27 avril 2010

La politique de la BNS

Comment la Banque Nationale Suisse gère sa monnaie?, me demande Vincent Bénard (que je salue au passage!)

Mal, bien entendu!

Bon, c'était facile, d'autant plus qu'il y a pire dans le registre des banques centrales.

Une petite requête sur les archives en ligne des journaux suffit à éclairer visiblement le ton de la politique de la Banque Nationale Suisse (BNS): la manipulation des taux d'intérêt comme levier pour "accélérer" ou "freiner" l'activité économique et ménager l'inflation, dans la droite ligne d'une logique que je qualifierai de "Greenspanienne". Les dirigeants de la BNS évoquent facilement les manipulations de taux pour atteindre leurs objectifs, mais ne disent pas un mot sur le volume de la masse monétaire en circulation, ce qui est bien dommage.

A ceci s'ajoute un objectif secondaire, «résolument s’opposer à une revalorisation excessive du franc face à l’euro», dixit la BNS. Nous sommes en plein volontarisme sur les parités de monnaies. Selon cette vision quasiment mercantiliste, le franc suisse fort favorise les importations et défavorise les exportations, alors qu'un franc suisse faible fait l'inverse. La BNS estimant que la Suisse est un pays exportateur, elle "lutte" donc par tous les moyens possible pour faire "baisser" le franc suisse.

Il faudra encore quelques générations d'économistes pour que l'on réalise que la Suisse importe en réalité l'essentiel des matériaux nécessaires à ses exportations, et que la variation franc suisse fort / franc suisse faible joue seulement sur la valeur ajoutée réellement produite dans le pays. Et il faudra encore quelques autres générations pour que les banques centrales cessent de de tenter de manipuler les taux de change...  Et quand comprenda-t-on que l'inflation, c'est-à-dire l'augmentation de la masse monétaire, correspond simplement à la création implicite de monnaie conséquente aux déficit de l'Etat?

Mais bon, ce rapide tableau sur la BNS n'est pas tout noir. La BNS a ainsi imposé aux établissements bancaires "d’importance systémique", selon ses termes, de disposer à l’avenir de suffisamment de moyens liquides de bonne qualité, afin de pouvoir couvrir des retraits inhabituels de capitaux pendant au moins 30 jours. Selon les déclarations du vice-président, Thomas Jordan, ces nouvelles mesures devraient entrer en vigueur en juin. Dans ces temps d'exposition bancaire excessive et de glapissement de Too Big to Fail permettant de justifier que les contribuables épongent les dettes bancaires, demander aux banquiers de prendre un minimum de couvertures en capital ne peut pas être entièrement mauvais. Et puis, même s'ils s'y prennent d'une façon discutable, ils essayent de lutter contre l'inflation.

En ce moment, les taux d'intérêts suisse sont très bas et le franc assez haut, jouant comme d'habitude son rôle de valeur refuge face à la tempête de mauvaises nouvelles frappant la zone euro (sans compter que les Etats-Unis ne vont pas au mieux non plus). Hors de question de relever les taux, puisque cela ferait encore monter la valeur du franc suisse. La BNS en est donc réduite à imprimer des francs suisses pour acheter des Euros.

Ce n'est pas très malin, dans quelques temps ils ne vaudront plus rien.

13:05 Publié dans Economie, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bns, monnaie |  Facebook

26 avril 2010

Les dernières heures de l'Europe

Les journalistes font de leur mieux pour ne pas monopoliser le temps d'attention de leur public avec les déboires financiers de la Grèce, histoire de ne pas lasser. C'est pourtant une erreur, car l'histoire des finances grecques est une tragédie (désolé) dont les conséquences sont encore à peine perçues par tout un chacun, sans parler de nos éminents décideurs.

Précisons: le visage du continent européen va en être modifié pour toujours.

Comment peut-on tirer des conséquences aussi hyperboliques des simples problèmes de déficits d'un Etat membre de la zone Euro? Les finances des régimes sociaux-démocrates sont dans le rouge depuis des années - plus de trente ans en France - et rien n'indique que la tendance s'inverse, ni même, finalement, qu'elle pose le moindre problème. Les subventionnés reçoivent leur manne, les enfants vont à l'école, et un peu partout, comme le disaient certains panneaux, l'Etat investit pour votre avenir. En surface, tout va bien.

Mais la sérénité apparente ne suffit pas. Aux franges de l'Union, la Grèce s'enfonce. Aujourd'hui, les taux d'emprunt à dix ans ont atteint les 9%.

La cessation de paiement de la Grèce est désormais certaine. Aucune gesticulation d'un quelconque leader de l'Union Européene ne suffira à calmer la crise: le Verbe s'efface devant la réalité économique pitoyable de la Grèce. Les gens qui prêtent à la Grèce sur 10 ans ne sont pas sûr de retrouver leur mise, et les rendements qu'ils exigent s'en ressentent. A quel taux prêteriez-vous à un cousin flambeur poursuivi par les huissiers?

La crise économique a suffit à faire s'écrouler une économie grecque pourrie de l'intérieur par le gaspillage, l'abondance d'emplois publics non productifs et les avantages sociaux indus payés par des emprunts, creusant peu à peu la dette du pays jusqu'à des niveaux irrécupérables.

Nous sommes à l'aube d'une crise majeure; un peu comme lorsque le Titanic a heurté un iceberg mais avant qu'il ne coule (les analogies avec le transatlantique ne vont d'ailleurs pas manquer prochainement.) Un drame se noue, pourtant, tout a l'air normal... Jusqu'à ce que le grand public réalise qu'il est trop tard, bien trop tard.

Charles Gave emploie une autre image: les crises économiques s'apparentent à la pêche à la dynamite. La crise arrive, c'est l'explosion sous-marine aux contours mals définis. Remontent alors les poissons à la surface, lentement, le ventre à l'air. D'abord les petits, les PME, les propriétaires ruinés; puis des entreprises de taille plus conséquente, de petits établissement bancaires. Et puis, peut-être, plus gros encore... On aurait tort de croire que l'ensemble des victimes est connu simplement parce que, de son bateau, l'observateur embrasse du regard les milliers de cadavres du menu fretin ; il faut se pencher au-dessus du bastingage et regarder si on aperçoit pas le ventre blanc de quelque mastodonte des profondeur en train de remonter. Qui sont ces dernières baleines? Lorsqu'il écrivait son livre, Charles Gave pensait à des banques. Je penche pour ma part pour plus gros encore: des pays européens.

Auto-alimentée par la défiance des marchés, le ralentissement de l'économie et une dette toujours plus énorme à renouveler, les dernières heures voient la crise s'accélérer. Tout le monde est pris de court. Angela Merkel voulait prétendre que l'Allemagne n'aiderait peut-être pas la Grèce; une posture purement électorale, à tenir jusqu'au 9 mai, pour ne pas fâcher le naïf électeur Allemand. Cela paraît loin aujourd'hui. La France affiche une intransigeance de façade alors que le pays est lui-même dans une situation économique désastreuse (même causes, mêmes effets) et surtout, que les banques françaises et allemandes détiennent 39% de la dette grecque... Rappelons que lorsque l'Argentine a fait défaut, les créanciers ont du accepter de perdre deux tiers de leurs créances.

En d'autres termes, lorsque la Grèce tombera, des banques françaises vont sauter. Et le Portugal. Et d'autres encore: Espagne, Italie, Irlande, France...

L'Euro, en tant que monnaie, aura vécu, et ce sera bien le cadets de nos soucis.

La crise des subprimes semblera un aimable divertissement en regard de ce qui s'apprête à tomber sur le nez des Européens.

Les Suisses auraient tort de penser qu'ils sont à l'abri. Ils découvriront bien assez tôt comment les deuxièmes et troisièmes piliers de leurs retraites ont été exposé aux placements "sans risque" des fonds souverains... Et, naturellement, la crise économique européenne va avoir son petit effet sur les exportations: lorsque votre premier client est financièrement aux abois, ce n'est pas très bon pour les affaires.

Nous entrons dans une période de turbulences. Il n'y aura pas assez de chaloupes pour tout le monde.