17 octobre 2018

Personnages Non Joueurs

C'est un nouveau buzz et il fait fureur outre-Atlantique: les gauchistes seraient des imbéciles sans monologue intérieur et incapables de penser par eux-mêmes.

Wojak le Personnage Non-Joueur

Le concept les compare à des PNJ ou Personnages Non-Joueurs (en anglais NPC pour Non-Player Characters) - ces innombrables personnages en second plan dans les jeux vidéos, juste là pour débiter toujours les mêmes phrases préprogrammées lorsque quelqu'un interagit avec eux.

internet,idéologie

Ce mème américain vise à ridiculiser la posture d'outrage perpétuel dans laquelle se complaisent les liberals, qui se contentent de répéter comme des perroquets les derniers éléments de langage débités par le chroniqueur favori qui se charge de penser à leur place. En gros, les adversaires des liberals les assimilent à des zombies philosophiques.

La mode virale repose sur une image créée au cours d'une discussion sur le célèbre canal 4chan, où un utilisateur créa un visage simpliste et sans expression, désormais connu sous le nom de "NPC Wojak".

internet,idéologie
Wojak le PNJ, entouré d'autres PNJ.

L'image fut ensuite utilisée pour tourner en dérision les... lacunes argumentaires, dirons-nous, de certains interlocuteurs dans une conversation politique de base:

internet,idéologie

Face à l'utilisation de ce dessin la réaction ne se fit pas attendre et des utilisateurs gauchistes de Twitter furent prompt à dénoncer le mème, parlant d'une "déshumanisation" et accusant ceux qui l'emploient d'être "fascistes" - étant entendu que les gauchistes n'insultent jamais leurs adversaires, ni ne les déshumanisent jamais en les traitant d'Hitler, de fascistes, de nazi ou autre "déplorables"...

internet,idéologie
Argumentaire-type: un militant dénonce la "déshumanisation" infligée à son camp idéologique tout en ne se gênant pas pour mettre lui-même tous ses adversaires politiques dans un même panier (en les insultant copieusement au passage).

L'ampleur de l'irritabilité suscitée montra que le thème faisait mouche. Le buzz était lancé.

internet,idéologie

internet,idéologie

internet,idéologie

internet,idéologie

La déshumanisation c'est toujours pour les autres...

Les PNJ envahissent Twitter

Il ne fallut pas longtemps pour que des plaisantins n'envahissent Twitter en créant autant de comptes parodiques des absurdités débitées en continu par les activistes de gauche, les prenant à leur propre jeu.

internet,idéologie

(cliquez ici pour l'image complète)

Quant au contenu, il fut assez facile à créer, la réalité dépassant souvent la parodie (l'image ci-dessus donne de bons exemples dans la description de chaque profil).

Twitter réagit en bannissant des milliers de comptes, et d'une façon riche en enseignements. La firme fut incapable de donner une raison valable pour la fermeture des comptes et ne se donna même pas la peine d'en inventer une. Les utilisateurs reçurent donc ce message:

internet,idéologie
Violation des conditions d'utilisation de Twitter, spécifiquement: "".

Encore une fois la réalité dépasse la fiction! Pourtant, la parodie et les comptes humoristiques sont des formes acceptées d'utilisation de Twitter - mais visiblement pas quand on se moque de la gauche.

Conclusion

Commençons par une remarque liminaire à destination des imbéciles égarés sur ce texte: non, les gens de gauche ne sont pas des PNJ, il ne s'agit que d'humour (caustique certes), ils sont 100% humains, ont une âme et sont capables de réflexion, et la meilleure preuve que nous en ayons aux États-Unis est le nombre d'entre eux qui quittent le parti démocrate.

Après une première vague de bannissements abusifs (Twitter bloqua simplement tous les comptes comportant "NPC" dans leur nom) les joyeux drilles de la mode du PNJ se montrèrent plus habiles et créèrent des comptes moins facile à identifier, tout en continuant à poster des absurdités caricaturales - l'objectif étant de se faire liker par les plus gros poissons de la politique et de ramener une photo de la prise.

On pourrait penser qu'il ne s'agirait que d'une tempête dans un coin d'Internet mais elle prit des proportions suffisantes pour que même le New York Times en parle.

Le mème du PNJ est remarquable parce qu'il repose sur les capacités d'indignation apparemment infinies de la gauche et en détourne les codes, en plus de démontrer le manque d'humour et d'autodérision de ses partisans. La meilleure chose à faire pour ceux que cela dérange serait sans doute d'ignorer tout cela, mais comment un gauchiste classique peut-il fermer les yeux sur une injustice, en particulier s'il s'en estime victime?

L'image du PNJ est drôle, efficace, et contient un indéniable soupçon de vérité car la gauche souffre de son conformisme. Voilà ce qui rend beaucoup de gens très agressifs. En outre, les réactions anti-PNJ alimentent et entretiennent le buzz autour de ce thème, si bien que cette mode n'est peut-être pas près de disparaître.

16 octobre 2018

Les maçons sur le pont

Une difficile épreuve attendait aujourd'hui les gens se déplaçant sur Genève: le pont du Mont-Blanc fut bloqué une bonne partie de la matinée par une manifestation des "ouvriers du gros-œuvre" - les maçons en langage commun - bloquant toute circulation motorisée sur cet axe essentiel.

Les voitures étaient canalisées bien avant leur entrée dans le centre-ville, provoquant d'énormes bouchons en périphérie, mais même les transports en commun furent bloqués par le cortège, délibérément. Il fallait être là pour assister aux cris victorieux des grévistes lorsqu'un malheureux bus, plein à craquer, dut faire marche arrière et renoncer, sous les vivats des manifestants.

Ceux-ci n'étaient d'ailleurs pas très nombreux et, loin d'occuper l'ensemble de la chaussée, s'étaient juste placés en un point pour faire blocage. Même les cyclistes ne passèrent qu'au compte-goutte. La police n'aurait eu aucun mal à les déloger du pont si la volonté politique avait existé.

20181016_081612.jpgPhoto prise à l'entrée du pont, rive droite, au "plus fort" de la manifestation...

Les médias reprirent des chiffres divers allant d'un peu plus de mille à trois mille selon l'enthousiasme militant du pigiste de service ; je serais pour ma part étonné qu'ils aient été plus de mille.

Le cortège s'était rassemblé à 6h30 à la place des 22-Cantons, vers la gare, et devait simplement se mettre en marche en direction du pont du Mont-Blanc avant de passer par Plainpalais, mais l'objectif réel et prémédité de la manifestation était de couper la ville en deux, comme en témoignent les t-shirts arborés par les grévistes.

20181016_081802.jpgLe cœur du cortège: quelques centaines de manifestants regroupés sur toutes les voies pour empêcher la circulation.

Les médias étaient nombreux à monter des caméras pour relater cette actualité ; leurs compte-rendus diffèrent sensiblement du mien, mais cette fois-ci, j'étais sur place. Mon récit est nécessaire pour contrer la propagande amie qui gonflera les effectifs, justifiera le blocage du pont par le "succès" de la manifestation, et enrobera le tout de quelques micro-trottoirs soigneusement sélectionnés pour soutenir les revendications syndicales.

On peut, et on doit, critiquer l'attitude irresponsable de manifestants qui bloquent une ville pour leurs objectifs corporatistes. Ce sont des méthodes de voyous. Que deviendraient les villes de n'importe quel pays si chaque corps de métier décidait de les paralyser à chaque fois qu'il souhaitait appuyer des revendications? Le droit de grève est celui de protester contre ses conditions de travail, pas celui d'empoisonner la vie des dizaines de milliers d'innocents qui ne souhaitent rien d'autre que d'aller paisiblement au leur ou d'emmener leurs enfants à la crèche.

Que veulent les maçons? Dans les discours, les intervenants insistent sur les "menaces, les pressions et les violentes attaques du patronat" contre les travailleurs du gros œuvre (retraites, travail temporaire ou encore précarisation rampante des employés du bâtiment), explique 20 Minutes.

Radiolac détaille:

La future convention collective de travail du secteur souhaite augmenter le temps de travail flexible : passer de 100 heures à 300 heures par an. Le but : pouvoir travailler davantage à la belle saison et rester chez soi l’hiver. Les travailleurs n’en veulent pas. (...)

Autre pierre d’achoppement, comme le dit ce chef de chantier, le refus d’indexer les salaires dans la construction, depuis quatre ans. Et un salaire maximal qui s’élève à 6’300 francs mais seulement pour un maçon qualifié et en fin de carrière. Genève compterait aussi davantage de travailleurs temporaires que dans les autres cantons, jusqu’à 50% des effectifs sur certains chantiers, d’après les syndicats.


Disons-le tout de suite, les maçons n'auront pas gain de cause. Leur salaire est déjà un des plus élevés de la branche à responsabilité égale (il faut être chef d'équipe ou contremaître pour espérer mieux). En outre, un salaire mensuel de près de 6'000 francs suisses est un pactole qui fera rêver la plupart des maçons du reste du continent européen - et même les cadres!

Résultat? Après avoir pris la place des maçons helvétiques, les maçons étrangers qui militent aujourd'hui s'apprêtent à se faire remplacer par de nouveaux étrangers moins regardants. Ceux-là n'hésiteront pas une seconde à faire dans la sous-enchère salariale simplement pour avoir du travail. Ils le feront d'autant plus facilement qu'aucune convention collective n'est signée ; en affichant des revendications irréalistes, les dirigeants syndicaux jouent donc à un jeu très dangereux. Elles ne correspondent tout simplement pas à la réalité du marché du travail dans un milieu de libre-circulation, qui est aussi celui de la libre concurrence et de la libre sous-enchère salariale.

Les maçons connaissent-ils Bossuet?

Les syndicats ont milité pour l'ouverture des frontières ; aujourd'hui, les branches professionnelles dont ils "s'occupent" en meurent, à petit feu. Les conventions peuvent même être signées, elles ne se traduiront en rien dans la réalité, les salariés étant licenciés ou précarisés bien avant d'atteindre l'âge de la retraite établi par celles-ci. Le processus ne s'arrêtera que lorsque les salaires réels seront retombés à la moyenne qui se pratique sur le reste du continent.

Nul journaliste n'aura relevé l'ironie d'une action syndicale visant comme "solution" d'empêcher la libre circulation des personnes - littéralement - sur le pont du Mont-Blanc.

La grève pourrait être reconduite.

14 octobre 2018

Devine qui vient rapper ce soir

Répondant au doux nom de Médine, ce rappeur haineux, comme le décrit AgoraVox, "étalant sans vergogne sa haine de la France et de ses valeurs, évoquant le Jihad violent mais attention c'est du second degré", devrait se produire aux Docks de Lausanne le 27 octobre.

islam,propagande,deux poids deux mesures,lausanne
Complètement second degré. Ça se voit tout de suite.

Médine?

On le constate sur l'illustration de cet article, c'est une figure joviale et avenante Médine. Il nous fait le coup de la barbe bien taillée et des petites lunettes d'intellectuel comme Benallah pour nous montrer combien il serait inoffensif, un agneau se désaltérant dans le courant d'une onde pure, un gosse des rues voulant se tirer d'affaire, un autre genre de Gavroche...


D'ailleurs, chacun peut le juger à l'aune des paroles de ses chansons, depuis le titre sobrement intitulé Bataclan où il explique "Tout ce que je voulais faire c'était le Bataclan" (aucun rapport avec les attentats du 13 novembre 2015 qui firent 90 morts dans cette seule salle bien entendu) ou son "chef-d’œuvre" Angle d'Attaque où, se plaçant dans le rôle d'un jeune homme noir indigné par l'assassinat d'un frère de race, il lui fait dire:

Les Blancs sont des démons, des cochons d’aucune moralité
Lui était suffisamment black pour être décapité
Ces incestueux nous ont barricadé
Puis ils nous crèvent dans un tieks qu’ils ont fabriqué
C’était un bon c’cousin, un fan de Black Panther
Les Blancs des consanguins, lui lutte pour ses frères
(Yeah) Ces porcs blancs vont loin
Passe moi une arme de poing
J'vais faire un pédophile de moins (...)

Je hais les blancs depuis Rodney King
J'ai besoin d’une carabine car ils assassinent
Molo bolo
Les blancs sont des démons, tuent des Afros
Molo bolo
On n'a pas la même peau chacun pour sa peau
Molo bolo


Attention! Angle d'attaque est une trilogie! L'acte 1 parle du racisme anti-blancs, l'acte 2 parle du racisme anti-noirs et l'acte 3 de la bêtise des deux! Dont acte: jetons un œil aux paroles de l'acte 2 qui "donne la parole aux blancs":

Les bwana banania n’sont bons qu’à faire des portées
Simple agent de sécu’, pourtant sans histoires
Qui grattait dur pas comme ces bons à rien de Noirs
Qui collectionnait embrouilles et garbars


Et l'acte 3 qui "réalise une synthèse":

Simple agent de sécu'
Un fan de Black Panters
Qui grattait dur
Lui lutte pour ses frères
Qui collectionnait embrouilles et garbars
La rumeur dit qu’il s’était pris la tête avec de gros boucaques
Impossible c’était un bon, un militant
Quelques blancs préméditèrent comme le Kux Klux Klan


Notez comme l'acte 1 insulte les blancs par la voix d'un noir, l'acte 2 insulte encore les blancs par la voir d'un blanc en leur faisant affubler les noirs de surnoms dégradants (ce que le noir de l'acte 1 ne fait pas), et l'acte 3 les associe au Kux Klux Klan (le "récit" se passe en France). La trilogie entière est donc tournée vers la haine du blanc, mais ce n'est pas grave, Médine est un poète... On pourrait aussi parler de sa chanson Don't Laïk:

Je porte la barbe j'suis de mauvais poil
Porte le voile t'es dans de beaux draps
Crucifions les laïcards comme à Golgotha
Le polygame vaut bien mieux que l'ami Strauss-Kahn
Cherche pas de viande Halal dans les lasagnes c'est que du cheval
Au croisement entre le voyou et le révérend
Si j'te flingue dans mes rêves j'te demande pardon en me réveillant
En me référant toujours dans le Saint-Coran
Si j'applique la Charia les voleurs pourront plus faire de main courante
Ils connaissent la loi, on connait la juge
Pas de signes ostentatoires, pas même la croix de Jésus
J'suis une Djellaba à la journée de la jupe
Islamo-caillera, c'est ma prière de rue


L'ASVI, l'Association Suisse Vigilance Islam, remplit sa mission en alertant les autorités locales sur la venue de l'énergumène désireux de cracher sa haine. La liberté d'expression est une chose, mais elle doit s'inscrire dans le respect de la loi ; or l'article 261 bis du Code pénal stipule que "celui qui, publiquement, aura incité à la haine ou à la discrimination envers une personne ou un groupe de personnes en raison de leur appartenance raciale (…)" enfreint la norme antiraciste, encourant une peine privative de liberté de trois ans au plus ou d'une peine pécuniaire.

Je n'ose imaginer ce qui se passerait si un individu moins recommandable, comme un UDC par exemple, osait qualifier des noirs de "bwana banania" en face d'une assemblée de quelques milliers de personne? Qui osera plaider que la débauche d'hostilité et d'insultes vomie dans les textes de Médine n'enfreint pas la norme antiraciste?

Mais peut-être nos autorités attendent-elles que le crime soit commis pour envoyer Médine en détention préventive à l'issue de son concert, la France n'extradant pas ses ressortissants? Une stratégie intéressante pour le moins...

Dans notre époque trouble où les défenseurs de la loi en Suisse sont fréquemment accusés de faire du deux-poids-deux-mesures selon les opinions défendues par chacun (rappelons que les autorités avaient été assez peu gênées en 2010 pour interdire la tenue d'un congrès de l'UDC sur le territoire vaudois, qu'il s'agisse de l'UNIL ou de Beaulieu...) ils sont désormais au pied du mur pour prouver leur indépendance d'esprit.

Les Romands inquiets de la venue de ce rappeur controversé à Lausanne guettent donc avec impatience la réaction de la Municipalité de Lausanne, du Canton, et bien sûr de Mme Martine Brunchwig Graf de la Commission fédérale contre le racisme.

Mise à jour (15 octobre): toujours pas de réaction des autorités, mais deux pétitions ont été mises en ligne par l'Alternative Populaire Suisse (APS) contre la venue de Médine à Lausanne et contre... Son passage à Neuchâtel, que j'ignorais encore lors de la rédaction de ce billet. Apparemment, Médine espère un large succès ici.

Mise à jour (27 octobre): Médine sera bel et bien accueilli à Lausanne - au nom de la "liberté artistique" bien entendu. Il faudra un jour faire l'inventaire de toutes les lois que cette licence permet de contourner. Le concert sera "surveillé" par les autorités ; une vaste blague, puisqu'on sait que ce n'est qu'un gage sans effet à destination de l'opinion publique et que les autorités ne feront rien.

12 octobre 2018

Paraphraser Hitler

La dernière polémique du moment: le président de l'AfD Alexander Gauland aurait paraphrasé Hitler:

Deux historiens spécialistes du nazisme et de l'antisémitisme, Wolfgang Benz et Michael Wolffsohn, affirment que le responsable politique de 77 ans, habitué aux propos controversés sur le nazisme, s'est inspiré d'un discours du Führer tenu fin 1933 à Berlin.


Des "historiens de renom", précise le journaliste afin que chacun se carapate devant tant d'expertise.

Qui veut tuer son chien l'accuse de paraphraser Hitler

Vient ensuite l'acte d'accusation:

Dans une tribune sur le populisme publiée le 6 octobre par le quotidien «Frankfurter Allgemeine Zeitung» («FAZ»), Alexander Gauland dénonce une «clique mondialisée qui siège dans les entreprises internationales, les organisations comme l'ONU, dans les médias, les start-up, les universités, les ONG, les fondations, dans les partis et ses appareils et qui parce qu'elle contrôle les informations, donne le la culturellement et politiquement».

«Ses membres vivent presque exclusivement dans les grandes villes (...) et quand ils déménagent de Berlin à Londres ou à Singapour pour changer de travail, ils trouvent partout les mêmes appartements, maisons, restaurants, magasins, écoles privées», poursuit-il, en référence aux élites que l'AfD affirme combattre.

Or le 10 novembre 1933, Hitler s'en prenait devant des ouvriers à Berlin à une «petite clique internationale déracinée qui attise la haine entre les peuples». «Ce sont des gens (...) qui vivent aujourd'hui à Berlin, peuvent se retrouver demain à Bruxelles et après-demain à Paris et ensuite à Prague, ou Vienne ou Londres et qui se sentent partout chez eux», disait-il, visant les Juifs sans les nommer.

La tribune de M. Gauland «colle de près, de manière ostensible (au discours) de Hitler», a jugé l'historien Wolfgang Benz. On a l'impression que «le chef de l'AfD avait posé sur son bureau le texte du discours du Führer de 1933 quand il a rédigé sa tribune pour la «FAZ». «Il modernise la critique à l'égard de la petite clique internationale déracinée qui devient la clique mondialisée pour l'adapter à la langue d'aujourd'hui», a-t-il poursuivi.


Précisons pour situer la posture scientifique de l'accusateur que M. Wolfgang Benz, en fer de lance dans la lutte contre l'islamophobie, proclama en 2010 au sujet du vote contre les minarets en Suisse que les méthodes des "islamophobes du XXIe siècle" et des "antisémites du XIXe siècle" étaient similaires.

Notons ensuite la légèreté de l'acte d'accusation: apparemment, critiquer une "élite mondialisée" est un acte antisémite - alors que même Hitler ne mentionna pas les juifs dans son discours.

Notons enfin que Alexander Gauland a protesté avec vigueur contre ces accusations, ce qui est un peu curieux pour quelqu'un qui aurait voulu rendre hommage à Hitler.

Pour parfaire le dossier d'accusation, un autre historien très politisé s'associa à la démarche, Michael Wolffsohn:

«il est grave que Gauland signale à ses partisans cultivés qu'il connaît les discours et la plume de Hitler et qu'il transpose aujourd'hui sur les adversaires de l'AfD les reproches adressés par Hitler aux Juifs.»


Alors que le parti qu'il préside n'existe que depuis quelques années et rassemble des citoyens de toutes origines - même des juifs - M. Gauland utiliserait des signaux codés que seul lui et les électeurs de l'AfD connaissent... Mais heureusement que des historiens veillent au grain!

Précisons les opinions politiques de M. Wolffsohn, telles que rapportées dans Wikipédia. M. Wolffsohn qualifia dans un article du Hanselblatt la politique d'accueil massif des "réfugiés" initiée par Angela Merkel de "don du ciel" en août 2015. Dans le même article, il s'en prit à la population résidente allemande, qualifiant "d'hystérique et idiote" "la peur des immigrés paisibles à la recherche d'un sanctuaire ou d'une vie meilleure", et leur expulsion "immorale".

Aucun pigiste d'agence de presse ne se sera jamais donné la peine de citer ces éléments de contexte, ni même, probablement, de les chercher.

Hitler est partout!

La reductio ad Hitlerum est un phénomène connu et documenté. Hitler a de nombreuses qualités: il incarne le mal absolu, il est mort donc n'a plus rien à répondre, et le grand public connaît finalement bien peu de détails de son idéologie. Alors ses discours!

Comparer quelqu'un à Hitler dans une discussion est d'autant plus facile que cela permet de mettre l'adversaire sur la défensive - personne ne pouvant décemment prendre l'argument et rester de marbre. Si tout le reste échoue, cela permet au moins de reprendre l'initiative.

Comme l'absence d'argument et l'attaque ad hominem sont deux caractéristiques typiques de la gauche, force est de constater que son emploi est quasiment exclusif à un seul bord de l'échiquier politique.

Bien sûr, c'est une tactique éculée, enfantine même, au point d'être tournée en ridicule par des parodies. Il y a même une chanson sur le sujet.

161.jpg

Hitler étant dans notre conscience collective l'incarnation du mal absolu, comparer quelqu'un à lui offre un autre avantage, celui de pouvoir tout se permettre. Face à Hitler, aucune hésitation, aucun remord, aucune limite et aucune clémence. On peut frapper Hitler, pour le faire taire par exemple, l'interdire de s'exprimer en public, s'en prendre à sa famille et à ses amis, le faire licencier de son travail pour des motifs politiques, l'éliminer des réseaux sociaux. Peut-être peut-on, devrait-on même, l'abattre comme un chien? Il s'agit de la réincarnation d'Hitler, après tout. Face à ce que le premier Hitler a fait dans le passé, on ne va tout de même pas prendre de risques!

Comparer quelqu'un à Hitler est donc une sentence de déshumanisation absolue, sans présomption d'innocence ni pourvoi en appel. Dans le jargon de la gauche, comparer quelqu'un à Hitler est le langage codé pour dire "détruisez-le" - et certains ne se feront pas prier pour comprendre "tuez-le".

Comparaison à géométrie variable

Supposons donc que le président de l'AfD Alexander Gauland ait paraphrasé Hitler. À moins de lire dans les pensées ou d'attendre d'hypothétiques aveux, rien ne permet de savoir avec certitude si cet acte était volontaire. Disons que dans un cas aussi extrême, la présomption d'innocence ne joue plus: paraphraser Hitler, même involontairement, fait de quelqu'un un monstre, instantanément et définitivement.

Pour les besoins de l'exercice, supposons donc que le président de l'AfD Alexander Gauland soit un monstre.

Mais est-il le seul?

Il suffit de s'intéresser davantage à l'époque nazie et au programme politique d'Hitler - connaître le mal pour mieux le combattre par exemple - pour comprendre que M. Adolf Hitler était un homme de gauche, de façon absolument incontestable. Son parti national-socialiste était bien plus à gauche par son socialisme qu'il était prétendument à droite par le nationalisme.

Et nous pouvons aussi rappeler quelques autres citations de l'individu.

"Je conçois que l'on puisse s'enthousiasmer pour le paradis de Mahomet, mais le fade paradis des chrétiens !"

"Quand notre parti ne comptait encore que 7 membres, il exprimait déjà deux principes : premièrement, il voulait être un véritable parti idéologique; deuxièmement, il ne tolérait aucun compromis dans l'exercice du seul et unique pouvoir en Allemagne."

"J’ai beaucoup appris du marxisme […] et je n’ai pas de difficultés à l’admettre."

"[Ma tâche est de] convertir le volk (peuple) allemand au socialisme sans simplement tuer les vieux individualistes."

"Si nous sommes socialistes, alors nous devons forcément être antisémite – et l’opposé, dans ce cas, c’est le Matérialisme et le Mammonisme, auxquels nous cherchons à nous opposer. (...) Comment, en tant que socialiste, ne pouvez-vous pas être antisémite ?"

"[Nous devons] trouver et suivre la route menant de l’individualisme au socialisme sans passer par la révolution."

"Pourquoi avons nous besoins de socialiser les banques et les usines ? Nous devons socialiser les êtres humains."

"Nous sommes socialistes, nous sommes les ennemis du système capitaliste actuel, exploiteur de la faiblesse économique, avec ses salaires injustes, avec son évaluation injuste de la personne humaine en fonction de sa richesse et de son capital plutôt que par sa responsabilité et sa performance, et nous sommes déterminés à détruire ce système par tout les moyens."

"Nous devons être en position d’accomplir ce que le marxisme, le léninisme et le stalinisme n’ont pas réussi à faire."


Pour une analyse plus détaillée de ces citations, voire ici.

Maintenant, quelques questions se posent:

  • Quels hommes politiques modernes paraphrasent le plus Hitler?
  • À quels partis appartiennent-ils?
  • Pourquoi cela ne provoque-t-il aucune indignation?

06 octobre 2018

La Cour Suprême américaine à nouveau au complet

Après les mois d'un processus de confirmation dérapant de la plus odieuse manière dans sa dernière ligne droite, aujourd'hui le Sénat américain vient finalement de nommer Brett Kavanaugh à la Cour Suprême, en remplacement du juge Anthony Kennedy qui a pris sa retraite au 31 juillet.

"Comme si des millions de voix [de gauchistes] avaient soudainement hurlé de terreur et puis s'étaient éteintes aussitôt...comme si un drame terrible s'était produit." ― citation apocryphe d'Obi-Wan Kenobi, Star Wars, "Un Nouvel Espoir"


L'opposition au candidat choisi par Donald Trump alla jusqu'à perturber la tenue du vote en protestant depuis les gradins du Sénat, avant d'être évacuée par la police. La confirmation eut lieu avec un vote de 50 contre 48, soit la plus petite marge d'élection pour un magistrat à la Cour Suprême depuis le XIXe siècle.

The_Kavanaugh_family_and_Donald_Trump.jpg
Brett Kavanaugh et sa famille, lors de la nomination du candidat par le Président Trump

Sur le papier les Républicains disposaient d'une majorité de 51 sièges contre 49, mais trois Sénateurs républicains hésitèrent à faire défection jusqu'au dernier moment. La Sénatrice de l'Alaska Lisa Murkowski fut finalement la seule élue républicaine à s'opposer à la nomination du juge, mais choisit de s'abstenir pour compenser l'absence du Sénateur du Montana Steve Daines qui soutenait Kavanaugh et ne put prendre part au vote, ayant quitté la capitale de Washington le vendredi pour retourner dans son État et assister au mariage de sa fille.

Brett Kavanaugh obtint même une voix démocrate, celle du Sénateur Joe Manchin de Virginie Occidentale.

Les médias se lamentent bien entendu sur l'élection du juge, mais il s'agit d'une victoire majeure pour Donald Trump et surtout pour le Constitutionnalisme aux États-Unis. La majorité à la Cour Suprême est désormais portée par cinq juges qui souhaitent appliquer la Constitution des États-Unis, contre quatre juges "progressistes", dont deux nommés par Obama, pour lesquels la Constitution américaine n'est qu'un vieux texte de loi qui ne doit surtout pas entraver l'action du gouvernement, spécialement s'il est de gauche.

Depuis des années, la Cour Suprême oscillait entre l'application et la non-application de la Constitution, en particulier à cause du juge Kennedy (que Kavanaugh remplace) et dont l'opinion variait selon les sujets. Selon de nombreux observateurs médiatiques, la plupart consternés évidemment, l'élection de Kavanaugh ancre l'institution dans son rôle traditionnel pour au moins dix ans.

L'élection du juge a bien sûr d'autres conséquences. Elle montre que les Républicains ont osé résister au terrorisme idéologique lancé par la gauche américaine pour détruire la réputation et la vie d'un homme qui a juste eu le malheur d'accepter de vouloir servir son pays.

Dans les dernières heures avant le scrutin, un avocat de gauche américain, Michael Avenatti, alla jusqu'à accuser Kavanaugh d'avoir organisé un réseau de viols collectifs alors qu'il était au lycée. Alors que les accusations proférées par Christine Blasey Ford - toujours pas corroborées à ce jour - pouvaient sembler crédibles et susciter un certain doute au sein de l'opinion publique, le camp démocrate martela de nouvelles accusations de plus en plus hystériques dans l'espoir que le cumul de diffamation permettrait de faire échouer sa nomination.

Rappelons une fois encore que Brett Kavanaugh fut mis sous enquête six fois lorsqu'il accéda à ses différents postes de juge, et encore une septième fois cette semaine lorsque les Démocrates réussirent à arracher cette demande à la Commission du Sénat charger d'examiner sa candidature. Trump ironisa en disant que toutes les enquêtes du monde ne pourront suffire aux Démocrates tant qu'aucune ne prouvera ce qu'ils veulent, et il est difficile de lui donner tort.

Aujourd'hui, la défaite des Démocrates est totale et face à leur échec ils commencent à s'accuser entre eux. Si la justice américaine fait son travail, il se pourrait que certaines personnes soient poursuivies pour parjure et fausses déclarations. Si la parole des femmes agressées sexuellement s'est libérée depuis la vague #MeToo, et c'est fort heureux, il faudrait être de la dernière naïveté pour croire qu'aucune d'elle n'oserait jamais mentir à ce sujet - "la fin justifie les moyens" étant inscrit dans l'ADN de la gauche.

Loin des sentencieuses analyses des présentateurs télévisés, le grand public américain est très fâché de ce qui vient de se passer. Les accusations continuelles des Démocrates américains tombent à plat, étant donné qu'il est difficile de prétendre qu'un vote démocratique du Sénat est "fasciste" lorsque donner crédit à des accusations sans preuve et sans procès ne le serait pas.

La présomption d'innocence est importante aux États-Unis et le respect de la Constitution encore vivace. L'échec des Démocrates à un mois des élections de mi-mandat présage le pire pour leur camp lors du vote qui se profile en novembre. Mais le plus amusant sera de lire ces prochains jours nos journalistes et éditorialistes s'étrangler pour admettre que Trump vient de gagner une bataille de plus.

02 octobre 2018

Karin Keller-Sutter élue* au Conseil Fédéral!

*Nous sommes tous très occupés, moi le premier. Aussi ai-je décidé de ne pas attendre l'élection de Mme Karin Keller-Sutter au Conseil Fédéral pour en rendre compte. Quelle idée idiote que de travailler dans l'urgence du moment! Écrivons donc dès à présent le genre de dépêche que nous sortirons nos vaillants journalistes le matin de l'élection de la prochaine Conseillère fédérale.



Karin Keller-Sutter élue au Conseil Fédéral!

Quelle surprise! Certes, la Saint-galloise était donnée favorite, mais personne ne s'attendait à un tel plébiscite de l'Assemblée Fédérale dès le premier tour. La stratégie du PLR avait pourtant levé le doute auprès des observateurs les plus fins de la vie politique à Berne. À l'issue d'un complexe processus de sélection interne, le parti était parvenu à présenter un "ticket" obéissant à toutes les contraintes - de langues, de genre, de probité, de Canton d'origine et d'expérience politique - qu'il s'était lui-même imposé, avec en sus une exigence marquée sur la ligne idéologique du parti. Les votes passés de chacun des candidats dans leurs postes politiques respectifs furent ainsi passés au crible. "Maintenant je les connais tous mieux que ma poche!" ironisait mardi un Conseiller national PLR romand...

Pourtant, se prenant eux-mêmes au jeu, les challengers de Mme Keller-Sutter ne déméritèrent pas. Au contraire, leur trajectoire est finalement celle d'une montée en puissance. De parfaits inconnus (de ce côté de la Sarine en tout cas) en octobre jusqu'au jour du vote en décembre, leur parcours étonna par quelques coups d'éclats visiblement destinés à marquer les esprits en vue de futures élections. Les mauvaises langues diront qu'ils n'avaient rien à perdre ; mais certains groupes politiques, l'UDC n'étant pas le moindre, firent tout de même planer le doute lors de la traditionnelle séance des auditions. Se pourrait-il que la favorite trébuche sur la dernière marche, comme en 2010 face à Johann Schneider-Ammann, celui qu'elle remplace aujourd'hui?

Keller-Sutter.jpg
Karin Keller Sutter dans les couloirs du Palais Fédéral, peu de temps avant son élection

Mais non, il n'y a pas de malédiction sur la Saint-Galloise, et malgré les commentaires parfois cryptiques sur sa candidature (relire l'interview de Pascal Couchepin dans notre édition d'hier) les nuages qui planaient sur son élection se sont désormais dissipés de la plus magistrale manière.

Alors que la matinée électorale se poursuit, une seule question brûle toutes les lèvres: combien de femmes se retrouveront finalement au Conseil Fédéral?



L'exercice est amusant, mais ce qu'il sous-entend l'est un peu moins. Car si je suis persuadé que Mme Keller-Sutter sera élue au Conseil Fédéral, c'est parce qu'elle fait déjà partie du gouvernement.

Je ne parle évidemment pas du Conseil Fédéral, mais de ce gouvernement-là:

Davantage que le Conseil fédéral, un groupe de six conseillers aux Etats, issus du PS, du PDC et du PLR, donne le ton dans les dossiers les plus importants de la politique suisse, affirme la NZZ am Sonntag.

Leur dernier coup? L'accord sur la réforme de la fiscalité des entreprises, qui combine un projet fiscal à une stabilisation de l'AVS.

La NZZ am Sonntag raconte comment ce petit groupe de politiciens a réussi à convaincre tous les membres de la commission de l'économie du Conseil des États d'allier la réforme fiscale à l'AVS, deux dossiers qui ont récemment échoué devant le peuple.

Selon le journal zurichois, ce "gouvernement de l'ombre", qui s'est formé ces dernières années, comprend le président du parti socialiste Christian Levrat (PS/FR), le syndicaliste Paul Rechsteiner (PS/SG), la présidente du Conseil des Etats Karin Keller-Sutter (PLR/SG), Ruedi Noser (PLR/ZH) ainsi que les PDC Konrad Graber (PDC/LU) et Pirmin Bischof (PDC/SO).


Ce "gouvernement de l'ombre" est un groupe de coordination politique constitué sans, et contre, l'UDC. Au nom des services rendus, il paraissait évident que Mme Keller-Sutter, brillante politicienne et à la posture anti-UDC sans faille, trouve enfin le chemin du Conseil Fédéral. Il lui suffit simplement d'activer ses réseaux, les mêmes qui permettent sans coup férir d'orienter la politique de Berne dans la bonne direction et de trahir le peuple, comme dans la mise en place de l'initiative contre l'immigration de masse ou en ficelant des "paquets" pour remettre sur le métier des réformes que le peuple a refusé en votations.

Et tout de suite c'est beaucoup moins drôle.

Dans cette caste, le mépris de la démocratie est à la hauteur du mépris des élections en général: il faudrait être fou pour laisser une place au hasard. Rendons grâce aux politiciens et aux journalistes qui ont œuvré jusqu'au bout à entretenir l'illusion de l'incertitude. Mais, soit dit entre nous, j'ai mieux à faire qu'à me laisser leurrer par un suspense cousu de fil blanc.