13 septembre 2015

La gauche renanaise face à ses contradictions

La Suisse paisible existe mais elle est en sursis. Il y a peut-être des gens insouciants et heureux à Leysin ou dans des villages reculés des Grisons, qui se croient à l'abri de la déferlante migratoire européenne. Mais ils se trompent: la vague les atteindra eux aussi. Rien que dans notre modeste ville de Renens, l'afflux de migrants a fait parler de lui dans les médias.

Cet été, jusqu'à 80 immigrés illégaux se retrouvèrent à dormir dans les jardins du "sleep-in", une structure d'hébergement d'urgence renano-lausannoise complètement débordée. Après diverses sommations la décision fut prise de les expulser... C'est-à-dire juste de les faire s'installer ailleurs.

Les frontières doivent rester ouverte et tous les étrangers sont les bienvenus... Mais ils sont priés de ne pas s'installer dans une commune de gauche! N'est-ce pas un peu facile?

Me faisant l'écho de tous ceux, excédés, qui enjoignent les apôtres de l'ouverture des frontières à joindre le geste à la parole en accueillant eux-mêmes les migrants, je déposai un texte dont voici la teneur:

[Les] conseillers communaux (...) se proposent d'agir en accord avec leurs convictions politiques pour apporter une aide immédiate à l'inconfort des migrants dans le besoin situés sur la commune ou ses alentours. Ils se portent volontaires pour les héberger chez eux jusqu'à ce qu'une solution pérenne soit trouvée.


Panique à bord! Quelle levée de boucliers! Pendant que certains examinaient scrupuleusement le règlement du conseil communal pour voir comment désamorcer la bombe, des orateurs se succédèrent pour incendier l'UDC en esquivant soigneusement le fond. Finalement, la syndique communiste botta en touche en repoussant le sujet à la séance suivante.

Les plus courageux pourront assister à ces échanges en regardant la vidéo de la séance, les choses intéressantes se déroulent entre 2:51:00 et 3:09:00.

Au cours de cette séquence, un peu avant le dépôt du texte par qui le scandale arrive, Marianne Huguenin tint d'ailleurs des propos instructifs sur les relations entre l’Établissement Vaudois d'Accueil des Migrants (EVAM) et les immigrés illégaux:

...Nous avons cherché à les accompagner dans leur arrivée en Suisse (...) et c'est vrai que nous avons cherché à les orienter sur l'EVAM en sachant que se pose le problème de l'identification. L'EVAM loge ces gens dans la soirée, c'est son job, même s'ils sont en situation illégale, il faut le savoir et la loi sur l'asile et les requérants d'asile oblige le canton à loger non seulement les demandeurs d'asile légaux mais aussi les étrangers en situation irrégulière. Ils doivent les loger. C'est vrai qu'ils doivent être identifiés, avec le risque, qui n'est pas un risque immédiat, mais avec le risque qu'ils puissent être expulsés.

 
Comment loger ces gens dans la soirée? Facile! A l'hôtel. Et c'est le contribuable qui régale.

L'offensive pour mettre la gauche renanaise face à ses responsabilités continuera le mois prochain. J'espère que dans l'intervalle, maintenant que je leur ai soufflé l'idée, tous les donneurs de leçon en auront profité pour accueillir chez eux un migrant!

11 septembre 2015

Or: un petit problème d'inventaire

Les habitués de ce site savent faire la distinction entre l'or physique, c'est-à-dire le métal jaune bien connu, et les certificats d'or, c'est-à-dire un papier qui affirme que vous possédez une certaine quantité de ce métal jaune bien connu. Vous aurez beau dire que c'est du pareil au même, un certificat inspire rarement autant confiance que le poids d'un lingot dans la main.

Je m'étais attelé à préciser cette importante distinction alors que les stocks de la COMEX - un des plus grands dépositaires d'or physique dans le monde, situé à New York - touchaient un plus bas niveau historique. C'était il y a un an et demi.

Je suppose que depuis beaucoup de monde attendait le moment où les choses empireraient, ou au contraire pourraient pousser un ouf! de soulagement alors que les stocks "reviendraient à la normale".

C'est par le biais de Zerohedge, toujours sur le qui-vive, que nous apprenons que les records sont faits pour être battus. Certes depuis 2013 il y a eu des hauts et des bas... Et un gros, gros plus bas en ce moment.

or,comex,faillite
Le plus bas de fin 2013 est un souvenir.

Le stock d'or enregistré de la COMEX est descendu jusqu'à un niveau de 185'315 onces, soit moins de 6 tonnes.

Les deux stocks d'or de la COMEX

Les chambres fortes de la COMEX sont-elles vides? Non, car il faut faire la distinction entre l'or "disponible" et l'or "enregistré". Et pour comprendre la nuance entre les deux notions, un article de BullionVault - écrit lors du plus bas historique de 2013 - s'avère particulièrement éclairant.

Pour résumer simplement, il existe un "circuit de raffinement" de l'or. L'or arrive dans le circuit à travers des producteurs officiels dûment enregistrés qui se chargent de le récupérer auprès des mines ou du recyclage de bijouterie. Il est alors refondu avec une pureté garantie. Puis, il est acheminé jusqu'à un lieu de stockage comme la COMEX à travers des transporteurs de fonds agréés. De là, il pourra continuer sa route d'un entrepôt à un autre, sans jamais sortir du système, ou en ressortir, si un détenteur d'or souhaite obtenir physiquement son bien.

Dès que l'or sort du circuit, il ne peut y retourner qu'à travers les points d'entrée que représentent les producteurs officiels, une démarche lente et contraignante. Pensez à un passager qui quitte la zone d'embarquement d'un aéroport: il devra à nouveau se soumettre aux détecteurs de métaux et autres portiques de sécurité pour y revenir.

Pour s'éviter cette peine, l'or est le plus souvent gardé au coffre et change de main à travers des "certificats", des documents établissant le droit de propriété du porteur. Les certificats sont évidemment bien plus faciles à échanger que leur pesants en lingots, et encore plus lorsqu'ils sont comme aujourd'hui sous forme électronique.

De cette façon, la COMEX n'est rien d'autre qu'une chambre forte. Elle est utilisée comme telle par beaucoup de clients. Ils gardent leur or sur place, en sécurité, contre une certaine somme d'argent, comme n'importe quel coffre de banque. L'or ainsi stocké est qualifié de "disponible". Il peut être directement retiré par son propriétaire du moment.

Pourtant, même là la COMEX a montré quelques signes de fébrilité les années précédentes avec des lingots dont les numéros de série ne correspondaient pas ou des soupçons de fraude sur l'état des stocks. Une ombre plane sur l'or disponible - l'est-il réellement?

Mais les gardiens de l'or ont un autre rôle: celui de prêteur. Le deuxième stock d'or, celui correspondant au graphique ci-dessus, est l'or "enregistré". C'est un stock d'or placé en garantie, d'un produit financier structuré par exemple. Il est là pour indiquer que si toutes les choses tournent mal le liquidateur de l'affaire pourra se retourner et récupérer au moins la valeur fournie en garantie. C'est une forme d'hypothèque.

Un graphique de ZeroHedge montre l'évolution des deux stocks:

or,comex,faillite

Comme on le voit, les entrepôts de la COMEX sont loin d'être vides. Est-ce à dire que si la quantité d'or "enregistré" tombe à zéro, il n'y aura pas de problème?

Petite survente

Le grand public a entendu parler des produits structurés fin 2007 lorsqu'ils se sont effondrés sous le coup de la crise des subprimes. Les mécanismes découpant les hypothèques en tiers afin de les revendre ont peut-être disparu sous leur forme de l'époque mais il existe des milliers d'autres produits structurés dans les circuits économiques.

Le problème, comme en 2007 d'ailleurs, est que ces outils ont une fâcheuse tendance à s'empiler les uns sur les autres, dans un beau château de cartes qui met à mal toutes les "garanties" et les "assurances" dont on a bien voulu les affubler une fois que le tout s'effondre.

C'est un peu ce qui arrive avec les stocks enregistrés de la COMEX. S'ils s'amenuisent, c'est parce que l'or est progressivement converti en or "disponible" alors que des garanties sont activées.

Or, la COMEX tient d'autres registres - notamment l'utilisation faite de l'or "enregistré". Et le même lingot d'or peut être nanti en garantie (mis en gage) plusieurs fois, partant du principe que normalement toutes les garanties ne devraient pas être actionnées au même moment. Combien de fois? Deux fois? Cinq fois? Vingt fois? Vous êtes loin du compte!

Nous en sommes à 207,4 garanties par once d'or enregistré.

or,comex,faillite
(cliquez pour agrandir)

Autrement dit, pour chaque once d'or enregistré dans les stocks de la COMEX, il y a en moyenne 207,4 investisseurs différents qui peuvent prétendre y avoir droit. Lors du précédent pic de 2013, le rapport avait à peine dépassé un petit facteur de 120... Et la réalité pourrait être encore pire.

Il n'y a pas de limite supérieure au nombre de prétentions portées sur le même lingot, mais il arrive un moment où il n'y a plus d'or du tout pour les appuyer. Lorsque les volumes d'or enregistrés de la COMEX seront totalement vides (et nous n'en sommes plus très loin) des milliers d'engagements financiers verront le sol se dérober sous leurs pieds, reposant sur des garanties désormais vides qui ne vaudront même plus le papier sur lequel elles sont imprimées.

Ceci déclenchera une petite tempête financière, c'est à peu près certain. Et cela jettera un doute sur l'ensemble des stocks d'or détenus de par le monde - même en France où, autant que je sache, Marine Le Pen n'a jamais obtenu de réponse à sa demande d'audit des stocks d'or français - et surtout, de leur utilisation sous forme de garantie.

Car ce n'est pas tout d'avoir de l'or en stock, encore faut-il que vous en soyez le propriétaire réel.

08:00 Publié dans Economie, Monde | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : or, comex, faillite |  Facebook

04 septembre 2015

L'affaire Aylan Kurdi, suite et fin

Hier je postais un billet dénonçant l'instrumentalisation par les médias et la classe politique de la mort d'Aylan Kurdi, enfant noyé infligé en cinq colonnes à la une au grand public pour faire avancer la cause de l'immigration de masse de "réfugiés" partout en Europe.

médias,aylan kurdi,mensonges

Je rappelais également, encore une fois, que les réfugiés deviennent de simples immigrés économiques dès lors qu'ils voyagent de pays en pays sans plus être en danger de mort, et que le peu que nous connaissions de l'histoire de ce petit garçon correspondait hélas à cette description...

Depuis, l'information filtre petit à petit et confirme largement cette version.

Si Aylan Kurdi est bien mort noyé, l'histoire vendue par des journaux cherchant à apitoyer le grand public est assez loin de la vérité. Comme souvent, il faut aller chercher un autre son de cloche dans la presse étrangère. C'est le Wall Street Journal qui s'en charge, sans même chercher à polémiquer, livrant du naufrage une image tout à fait différente en donnant la parole à la sœur du père survivant, habitant au Canada, pour en expliquer le contexte.

Le texte qui suit est donc une traduction de divers paragraphes de l'article original en anglais, plus une mise en gras des éléments saillants:

M. Kurdi [le père du petit Aylan] amena sa famille en Turquie il y a trois ans après avoir fui les combats d'abord à Damas, où il travaillait comme barbier, puis à Alep, puis à Kobané. Sa page facebook montre des images de la famille à Istanbul, traversant le Bosphore et donnant à manger aux pigeons à côté de la célèbre Yeni Cami ou Nouvelle Mosquée.

Mercredi depuis son lit d'hôpital, M. Kurdi expliqua à une radio syrienne qu'il avait travaillé sur des sites de construction pour 50 livres turques par jour - environ 17 dollars - mais que ce n'était pas suffisant pour en vivre. Il dit qu'ils dépendaient de sa sœur, Tima Kurdi, qui vivait au Canada, pour les aider à payer le loyer.

Mme [Tima] Kurdi, parlant jeudi depuis une banlieue de Vancouver, expliqua que leur père, toujours en Syrie, avait suggéré à Abdullah d'aller en Europe pour faire soigner ses dents et de trouver un moyen d'aider sa famille à quitter la Turquie. Elle dit qu'elle commença à envoyer des virements bancaires à son frère trois semaines plus tôt, en montants de mille euros, pour l'aider à payer le voyage.

Peu de temps après, elle dit que son frère l'appela et lui affirma qu'il voulait amener toute sa famille en Europe, sa femme n'étant pas capable de s'occuper de leurs deux garçons seule à Istanbul.

Mme Kurdi se souvient des propos que lui tenait son frère: "Si nous partons, nous partons tous". Elle dit qu'elle parla à sa femme la semaine dernière, laquelle lui confia sa peur de l'eau alors qu'elle ne savait pas nager.

Je lui ai dit "Je ne peux pas vous pousser à partir. Si vous ne voulez pas y aller, ne partez pas", explique-t-elle. "Mais je suppose qu'ils décidèrent qu'ils voulaient le faire tous ensemble.“


Puis Abdullah Kurdi donne une description de la nuit fatidique:

"Nous étions parti en mer depuis quatre minutes et alors le conducteur du bateau vit que les vagues étaient hautes, ensuite il vira de bord et nous fûmes frappés immédiatement. Il paniqua et s'enfuit en plongeant dans la mer. Je pris les commandes et commençai à virer, mais les vagues étaient si hautes que le bateau se retourna. Je pris ma femme dans mes bras et je réalisais qu'ils étaient tous morts."


Le récit est quelque peu confus mais on le serait à moins. L'embarcation chavira très près de la côte, ce qui explique sans doute pourquoi le "courageux capitaine" préféra directement se jeter dans la mer en pleine tempête. Se pourrait-il qu'il y ait eu une dispute à bord entre ceux qui voulaient avancer coûte que coûte et ceux qui souhaitaient faire demi-tour? Cela expliquerait l'attitude étrange du capitaine sautant à l'eau, mais nous n'aurons probablement jamais le fin mot de l'histoire.

M. Kurdi avait payé 4000 euros pour la traversée jusqu'en Grèce, à seulement quelques kilomètres de là. Quatre Syriens suspectés d'être les passeurs ont été arrêtés depuis.

En Turquie, la famille Kurdi vivait pauvrement mais en sécurité depuis trois ans - Aylan manqua de peu de naître là-bas. Ils quittèrent le pays pour des motifs discutables, mais sans menace directe pour leur survie ; enfin, ils payèrent le voyage grâce à de l'argent envoyé par des membres de leur famille au Canada pour s'offrir les services d'une bande de passeurs.

La mort d'Aylan Kurdi est avant tout un accident, un mélange d'imprudence, d'impatience et de malchance transformant de très mauvais choix en drame. L'histoire de cette famille est triste et terrible mais très éloignée de la légende qu'on en tisse, et le père lui-même en tire une conclusion radicalement différente lorsqu'il appelle à plus de solidarité de la part des pays arabes:

En pleurs, Abdullah Kurdi a assisté à l'enfouissement des corps au cours d'une "cérémonie des martyrs" dans la ville à forte majorité kurde située à la frontière turque. Il a dit espérer que la mort de ses proches encouragerait les pays arabes à venir en aide aux réfugiés syriens. "Je veux que les gouvernements arabes, pas les pays européens, voient (ce qu'il est arrivé) à mes enfants et en leur nom, qu'ils apportent leur aide", a-t-il dit dans une vidéo diffusée sur le site internet d'une radio locale.

 

médias,aylan kurdi,mensonges
Les riches pays arabes à l’Union Européenne :
« Bon sang, ouvrez la porte aux réfugiés syriens, bande de glandeurs indifférents ! »

Le grand public n'est d'ailleurs pas dupe ; des sondages en ligne sur plusieurs journaux (rapidement balayés sous le tapis) montrent que pour 80% des internautes cette affaire n'a pas changé leur perception de la crise des migrants. Mais, pour les décideurs de l'Europe, peu importe les sondages ; ils ont une excuse et c'est tout ce qu'il leur faut. La mort de ce petit garçon leur donne le prétexte qu'ils attendaient pour ouvrir toutes grandes les frontières de l'Europe et précipiter son destin.

Mise à jour (6 septembre 2015): une photo très différente du corps d'Alyan Kurdi circule sur le réseau:

médias,aylan kurdi,mensonges

Elle tend à accréditer la thèse d'une mise en scène du cadavre, déplacé sur un coin plus charmant de la plage pour qu'il soit plus "photogénique". Il ne semble décidément pas y avoir de limites à l'indécence lorsqu'il s'agit de faire plier l'opinion publique.

Mise à jour (8 septembre 2015): La blogosphère ose prononcer l'hypothèse indicible: le père n'aurait pas été sur le bateau.

Le père aurait envoyé sa femme et ses enfants seuls - sans gilet de sauvetage alors qu'aucun ne savait nager. Ce qui expliquerait pourquoi il a raconté tantôt avoir rejoint la plage à la nage, tantôt avoir été secouru par les garde-côtes ; pourquoi il a été le seul survivant du naufrage, totalement indemne ; pourquoi il aurait découvert le sort de ses enfants dans la presse et leur corps seulement une fois arrivé à l'hôpital, contrairement à plusieurs variantes de son récit où il dit les avoir vu mourir devant ses yeux ou dans ses bras.

On sait également qu'ils n'ont jamais déposé de demande d'asile au Canada, et non que cette demande aurait été "refusée" comme les premières versions du récit l'affirmaient.

Enfin, des internautes font remarquer que, outre le fait qu'ils vivaient paisiblement en Turquie depuis trois ans avec la branche canadienne de la famille payant le loyer à leur place, ils n'avaient pas non plus fui l'Etat Islamique quel que soit l'endroit où la famille prétendait se trouver auparavant ; ni Damas, ni Alep, ni Kobané n'étaient le moins du monde menacés par l'Etat Islamique en 2012, époque où la guerre civile syrienne commençait à peine à poindre à l'autre extrémité du pays.

A aucun moment ils ne furent donc des réfugiés, même lors de leur installation en Turquie.

03 septembre 2015

La stratégie de l'enfant mort

L'image choquante est placardée partout: un enfant syrien inerte, noyé, devient le fer de lance de la bonne conscience immigrationniste contre les réticences des populations européennes face à la déferlante des migrants. Sommes-nous collectivement coupables de la mort de cet enfant?

Pour les partisans de l'accueil qui dominent dans les médias, la réponse est oui. L'impact émotionnel des images est utilisé pour faire taire la raison. "La photo qui fait taire le monde", tweete le quotidien italien La Repubblica, titre également repris par Le Matin. La ficelle est énorme, mais elle fonctionne. Les sentiments l'emportent sur la capacité d'analyse. Pour réduire au silence les personnes qui s'opposent à l'arrivée massive de populations étrangères, fut-ce pour des raisons tout à fait rationnelles, il n'y a plus qu'à les traiter de salauds sans cœur et l'affaire est dans le sac.

médias,immigration

Depuis la diffusion des images nous en savons un peu plus sur la victime:

Selon les médias turcs, il s'agit d'Aylan Kurdi, un garçon syrien de trois ans dont le frère aîné a également trouvé la mort dans le naufrage de deux embarcations. Ils venaient vraisemblablement de Kobani, ville de Syrie adossée à la frontière turque, qui a été le théâtre de très violents combats entre djihadistes de l'État islamique et miliciens kurdes, il y a quelques mois.

Ces bateaux, transportant des Syriens, étaient partis dans la nuit de mardi à mercredi de la ville côtière turque à destination de l'île grecque de Kos, l'un des plus courts passages maritimes entre la Turquie et l'Europe, lorsqu'ils ont chaviré, ont expliqué les garde-côtes turcs. Rapidement prévenus par les cris des naufragés, les sauveteurs ont repêché douze corps sans vie parmi lesquels celui de cet enfant dont les photos ont envahi les réseaux sociaux avec ce mot clef: «KiyiyaVuranInsanlik», qui signifie «l'humanité naufragée» en turc.


La famille de cet enfant est donc volontairement partie de Turquie, où elle était à l'abri, pour une destination qu'elle estimait plus confortable ; un voyage dans lequel elle n'hésita pas à risquer la vie de ses enfants. Ils auraient pu continuer à résider en Turquie et ils seraient alors encore tous vivants. Le drame n'a pas la même connotation que si le malheureux avait péri en tentant de fuir sa Syrie d'origine.

Quasiment le même jour un incendie criminel dans le 18e arrondissement de Paris fit huit victimes, asphyxiées et défenestrées, dont deux enfants. On ne verra évidemment pas les cadavres de ce fait divers en gros plan, cela ne correspond à aucun objectif politique. L'opération de communication est conçue pour tirer des larmes, et elle en tire. Les images poignantes déchirent le cœur de chacun d'entre nous. Mais il meurt des milliers et des milliers d'enfants en Afrique tous les mois sans aucune mobilisation massive du reste du monde. Quid des enfants massacrés par l'Etat Islamique, déchiquetés par les bombes des terroristes, assassinés au Pakistan parce que c'était des filles et qu'elles voulaient aller à l'école?

Depuis le début de cette récente vague de migration vers l'Europe des peuples d'Afrique et du Moyen-Orient, bien des gens sont morts. Aylan Kurdi n'est de loin pas le premier bambin innocent à périr sur le chemin, mais il est le premier à être ainsi médiatisé. Les journalistes ont pourtant déjà eu à de multiples occasions la possibilité de filmer et de diffuser des images d'enfants morts mais s'en sont toujours abstenus. Alors pourquoi maintenant?

Il existe toujours une étape dans un conflit où les enfants deviennent un enjeu de communication pour faire ployer l'opinion publique. Nous en arrivons à ce stade - un passage en force destiné à étouffer le débat. Il est à noter qu'ailleurs en Europe les directives sont différentes. La mort du petit Aylan Kurdi, trois ans, est un drame abominable. Mais que penser de ceux qui l'instrumentalisent? Qui pourrait clamer que cet enfant ou sa famille auraient voulu que sa noyade serve à influer sur l'opinion publique?

Face aux enjeux géopolitiques, la paix des morts ne pèse pas lourd. Les médias sont prêts à tout pour faire avancer leur idéologie, jusqu'à exploiter le corps sans vie d'une petite victime innocente pour l'infliger au grand public par tous les moyens possibles, diffusion en prime-time à la télévision et impression en première page de leurs quotidiens.

 médias,immigration


Ce voyeurisme macabre fait taire la raison, pour un temps, mais la raison ne saurait s'exclure de façon permanente du débat sur l'immigration. Il en va de l'avenir d'autres enfants, européens cette fois, et du monde dans lequel ils vivront. Gardons notre sang-froid face à ces images horribles que nous infligent nos médias car lorsque la raison reviendra, les médias pratiqueront la seule option qu'il leur reste - la surenchère.

02 septembre 2015

L'argent reste (gaspillé) ici

Ces derniers jours voient fleurir sur les murs de la Suisse une étrange campagne, "l'argent reste ici". Variante, "les emplois restent ici". Le graphisme simple s'associe à un slogan apparemment pétri de bon sens pour un impact maximum. Mais qu'en est-il du fond?

banner_argent_reste_ici.png
...Mais dans les poches de qui?

Le peu d'information de l'annonce renvoie à un site reprenant et développant le thème de la campagne: produire davantage d'énergie locale pour moins dépendre de l'étranger - étranger mentionné à travers des régimes néfastes et corrompus comme l'Azerbaïdjan ou la Libye, histoire de bien marquer les esprits. Personne ne relèvera que nos principaux fournisseurs d'énergie sont l'Allemagne et la France, dont le degré de probité soutiendra la comparaison même auprès des plus cyniques.

La Suisse ne produit que 20% d'énergie autochtone et doit importer le reste ; "les choses doivent changer", proclame le site, "dans l'intérêt de notre indépendance et de la sécurité de l'approvisionnement." Et de glisser entre deux applaudissements à la Confédération un objectif à l'horizon 2035 voire 2050 - ça ne mange pas de pain - pour augmenter la part d'énergie indigène dans le mélange...

On voit bien que nous sommes en campagne électorale pour les élections fédérales. Les lobbies sortent du bois. Celui-ci est une émanation de Swisscleantech, mais en grattant à peine d'autres acteurs surgissent: Swissolar, l'association des professionnels de l'énergie solaire ; la fondation suisse de l'énergie, une petite association militant pour la société limitée à 2000 watts ; et enfin des habitués de l'influence de couloir, à savoir WWF, Pro Natura et Greenpeace, toujours les mêmes.

Une petite liste des acteurs de Swisscleantech se révèle elle aussi instructive ; on y trouve par exemple le fabricant d'automobiles Renault ou Ikéa, dont la production industrielle a été délocalisée en Chine... Toujours crédible d'avoir ce genre de sponsor pour une campagne invitant à produire local!

Évidemment, si ça a l'odeur, la couleur et le goût du protectionnisme, ça pourrait bien être du protectionnisme. Et c'est exactement le cas ici.

Le protectionnisme, sophisme à la mode

L'absurdité du protectionnisme sensé préserver la population de "déséquilibres économiques" a été maintes fois démontrée. Je préfère renvoyer le lecteur curieux au célèbre texte de Frédéric Bastiat sur la Pétition des marchands de chandelle qui n'a pas pris une ride en un siècle et demi.

Si la Suisse importe 80% de son énergie, c'est à travers un phénomène vieux comme le monde qu'on appelle le commerce. Le commerce n'a rien de néfaste ; il permet d'obtenir des biens que l'on aurait la plus grande peine à produire soi-même. Il en est de l'énergie comme du reste.

Les professionnels de la communication font encore appel au protectionnisme en 2015 parce qu'il continue de faire mouche auprès des naïfs. Celui qui n'y prend pas garde a instinctivement l'impression que les barrières érigées contre les produits étrangers (qu'il s'agisse d'énergie ou de marchandises) favoriseront effectivement la production locale ; ce qu'il ne réalise pas, c'est que cette production locale se développe à travers des prix surfaits et que ces prix s'exerceront aux dépends de son propre pouvoir d'achat.

Et en guise de prix surfaits, le Suisse a une certaine expérience.

La gabegie des producteurs d'énergie helvétiques, un aperçu de l'infini

Introduisons un reportage récent de la RTS qui est, dans sa catégorie, un modèle du genre.

Le reportage commence par annoncer de but en blanc que les tarifs de l'électricité augmenteront l'an prochain puis décrit les déboires financiers d'Alpiq. La relation de cause à effet est trop évidente entre une entreprise publique mal gérée et une clientèle captive mais on ne s'étendra évidemment pas sur ce petit détail...

Alpiq va mal parce que l'Europe injecte "trop de courant" dans le réseau suisse, entend-on. Autrement dit, les Européens se battent pour nous vendre leur surplus d'énergie à des prix plancher et c'est un problème!

Mais le téléspectateur n'aura pas le temps de relever la contradiction que déjà la voix off lâche son argument-clé: Alpiq n'a pas assez cru à l'énergie renouvelable. Cette explication - qui ne veut strictement rien dire - sera martelée pendant toute la seconde moitié du reportage.

Même si l'ensemble de la séquence est un énorme morceau de propagande, quelques chiffres passent rapidement et font frémir. Pour commencer, la situation d'Alpiq: de 21 modestes millions de bénéfice en 2014, la société passe à un déficit de 886 millions de francs sur les six premiers mois de l'année 2015!! Il est temps de se poser quelques questions en effet!

"Mais ces sociétés brassent des milliards", rétorquerez-vous peut-être. Vous auriez tort: des milliards certes, mais pas tant que ça. 3,3 milliards de chiffre d'affaire annuel seulement... Et déjà un tiers de ce montant perdu dans les six premiers mois de l'année! Combien de temps pourrait se maintenir en activité un boulanger perdant un tiers du prix sur chaque baguette de pain vendue?

La raison est lâchée à demi-mot: Alpiq joue sur le marché de gros européen et les prix se sont effondrés à cause de la surproduction allemande. Vraiment effondrés, et dans des proportions qui dépassent toutes les explications vaseuses à base de Franc Fort qu'on essaye évidemment de glisser dans la conversation. Jugez plutôt:

  • En 2008, le Kilowatt-Heure se négociait à 23 centimes ;
  • En 2015, il se négocie à... 4 centimes.

On est assez au-delà des simples variations entre le franc et l'euro. Avez-vous vu votre facture d'électricité divisée par six? Bien sûr que non. Vous pourriez, mais heureusement, la magie du monopole permet d'empêcher le consommateur de bénéficier de cette vilaine concurrence! L'argent reste ici on vous dit!

Mais pas dans vos poches!

La Suisse, îlot de cherté

La campagne de lobbyisme de Swisscleantech est dictée par le calendrier électoral mais tombe bien mal au vu des nombreux scandales qui touchent le marché de l'électricité en Suisse, comme le rendement garanti du réseau électrique, et, bien sûr, une facture gavée de taxes.

N'en déplaise aux journalistes engagés, la production industrielle d'électricité est un exercice difficile qui implique de la prudence et de la finesse pour être rentable ; il ne suffit pas de scander "Renouvelable! Renouvelable!" pour que l'argent jaillisse comme par miracle...

Si le vent permettait de faire fortune à tous les coups cela se saurait depuis longtemps, et ce ne sont pas les Services Industriels Genevois qui me contrediront. Les éoliennes allemandes ne sont rentables que parce que l'électricité qu'elles produisent est subventionnée. Ils s'agit donc de prix manipulés, un cas de dumping on ne peut plus clair mais que nos édiles souhaitent plus imiter que dénoncer.

Derrière l'appel à "garder l'argent ici" et "garder les emplois ici" il n'y a que la volonté de perpétuer un système qui empêche les consommateurs - particuliers et entreprises - de bénéficier des meilleurs prix.

L'électricité reste en Suisse un monopole coûteux et mal géré. Le choix entre l'électricité éolienne, nucléaire ou thermique est illusoire si la décision est imposée d'en haut. Il en est de même pour le lieu de production de cette électricité, local ou à l'étranger. Ces décisions devraient revenir à chaque consommateur, pas à une classe politique sous l'influence des lobbies, qu'ils soient nucléaires ou écologistes.