08 juillet 2015

Renens: une aventure de 150 ans se termine (mal)

L'entreprise d'arts graphiques renanaise IRL+ ferme ses portes, entraînant 44 licenciements. La récente nouvelle pourrait n'être qu'une péripétie dans la vie économique locale mais prend un tour particulier à Renens à cause de l'implication des pouvoirs publics... C'est-à-dire, de l'argent des contribuables.

irl_plus.jpgEn tant que conseiller communal, j'ai pu suivre la naissance d'IRL+, bâtie sur les cendres des Imprimeries Réunies de Lausanne. La vieille entreprise était promise à la fermeture par Swissprinters AG, propriétaire du site. Un groupe de repreneurs se proposa de poursuivre l'activité sans que leur initiative ne suscite l'enthousiasme de Swissprinters ; mais à la suite de l'émoi provoqué par la décision de fermeture - une pétition circula, munie de 3200 signatures - les autorités publiques s'impliquèrent dans le dossier et épaulèrent les repreneurs, permettant un accord de reprise le 27 août 2012.

Sous la plume de M. Leuba le Canton de Vaud accepta d'accorder un prêt d'un million tandis que la commune de Renens accordait un arrière cautionnement de 200'000 CHF (pas fou, le canton se faisait rembourser en premier!). La structure du CACIB, société anonyme contrôlée par la Municipalité de Renens, utilisa ses fonds pour racheter les murs, pourvoyant ainsi de l'argent frais à la nouvelle entreprise tout en lui accordant un loyer symbolique. Ces aspects furent abordés dans le préavis 25-2012, dont on lira également le rapport ici. Ces documents méritent d'être parcourus à l'aune de la débâcle essuyée par le projet aujourd'hui.

Membre de la commission des finances - laquelle fut comme d'habitude mise devant le fait accompli - je restais très réservé face à cette nouvelle entité. Non seulement elle était biberonnée d'argent public dès le berceau mais il s'agissait d'un risque entrepreneurial dans lequel la commune n'avait en tout état de cause aucun rôle à jouer. Il n'y a qu'un pas entre la promotion économique et l'interventionnisme et il était clairement franchi.

Si la démarche partait d'une intention évidemment louable, elle ne constituait en rien une justification suffisante pour engager financièrement la commune à travers pas moins de trois canaux différents - une caution, l'acquisition de locaux industriels, et probablement, pendant les années suivantes, de nombreux travaux d'impression commandés par la Municipalité à "prix d'ami"!

Bien qu'il soit toujours facile de faire porter la faute sur les cadres de Swissprinters, des professionnels du métier avaient certainement fait leurs calculs avant de décider de fermer le site de Renens. Mais avec cette reprise la donne était peut-être différente. Une nouvelle structure avec une équipe motivée et des frais fixes allégés serait-elle viable? Ce fut le pari tenté par une équipe de repreneurs comprenant des anciens directeurs d'IRL. Le business plan fut jugé "solide", les nouveaux dirigeants "expérimentés" et "réalistes" furent épaulés par un "expert", Michel Berney.

Après moins de trois ans l'expérience vient de s'achever de façon abrupte:

L'entreprise d'Arts graphiques IRL plus à Renens (VD) doit fermer ses portes. Elle prévoit de licencier ses 44 collaborateurs et de déplacer cinq apprentis. Quatorze employés devraient être repris dans d'autres entités de la Holding SFF Arts graphiques.


A qui la faute? "Au marché", répond sans ambages M. Berney, administrateur délégué, écornant au passage les méchants imprimeurs étrangers et le franc fort:

Avec des écarts de prix de 10 à 15% par rapport à la concurrence étrangère, on voyait des clients prêts à revenir chez nous, en appréciant la proximité. Après la fin cours plancher (15 janvier), avec des écarts de 30 à 40%, «ça ne se discute plus», poursuit le responsable qui avait mis son argent dans la naissance d'IRL plus.

La concurrence étrangère sent qu'il y a de bons marchés à prendre. Ils se battent entre eux. Et lorsque des entreprises horlogères demandent une offre suisse et deux étrangères, «vous êtes obligés de vous aligner, sans rien gagner».


Admettons. Toutefois, il y a quelques étrangetés dans ce récit. M. Berney explique par ailleurs la perte de l'impression des suppléments du Temps, rapatriés à Zofingue lorsque Ringier a racheté le journal. Mais Zofingue, n'est-ce pas en Suisse, dans le canton d'Argovie? Avec des employés suisses, des salaires en francs suisses, du papier acheminé en Suisse? Soit Ringier est une entreprise peu regardante de ses coûts, soit il y a bien des imprimeurs helvétiques compétitifs bien que situés à des centaines de kilomètres du lieu de distribution de leur produit. Et peut-être sont-ils compétitifs parce qu'ils sont installés dans des cantons à la fiscalité moins agressive? Allez savoir!

L'expérience montre - une fois de plus - que le mélange entre politique et économie produit de piètres résultats. A Renens aussi, les politiciens sont fiers de se présenter comme les amis des entrepreneurs, de la même façon que le tondeur de mouton est l'ami des moutons... Ils jouent avec la politique locale à travers la "promotion économique", les "incubateurs d'entreprise" et autres - tout en écrasant l'ensemble du secteur sous les impôts qui financent leurs gadgets. Et parfois ils jouent aux entrepreneurs eux-mêmes - mais attention, sans jamais mettre en jeu leur propre argent!

Lorsque la syndique de Renens affirme que la commune "n'a rien perdu" à travers son engagement, je demande à voir: le montage financier préalable à la création d'IRL+ impliquait des garanties financières exposant la ville sur dix ans. Comment les contribuables pourrait-ils en être sortis indemnes avec une entreprise sombrant avant son troisième anniversaire?

Il y aura décidément bien des questions à poser à la Municipalité à la rentrée.

14 juin 2015

Un 14 juin en demi-teinte

Les résultats des votations du 14 juin sont donc tombés: deux Non et deux Oui. Deux initiatives de la gauche sont sèchement rejetées, deux référendums lancés contre des projets gouvernementaux échouent ; le Conseil Fédéral et le Parlement ont donc passé un excellent week-end. La participation ne fut que de 43%.

Initiative sur les successions (abordée ici): Le projet de la gauche d'introduire un nouvel impôt fédéral sur les successions à 20% échoua avec 71% de Non. Première cibles d'une transmission amputée de leur patrimoine, les PME montèrent au front avec beaucoup d'énergie pour refuser ce projet révoltant, et sans nul doute l'objet le plus important de cette votation. Il serait bon pour une fois que les citoyens se rappellent les projets de ceux qu'ils élisent lors des prochaines élections fédérales...

Initiative sur les bourses d'étude: le texte de l'Union des étudiant-e-s (sic) de Suisse, l'UNES, envisageait "d'harmoniser" vers le haut les montants des bourses; un projet qui ignorait totalement la question des moyens et la légitimité de la demande (sachant qu'une chambre d'étudiant ne coûte pas vraiment pareil à St-Gall ou à Genève) tout en piétinant comme d'habitude l'autonomie cantonale en la matière. Le texte avait le deuxième défaut de réserver tous les moyens pour l'enseignement supérieur au détriment de la formation professionnelle qui a une place centrale dans l'enseignement post-obligatoire en Suisse. Le débat fut assez inexistant mais cela n'empêcha pas les citoyens de rejeter le texte à 72,5% de Non.

Référendum contre le diagnostic pré-implantatoire: lancé par la droite catholique et certains milieux pro-handicapés, le référendum visait à barrer la route à une réforme constitutionnelle permettant de sélectionner des embryons sains, in-vitro, avant leur implantation dans l'utérus de la mère. Le référendum fut rejeté par 61,9% des citoyens. Il sera donc possible d'éviter certaines maladies héréditaires sans avoir à procéder à diagnostic préimplantatoire à l'étranger, même si les adversaires de cette modification ont d'ores et déjà annoncé qu'ils lanceraient un nouveau référendum lorsque l'article serait traduit dans une nouvelle loi d'application.

Référendum contre la nouvelle loi radio-TV: ce fut l'objet le plus disputé du week-end, avec un suspense qui dura une bonne partie de l'après-midi avant qu'on ne sache s'il était finalement rejeté ou accepté. La loi fut finalement accepté de justesse avec 50,08% - la plus faible marge d'approbation depuis la Seconde Guerre Mondiale. Au-delà de l'anecdote, le projet ancre une révision de la loi qui transforme peu ou prou la redevance télévision en impôt: il frappera désormais les entreprises à hauteur de 200 millions de francs par an (on ne voit pas très bien la justification) et les moyens de lui échapper deviendront quasi-nuls, même pour un foyer qui ne possède aucun appareil de réception!

votation du 14 juin 2015,initiative

Infographie: 20 Minutes

votation du 14 juin 2015,initiativeDeuxième réserve, et non des moindres: si les autorités firent miroiter au peuple une baisse individuelle de 462.- à 400.- par foyer (l'enveloppe globale étant quant à elle en augmentation grâce aux nouvelles "contributions" des entreprises) le gouvernement a désormais la voie libre pour augmenter la redevance sans possibilité de recours démocratique... On est loin des 279 francs de la redevance de 1990.

Points positifs, la fin éventuelle du mandat de l'entreprise privée Billag chargée du recouvrement de la redevance (haïe selon le principe qui veuille qu'on s'en prenne au messager) mettra les contributeurs directement face à l’État, et la fin de la gratuité pour de nombreux foyers qui pensaient passer entre les gouttes de la redevance les impliquera peut-être davantage dans les futures luttes politiques sur le sujet.

Saluons M. Jean-François Rime de l'USAM pour sa combativité et son endurance le long de cette campagne. Il n'eut de cesse de rappeler tout du long qu'il était absurde de prétendre définir les moyens de la télévision publique sans définir auparavant ses missions, et il semble que ce soit un débat plus que nécessaire au vu de la confusion que cette dernière votation a entraînée. Avec plusieurs autres initiatives en préparation sur la question de la redevance et du rôle de la RTS, le dossier n'est pas près de se refermer.

Sur le plan cantonal, ce dimanche était l'occasion de plusieurs votations ; les Genevois acceptèrent ainsi à 58% de faciliter la transformation de bureaux vacants en logements (car il va de soi qu'à Genève un propriétaire ne puisse disposer librement de l'affectation de son bien...) les Zurichois refusèrent de donner plus de pouvoir au parlement pour fixer le montant des taxes ; les Saint-gallois rejetèrent à 73% une initiative de la gauche pour annuler des allègements d'impôt accordés ces dernières années pour les fortunes de plus d'un million de franc ; 82% des citoyens d'Uri approuvèrent un renforcement de l'arsenal judiciaire local contre les criminels récidivistes - ceci n'étant qu'une modeste sélection de l'ensemble des objets présentés aux citoyens.

Sur le plan purement local enfin, nous vîmes à Renens la victoire prévisible de Didier Divorne dans l'élection complémentaire à la Municipalité avec un score de 62,1% contre 33,9% au candidat de l'UDC Gérard Duperrex. Loin du plébiscite attendu par le candidat de gauche, ce résultat tout à fait réjouissant de l'opposition de droite - vingt points de mieux qu'en 2009 dans le précédent scrutin comparable! - est d'excellente augure pour les élections de 2016 où, avec une stratégie intelligente, le rapport de force à la municipalité pourrait évoluer.

Si ce dimanche la Suisse a encore une fois perdu en liberté la décision s'est jouée de peu et de gros écueils ont été évités. Ne baissons pas les bras!

03 juin 2015

Duel à Renens

Le 14 juin ne sera pas uniquement l'occasion de s'exprimer sur des enjeux fédéraux mais aussi sur des décisions plus locales, comme une élection complémentaire à la Municipalité de Renens suite à la démission de M. Jean-Pierre Rouyet pour cause de maladie.

renens_duel.jpg

A un an des élections communales dans le canton de Vaud, ce scrutin a valeur de test. Dans la commune la plus à gauche du canton voire peut-être de Suisse, verrons-nous souffler le vent du changement ou, au contraire, assisterons-nous à une confirmation de la puissance locale de l'extrême-gauche?

Par le hasard des circonstances, cette modeste élection complémentaire revêt une importance symbolique sur plusieurs aspects. La gauche étant unie dans le statu-quo derrière le candidat des "Foumis Rouges", l'UDC Renens se lança seule dans la course ; on assiste donc à un duel des plus limpides entre la gauche communiste et la droite conservatrice. Un siège, deux candidats, il n'y aura pas de second tour, aucun calcul, aucune négociation de couloir.

A gauche, Didier Divorne, pur produit de l'establishment politique local: conseiller communal, député au Grand Conseil vaudois, syndicaliste aux CFF. Son élection à la municipalité s'inscrit presque comme un passage obligé d'une carrière politique professionnelle qui l'amènera sans doute bien plus loin que Renens, s'il franchit l'obstacle.

A droite, Gérard Duperrex, pilier de l'UDC et de la vie associative locale, président du conseil communal l'an dernier, dont l'expérience politique dans le canton de Vaud et le cheminement tout autour du globe mériteraient un livre... Et pour Renens, le candidat d'une rupture avec le modèle d'affaire choisi par la gauche pour la ville depuis plus d'une décennie.

Bétonnage ou respect du cadre de vie? Subventions ou équilibre financier? Animation de rues ou sécurité? On pourrait discuter longtemps des positions des uns et des autres mais une image valant mieux qu'un long discours, voilà le dos du flyer de campagne de M. Divorne, selon lequel "chaque voix compte"...

votez_tous_pour_Didier.jpg
Y a-t-il le romanche?

Qu'on se rassure, Renens restera à gauche de toute façon. Si M. Duperrex l'emporte, la composition de l'équipe municipale sera de 1 Fourmi Rouge, 2 PS, 1 Vert, 2 PLR et 1 UDC, soit encore une majorité de gauche.

Non, l'intérêt du flyer est en bas de page: un appel à voter pour M. Divorne en 23 langues différentes, et je doute que M. Divorne soit lui-même en mesure de les identifier toutes. Je crois qu'il n'y a pas de meilleure illustration de ce pourquoi chacun se bat et de l'électorat qu'il courtise ; en la matière, la gauche de Renens poursuit ses objectifs immigrationnistes et multiculturalistes. A l'occasion de cette élection complémentaire, elle espère bien un retour d'ascenseur.

A Renens où on collectionne les nationalités comme d'autres les Pokémons, pareille attitude fait partie du paysage ; les intérêts étrangers s'invitent régulièrement en politique et donnent un assez bon aperçu des manœuvres qui auront lieu lors des élections dans la Suisse de demain - dans pas très longtemps au rythme actuel.

Avant qu'on ne me fasse un mauvais procès, je rappelle que l'UDC Renens comportait 30% d'élus non-suisses au conseil communal en début de législature, de très loin le groupe politique le plus ouvert sur l'étranger de toutes les formations représentées au conseil - et ce sans compter les Suisses naturalisés comme votre serviteur. Mais voilà, il y a deux façons d'aborder les étrangers: comme un réservoir de voix disponibles qu'on achète à coup de cadeaux, ou comme un préalable à l'acquisition de la nationalité au terme d'une intégration réussie (les éléments criminogènes devant eux être impitoyablement renvoyés).

Renens doit-elle rester pour l'éternité un zoo paléo-communiste? Nous verrons le 14 juin la position des Renanais en la matière.

20 mars 2015

Florissant: un revers pour le bétonnage massif

La nouvelle a été envoyée aujourd'hui à tous les conseillers communaux de Renens et aux médias: le "Projet Florissant" est abandonné.

Florissant? Un quartier de Renens composé de huit barres de logement de dix étages et construit dans les années soixante (dans "l'essor lausannois de l'Expo 64", ajoute avec lyrisme Le Temps). Le genre même de paysage urbain qu'on imagine à chaque fois qu'on évoque les banlieues... Mais toutes les banlieues ne sont pas à problèmes.

florissant,immobilier

Parfaitement intégré à la ville et proche de toutes les commodités, à deux pas de la patinoire de Malley et bordé de plusieurs lignes de transports en commun, Florissant est un quartier ouvert et apprécié de ses habitants, dont 20% ont plus de 65 ans. Bien que d'aspect massif, les immeubles ont été intelligemment placés sur la parcelle avec de grands espaces verts pour les séparer. Malgré les ombres portées, tous les logements disposent de la lumière naturelle, même au rez-de-chaussée. Et il y a de la place pour se garer.

Le confort du quartier aurait toutefois connu une fin abrupte avec un projet municipal de "densification" de l'endroit. Avide de bétonner tout ce qui peut l'être dans une course hystérique à la croissance démographique, la Municipalité envisageait de construire pas moins de cinq immeubles de 4 à 8 étages intercalés entre les bâtiments existants. Des tours au milieu des tours! Adieu parkings, espaces verts, lumière naturelle et calme! Mais une juteuse opération immobilière pour le propriétaire du terrain Swiss Life, sortant de terre autant d'immeubles de rendement pour des centaines de nouveaux locataires au prix du marché, comme on dit...

La démocratie participative est à la démocratie ce que la musique militaire est à la musique, et à Renens, on connaît la musique.

Entre une syndique communiste empressée d'importer de nouveaux électeurs et une municipale verte offrant un mandat d'étude à cent mille francs à son ancien professeur, tout était parti pour que l'affaire soit rondement menée "à la renanaise":

  • dossier monté de toutes pièces sur de prétendus problèmes à Florissant justifiant une intervention de la Municipalité ;
  • maquette d'architecture suffisamment outrancière pour réserver de quoi faire une petite marche arrière comme preuve de bonne foi ;
  • réunions de quartiers hâtives permettant de prétendre que la "démocratie participative" avait joué à plein et que bien entendu tout le monde se satisfaisait du projet final concocté par la Municipalité.

Ne restait plus qu'à convoquer les journalistes pour la pose de la première pierre, sous les flashes des photographes!

La mécanique bien huilée trouva son grain de sable à travers quelques habitants vigilants qui décidèrent de s'opposer à ce qu'il faut bien appeler la destruction de leur cadre de vie. Fondant l'association GIF (Groupement d'Intérêt de Florissant) ils s'opposèrent férocement au Monopoly communal, rejetèrent les compte-rendus dithyrambiques et mensongers des rencontres avec la population, rassemblèrent et informèrent les habitants sur ce qui les attendaient - à Florissant d'abord, dans d'autres quartiers ensuite!

Face à une opposition aussi résolue qu'inattendue, la volonté municipale commença lentement mais sûrement à se fissurer. Un immeuble en projet, puis deux autres, furent retirés. On discuta de divers "aménagements" pour faire passer la pilule. Las! Alors qu'il s'étiolait le projet de plan de quartier perdait peu à peu de son intérêt, mais sans jamais vraiment mourir.

De pétitions en menaces de référendum, le danger politique se précisa. Il amena assez vite une partie de la gauche à jeter l'éponge, avec rupture de collégialité à la clef. Mais c'était encore trop peu: l'extrême-gauche et les Verts (oui, les Verts!) restaient alliés au centre-droit PLR jamais à court de compromis au nom de l'obsédante "croissance"...

Le revirement final des deux municipaux de centre-droit acheva de faire basculer la majorité municipale alors même qu'au Conseil Communal du 12 mars il était encore question de choisir entre "geler" et "abandonner" le projet et qu'une décision n'était pas attendue avant mi-avril.

Cinq ans d'efforts

Il aura fallu cinq ans d'efforts, de vigilance et d'opiniâtreté de l'équipe du GIF (notamment Willy Grandjean et Jean-Marc Reymond) pour combattre et finalement vaincre la soif de bétonnage de la Ville.

Les lauriers de la victoire leur appartiennent et à eux seuls. Ils commencèrent leur combat alors que l'UDC n'était même pas présente au Conseil Communal. Depuis, nous prîmes connaissance de la situation et assez vite il apparut que nos objectifs étaient convergents: l'UDC se bat pour un maintien de la qualité de vie urbaine et celle-ci ne permet certainement pas une densification à n'importe quel prix. Quant à la croissance, elle n'est pas un but en soi et doit être maîtrisée (comme les Suisses eux-mêmes le reconnurent en acceptant l'initiative contre l'immigration de masse le 9 février dernier). Nous nous serions tenus prêts aux côtés du GIF en cas de référendum ; heureusement le projet n'arriva pas jusque là.

Cinq ans d'efforts de la part de citoyens renanais avec une vie à vivre et prenant sur leur temps libre et leurs week-ends pour s'opposer à une Municipalité entourée de professionnels et jouant avec l'argent des contribuables. Quelle lutte inégale! Mais comme dans les légendes David l'emporte contre Goliath.

Depuis la Syndique Marianne Huguenin se découvre un talent pour l'écoute et affirme avec une sagesse toute rétrospective qu'on ne "densifie pas un quartier contre ses habitants". Dans la bouche d'une politicienne aussi expérimentée la formule suscite un sourire amer. Non seulement elle refusa mordicus d'écouter lesdits habitants toutes les fois où elle les rencontra - d'où son surnom de "rouleau-compresseur" dans certains cercles - mais elle défendit elle-même son projet jusqu'à la dernière extrémité, obligée d'y renoncer non pas parce "qu'on ne densifie pas un quartier contre ses habitants" mais bien parce qu'elle finit par être lâchée même par le reste de l'équipe municipale.

Le Projet Florissant était un train fou qui avait déraillé depuis longtemps mais il fallut cinq ans avant que l'information ne parvienne au chef de convoi. Espérons que la leçon sera comprise - si ce n'est de Mme Huguenin, au moins de ses collègues - et que les futurs projets de densification de Renens se feront davantage avec les habitants plutôt que dans leur dos en connivence avec des promoteurs. C'est en tout cas le souhait de l'UDC Renens.

14 novembre 2014

Renens: un conseil accidentellement animé

La séance de novembre du Conseil Communal de Renens prévoyait d'être un long fleuve tranquille mais deux sujets amenés sur la table au dernier moment donnèrent lieu à polémique.

Comme souvent en pareilles circonstances, les troubles apparurent en toute fin d'une courte séance, lors du quinzème et dernier point de l'ordre du jour - "propositions individuelle et divers." Ce chapitre du déroulement du Conseil Communal est l'occasion d'amener devant le conseil des annonces ou des commentaires de portée générale.

Les spectateurs ne furent pas déçus - parmi lesquels Cindy Mendicino, journaliste de 24Heures chargée de la couverture locale.

Les hostilités commencèrent avec une demande de "résolution" de M. Ali Korkmaz du PS. Très concerné par le destin des Kurdes et la réticence de la Turquie dans la guerre contre l'Etat Islamique autoproclamé, il demanda l'instauration de couloirs humanitaires, la facilitation du travail des organisations comme la Croix-Rouge, la fermeture des frontières pour prévenir le passage des djihadistes, l'embargo contre le trafic de pétrole, l'autonomie des provinces de Kobané et de la région de Rojava dans le Kurdistan syrien et j'en passe, lançant un appel solennel au Conseil Fédéral et au gouvernement turc.

Que venait faire cet appel Urbi et Orbi - sincère certes, mais totalement déplacé - au Conseil Communal de Renens? Imagine-t-on un tyran comme Bachar el-Assad ou un grand démocrate comme Tayyip Erdogan affectés par une telle déclaration jaillie de l'obscure séance législative d'une commune vaudoise qu'ils seraient bien en peine de situer sur une carte? M. Korkmaz avait-il le cas échéant jamais entendu parler de la neutralité helvétique?

La réaction fut pourtant toute autre et pris la forme... d'une contre-résolution, déposée cette fois-ci par M. Alberto Mocchi des Verts, estimant que la déclaration de M. Korkmaz était trop "corrosive"! Le Conseil Communal de Renens se donnait des petits airs de Conseil de Sécurité de l'ONU, pinaillant sur le Verbe qui allait changer le destin du monde.

Le débat vira à la foire d'empoigne. Trois interventions des deux orateurs, vote organisé dans la plus grande confusion, cafouillage du Président, suspension de séance... Ce hors-sujet nous tint en haleine près d'une heure, à ramener à la patience à géométrie variable de certains groupes politiques en d'autres circonstances.

Pour mémoire, M. Mocchi finit par retirer sa résolution et celle de M. Korkmaz fut acceptée.

Nous surveillerons avec intérêt les réactions du Conseil Fédéral, de l'ONU, de la Turquie, du Vatican et de l'ambassade d'Uruguay.

Mais ce n'est pas le seul point intéressant de cette soirée.

M. Richard Neal vint à son tour à la tribune pour se plaindre d'une perception qu'il éprouvait trop souvent à son goût: la désagréable sensation que la Municipalité court-circuitait le Conseil Communal, en présentant notamment à la presse comme fait accompli des décisions qui n'avaient même pas encore été votées par celui-ci...

Je rejoins totalement M. Neal sur ce point: il paraîtra évident pour tout observateur avisé de la vie politique de Renens que le Conseil Communal n'est qu'une chambre d'enregistrement des décisions municipales. L'exécutif domine le législatif. Il en va ainsi à cause de la discipline de vote de l'écrasante majorité de gauche qui règne sur la ville et de la mainmise de la Municipalité sur celle-ci. Saluons M. Neal - encarté PS - d'avoir eu le courage mêlé de candeur de relever publiquement cette triste situation, en espérant que cela ne péjore pas son avenir politique, car "un ministre ça ferme sa gueule ou ça démissionne" comme le disait si bien Jean-Pierre Chevènement!

Pareille intervention n'était évidemment pas du goût de la Municipalité. La syndique Marianne Huguenin s'empressa de prendre la parole pour expliquer que non, les décisions sont prises par le Conseil, et que les communiqués de presse envoyés trois jours avant le Conseil Communal mentionnent bien en bas de page que les décisions sont subordonnées au vote du pouvoir législatif... Qui lit encore les notes de bas de page?

Ces dénégations parurent bien faible pour une Municipalité complètement accro aux médias et à la notoriété, et qui maintient une conférence de presse les semaines de Conseil dans ce seul but. Qu'est-ce qui les empêcherait de parler de tous les projets après qu'ils ont été voté par le Conseil? Rien, si ce n'est qu'une telle démarche ne susciterait aurait aucun intérêt auprès des journalistes dont nos élus sont si friands!

Mais on ne gagne pas à tous les coups. Profitant de l'agitation de nos apprentis-diplomates s'étripant sur le second round du dossier syrio-kurde, Mme Véronique Bovey-Diagne - Verte - appuya son collègue de la majorité de gauche et vint à la tribune pour donner un exemple concret de cette dérive: un article de 24Heures sur un projet de passage sous-voie Rue du Léman, présenté comme approuvé alors que son examen en commission n'aura lieu que dans quelques jours et son adoption éventuelle n'interviendra que lors de la séance de Conseil Communal de décembre!

conseil communal,médias,cindy mendicino
Pas encore voté mais c'est pas grave, on fera comme si.

Directement mise en cause par cette intervention car auteur de l'article en question, la journaliste Cindy Mendicino éclata de colère. Plus de digression sur smartphone pour tuer le temps - la jeune femme bouillonnait en attendant la fin de la séance.

Celle-ci fut finalement levée quelques minutes plus tard. Je tentais alors d'approcher la journaliste pour connaître son point de vue ; bien mal m'en pris puisque je reçus en plein visage une réplique méprisante - "Assez de vos petites manigances!" - avant même d'avoir pu ouvrir la bouche. La légendaire objectivité de la presse, sans doute.

Mais Mme Mendicino avait déjà quitté son siège, fonçant droit sur Mme Bovey-Diagne pour mettre les points sur les i avec elle avant de s'éclipser sans piper mot. La rumeur dit qu'elles étaient bonnes amies, avant...

Cette séance de novembre permit finalement de révéler les multiples tensions entre groupes politiques de la majorité, municipalité et médias. Mais tension n'est pas rupture. Le plus important d'entre ces liens est évidemment celui, incestueux, qui unit la Municipalité aux groupes politiques du Conseil et font que ceux-ci sont entièrement sous la férule de celle-là.

L'affranchissement de cette tutelle ne se fera pas en un jour mais s'avère pourtant indispensable ; un passage obligé à l'âge adulte, en quelque sorte. Ce n'est qu'à ce prix que l'organe législatif de Renens retrouvera un semblant de légitimité et par-là même, un rôle réel sur les affaires communales.

Note: Je suis évidemment concerné au plus haut point par les délires de l'Etat Islamique en Syrie, la lutte pour l'indépendance des Kurdes et la radicalisation des musulmans un peu partout dans le monde y compris en Suisse. Il existe des lieux pour en débattre - d'un blog à une page facebook en passant par les assemblées politiques, lorsqu'elles sont compétentes - et des moyens de contribuer à soulager les douleurs des populations civiles, par exemple à travers des dons à la Croix-Rouge ou à la Chaîne du Bonheur.
Il n'empêche: tout cela n'a absolument rien à voir avec la politique communale.

11 avril 2014

De Renens à la Syrie

Par les hasards de l'actualité, il arrive que la petite histoire de notre commune rejoigne la grande, pas forcément de la façon la plus flatteuse qui soit. Ces temps-ci, c'est le retour d'un ex-islamiste de Syrie qui propulse le nom de Renens dans les journaux.

La faute à "Marc", un Suisse de trente ans d'origine valaisanne embringué dans des péripéties à mi-chemin entre le tragique et le ridicule. Homosexuel déclaré, l'individu est touche-à-tout - parapentiste, photographe, défenseur de la cause palestinienne - mais surtout en situation d'échec personnel. Son parcours est des plus chaotiques, entre agent de sécurité et une formation d'ambulancier inaboutie. En mai 2013, il se convertit à l'islam selon une "procédure accélérée" à la Mosquée de Renens. La formule fait sourire.

islam,terrorisme,syrieDésormais affublé du prénom musulman de Mahdi, il se lance en juillet dans un voyage en Egypte pour rejoindre Gaza et y réaliser un reportage sur le ramadan sur le terrain, dénonçant le blocus imposé par Israël et l'Egypte. A son retour, il passe à la vitesse supérieure:

De retour en Suisse en août 2013, Marc commence à tisser des liens avec des musulmans radicaux basés en Suisse, en France et en Belgique, dont certains ont des connexions claires avec des groupuscules liés à Al-Qaida actifs en Syrie (...)

[Vers mi-décembre il] se rend à Lyon, un mois et demi après avoir subi une opération au col du fémur. Il y rencontre deux «frères français», avec qui il était déjà en contact depuis quelques mois, selon des milieux proches de l’enquête. «Il aurait même payé les trois billets d’avion pour la Turquie», relève une source qui suit l’affaire de près.


La SonntagsZeitung laisse entendre qu'il se serait converti à l'islam pour "soigner" son homosexualité. L'opération n'est guère couronnée de succès, comme en témoignent ses préférences sexuelles sur facebook ou sa fréquentation de forums gays. Visiblement, les islamistes sont prêts à accueillir dans leurs rangs un copain suisse un peu fantasque et légèrement incompatible avec leur religion, pour peu qu'il serve la cause! Qui aurait imaginé une telle largeur d'esprit?

S'ensuit un départ pour la Syrie. Juste avant Noël, il informe officiellement ses parents de son intention de partir combattre les troupes de Bachar El-Assad en s’engageant dans un groupe islamiste. Il n'en mourra pas: après trois mois, le voici de retour en Suisse, expliquant avoir vécu dans une maison partagée par 80 à 150 djihadistes, dont une quinzaine "prêts à se faire sauter" et installés au rez-de-chaussée.

Heureusement, notre homme était logé à l'étage. Il profitera de son séjour pour apprendre le maniement de la Kalachnikov mais restera évasif sur son rôle exact dans la rébellion.

Revenu au bercail, "Marc" est désormais poursuivi par le Ministère Public de la Confédération pour présomption de soutien et/ou de participation à une organisation terroriste. Pourtant, l'homme n'a aucun mal à se faire interviewer par des journalistes et livrer son point de vue, y compris à la télévision.

Si l'ex-rebelle syrien semble exprimer des regrets sincères, les médias sont plus qu'empressés d'appuyer son repentir. Un portrait brossé par un journaliste du Temps devient autant de moyens de lui trouver des excuses: il est "un simple aventurier", en "perte de repères" ou "en proie à des tourments intérieurs". Voire, il aurait juste fait "de mauvaises rencontres sans se rendre compte de ses actes", comme si un hasard impromptu pouvait suffire à vous amener au jihad en Syrie, à votre corps défendant!

Cette bienveillance dépasse la volonté d'accueillir à nouveau une brebis égarée. Jamais journaliste ne servirait pareille soupe bienveillante à un skinhead repenti, par exemple. Il y a autre chose. J'identifie pour ma part trois "strates" de mensonge, du plus véniel au plus grave.

La première couche, la plus superficielle, a évidemment trait au romantisme de la rébellion. Les exactions sur le terrain ont terni l'image du conflit syrien sans éradiquer entièrement cet aspect. Au cœur de la guerre civile syrienne se retrouvent les poncifs tiers-mondistes habituels: émancipation des peuples opprimés, lutte contre un Occident ontologiquement criminel - Bachar el-Assad, tyran éduqué en Angleterre et portant costume-cravate en est la parfaite représentation - fierté de combattre pour une noble cause, même salie par l'enthousiasme excessif de quelques compagnons...

Médiatiquement, la passion est bien vue, voire admirée. Comment jeter la pierre à des combattants syriens venus de Suisse lorsqu'on reproche par ailleurs leur tiédeur aux Helvètes? Comment dénigrer une aventure en Syrie par des gens dont les glorieux ancêtres communistes se sont engagés du côté des nobles Républicains pour combattre le fascisme franquiste en Espagne? Critiquer, ce serait renier son idéalisme, ses aïeux, ses espoirs, ceux qui croient en quelque chose. Impossible.

La deuxième couche a trait aux médias, car il faut bien le dire, ils se sont eux-mêmes fortement impliqués dans la radicalisation de "Marc". Je ne parle pas ici de la couverture continuellement partiale du conflit israélo-palestinien à longueur d'années - pensons par exemple à l'affaire al-Dura! - qui a certainement orienté "Marc" dans sa construction du monde, mais bien à la mise en valeur de sa propre démarche de radicalisation. Ainsi, Edipresse s'est fait l'écho du ramadan du Valaisan d'origine dans une longue chronique suivant ses pérégrinations entre l'Egypte et la Bande de Gaza, avec son vrai nom et de multiples photos à l'appui. Comment les rédactions romandes pourraient avouer qu'elles ont complaisamment valorisé la démarche d'un islamiste en devenir?

La seule attitude possible est de décréter qu'on ne savait pas, qu'on ne pouvait pas savoir et qu'on n'a rien vu venir. Le glissement a eu lieu par inadvertance, indépendamment de notre volonté, d'ailleurs c'était un accident, voyez, il regrette!

La troisième couche, enfin, a trait à son idéologie de gauche. Les parents de "Marc" sont des notables, nous dit-on ; mais on ne s'appesantit guère sur la présence du fils perturbé comme candidat à l'exécutif de Troistorrent au nom de l'alliance de gauche lors des élections communales de 2012 - un an avant sa spectaculaire conversion à l'islam. L'individu a été militant des Jeunesses Socialistes Vaudoises ; difficile de clamer que son ralliement idéologique est une lubie passagère.

Y aurait-il des passerelles entre le socialisme politique et l'islam radical? Si on prend le socialisme comme il se prétend - la recherche du bien commun, la défense des plus pauvres... - le lien n'est pas évident ; si on examine le socialisme comme il se pratique, le mépris de la société occidentale bourgeoise, la croyance dans l'utopie d'un ordre nouveau, l'internationalisme, la recherche du pouvoir, la complaisance envers la violence et les criminels... Les passerelles avec le totalitarisme islamique sont d'un coup beaucoup plus nombreuses.

Plusieurs des opinions de base de "Marc", comme une sympathie pro-palestinienne pas trop regardante, sont partagées par des caciques du PS suisse. Il ne fait pas bon ressasser tout cela, alors on l'évoquera à peine, du bout des lèvres. "Marc" sera donc socialiste comme on porte des jeans ou on choisit une coupe de cheveux: sans signification aucune, juste une esquisse dans son portrait.

"Marc" n'est pas forcément mauvais bougre, même s'il est paumé. Son aventure lui a ouvert les yeux sur la rébellion syrienne:

Un jour j'ai vu une ambulance donnée par une association caritative anglaise avec des explosifs à l'intérieur pour faire un attentat. Il y avait cinq, six blocs d'explosifs et des câbles. Ils ne respectent même pas l'image de l'ambulance.


Son parcours mérite d'être analysé, comme le fait Xavier Colin. Malheureusement, les médias prêchent encore et toujours l'unique influence d'Internet pour mieux éviter de lever le lièvre de prédicateurs locaux - alors même qu'un compagnon clef de "Marc" réside à Neuchâtel et qu'une bonne part de sa radicalisation a eu lieu en banlieue lyonnaise. Bonne nouvelle, la mosquée de Renens semble hors de cause, même si on haussera le sourcil la prochaine fois qu'on entendra l'histoire d'un jeune passé par là et bénéficiaire d'une "conversion accélérée".

Le seul point réellement inquiétant tient à l'étrange clandestinité dont on essaye d'affubler l'affaire. "Marc" ne laisse pas entendre sa voix, on cache son identité, on le floute alors que son portrait se retrouve en un clin d’œil. Un vrai secret de Polichinelle. Alors que les poursuites du MPC semblent engagées vraisemblablement pour la forme, ce luxe de précautions semble dépasser la présomption d'innocence. Le fin mot de l'histoire est donné par l'ex-rebelle lui-même; aujourd'hui il dit regretter son engagement et vouloir rester anonyme pour ne pas être reconnu par ses anciens compagnons d'arme.

Qu'il puisse être terrorisé par ces derniers alors qu'il est sur sol suisse, voilà, en vérité, de quoi nous inquiéter.