13 juin 2012

Le Mécanisme Européen de Stabilité, puissant facteur d'instabilité

Pauvre Espagne! A peine son secteur bancaire était-il sauvé que les taux d'intérêt repartaient à la hausse....

PARIS - Le taux à 10 ans de l'Espagne a atteint un plus haut depuis la création de la zone euro mardi en milieu d'après-midi, la méfiance des marchés à l'égard de la dette du pays s'accentuant malgré l'annonce du plan de sauvetage des banques.

Vers 16H10 (14H10 GMT), le rendement espagnol se tendait à 6,756% contre 6,487% lundi soir. La situation de l'Espagne est pire que la semaine dernière, a estimé un opérateur pour qui le plan annoncé samedi n'a pas apaisé les craintes sur la situation du pays.

 

Dans une autre dépêche, chacun y va de sa petite explication. Est-ce la Grèce et la sourde menace qu'elle pose à la zone euro? Est-ce le fameux plan à 100 milliards et les questions qu'il soulève? "Les investisseurs ne savent pas très bien quoi en penser", expliquent des économistes du Crédit Agricole à propos de ce plan. On ne saurait mieux dire, car en fait l'origine de la manne - venant soit du Fonds Européen de Stabilité Financière (FESF), soit du Mécanisme Européen de Stabilité (MES) - aura bien plus d'influence que tout le reste sur les marchés, y compris l'utilisation qui sera faite de l'argent.

Pourquoi les banquiers et les acteurs de la finance se concentrent-ils à ce point sur l'origine des fonds venant au secours du secteur bancaire espagnol?

Contre toute attente, les sommes avancées devraient être absorbées par les dispositifs existants - FESF et MES - sans que les Etats moins endettés de la zone euro (l'Allemagne, pour ne pas la nommer) ne remettent la main au pot. Mais FESF et MES ne fonctionnent pas exactement de la même manière, et comme on dit, le diable est dans les détails.

Le FESF a été mise en place au printemps 2010 comme mesure transitoire jusqu'au lancement du MES le premier juillet de cette année. Il devrait s'éteindre en 2013. Le MES, lui, a vocation à être permanent.

Le FESF dispose de 440 milliards d'euros dont une bonne partie a déjà été engagée. Le MES peut plus ou moins emprunter sans limite, mais dépend des économies nationales selon leur force respective: 27% pour l'Allemagne, 20% pour la France, 18% pour l'Italie et 12% pour l'Espagne (oui, un pays ayant besoin d'aide peut contribuer au fonds destiné à le secourir: dans la zone euro on n'est plus à une aberration près...)

Les deux fonds peuvent souscrire des obligations auprès des marchés financiers à un taux préférentiel, puisqu'une dette mutualisée est moins risquée qu'une dette assumée par un seul acteur.

Le parallèle s'arrête là, car FESF et MES ne sont pas soumis aux mêmes règles juridiques. Affirmer que MES disposerait d'avantages particuliers serait un euphémisme ; pour comprendre ce qu'il en est, rien de mieux qu'une petite vidéo d'Allemands inquiets pour l'indépendance de leur pays face à la monstruosité légale que représente le MES...

 

Les présentations étant faites, un économiste du Crédit Agricole, Frédérik Ducrozet explique le mystère de la hausse des taux:

Beaucoup de détails sur le plan d'aide restent inconnus et des détails qui comptent, notamment (...) qui du FESF ou du MES prêtera l'argent à l'Espagne. Dans l'hypothétique scénario extrême d'une restructuration de la dette espagnole, en tant que créancier, le FESF serait en effet logé à la même enseigne que les autres prêteurs.

En revanche, les prêts du MES sont dits seniors c'est-à-dire que le fonds serait remboursé en priorité et au détriment des autres créanciers, un scénario qui peut entretenir les craintes du marché, vu que les investisseurs privés se verraient relégués derrière le MES.

 

Les avantages du MES ont un revers. Les garanties dont il peut juridiquement se prévaloir lui permettent certes d'emprunter à bon compte, mais elles effraient d'autant plus les créanciers en concurrence avec lui lorsqu'il s'agit de souscrire à de la dette publique.

Qui accepterait de prendre place sur la ligne de départ d'un marathon en sachant que le coureur d'à côté fera le trajet en voiture?

Alors, c'est vrai, rien ne dit pour l'instant que le MES interviendra en Espagne. Les Européens se tâtent. Le FESF est un fonds "normal" et donc soumis à des règles normales: ses statuts prévoient que les Etats aidés soient exclus de la liste des garants, reportant la caution sur les autres et faisant grimper leur dette publique, ce qui fait rechigner certains pays de la zone euro. Le MES, lui, est doté de fonds propres et prévoit que tous restent garants, même ceux sous perfusion, si bien qu'une nouvelle aide ne changerait rien pour les contributeurs.

Mais voilà, la simple possibilité que le MES puisse intervenir à un moment ou un autre, lorsqu'il existera officiellement, plane déjà comme une épée de Damoclès sur le marché des obligations publiques à cause de sa qualité de prêteur "senior". Et qui dit risque dit taux plus élevés pour couvrir ce risque. D'où la hausse subite des taux espagnols, italiens et tutti quanti.

On peut parier que dès que le MES interviendra pour soutenir un pays, les taux d'intérêt de ce dernier exploseront, personne n'acceptant de devenir de facto un créancier de deuxième catégorie. Ce qui poussera immanquablement le MES à intervenir davantage, et rapidement, le conduisant à assumer de proche en proche l'entier de la dette de ce pays. Si cette manière de faire règle d'une certaine façon l'écart de traitement entre créanciers normaux et créanciers prioritaires (ceux-ci s'effaçant en faveur de celui-là) les centaines de milliards d'euros dont le MES est initialement doté ne suffiront évidemment pas à lui faire absorber autant de dette publique...

En fin de compte, les avantages juridiques dont est doté le MES ne feront qu'augmenter la défiance des marchés financiers envers la zone euro.

Le Mécanisme Européen de Stabilité est donc un puissant facteur d'instabilité dans la crise européenne. Il rendra les prévisions de marché encore plus opaques et alimentera la défiance envers la dette publique, soit exactement l'inverse de ce pour quoi il a été conçu. Brillante invention!

29 mai 2012

La Grèce dans le brouillard électoral

Pas plus tard qu'en février, l'Union Européenne - jamais à court d'absurdités - pondait, après d'âpres négociations, un plan merveilleux sensé ramener la Grèce dans les clous à l'horizon 2020, en cherchant à ramener la Grèce à un endettement soutenable de 120,5% du PIB.

Le plan infaillible et millimétré sur huit ans aura tenu un peu moins de trois mois.

A qui la faute? Sans doute à cette vilaine démocratie dont la Grèce s'embarrasse encore, et qui fait tant horreur aux planificateurs de tous bords.

Greece.jpgIl faut dire que la constitution grecque n'aide guère à prédire l'avenir. Sur les 300 députés que compte le parlement, seuls 250 sont élus au scrutin proportionnel. 50 sièges sont attribués d'office au vainqueur de l'élection pour l'aider à constituer une majorité. Si on comprend la logique du mécanisme dans une optique de bipartisme, ses faiblesses sont évidentes quand l'écart entre les prétendants est faible, comme aujourd'hui.

Alexis Tsipras, chef du parti d'extrême-gauche Syriza, a su jouer habilement de ces règles. Arrivé deuxième lors des élections du mois de mai, il suivait le vainqueur Nouvelle Démocratie dans un mouchoir de poche. L'élan étant en sa faveur, il a eu beau jeu de refuser toute participation au gouvernement pour forcer de nouvelles élections: il suffirait à Syriza de progresser de quelques pourcents pour faire main basse sur plus d'un tiers du parlement. Rien ne dit pourtant que la nouvelle assemblée sera plus stable que l'ancienne.

Les nouvelles élections législatives du 17 juin laissent donc planer une bonne dose d'incertitude. Pendant plusieurs semaines, le plan de M. Tsipras semblait se dérouler à merveille ; mais tout à fait récemment, un sondage à contre-courant a redonné la "droite traditionnelle" en tête. Les bourses du monde, jamais à court de plans sur la comète, se sont empressées de rebondir. Quelle légèreté! Même à supposer que Nouvelle Démocratie l'emporte, ce ne sera jamais qu'une nouvelle mouture du parlement sorti des urnes en mai, donnant une assemblée ingouvernable.

L'incertitude ne s'arrête pas aux élections grecques. La zone euro toute entière ne semble plus savoir sur quel pied danser. Un jour, un haut responsable explique que la zone euro peut supporter une sortie de la Grèce, un autre, que la même sortie serait une catastrophe. Un jour, on explique que les banques supporteraient sans trop de mal le retour de la Drachme - voire qu'elles s'y préparent déjà - et un autre, que le système financier n'y résisterait pas.

C'est le chaos (du grec ancien Χαος / Khaos).

Gageons que nous en saurons un peu plus le soir du 17 juin. Il faut se dépêcher de solder le problème grec d'une façon ou d'une autre, l'Espagne est sur les rangs pour reprendre le flambeau de la crise.

lagarde.jpgMais Mme Christine Lagarde vient peut-être de tuer le suspense.

La brillante directrice du Fonds Monétaire International a ainsi expliqué dans les colonnes du Guardian que les problèmes de la Grèce seraient résolus "s'ils s'entraidaient collectivement, en payant tous leurs impôts" et, grosso-modo, que le sort des Grecs ne l'émouvait guère. Eh oui, c'est tout simple, un petit bulletin de versement de 30'000 € par personne hop, la Grèce règle ses créanciers rubis sur l'ongle! Qui n'a pas cette somme en poche, franchement?

De la part d'une fonctionnaire internationale touchant plus de 380'000 € annuels, nets d'impôt comme il se doit, on arrive presque à comprendre son point de vue...

Si Christine Lagarde avait voulu donner un petit coup de fouet au parti d'extrême-gauche Syriza, elle ne s'y serait pas pris autrement. Une petite vexation bien sentie à l'égard des Grecs, juste avant des élections cruciales, c'était habile pour obtenir une rupture bien nette entre la Grèce et le reste de la zone euro.

Si c'était fait exprès, c'est un coup de maître.

Mais était-ce volontaire?

Quelques soupçons subsistent, à cause de longue tradition de déclarations judicieuses de la présidente. Mme Lagarde était convaincue en 2010 que la France allait conserver sa note AAA. En janvier 2011, elle déclarait : "L'euro a franchi le cap, et la zone euro a désormais le pire de la crise de la dette derrière elle." Et bien sûr chacun gardera à l'esprit sa brillante expression "tous les clignotants sont au vert", ou son cri du coeur "utilisons les bicyclettes!" en réaction à la hausse du prix de l'essence...

C'est tout le problème des questions qui touchent à la monnaie unique: il n'est pas possible d'exclure entièrement l'hypothèse de l'incompétence.

08 mai 2012

Pour voir l'avenir, regardons la Grèce

Si ce dimanche l'élection sans surprise de François Hollande a monopolisé l'actualité, les caméras ne se sont pas assez penchées sur d'autres scrutins, bien plus cruciaux, à la périphérie de l'Europe.

Je parle bien sûr de la Grèce, où vient sans doute de se jouer le destin de l'intégration politique du Vieux Continent.

Deux sièges. Deux tous petits sièges séparent la coalition sortante de la majorité absolue de 151 sièges sur les 300 que compte le Parlement grec:

 

Parlement_Grec.jpg
Le nouveau parlement grec, le temps qu'il durera.

Qui aurait cru que "l'énorme coalition invincible" représentée par les deux plus grands partis historiques de la Grèce, gauche et droite unies par les circonstances dramatiques que traverse le pays, se ferait balayer au point de réunir moins de la moitié des sièges? Si la Nouvelle Démocratie résiste quelque peu, le Pasok s'est effondré, malgré sa réforme. La crise de la dette publique a complètement éreinté les partis politiques traditionnels.

Les nouveaux venus représentent un assemblage hétéroclite de valeurs parfaitement antagonistes, réunies par un unique point commun: le refus du plan d'austérité signé par le gouvernement grec avec ses bailleurs de fonds (Banque Centrale Européenne, Fonds Monétaire International, Fonds Européen de Stabilité Financière).

L'impasse semble donc inévitable.

Selon la constitution grecque, le parti vainqueur des élections a trois jours pour former un gouvernement. S'il échoue, le deuxième parti a trois jours pour former un gouvernement. S'il échoue encore, le troisième parti hérite alors de la charge. S'il échoue lui aussi, enfin, le chef de l'Etat peut convoquer les leaders de tous les partis parlementaires pour une réunion de la dernière chance, sans limite de temps cette fois-ci.

Nous n'aurons sans doute pas à attendre l'expiration de tous ces délais. Mardi soir, le chef de Nouvelle Démocratie Antonis Samaras a déjà jeté l'éponge, laissant sa chance au leader du parti d'extrême gauche Alexis Tsipras. Farouchement opposé au plan de sauvetage et à la politique d'austérité, il est peu probable qu'il réussisse à s'allier avec le Pasok ; quant aux communistes du KKE, ils ont d'ores et déjà annoncé qu'ils refuseraient toute participation à un gouvernement. Et il y aurait même des néo-nazis dans la nouvelle assemblée... Les premières sessions parlementaires à Athènes promettent d'être hautes en couleurs.

La seule petite chance qu'a la Grèce d'échapper au chaos institutionnel tout en maintenant les plans européens serait une nouvelle alliance du Pasok et de Nouvelle Démocratie, rendue possible par l'adjonction de quelques électrons libres venus des autres partis. Mais cette improbable coalition, si elle venait à voir le jour, serait fragile comme du cristal face aux difficultés immenses que traverse le pays. Elle paraît non seulement hypothétique, mais aussi incapable de tenir plus de quelques mois.

De quelque façon que l'on tourne le problème, la Grèce semble devenue ingouvernable. Elle rompra ses engagements avec les institutions européennes et internationales. Au pire, de nouvelles élections auront lieu en juin ; mais au vu de la tendance, on se demande quelles nouvelles monstruosités sortiront alors des urnes.

Nous ne sommes pas en Belgique. La vie en Grèce n'est pas un long fleuve tranquille. La paralysie institutionnelle grecque ne va pas sans poser quelques difficultés à nos doctes économistes de l'Europe d'en haut, administrant avec un bel aveuglement potions et saignements sans jamais voir la révolte qui gronde...

La Grèce sortira-t-elle de l'euro? La question n'a même plus de sens ; il faut la poser autrement, désormais. Comment, compte tenu des circonstances actuelles, la Grèce pourrait-elle rester dans l'euro?

La zone euro telle que nous la connaissons, et dont certains politiciens clamaient encore il y a quelques jours qu'elle était "sauvée" grâce à leurs efforts, est promise à une désintégration rapide. La Grèce va sortir de l'euro, c'est peut-être une question de mois.

Cette sortie passera vraisemblablement par la fermeture des robinets maintenant sous perfusion l'administration grecque par ses créanciers. Face à l'évidence, même les plus épais technocrates de Bruxelles parviendront à réaliser que l'argent versé à la Grèce est à fonds perdu.

Les fonctionnaires grecs ne seront plus payés, les allocations plus versées. Ensuite, tout est possible - le chaos étant une éventualité très vraisemblable. Euro ou Drachme, quelle importance? A Athènes, il faudra bien trouver de quoi manger. Perdu pour perdu, la Grèce se sentira parfaitement libre de faire un bras d'honneur à ses créanciers, se précipitant vers un scénario façon Argentine.

Le reste de l'Europe ne sera pas épargné par le contrecoup. Il va bien falloir éponger l'ardoise. Dieu sait ce que la "comptabilité créative" des divers plans d'aide va révéler, lorsque les garanties annoncées ici et là devront être présentées pour provisionner les pertes! Et comment vont réagir les Italiens, les Portugais, les Espagnols en voyant ce qui les attend? Comment vont évoluer les bourses? Comment vont changer les taux d'intérêt des emprunts d'Etat? Comment vont résister les banques? Comment l'économie va-t-elle absorber le choc? Comment vont se dégrader les notes des uns et des autres? Comment réagiront nos nouveaux dirigeants, qui se font tancer depuis le Japon pour leurs promesses parfaitement intenables?

Nous vivons peut-être les derniers jours de l'Europe d'avant.

06 mai 2012

Et voilà.

Fin du pseudo-suspense, François Hollande succède à Nicolas Sarkozy à la présidence de la république française.

1734255.jpg
François Hollande

L'étonnement en dit plus long sur ceux qui pensaient à une surprise que sur le déroulement de la campagne. Même si le président sortant a toujours cru qu'un miracle était possible, celui-ci est devenu de plus en plus improbable alors que les jours s'égrénaient. François Hollande a été en tête dans tous les sondages, depuis des mois.

Avant le "grand débat" télévisé de mercredi soir, les bookmakers londoniens donnaient à la réélection de Nicolas Sarkozy une cote de sept contre un ; après celui-ci, elle était de quatorze contre un. On imagine qu'elle ne s'est pas arrangée quelques heures plus tard, après le choix de François Bayrou d'opter pour le candidat socialiste.

Si l'UMP et ses hérauts proclamaient que des retournements de situation étaient possibles, il faudrait savoir où ceux-ci auraient eu lieu. Marine Le Pen a dit qu'elle voterait blanc. Au dernier moment, le Modem a choisi la gauche. On en arrive à se demander s'il y a eu la moindre nouvelle entre les deux tours vaguement en faveur de Nicolas Sarkozy.

Le fait est qu'il n'y en a eu aucune.

Le tour de force du président sortant est sans doute d'avoir réussi, la foi chevillée au corps, à faire miroiter à une partie de son camp que la victoire était encore envisageable. Penser qu'un débat télévisé qu'il aurait cru, sûr de sa force, à sens unique, aurait suffit à renverser cinq ans d'un quinquennat lamentable? C'était la dernière esbroufe d'un politicien en bout de course.

Refuser de croire aux sondages alors qu'il en a commandé lui-même par centaines lors de son passage à la présidence serait la marque d'un discernement bien tardif. Pauvre Nicolas Sarkozy! Il a été victime de la cinquième république, un régime de monarchie présidentielle où les puissants ne découvrent les préoccupations réelles du peuple que le jour de l'élection. Deux semaines pour comprendre enfin que la France réclamait de vraies réformes et des frontières, c'était trop tard.

Nicolas Sarkozy eut-il gagné qu'il n'aurait été que l'arbre cachant la forêt. Les communes sont à gauche, les régions sont à gauche, le Sénat est à gauche, selon toute vraisemblance l'Assemblée Nationale sera à gauche en juin. Qu'est-ce qu'un président de droite aurait encore pu accomplir? Les Français se sont lassés de porter au pouvoir la droite la plus bête du monde, divisée, anti-llibérale, multiculturelle, dirigiste et honteuse de ses valeurs. Il aurait été trop dommage de ne pas la sanctionner de la base au sommet.

Nicolas Sarkozy laissera derrière lui un champ de ruines. L'UMP n'était qu'un outil à son service ; il est promis à une probable désintégration. Il ne faut pas chercher plus loin la posture de Marine Le Pen ou de François Bayrou. Les deux joueurs se positionnent pour récupérer des meilleurs lambeaux de l'explosion. En faisant acte d'allégeance à François Hollande, le Modem de François Bayrou se prépare à être un interlocuteur centriste présentable envers le pouvoir en place, qui attirera à lui tous les politiciens de droite cherchant encore à avoir de l'influence dans les cinq ans à venir. A droite de l'UMP, Marine Le Pen continuera à drainer l'électorat des déçus. L'arme de la diabolisation s'est effondrée entre les deux tours, lorsque tout un chacun s'est mis à courtiser l'électorat du Front National.

La recomposition des forces politiques à droite sera le prochain feuilleton de l'après-présidence et des législatives. Gageons qu'il sera sanglant. De son côté, d'ici fin juin, la gauche française détiendra tous les leviers du pouvoir. L'excuse de "l'héritage sarkozyste" sera évidemment utilisée mais ne durera qu'un temps: elle n'empêchera pas les nouveaux venus de devoir relever les enjeux historiques auxquels le pays fait face.

Il n'y aura pas d'échappatoire.

02 mai 2012

Quand même les socialistes deviennent libéraux

Ce n'est pas en France, où toute l'attention est captée par le débat entre socialiste de gauche et socialiste de droite, où les deux compères rivalisent d'inventivité pour ne pas entrer en matière sur la réduction de la dépense publique.

Ce n'est pas en Suisse, où le président du Parti Socialiste local livre ses fantasmes de cauchemars thatchériens aux antipodes de la réalité.

Non, contre toute attente, c'est en Grèce que survient ce petit miracle:

A une semaine des élections législatives, le parti au pouvoir en Grèce, le Pasok, a dévoilé son programme économique. Il y promet des réformes sur la libéralisation de professions plutôt que des hausses d'impôt.

 

Le Pasok, c'est-à-dire le parti socialiste grec.

Humiliés par des sondages leur accordant moins de 20% des suffrages, les socialistes n'ont pas d'autre choix que de faire leur aggiornamento. Leur retour sur le devant de la scène politique ne passera plus par la défense des privilèges éhontés de leurs partisans enkystés dans le secteur public, mais par une restauration de la balance économique du pays. Et celle-ci ne viendra pas de nouveaux prélèvements - l'impôt tue l'impôt - mais bien par une libération de la croissance.

Celle-ci passe par la création de richesse ; et pour qu'il y ait création de richesse, il faut deux choses:

  1. La liberté d'entreprendre, c'est-à-dire la possibilité d'essayer de nouvelles méthodes de travail et de service, quelque chose qui n'est pas possible lorsque l'activité économique est sclérosée par des normes bureaucratiques et verrouillée par des professions réglementées.
  2. La sécurité juridique, c'est-à-dire la certitude que les fruits du travail de chacun ne seront pas dérobés du jour au lendemain à travers une nouvelle spoliation légale décrétée par un gouvernement avide. Personne n'essaiera de créer durablement de la richesse s'il pense que l'Etat - qui n'assume pas le moindre risque entrepreneurial - prévoie de s'accaparer ses bénéfices quelques mois plus tard.

Evangelos-Venizelos.jpgLes socialistes grecs viendraient-ils de comprendre cela? C'est fort possible. Le discours de leur nouveau chef de file, Evangelos Venizelos, ne laisse guère planer l'ambiguïté à ce sujet:

"(...) nous vous assurons qu'aucun nouvel impôt ne sera décrété. Tout au contraire, nous nous concentrerons sur des réformes structurelles de manière à avoir un Etat moins volumineux et moins coûteux, à ouvrir des professions et des marchés et à permettre à chacun d'accéder librement aux activités économiques et de production".

 

C'est incroyable d'entendre de tels propos de la part d'un chef de parti socialiste! Un Etat moins volumineux et moins coûteux? Nos étatistes locaux pourraient en prendre de la graine!

Évidemment, on peut se poser la question de la sincérité du discours. Le Pasok est au coude-à-coude avec la Nouvelle Démocratie d'Antonis Samaras, qui a promis de son côté de réduire les impôts et d'augmenter les dépenses sociales. La Grèce est en campagne électorale, et dans ce genre de période il n'est pas rare que les candidats fassent dans la surenchère. Malgré tout, dans les mots sinon dans les actes, le ton a changé: les socialistes grecs semblent bel et bien revenus de leurs promesses traditionnelles.

En Grèce, même le parti socialiste officiel ne milite plus pour davantage d'Etat, plus de fonctionnaires, plus de rentes de situation, plus de règlementation et plus de redistribution.

La Grèce étant quelque peu à court de richesses à redistribuer, le changement de cap est peut-être simplement marqué du sceau du réalisme. Ce revirement n'est pas sans évoquer la sentence légèrement cynique du philosophe David Hull: "la règle que les êtres humains semblent suivre est de ne s'adonner à la pensée rationnelle que quand tout le reste a échoué - et parfois, cela n'y suffit même pas."

La nouvelle orientation du Pasok est sympathique ; dommage qu'il ait fallu la faillite du régime socio-démocrate grec pour voir reparaître le bon sens. Mais la remise en question pourrait arriver trop tard. On ne saura en effet qu'après les élections ce que valent ces garanties, et surtout, quel discours aura réellement séduit le peuple grec.

30 avril 2012

La fabrique de bonnes notes

Ils ont osé:

Les trois grandes agences américaines Standard & Poor's, Moody's et Fitch auront bientôt de la concurrence. Car l'Europe aura bien sa propre agence de notation «transparente, innovatrice et indépendante».

 

L'agence de notation européenne transparente, innovatrice et indépendante (ANETII?) devrait être opérationnelle au mois de septembre de cette année. Les réactions sont mitigées:

Le gouvernement allemand, qui a régulièrement critiqué le fonctionnement des agences de notation, soutient l'initiative de Roland Berger. De leur côté, la Banque centrale européenne (BCE), l'Autorité européenne des marchés financiers (AEMF) et le patronat allemand avaient fait part de leurs réserves, jugeant le projet peu réaliste. Le plus difficile reste à faire pour la nouvelle agence européenne: gagner sa crédibilité auprès des marchés.

 

Tout est dit en une phrase: gagner sa crédibilité. Quelle crédibilité aura une agence de notation européenne?

notation.jpgLe métier d'une agence de notation consiste à évaluer la santé financière d'une foule d'emprunteurs afin d'aider les investisseurs à placer leur argent au mieux. Ces derniers recherchent des perspectives de rendement acceptables, et tiennent surtout à retrouver l'intégralité de leur somme à l'issue du prêt - un point qui devient de plus en plus crucial alors que la crise de la dette publique continue à déployer ses effets.

Trois agences de notation installées tiennent l'essentiel du marché, mais sont constamment décriées, quoi que pour des raisons opposées. Les professionnels de la finance leur reprochent d'agir avec toujours un temps de retard et d'indiquer les tendances de la veille, ce qui rend leurs analyses caduques, surtout conjuguées à la vitesse de la finance moderne. Les personnes morales notées par les agences, qu'il s'agisse d'entreprises ou d'Etats, se plaignent constamment d'être sous-évaluées et clament que les notes ne reflètent pas la réalité de leur situation, bien meilleure que ce que jugent les agences. Les libéraux enfin - une petite minorité dans la cacophonie ambiante - reprochent aux agences de nombreux conflits d'intérêts et la valeur légale de certaines de leurs notes, seuls des emprunts d'une certaine "qualité" étant susceptible de convenir face à telle ou telle norme comptable. On se rappellera avec émotion les notes triple-A des produits financiers à base d'hypothèques tritisées au début de la crise de subprimes.

Bref, les agences de notation ne conviennent à personne et font l'unanimité contre elles. Mais toutes les critiques ne sont pas de même force ; clairement, le principal reproche fait aux agences est une tendance naturelle à surévaluer les entités jugées. Ce biais "optimiste" et l'indulgence supposés des agences occidentales envers les pays du même nom ont ainsi amené la Chine à fonder une nouvelle agence, Dagong, nettement moins douce envers les pays occidentaux en crise.

Une nouvelle agence européenne pourra-t-elle apporter quelque chose de neuf dans ce contexte? Honnêtement, il est permis d'en douter.

On peut se demander en effet quelle sera la valeur ajoutée du nouveau venu dans le marché. Si on ne peut pas exclure l'élaboration de produits novateurs d'évaluation financière, un détail de la mise en place de cette entité met la puce à l'oreille:

Le cabinet de consulting allemand Roland Berger a finalement réussi à boucler le tour de table de 300 millions d'euros nécessaire au lancement du projet.

 

Trois cent millions?! La somme donne le vertige. Et encore, ce n'est que pour le "lancement"...

Par les temps qui courent, il est bien peu probable qu'une telle somme ait été réunie exclusivement à travers des fonds privés, ce qui jette un doute immédiat quant à la fiabilité des notes que la nouvelle entité donnera aux organismes publics et aux Etats.

Si c'était simplement pour avoir des notes moins complaisantes, il n'était pas nécessaire de monter une nouvelle structure: l'agence Dagong en donne un bon exemple, pour tout ce qui se situe hors de Chine en tous cas.

Il existe même une agence de notation ouverte, communautaire et gratuite, Wikiratings. Certes, elle ne fait que débuter, mais que pourrait donner ce projet avec une fraction des 300 millions récoltés par le cabinet Roland Berger...

Même si une bonne surprise est toujours possible, la mise de fonds initiale absolument monstrueuse et le caractère "européen" mis en avant avec insistance autour du projet ne plaide pas en faveur d'une agence réellement indépendante, capable de dire que le roi est nu. On pense plutôt à une agence-alibi, payée de façon plus ou moins directe par des fonds publics, et chargée de donner des prévisions (toujours optimistes) et des évaluations (invariablement excellentes) sur les politiques économiques menées en Europe.

Imagine-t-on des banques ou des investisseurs privés réunissant une telle somme pour s'entendre répondre que l'Europe va mal? Aucun intérêt. Même chose pour les pouvoirs publics. Mais imaginer au contraire une nouvelle agence "officielle", adoubée par les pouvoirs publics, expliquant au monde que l'Europe est sur la voie de la sortie de crise... Tout d'un coup, un tour de table à 300 millions devient nettement plus plausible!

Les premières analyses rendues par cette agence permettront sans doute d'y voir plus clair.