09 mars 2013

Les bouffées de chaleur du Réchauffement Climatique

réchauffement climatique,mensonges"La Terre est en passe de devenir plus chaude que lors des 11300 dernières années", clame une étude soigneusement relayée sur le site d'information Romandie.com.

Bien entendu, sitôt la manchette passée (mais combien de gens lisent-ils encore les articles?) le soufflé se dégonfle assez vite:

Se fondant sur des analyses effectuées sur 73 sites autour du globe, des scientifiques ont pu reconstituer l'histoire des températures terrestres depuis la fin de la dernière période glaciaire, il y a environ 11.000 ans.

Ils ont constaté que ces dix dernières années ont été les plus chaudes, comparé à 80% des 11.300 années passées.

Virtuellement, tous les modèles climatiques évalués par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) montrent que la Terre sera plus chaude d'ici la fin du siècle qu'à n'importe quel moment durant les 11.300 dernières années et ce, selon tous les scénarios plausibles d'émissions de gaz à effet de serre.


Après l'affirmation d'une caution scientifique à toute épreuve, on apprend donc incidemment que les dix dernières années auraient été les plus chaudes que quatre-vingt pour-cents des 11'300 dernières années, ce qui laisse tout de même plus de 2'000 années plus chaudes qu'aujourd'hui. Expliqué de cette façon, c'est un peu moins effrayant et beaucoup moins spectaculaire.

Oubliant que toutes les températures du passées sont basées sur des estimations hasardeuses et imprécises voire manipulées (sans parler d'une notion de "température moyenne mondiale" extrêmement douteuse), l'article reprend vite le laïus habituel sur la Terre-condamnée-à-se-réchauffer sur la base des modèles climatiques évalués par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, le fameux GIEC.

Vu de Suisse, ce genre de dépêche sensationnaliste ne provoque même plus de réaction. Le public est blasé, mais aussi, hélas, convaincu. A en croire les reportages de la télévision publique helvétique impeccablement alignés sur les thèses réchauffistes, le climat ne se réchauffe nulle part plus vite qu'en Suisse.

Les médias prennent un soin particulier à occulter tout débat. Science is settled, comme disent les inquisiteurs en dressant le bûcher. Il y aurait pourtant un intérêt public prépondérant à relayer les nombreuses polémiques faisant rage sur ce dossier, certaines impliquant des factions à l'intérieur même du camp des partisans du réchauffement climatique.

L'une d'elle a a trait à l'utilisation de modèles par le GIEC. Les températures étant très complexes à extrapoler, il faut "simplifier" les mécanismes climatiques selon divers axes, étudier quelques phénomènes aux dépens du reste et ajouter un zeste de poudre de perlimpinpin.

Déjà, le GIEC emploie plusieurs modèles - FAR, SAR ou AR4 pour citer quelques acronymes aussi engageant qu'une marque de chewing-gum d'Allemagne de l'Est - et ces modèles livrent des résultats incompatibles entre eux. Comment proclamer que la Terre se réchauffe de façon "rapide" voire "catastrophique" lorsque cinq thermomètres statistiques n'arrivent pas à faire mieux que livrer cinq températures différentes?

Certes, on répondra que si les tous indiquent de la fièvre, il y a peut-être des raisons de s'inquiéter. L'argument semble tenir la route, à ceci près que le monde politique (et en son sein les écologistes les plus extrémistes) fait preuve de bien peu de modération dans ses analyses en prenant systématiquement pour argent comptant les chiffres les plus dramatiques. Le bon sens ne réclamerait-il pas plutôt de choisir enfin un seul thermomètre - le meilleur, le plus juste - et de s'y tenir? Mais aborder le problème sous cet angle soulève encore plus de questions sur la pertinence de ces fameux modèles...

En effet, le monde s'inflige la théorie du réchauffement climatique depuis maintenant suffisamment longtemps pour que les mesures actuelles examinant la Terre sous toutes les coutures, même depuis l'espace, soient confrontées aux prédictions des modèles.

Et le moins que l'on puisse dire est que ça ne colle pas:

réchauffement climatique,mensonges
Graphique extrait du rapport préliminaire AR5 du GIEC, décembre 2012

Il suffit d'avoir des yeux ouverts et un peu de matière grise entre les oreilles pour constater que les températures réelles mesurées (en noir) sont, qu'on le veuille ou non, bien en-deçà de l'apocalypse réchauffiste (surfaces d'incertitudes de chaque modèle colorées de diverses teintes) que nous servent en choeur avocats de la cause et journalistes. Et encore, par pudeur, le graphique ne montre pas les tendances de ces modèles jusqu'en 2100.

Ne comptez pas trop sur les médias helvétiques pour vous rapporter ce genre d'information.

Ne croyez pas non plus que ce modeste graphique soit un instant d'égarement ou une erreur de publication ; les choses deviennent vraiment intéressantes quand M. Pachauri, le président du GIEC en personne, admet publiquement le mois dernier qu'il n'y a pas eu de réchauffement climatique mondial au cours des dix-sept dernières années.

Pas de réchauffement climatique.

Dans les dix-sept dernières années.

Relisez, encore et encore.

Combien de reportages et de documentaires sur la réalité-du-réchauffement-climatique-ici-et-maintenant avez-vous vu sur la même période?

réchauffement climatique,mensongesVenant de n'importe quel climato-sceptique forcément aux ordres des multinationales pétrolières, l'affirmation ferait sourire et serait immédiatement défausée. Mais de la part du directeur du GIEC lui-même, il y a de quoi douter. C'est un peu comme si le Pape affirmait à un journaliste que cette histoire de Jésus et de résurrection n'est finalement qu'un gros malentendu.

Science is settled, vous disait-on?

Mais au fait, quelle mouche a piqué M. Pachauri? Tout simplement l'écart de plus en plus net entre le réchauffement hystérique proclamé par les modèles du GIEC et la réalité, rendant intenable les cris de panique habituels. Certains avancent l'hypothèse que M. Pachauri se lance dans un modeste mea culpa pour restaurer une crédibilité en miettes et pouvoir proclamer quelque chose comme "le temps nous aura donné raison" des fois que les températures augmentent réellement d'ici quelques années ; le pari est audacieux, mais le GIEC est si mal en point qu'il n'a plus guère le choix.

Le plus terrible est que tout cela aurait pu être évité simplement en abordant dès le départ une attitude précisément scientifique. Comme l'explique le professeur Robert Carter:

Compte tenu de la grande variabilité naturelle manifestée par les données climatiques, et l'incapacité à ce jour d'y sélectionner ou d'y identifier un signal anthropique [c'est-à-dire provoqué par l'Homme], la bonne hypothèse de départ est l'hypothèse nulle, parce qu'elle est la plus simple qui soit compatible avec les faits connus, et qui peut  être formulée ainsi : les changements climatiques globaux sont présumés être d'origine naturelle, au moins jusqu'à ce que des preuves spécifiques parviennent à démontrer la causalité anthropique.

C'est une des caractéristiques les plus extraordinaires du GIEC que les études qui y sont menées procèdent d'une inversion (injustifiée) de l'hypothèse nulle, à savoir: les changements climatiques globaux sont présumés résulter des émissions anthropiques de dioxyde de carbone, au moins jusqu'à ce qu'une preuve spécifique n'indique le contraire.


Evidemment, une posture aussi biaisée scientifiquement ne pouvait que faillir sur le long terme:

La réalité scientifique actuelle est que l'hypothèse du GIEC sur le réchauffement climatique dangereux a été testée à plusieurs reprises, et que ces tests ont échoué. Malgré l'investissement d'importantes sommes d'argent au cours des 25 dernières années (plus de 100 milliards de dollars), et l'immense effort de recherche effectué par les scientifiques liés au GIEC et par des scientifiques indépendants, à ce jour, aucune étude scientifique n'a établi un lien avéré entre les changements d'un quelconque paramètre environnemental significatif et l'origine humaine des émissions de dioxyde de carbone.


Sans parler du fait que la planète ne se réchauffe même pas...

Mais peu importe! Dans la sphère médiatique européenne le combat continue, même contre des moulins à vent. On joue sur les mots ; on ne parle plus de réchauffement climatique, mais dérèglement climatique, ce qui induit l'idée que le climat a été réglé un jour, une parfaite hérésie ; ou encore de changement climatique, ce qui induit que précédemment le climat ne changeait pas, une autre excellente plaisanterie!

Le débat autour du réchauffement climatique d'origine humaine "indiscutable" a dépassé les frontières de l'absurde au point d'en devenir comique. Il sera intéressant d'examiner pendant combien d'années les médias, et en particulier les médias suisses, continueront sur leur lancée avec le même cap idéologique, éloignés d'une réalité qui a réussi à s'imposer même au directeur du GIEC.

03 mars 2013

Les votations du 3 mars

votation du 3 mars 2013L'insoutenable suspense est terminé. Voyons ce que les urnes ont délivré comme message ce soir.

Initiative contre les rémunérations abusives (évoquée ici): Thomas Minder peut se réjouir, il a réussi son pari avec constance et opiniâtreté. Il s'agit certes d'un changement symbolique, mais porteur, ramenant enfin le contrôle des rémunérations des managers - qui ne sont que des employés - aux actionnaires, les véritables propriétaires de l'entreprise.

A une gauche avide de s'approprier la victoire de M. Minder, je ferai miens les propos fort pertinents de Paul Dembinski, professeur d'économie, sur la campagne:

C’est avec un certain dégoût que j’ai entendu M. Levrat tenter de récupérer une éventuelle victoire de Minder dimanche. Seul le PS a entendu souffler le vent de justice sociale… Salaires minimums, ratio 1 : 12 des rémunérations, mais ce n’est absolument pas de cela dont il s’agit. L’initiative Minder ne porte pas en elle le germe de l’étatisation de l’économie dont rêve le PS.

 
Ce qui ne l'empêchera pas d'essayer, naturellement.

Loi sur l'Aménagement du Territoire (évoquée ici): nouvelle loi anti-valaisanne, nouvelle strate bureaucratique et nouvelle planification centralisée venue d'en haut... Triple échec pour la liberté, mais victoire nette des propriétaires fonciers et des plus riches contre les locataires et les familles désireuses d'accéder à la priorité. Il est évident que la LAT devra forcer une réduction des terrains constructibles pour avoir le moindre sens ; elle poussera donc naturellement les prix des terrains vers le haut selon le principe de l'offre et de la demande.

Entre l'initiative Weber et la LAT, deux objets chéris par Doris Leuthard, les Valaisans doivent avoir des aigreurs d'estomac en repensant à leur vote PDC aux élections fédérales... La gauche et l'ASLOCA peuvent sabler le champagne dans leur lutte chimérique contre l'ennemi de classe, le bourgeois, le propriétaire ; ce faisant, ils oublient qu'un primo-accédant (quelqu'un qui accède pour la première fois à la propriété) est aussi un individu qui libère un logement loué pour quelqu'un d'autre.

Les citoyens suisses devront désormais prendre leurs responsabilités dans l'évolution des prix immobiliers.

Article Constitutionnel sur la Famille (évoqué ici): rejetée d'une courte majorité de canton alors que la majorité du peuple était acquise, c'est incontestablement la bonne surprise du week-end. Personnellement, je n'aurais jamais cru à son rejet. N'importe quelle politique associée au mot-clef magique "famille" passe habituellement comme une lettre à la poste, pour désastreuse soit-elle. La recette n'a pas fonctionné pour l'initiative du PDC. L'action de l'UDC a largement contribué à rompre le consensus autour du projet du parti de centre-gauche.

C'est évidemment le mieux qui puisse arriver aux familles de classe moyenne. Elles ne se verront pas privées par l'impôt de ressources ponctionnées au nom de structures étatiques d'accueil dont elles seront exclues, sachant qu'il y aura toujours plus nécéssiteux pour leur passer devant.

Le Oui massif des cantons romand et tessinois montre qu'ici, le peuple est mûr pour ce genre d'aventure. Il ne tient qu'aux partisans de l'idée de mettre en place des initiative cantonales pour accomplir localement ce qu'ils ont échoué à imposer au niveau fédéral. Mais il n'est pas sûr que les adeptes de l'étatisation des enfants tentent leur chance à une échelle plus petite, car les comparaisons de coût et de fiscalité entre cantons rendront l'arnaque évidente aux yeux de tous.

D'une courte tête, les cantons alémaniques ont mis le holà à l'extension de l'Etat-providence, pour le moment.


Les trois objets fédéraux du week-end n'étaient pas les seules raisons pour les citoyens de se déplacer aux urnes. Voici une sélection de thèmes cantonaux qui me semblent significatifs:

Berne dit non à la sortie du nucléaire: ni l'initiative pour l'électricité renouvelable ni même le contre-projet du gouvernement n'eurent la grâce des électeurs. Un sondage récent annonçait que l'Effet Fukushima n'avait pas duré chez les Suisses, nous en avons désormais une preuve concrète.

Le Jura se dote d'un salaire minimum: contre l'avis du gouvernement et du parlement, le canton du Jura accepte avec une majorité assez franche (54,2%) le principe d'un salaire minimum. Celui-ci concernera uniquement les branches économiques et les entreprises non signataires d'une convention collective de travail (CCT). De plus, le montant variera selon le salaire national médian du secteur à l'échelle suisse: de beaux maux de tête en perspective pour traduire la volonté populaire en loi!  Dans quelques années, nous pourrons établir d'intéressantes comparaisons entre le taux de chômage jurassien et celui des cantons voisins.

Genève dit oui à la fusion des caisses publiques (évoquée ici): les Genevois ont donc accepté de créer une nouvelle caisse de pension publique probablement "too big to fail" tout en augmentant très légèrement les contributions des fonctionnaires. Du point de vue de l'assainissement des régimes publics de retraite, le changement est si léger qu'il ressemble furieusement à du sur-place.

Nidwald confirme ses forfaits fiscaux: rompant la dynamique que la gauche souhaitait instaurer,  l'initiative "Pour l'abolition des privilèges fiscaux pour les riches étrangers" lancée par la Jeunesse socialiste locale est sèchement rejetée par 68,6% des voix.

Pas de Jeux Olympiques d'hiver dans les Grisons: 54% des votants rejettent le projet. Les communes de Davos et St-Moritz l'avaient approuvé, mais le reste du canton n'a pas suivi. Les commentateurs se succèdent sur les ondes de la télévision suisse pour se lamenter du manque de "vision" et "d'envergure" des citoyens locaux. Apparemment, la défense du paysage et du patrimoine peut passer à la poubelle s'ils doivent être sacrifiés pour des jeux olympiques d'hiver 2022, sans parler du volet financier.

Oskar Freysinger en pôle-position pour le Conseil d'Etat valaisan: l'UDC saviésan arrive en tête du premier tour pour l'élection au Conseil d'Etat - loin devant son adversaire Christian Varone, mais aussi devant tous les sortants. S'il est trop tôt pour crier victoire, l'UDC semble mieux placée que jamais pour entrer au Conseil d'Etat du canton.

Voilà, c'est tout pour cette rapide analyse. Nul doute que je n'ai couvert qu'une fraction des objets électoraux soumis au vote ce week-end - le signe indubitable d'une démocratie vivante - mais les résultats ne me semblent pas trop mauvais dans l'ensemble.

01 mars 2013

Ingouvernable Italie

Les élections italiennes de dimanche et lundi ont donné exactement le pire scénario possible: un pays ingouvernable et promis à un prochain retour aux urnes.

cartoon.jpgLa troisième économie de la zone euro est dans la tourmente.

Le professore Mario Monti, chouchou de Mme Merkel et de la nomenklatura européenne, a été sèchement renvoyé à ses études. Avec 10% des suffrages exprimés, il a cristallisé à lui seul le rejet des politiques venues d'en haut et des quelques réformes - trop souvent fiscales - qu'il a pu mener. Technocrate sans charisme, ancien de Goldman Sachs, imposé d'en haut par la clique bruxelloise, M. Monti se voyait en homme providentiel ; il aura raté jusqu'à sa démission-surprise. Il disparaîtra probablement du radar politique italien dès les prochaines élections.

Silvio Berlusconi, annoncé politiquement mort une demi-douzaine de fois, s'est encore débrouillé pour transformer une défaite en demi-victoire ; sa coalition menée par le Peuple de la liberté est arrivée en deuxième position avec 30% des voix à l'échelle nationale, dans un mouchoir de poche avec la gauche de Pier Luigi Bersani. Ce dernier ne dispose que de 124'000 voix d'avance. Qu'on le veuille ou non, Silvio Berlusconi mène la droite italienne. Tout électeur qui n'est pas de gauche tombera forcément dans le giron de sa coalition, même s'il ne vote pas précisément pour le parti de Berlusconi. Cela lui garantit une force de frappe électorale conséquente, malgré les affaires dont il est continuellement accusé (dernière en date, la possible corruption d'un politicien en 2006, Sergio De Gregorio ; mais apparemment, le fait qu'un sénateur de gauche se laisse corrompre laisse de marbre tout le monde...)

Le rejet de l'affairisme de la classe politique italienne et des politiques de rigueur imposées d'en haut - et dont les partisans semblent eux-mêmes rarement souffrir - auront jeté des millions d'Italiens dans les bras du mouvement "cinq étoiles" de Beppe Grillo. L'ex-comique devenu politicien souhaitait incarner le vote protestataire, le résultat aura dépassé toutes ses espérances. Parti de rien, le mouvement cinq étoile devient désormais la troisième force politique italienne.

Si les cinq étoiles sont évidemment de gauche - il est ainsi "hors de question" d'envisager la moindre alliance avec Berlusconi - le mouvement de Beppe Grillo est aussi anti-européen, anti-euro, anti-austérité, pro-démocratie directe et dirigé droit contre la classe politique incarnée par les partis traditionnels. Tout n'est donc pas à jeter au sein du nouveau venu, mais ses positions iconoclastes, l'inexpérience de ses élus et l'absence de cohésion de l'ensemble achèveront de donner des maux de tête à quiconque souhaiterait l'avoir pour partenaire.

Finissons ce tour d'horizon avec le vainqueur officiel, Pier Luigi Bersani, à la tête du Parti Démocrate. La maigre avance qu'il possède sur le suivant permet à sa coalition de briguer 55% des sièges de la Chambre des Députés. Dans la chambre du Sénat, en revanche, sa victoire électorale est trop étriquée pour espérer une majorité, même en s'alliant avec ce qui reste des forces politiques de Mario Monti.

Les médias européens insistent bien sur la victoire de M. Bersani - il est de gauche et pro-européen, c'est donc leur poulain naturel - mais cachent l'ensemble de sa situation. N'importe quel observateur examinant le contexte politique italien de façon moins triviale comprendra que toute tentative de former une coalition est vouée à l'échec.

Tout d'abord, les mouvements politiques représentés dans les chambres italiennes et dans les beaux graphiques de résultats d'élections sont eux-mêmes des coalitions de partis. On a tendance à l'oublier. Silvio Berlusconi subit sa fameuse Ligue du Nord, mais le Parti Démocrate mène lui aussi une coalition "Bien Commun" de partis socialistes, communistes et écologistes, peu enclins à accepter un accord électoral encore plus large. Les forces politiques composant ces coalitions s'entendant déjà à peine, imaginer une alliance stable avec le fantasque Beppe Grillo tient de la gageure. Une "union nationale" rêvée par les eurocrates, associant Monti et Berlusconi à la gauche semble encore plus invraisemblable. Même si certains commentateurs osent avancer l'hypothèse, on nage en pleine science-fiction.

Deuxième aspect, assumant son rôle "responsable" et "progressiste" dans la poursuite des réformes, Pier Luigi Bersani n'aura d'autre choix que de s'infliger la poursuite de la ligne politique qui a éreinté Mario Monti. On n'imagine pas M. Bersani pousser l'Italie à la cessation de paiement, à la révolte contre les banques, à l'organisation d'un référendum sur la sortie de l'euro ou de l'Europe ou simplement à la moindre opposition contre Mme Merkel, alors que la confiance internationale dans les finances du pays ne tient qu'à l'humeur de Berlin.

La coalition "Bien Commun" de M. Bersani est donc sur une pente descendante inéluctable. Le Parti Démocrate a perdu 4 millions d'électeurs par rapport aux législatives de 2008, plus d'un sur deux au profit de la formation de Beppe Grillo. Ce dernier, fin psychologue, n'hésitera pas à pourrir la situation ; il l'a déjà fait savoir en promettant à ses électeurs un "prochain retour aux urnes". Le politicien-comique a bien compris que les vents lui sont favorables.

Difficile de prédire exactement quand aura lieu la manche électorale suivante. Tout dépend de l'énergie que déploiera Pier Luigi Bersani à donner l'illusion qu'il contrôle quelque chose. Dans tous les cas son avenir ressemble à une impasse: ses espoirs de diriger un gouvernement stable sont nuls, son électorat s'érode et ses concurrents sont au coude-à-coude. La victoire est une déesse capricieuse et inconstante.

Le prochain round verra probablement la gauche conventionnelle s'effacer au profit du mouvement cinq étoiles, lui-même opposé à un Silvio Berlusconi requinqué et déjà à deux doigts de l'emporter cette semaine. La victoire de ce dernier ne manquerait pas de faire s'étrangler bon nombre d'éditorialistes un peu partout sur le continent, mais voilà, ce sont encore les électeurs italiens qui décident.

Bien entendu, la prochaine étape du cirque électoral italien ne sera pas la dernière: les choses empireront alors que la défiance s'aggrave. Par beau temps la péninsule italienne était déjà pratiquement ingouvernable ; qui croit encore que les peuples s'assagissent en temps de crise?