14 novembre 2020

États-Unis: la plus grande fraude électorale de l'histoire

Les médias affirment toujours que Joe Biden est le 46e Président des États-Unis, mais avec un peu moins d'insistance qu'au lendemain du scrutin. Il est vrai que le scandale des fraudes électorales a tellement pris d'ampleur qu'il est de plus en plus difficile d'essayer de le cacher - même s'ils essayent de toute leur force.

giphy.gif
Rien à voir ici, veuillez circuler.

En Europe, cela fonctionne parfaitement. Aux États-Unis, nettement moins. Un sondage récent sur le prestige dont jouissent diverses catégories socio-professionnelles montra qu'en termes de confiance, les Américains classent les journalistes encore plus bas que les politiciens. Au vu de ce qui est en train de se passer avec l'élection présidentielle 2020, comment les en blâmer?

La Loi des Conséquences Inattendues

Outre un nom original, la Loi des Conséquences Inattendues, remontant à John Locke, est suffisamment connue pour avoir droit à sa page Wikipédia. Elle énonce simplement que par hasard, incompétence, ou imprévoyance, toute décision humaine a des conséquences insoupçonnées pour ses auteurs, certaines positives, certaines négatives.

Par exemple, la zone démilitarisée entre la Corée du Nord et la Corée du Sud est devenue au fil des décennies une vaste réserve naturelle. Personne n'ait prévu cette évolution.

L'article cite aussi une anecdote remontant à la colonisation de l'Inde par le gouvernement britannique, dans la région de Delhi. Suite à des attaques de serpent venimeux, le gouvernement offrit une prime pour chaque cobra mort. Les succès initiaux furent encourageants, mais il ne fallut pas longtemps pour que des indigènes comprennent qu'ils pouvaient gagner encore plus d'argent en élevant des cobras au lieu de les chasser. Réalisant qu'on se jouait de lui, le gouvernement britannique mit fin au programme. Les éleveurs de cobra, ruinés et en colère, se débarrassèrent de leurs serpents dans la jungle. Les morts repartirent de plus belle, dépassant le seuil qui avait donné lieu au programme.

Plus près de nous et de l'actualité, parlons de Reddit. Le réseau (à la direction très à gauche) était embarrassé depuis plusieurs années par la popularité du canal /the_donald célébrant le Président Trump, fort de 8 millions de membres. Les administrateurs ajoutèrent diverses chicanes - modifications d'algorithmes, barrières, pondérations et autres filtres - les unes après les autres pour tenter d'étrangler le canal, jusqu'à tenter d'imposer des modérateurs "choisis par Reddit" en février 2020. Lorsque tout cela échoua, la communauté fut arbitrairement fermée en juin.

Sentant l'étau se resserrer, des membres actifs du canal lancèrent un site parallèle sur leur propre infrastructure, TheDonald.win, un miroir du canal Reddit... Mais sans le comportement vexatoire de la plateforme. La sauce prit. TheDonald devint une incroyable communauté de passionnés postant mèmes et articles sur tout ce qui concernait le Président Trump.

Au cours de cette élection, TheDonald devint un outil communautaire primordial pour mettre au jour les innombrables fraudes électorales de l'élection du 3 novembre. De nombreux articles de médias se reposèrent ainsi sur des photos, vidéos et informations recoupées par des membre du "Donald", qui devint pour le coup un instrument de choix pour la réélection de Donald Trump.

Si Trump est réélu, ce sera sans doute grâce à TheDonald. Reddit eut-il la main moins lourde, TheDonald ne serait même pas né. La loi des conséquences inattendues...

Frauder, par tous les moyens

Les révélations s'enchaînent tous les jours, avec d'innombrables témoignages - y compris de lanceurs d'alertes - qui permettent désormais de se faire une idée de la façon dont les élections du 3 novembre 2020 se sont déroulées "en coulisses". Voici donc une tentative de résumé.

Les Démocrates ont une longue tradition de fraude électorale, depuis des décennies, ce qui ne les empêche pas d'être stricts à l'occasion. Ils se firent surprendre par Trump en 2016, entraînant quatre ans de guérilla législative (fausses accusations de complot russe, fausses accusations de corruption avec l'Ukraine, tentative de destitution, etc.) Les adversaires politiques de Trump furent aidés à chaque étape par les médias et Big Tech dans leur sabotage du mandat du Président. Évidemment, ils n'avaient pas l'intention de laisser passer l'élection de 2020 sans intervenir.

La pandémie de Covid-19 aux États-Unis donna une opportunité unique aux Démocrates: l'emploi massif du vote par correspondance. Le vote par correspondance existe depuis longtemps aux États-Unis mais il est contraignant. Chaque électeur souhaitant s'en servir doit formuler une demande séparée et les bulletins sont vérifiés. Mais grâce à l'excuse du Covid-19, et sans la moindre base légale, de nombreux états se lancèrent dans une campagne de vote par correspondance systématique. Ils inondèrent littéralement les foyers américains de bulletins de vote par correspondance non sollicités.

Utilisant des listes électorales jamais à jour, les erreurs furent innombrables. Certains reçurent de multiples bulletins à leur adresse, comme celles d'anciens locataires habitant là. Des bulletins furent envoyés à double à des gens ayant déménagé entre-temps. Bien sûr des morts reçurent aussi des bulletins. Donald Trump sentit évidemment venir le coup et tenta d'alerter l'opinion publique à ce sujet. Il fut comme à son habitude tourné en ridicule par les médias.

L'intérêt du vote par correspondance massif n'était pas pour les Démocrates de faire voter les gens mais, en dérobant les enveloppes de vote dans les boîtes aux lettres ou les poubelles, ou en les collectant par astuce auprès de gens peu au courant, d'obtenir un trésor de guerre de bulletins de vote authentiques. Ces bulletins seraient utilisés lors de l'élection à venir, et nous verrons comment.

Pour mettre toutes les chances de leur côté, les Démocrates travaillèrent en parallèle sur les machines chargées de compter les votes - le fameux logiciel Dominion. Les liens entre l'éditeur du logiciel et l'état-major du parti démocrate sont nombreux et bien documentés, mais ne sont pas constitutifs de fraude. Ce qui l'est, en revanche, c'est le code du programme. Le code de Dominion...

  • Supprima des votes pour Trump ;
  • créa des votes pour Biden ;
  • transféra carrément des votes de Trump à Biden!

Il ne s'agit pas de quelques cas isolés mais bien de millions de voix à l'échelle du pays. Trump est au courant. L'accusation est sérieuse. Elle sera prouvée devant les tribunaux.

Encore mieux, elle fut filmée.

Au cours de la soirée électorale, des Internautes particulièrement avisés purent ainsi repérer en direct la plus étrange des incohérences lors d'un dépouillement: des "sauts" inexplicables, correspondant à des transferts de voix de Trump vers Biden, ou d'autres candidats républicains vers des candidats démocrates. Ces variations inattendues furent visibles grâce à l'appétit des médias pour le direct. Ils avaient branché les systèmes informatiques des régies sur l'infrastructure étatique récoltant les votes.


Un des "sauts" de la soirée (cliquez pour agrandir)

La séquence continue est visible ici.

Que Biden gagne, ok, que Biden bénéficie de sauts totalement improbables de voix, passe encore, mais qu'un candidat - Trump - perde des voix ou que des voix passent carrément de Trump à Biden en cours de soirée... Comment cela peut-il arriver dans un dépouillement intègre?

Les Démocrates défaussèrent ces variations en les qualifiant de "pépins informatiques", sans expliquer comment elles pouvaient arriver systématiquement dans de si nombreux endroits, et toujours en faveur de Biden...

Mieux encore, cette séquence vidéo montre un présentateur de CNN changer précipitamment l'écran affiché une fraction de seconde après un transfert de voix, en grimaçant. Ils savaient. Et c'est pour cela que CNN, CBS et FOX News, trois réseaux diffusant involontairement les preuves de fraude, supprimèrent l'historique des lives de la soirée électorale lorsqu'ils s'aperçurent que des Internautes de TheDonald les avaient vues aussi. Trop tard! Les sauvegardes avaient été faites.

Il fallait avoir l’œil, évidemment, au milieu de ces écrans passant sans cesse d'état à état. Mais une fois l'astuce repérée, de nombreux contributeurs se partagèrent un examen minutieux des séquences et purent repérer ainsi des centaines de sauts et de transferts de voix. Ces sauts survinrent en même temps sur les trois chaînes. Un internaute dépensa pas moins de 25'000 dollars pour acheter la base de données de la soirée des élections au New York Times et put démontrer qu'il s'agissait bien d'un problème à la source - les informations issues des machines de vote.

Dominion est utilisé dans les comtés de 30 états - en particulier dans tous les états-charnière, et dans les comtés les plus litigieux de l'élection.

Il existe une autre preuve, statistique celle-ci. Lors de la soirée électorale, les premiers bulletins de vote dépouillés furent ceux du vote par correspondance. Triés et brassés par la poste, le mélange des enveloppes était totalement aléatoire. Ce n'était pas un problème pour nos Démocrates qui s'imaginaient, en ligne avec les sondages biaisés présentés depuis des mois, que Biden aurait une large avance. Au contraire le dépouillement montra que les deux candidats étaient au coude-à-coude, voire que Trump était en avance. Et le début du dépouillement des bulletins des votes effectués en personne le confirma.

D9ufjoEu.jpeg
Les votes en cours de dépouillement peu après minuit
le 4 novembre, avant les mesures correctives démocrates
(notez le pourcentage de bulletins dépouillés)

C'est là où intervint la deuxième fraude massive, la fraude du vote par correspondance. Elle était rendue nécessaire parce que Dominion n'était pas installé partout, et qu'il aurait été trop visible (dans le plan en tout cas, puisqu'à ce moment les fraudeurs ne s'attendaient pas à ce que les manipulations du logiciel s'affichent de façon visible sur les principales chaînes de télévision!) de faire passer Biden en tête seulement dans les comtés où le logiciel truqué était employé.

Les Démocrates avaient prévu depuis longtemps une réserve de voix pour Biden, mais furent surpris par l'avance que Trump avait. Il fallut rajouter des bulletins par caisses entières pour "équilibrer" le résultat.

Rd5qZdD.png
(Vue d'artiste)

Pris par le temps, les fraudeurs remplirent les bulletins à la hâte, cochant seulement le nom de Biden, abandonnant sur le chemin les sous-fifres comme les Sénateurs et les Représentants. Cela explique pourquoi des centaines de milliers de bulletins sont privés de signature, d'adresse ou de date de naissance, ou que celle-ci est fantaisiste. Et comment ils furent livrés au milieu de la nuit du 3 au 4 novembre dans différents centres de dépouillement, lesquels furent mis au ralenti les jours suivants - juste le temps qu'arrivent de nouveaux lots de bulletins Biden pour "arriver au bon résultat": une victoire infime pour Joe Biden, mais une victoire tout de même.

Bien entendu, la saisie de tous ces bulletins frauduleux impliqua d'éloigner les observateurs républicains des machines de comptage, de tricher sur les dates de réception et bien d'autres choses encore. Certaines de ces manœuvres sont déjouées, d'autres doivent l'être encore.

Pour ceux qui s'interrogent, argumentant par exemple que les votes par correspondance doivent être authentiques parce que leurs signatures sont vérifiées, un journaliste a fait le test dans l'état du Nevada. 8 fausses signatures sur 9 furent acceptées. Des gens découvrent qu'ils ont voté à leur insu.

Le résultat fut donc une victoire de Biden, mais elle ne résiste pas à l'analyse. Grâce aux "données initiales" que représente le dépouillement de tous les bulletins arrivés au 3 novembre, on peut voir nettement la fraude par l'ajout de bulletins. Là où elle a lieu, elle déplace petit à petit l'équilibre entre Républicains et Démocrates alors que le dépouillement progresse:

EmV2GtUXMAASR45.png?itok=THRBKll8
L'évolution du rapport de force Démocrate/Républicain en Floride (peu ou pas de fraude)

EmV7A3LW4AIgqrA.png?itok=jb8pf5SEL'évolution du même rapport de force en Virginie

EmV6wKcXMAY6dzN.png?itok=E7vI7yg0
Et cette fois-ci au Michigan

Dans les graphiques ci-dessus, plus la courbe évolue alors qu'elle s'étale sur la droite - donc que l'équilibre aurait dû être atteint depuis longtemps - plus elle témoigne d'une fraude massive.

Il est statistiquement impossible que dans plusieurs états concernés, et sur un échantillonnage aussi grand, les bulletins dépouillés au début soient majoritairement pro-Trump alors qu'au fil du temps ils deviennent massivement pro-Biden - sauf à rajouter de plus en plus de bulletins pro-Biden dans le mélange. Autrement dit, c'est grâce au vote par correspondance que la fraude des Démocrates est exposée au grand jour. La loi des conséquences inattendues frappe encore...

La mère de toutes les batailles électorales

Pour finir ce long exposé, si vous voulez une vraie révélation dont aucun média n'a parlé, la voici: Dominion n'en est pas à son coup d'essai - il fut utilisé en masse lors des primaires du Parti Démocrate. Il est donc tout à fait probable que ces primaires aient été un "galop d'essai" du système, entérinant dans les méandres du logiciel la victoire de Joe Biden sur Bernie Sanders.

Voilà pourquoi même des électeurs de gauche devraient souhaiter que les manipulations électorales cessent.

Le système électoral américain est complètement pourri, indigne, corrompu jusqu'à la moelle.

Si Joe Biden est élu, le système électoral américain le restera, et empirera encore jusqu'à ce que la gauche - ou plutôt la direction du Parti Démocrate - détienne tous les leviers du pouvoir.

Si Trump est élu, ce qui indiquera que le droit se pratique encore dans le pays, il existe une petite chance que le système électoral soit réformé vers plus de fiabilité et d'honnêteté.

Nous assistons donc peut-être à la dernière élection.

N'en déplaise aux journalistes qui salivent d'avance à l'idée d'enterrer Trump, la bataille est loin d'être terminée.