17 septembre 2012

Les limites de la rage islamique

Depuis quelques jours, des dizaines de milliers de musulmans manifestent dans le monde - souvent violemment - pour dénoncer Innocence of Muslims (l'Innocence des musulmans), nanar de série Z réalisé aux Etats-Unis.

terrorisme,liberté d'expression,islamLes émeutes ont provoqué des morts en Tunisie, au Soudan, au Liban et en Egypte. L'attaque de l'ambassade américaine à Tunis a fait quatre morts. En Libye, l'attaque du consulat américain de Benghazi a fait plusieurs victimes, dont l'ambassadeur - violé, sodomisé, et promené dans la ville comme trophée.

Les autorités américaines voient dans ces manoeuvres la signature d'al-Quaeda, arguant qu'il n'est pas très crédible que des manifestations "spontanées" abritent des individus armés de lance-roquettes. Ce n'est pas faux, mais d'un autre côté, dans un pays comme la Libye en proie aux pillards et aux bandes de miliciens mal dégrossis, comment en être sûr? Peut-être que le lance-roquettes est le dernier accessoire à la mode pour ne pas avoir d'ennuis en aller chercher le pain...

Plus sérieusement, les lance-roquette de Benghazi sont regrettables, mais tiennent malheureusement du détail. Il est toujours dommage que des éléments violents viennent s'abriter dans une manifestation comme à Khartoum, mais ce n'est qu'un aspect secondaire. Si 10'000 personnes viennent hurler leur haine de votre pays et de ses valeurs au pied de votre ambassade avant de la mettre à sac, vous avez un problème, même si la foule vindicative n'abrite aucun terroriste.

A Khartoum, les manifestants n'étaient pas en reste. Échouant à vandaliser l'ambassade américaine, ils se sont contentés de prendre d'assaut l'ambassade allemande, arrachant son drapeau pour le remplacer par un étendard islamiste avant d'incendier le tout pour faire bonne mesure. Toujours au nom de la protestation contre un film hébergé sur Youtube, les partisans les plus engagés de la "religion de paix" ont saccagé et brûlé une église au Niger.

Ces agissements éclairent d'une façon très parlante les prétendues nuances dont les régimes occidentaux tentent de se parer dès lors qu'on aborde la question littéralement explosive de l'islam. Pour le manifestant libyo-égypto-soudano-afghano-tunisien typique, le monde n'est pas vraiment nuancé: il y a les terres sous domination islamique et il y a les autres, à soumettre - et peu importe la façon dont les dirigeants de ces régimes se tortillent pour espérer apaiser son courroux.

Ce qui pourrait passer pour une espèce de folkore tribal navrant est plus problématique lorsque les salafistes viennent manifester jusque dans Paris. N'allez pas croire qu'ils ont fait le trajet exprès depuis le Soudan. Ils n'ont eu qu'à prendre le bus de banlieue.

Nous jetons des milliards de dollars et d'euros pour essayer de nous faire aimer de ceux qui nous haïssent et veulent nous convertir ou nous décapiter, mais nous les laissons venir s'installer jusque dans nos villes, profiter de nos systèmes sociaux généreux, de notre liberté de parole, de notre prospérité. Le résultat est souvent maigre: les voir rejeter entièrement leur cadre de vie et prêcher leur haine dans des mosquées radicalisées, dans le but semi-avoué de ramener leur environnement au cloaque sous-développé qu'ils ont quitté.

terrorisme,liberté d'expression,islamQue valent toutes les politiques d'apaisement face à un adversaire dénué de tout sentiment, qu'un navet sur Youtube suffit à embraser d'une rage inextinguible?

Les politiciens - dont l'hypocrisie n'est plus à démontrer - ne sont que trop au courant de la situation. Résultat? Ils s'empressent de se tromper de cible: en Allemagne, le pasteur Terry Jones est persona non grata. Aux USA, Barack Obama demande à Google de retirer la vidéo incriminée - sans succès, heureusement.

Les élites occidentales cherchent à éviter toute confrontation. Face à un adversaire aussi irrationnel que l'islamiste moyen, cela implique de se plier à sa vision névrosée du monde. Bien entendu, la seule conséquence revient à susciter encore plus de haine: les islamistes dénonçant l'hypocrisie et la veulerie de l'Occident n'ont pas à chercher longtemps des exemples pour étayer leurs harangues.

En Europe et aux Etats-Unis, la liberté d'expression et le droit de critiquer une religion - comprendre: la religion musulmane - sont en sursis. Un projet de loi pour introduire le blasphème dans le code pénal n'est pas à l'ordre du jour, mais la question se posera certainement.

On pourrait se demander, au vu des réactions de la "rue arabe", quelle proportion de musulmans est accro à Youtube. Moins d'un protestataire sur mille a probablement vu la bande-annonce de ce film, et la proportion réelle est sans doute encore moindre.

C'est exactement comme la fameuse affaire des caricatures de Mahomet où les journalistes envoyés sur place (une fois le calme revenu) avaient bien du mal à dénicher le moindre manifestant ayant effectivement aperçu les dessins incriminés.

Mais comment faire face à l'irrationel? Dans ses conditions d'utilisation,Youtube explique:

"Certains contenus sont susceptibles de vous choquer. [...] Si la vidéo n'est pas contraire à notre règlement, cliquez simplement sur une autre vidéo. Pourquoi perdre votre temps à regarder des vidéos que vous n'aimez pas ?"

 

Cette évidence est incompatible avec le mode de pensée islamique. Il ne s'agit pas de voir ou de ne pas voir une vidéo offensante, des caricatures du prophète ou un exemplaire du coran maltraité: ces choses-là ne doivent pas exister. Peu importe ce qu'il faudra brûler, mutiler, tuer, démolir ou décapiter pour y parvenir.

Une telle attitude porte les germes de sa propre destruction. Comme l'écrit Waleed Aly au sujet de protestations contre le film organisées à Sidney (!):

En réalité, ils ont besoin de cette offense. Elle leur donne la chance de s'imposer de sorte qu'ils puissent se sentir unis, vertueux mêmes. C'est un raccourci vers l'estime de soi.

Le problème est qu'à notre époque numérique, il y a toujours moyen de susciter de nouveaux griefs. N'importe qui peut faire une recherche sous Google pour trouver des préjudices inédits, et il y a sans cesse des nouvelles rageantes à partager avec d'autres. Des communautés virtuelles se rassemblent autour de la mise en ligne de matériel offensant et de déchargement de bile communautaire. Bien vite vous avez un phénomène culturel, une sous-communauté dont la cohésion repose presque exclusivement sur une indignation partagée. Vous finissez avec une identité qui n'a rien à dire sur elle-même; une identité reposant sur une position d'une pauvreté absolue, n'existant qu'à travers sa colère de défi.

 

Et d'annoncer le verdict: le concept "d'identité islamique" devient totalement creux. La fierté et l'opposition résolue n'abritent aucune substance. Pour Waleed Aly, la colère musulmane est semblable à celle d'un ivrogne dans un bar, blessé dans sa fierté et qui chercherait à frapper n'importe qui en décochant des coups de poing au hasard - absolument n'importe qui, juste pour se donner contenance.

terrorisme,liberté d'expression,islamMalheureusement pour les musulmans, l'Occident est une source de vexation absolument sans limite. Bien que ses dirigeants soient lâches, la multitude des comportements individuels, la liberté d'expression et l'existence d'Internet garantissent au monde islamique l'émergence continuelle de nouveaux motifs d'indignation, et ce, de plus en plus souvent. Nous ne sommes qu'aux balbutiements en termes d'irritation. Qu'on imagine ce qui se passera le jour où un artiste réellement provocateur décidera de mettre non une croix chrétienne, mais un coran dans de l'urine!

Les émeutes en Libye ou au Soudan font passer les manifestants pour des enragés certes dangereux, mais également de plus en plus ridicules. Comment peuvent-ils espérer inculquer un quelconque respect à une population incroyante de plusieurs milliards d'habitants? Quand on y pense, L'Innocence des Musulmans, obscure création de troisième catégorie, est devenue un méga-hit planétaire visionné par des millions d'internautes précisément à cause des manifestations de gens pensant que personne ne devrait voir un tel film. Quel bel auto-goal!

Dans la lutte entre provocation et indignation, les islamistes ne peuvent tout simplement pas l'emporter.

04 septembre 2012

ADM irakiennes, la tentation de réécrire l'histoire

"Blair et Bush devraient être jugés pour mensonge." Le point de vue exprimé dans l'Observer britannique par Monseigneur Desmond Tutu a immédiatement bénéficié d'un écho retentissant, que ce soit à travers le Figaro, Libération ou Le Monde en France ou le Matin ou 24Heures en Suisse.

desmond-tutu.jpgComment expliquer l'espace médiatique soudainement libéré pour l'archevêque sud-africain? Certes, le Nobel de la Paix 1984 a été proclamé "conscience morale" de l'Afrique du Sud, donnant lieu à une véritable hagiographie sur Wikipedia, où ne sera pas fait mention de ses prêches des années 80 où il appelait au meurtre des blancs. Ses dérapages plus récents, plus modestes, seront eux aussi passés sous silence par des journalistes complaisants, mais rien qui ne donne droit à une audience internationale permanente.

En réalité, les propos de Mgr Tutu ne sont répétés que parce qu'ils plaisent. Les rédactions occidentales ont juste vu l'occasion de faire passer un message auquel elles tiennent.

L'idée que MM. Blair et Bush soient traînés sur le siège des accusés de la Cour Pénale Internationale de La Haye, au côtés d'un Mugabe ou de n'importe quel despote déchu, a tout pour séduire. Leur crime? Le mensonge. Leur peine? La plus lourde possible - et on leur imputera toutes les victimes liées à la guerre en Irak, dans les deux camps tant qu'à faire.

Il ne s'agit malheureusement que d'une grossière réécriture de l'histoire. Les médias se le permettent aujourd'hui seulement parce que le public a la mémoire courte. Le pire de cette manipulation partisane du passé aura probablement lieu en 2013, lors de l'anniversaire des dix ans de la seconde Guerre du Golfe.

Nous vivons une époque formidable. Sans les archives d'Internet, beaucoup d'âneries peuvent encore être proférées au sujet de la première guerre du Golfe par exemple - comme l'idée que, à la suite d'une sorte de faiblesse de caractère (congénitale?), George Bush père n'aurait pas "fini le travail". Si faiblesse il y a eu de la part du président américain, c'est bien de ne pas avoir versé dans "l'unilatéralisme" et de s'être plié au jeu de cour diplomatique: grâce à la pression de l'ONU interdisant formellement au million de soldats venu libérer le Koweit de poursuivre vers Bagdad, le régime de Saddam Hussein fut sauvé in extremis. La communauté internationale s'occupait alors volontiers des guerres de frontière, mais surtout pas de la politique intérieure de chaque pays. Les tyrannies et régimes fantoches composant l'essentiel de l'assemblée des Nations Unies ne l'auraient pas supporté.

L'ONU, bonne fille, se vit ensuite grassement récompensée au travers du programme Pétrole contre Nourriture.

Mais aujourd'hui, la mémoire mondiale du réseau permet aisément de retrouver les faits historiques et de démasquer les grossières tentatives de réécriture du passé, pour peu qu'il ne soit pas trop ancien. Ainsi, clamer que George Bush et Tony Blair ont mené le monde dans une intervention militaire fondée sur des manipulations est un fieffé mensonge. Jusqu'en 2003, tout le monde croyait aux armes de destructions massives (ADM) irakiennes. Même, et surtout, les Démocrates américains. Les citations abondent dans un tel volume que c'en est presque amusant:

"Nous savons qu'il a des caches secrètes d'armes chimiques et bactériologiques à travers son pays." -- Al Gore

"Nous savons depuis de nombreuses années que Saddam Hussein a cherché à acquérir et à fabriquer des armes de destruction massive." -- Ted Kennedy

"Je voterai pour donner au Président des Etats-Unis l'autorité d'utiliser la force - si nécessaire - pour désarmer Saddam Hussein parce que je crois qu'un arsenal mortel d'armes de destruction massive entre ses mains est une menace grave et concrète à notre sécurité." -- John Kerry

"Il doit être clair que s'il est laissé en paix, Saddam Hussein continuera à augmenter sa capacité à livrer une guerre biologique et chimique, et continuera à essayer de développer des armes nucléaires." -- Hillary Clinton

 

Ces extraits datent d'avant 2003, mais on peut sans peine en trouver d'autres remontant à une époque antérieure à l'arrivée de George W. Bush au pouvoir à la fin de l'année 2000. Le Texan - par ailleurs unanimement dépeint comme un imbécile - aurait donc réussi à manipuler les services de renseignement américains avant même de se faire élire président? Quel talent!

Bien sûr, ce n'est pas un exploit d'étriller le camp démocrate américain, celui-là même qui a largement cru aux ADM irakiennes, soutenu et voté la guerre. Mais il n'est de loin pas le seul. Même les Français croyaient aux ADM irakiennes à l'époque!

Il est facile de faire passer l'opposition à la guerre de Jacques Chirac et Dominique de Villepin comme une clairvoyance prophétique, l'illumination caractéristique de ceux qui ont raison avant tout le monde. La réalité est plus prosaïque. Le gouvernement français - dont les informations sur l'Irak provenaient en bonne partie de ce qui lui était fourni par les services de renseignement américains - pensait simplement que l'Irak avait des armes de destruction massive, mais qu'un solide cocktail de menaces, de sanctions et d'inspections sauce ONU suffiraient à les éliminer.

Français et Américains divergeaient sur la conduite à tenir, pas sur la possession d'ADM par l'Irak.

On se remémorera donc avec intérêt l'intervention lyrique de Dominique de Villepin à l'ONU, ou la transcription de l'interview télévisée de Jacques Chirac le 10 mars 2003, quelques jours avant l'offensive militaire proprement dite. Les hauts responsable de l'Etat français ont longuement la parole. A quel moment exactement disent-ils que les armes de destruction massive irakiennes ne sont qu'une légende urbaine?

Ils n'affirment rien de tel, évidemment, pas même sous la forme de sous-entendus. Relisons donc les paroles du chef de l'Etat français:

Alors, dans [le contexte d'un monde multipolaire], nous nous sommes trouvés dès l'origine face à un problème, un Irak qui, à l'évidence, possédait des armes de destruction massive, entre les mains d'un régime indiscutablement dangereux et qui présentaient par conséquent un risque certain pour le monde. Il était donc essentiel de désarmer ce régime, ce pays, d'éliminer ses armes de destruction massive.

 

bush_blair.jpgGeorge W. Bush et Tony Blair et des millions de gens crurent à la menace des ADM irakiennes, simplement parce que celles-ci étaient la pire hypothèse de services du renseignement bien décidés à ne pas sous-évaluer la moindre menace au lendemain des attentats du World Trade Center. Ils furent confortés en cela par les transfuges du régime, heureux de dire tout ce que leurs interlocuteurs souhaitaient entendre si cela pouvait contribuer à faire tomber le régime de Bagdad, et bien sûr par Saddam Hussein lui-même, qui avait déjà utilisé les armes chimiques par le passé pour quelques massacres et ne donnait guère l'impression d'être devenu un chic type sous le régime des sanctions onusiennes. Peut-être même croyait-il encore en avoir lui-même, au vu de la corruption de son régime et de la peur qu'il inspirait à son entourage - et en disposait effectivement encore, quoique pas dans des quantités significatives.

On ne peut pas rejouer l'histoire. Quasiment personne ne peut imaginer comment le monde aurait évolué sans le renversement du tyran de Bagdad, et encore moins décréter que cela aurait été "mieux" ou "pire" - même si, à titre personnel, je ne suis pas mécontent que Saddam ait fini au bout d'une corde. Il n'y a jamais eu le moindre commencement de preuve concrète (témoignage d'un transfuge ou document) faisant état d'un complot visant à faire croire à des ADM irakiennes inexistantes. Si une telle machination avait vu le jour, d'ailleurs, ceux qui tiraient les ficelles auraient au moins eu la décence d'en déposer quelques-unes sur place pour donner le change et les révéler de façon spectaculaire à un parterre de journalistes. L'astuce du flic qui glisse un sachet d'héroïne dans la poche du type qu'il veut enfermer est vieille comme le monde.

Le passé est souvent médiocre. Il est tentant de l'embellir et de le romancer, en habillant évidemment ses adversaires politiques du rôle du méchant. Mais soyons honnêtes, si George W. Bush et Tony Blair devaient être poursuivis pour avoir cru à une industrie des armes de destruction massive en Irak, ils ne seraient pas seuls sur le banc des accusés.

29 juin 2012

Obamacare, victoire à la Pyrrhus

La nouvelle est célébrée comme il se doit par tous les médias européens: la Cour Suprême Américaine vient de "valider" l'Obamacare, la réforme de santé promulguée par Barack Obama en début de mandat. Joie et félicité! Obama est triomphant! Victoire!

ObamacareSupporters.jpgEntre deux lancers de cotillons, le fêtard pourra tout de même se poser la question: qu'est-ce que la Cour Suprême vient faire là-dedans? Et puis, s'éloignant pour creuser un peu plus profodément la question (ce qui n'est jamais bon pour l'ambiance de fête) il pourrait réaliser que le verdict de la Cour Suprême a tout du baiser empoisonné. Voire, qu'il risque d'enfoncer les chances de réélection du président démocrate en novembre...

Les oppositions au projet ont été innombrables depuis sa conception et ont porté sur de multiples aspects du texte. La Cour Suprême a été amenée à se prononcer sur la constitutionnalité du projet parce qu'elle a été saisie par les procureurs généraux de pas moins de vingt-neuf Etats américains opposés à la réforme!

Leur objection? L'Obamacare (de son vrai nom le Patient Protection and Affordable Care Act ou PPACA), monstre législatif de 2'700 pages, obligerait les Américains non couverts par une assurance-maladie liée à leur employeur ou à un mécanisme gouvernemental existant à souscrire à une assurance-maladie privée, sous peine d'amende. Or, cette disposition est contraire à la Constitution des Etats-Unis par au moins deux aspects:

  • Elle octroie à l'Etat Fédéral une nouvelle prérogative en matière de santé publique. Cependant, le Dixième Amendement stipule que seules les dispositions explicites de la Constitution dépendent du gouvernement fédéral. L'assurance-maladie n'en fait clairement pas partie. Si des mécanismes de santé publique peuvent être mis en place dans un Etat ou un autre - comme ne s'est pas privé de le faire le très républicain Mitt Romney au Massachusetts - de tels sujets ne sont pas du ressort du gouvernement de Washington.

supreme-court-2011.jpgCes réserves ne sont pas théoriques. Elles ont amené plusieurs cours de justice intermédiaires à décréter inconstitutionnelle la réforme de la santé. De recours en recours, l'affaire a naturellement été portée au-devant de la Cour Suprême, qui vient de valider le projet à travers un vote 5-4 très disputé. Mais contrairement à ce qu'affirment les médias, la Cour Suprême n'a pas validé Obamacare en totalité: la partie de la loi qui donnait accès au programme Medicaid à des millions de gens pas assez pauvres pour l'avoir actuellement mais incapables de se payer une assurance a été abrogée. Quant à la constitutionnalité de la réforme, la Cour a estimé qu'Obamacare pouvait être légale dans la mesure où il s'agirait d'une... taxe.

Voilà qui vient quelque peut contredire la communication de Barack Obama et de son camp, qui prétendent depuis le début que la réforme n'est pas une taxe - en plus d'avoir clamé qu'impôts et prélèvements n'augmenteraient pas, bien entendu.

Et cet aspect des conclusions de la Cour Suprême va singulièrement compliquer les affaires du président sortant.

Si plus aucun obstacle juridique ne s'oppose à la réforme, ses principaux effets se déploieront dès 2014. A cette date, des millions d'Américains devront souscrire à une assurance-maladie obligatoire. Et non seulement la vente forcée est très mal vue aux Etats-Unis, pays où la responsabilité individuelle n'est pas un vain mot, mais les Américains se rendront très vite compte qu'ils ne sont pas assez pauvres pour bénéficier du système payé par la collectivité, et qu'un mécanisme acceptant n'importe quel client à un tarif unique au nom de la solidarité ne peut que s'effondrer sous son propre poids (la classe moyenne suisse fait l'expérience didactique de cet étranglement progressif depuis 1996 et la mise en place de la LAMal par la gauche.)

Sans même parier sur l'évidente dérive financière du système, la pilule sera dure à avaler, et ce dès la première année. Selon les chiffres avancés par Le Figaro, le coût pour la couverture de 70% des frais médicaux serait estimé à 5'200 dollars par individu et par an, 14'100 dollars par famille. Dans un pays où les salariés sont habituellement couverts par le biais de leur employeur, ces primes frapperont de plein fouet les Américains au chômage - au moment même où celui-ci est historiquement élevé.

Pas sûr que ces gens-là auront très envie de glisser à nouveau un bulletin Obama dans les urnes en novembre.

Car c'est le deuxième écromney-obamacare.jpgueil sur lequel vient de se fracasser la réforme de la santé: en validant sous certaines réserves sa légalité, la Cour Suprême vient de déplacer l'opposition contre Obamacare du terrain constitutionnel au terrain politique. Mitt Romney ne s'y est pas trompé. Le candidat républicain à l'élection présidentielle de novembre a ainsi déclaré que sa première mesure en tant que président élu serait d'abroger la réforme.

Peut-être ne s'agit-il que de rhétorique de campagne, mais le fait est là: la réforme Obamacare a été électoralement désastreuse pour les Démocrates. Poussée au forceps dans les chambres du Congrès selon un clivage partisan, elle a mené le parti à la déroute dans les élections de mi-mandat jusque dans ses fiefs historiques.

Si Barack Obama a été porté au pouvoir en 2008 par une foule enthousiaste, ce n'était vraisemblablement pas à cause de ses projets de refonte de la couverture de santé. Des années après le début des travaux, Obamacare reste impopulaire auprès d'une majorité d'Américains. Le président sortant devra garder cela à l'esprit alors même que les principales mesures de son projet ne sont pas encore entrées en vigueur.

26 janvier 2012

Les non-dits des primaires républicaines

La "victoire surprise" de Newt Gingrich en Caroline du Nord n'en est une que pour des médias qui font campagne pour Mitt Romney, souffrent d'une ignorance crasse quant au fonctionnement des primaires américaines, ou les deux.

Depuis l'affrontement entre Hillary Clinton et Barack Obama lors des primaires démocrates de 2008 et la couverture quasi-obsessionnelle de l'événement, le grand public européen a une connaissance générale du mécanisme de désignation des candidats aux Etats-Unis.

Les deux grands partis américains choisissent leurs champion à travers une série d'élections, Etat par Etat. Cette année, Barack Obama visant sa réélection, seul le Parti Républicain est concerné. La désignation se déroule entre le début de l'année et l'été pour se conclure lors de la Convention Républicaine, qui aura lieu cette année à Tampa Bay, en Floride, du 27 au 30 août. Cela laisse bien peu de temps aux candidats à l'investiture pour sillonner les 50 Etats américains. Traditionnellement, le mécanisme de désignation obéit donc à un calendrier serré où les Etats se succèdent toujours dans le même ordre, évitant qu'un prétendant ne se démène dans le New Jersey pendant qu'un autre écume les routes de l'Utah.

La première désignation a lieu en Iowa à travers un caucus, dès le 3 janvier. La primaire du New Hampshire survient la semaine suivante, puis lui succèdent la Caroline du Sud, la Floride, le Nevada et le Maine. Ce chapelet débouche sur le "Super Mardi" du 6 mars, ou une dizaine d'Etats organisent leurs désignations simultanément, et où de vraies tendances nationales commencent enfin à se dégager. D'autres dates importantes sont programmées ultérieurement, impliquant plusieurs Etats en même temps ou des poids lourds électoraux (Texas, Californie), permettant de maintenir un semblant d'intérêt jusqu'à la fin de la course.

Mais le mode d'organisation des primaires permet aussi quelques illusions - pour rester poli. La dynamique en est une. Si vous êtes en tête à la première étape du parcours républicain, on peut s'attendre à ce que les médias parlent de vous. Cela fait de la publicité gratuite, attire les ralliements de donateurs et de militants et peut éventuellement susciter un véritable engouement.

Rick_Santorum.jpgUn candidat à la présidence au moins, Rick Santorum, a tout misé sur ce phénomène. Il a ainsi fait campagne pendant des mois uniquement en Iowa, première étape des primaires. Alors que d'autres candidats levaient des fonds et partageaient leur temps entre différentes régions, lui sillonnait les comtés de l'Iowa et rendait visite à chaque assemblée locale. Ne ménageant pas ses efforts, il comptait sur une victoire décisive lors de cette première étape pour se faire connaître et déclencher un effet boule de neige. Hélas pour lui, la confusion des résultats a perturbé le script du scénario. Rick Santorum s'est retrouvé en tête, mais au coude-à-coude avec Mitt Romney. Même si un nouveau décompte lui a finalement accordé l'Iowa, la clarification est arrivée trop tard pour lui procurer l'exposition dont il avait tant besoin.

Rick Santorum n'a pas été le seul à tenter de tourner l'organisation des primaires à son profit. Les médias savent parfaitement user et abuser du calendrier électoral pour pousser le candidat de leur choix en prétendant étendre à l'échelle de l'Amérique les résultats d'une consultation partielle dans une poignée d'Etats fédéraux.

En effet, tous les Etats n'ont pas la même légitimité dans la désignation. Non seulement la force des Républicains est relative - et une communauté politique en minorité ne choisit pas ses représentants de la même façon qu'une autre en majorité - mais l'organisation du scrutin lui-même est sujette à de grandes variations.

Quelle Amérique est favorisée par le calendrier actuel? Au vu du battage médiatique autour de Mitt Romney, pas besoin d'être grand clerc pour deviner. L'Iowa est à gauche depuis 1999 même s'il a tourné casaque (comme une bonne partie des autres Etats) lors des élections de mi-mandat de 2010: c'est donc un de ces "swing states", un Etat centriste dont la population peut voter parfois Démocrate et parfois Républicain. Le New Hampshire est encore plus démocrate, il n'a même pas changé de bord à cette occasion.

Le New Hampshire fait également partie de la dizaine d'Etats pratiquant des primaires ouvertes. Cela signifie que n'importe quel citoyen peut participer à la désignation du candidat républicain, peu importe son affiliation politique. Si les militants démocrates locaux se sont déplacés pour participer aux primaires - et pourquoi s'en priveraient-ils! - sur quel candidat ont-ils porté leur choix, le plus à droite ou le plus à gauche, à votre avis?

Mitt_Romney.jpgRien d'étonnant donc à ce que Mitt Romney, le plus démocrate des candidats républicains, engrange des succès dans ces premières consultations. Bien entendu, les médias attirent peu l'attention sur cet aspect "technique" des primaires, pourtant lourd de conséquences. 44% des électeurs du New Hampshire participant aux primaires n'étaient ainsi pas inscrits comme Républicains, confirmant la théorie de Rush Limbaugh et Sarah Palin comme quoi Obama (et ses électeurs) préfèrerait s'opposer à Romney, perçu comme le candidat le plus facile à battre en finale.

Au mensonge par omission dans le New Hampshire succéda un mensonge plus flagrant en Caroline du Sud. L'électorat républicain y est suffisamment confiant pour ne pas avoir à soutenir un tiède, mais les médias jouèrent à fond la carte du "peuple américain pour Mitt Romney", n'hésitant pas à accorder à celui-ci une popularité totalement fantaisiste. Le 14 janvier, une semaine avant le vote, ils créditaient encore leur poulain de 37% d'intention de vote contre seulement 12% pour Newt Gingrich. Répétant la partition si bien jouée en 2008 avec John McCain (un autre républicain centriste lui aussi poussé par les médias pour échouer en fin de parcours) Mitt Romney allait l'emporter. Avec trois victoires de suite, les primaires républicaines seraient quasiment jouées.

L'effet de ces sondages pipés est loin d'être anodin. Ils démobilisent les partisans qui ne soutiennent pas le favori: dans un scrutin majoritaire, il faut avoir la foi chevillée au corps pour aller voter en sachant le résultat joué d'avance. De plus, la Caroline du Sud pratique elle aussi les primaires ouvertes! Tout était donc en place pour favoriser l'influence des Démocrates locaux votant naturellement pour Romney.

newt_gingrich.jpgContre toute attente, la manoeuvre a échoué, et dans les grandes largeurs. "L'archi-favori Mitt Romney" s'est pris les pieds dans le tapis en ne récoltant que 26% des suffrages, contre 40% pour "le revenant" Newt Gingrich, un Républicain nettement plus à droite. Le scénario à la McCain ne s'est donc pas répété.

Bien qu'Obama fasse comme si, l'Amérique de 2012 n'est pas celle d'il y a quatre ans. La naïveté est une faiblesse dont on guérit rapidement. Un certain nombre de citoyens on compris les manoeuvres dont ils faisaient l'objet et en ont pris de la graine. Nous en aurons la démonstration lors du scrutin en Floride le 31 janvier. Toutes les caractéristiques sont réunies pour un test électoral réellement significatif: un Etat peuplé, important sur le plan fédéral, organisant des primaires où seuls les membres du Parti Républicain peuvent voter.

Je ne suis pas loin de penser que, quels que soient les sondages qui prétendent le contraire, Mitt Romney pourrait y finir troisième derrière Newt Gingrich et Ron Paul, un résultat qui briserait pour de bon le mythe de "l'Amérique pour Romney" monté de toutes pièces par les médias.

Mais ceux-ci ont d'autres tours dans leur sac. Affaire à suivre...

17 décembre 2011

La fin sans gloire de l'urgence climatique

Peut-être avez-vous suivi en début de semaine la conclusion des pérégrinations tragico-comiques des délégations diplomatiques internationales réunies à Durban, Afrique du Sud? Elles essayaient de donner un second souffle à la Lutte Contre le Réchauffement Climatique d'Origine Anthropique à travers un nouveau traité international remplaçant le Protocole de Kyoto.

Ou peut-être pas.

Entre la guerre civile en Syrie, lDurban.jpges gesticulations en vue des élections présidentielles françaises (ou celle du conseil fédéral ici-bas) ou la crise de la dette publique en zone euro, les négociations très difficiles menées par les délégués dans les salles de congrès des hôtels de luxe de la station balnéaire sud-africaine sont passées au second plan. Les reportages n'ont guère suscités l'empathie, coincés comme ils étaient entre la chronique sportive et la météo.

Cela vaut peut-être mieux, dans la mesure où le réchauffement climatique a officiellement cessé d'être un problème.

Ce n'est pas exactement de cette façon que l'information a été rapportée, c'est vrai. Le sommet de Durban s'est naturellement soldé par un "succès", comme tous les sommets avant lui - guillemets inclus. Il en va de la flamme de l'alarmisme militant: si elle n'est pas convenablement entretenue avec un zeste d'optimisme, elle risque de s'éteindre. Mais en réalité, trois jours de discussions non-stop n'ont permis d'aboutir sur rien. L'accord semble être sur la table...

Tous les pays, c'est-à-dire aussi la Chine et l'Inde, qui, après les Etats-Unis, ont donc fini par se rallier à la feuille de route défendue par l'Union européenne. Les trois principales « puissances émettrices » de gaz à effet de serre vont s'asseoir à la même table de négociation que les autres pays pour tenter de s'entendre en 2015 sur un accord global de réduction.

 

...Mais il est vide de sens:

Le futur traité global de réduction doit en effet entrer en vigueur « à partir de 2020 ». Une formulation qui exclut toute date ferme et ne revêt pas une réalité très contraignante (...) Il s'agira d'ici à 2020 de parvenir à « un protocole, un autre instrument légal ou une solution légale ayant une force légale ».

Durban se solde enfin par la mise en place du mécanisme de fonctionnement du Fonds vert. Annoncé l'an dernier à la conférence de Cancun, cet instrument doit aider financièrement les pays en développement à faire face au changement climatique. Il doit être alimenté de 100 milliards de dollars par an à partir de 2020. Pour l'instant il reste une coquille vide.

 

En 2020, on reviendra à la table des négociations et on signera quelque chose. Eventuellement. Et il faudra le ratifier après. Si on a envie.

Signe des temps, les ONG présentes sur place sont loin de partager le sentiment de succès propagé par les médias: "Les pollueurs ont gagné, les peuples ont perdu", s'indigne Greenpeace Africa. Oxfam regrette que "les décisions prises dimanche matin [soient] bien en-deçà de ce qu'exige l'urgence climatique..."

Ah, oui, l'urgence climatique. On a failli l'oublier. Oxfam prévoit que le monde avance "comme un somnambule" vers un réchauffement de +4° à l'horizon 2100. D'autres annoncent entre +3,5° et +6°, à la louche. Toujours la même précision millimétrique. Alors que si les textes avaient été approuvés et signés, comme par magie la température mondiale n'aurait augmenté que de 2° en 2100, promis, juré!

Ces gens-là ne doutent de rien. Ils ignorent que la science progresse lentement et que les incertitudes sur les modèles climatiques sont abyssales. Enfermés dans leur délire, ils sont prêts à croire que la signature d'un diplomate au bas d'une feuille de papier aura une influence sur la température du monde. A moins qu'il ne s'agisse d'autre chose?

Luboš Motl, physicien tchèque, nous rapporte un éclairage particulier sur les valeurs de la "lutte contre le réchauffement" au travers de son examen d'un brouillon envoyé par Marc Morano, en discussion pour la dix-septième session de négociations:

Le document entier est une sorte de plaidoyer pro-marxiste. Tout ce qui est important dans ce document concerne la lutte des classes. Le monde entier est divisé entre [pays] riches et pauvres. Ces deux groupes sont traités de façon totalement opposée: le CO2 est un composé chimique différent dans différentes parties du monde. Le mot "développé" apparaît 236 fois (!) dans le document. Vous trouverez aussi quatre références à la "dette climatique". Quelle construction théorique! Vous pourriez aussi en apprendre sur les "Droits de la Terre-Mère", les "Droits de la Nature", et les "Droits des Peuples Indigènes" (cinq fois dans le texte.) Les droits de l'homme sont "en particulier" les droits des femmes, des enfants, des immigrés, et des peuples indigènes. Désolé les hommes!

 

Luboš Motl explique que Richard Feynman aurait pu participer à Durban 2011, tant ses écrits rappellent les problèmes fondamentaux inhérents à ces conférences:

J'ai commencé par dire que l'idée de tout distribuer équitablement est basé sur une théorie où il n'y a qu'une quantité fixe de ressources dans le monde, qu'en premier lieu nous l'aurions d'une façon ou d'une autre dérobé aux pays les plus pauvres, et que nous devrions leur rendre. Mais cette théorie ne prend pas en compte les raisons réelles des différences entre les pays - c'est-à-dire, la mise au point de nouvelles techniques d'agriculture, l'utilisation de machines pour l'agriculture et pour faire d'autres choses, et le fait que cette mécanisation requiert la concentration de capital. Ce n'est pas la ressource qui est importante, mais la capacité d'en produire. Mais je réalise maintenant que ces gens n'étaient pas dans la science; ils ne la comprenaient pas. Ils ne comprenaient pas la notion de technologie; ils ne comprenaient pas leur époque.

 

La lutte contre le réchauffement climatique d'origine humaine, nouvelle réincarnation de la doctrine tiers-mondiste? Cette vision expliquerait bien des choses; notamment, pourquoi le cycle des traités internationaux sauce Kyoto est arrivé à son terme.

En 2007, la Chine est devenue le premier pollueur mondial en valeur absolue, devant les Etats-Unis. Les autres pays en développement n'en sont pas encore là, mais l'accroissement rapide de leur niveau de richesse s'accompagne d'une augmentation de la production de CO2, assimilé à un polluant selon la vulgate réchauffiste.

Ces pays devraient logiquement passer de "victimes" à "coupables", mais n'en ont nullement envie. A l'inverse des Européens, ils ne veulent pas compromettre leur prospérité pour des chimères comme un prétendu réchauffement climatique à l'horizon 2100, soit quatre générations, selon des modèles climatiques incomplets et une science pétrie de mauvaise foi.

Le réalisme aura enterré le processus international, et aucune négociation-marathon ne le ressuscitera.

La prolongation du protocole de Kyoto en est paradoxalement la preuve la plus éclatante. Le Canada l'a officiellement abandonné il y a quelques jours. Les Etats-Unis ne l'ont jamais ratifié. La Chine, l'Inde, le Brésil, la Russie et toute une ribambelle de pays en voie de développement ne sont tout simplement pas concernés par la restriction des émissions. Leur adhésion au protocole est donc aussi enthousiaste que dénuée de responsabilités.

Seule l'Europe, enferrée dans les pires délires idéologiques, subit Kyoto de plein fouet. Mais le protocole de Kyoto proprement dit n'encadre plus que 15% des émissions de CO2 à l'échelle mondiale.

Quelle efficacité a un barrage obstruant 15% d'une rivière?

L'Europe fait cavalier seul, lancée telle Don Quichotte contre les moulins du réchauffement climatique d'origine humaine, persuadée que le monde entier charge avec elle.

Les délégués européens qui ont vanté la "réussite" de Durban croient-ils vraiment que les efforts européens en matière d'émission vont changer quoi que ce soit pour la planète Terre? On ne peut pas l'exclure entièrement, aussi grotesque l'hypothèse soit-elle. Mais je pense plutôt que la prolongation du protocole de Kyoto est une excuse pour perpétuer en Europe même la débauche de dirigisme et de clientélisme qu'implique la lutte bureaucratique contre le réchauffement climatique - un ensemble pléthorique de subventions pour des sources d'énergie non rentables, d'emplois verts dont chacun coûte en moyenne 3.7 postes dans l'économie privée, de taxes sur l'énergie, ou de cohortes de fonctionnaires chargés de toutes ces réglementations.

La gabegie continuera tant que les dirigeants européens auront assez de ressources à sacrifier à cette cause illusoire. La crise de la dette publique européenne mettra un terme au spectacle ; le dénouement surviendra bien avant 2020 et le nouveau traité.

Le soutien populaire à une cause martelée par les médias n'y change strictement rien et s'évanouira rapidement, si ce n'est déjà fait. Lorsque le chômage tutoie allègrement les 20%, que votre frigo est vide, que votre gouvernement vous écrase chaque semaine sous de nouveaux plans de rigueur et que l'économie entre en récession, la perspective de la température du globe en 2100 vous paraît lointaine, très lointaine. Les Espagnols se sentent-ils concernés par le réchauffement climatique? Les Grecs? Même la Suisse n'a pas les moyens.

A chaque génération son combat. Le nôtre n'est pas la température terrestre dans 90 ans, mais la faillite du modèle social-démocrate. Le défi nous occupera bien assez longtemps - et il est loin d'être gagné.

24 novembre 2011

L'insoluble contradiction de la Cour Pénale Internationale

Seif al-Islam, le dernier fils en fuite du colonel vaincu, a été capturé le 19 novembre. Il est poursuivi pour crimes contre l'Humanité, mais les suites de l'arrestation ont donné lieu à une humiliation en règle de la Cour Pénale Internationale. C'est moins la faute des Libyens que de la contradiction fondamentale de cette institution.

Revensaif.jpgons sur la gifle monumentale que la justice internationale s'est prise il y a deux jours:

Le ministre libyen de la Justice et des droits de l'Homme, Mohamed Allagui, a affirmé mardi que les autorités libyennes ne remettraient pas Seif al-Islam, fils de l'ex-dirigeant Mouammar Kadhafi, à la Cour pénale internationale (CPI), au moment où le procureur entamait une visite à Tripoli.

A son arrivé à un hôtel de la capitale en compagnie de M. Allagui, le procureur de la CPI, Luis Moreno-Ocampo, a affirmé de son côté qu'il n'avait pas l'intention de rencontrer Seif al-Islam, détenu depuis samedi dans la ville de Zenten, à 170 km au sud-ouest de Tripoli après son arrestation.

A la question de savoir si Seif al-Islam sera remis à la CPI, M. Allagui a déclaré: En un seul mot, nous n'allons pas le remettre.

Le jugement de Seif al-Islam est du ressort de la justice libyenne. C'est une question relevant de notre souveraineté sur notre territoire et nos citoyens, a-t-il déclaré à des journalistes. (...) Le ministre de la Justice et des droits de l'Homme, a répondu que les autorités libyennes étaient prêtes à organiser une rencontre avec Seif al-Islam si M. Ocampo le demande.

 

L'arrivée du procureur argentin de la CPI à Tripoli, Luis Moreno-Ocampo, et de son procureur adjoint, Fatou Bensouda, ne relève évidemment pas de la visite de courtoisie. Les émissaires de la CPI étaient venus récupérer les survivants du régime déchu. Mais ils repartiront déçus. Un article du Matin donne un aperçu de la tension sur la question du cadre juridique dans lequel aura lieu le procès des prisonniers:

Le procureur Moreno-Ocampo [a déclaré dans un communiqué:] "Ce sont les juges qui décideront en dernier ressort. (...) Il y a des principes juridiques auxquels nul ne saurait déroger".

"Seif al-Islam Kadhafi et [de l'ancien chef des services de renseignement libyens] Abdallah Al-Senoussi doivent être traduits en justice. La question de savoir où les procès devront se tenir doit être tranchée en consultation avec la Cour".

"L'arrestation de ces deux hommes est une étape cruciale dans le jugement des principaux responsables des crimes commis en Libye. Il ne s'agit pas d'une question d'ordre militaire ou politique mais bien d'une nécessité juridique".

 

Nécessité juridique peut-être, mais les deux homme repartiront les mains vides. On pourrait se plaindre que la justice internationale incarnée par la CPI ne fasse pas le poids contre le Conseil National de Transition libyen, malgré la dette de celui-ci envers les instances internationales. Mais ce serait aller un peu vite en besogne.

D'une part, le pouvoir du CNT est fragile, et celui-ci passe déjà pour une marionnette à la solde des occidentaux. Céder à la CPI ne fera que renforcer ce sentiment.

D'autre part, derrière derrière la nécessité juridique se cache un autre besoin autrement plus crucial aux yeux du peuple libyen, le besoin de justice - un aspect que les médias européens laissent largement de côté, et qui est pourtant central dans la position du Conseil National de Transition.

Personne ne sait si le CNT tiendra parole et sera capable d'instruire un procès équitable du fils Kadhafi. Mais le fait est qu'un tribunal libyen sera capable, éventuellement, de punir ses crimes infects par la peine de mort - une peine que la CPI est de son côté incapable d'infliger:

La Cour peut prononcer une peine d'emprisonnement maximal de 30 ans ou une peine d'emprisonnement à perpétuité « si l'extrême gravité du crime et la situation personnelle du condamné le justifient ». (...) La peine de mort n'a pas été retenue, tout comme pour les tribunaux internationaux de l'après Seconde Guerre mondiale (le TPIY, le TPIR et le TSSL).

 

La Cour Pénale Internationale se veut le tribunal ultime, en charge de juger les actes les plus barbares, inhumains, abjects qui soient. Des crimes tellement horribles qu'ils ont eu droit à leur propre dénomination: les crimes contre l'humanité.

Mais cette cour n'est même pas capable de prononcer la peine capitale.

De part la gravité des cas dont elle est saisie, la CPI devrait être, de tous les tribunaux du monde, la cour de justice dans laquelle la peine de mort est la sanction la plus défendable. Elle en est dépourvue. C'est de l'idéalisme. Ce n'est pas de la justice.

Les Libyens rechignent à livrer Kadhafi à ce tribunal édenté, et c'est bien compréhensible. Avec leur budget annuel de plus de 100 millions d'euros, les 800 fonctionnaires de l'institution ne sont pas dans le besoin; ils trouveront sans doute de quoi s'occuper. Mais tant qu'ils ne comprendront pas cette contradiction fondamentale, les politiciens à l'origine de la CPI pourront se plaindre encore longtemps du peu de progrès accomplis par la justice internationale.