camp Trump. Lequel camp fut décrit, dans le reportage de l'envoyé spécial, à grands coups de "suprématisme" et de "fusils d'assaut". Bizarrement, Malika Medir n'a jamais montré ceci dans son journal:

https://www.youtube.com/results?search_query=black+milice+in+arms

PS: sinon, l'empafé Stephen King fidèle à sa réputation de "limousine liberal":

https://twitter.com/StephenKing

Écrit par : Un_Ours | 08 novembre 2020

Cool Trump, comment ne pas aimer ce gars :-)

https://twitter.com/disclosetv/status/1325161720491483136

Écrit par : Un_Ours | 08 novembre 2020

Tous les billets lus et les analyses se rejoignent. Il ne reste plus que la justice américaine fasse son travail avec équité!

Merci M.Montabert pour la justesse du rendu de cette incroyable machination des démocrates et des moyens déployés pour arriver à leurs fins et ce, depuis 2016.

Écrit par : Patoucha | 08 novembre 2020

Dans ces mers, agitées par les médias, afin de les démonter pour nous submerger de tonnes de déchets d’informations frelatées, il existe de rares phares nous permettant de nous préserver de l’approche des côtes meurtrières.
Ici la lumière est livrée à fréquences régulières pour nous tenir en haute-mer, loin des cabotages pirates et des récifs.
La navigation au long cours de nos existences, si on ne veut les voir sombrer, est exigeante car nombre de marins croisés rêvent, non de naviguer, mais de devenir des pilleurs d’épaves.
M. Montabert qui aime les vents du large, nous permet d’avoir le pied marin et l’envie de tenir notre cap.
Grâce lui en soit rendue : ses carnets de bord valent tous les bulletins météos-marine des stations côtières.

Écrit par : Yes-Comment | 09 novembre 2020

Pour ceux qui ont du temps à consacrer à leur réinformation, regardez cette vidéo, et vous saurez tout:
https://www.youtube.com/watch?v=aO-Cfech5qg&feature=push-sd&attr_tag=44a47Ilg9D3EPRf1:6
La suite va être plus intéressante à suivre qu’un nouvel épisode de James Bond !
Complément : Une Liste de Fraudes des Démocrates 2020 (15 Pages de Preuves en pdf)
https://vk.com/doc433908327_575279641?hash=9512f5d4fb80eaa4ab

Écrit par : AP34 | 09 novembre 2020

Ce qu'il se passe actuellement aux USA est un coup d'État.
Un coup d'État qui a été déclenché en 2016, dès l'élection de Trump, et de fait, même avant.
On saura dans quelques semaines s'il a finalement réussi, ou échoué.
Dans le premier cas, comme dit par S. Montabert, tout sera verrouillé, et pour longtemps.
Dans le second, des têtes démocrates et rinos (republicans in name only) vont tomber, en nombre.

Nous en France, on a déjà donné :
On a en effet eu notre coup d'État en 2017, et il a réussi.
Macron est sorti d'un chapeau et a battu Fillon, donné grand favori.
Et tout ça pour une histoire de costumes et de cravates !
Chez nous aussi, la finance, les médias, la culture, tous étaient pour Macron, contre Fillon.
Non pas que j'aie la moindre estime pour un Fillon qui, à l'issue de son éviction, et avant le deuxième tour des élections, s'est comporté avec la dernière lâcheté, en appelant à voter Macron.
Il a reçu une gifle sur une joue – ce serait plutôt un grand coup de pied au c.l – et il a tendu l'autre !
D'autres que moi utiliseraient sans doute des métaphores plus triviales.

PS : Certains s'étonnent que, les choses étant ce qu'elles sont aux US, Trump ait pu passer la barre en 2016.
Le système de fraudes massives, vraisemblablement mis en place en 2012 pour la réélection d'Obama (dixit Biden lui-même dans une vidéo citée dans le billet précédent de S. Montabert), n'avait pas été activé en 2016, pour la bonne raison qu'Hillary Clinton était donnée gagnante à 90%.
Cette fois, les démocrates ont eu 4 ans pour le peaufiner.
Peaufiner est un grand mot, car les ficelles sont grosses, et elles se voient.
Quant à ceux qui s'étonnent que tant de gens puissent s'accommoder de ce climat de triche généralisé et dormir sur leurs deux oreilles, je leur répondrai par un postulat :
Quand on appartient au "camp du Bien", le mal n'existe plus chez eux, il est entièrement dans l’autre camp. Seule la fin compte, et la notion de la légalité des moyens pour y parvenir disparaît.
Et ceci par définition, puisque le camp du Bien ne peut qu'œuvrer pour le bien de tous.
C'est un radicalisme qui vaut bien l'islamique (ou l'islamiste ; sorry, ces nuances m'échappent).

Écrit par : AP34 | 09 novembre 2020

Oui, un coup d'état.
Et chez nous, l'éviction de Christophe Blocher...

Écrit par : Un_Ours | 09 novembre 2020

Je pense qu'il devait y avoir une concession Jeep dans la banlieue paumée où le "président" Biden a fait sa première allocation "présidentielle":

https://pbs.twimg.com/media/EmTlpwTXUAIGg18?format=jpg&name=900x900

Écrit par : Un_Ours | 09 novembre 2020

Quelqu'un connaît cette agence crée par Trump en 2018 ?

https://www.cisa.gov/election-security

Et puis franchement, de nos jours, un barbu inconnu qui parle dans une pièce sombre n'est, désormais pas moins crédible qu'un Philippe Revaz ou une Malika Medir.

https://www.youtube.com/watch?v=07KRFyarGyw&feature=youtu.be

Écrit par : Un_Ours | 09 novembre 2020

Comme toujours un très grand merci à Monsieur Montabert et aussi à vous tous mes chers amis: Frère Ours, AP34, Patoucha, Yes-comment.

Je vous suis reconnaissant de vous investir autant et si bien pour que la vérité éclate au grand jour. De mon côté je fais aussi de mon mieux, même si c'est le pot de terre contre le pot de fer.

Il fait bon être sur ce blog. Comme ça change de la majorité des blogs de la TdG (sauf des exceptions comme Homme Libre, Frenkel, Davier, Thomann, et parfois Décaillet) où de nombreux anti-Trump écrivent absolument n'importe quoi sans le moindre argument valable.

La situation est gravissime: Il n'y a plus aucun média TV digne de ce nom, et c'est presque la même chose avec les journaux et magazines. On se croirait dans le roman 1984. Bien entendu, la RTS est en-dessous de tout. On la laisse faire sa propagande non stop avec notre argent, mais ça ne semble pas gêner la majorité des gens.

A ce sujet je vous conseille de lire cet excellent billet de Pascal Décaillet, qui j'en ai bien peur ne restera que "wishful thinking":

https://pascaldecaillet.blog.tdg.ch/archive/2020/11/06/no-billag-bis-vite-310442.html

La situation est gravissime: Un combat titanesque est en cours au niveau mondial, mais si si peu de gens semblent s'en rendre compte. Les temps à venir vont être très difficiles pour ceux qui gardent encore les yeux ouverts et savent encore réfléchir. Le rouleau-compresseur et a machine mondialistes vont mettre les bouchées doubles partout dans le monde.

Il va falloir se serrer les coudes, mes amis. Et notre Stamm sera ce blog!

Écrit par : Cernunnos | 09 novembre 2020

La RTS et Swiss info viennent de nous annoncer qu'il y a eu des fraudes massives aux élections en Géorgie:

https://www.swissinfo.ch/fre/toute-l-actu-en-bref/dizaines-de-milliers-de-manifestants-pour-de-nouvelles-%C3%A9lections-en-g%C3%A9orgie/46149294

et

https://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/fraudes-et-manifestations-pourquoi-la-georgie-n-est-pas-la-nouvelle-bielorussie_2138270.html

Dans ce cas le résulat ne convient pas, alors bien entendu il y a fraude, contrairement à ce qui se passe pour l'autre Géorgie où on nie l'existence de la fraude.

Selon que vous serez puissant ou misérable Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.

La Fontaine

Écrit par : Cernunnos | 09 novembre 2020

La seule question qui mérite désormais d'être posée est celle du caractère probant des faits qui sont remontés du terrain, devant un tribunal.
Si l'existence de la fraude semble ne pas trop faire débat, il va s'agit de prouver de manière décisive qu'elle a eu lieu, qu'elle a été ciblée et organisée dans le but de favoriser le camp démocrate.
Je ne suis pas certain que les quelques cas de votants décédés pèsent bien lourd sur un total de 150 millions de votes. Il va falloir du très solide, car la pression médiatique sera colossale. On semble beaucoup miser sur les modélisations statistiques (loi de Benford). Je ne sais pas ce que ça vaudra en cour. Ça inquiète assez pour que l'article Wikipedia soit édité...
https://twitter.com/DatElefan/status/1324908682757328897/photo/1

Écrit par : Krissou | 09 novembre 2020

Beaucoup de commentaires et de questions posées, je vais tenter de répondre!

@Yes-Comment: merci pour votre soutien... Poétique.

@Un_Ours: la "concession Jeep" que vous pointez n'est pas un hasard!! Des internautes (je les adore) se sont amusés à examiner les plaques d'immatriculation discernables de ces jeeps, et le croyez-vous? Ce ne sont pas de vraies immatriculations. Ce sont des "immatriculations temporaire constructeur" !! Autrement dit, les jeeps montrées lors de cette séquence ne sont pas celles de particuliers, mais celles de Jeep, le constructeur de voitures. Qui les a mis en avant pour se faire mousser lors de ce "moment historique". Jeep a délocalisé sa production en Chine depuis 2015...

Je ne connais pas cette organisation CISA mais si c'est ce que je devine, elle jouera un rôle majeur dans l'établissement des preuves de fraude.

@AP34: oui c'est un coup d'état, pas moins, et il va donner lieu à des conséquences.

@Cernunnos: "Il va falloir se serrer les coudes, mes amis. Et notre Stamm sera ce blog!" Alors non, je n'y crois pas trop. J'imagine qu'à un moment ce blog - hébergé par 24Heures tout de même - deviendra trop gênant et sera fermé du jour au lendemain. En tout cas, pendant que ça dure, j'apprécie la liberté d'expression dont je peux encore jouir.

@Krissou: les informations surviennent d'heure en heure, j'ai déjà assez de matière pour un prochain billet mais pas le temps, et elles sont de plus en plus fracassantes. La fraude "principale", appelons-là ainsi, concerne plusieurs centaines de milliers de bulletins de vote (pour mémoire, M. Biden mène de moins de 10'000 voix dans plusieurs états-clés).
La loi de Benford a été employée par plusieurs observateurs pour montrer la fraude (on l'utilise ainsi depuis des années dans de nombreux domaines) mais je ne suis pas surpris que les éditeurs de Wikipedia commencent leur activisme en douce pour essayer d'en diminuer l'impact. De toute façon, et heureusement, les preuves qui seront présentées devant les tribunaux seront d'une autre trempe qu'une simple étude statistique :)

Les seuls véritables écueils sont d'ordre juridique: est-ce que la cour suprême aura le courage de dire le droit face à toutes les pressions qui s'exerceront contre elles? Les gauchistes font clairement planer la menace d'émeutes, mais il y a des gens fous de rage aussi dans le camp Trump aujourd'hui. Des gens qui n'hésiteront pas à prendre les armes aussi, si l'élection leur est volée. Parce que les deux camps comprennent très bien que c'est la dernière élection pour tout le monde.

Jamais les Républicains ne reviendront au pouvoir si la gauche s'empare des institutions.
Jamais les Démocrates ne reviendront au pouvoir si la fraude électorale est rendue impossible.

Écrit par : Stéphane Montabert | 09 novembre 2020

"Il n'y a plus aucun média TV digne de ce nom, et c'est presque la même chose avec les journaux et magazines. On se croirait dans le roman 1984."

Oui, Cernunnos, ceci est extrêmement inquiétant; je peux même arriver à comprendre que des journalistes (bon, tous les journalistes) soient contre Trump, mais travestir à ce point la vérité en disant que Biden est le président "officiellement élu", alors que cette proclamation ne peut se faire que le 12 décembre quand le collège des grands électeurs se sera réuni, c'est ahurissant. J'ai dit ahurissant, mais pas incompréhensible, car il est évident que le système a décidé volontairement d'imposer dans l'inconscient collectif de la planète que Biden est le président, point final.
Imaginez, dans 10-20 ans, qu'un pouvoir globaliste techno-progressiste se mette à devenir vraiment "méchant" et efface, par exemple, des pans entiers de la mémoire numérique collective... Malika Medir nous dira alors, avec un visage radieux, que l'Europe a toujours été africaine ou que le fait de planter ses légumes avec ses propres graines est dangereux pour la santé et donc illégal.

@" Krissou "Ça inquiète assez pour que l'article Wikipedia soit édité..."
De là, la nécessité absolue, quand un événement important se passe, de faire des captures d'écran, audio et vidéo de tout ce qui pourrait disparaître. Dans l'urgence, il arrive que la presse, et même la grosse presse, laisse passer des trucs qu'elle effacera plus tard.

@Stéphane Montabert Trop drôle, ça sent les cracks de 4Chan qui avaient réussi à traquer les "installations" de Shia Leboeouf à travers tous les USA (pour ceux qui ne connaissent pas, toute l'histoire est hilarante) :-)


PS: "hébergé par 24Heures tout de même ..."

hé oui, comme le dit Laurent Ozon, la presse suisse...

https://twitter.com/LaurentOzon/status/1325544708366602242?s=20

De là, peut-être l'utilité, Monsieur Montabert, d'avoir une "version-miroir" de votre site sur Telegram par exemple.

Écrit par : Un_Ours | 09 novembre 2020

"J'imagine qu'à un moment ce blog - hébergé par 24Heures tout de même - deviendra trop gênant et sera fermé du jour au lendemain."

Si c'est vrai, Monsieur Montabert, La situation est encore plus grave que je ne le pensais.

Voici encore un site de plus sur la fraude:

https://theredelephants.com/there-is-undeniable-mathematical-evidence-the-election-is-being-stolen/

Écrit par : Cernunnos | 09 novembre 2020

"Parce que les deux camps comprennent très bien que c'est la dernière élection pour tout le monde..."

Remarque capitale.

Il y aura un avant et un après à cette élection présidentielle américaine et qui concerne l'entier du monde occidental: plus aucune élection dite démocratique ne passera sans soupçon, que ce soit à l'échelle d'un grand pays ou au fin fond du Val d'Anniviers.
Les "force de progrès" ne s'en rendent peut-être pas encore compte, mais elles viennent de casser leur plus beau jouet, la "démocratie".

Idem pour la grosse presse.

Les loups sont sortis du bois et nous les voyons...

Écrit par : Un_Ours | 09 novembre 2020

12'000 pouces en bas pour "l'Evelyn Widmer-Schlump" du Parti républicain, Mitt Romney...

https://www.youtube.com/watch?v=6_DmcgAOiyQ

... les électeurs républicains de base ne sont pas dupes.

Écrit par : Un_Ours | 09 novembre 2020

Et voilà, un des plus terribles monstres du "marécage" refait surface:

https://twitter.com/WahidSakaKhan/status/1325156126560804864?s=20

Écrit par : Un_Ours | 09 novembre 2020

Le truc le plus drôle que j'aie vu depuis longtemps, quand le karma revient et qu'il n'est pas content :-)

https://twitter.com/JoshLekach/status/1325485182929940480

Écrit par : Un_Ours | 09 novembre 2020

« De là, la nécessité absolue, quand un événement important se passe, de faire des captures d'écran, audio et vidéo de tout ce qui pourrait disparaître. »

Important aussi pour vos livres et archives personnelles: bannissez les «Cloud» de toutes espèces (GAFA). Gérez vos sauvegardes sur des disques externes; et planquez-les.

Utilisez votre portable que pour téléphoner; et après éteignez-le.
Dans la mesure du possible, ne payez pas avec des cartes et les systèmes sans contact. Ne payez qu'avec du vrai pognon (s'il vous en reste).

Écrit par : petard | 09 novembre 2020

Ici une vidéo d’Asselineau (59 min) qui explique remarquablement les choses (USA, élections, Biden, Trump, géopolitique) avec précision et objectivité, sans parti pris. Sa documentation est, comme toujours, impeccable.
Je ne suis pas un fan d’Asselineau, je lui reproche ses positions trop laxistes sur l’immigration, il serait plutôt un islamophile.
À part cela, je l’apprécie, principalement pour sa sincérité et son honnêteté.
https://www.youtube.com/watch?v=8h6qXvwXNH4

Écrit par : AP34 | 10 novembre 2020

Toute dernière vidéo de Tarl Warwick (mais seulement sur Bitchute, non pas YouTube!) qui concerne le Detroit Gate leaks

https://www.bitchute.com/video/4mTSbYFVoI1B/

Écrit par : Cernunnos | 10 novembre 2020

On devrait obliger légalement la RTS à diffuser cette vidéo claire et impartiale sur les fraudes pour bien montrer à tous à quel point tous nos "journalistes" nous mentent. Asselineau nous donne ici une leçon de vrai journalisme à ne pas manquer et on peut même télécharger le texte en PDF:

https://www.upr.fr/actualite/biden-president-la-reaction-de-francois-asselineau/

Écrit par : P. S. | 10 novembre 2020

Bonjour,

Bravo pour votre article. Très bon résumé. Le danger vient aujourd’hui clairement de la concentration des pouvoirs par les Gafam et la presse qui vit via 4/5 agences de publicités mondiales. Internet a tué la presse qui ne cit plus de ses lecteurs mais de quelques groupes qui paient pour la pub. La presse vote donc pour les sociétés qui la sponsorise. Le pouvoir des Gafam est clairement un danger pour la démocratie

Écrit par : Uranus | 11 novembre 2020

Une bande audio, longue (plus de 3h), mais dense, et extrêmement bien documentée, sur le sujet qui nous occupe ici, et au-delà.
Par des Français.
NB : Avis aux âmes sensibles : ils me semblent légèrement antisémites, et peut-être un peu racistes (avec les Noirs).
Reste qu'un fait demeure : Netanyahu, qui a pourtant été fortement aidé par Trump, a poignardé son bienfaiteur dans le dos : il a été un des premiers chefs d'État à reconnaître Biden.
De même, tout aussi étonnant – mais peut-être y a-t-il un lien –, Jared Kushner, son gendre, qui a la particularité d'être juif comme chacun sait, lui conseille actuellement de laisser tomber et de reconnaître sa défaite.
Macron a fait la même chose – reconnaître Biden – qq heures avant Netanyahu, mais de sa part, qu'attendre d'autre ? Idem pour Merkel, et bien sûr pour Trudeau. Mais, plus étonnant, le président mexicain, Lopez Obrador, ne suit pas le mouvement !
Si Trump est rétabli sur le trône qui lui revient de droit, ça va saigner !
Bref, à écouter absolument :
https://democratieparticipative.xyz/democratie-participative-s05e42-lelection-la-plus-frauduleuse-de-lhistoire/

Écrit par : AP34 | 11 novembre 2020

Sur les GAFAM: A lire et télécharger en PDF:

https://www.upr.fr/actualite/marc-zuckerberg-finance-l-organisation-des-elections-et-le-comptage-des-bulletins/

Écrit par : Cernunnos | 11 novembre 2020

Voici une liste officielle des montants reçus par Trump et Biden durant ces élections de la part de leur "top donors". On voit bien qui se cache derrière le "gentil" Biden que la gauche aime tant: ce sont les plus gros capitalistes!

https://twitter.com/CampagnolTVL/status/1326594040343785475

Écrit par : MA | 11 novembre 2020

"Si Trump est rétabli sur le trône qui lui revient de droit, ça va saigner !"

Regardez le "pedigree" du nouveau sous-secrétaire à la défense !!!

https://en.wikipedia.org/wiki/Anthony_Tata

Pour info, Trump s'est désabonné du fil twitter de Netanyau et de l'Aipac !!!

Écrit par : Un_Ours | 11 novembre 2020

Purée, ça, c'est du tweet !!! :-)

https://pbs.twimg.com/media/EapDf05WkAAv-fY.jpg

Écrit par : Un_Ours | 12 novembre 2020

Monsieur Montabert, tout va si vite, mais il y aurait un bel article à faire sur les dernières nominations du président Trump au Pentagone qui ont l'air de terrifier à la fois le "marais" (cf. le tweet de Tata) et les "néocons" (Kristol par exemple).

Écrit par : Un_Ours | 12 novembre 2020

PS: ce fil tweeter a des infos passionnantes sur le système de vote "Dominion"...

https://twitter.com/CodeMonkeyZ

... pendant ce temps, la Radio socialiste romande continue de parler de Biden comme du "président élu" et qu'il n'y a rien de concret en matière de fraudes au sujet de cette élection.
Et dire que je suis forcé de payer pour cette m.... !

Écrit par : Un_Ours | 12 novembre 2020

Au fait si vous voule soutenir un artiste américain anti-corruption et qui ose encore le dire haut et fort, pensez à Travis Tritt:

https://twitter.com/Travistritt/status/1323621161335443456

and

https://twitter.com/Travistritt/status/1325236039171133440

Son dernier album "Ghost Town Nation" fera un excellent cadeau de Noël:

https://www.youtube.com/watch?v=no49WL0OVig

Écrit par : Cernunnos | 12 novembre 2020

Ceci, passionnant, l'état-profond qui menace (parce que Trump entend rapatrier les troupes d'Afghanistan)...

https://twitter.com/NatSecCNN/status/1326953583615545347

... et cette réponse, plus bas dans le fil, si juste:

"Stacy Z

I'm old enough to remember when the left wanted to end wars."

Écrit par : Un_Ours | 13 novembre 2020

L'entretien complet ici:

https://www.youtube.com/watch?v=rNQNw6ecRtc

Écrit par : Un_Ours | 14 novembre 2020

Ce qu'il y a de bien avec les crises, c'est qu'elles dévoilent les traîtres, ici Ted Cruz en mode "Evelyn Widmer-Schlumpf":

https://www.dallasnews.com/news/politics/2020/11/13/republican-sens-cornyn-cruz-say-biden-should-receive-presidential-level-intelligence-briefings/

Écrit par : Un_Ours | 14 novembre 2020

Ann Coulter à rajouter à la liste:

https://www.breitbart.com/politics/2020/11/13/ann-coulter-what-america-wants-is-trumpism-without-trump/

Écrit par : Un_Ours | 14 novembre 2020

Les commentaires sont fermés.