19 février 2021

Le confinement ne sert à rien

Le Royaume-Uni a un succès à fêter: la courbe de progression du Covid-19 s'est enrayée. La baisse est spectaculaire, "grâce à des mesures de confinement strict", se félicitent les autorités.

D'autres pays peuvent montrer une courbe similaire en ayant mis en place des mesures similaires, comme la Suisse. Mais cela ne prouve rien. Pour prouver quelque chose, il faut trouver un pays à peu près comparable, et qui a fait différemment.

Ce pays existe, c'est la Suède.

La comparaison entre un pays à "confinement strict" et un pays reposant sur la simple protection des personnes à risques et l'implication personnelle de ses habitants montre la criante différence entre les deux approches... Ou peut-être pas, en fait:


Taux comparé de mortalité par 100'000 habitants, en moyenne sur une semaine
entre le Royaume-Uni (en bleu) et la Suède (en rose) (cliquez pour agrandir)

Comme le dit avec ironie le Dr Eli David, "le confinement au Royaume-Uni a été tellement efficace qu'il a même fait baisser la propagation de la maladie en Suède!"

Le confinement, le couvre-feu, les interdictions commerciales, les interdictions de regroupement et de manifestations en extérieur, dignes des pires régimes totalitaires de l'histoire, n'ont aucun effet sur la pandémie. Et je soupçonne bon nombre de politiciens d'être parfaitement au courant. Mais la populace gobe tout, parce qu'on ne lui montrera que la courbe qui "prouve" l'efficacité des mesures, la courbe bleue ci-dessus - et surtout aucune autre.

Jamais on ne fait la comparaison avec des pays qui ont fait autrement. Sans élément de comparaison, on peut faire gober n'importe quoi à n'importe qui.

Le totalitarisme sanitaire a le vent en poupe, amenant d'innombrables familles à la ruine, les réduisant à de pauvres quémandeurs à la merci de l'État. Cela n'a aucun rapport avec la maladie. Et il m'est avis que la propagation de celle-ci vient bien plus des comportements individuels que des politiques décrétées au sommet.

En attendant, les peuples peuvent se réjouir que d'ici quelques semaines le garrot qui les étrangle soit un peu desserré, en attendant la prochaine vague.

Précision (22 février 2021): je rappelle aussi que nous savons depuis trois mois que les masques ne servent à rien non plus.

Commentaires

Le carnaval de Venise a dû faire place à un pitoyable bal masqué qui s’est internationalisé… ces années bâillonnées resteront ainsi dans l’histoire pour rendre hommage à Orwell et à Trump, seuls capables de lire la dérive inouïe des communautés humaines apeurées, et de désigner leurs seigneurs anonymes.
Les big brothers abattent cependant leurs dernières cartes, car si les troupeaux sont désemparés, les troupes américaines ne le sont pas.
L’argent du monde, qui achetait toutes les docilités en finançant tous les vices, n’avait pas prévu l’émergence d’un milliardaire patriote préférant les militaires aux soirées overdosées.
Comme en 1944, nous sommes ainsi dans l’attente d’un nouveau débarquement, dont l’ambition démesurée est de faire tomber, une bonne fois, tous les masques…

Écrit par : Yes-Comment | 20 février 2021

Nos politiques sont en trains de vacciner la population à la "pilule bleue". Faut bien comprendre que la liberté comme "avant" ça ne reviendra plus... à moins d'aller vivre dans un pays dit "totalitaire"... ou demander l'asile en Afrique.

Écrit par : petard | 20 février 2021

Excellente présentation limpide du sujet!
Ce qui me questionne, c'est de constater à quel point beaucoup de personnes jouent encore le jeu des dirigeants et subissent les mesures "dignes des pires régimes totalitaires de l'histoire", sans prendre en compte le coût exorbitant dépensé, tant en monnaie qu'en santé globale, sous prétexte de préserver contre un microorganisme voire contre la somme de chiffres de tests, de plus sujets à caution.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 20 février 2021

Le confinement est une chose (qui semble entendue d'après la comparaison accablante faite par notre hôte), mais les traitements précoces (HCQ + AZI, Ivermectine principalement), ou plutôt leur interdiction dans tous les pays développés, en est une autre, sur laquelle il faudra tôt ou tard se pencher.
Avec procès à la clé type Nuremberg, du moins c'est ce que j'espère.

Écrit par : AP34 | 20 février 2021

Lire la lettre ouverte de Daniel Favre à Mauro Poggia (en fin de billet):

https://bit.ly/37OOnG7

... mais le billet, vaut aussi la peine d'être lu...

Écrit par : petard | 20 février 2021

J'ai lu la lettre ouverte (cf. petard).
À part porter un autre nom : Task Force en Suisse est devenu Conseil scientifique en France, notre aréopage est certainement composé des mêmes médecins et professeurs bourrés de conflits d'intérêt.
Je m'étais d'abord demandé pourquoi ceux parmi eux qui avaient de tels conflits n'avaient pas été éliminés d'office de la sélection à ce conseil.
"On ne peut à la fois être juge et partie."
On sait cela depuis des siècles, sinon des millénaires, encore que j'ignore l'origine de l'expression.
Alors pourquoi ?
La seule explication plausible est que ceux qui décident de la composition du conseil – sans nécessairement en faire partie – sont eux-même achetés par BigPharma.
Ça doit aller très haut, jusqu'au président de la République, et même au-dessus, les grands capitalistes qui possèdent les médias et tirent les ficelles, eux qui, c'est bien connu, en 2017, ont déboulonné Fillon et fait élire un ministre des finances alors peu connu du grand public.
On peut très certainement appliquer le même raisonnement à la plupart des pays d'Europe.
Être acheté, avoir des conflits d'intérêt, c'est être corrompu.
La corruption règne en maître dans nos pays.
Quand il s'agit uniquement d'enrichissement personnel, ce n'est peut-être pas trop grave. Mais là il s'agit de morts (car non soignés) évitables, de suicides (suite à des faillites, des dépressions nerveuses etc), le tout se montant à des dizaines de milliers de victimes dans chacun de nos pays.
Comment peut-on appeler cela, sinon un crime contre l'humanité ?
À quand le Nuremberg que j'ai déjà évoqué dans mon post précédent ?

Écrit par : AP34 | 20 février 2021

Pas d'accord avec la comparaison.
Il faut la réaliser avec des pays proches et sociologiquement comparables, comme la Suède, laxiste et ses voisins scandinaves, plus sérieux.
https://boogheta.github.io/coronavirus-countries/#deceased&ratio&places=Denmark,Finland,France,Italy,Norway,Sweden,United%20Kingdom&alignTo=deceased
D'autre part les rythmes de l'épidémie dépendent aussi des contagions venues de pays voisins. De l'Espagne à la France pour la 2e vague par exemple.

Écrit par : Philippe Edmond | 21 février 2021

@AP43: "À quand le Nuremberg que j'ai déjà évoqué dans mon post précédent ?"

Jamais. Les bouchers communistes des Khmer rouges sont morts dans leur lit, de même que Staline, Mao et tant d'autres. Le crime paie, les criminels sont célébrés. Leurs complices idéologiques réécrivent l'histoire, maquillent leurs crimes et leur érigent des statues.

Votre procès de Nuremberg n'aura pas lieu parce qu'il n'y a pas de force politique en Europe qui dressera le tribunal. Je le regrette.

@Philippe Edmond: j'aime beaucoup votre commentaire. Vous affirmez qu'il "faut la réaliser avec des pays proches et sociologiquement comparables, comme la Suède, laxiste et ses voisins scandinaves, plus sérieux."

Et pourquoi le "faut-il" ? De quelle autorité pouvez-vous vous prévaloir pour décréter que telle comparaison est pertinente et telle autre ne l'est pas? C'est étonnant, surtout quand le but de ma comparaison dans le billet était de montrer un contre-exemple, dans le sens mathématique du terme. Un contre-exemple suffit, même si vous apportez mille exemples qui vont dans le sens de la théorie.

Pour en revenir à votre sélection, les courbes du site que vous montrez ne sont pas très lisibles, mais clairement le Danemark, la Norvège et la Finlande ont de meilleures courbes que la Suède. Et ils confinent. Donc... Le confinement marche? Non, puisque la France, l'Italie et le Royaume-Uni font bien pire, comme vous avez pris la peine de les inclure dans votre panel de pays.

Dans la suite de votre commentaire, vous écrivez:

"D'autre part les rythmes de l'épidémie dépendent aussi des contagions venues de pays voisins. De l'Espagne à la France pour la 2e vague par exemple."

C'est un point intéressant, et je suis allé voir s'il n'y avait pas quelque chose d'autre.

Le Danemark oblige ainsi les voyageurs à se munir d'un test négatif vieux de moins de 24 heures pour entrer dans le pays, que ce soit par avion, voiture ou bateau. Les voyageurs doivent se soumettre à un autre test à l'arrivée. Et se mettre en quarantaine pour dix jours - quarantaine qui ne peut être levée qu'après quatre jours minimum, une fois que le test fait à l'arrivée est négatif.
http://archive.today/mZByF

Draconien, je vous l'accorde. La Norvège fait sensiblement la même chose: test négatif de moins de 24 heures, 2e test à l'arrivée et quarantaine obligatoire de 10 jours - et celle-ci n'est même pas réduite si le test local est négatif.
https://archive.is/7Vm3S

La Finlande quant à elle n'accepte que les voyageurs de sept pays - le Vatican, l'Australie, le Rwanda, Singapour, la Thaïlande, la Nouvelle Zélande et la Corée du Sud.
https://archive.is/grjrE

La Suède est beaucoup plus douce sur cet aspect. Elle accepte tous les voyageurs en provenance de l'UE, avec des tests de 48 heures, et n'en refait pas sur son sol. Voilà une autre différence que le simple confinement, qui comme nous l'avons vu, ne sert à rien ; et qui est plus rationnelle que la division arbitraire entre pays "sérieux" et "pas sérieux".
https://archive.is/ERJzA

Se pourrait-il que la différence entre la Suède "laxiste" et les autres pays nordiques "bons élèves" porte précisément sur cet aspect, et non le confinement?

Quelque chose me dit aussi que les frontières sont mieux gardées au nord que plus au sud, quelles que soient les postures martiales adoptées par les pouvoirs publics locaux. Question de culture, comme vous dites. Imaginez-vous la France instaurer une quarantaine de dix jours pour tout franchissement de frontière en direction de son territoire national? Vu la déliquescence du pays, cela me paraît inimaginable. J'ai même peine à l'écrire, pour tout dire.

Je ne prétends pas que cette digression sur les mesures prises aux frontières est une preuve en soi, mais il y a peut-être un peu à creuser, même si c'est politiquement incorrect.

Après tout, si aucun nouveau malade n'est importé dans le pays, il y a une chance de garder le contrôle de l'épidémie locale, me semble-t-il. Mais ce n'est qu'une humble supposition de ma part, je ne suis pas "expert", n'est-ce-pas.

Écrit par : Stéphane Montabert | 21 février 2021

Oui, la question des frontières est certainement à creuser. Je retrouve là votre art des recherches (im)pertinentes et efficaces.
Pour ce qui est de la comparaison entre Suède et Royaume Uni, il y a des choses intéressantes ici :
https://tomaspueyo.medium.com/coronavirus-should-we-aim-for-herd-immunity-like-sweden-b1de3348e88b
et la fermeture des frontières ou leur contrôle réel sont des éléments qui peuvent faire partie utilement de la stratégie du fromage suisse défendue par Thomas Pueyo, pour sortir de la situation impossible d'incertitude dans laquelle nous sommes.
https://tomaspueyo.medium.com/coronavirus-the-swiss-cheese-strategy-d6332b5939de

Écrit par : Philippe Edmond | 22 février 2021

@Philippe Edmond: Merci encore pour ces liens, très instructifs.

Je suis évidemment d'accord avec M. Pueyo lorsqu'il explique qu'une stratégie efficace doit naturellement avoir plusieurs angles d'attaque: on ne peut pas SEULEMENT fermer les frontières, on ne peut pas SEULEMENT confiner les gens, ni SEULEMENT tracer les contacts, etc.

Cependant, je pense que M. Pueyo part d'un postulat erroné - l'idée que la classe politique au pouvoir souhaite la survie et la prospérité de la population qu'elle "administre". Depuis un an il me paraît assez clair que ce n'est pas le cas. D'autres impératifs (pharmaceutiques, politiques, idéologiques) se sont rajoutés et ont fini par s'imposer aux préoccupations de santé publique initiales.

Le thème sanitaire étant lui-même d'une portée inférieure aux thèmes idéologiques, certaines mesures efficaces, comme les contrôles sanitaires aux frontières, sont défaussées d'office par la classe politique au pouvoir. Et je ne rouvre même pas le débat sur l'hydroxychloroquine.

De même que les écologistes se servent de l'écologie comme prétexte pour leur agenda marxiste, la pandémie de Covid-19 est devenue le prétexte sanitaire permettant les expériences les plus folles de contrôle sur une population.

Tout comme le socialisme, ce nouveau délire se pare des oripeaux du scientisme. Tout et son contraire est fait, toujours au nom de la "science".

Par exemple, le gouverneur de New York Cuomo a forcé les maisons de retraite à accueillir des malades du Covid en leur sein, provoquant une véritable hécatombe. D'autres gouverneurs démocrates ont fait de même. En bon gauchiste il essaye maintenant de se couvrir: https://www.bbc.com/news/world-us-canada-56091682

Par exemple encore, la France utilise massivement le couvre-feu à 18h - qui n'a pas la moindre base scientifique - pour étrangler les populations assimilées aux Gilets Jaunes https://archive.is/b2UVM ou pousser encore les délires écolos sur les enfants https://archive.is/Kdemt

Écrit par : Stéphane Montabert | 22 février 2021

Si vous avez la chance de comprendre l'anglais regardez la vidéo d'une heure sur le site yo utu be de l'IHU, suivie de celle de Raoult de ce jour sur le même site.
Non seulement le confinement, mais même le masque et l'alcool n'ont certainement quasiment servi à rien. Plus le virus est étudié plus il semble que toutes les mesures de distanciation et désinfection sont inutiles, contre ce coronavirus, il y a eu des répercussions positives par contre sur d'autre types d'infections...
La vérité viendra avec le temps mais ces confinements finiront par être un remède pire que le mal qu'ils sont censés empêcher, ce qu'ils ne font pas.

Quant aux vaccins... L'avenir nous dira s'ils sont efficaces, utiles, ou délétères, sachant que ce coronavirus n'est mortel que pour des gens dans un état de santé tel que n'importe quelle goutte fera déborder le vase, que ce soit le corona ou la grippe ou un autre virus la plupart du temps bénin.

La réponse politique est le problème, pas le virus.

Écrit par : Greg | 23 février 2021

Quelqu'un qui n'a pas mâché ses mots – il est allé jusqu'à demander la destitution de Macron –, au point d'avoir quelques ennuis :
Le texte de l'appel :
https://www.francesoir.fr/opinions-entretiens/francis-lalanne-appel
La vidéo de l'interview :
https://www.francesoir.fr/opinions-entretiens/le-defi-de-la-verite-francis-lalanne

Écrit par : AP34 | 25 février 2021

Même sujet.
À voir absolument (malgré la longueur) pour le docteur Louis Fouché et l'humoriste Jean-Marie Bigard :
https://www.youtube.com/watch?v=VC_tBO2wBgQ&feature=emb_logo

Écrit par : AP34 | 28 février 2021

Je suis assez d'accord sur l'existence de contraintes idéologiques qui rendent incohérentes les politiques actuelles et je suis pas sur que Thomas Pueyo pense que les gouvernants sont rationnels et soucieux du bien commun. Il me semble qu'il cherche à défendre l'adoption d'une politique cohérente et utile, mais il doit bien voir que ce n'est pas du tout celle qui est mise en oeuvre.
A mon avis, cela ne nous dispense pas d'être rigoureux quand nous cherchons à réfléchir à des alternatives. Pour ma part, je rejoins ceux qui pensent qu'il politique de suppression du virus serait le meilleur moyen de rendre à tous la liberté dont nous sommes privés, en particulier depuis cette épidémie, qui m'a valu une baisse de 80% de ma capacité de travail pendant cinq mois.

Écrit par : Philippe Edmond | 01 mars 2021

Le coronacircus nous apporte la preuve qu'on nous fait entrer, de gré ou de force, mais plutôt de force et de ruses, dans une société stérilisée avec leurs zéro machins. On a commencé avec zéro effet de serre, ensuite avec zéro émission de Co2, puis avec zéro tolérance, enfin et peut-être pas le dernier, le zéro covid.

Pour moi, ce cheminement à travers une forêts de pièges, de leurres et de faux semblants en vous tenant par la main, n'est ni plus ni moins qu'une marche forcée vers la soumission to.ta-le.

Le zotorités voudraient bien pouvoir changer les textes de la constitution et les remplacer par ceux qu'elles auraient écrites elles-même, mais sachant que cela provoquerait un soulèvement dans tout le pays, elles préfèrent trouver des subterfuges coercitifs. L'obligation du vaccin étant anti-constitutionnel, il faut bien trouver un autre artifice quitte à prendre un peu de patience - de toute façon, le temps est pris sur celui de toute une population, ce temps est aussi un gain pour pauviner la stratégie d'un programme de coercition et de familiarisation du peuple avec le No alternative.

Aujourd'hui, Sir Berset annonce une grande générosité d'âme de sa part: les tests seront gratuits. Il souhaite que les tests deviennent systématiques, mais il a une préférence pour les test PCR et en toute subsidiarité, il faut passer le test PCR.
Alors qu'on sait que le RT PCR est un gadget frauduleux, en plus, mal conçu et inadapté pour le diagnostic précis du Covid-19.

En toute générosité, les tests gratuits coûteront à la confédération une bagatelle d'un milliard de francs. C'est finalement forcer le peuple à cette générosité puisque c'est lui qui alimente toutes les caisses fédérales ET cantonales ( les magistrats, petits et grands, ne produisent pas un centime, ni ne participent à la solidarité du pays. Ils sont tout juste de paroles et mauvais comédiens).

Depuis plus d'un ans, on nous sert à tous les repas, des succédanés de mensonges ou carrément des tromperies, des menaces de dangers, des menaces de sanctions, de privations et par dessus, de gratifications telles que "complotistes"... Contre eux. Osons le dire: nous vivons un complot d'états, un complot planétaire et nous devons accepter qu'on nous retourne la vapeur bouillante dessus.

J'ai, à propos des tests systématiques et gratuits, plusieurs questions:
1 - si quelqu'un est positif sans symptômes, doit-il exécuter la quarantaine?
2 - si quelqu'un est positif avec symptômes, doit-il refaire un autre test après la quarantaine?
3 - S'il est toujours testé positif mais ne présentant plus de symptômes, doit-il exécuter une nouvelle quarantaine?
4 - un testé positif sans symptôme chaque semaine. Que lui réserve-t-on comme régime?
5 - sur une certaine durée (2 mois, par exemple), le testé est tantôt positif et tantôt négatif, mais toujours sans symptômes, que lui demandera-t-on?
6 - Qui paiera son manque à gagner si c'est un indépendant?
7 - Qui l'indemnise? chômage partiel, RHT cantonal et fédéral? ou Caisse maladie?

8 - Ne va-t-on pas suggérer aux entreprises et aux administration à poser ces exigences aux employés et fonctionnaires pour pouvoir conserver leur poste de travail?
9 - Les entreprises, ne sont-elles pas invitées à saisir cette perche pour soi-disant, se retructurer et élaguer?

Comme quoi, les propositions de largesse peuvent être tordues si on les gobe comme des dragées de médicament à avaler tout rond.

Écrit par : Marlene Dupraz | 05 mars 2021

Les commentaires sont fermés.