12 juillet 2016

Retraites: vous n'aurez rien!

Les Suisses voteront le 25 septembre sur l'initiative "AVS Plus" visant à augmenter de 10% les rentes AVS en contrepartie de nouvelles taxes.

Les partisans du texte invoquent un rééquilibrage des rentes à leurs yeux nécessaire, les adversaires une initiative mal conçue qui ne profitera absolument pas aux rentiers modestes. Dans ce combat politique classique, la gauche fidèle à son marxisme culturel vise avant tout une augmentation des transferts entre classes sociales désignées comme antagonistes (ici les retraités aux dépens des travailleurs) face à droite dénuée d'imagination et qui ne vise rien d'autre que d'essayer, mollement, de préserver un système à l'agonie.

Car une chose est sûre, le système de retraite helvétique est promis à l'effondrement dans les dix à vingt prochaines années, et peut-être avant. Cet effondrement est d'autant plus probable que le bon peuple est endormi, les politiciens lâches, et l'échéance encore assez lointaine. Nous nous dirigeons donc comme d'habitude vers une procrastination fatale. Dans ce contexte, le résultat de l'initiative AVS Plus a autant d'importance qu'une argutie sur le style de broderie des rideaux du Titanic.

Le mythe de la retraite heureuse

Assis sur trois piliers, solide comme un roc, le système de retraite helvétique est en théorie un modèle du genre - fiable, solide, rémunérateur et intelligemment conçu.

Le premier pilier, assuré par L’État, garantit à chacun un minimum vital, au besoin à l'aide de prestations complémentaires. Le deuxième pilier, assuré par le milieu professionnel, est une cotisation conjointe des salariés et des entreprises dans des fonds visant à assurer le maintien d'un certain niveau de vie une fois arrivé à l'âge de la retraite. Le troisième pilier, enfin, est un choix d'épargne individuel, qui se traduit en pratique par un crédit d'impôt.

retraite,prise de position,votation du 25 septembre 2016
Stable, fiable, réparti, et parfaitement obsolète.

Associés, les trois piliers doivent permettre aux retraités présents et futurs de vivre dignement, assurant leur niveau de vie tout en préservant même éventuellement un capital à transmettre à leurs descendants.

Reconnaissons-le, le système a tenu pendant plusieurs décennies où un mélange de croissance économique, de démographie et de force du franc assurait la pérennité du pouvoir d'achat des rentiers. Il a même permis aux banques suisses de disposer d'immenses avoirs sous gestion, contribuant à la puissance économique du pays.

L'avenir est malheureusement un peu moins rose.

Le premier pilier, érodé par la démographie

Les trois piliers sont attaqués de diverse manière, mais aucun ne sort indemne de l'évolution du monde - en grande partie, d'ailleurs, à cause d'une classe politique jurant pourtant ses grands dieux qu'elle cherche à les préserver. Nous aurons l'occasion d'y revenir.

Le premier pilier est une retraite par répartition. Un jeu de l'avion où les assujettis actuels (les travailleurs) payent leur retraite aux rentiers actuels (les retraités). Le système suisse est un peu mieux conçu que son équivalent français dans la mesure où les retraites passent par un fonds richement doté, le fameux fonds AVS, qui a accumulé des réserves pendant les trente glorieuses ; de plus, le niveau des rentes est faible et plafonné. Ces deux facteurs rendent le système plus résilient. Malgré tout, le système prend l'eau depuis quelques temps:

Les dépenses ont excédé les recettes de 579 millions de francs, annonce mardi [29 mars 2016] l'Office fédéral des assurances sociales (OFAS). C'est une nette baisse par rapport au résultat de 2014, où les dépenses dépassaient déjà les recettes, à hauteur de 320 millions de francs.(...)

De plus, contrairement à 2014, les placements du Fonds de compensation ne sont pas venus à la rescousse des comptes de l'AVS l'an dernier. Leur rendement a été négatif à -0,97%, soit une perte de 237 millions de francs.


En Suisse comme ailleurs, la retraite par répartition est liée aux aléas économiques ; que la conjoncture se ralentisse et les cotisants deviennent moins nombreux, alors que le nombre de rentiers ne cesse d'augmenter. La mauvaise performance des placements du fonds AVS est un autre facteur. En 2015, il enregistra une perte de 31 millions de francs.

Le deuxième pilier, fracturé par les crises financières

Les mauvaises performances des placements menacent tout autant le deuxième pilier, la prévoyance professionnelle. Celle-ci se constitue sur la base d'un apport mixte employé-employeur dans un fonds propre à chaque entreprise, géré par des professionnels. Le deuxième pilier incarne à merveille le paternalisme qui imprègne les mécanismes sociaux du pays.

Les employés sont obligés de cotiser dans ces fonds - dans quelles frivolités dépenseraient-ils leur argent sinon! - et les employeurs doublent la mise, selon l'illusion bien connue des prétendues "charges patronales". Les sommes à verser augmentant avec l'âge, elles garantissent à de nombreux salariés helvètes cinquantenaires un passage au chômage, car ils coûtent désormais trop cher à des employeurs qui ne sont pas dupes. Évidemment, ces fins de carrière peu glorieuses n'aident guère les ex-salariés à tenir leurs objectifs d'une retraite optimale.

Le mécanisme du deuxième pilier est donc une puissante machine à faire perdre leur emploi aux salariés les plus vulnérables.

Outre qu'il corresponde à une conception surannée de la vie professionnelle - quasiment plus personne ne fait carrière au sein d'une seule entreprise aujourd'hui, d'où des oublis - le vrai problème du deuxième pilier tient à sa nature: les caisses de pension sont censées fructifier les avoirs des salariés pour payer les rentes des retraités et préparer l'avenir des cotisants. Et comment obtenir des rendements si ce n'est en prenant des risques en bourse?

Depuis 2008, les crises financières se succèdent et nul n'en voit la fin. Contre vents et marées, certains gestionnaires de deuxième pilier arrivent parfois à s'en sortir, mais il ne faut pas être devin pour comprendre qu'à chaque crash boursier de nombreuses caisses de pension risquent de se retrouver à terre, et avec elles les avoirs de retraite de leurs salariés.

Et parce que le sujet mériterait un livre entier, je n'aborderai pas le thème des caisses de pension publiques et de leur situation catastrophique, une autre bombe qui ne demande qu'à exploser...

Le troisième pilier, laminé par l'inflation

Avec les deux premiers piliers, les salariés n'ont quasiment aucun contrôle sur l'argent de leur propre retraite, une situation proprement hallucinante. Mais même pour le troisième pilier, la prévoyance individuelle, la situation n'est guère meilleure.

Le troisième pilier est une épargne assortie d'un crédit d'impôt. L'individu choisit de souscrire à une forme ou une autre de troisième pilier ("assurance-vie" ou "compte bancaire") et place de l'argent chaque année. Les Suisses qui peuvent se le permettre connaissent bien ce type d'épargne et se renseignent chaque année pour savoir quel est le montant maximal possible de placer de cette façon.

Toutefois, l'argent placé ainsi rentre dans un système sur lequel l'épargnant a bien peu de contrôle. Pas question de convertir ces montants en métal précieux, par exemple. Bien trop risqué! Il s'agit de votre retraite tout de même! A la place, parmi les choix raisonnables qui restent au propriétaire théorique de la somme, on peut acheter de la dette publique de divers pays d'Europe, un choix extrêmement peu risqué comme chacun sait...

Le plafond d'épargne change chaque année à cause de l'inflation. Chaque Suisse voit donc régulièrement devant lui les raisons pour lesquelles il ne peut pas gagner la course: il faudrait que son avoir progresse davantage que l'inflation, ce qui n'arrive quasiment jamais. Les Suisses mettent donc de côté un tas d'argent qui se dégonfle - non en termes numériques, mais en pouvoir d'achat. Cela vaut-il l'économie d'impôt? A chacun de voir!

Des boules dans un jeu de quille

Les trois piliers sont donc mis en péril par l'inflation, les crises économiques et la démographie. Mais à côté de ces menaces "intrinsèques" liées à un système dépassé et peu flexible s'ajoutent récemment des facteurs "conjoncturels" autrement plus puissants, et qui pourraient changer la donne aussi radicalement qu'une simple érosion par le vent s'efface devant un tremblement de terre.

Quelles boules menacent de déferler sur le jeu de quille des trois piliers?

  • La crise de l'immigration. Quoi qu'on pense des migrants, leur nombre met déjà au défi les systèmes de solidarités actuels, d'autant plus qu'ils ne repartiront sans doute jamais, ne travaillent quasiment pas et vivent à la charge de la collectivité. Or, en Suisse, les différents mécanismes sociaux reposent sur un équilibre fragile lié à un modèle de société où chacun contribue au pot commun. Que la proportion de population productive se dégrade par un afflux de migrants et tout s'effondrera.
  • L'affaiblissement du Franc suisse. Les apprentis-sorciers de la BNS jouent à affaiblir le franc par tous les moyens possibles ; ce faisant, s'ils réussissent, ils auront contribué à détruire le pouvoir d'achat des rentes. L'initiative AVS Plus s'inscrit particulièrement dans ce contexte: les rentes AVS sont sans doute insuffisantes aujourd'hui mais c'est à cause de l'augmentation générale du coût de la vie en Suisse, celui-ci passant par les assurances-maladie, la TVA, le coût des loyers, de la main-d’œuvre dans les EMS, etc.
  • Les taux négatifs. Les taux négatifs rendent caduque toute forme d'épargne - ni les emprunts d’État, ni les prêts ne sont plus rentables, malgré les risques qu'ils continuent à impliquer. Or, les trois piliers reposent sur des taux d'intérêts sains, c'est-à-dire positifs. Les taux négatifs helvétiques (ainsi que ceux de plusieurs pays de la zone euro) mettent à mal tout le système et enjoignent les caisses de pension à chercher des placements toujours plus dangereux. Même si la chance peut être au rendez-vous, ce n'est évidemment pas une solution viable à long terme.

Nul ne sait quand un de ces facteurs fera tomber un des piliers - ou davantage - du système de retraite, mais les conséquences semblent dramatiques et la probabilité d'un "incident" inéluctable sur les dix, vingt, trente prochaines années, et probablement bien plus tôt.

retraite,prise de position,votation du 25 septembre 2016
Les piliers helvétiques risquent de ne pas tenir aussi longtemps.
(Temple de Hera, Grèce)

Comment sauver sa retraite?

En premier lieu, en refusant absolument de la laisser entre les mains des hommes politiques et de leurs sbires. Incapables de penser hors cadre, ils n'envisagent que des corrections à la marge du système, repoussant l'âge de la retraite ou diminuant le taux de conversion. Mais à leur décharge, il est probable que les Suisses eux-mêmes ne comprennent le besoin de faire autrement qu'une fois que les trois piliers se seront écroulés. Nous passerons par des temps difficiles... Les plus mal lotis seront bien sûr les retraités du moment, qui découvriront alors avec horreur à quel point ils sont à la merci du système.

Sur le plan individuel, la solution est simple: essayer de sortir des trois piliers par tous les moyens. Les étrangers sont comme d'habitude mieux lotis et peuvent retirer leur 2e pilier en une fois sous forme de capital bien plus facilement que les Suisses, mais même pour ces derniers ce n'est pas totalement impossible. En jouant sur le remboursement d'hypothèque, il est possible de sortir de l'argent du système de retraite. Ou carrément de quitter le pays - et si l'hypothèse vous fait sourire aujourd'hui, elle se concrétisera avec une rapidité déconcertante alors que le système approche de l'effondrement.

Évitez absolument les contributions volontaires au système, comme par exemple des versements accrus à votre prévoyance professionnelle ; l'inflation et une ou deux crises boursières vous garantissent que vous en sortirez perdants à l'heure de la retraire. Misez sur l'or, ou sur n'importe quel placement que vous déciderez, tant que vous le choisissez vous-même ; en temps de crise, ne laissez surtout pas vos avoirs entre les mains de professionnels. Ils n'ont pas les mêmes intérêts que vous et ne jouent pas sur la même durée.

En fin de compte, essayez de reposer sur vos propres décisions plutôt que sur un système dirigiste instauré par des gens qui vivaient dans un monde différent et qui sont pour beaucoup morts de vieillesse depuis longtemps. Le meilleur système de retraite est encore celui que vous choisissez vous-même.

06 juillet 2016

Le FBI pardonne à Hillary

comey_0.jpgDans une présentation attendue, le directeur du FBI James Comey a enfin donné le point de vue des autorités sur l'affaire des emails qui empoisonne la campagne présidentielle d'Hillary Clinton. Le FBI recommande au ministère de la Justice de n'entreprendre "aucune poursuite judiciaire" à l'encontre de l'ancienne secrétaire d'État.

Le texte intégral de l'intervention de James Comey se trouve en ligne sur le site du FBI.

La déclaration de M. Comey clôt des mois d'enquête et d'examens. André Archimbaud donne un résumé du contexte et des enjeux sur Boulevard Voltaire. Tout démarre avec l'attaque de Benghazi, où un ambassadeur américain réclamant en vain des renforts se fait assassiner par des commandos islamistes bien préparés. Après ce fiasco, l'opinion publique est abreuvée d'une fable rocambolesque où l'attentat n'aurait été qu'une "simple manifestation dégénérant en émeute", elle-même consécutive à la présence sur YouTube de la bande-annonce d'un film américain islamophobe. La mort du fonctionnaire entraîne la création de deux commissions d'enquête qui vont révéler bien des choses:

Le 11 août 2014, la seconde commission d'enquête découvre, après injonction, que seuls dix courriels sur Benghazi sont produits par le ministère... parce que l'ancienne secrétaire d'État utilisait un serveur privé pour les affaires d'État. Suspicion supplémentaire : au lieu de remettre le serveur aux enquêteurs, Hillary les inonde de dizaines de milliers de pages de photocopies... en spécifiant royalement que 30'000 courriels ont été détruits du fait de leur nature "privée". Intervention du FBI, qui exige poliment la remise du serveur... déjà effacé. On saisit alors le serveur de sauvegarde installé dans la salle de bains d'une micro-société de consultants, avant de passer à l'archéologie numérique : 100 employés du FBI sont sur le pont... sachant que le respect d'une multitude de lois et règlements fédéraux est en jeu, en particulier sur les secrets d'État.


L'affaire se termine donc, apparemment, en queue de poisson:

Le FBI a tranché: Hillary Clinton a fait preuve d'une "négligence extrême" en utilisant inconsidérément sa messagerie personnelle, via un serveur privé, lors de son passage à la tête du Département d'État, de 2009 à 2013, mais elle n'avait "pas l'intention de violer la loi".


Les partisans pro-Clinton seront aux anges, mais ils seront bien vulnérables face à des accusations de partialité de la justice. Rappelons juste quelques éléments contextuels:

  • La loi américaine exige l'utilisation d'une infrastructure spécifique pour les communications électroniques conduites dans le cadre d'un mandat officiel, pour des raisons de transparence, d'archivage, et de contrôle, et punit la destruction de preuves.
  • Par une heureuse coïncidence, le nom de domaine clintonmail.com utilisé pour les échanges de mail "privés" des Clinton fut enregistré le 13 janvier 2009, soit exactement huit jours avant que Mme Clinton ne soit officiellement nommée secrétaire d'État de l'administration Obama.
  • Mme Clinton a utilisé de grands moyens pour effacer ses archives, et a en partie réussi: de nombreux trous de plusieurs mois subsistent dans sa correspondance, notamment autour d'un voyage de Mme Clinton en Libye en 2011. Nous savons que ces lacunes existent parce que des traces d'e-mails envoyés durant ces périodes se retrouvent dans des conversations avec des tiers.
  • Malgré le nettoyage opéré par Mme Clinton, certains de ses mails montrent encore des échanges d'informations top-secrètes, et qui l'étaient déjà au moment de la conversation électronique. Les traces de 110 e-mails "classifiés" ont ainsi été retrouvées alors qu'elle avait affirmé la main sur le cœur qu'il n'y en avait aucun. La transmission d'informations classifiées est un crime fédéral.
  • La semaine dernière, Bill Clinton rencontra "par hasard" la ministre de la Justice Loretta Lynch (en charge du FBI) sur l'aéroport de Phoenix. Pendant les trente minutes d'un entretien informel, ils ne discutèrent que "de golf et de leurs enfants et petits-enfants", affirment-ils.
  • Le Président Obama est tout autant impliqué comme témoin ou complice, ayant entretenu des conversations électroniques avec Mme Clinton sur cet e-mail privé et étant donc parfaitement au courant de son existence.
  • En 2012 un ambassadeur fut sévèrement réprimandé par Mme Clinton, et ensuite licencié, pour avoir utilisé une adresse e-mail privée dans le cadre d'affaires professionnelles. Hillary Clinton signa elle-même, en 2011, un message enjoignant tous les ambassadeurs à ne pas utiliser des adresses privées dans le cadre de leurs activités professionnelles. Peut-on parler d'hypocrisie?

En résumé, Mme Clinton mit en place un serveur mail privé pour déroger délibérément aux obligations de transparence liées à son rôle officiel, s'en servit avec abandon et, une fois découverte, chercha à effacer toute trace compromettante.

usa,hillary clinton,james comey,justiceOn peut s'interroger sur ce qu'Hillary Clinton avait à cacher. Sa responsabilité dans le fiasco de Benghazi et le scénario échafaudé ensuite pour l'excuser, certainement. Mais aussi, sans doute, un mélange des genres assumé entre son rôle de secrétaire d'État, la fondation Clinton - qui n’a distribué "humanitairement" que 10% des fonds levés depuis sa fondation en 2001 - et la caisse politique des Clinton en vue, notamment, de la campagne d'Hillary pour l'élection présidentielle. Autrement dit, les e-mails manquants portent certainement la marque des innombrables trafics d'influence auxquels s'adonne le couple présidentiel le plus célèbre du monde.

Jamais la législation américaine n'a prévu que quelqu'un ne devrait pas être inculpé pour avoir violé la loi sans le savoir, sans même considérer la légèreté de l'excuse dans ce cas précis. Compte tenu d'autres affaires où les accusés n'ont pas bénéficié de la même mansuétude, il est évident que Mme Clinton a bénéficié d'un traitement de faveur.

La non-entrée en matière du FBI n'est donc pas surprenante. Malgré les dénégations de son directeur, c'est évidemment un verdict politique, le seul qui puisse épargner la candidate démocrate dans sa campagne électorale. Mais Hillary Clinton n'en sort pas indemne. Le grand public américain est bien plus au courant des tentants et aboutissants de cette affaire, et la décision du FBI suscite une indignation légitime.

Beaucoup de gens ont le sentiment qu'il y a une justice pour le bas peuple et une autre justice, infiniment bienveillante, pour les puissants ; difficile de les contredire. Lorsque Donald Trump qualifie continuellement Clinton de "crooked Hillary" (crooked pour malhonnête, véreuse, tordue...) sur Twitter, il n'est que l'écho du sentiment de nombreux Américains. Mme Clinton s'en sort peut-être indemne légalement, mais elle aura fort à faire jusqu'aux élections pour changer son image de politicienne corrompue, hypocrite et au-dessus des lois.

01 juillet 2016

Après le Brexit, les masques tombent

Il n'aura fallu qu'une semaine après un scrutin fatidique pour que la donne change au sein de la construction européenne. De nombreuses illusions sont tombées - sur la démocratie, le sens du projet européen, et les valeurs dont se réclament les élites.

Voici un petit tour d'horizon de l'hypocrisie ambiante et de ce qui attend l'Union Européenne.

Démocratie à géométrie variable

Le Brexit a sans aucun doute libéré la parole, mais pas dans le sens où on aurait pu l'entendre. Le grand public du continent eut donc la joie de découvrir des facettes inédites des médias et d'élites mécontentes du résultat, s'adonnant ouvertement aux manœuvres les plus cyniques sans la moindre retenue.

keep-calm-and-vote-for-brexit.pngOubliés la majorité de citoyens ayant voté pour le Brexit! La parole ne fut jamais donnée qu'aux vaincus du jour, et si par malheur un micro s'égarait devant un partisan du Brexit, ce serait pour lui faire dire qu'il avait peur, regrettait son vote, et finalement n'avait pas vraiment souhaité tout cela. Sur Sott.net, un article hilarant intitulé Brexitinérance nous dévoile preuves à l'appui les quatre étapes suivies par l'ensemble des rédactions francophones du continent: "Tout le monde a perdu" ; "Ils ne savent pas ce qu'ils font" ; "Les pro-Brexit regrettent déjà" ; et enfin, "Et si on revotait?"

Évidemment, en cas de victoire du Remain, on ne serait pas plus allé chercher des indépendantistes du Pays de Galles que des pro-européens soudainement pris d'un doute. Tout est dans le résultat.

Derrière ce traitement médiatique hallucinant pour contourner le résultat des urnes, la perspective d'un deuxième vote n'est qu'une hypothèse de travail parmi d'autres. Le Parlement écossais cherche à opposer un veto. On conseille au gouvernement britannique de se retrancher derrière le caractère "purement consultatif" du référendum. De repousser sine die le déclenchement du fameux article 50 entérinant le départ du Royaume-Uni de l'UE.

Bien entendu, ce déni de démocratie est assorti de toutes les excuses possibles ; le camp du Brexit aurait menti, dépassé ses prérogatives, n'était pas prêt à assumer la victoire. Un jour, Boris Johnson n'est qu'un "ambitieux" faisant campagne pour avancer sa carrière ; le lendemain, il devient un "lâche" en renonçant à postuler comme futur Premier Ministre. Toutes les décisions et toutes les circonstances sont portées au passif du Brexit.

Jean-David Sichel, juriste, s'émeut de ces manœuvres dans Le Figaro en pointant les contradictions du camp Remain. Qui n'a jamais employé de slogan simplificateur dans une campagne politique? Libération rêve d'une oligarchie éclairée au lieu du vote démocratique, mais monte sur les barricades lorsqu'il s'agit de lutter contre l'adoption via le 49.3 d'un projet de loi en France. David Cameron est pointé du doigt comme l'artisan de l'échec alors que l'Europe a boudé ses propositions de réforme. On reproche aux "xénophobes" le résultat mais en refusant de tirer le moindre lien avec la politique d'accueil lancée par Mme Merkel...

Dernière approche, et non la moindre, il faudrait changer les règles de la démocratie elle-même. L'abolir pour donner le pouvoir à une caste éclairée, par exemple. Les moins extrêmes suggèrent tout de même plus de poids pour les "jeunes", qui ont voté dans le bon sens sur ce scrutin, une majorité qualifiée à 60%, une participation de trois quarts des électeurs pour valider le résultat... D'autres enfin, sans doute nostalgiques des guerres de sécession, visent la piste institutionnelle: supprimons tout simplement l'article 50 permettant de quitter l'Union Européenne et les problèmes seront réglés!

Tous ces gens se comportent en parfaits fascistes mais ils n'ont même plus assez de recul pour s'en rendre compte.

Le véritable projet européen se dévoile

L'Europe doit-elle redevenir l'espace de libre-échange qu'elle était au début des années 80, ou pousser plus avant le long du chemin de l'intégration jusqu'à devenir le fameux super-État dont rêvent les étatistes de tout poil?

Le départ du Royaume-Uni, fervent adepte de la première solution, est effectivement une mauvaise nouvelle pour le camp libre-échangiste. Les étatistes se sentent pousser des ailes, incapables de comprendre que leur vision a précisément contribué à faire fuir les Anglais et en fera fuir d'autres. Des documents de travail commencent à filtrer dans la presse - mais sont rapportés uniquement dans les journaux anglais comme l'Express ou le Daily Mail. Ne comptez pas sur les médias du continent pour faire le moindre travail d'information.

Comme le rapporte l'Express, la solution préconisée pour sortir de la crise existentielle de l'Europe post-Brexit consiste à concrétiser un plan prévu de longue date pour fusionner tous les pays du continent en un seul super-Etat. La proposition, radicale, demandera aux pays de l'Union de renoncer au droit de posséder leur propre armée, à leur code pénal, à leur système de taxation et à leur banque centrale, toutes ces prérogatives étant désormais transférées à Bruxelles.

Selon le Daily Express, ce rapport de neuf pages aurait "suscité un outrage" auprès de certains leaders de l'UE en prenant connaissance. Le Ministre tchèque Lubomír Zaorálek aurait exprimé des réserves contre la politique de sécurité commune ; Lorenzo Condign, l'ex-ministre du trésor italien, aurait quant à lui affirmé que ce plan était trop ambitieux pour une Europe en proie à la crise interne actuelle (notez bien qu'il ne dit pas qu'il était contre).

Les prochains mois seront critiques alors que l'agitation politique est à son comble. L'époque est propice à des ajustements de grande ampleur qui définiront le futur des institutions européennes. La volonté de centralisation est d'autant plus forte que les autorités de Bruxelles entendent aller vite, prenant de vitesse les mouvements eurosceptiques de plusieurs pays de l'Union avant leur accès au pouvoir.

Prochaine étape, la crise

Le Royaume-Uni est perdu pour l'Europe. Reste à le lui faire payer.

Nous en avons un aperçu grâce à la vidéo de la première intervention post-référendum de Nigel Farage, le bouillant leader du UKIP, devant le Parlement européen (les sous-titres en anglais sont disponibles dans les paramètres).

Cette séquence a valeur de témoignage non à cause des propos tenus par le leader du UKIP mais bien par la réaction de l'assemblée. Malgré son style corrosif, M. Farage ne demande rien d'autre qu'un comportement constructif de la part des autorités de l'UE face au futur départ du Royaume-Uni. Le Parlement Européen n'est certes qu'un théâtre de marionnettes au sein des institutions européennes, mais reste emblématique de l'humeur qui règne à Bruxelles.

L'hostilité est palpable. La bronca des parlementaires survient à chaque fois que M. Farage évoque la possibilité d'une future entente cordiale profitable entre l'UE et le Royaume-Uni. Il a beau rappeler qu'un conflit commercial endommagerait autant, voire davantage, l'industrie européenne que son pays, l'assemblée n'en a cure. Elle réclame vengeance.

Les parlementaires européens n'ont que faire de l'économie privée. Pour la plupart, ils n'y ont jamais mis les pieds. Le sort des ouvriers automobiles d'Allemagne leur importe donc peu, et moins que l'idée de pénaliser l'économie anglaise à titre de rétorsion. Nous avons finalement un aperçu de la trajectoire du prochain divorce entre le Royaume-Uni et l'Union Européenne: côté européen, on œuvrera à provoquer une crise économique pour punir le Royaume-Uni en faisant porter le blâme au Brexit, peu importe ce que cela coûte au reste de l'Union Européenne.

Le Brexit et la crise économique qui lui succèdera seront érigés en exemple de ce qui attend les populations qui votent mal - un avertissement adressé tant aux citoyens mécontents qu'à des dirigeants qui oseraient leur poser la question de leur avenir au sein d'une Union Européenne toujours plus centralisée.

24 juin 2016

23 juin, jour de libération du Royaume-Uni

Le Brexit n'est plus une vue de l'esprit. Les sujets de Sa Majesté viennent de lui donner corps à 51,9%, selon les derniers dépouillements.

brexit,david cameron,démocratie,ue

Le succès du référendum pour sortir de l'Union Européenne jette rétrospectivement le trouble les sondages qui émaillèrent la campagne. Depuis des mois le camp du Remain était censé être en tête et ce n'était que récemment que le Brexit avait refait son retard jusqu'à passer devant de très peu. Assistions-nous a un réel renversement de tendance, ou les instituts de sondages n'avaient-ils finalement pas d'autre choix que de coller progressivement à la réalité alors que la date fatidique approchait?

La mort brutale de la députée Jo Cox fut l'occasion de nouvelles manipulations, redonnant là encore un prétendu "coup de fouet" au camp Remain. La mauvaise foi fut maintenue jusque dans les tous derniers instants, avec deux camps prétendument au coude-à-coude, et des instituts refusant de se livrer au classique "sondage sorti des urnes".

D'autres manipulations eurent lieu au niveau des bookmakers, considérés jusqu'à présent comme des outils de prédiction plus fiables que les sondages lorsque l'issue est disputée. Des agents du camp Remain engagèrent tout simplement de grosses sommes pour faire changer les cotes en faveur du résultat espéré. La distorsion amena le pari Remain moyen à atteindre 450 £, contre 75 £ pour un pari Brexit. Les Remain gageaient que la perspective d'un échec démobiliserait les partisans du camp donné perdant.

Mais de toute évidence, et malgré les moyens employés, les Anglais avaient compris que les enjeux dépassaient un simple calcul d'intérêt. Il y avait des principes à la clef, et je pense que bien peu des citoyens britanniques changèrent d'avis comme des girouettes, à l'inverse de ce que toutes ces variations au fil du temps laissent imaginer.

Le Royaume-Uni demande donc le divorce d'avec l'Union Européenne. David Cameron, le Premier Ministre hypocrite qui demanda un référendum à reculons, n'a plus d'autre choix que d'annoncer sa démission. L'histoire gardera de lui un portrait peu reluisant. Ses compromissions pour garder - du bout des lèvres - l’Écosse europhile dans le Royaume-Uni risquent de provoquer l'éclatement de celui-ci à relativement court terme. La gestion catastrophique du royaume par M. Cameron laissera de profondes cicatrices.

Le projet de construction d'un Super-État européen sur le socle du Marché Unique ne vient pas de ralentir, mais bien de dérailler complètement. La renégociation de centaines de traités croisés entre les membres restants de l'UE et le Royaume-Uni occupera les bureaucrates bruxellois pendant des mois. Le prochain Premier Ministre anglais, qu'on imagine réellement eurosceptique, défendra pour une fois sincèrement les intérêts de son pays. Ne subsisteront donc que les accords diplomatiques avantageux pour le Royaume-Uni.

Ce "détricotage sélectif" annonce évidemment un effondrement encore plus rapide de l'UE. Les peuples restants comprennent bien désormais qu'un pays qui divorce peut garder les meilleurs morceaux alors qu'eux-mêmes doivent subir l'entier du joug de Bruxelles. Ils demanderont des aménagements ou probablement un référendum de sortie à leur tour - comme Geert Wilders vient d'en faire la requête au nom des Pays-Bas. Et qui pourrait refuser pareil référendum et prétendre ensuite que l'UE est encore un ensemble démocratique?

Le fameux traité de Lisbonne, la Constitution de l'UE, admettait qu'un pays sorte de l'Union - bien que sur un plan strictement théorique. Aujourd'hui il est nécessaire de mettre ces textes à l'épreuve de la pratique, mais ce n'était de toute façon qu'une question de temps. Par deux fois les Eurocrates sentirent le vent du boulet: lorsque les Grecs votèrent contre l'austérité mais furent finalement trahis par leur gouvernement, permettant à la Grèce de rester dans l'UE ; et lorsque les Autrichiens faillirent élire le mauvais président mais furent sauvés in extremis par les fameux votes par correspondance. On pourrait aussi citer l'impasse helvétique et la sortie de crise choisie par la classe politique en violant la Constitution. Devant les coups de boutoirs financiers, institutionnels ou démocratiques, l'utopie européenne devait un jour ou l'autre finir par se fracasser sur la réalité.

C'est désormais chose faite et le message vient d'un pays respectable, respecté, membre ancien de l'Union Européenne, riche et doté d'une longue tradition démocratique. Impossible de l'ignorer.

Les peuples osent encore, parfois, faire preuve de courage. Saluons les Anglais d'avoir osé ce dont rêvent tant de populations soumises, ailleurs sur le continent, et parions que grâce à cela ils s'en porteront bien mieux. A l'Union Européenne, la cinquième puissance économique préfère le Monde.

21 juin 2016

Des Conséquences Inattendues

Le talent d'un bon économiste, ou - et c'est plus rare - d'un bon politicien, consiste à percevoir correctement tous les effets d'un changement. Les conséquences espérées qui motivent ce fameux changement, bien entendu, mais aussi ses conséquences inattendues, effets pervers et autres nouveaux paradigmes dévoilés ainsi que, assez souvent, le risque d'aggravation de la situation que le changement devait pourtant améliorer.

sacs taxe 35 litres.jpgPrenons la modeste Suisse et son obsession écologique, incarnée dans la Taxe au Sac. Dans de nombreux Cantons les déchets domestiques doivent désormais être stockés dans un "sac taxé", vendu fort cher, pour être ramassés par la voirie ; l'idée était tant de donner corps au principe du pollueur-payeur que d'inciter à trier davantage ses déchets.

Les autorités s'imaginaient bien quelques accrocs comme un éventuel "tourisme des déchets" des communes taxées au sac vers celles qui ne l'étaient pas encore ; l'effet fut, au mieux, marginal.

Les autorités n'avaient pas prévu, en revanche, la dégradation catastrophique de la qualité du tri sélectif. Dans les containers de tri se retrouve désormais tout et n'importe quoi, en vertu du principe selon lequel les gens obligés de faire quelque chose le font souvent de mauvaise grâce, quand ils ne gâchent pas délibérément le processus comme une petite vengeance sournoise. Les autorités n'avaient pas prévu non plus l'explosion du littering, de nombreux individus préférant disperser leurs ordures dans le premier buisson venu ou surcharger jusqu'à l’écœurement les poubelles publiques plutôt que de payer les sacs taxés. Les autorités, enfin, n'avaient pas prévu l'utilisation intensive des toilettes pour évacuer des déchets de table, ce qui encombre les égouts au point de provoquer une prolifération des rats. Comme tout cela est charmant!

Admettre l'échec étant impensable, les autorités persistent et signent. A Fribourg, des containers de tri sont parfois surveillés par des agents de sécurité privés, les ordures se retrouvant finalement mieux protégées que les bijouteries. Les sanctions sont relevées contre le littering, bien que les amendes soient rarissimes et les plus grands pollueurs des gens qui ne s'en acquittent jamais. Et le contribuable se retrouve à financer d'énormes investissements pour mettre à niveau les centres de traitement des eaux usées face aux déchets qu'elles charrient désormais.

Les péripéties de la Taxe au Sac helvétique peuvent faire sourire, essentiellement parce que les nuisances se limitent au champ d'action relativement restreint de la classe politique locale. On notera tout de même les fourvoiements dans lesquels peut s'égarer une population qui se flatte par ailleurs de garder les pieds sur terre.

Dans des pays où les politiciens ont plus de marge de manœuvre, les dégâts sont en conséquences. La population aime croire à un avenir meilleur sans effort ; certaines populations en Amérique du Sud, confiantes envers la classe politique et raisonnant peu par elles-mêmes, versent dans ce qu'Alan Greenspan appelle "le populisme d'Amérique du Sud", selon ces pays où les dirigeants privilégient une approche simpliste et directe de la résolution des problèmes.

Hugo Chávez était passé maître dans cette discipline, sous les applaudissements du plus grand nombre.

hugo_chavez.jpgLe chef du parti, qui devient ensuite chef du gouvernement, incarne la Solution ultime aux problèmes du monde ; appartenant à une sorte d'espèce supérieure, d'inspiration quasi-divine, il voit plus loin que le commun des mortels et a toujours réponse à tout. Omniprésent (dans les médias) et omnipotent (dans l'appareil de l’État) il ne prend que les bonnes décisions. L’État manque d'argent? Qu'on en imprime! Les pauvres ont faim? Qu'on leur donne de quoi manger! Les prix montent à cause de l'inflation? Bloquons le prix du pain! Les boulangeries font faillite en vendant le pain à perte? Fixons tous les prix et interdisons les faillites!

Après quelques années de ce régime (parce qu'il faut tout de même un certain temps pour ruiner un pays) nous avons le Venezuela d'aujourd'hui. Des émeutes de la faim, une économie limitée au marché noir, une police que rien ne distingue d'une mafia, une criminalité en roue libre et un président qui emploie l'intégralité de son énergie à se maintenir au pouvoir et attribuer ses échecs à des complots imaginaires. Dans tout ce chaos, la population civile, ruinée et affamée, n'a plus guère le loisir de se poser des questions sur la crédulité qui l'a menée dans cette situation.

Peut-être Chávez, Maduro et toute leur clique étaient-ils bien intentionnés au départ ; mais qu'ils aient été naïfs bienveillants ou manipulateurs et cyniques, ces débats n'intéressent plus guère que les historiens. Le chemin de l'enfer est pavé de bonnes intentions et le Venezuela l'a parcouru de bout en bout.

L'effet désastreux de conséquences mal estimées ne se limite pas au populisme socialiste sud-américain. De 1979 à 1992, les Américains soutinrent un programme secret d'aide aux moudjahidines d'Afghanistan contre les troupes soviétiques, visant à équiper les rebelles en armes et en munitions. L'artisan clé de ce programme fut Charlie Wilson, un Démocrate texan de la Commission du budget de la Défense.

Dépassant les clivages partisans, le basculement du vote de M. Wilson en faveur de "l'ennemi" républicain dans cette obscure commission où siégeaient cinq Démocrates contre quatre Républicains permit aux États-Unis de financer la rébellion afghane et d'infliger au camp soviétique une défaite catastrophique sur le terrain, au point d'avoir peut-être changé le cours de la Guerre Froide. L'histoire ne se rappelle même plus des quatre élus de droite qui soutenaient l'idée dès le départ mais en tant que transfuge éclairé de son camp, M. Wilson eut droit à la gloire dans un livre et un film.

Fournir des armes et des munitions modernes à des Talibans, fut-ce pour lutter contre un ennemi commun, n'allait toutefois pas sans poser quelques questions éthiques. Les personnages de l'époque en avaient déjà conscience, comme l'illustre un dialogue rapporté entre Gus Avrakotos, chef de division de la CIA revenu de tout, et le fameux démocrate Charlie Wilson:

- Il y a un garçon et à son 14e anniversaire il reçoit un cheval... Et tout le monde dans le village dit "c'est merveilleux, le gosse a un cheval" et le Maître zen dit, "nous verrons". Deux ans plus tard le garçon tombe de cheval, se brise la jambe et tout le monde dans le village dit "C'est terrible" et le Maître zen dit, "nous verrons". Alors, une guerre éclate et partout les jeunes doivent s'enrôler et se battre... Sauf le garçon dont les jambes sont abîmées. Et tout le monde dans le village dit "c'est merveilleux".

- Et maintenant le Maître zen dit, "nous verrons".


Utiliser des rebelles proto-islamistes pour infliger une défaite à l'ennemi soviétique semblait une bonne idée. Rétrospectivement, les rebelles firent preuve de bien peu de gratitude envers leurs alliés anti-soviétiques ; les Américains n'avaient pas deviné qu'ils venaient d'armer une faction en guerre contre l'Occident entier et que la lutte ne s'arrêterait pas avec le retrait de l'Armée rouge.

Le Programme Afghan permit à toute une génération de moudjahidines de faire ses premières armes contre les Russes, assimilés à des Chrétiens par leurs adversaires. Parmi ces combattants se trouvaient de jeunes héritiers saoudiens surnuméraires et désœuvrés, dont un certain Oussama ben Laden.

11-septembre-2001.jpgC'est sans doute à travers cette histoire que de nombreux sites complotistes en sont arrivés, documents à l'appui, à affirmer que la CIA aurait "fabriqué" Al-Qaïda. L'affirmation n'est pas entièrement fausse, mais incomplète. Il aurait fallu préciser que cette fabrication était inconsciente, de la même façon que dans l'univers des comics le Joker donna sa vocation à Batman sans même s'en rendre compte.

Charlie Wilson, décédé en 2010, eut tout le loisir de méditer sur les paroles du Maître zen alors que son opération en Afghanistan revenait aux États-Unis dix ans après le Programme Afghan en emportant les tours du World Trade Center dans deux énormes boules de feu.

Comme les conducteurs de voiture qui s'estiment presque tous meilleurs que les autres, les politiciens orgueilleux - c'est un pléonasme - souffrent d'un biais cognitif qui leur fait croire qu'ils sont, eux, capables de tout prévoir. De cette présomption fatale découlent les vastes manœuvres politiques qui ont lieu aujourd'hui encore un peu partout dans le monde, de la Syrie à l'Ukraine en passant par la Mer de Chine, et qui pourraient bien, à force, provoquer des conséquences aussi inattendues qu'une nouvelle guerre mondiale.

17 juin 2016

Dernière ligne droite pour le Brexit

A moins d'une semaine du vote crucial pour le maintien ou la sortie de la Grande-Bretagne, le vent semble tourner. La mort de Jo Cox, députée travailliste pro-UE, tuée par un déséquilibré, influera-t-elle sur le résultat du scrutin? La campagne sera-t-elle encore émaillée d'incidents aussi dramatiques?

Mesurés avant l'agression de la politicienne, cinq derniers sondages majeurs donnaient désormais le camp du Brexit gagnant, à 53% pour l'institut Ipsos MORI par exemple. Bien qu'un revirement soit possible, l'UE semble résignée, affirmant désormais qu'elle "survivra" au départ du Royaume-Uni.

L'argument économique a été central dans la campagne, mais il pourrait se concrétiser bien différemment de ce que craignent les partisans du maintien. Qui s'en sortira le moins bien? En per­dant le Royaume-Uni, l'Union eu­ro­péenne de­vra se pri­ver de la cin­quième éco­no­mie mon­diale et de 10% de ses res­sources - son bud­get se­ra am­puté d’une contri­bu­tion nette de plus de 11 mil­liards d'eu­ros par an. Sur le plan diplomatique, l'UE perdra un des cinq membres du Conseil per­ma­nent de sé­cu­rité de l’ONU, un réseau diplomatique incroyablement étendu et une des rares armées encore capable de monter des interventions sur des théâtres d'opération extérieurs.

Mais pour parler du statut actuel de la campagne et de l'état d'esprit des sujets de Sa Majesté, rien de mieux que de laisser la parole à un ténor du camp du Brexit, Boris Johnson, qui se livre sur Facebook.

brexit,royaume-uni,boris johnson

 


 

Vous sentez quand des gens sont en train de perdre une discussion. Ils deviennent répétitifs, se livrent à des attaques personnelles et se montrent même parfois un peu menaçants. D'après son style d'argumentation de ces dernières semaines, il est clair que la camp du Remain a conscience de perdre le débat, et de le perdre complètement. Pour beaucoup de gens épris de justice - y compris ceux qui n'avaient guère accordé de réflexion à la question auparavant - il semble désormais évident que le Royaume-Uni devrait quitter l'Union Européenne.

Quelles que soient les nobles ambitions sur lesquelles elle a été fondée, l'UE est un anachronisme. Elle est de plus en plus anti-démocratique ; son système supranational n'est imité nulle part ailleurs sur la planète ; et ses politiques économiques provoquent la misère dans de nombreuses régions de l'UE. Elle est sclérosée, opaque, élitiste. Différentes nations se retrouvent liées par une bureaucratie centralisée que les gens ordinaires ne peuvent ni comprendre, ni contrôler par leur vote. Elle représente une tentative de construire les États-Unis d'Europe, de créer une structure politique unifiée. Et pourtant, pas un seul ténor du camp Remain n'a eu jusqu'ici l'honnêteté de défendre le projet pour ce qu'il est. Personne n'a montré la moindre trace explicite de cet idéal fédéraliste ; personne n'a appelé la Grande-Bretagne à rejoindre "la construction européenne" ou la création d'une "identité européenne". Et cela parce qu'ils savent que cette idéologie - dominante à Bruxelles - serait perçue de façon alarmante par le public britannique.

Alors, qu'avons-nous, en lieu et place d'idéalisme? Nous obtenons un régime à base de peur, servi à tous les repas et en portions croissantes. Nous sommes victimes de regards menaçants et d'intimidations afin de rester dans ce système perverti, et je pense que le public peut s'en rendre compte. Alors que le temps passe, je trouve que de plus en plus de gens s'aperçoivent que la Grande-Bretagne aurait un grand avenir en dehors de l'UE - commerçant librement avec l'UE et le reste du monde, tout en s'engageant pleinement au niveau intergouvernemental sur toutes les questions politiques et diplomatiques en Europe. Sur chaque point important il est possible de reprendre le contrôle, et de prospérer.

Que vous exprimiez le chiffre de 350 millions de livres brutes par semaine ou de 10,6 milliards de livres nettes à l'année, la plupart des gens sont stupéfaits de découvrir combien nous payons rien que pour être dans l'UE. Le retour de cet argent permettrait de faire bien des choses. Les gens peuvent se rendre compte que notre politique d'immigration actuelle est injuste, déséquilibrée et hors de contrôle - et ils peuvent également voir que la campagne Remain a échoué des mois durant à répondre à cette question fondamentale. Comment pouvons-nous contrôler le taux d'immigration - 333'000 arrivées nettes l'année dernière, une ville de la taille de Newcastle - tant que nous restons dans l'UE?

Les Remain n'ont rien à répondre. Leurs bouches s'ouvrent et se ferment sans que rien d'intelligible n'en sorte. Et par-dessus tout, les gens s'indignent devant l'énorme mensonge au cœur de toute ce bazar: que le sacrifice de la démocratie - les 2'500 nouvelles lois européennes qui nous sont imposées chaque année, ce qui coûte 600 millions de livres par semaine aux milieux d'affaires - est en quelque sorte justifié pour les avantages économiques retirés du soi-disant Marché Unique.

La semaine dernière, nous avons reçu l'étonnant témoignage de deux des plus grands héros de la production manufacturière britannique moderne. J'ai été ravi de les entendre, parce que je connais le genre de pressions auxquelles tous les chefs d'entreprise du Royaume-Uni sont confrontés de la part de "l'Opération Flanquons la Trouille". Par leur optimisme, leur vigueur et leur foi en ce pays, ils résument tout ce qui constitue la campagne pour le Brexit. Il s'agit de (Lord) Anthony Bamford, de la puissante firme de machines de chantier JCB, et James Dyson, l'entrepreneur inventeur et milliardaire.

Ces gens fabriquent des machines: des assemblages magnifiques, complexes et à la pointe de la technologie. On aurait pu penser que ce fut précisément pour eux - et les gens de leur espèce - que le "Marché Unique" fut inventé, de sorte que leurs aspirateurs et leurs pelleteuses puissent se diffuser librement au sein d'un territoire fort de 510 millions d'habitants. Vous auriez pu imaginer qu'ils seraient d'ardents défenseurs du système.

Au contraire - ils exportent tous deux des quantités colossales en direction des marchés de l'UE, et continueront de le faire ; mais ils pensent également que nous devrions sortir de l'UE, et que tout cela va dans la mauvaise direction. Dyson est la marque leader sur le marché allemand des aspirateurs. Se soucie-t-il des droits de douanes, si nous quittions l'UE? Bien sûr que non. Les Allemands n'oseraient pas en rêver: nous autres Britanniques achetons 820'000 voitures allemandes chaque année, pour une valeur totale d'environ 20 milliards d'euros. En fait, nous achetons un cinquième de la production de voitures de toute l'Allemagne. Comme Dyson le souligne, réinstaurer des droits de douane reviendrait pour les Allemands à se pendre eux-mêmes. Cela n'arrivera pas.

James Dyson veut reprendre le contrôle de notre système législatif parce qu'il est lassé des pinaillages de Bruxelles, à travers lesquels les ministres britanniques peuvent être mis en minorité au détriment de son entreprise. Et il veut reprendre le contrôle de l'immigration - pas parce qu'il serait hostile aux immigrants. Il est tout simplement exaspéré par le déséquilibre du système. Il n'y a aucune limite sur les migrants en provenance de l'UE, mais aucun moyen d'embaucher suffisamment d'ingénieurs de troisième cycle, parce que la plupart des gens qui font des recherches en sciences et en ingénierie dans des universités britanniques viennent de l'extérieur de l'UE.

Comme pour Lord Bamford, il a vu que le "Marché Unique" est en réalité un projet politique et se transforme inexorablement en un gouvernement unique pan-européen. Il n'y a pas besoin de faire partie de cette coûteuse machine législative pour exporter des biens et des services dans l'UE. Les derniers chiffres montrent qu'entre 1993 (à l'aube du Marché Unique) et 2015, 36 ​​pays - dont l'Inde, la Russie, la Chine, l'Amérique, la Nouvelle-Zélande, le Canada ou le Brésil - firent mieux que le Royaume-Uni dans leurs exportations à destination du Marché Unique. Ils n'étaient pas "membres du club". Ils n'avaient pas Bruxelles pour leur dicter 60% de leurs lois. Et pourtant, ils ont fait mieux que nous.

Il est temps que ce pays montre un peu de la même confiance en soi que ces deux grandes entreprises. Il y a seulement quelques mois le Premier Ministre affirmait avec force que nous prospérerions une fois à l'extérieur. Il avait raison en ce temps-là. Comme le dit James Dyson: "Nous allons créer plus de richesse et plus d'emplois en étant à l'extérieur de l'UE. Nous contrôlerons notre destin. Et le contrôle, je pense, est la chose la plus importante dans la vie et les affaires".

 -- Boris Johnson

 


 

Selon Do­nald Tusk, la pé­riode de sor­tie du Royaume-Uni de l'Eu­rope pour­rait durer sept ans - sept années d'enfer, avec un Premier Ministre anglais vraisemblablement remplacé par un eurosceptique et une parole désormais libérée. D'au­tant plus que la Grande-Bre­tagne devra pré­si­der l'UE début 2017!

Les négo­cia­tions de sor­tie s’ou­vri­ront pour une durée de deux ans, pendant lesquels chaque pierre sera retournée. Les diplomates européens s'inquiètent avant tout des budgets et du sort des fonctionnaires ; mais il faudra surtout renégocier les accords internationaux, trier ceux qui subsistent de ceux qui seront résiliés ou amendés. Les autres pays eurosceptiques membres de l'Union - Pays-Bas, Pologne, Hongrie et bien d'autres - regarderont ces négociations d'un œil sévère. Comment détricoter l'UE d'un de ses membres en essayant de faire au mieux, sans donner l'impression aux membres officiels du club que le pays qui s'en va se retrouve finalement avantagé?

C'est à ce difficile exercice de diplomatie que les dirigeants de l'UE seront confrontés au lendemain du vote anglais. Sans compter ses possibles effets sur les bourses et les monnaies.