10 septembre 2010

Brûlera, brûlera pas?

Le suspens est à son comble: le coran va-t-il brûler?

Andy Warhol prédit en 1968 que dans le futur, chacun aurait un quart d'heure de célébrité. Je ne sais pas si 2010 correspond au futur qu'il imaginait, mais les compteurs se sont affolés quand Terry Jones a annoncé qu'il brûlerait des exemplaires du coran le 10 septembre, c'est-à-dire, aujourd'hui. Quelques piles de bouquins "sacrés", des allumettes et les caméras rappliquent comme les guêpes dans un pique-nique. Plus besoin de se taper des auditions à la Nouvelle Star!

109866K_coran.jpgBien entendu, si chacun peut avoir son quart d'heure de gloire, les compliments ne sont pas inclus dans la formule. Le pasteur et son groupe ont donc ainsi immédiatement été qualifiés d'intégristes par des médias déterminés à se dissocier de la démarche. D'autres qualifient le groupe de fondamentaliste, comme si l'autodafé était le devoir sacré de chaque Chrétien... Bref, il faut rapporter l'info, mais en se bouchant le nez. Message reçu, les gars, n'en jetez plus!

Selon Le Temps, le pasteur à la tête du groupe chrétien Dove World Outreach Center ("Centre colombe pour aider le monde") aurait déclaré à CNN:

Nous pensons que le message que nous essayons de faire passer est bien plus important que le fait que des gens soient offensés. Nous croyons qu'on ne peut pas reculer devant les dangers de l'islam.

 

En brûlant des exemplaires du Coran, il dit vouloir envoyer "un avertissement à l’islam radical" et rendre hommage aux victimes du 11 septembre. Chacun son style. Pourtant, l'opération n'a rien de nouveau. On trouve facilement une vidéo de coran qui brûle sur youtube (voire des bibles pour ceux que ça intéresse). Pas de chance, les écrits enflammés de Mahomet ne génèrent pas toujours le même buzz...

Cette fois-ci, en revanche, le message elle a été fort bien entendu par les intéressés. Lundi soir, environ 200 hommes avaient déjà manifesté devant une mosquée de Kaboul aux cris de "Mort à l'Amérique" et "Vive l'islam", dénonçant par avance le projet de profanation de leur livre sacré. On notera avec quelle facilité les excités de Kaboul et d'ailleurs sont prompts à l'amalgame: un parfait inconnu, Terry Jones, annonce qu'il veut mettre le feu à ses bouquins, et c'est tout de suite "Mort à l'Amérique" et ses 300 millions d'habitants. Quel manque de discernement, franchement!

Mais en hauts lieux, ce manque de discernement inquiète. Les hauts responsables se succèdent pour expliquer que cet autodafé "mettrait en danger les troupes déployées en Afghanistan". Même Barack Obama s'y est mis. Ces appels à la mesure plus ou moins déguisés en avertissements ne sont pas le seul fait des occidentaux. Mais le Premier Amendement américain, malheureusement absent dans d'autres constitutions, empêche les autorités d'interférer. Quant à croire que renoncer à ce projet pourrait "apaiser" al-Qaeda, c'est d'une naïveté touchante!

Soyons clair: chaque ethnie, chaque nation, chaque religion a des symboles auxquels elle tient. L'attachement envers ces symboles les rend d'autant plus facile à mettre en scène dans diverses provocations. L'offense, déclencheur de la crise, est un acte anodin rendu inique précisément à cause de l'attachement au symbole. Et plus important encore, la réaction offensée est l'indicateur clé des extrémités auxquelles sont prêts à aller les offensés. Des protestations officielles? Un procès? Une manifestation? Des troubles civils? Des assassinats? Une guerre? Un simple écoeurement?

Ce n'est non pas l'acte, mais la réaction à cet acte, qui est révélatrice d'extrémisme. Qui est le plus fou, celui qui brûle un livre, ou celui qui enfile une ceinture de dynamite pour faire se faire exploser au milieu d'inconnus en guise de protestation? En ce sens, l'autodafé planifié par Terry Jones pourrait tout à fait atteindre l'objectif fixé par le pasteur. Et ce ne sera sans doute pas la dernière opération du genre.

31 août 2010

Chômage: Eux et Nous

La campagne pour la votation du 26 septembre sur la révision de l'assurance-chômage (LACI) a commencé. On voit donc fleurir sur les murs les affiches des opposants à la révision, avec leur argumentation simplissime: à eux les bonus, à nous les malus. Eux et Nous. Eux, par définition, gavés de pognon et de primes, portant costume, prêts à écraser le monde entier sous leurs mocassins de luxe... Et nous, les pauvres, les petits, les innocents au coeur pur, soumis au diktat des puissants. Mais l'heure de la vengeance approche! Empoigne ton bulletin de vote, camarade!..

782317H_laci.png

J'imagine un instant le tollé provoqué par une campagne de l'UDC où on opposerait des "eux" et des "nous". Les réactions fuseraient aussi sec: populisme, bêtise, campagne de caniveau, stigmatisation de L'Autre, justement... Dans les éditoriaux, de sages rédacteurs fustigeraient la simplification du débat, avouant leur inquiétude quant aux profondeurs dans lesquelles l'UDC entraînerait la politique. Divers brillants esprits de notre temps réclameraient une restriction de la liberté d'expression dans l'intérêt commun... Mais je digresse.

Pourquoi la révision de la LACI provoque-t-elle cette crise d'urticaire à gauche?

Aujourd'hui, les salariés payent une cotisation chômage de 2% sur les premiers 126'000 francs de salaire annuel - c'est-à-dire, pour la plus grande partie de la population, sur l'entier de leur salaire. Cette cotisation sert à financer la LACI.

Pourquoi plafonner les cotisations sur 126'000 francs, me direz-vous? Excellente question. Question fondamentale, même. La réponse est simple: parce que les allocations de chômage sont plafonnées. Le chômage couvre jusqu'à un salaire annuel de 126'000 francs. Au-delà, on ne cotise pas davantage, mais en cas de casse on ne touche pas non plus le chômage correspondant. C'est un seuil arbitraire mais il est heureux qu'il existe: s'il n'y avait aucune limite ni en cotisation, ni en allocations, il suffirait qu'un seul des top-managers du coin perde son emploi pour toucher un chômage royal et vider d'un seul coup les caisses!

La révision de la LACI, résultat de "longue négociations entre les partis" dixit la communication officielle, change la donne en introduisant le concept de taxe de solidarité. Les revenus entre 126'000 et 315'000 franc payeraient 1% de taxe de solidarité, comme ça, cadeau, parce que ce sont des sales riches.

Je me demande qui a eu l'idée...

Paradoxalement, c'est ce point qui provoque l'ire des syndicats, des Verts et autres extrême-gauches.

L'idée qu'il existe en Suisse une poignée de salariés ne versant aucune cotisation sur la part de leur salaire au-delà de 315'000 francs annuels les met en rage. Notez bien que même s'ils touchent trois millions par an, comme d'habitude seuls les premiers 126'000 francs de leur salaire sont couverts par le chômage; la tranche de 126'000 à 315'000 est taxée sans aucune contrepartie (il s'agit donc d'une extorsion) ; quant à la dernière tranche, elle n'est pas affectée.

La révision introduit donc un système injuste et inéquitable, et un comité rose-vert fait désormais campagne contre la révision parce qu'elle n'est pas assez inéquitable! On croit rêver!

Cette vieille hargne aux relents de lutte des classes est totalement coupée de la réalité. Non pas que je me sente particulièrement proche d'un Oswald Grübel et de son salaire mensuel de plus d'un million, mais combien de gens tombent-ils dans cette situation en Suisse? Quelques dizaines peut-être. Une taxe de 1% étendue à l'ensemble de leurs salaires, pour injuste qu'elle soit, ramènerait quelques millions par an... Ce qui s'avèrerait dramatiquement insuffisant, comme le montre cette infographie du Temps sur la dette de l'assurance-chômage:

dette_assurance_chomage.png

Boucher un trou de 7 milliards, même à coup de millions, cela risque de prendre quelques siècles! Sans compter que le trou continue de se creuser entre-temps... L'approche préconisée par les opposants n'a donc pas la moindre chance de combler la dette; mais détourner les problèmes afin de servir leurs objectifs idéologiques sans résoudre quoi que ce soit fait partie de leur stratégie de base.

En réalité, l'assurance-chômage va mal pour une raison dramatiquement simple: les prestations excèdent les cotisations.

La baisse des cotisations à 2%, votée par le Parlement en 2002, était une décision imprudente prise en période de haute activité économique. Sans toucher aux prestations de l'assurance-chômage, elle traçait les fondations d'un désastre annoncé au moindre retournement de  conjoncture. Nous sommes en plein dedans. Il faut réduire les prestations, augmenter les cotisation, ou les deux.

Face à un déficit de 7 milliards, une réforme s'impose, et avec elle son lot de sacrifices. Les syndicats auraient eu leur rôle à jouer dans l'arbitrage des priorités: quitte à élaguer les prestations, fallait-il favoriser les nouveaux employés ou ceux proches de la retraite? Fallait-il continuer, spécificité helvétique, à verser des allocations chômage à des jeunes sortant de leurs études et n'ayant jamais cotisé de leur vie? Fallait-il diminuer le pouvoir d'achat des salariés en poste en faveur des chômeurs? Continuer à proposer 520 jours d'allocations à n'importe qui? Sachant qu'un jeune de 20 ans a plus de resources qu'un ouvrier de 50, fallait-il peut-être moduler la durée des indemnités en fonction de l'âge? Mais les objectifs réels qu'ils servent n'ont rien à voir avec l'assurance chômage. Ils sont encore enfermés dans la lutte des classes.

Au lieu d'un débat responsable, la gauche vociférante a choisi l'invective stérile. Eux contre nous, le manichéisme a l'état pur.

26 août 2010

Tous voiles dehors

La Commission Fédérale contre le Racisme ne manque jamais une occasion de poursuivre sa politique partisane. Au menu du jour, le voile porté par des élèves musulmanes à l'école, qu'il s'agit de permettre à tout prix. Où quand l'administration décrète qu'il est interdit d'interdire...

L'information est relatée dans un article engagé du Temps intitulé "mobilisation contre l'interdiction du voile". En guise de contexte, on minimise le problème sur le thème du puis-qu'il-y-en-a-peu-pas-besoin-d'en-faire-un-flan, déjà largement entendu lors du débat sur l'interdiction des minarets. Les écolières de confession musulmane portant le voile à l’école obligatoire en Suisse sont-elles nombreuses? Sont-elles dix, vingt, cinquante? Les islamistes en Suisse, combien de divisions? Personne le le sait, puisque personne ne les compte...

N'empêche, il y en a.

945154O_ecoliere.jpgLe canton de Saint-Gall a mis les pieds dans le plat de la dhimmitude en adoptant au début de l'été une directive invitant les communes, seules compétentes en la matière, à interdire le port du voile à l'école - diérective faisant écho à des problèmes déjà rencontrés par certaines communes face à des élèves voilées. Francois Modoux, le journaliste du Temps, s'empresse de souligner que le président du Conseil de l’éducation du canton, Stefan Kölliker, porte l'étiquette UDC: le décor est dressé, les méchants fachos d'extrême-drouâte contre les gentilles élèves vivant paisiblement leur foi. Mais M. Modoux omet délibérément de préciser que les partis politiques de Saint-Gall ont tous soutenu la mesure, une information mentionnée à la TSR dans un reportage sur le même sujet. Et quant il titre son article "mobilisation contre l'interdiction du voile", il faut comprendre: mobilisation administrative de la CFR... Rien à voir avec un quelconque élan populaire.

Les islamistes ayant le chic et les complicités médiatiques pour provoquer des scandales à l'envi, comme par hasard, Elisa, une jeune fille voilée, débarque à la rentrée dans une école saint-galloise. Comme d'habitude dans ces cas-là, elle a pris toute seule la décision de provoquer une polémique en défiant le règlement de son école et ne voit pas le problème parce que c'est juste sa religion qui demande le voile... La méthode éprouvée a également le mérite de faire sortir du bois les possibles alliés parmi le troupeau des infidèles. On comptera sans surprise certains médias et la CFR dans cette liste.

Le plus intéressant n'est pas de savoir qui l'emportera entre la CFR et le règlement de la commune de Saint-Gall, mais bien les arguments de la première.

Invoquer la nécessité d’intégrer pour interdire le foulard islamique à l’école n’est qu’un prétexte, car au contraire la réglementation proposée ferait un obstacle à l’intégration, en rejetant des filles hors de l’école, note la Commission fédérale contre le racisme. L’interdiction enfreindrait donc le principe de l’égalité de traitement.

La CFR refuse l’interprétation que fait le Conseil de l’éducation saint-gallois du foulard islamique quand il décrète, dans sa circulaire, n’y voir «aucun sens religieux» mais plutôt «un simple moyen d’exprimer une identité culturelle». Porter le voile s’inscrit bien dans le domaine de la liberté de religion qui est largement protégée en Suisse, rappelle la CFR.

 

Le journaliste estime que la CFR démonte l'argumentation du Conseil de l’éducation saint-gallois point par point. Pour ma part, je me ferai un plaisir de démonter celle de la CFR.

Pour commencer, l'égalité de traitement. Il y aurait ainsi une inégalité entre les élèves voilées à qui on interdit le port du voile, et les élèves non voilées à qui on interdit le port du voile? Bizarre. A moins qu'il ne faille interdire quelque chose à chacun pour faire bonne mesure? Vous savez, tous ces catholiques arborant des croix comme si le monde leur appartenait...

Mais le meilleur est bien sûr de ramener le port du voie dans le domaine de liberté de religion puisqu'une telle déclaration signifie rien de moins que toutes les musulmanes doivent porter le voile. Si on ne peut interdire le voile parce qu'il est partie intégrante de la religion, cela signifie que tous les musulmans modérés dont les femmes ne sont pas voilées ne respectent pas les préceptes de leur religion, puisqu'elles renoncent à une partie intégrante de la religion. Et sont donc de mauvais musulmans. Ou comment la CFR pousse toute une frange de croyants modérés dans les bras des extrémistes en les insultant au passage. En si peu de mots, c'est un tour de force!

Le port du voile exprime un sens religieux tout à fait assumé, le prosélytisme, et c'est à ce titre qu'il devrait être absolument interdit à l'école. C'est un message envoyé aux non-musulmans: regardez-moi et voyez l'islam. C'est un message envoyé aux musulmans modérés: je suis plus proche d'Allah que vous. C'est un message envoyé à la société civile: l'embrigadement religieux de nos enfants est plus important que leur intégration scolaire. Le port du voile amène des débats et des discussions, débats et discussions avidement recherchés par les islamistes, parce qu'ils jouent sur leur terrain. Qu'ils argumentent autour de la sincérité de leur foi, de leur attachement à leurs croyances en terre infidèle, ou qu'ils cherchent juste à inventer une prétendue hostilité des mécréants envers tous les musulmans, ils ont tout à gagner d'une polémique.

Croire que celle-ci peut s'éteindre en autorisant le port du voile en classe est de la plus grande naïveté. Evidemment la faiblesse sera exploitée et les extrémistes grisés par cette première victoire. Loin d'être résolu, le problème s'amplifiera jour après jour, les parents n'ayant pas peur de pousser toujours plus loin le bouchon (exigence de repas halal, cinq prières par jour, non-mixité entre garçons et filles, etc.) et il est bien plus difficile de résister à ces revendications lorsque la tête voilée n'est pas un cas isolé mais représente 20% de l'effectif féminin des élèves...

La seule solution contre l'islamisation de la société - elle n'a rien de rampante - consiste à s'attaquer à la question dès qu'elle se pose et à fixer des limites claires et fermes. En gardant à l'esprit qu'une bonne partie des instances politiques et des journalistes jouent dans le camp adverse.

22 août 2010

Obama, président fini

Barack Obama appartient déjà à l'histoire. A l'histoire ancienne.

Récemment, on apprend, pour s'en moquer, qu'un Américain sur cinq pense qu'Obama est musulman. Crétins d'Américains ignorant jusqu'à la religion de leur président, n'est-ce pas... Je me demande en passant ce que donnerait un tel sondage si on demandait aux Français la religion de Nicolas Sarkozy, ou aux Suisses celle de Doris Leuthard!

La question a tout autre sens outre-atlantique, où religion et valeurs morales ne comptent pas pour beurre. En effet, ce sondage montre moins une prétendue ignorance sur le sujet qu'une évolution intéressante au cours du temps:

Le nombre d'Américains qui identifient correctement (sic) Barack Obama comme chrétien a chuté de près de la moitié en un an, à 34%

 

Et au fait - Correctement? Pourquoi la religion "correcte" d'Obama devrait-elle être la religion chrétienne? Parce qu'il le dit? Etonnant comme à certains cette explication suffit! A les en croire, Obama serait donc le premier homme politique de l'histoire incapable de mentir...

En réalité, Obama a moins fréquenté des églises comme la Trinity United Church of Christ de Jeremiah Wright pour y prier que pour y recevoir une formation d'agitateur gauchiste. A l'époque où il vivait en Indonésie, la religion d'Obama était clairement indiquée sur ses papiers d'identité: musulman. Il se rendait d'ailleurs très régulièrement à la mosquée le vendredi, comme le rappelle Guy Millière. Obama a même passé deux ans dans une école musulmane où on étudiait assidûment le Coran, et deux ans dans une école catholique - où il était inscrit comme "élève musulman".

En l'absence de traces d'une spectaculaire conversion au christianisme, il n'y a rien de ridicule à avoir des doutes. Ceux-ci sont alimentés par les nombreux mystères qui émaillent la vie d'Obama, à commencer par son lieu de naissance et son éligibilité.

L'impopularité de Barack Obama aux Etats-Unis n'a rien de nouveau. Il est descendu si bas qu'il est encore moins aimé que George W. Bush - et encore, selon un sondage démocrate.

668360Z_miss_me_yet.jpg

Expliquer pourquoi la cote Obama est en chute libre depuis son élection sortirait du cadre de ce billet. Déficits abyssaux, soumission symbolique des Etats-Unis envers des régimes ennemis et brouille avec ses alliés, hausses d'impôt, esprit partisan, réforme calamiteuse (et probablement illégale) du système de santé, chômage stagnant à plus de 10%, responsabilité des autorités dans la fuite de pétrole du Golfe du Mexique, mépris affiché des Américains et des valeurs traditionnelles de l'Amérique... Oh, aviez-vous aussi remarqué que la prison de Guantanamo n'est toujours pas fermée?

987687G_obama_approval_index_august_22_2010.jpgLa vieille excuse de la faute à Bush a vécu; quant à l'éventuel obstructionnisme de l'opposition Républicaine, elle ne convaincra que les crédules, les Démocrates ayant la majorité absolue dans les deux chambres. La gauche américaine porte l'entière responsabilité de la gestion du pays depuis l'élection de Barack Obama en 2008. Le résultat n'est pas brillant.

La nouveauté n'est pas dans l'impopularité d'Obama, mais dans la diffusion de cette nouvelle au sein des médias européens. Jusqu'à présent, ils passaient sous silence les nombreux déboires électoraux de la gauche depuis l'élection d'Obama - symboles de ce recul - ainsi, bien entendu, que de sa perte de popularité permanente. Obama restait en Europe aussi immaculé que le jour de son triomphe.

Aujourd'hui, les médias préparent l'opinion en vue de la monumentale déculottée que les Démocrates vont subir en novembre. En laissant bien comprendre, cela va sans dire, que ce revirement brutal est dûe à l'imbécillité de ces indécrottables Américains.

16 août 2010

La simili-démocratie

La Vogue contestée de la Vox Populi, titre le 24 Heures de samedi, en évoquant les multiples procédures de "consultation", de "consensus" et autres "présentations publiques" qui semblent être désormais la norme lors de projets d'urbanisme public en Suisse romande.

Habitant de Renens (bastion de l'extrême-gauche suisse romande s'il en est) je suis un témoin privilégié de la façon dont ces consultations se déroulent - parfois sur des sujets très importants, comme le tracé de futurs transports publics, ou les derniers délires architecturaux ruineux d'une municipalité avide de laisser sa cicatrice sur la ville, par exemple à l'occasion d'une réfection de la gare.

La consultation populaire offre de nombreuses variantes. Parfois, on peut "convier" la population à une soirée de "discussion" du projet, où les rares spectateurs ayant fait le déplacement auront droit à une présentation d'une version évidemment finale du projet, sans qu'ils n'aient leur mot à dire, suivie d'une session de questions-réponses peu spontanées où les autorités pourront se glorifier à loisir sur la chance qu'ont leurs administrés de les avoir à leur tête.

D'autres fois, la consultation peut être plus longue et plus étalée dans le temps, comme avec la distribution d'un questionnaire où chacun est invité à "s'exprimer" sur le projet novateur et visionnaire, voire à "commenter" son audace et trouver des moyens de la célébrer. Comment sont distribués ces questionnaires, comment les réponses sont traitées, mystère.

Projets coûteux et inutiles, délires anti-voitures millénaristes, hymne aux assemblages béton-verre-acier les plus hétéroclites, peu importe. Le résultat des procédures de consultation en matière d'urbanisme est toujours le même. Une seule réponse est envisageable dès le départ: l'adhésion. La population s'est montrée enthousiaste, les questions ont fusé et tout le monde est reparti conquis, le coeur gonflé de fierté face aux perspective d'avenir tracées par l'équipe dirigeante... Au pire, on jettera un os à l'opposition la plus virulente en retouchant quelques éléments annexes.

Ces compte-rendus lyriques ne sont pas forcément mensongers. Les projets les plus délirants auront toujours des supporters. Mais bien peu de gens s'interrogent sur la pertinence de la démarche ou la représentativité des habitants qui prennent effectivement la peine de se déplacer pour ce communautarisme d'un nouveau genre. Questions risquant fort peu d'être soulevées, car contrevenant au but même d'une démarche parfaitement assumée en coulisses - museler toute opposition et désamorcer l'arme du référendum.

762398H_consensus.jpgIl va de soi que le script est écrit à l'avance. Le consensus, les procédures de consultation, les sessions de  question-réponse, tout cela participe d'un grand cirque où l'électeur-contribuable n'a en fin de compte pas son mot à dire. Illusion propre aux fêtes foraines où on laisse vaguement croire au spectateur embarqué sur le train fantôme qu'il décide des directions que prend son wagon aux aiguillages...

Interrogée par le quotidien vaudois, Nuria Gorrite, syndique socialiste de Morges, reconnaît que la politique de concertation est un "style de gouvernance propre à la gauche". C'est joliment exprimé. Les pseudo-discussions vaseuses dont l'issue est finalement décidée par un politicien "clairvoyant" conviennent mieux à la pensée socialiste qu'un véritable vote où les alternatives sont claires, les camps identifiés, les suffrages comptés, et le résultat effectivement appliqué.

Pour l'instant, abêtie par l'illusion qu'on lui demandait réellement son avis, la population romande est tombée dans le panneau. Il convient aux citoyens et aux partis avec encore un peu de respect pour la chose politique de rectifier le tir au plus vite. En lançant des référendums.

La démocratie ne se décide pas à travers un consensus, mais par le vote.

15 août 2010

Tiens, un impôt européen!

Par accident, la télévision française laisse parfois passer un sujet polémique - et voilà mercredi dernier un sujet sur un futur impôt européen sur France2. Thème ironiquement titré "Pour ou contre un impôt européen", comme si les habitants de l'UE avaient le choix!

En ces temps difficiles de crise économique et de faillite probable de certains pays membres de l'UE, les gouvernements nationaux rechignent à amputer encore leurs budgets déficitaires à l'extrême pour verser leur tribut aux instances européennes. Mais Bruxelles ne l'entend pas de cette oreille. Dans l'édition allemande du Financial Times (reprise dans le Figaro) le commissaire au Budget, Janusz Lewandowski, aurait relancée la vieille idée d'un impôt prélevé directement par l'Europe, auprès de ses 500 millions de citoyens:

"Certains [états membres] aimeraient faire baisser leurs contributions (...) Cela ouvre une porte de réflexion sur des sources de revenu propres."

 

Le terme de revenu propre nous force à une petite explication technique. Une partie du budget de l'Union Européenne est obtenu de façon "automatique", c'est-à-dire sans qu'une décision ultérieure des autorités nationales soit nécessaire, comme l'explique cet aperçu. Ces revenus comprennent des droits de douane, des cotisations "sucre" et une partie des revenus collectés par les Etats au titres de la TVA. Ils recouvrent 23% des recettes de l'Union. Le reste vient des cotisations des Etats membres, avec toute l'incertitude qu'on devine en période de turbulences.

L'impôt européen servirait donc à couvrir 100% du budget de l'Union sans plus avoir les parlements des Etats en travers du chemin. Car les Etats-membres continueraient à intervenir, sans aucun doute. On imagine mal l'UE s'équiper de son propre corps d'inspecteurs des impôts, de justice, de police, toutes ces fonctions si nécessaires à l'administration d'une population de 500 millions de personne lorsqu'il s'agit de la taxer. L'UE délèguerait aux Etats. Cela n'a rien d'hypothétique, puisqu'une partie des revenus propres actuels est déjà collectée de cette façon. Les Etats membres encaissent l'argent et versent les montants correspondants à l'UE, retenant 25% du total (je n'ose dire butin) comme commission, à titre de salaire pour leur peine...

Il n'y aurait pas grand mal à rendre les choses plus transparentes. Que chaque Français paye d'une façon séparée les 285€ annuels que lui coûte Bruxelles, ses impôts directs à l'Etat français étant naturellement réduit d'autant...

...Ou pas.

93029J_pot.jpgCar le fond du problème se cache là-dedans. Dans quelle mesure cette somme pourrait évoluer - vers le haut, cela va sans dire! - au fil du temps? Si le budget de l'Europe est versé par des Etats-membres en proie à des difficultés budgétaires, l'argent arrive difficilement en haut de la pyramide. Mais si les traités européens aménagent une collecte automatique de taxe au profit de Bruxelles, il n'y a plus de discussion possible. Les membres payent et se taisent. Mieux encore, une fois le système en place, il n'y qu'à en monter le taux et l'or coule à flot! Soudainement l'Europe a de l'argent pour des projets encore plus ambitieux, de grands investissements, de dispendieuses opérations pour soutenir la croissance, et caetera!

Avec l'argent viennent les idées.

On le voit, l'adoption d'un impôt européen ne serait donc pas simplement la réponse à un problème de collecte, mais la porte ouverte à une ribambelle de possibilités plus alléchantes les unes que les autres aux yeux d'un fonctionnaire de l'Union. Autant dire que l'idée ne sera pas facilement remisée sous le tapis.

D'après les journalistes de France2, la commission étudierait pour l'instant plusieurs pistes:

  1. Taxe sur les billets d'avion.
  2. Taxe sur les transactions financières entre banques.
  3. Taxe sur les échanges de CO2.
  4. L'impôt direct.

Le quatrième point est le plus difficile à vendre, puisqu'il met sous le nez de chaque contribuable le montant exact que lui coûte l'Europe - financièrement, en tous cas. Selon Pierre Lellouche, secrétaire d'Etat français chargé des affaires euopéennes, le moment serait "mal choisi" pour introduire un impôt direct. N'allez pas pour autant penser qu'il est contre l'idée.

Les trois autres possibilités sont plus prometteuses, puisque plus pernicieuses. Difficile de savoir, au milieu d'un pouvoir d'achat qui s'effrite, quelle part est dûe à une taxe sur les échanges de CO2... On notera aussi l'incontournable taxe sur les transactions financières, la fameuse taxe tobin vantée par ATTAC. Celle-ci ressort désormais à toutes les sauces pour un prétexte ou un autre, on sent que des politiciens voient passer sous leurs yeux des rivières d'or et qu'ils aimeraient y tremper leurs petits museaux gourmands. Quant à financer l'UE sur des billets d'avion, par curiosité, j'aimerai savoir à combien reviendrait un Rome-Bruxelles s'il devait financer la construction européenne!

Mais ne nous inquiétons pas. S'il est une chose sur laquelle on peut compter, c'est sur l'imagination débridée de nos édiles pour trouver une solution fiscale à la fois juteuse et invisible. Les Etats occidentaux ont grand talent pour ces choses-là. Peut-être choisiront-ils les quatre propositions à la fois, qui sait!

En attendant, je suggère aux Suisses intéressés par une adhésion du pays à l'UE de commander leurs bulletins de versement auprès de Bruxelles. Qu'ils aient le courage de payer pour leurs idées, ils auront au moins un bon avant-goût de ce que représente concrètement l'appartenance à cet ensemble.