12 août 2019

L'opportun suicide de Jeffrey Epstein

"J'ai été très surpris du suicide de Jeffrey Epstein, mais peut-être pas autant que Jeffrey Epstein lui-même", déclara sarcastiquement un Internaute au matin de l'annonce de l'événement. Le décès impromptu du milliardaire pédophile déclenche encore d'innombrables réactions - la plupart du temps atterrées, quelquefois humoristiques.

Jeffrey Epstein, 66 ans, aurait été retrouvé mort dans un "suicide apparent" dans sa cellule du Centre Correctionnel de Manhattan samedi matin. Son corps emporté sur une civière à environ 7h30. Jeffrey Epstein avait été mis sous surveillance anti-suicide après avoir été retrouvé dans sa cellule presque inconscient et "avec des marques sur le cou" le 23 juillet. Si deux sources pénitentiaires avaient alors évoqué une tentative de pendaison, une autre rétorqua qu'Epstein aurait pu s'infliger ces blessures lui-même pour favoriser un transfert. Une quatrième déclara en revanche que la possibilité d'une agression n'était pas à exclure, notamment de la part de l'ex-officier de police Nicholas Tartaglione, suspecté d'avoir tué quatre hommes et enterré leurs corps dans une histoire de trafic de cocaïne. Déjà beaucoup de mystères...

Depuis, les informations les plus contradictoires circulent. Jeffrey Epstein n'aurait pas été mis en surveillance dans une cellule anti-suicide, mais dans une cellule simple depuis le 29 juillet. Ou encore, il n'aurait pas bénéficié du niveau de surveillance requis faute de personnel, ramenant les visites toutes les demi-heures à une seule pour la nuit samedi matin. Les images de vidéo-surveillance seraient manquantes, ou il n'y aurait pas eu de caméras là où il était installé.

epstein sui.png

Comme le résume lapidairement un internaute:

  • Le prisonnier Jeffrey Epstein fait une tentative de suicide.
  • Il est mis sous surveillance anti-suicide.
  • Il se suicide avec succès.
  • Circulez, il n'y a rien à voir.

Le suicide d'un suspect aussi important que Jeffrey Epstein, alors même qu'il est incarcéré dans une prison sous surveillance anti-suicide et qu'il a fait une première tentative quelques semaines plus tôt, reste un constat difficile à avaler. Évidemment, les médias romands ne s'étonnent de rien ; pour eux, il n'y a aucun problème, et ceux qui pensent autrement ne sauraient être que des complotistes. Pourtant, même en Europe, Le Figaro évoque un "suicide apparent". Et aux États-Unis, la polémique fait rage dans les médias, y compris au sein des rédactions alignées à gauche.

Les différentes morts de Jeffrey Epstein

combinaison_cornichon.jpgLe suicide est la première cause de mortalité des détenus américains - la deuxième étant l'overdose. D'après un agent de correction américain anonyme, le suicide d'Epstein n'aurait jamais dû être possible dans un milieu carcéral conforme:

Je suis agent de correction. Cela n'aurait jamais dû être possible. Au cours du processus d'admission, en raison de la nature de ses crimes et de sa célébrité, il aurait déjà dû faire l'objet d'une surveillance particulière. Après la première tentative, il aurait été dans une cellule spéciale. Il porterait ce que nous appelons une «combinaison cornichon», c’est une combinaison verte que vous ne pouvez ni déchirer ni attacher à rien. Ses couvertures seraient du même matériau. Il ne recevrait que des produits d'hygiène sous surveillance. La seule chose autorisée dans sa cellule serait un livre et des documents judiciaires. Nous serions alors surveillés au plus près. C'est un énorme échec du système pénitentiaire. Je veux une enquête poussée sur la façon dont cela a pu se produire.


De même, les cellules anti-suicide sont prévues pour empêcher toute accroche, saillie, ou matériau dont on pourrait se servir pour se pendre. Les cellules contiennent un ou deux prisonniers, et font l'objet d'une ronde toutes les demi-heures. Les prisonniers sont délivrés de toute ceinture, ficelle, lacet, cordelette qui pourrait servir à les étrangler ; et même les fournitures présentes dans la pièce sont étudiées pour empêcher qu'on ne puisse se pendre avec - M. Epstein pesait tout de même 90 kilos.

Pour l'instant, aucun détail ne filtre quant à son autopsie. Officiellement, on ne sait donc pas encore de quoi il est mort. S'il s'est pendu, le grand public aimerait sans doute savoir avec quels ustensiles il est parvenu à ses fins dans ce milieu particulier. Il semble difficile à croire qu'il soit parvenu à cacher sur lui de quoi se pendre alors qu'il était déjà incarcéré depuis des semaines.

Il pourrait bien sûr avoir été aidé par un complice. Des journaux expliquent que les caméras - si elles n'ont pas été débranchées - ne filmaient pas les cellules mais les couloirs attenants ; on pourrait donc voir si quelqu'un a apporté quelque chose au prisonnier.

Tout ceci participe de l'idée qu'il ait voulu se donner la mort et qu'un tiers l'ait soutenu dans sa démarche. Mais cette situation ne correspond pas à son comportement jusque-là. Selon le témoignage de gardiens, il s'était peu à peu accoutumé à la vie carcérale, et après sa première "tentative de suicide" il se serait plaint à des collègues de cellule que quelqu'un souhaitait sa mort. Les esprits les moins curieux s'empresseront de défausser tout ces aspects gênants comme des rumeurs sans fondement, mais il reste un détail troublant.

Epstein souhaitait attendre son procès en liberté surveillée, un privilège qui lui avait été refusé compte tenu des risques de fuite. Le jugement d'appel de ce refus de remise en liberté était imminent. Pourquoi s'être suicidé avant de connaître la nouvelle décision?

Une disparition bien commode

Beaucoup de gens très haut placés se sentent sans doute soulagés de la disparition du milliardaire. Au moins il ne parlera pas. Mais se pourrait-il qu'ils aient pris une part plus active dans son suicide?

L'hypothèse est évidemment gênante à notre époque où remettre en question la vérité officielle est de plus en plus un acte de dissidence (il n'y a pas si longtemps la même attitude permettait de gagner des oscars). Il faudrait également que les gens qui veuillent l'éliminer aient le bras très, très long.

Ou peut-être pas tant que ça. Il se trouve par exemple que Colleen McMahon, le juge en chef du SDNY (la cour de district qui contrôle les dossiers et les détenus du centre où était incarcéré Epstein), fut nommé à son poste par un certain Bill Clinton. Et Shirley Skipper-Scott, le gardien du MCC, fut nommé au sien par Colleen McMahon.

Si les médias de gauche doutent de la véracité du suicide, c'est uniquement pour mieux essayer d'en faire porter le chapeau à Trump, dont ils se sont échinés à bâtir l'image de "bon ami d'Epstein" depuis l'arrestation du pédophile, bien qu'elle ne corresponde pas à la réalité. Et d'autres penchent plus pour une élimination par le clan Clinton.

Choisissez votre complot, camarades! Deux hashtag sont tendance en ce moment, #TrumpBodyCount et #ClintonBodyCount. Mais ils ne sont pas équivalents. Le premier semble avoir été inventé précisément pour contrer le second, et on peut le voir selon l'origine du Trend par Google. L'attribution du "suicide" à Trump semble venir uniquement de Calfornie, et des gens font beaucoup d'effort pour obtenir du buzz sur cette version...

Que les Républicains et les Démocrates se renvoient la responsabilité du suicide organisé de Jeffrey Epstein n'a aucune importance, si la dispute peut au moins permettre d'enquêter pour accéder à la vérité. Le grand public - américain tout du moins - ne se laisser plus compter des fables de "dysfonctionnement" qui virent de plus en plus au grotesque. À un certain stade, ce sont ceux qui refusent de douter de la version officielle qui passent définitivement pour des imbéciles.

11 juillet 2019

Jeffrey Epstein, l'affaire de pédophilie du siècle

Jeffrey Epstein est un nom peu connu de ce côté de l'Atlantique. Les médias européens travaillent à y remédier mais d'une façon assez particulière, comme vous allez voir. En attendant, aux États-Unis, la mèche du plus gros scandale de pédophilie de l'histoire est allumée. L'explosion à venir laissera des traces.

Un milliardaire pédophile légendaire

Jeffrey Epstein, 66 ans, fait carrière dans la banque privée Bear Stearns avant de fonder son propre cabinet de gestion. Discret sur ses clients, il entretient un carnet d'adresse extrêmement fourni l'amenant à côtoyer les personnalités riches et célèbres du monde - politiciens, hommes d'affaires, vedettes de cinéma. Il acquiert ainsi de précieux mandats de gestion qui le rendent richissime.

Autant que son goût de la fête, son attirance pour les femmes très jeunes, voire trop jeunes, n'est un secret pour personne. Avant les années 2000, il achète l'île de Petit Saint-James dans les Îles vierges américaines. Il commence à la transformer - en éliminant la végétation indigène, en entourant la propriété de palmiers imposants et en plantant deux énormes drapeaux américains à chaque extrémité. L'homme a choisi ce lieu pour sa discrétion ; lorsque des guides amènent les plongeurs dans des lieux proches de l'île, les agents de sécurité se déploient sur les rives. Mais on se doute de ce qui s'y passe. L'île est surnommée Pedophile Island par les habitants des îles voisines.

Little-St-James-Island-Temple.png
Un temple bizarre, une des multiples constructions aménagées par Jeffrey Epstein sur son île

L'éloignement de son repaire ne pose pas de problème à notre homme, car il dispose de son Boeing 727 personnel. L'avion, dont il se sert également pour faire la navette de filles mineures entre New York et Palm Beach, est plaisamment surnommé "Lolita Express", selon le roman où un homme manœuvre pour coucher avec une fille de douze ans. Il est équipé d'un lit. Un employé est à bord pour s'assurer que des victimes mineures soient toujours "disponibles pour assouvir les besoins du patron" dès son arrivée.

L'avion ne sert pas qu'à Epstein. Il transporte aussi des invités de marque. Nous y reviendrons.

260px-Jeffrey_Epstein_mug_shot.jpgJeffrey Epstein se fait finalement rattraper par la justice. Classé délinquant sexuel, il est inculpé pour prostitution sur mineure. Il passe un accord avec le procureur de Floride dont la teneur est tenue secrète, même de ses victimes. Alors qu'il encourt des décennies de réclusion, la peine est extraordinairement douce. Dix-huit mois de prison, dont il ne fait que treize. Son aménagement de peine lui permet de passer ses journées à son bureau. Sa cellule privée est la plus luxueuse qui soit.

Dire qu'Epstein a bénéficié d'appuis en haut lieu serait un euphémisme. Nous y reviendrons aussi.

Après cet épisode, Jeffrey Epstein se fait plus calme, mais à peine. Il passe bien moins de temps aux États-Unis. Il y est arrêté récemment pour trafic de drogue et complot, lors d'une brève halte à New-York. L'affaire est relancée: entre 2002 et 2005, loin de simplement coucher avec des mineures, il aurait payé des filles de 14 ans non seulement pour des faveurs sexuelles mais aussi pour en recruter d'autres. Il s'agirait donc de proxénétisme aggravé avec des mineures. Il aurait aussi frappé certaines de ses victimes, et peut-être pire encore. Du matériel pédophile a été retrouvé sur ses appareils électroniques. Une soixantaine de jeunes filles auraient été victimes de son réseau.

Plaidant non coupable sur les accusations de proxénétisme sur mineure et de proxénétisme en bande organisée sur mineures, il encourt une peine de 45 ans de prison en cas de condamnation. Il est assez riche pour se payer de bons avocats ; ceux-ci rejettent les chefs d'accusation en affirmant qu'ils tombent sous le coup de l'accord extrajudiciaire de 2008. La justice répond que cet accord valait pour l'État de Floride et non pour celui de New-York où il vient d'être arrêté. Et tous les projecteurs se braquent sur cet étrange accord extrajudiciaire de 2008 signé avec le procureur de Floride.

Pourtant, même la relance de cette affaire, maintenant en 2019, ne doit rien au hasard.

Jeffrey Epstein, un modèle d'affaire original

L'histoire prend une tournure ahurissante. Elle est en plein développement.

Nous disions que, dans une saine attitude de partage des ressources, Jeffrey Epstein avait l'habitude de prêter son Boeing 727 Lolita Express à des amis. Les gens qu'il fréquentait, les personnalités riches et célèbres du monde. Mais, en homme avisé, il tenait aussi des comptes de leur passage dans un petit carnet noir, qui a fuité.

Bien des politiciens, hommes d'affaires, vedettes de cinéma devinrent très nerveux avec cette histoire de milliardaire pédophile. Bill Clinton, par exemple, qui, bien que personne ne lui ait jamais rien demandé, s'est empressé après la nouvelle arrestation d'Epstein de déclarer aux médias qu'il n'était monté "que quatre fois" à bord du Lolita Express - et uniquement pour des voyages visant à promouvoir la lutte contre le SIDA.

Une telle grandeur d'âme force le respect, encore que l'ancien Président puisse choisir des moyens de transport moins polémiques, mais c'est faux. D'après le carnet de bord d'Epstein, Bill serait monté à bord du Lolita Express vingt-six fois. Et pratiquement à chaque fois qu'il était à bord, il y avait aussi des filles mineures.

Quelques-uns de ses autres passagers?

...Et Donald Trump. Mais nous y reviendrons.

Bien entendu, le fait qu'une personnalité ait fait un petit vol sur le Lolita Express ne signifie pas forcément que des actes répréhensibles selon la loi et la morale aient eu lieu. Mais si ces trajets se multiplient, on peut tout de même se poser des questions.

Comment Jeffrey Epstein est-il devenu riche? Il n'est pas trader. Mais nous savons que c'est un homme avisé, comme en témoigne son petit carnet noir, et qu'il est adepte de pratiques sexuelles déviantes, comme le sexe avec des fillettes. Se pourrait-il qu'il ait d'autres déviances, comme le voyeurisme?

Se pourrait-il qu'il ait installé, que ce soit sur son île privée ou dans son jet de luxe, des caméras pour filmer ses ébats... Ou ceux de ses invités?

Se pourrait-il qu'il ait obtenu ainsi un moyen de pression absolument fantastique contre le gratin des grands de ce monde?

Se pourrait-il que ses nombreux amis, sensibles à ses arguments, lui aient confié leur argent à l'aide d'un mandat de gestion? Comme l'explique Quantian, un utilisateur de Twitter, une fois que la victime a compris que ses ébats sont sur vidéo, le reste est simplissime:

Il suffit alors de lui demander de virer ses économies sur un fonds offshore dans un paradis fiscal (tiens, comme celui d'Epstein) et personne ne verra la liste des clients (comme pour Epstein). Bien sûr, vous ne connaissez rien à l'investissement, mais vous faites plutôt des sottises sur le trading de devises (comme Epstein), et personne à Wall Street n'a jamais échangé avec vous (comme Epstein).

Un virement de 20 millions de dollars du milliardaire X sur votre compte bancaire, sans raison évidente, soulèverait de nombreuses questions. L'IRS voudrait certainement savoir ce que vous avez fait pour le justifier. Mais des frais trimestriels de 5 millions de dollars pour la gestion d'un actif d'un milliard de dollars? Personne ne hausse le moindre sourcil.


La prospérité d'Epstein pourrait reposer sur un racket de la pire espèce, mais cela expliquerait aussi pourquoi ses victimes haut placées aimeraient tant que l'individu reste libre. Peu importe qu'il paye pour ses crimes ou non - le véritable danger est dans sa bibliothèque de vidéos, qui pourrait contenir les ébats de nombreuses personnalités de premier plan avec des prostituées mineures.

Ce n'est pour l'instant qu'une théorie, mais elle tient la route. Et elle explique aussi la suite.

Le Meilleur Ami Pédophile de Trump, ou la genèse d'une Fake News

Un événement singulier a lieu depuis quelques jours: une étonnante falsification de l'histoire se coordonne entre Wikipédia, Google, et les grands médias d'Amérique et du monde. Dans cette falsification, les liens nombreux et puissants entre Epstein et le clan Clinton et autres Démocrates disparaissent, pour être remplacés par des liens superficiels avec Trump mis au premier plan. Et seuls ces derniers subsistent.

Les pages Wikipédia sont ainsi discrètement éditées. Les recherches d'images et les associations dans Google sont subtilement modifiées. Dans Le Figaro, Jeffrey Epstein devient "le milliardaire proche de Donald Trump". Il y a des centaines d'exemples.

Pour la Suisse romande, l'article de Valérie de Graffenried dans les colonnes du Temps est un bijou du genre. Les sous-entendus subtils s'associent aux délicats arômes de passages sous silence pour concocter un magnifique bouquet de désinformation.

Comme tout bon journaliste vous le dira, tout mensonge doit être entremêlé de vérité. Il y a des faits indéniables. Ainsi, le procureur qui scella l'accord de 2007 avec Epstein est Alexander Acosta "qui est devenu ministre du Travail de Donald Trump", explique insidieusement la journaliste. La trame implantée est à peine visible. Est-ce parce qu'il a scellé l'accord de 2007 avec Epstein qu'Acosta serait devenu ministre du Travail de Donald Trump? La réponse est évidemment négative - parce qu'Acosta n'était pas le premier choix de Donald Trump pour ce poste. Et parce qu'en 2007, personne, peut-être pas même Trump, ne savait qu'il serait président dix ans plus tard.

usa,pédophilie,justice,manoeuvres politiques
Une des nombreuses photos de Trump avec Epstein. Il n'existe en revanche aucun cliché de Bill Clinton en compagnie du même homme, malgré une amitié qui dure au moins depuis 1995.

Alexander Acosta n'est peut-être pas exempt de fautes et pourrait se faire rattraper par cet épisode, mais l'histoire est plus compliquée qu'il y paraît. Le juge qui valida cet accord, par exemple, était un appointé de Bill Clinton. Et Acosta a témoigné avoir subi des pressions à l'époque pour le pousser à une transaction - une source en haut lieu lui aurait ainsi affirmé qu'Epstein était "d'une catégorie supérieure" et devait être protégé "parce qu'il était lié aux services de renseignement". Or, il existe des preuves écrites d'un lien entre le FBI et notre pédophile. Et qui était directeur du FBI à l'époque? Un certain... Robert Mueller. Mais tout ceci n'est probablement que le fait du hasard.

Si Jeffrey Epstein avait été amené à "collaborer" avec des services de renseignement, on n'ose imaginer les moyens de pression dont disposeraient les fonctionnaires de ces agences vis-à-vis des puissants de ce monde, américains ou étrangers, corrompus par un voyage sur le Lolita Express.

Dans les articles européens, on ne verra pas mention des vingt-six voyages en avion de Bill. On ne verra pas les nombreuses donations d'Epstein à des organisations démocrates, des ONG de gauche et à la Fondation Clinton. On ne fera pas mention des 3,5 millions de dollars donnés par Epstein à Clinton via un compte suisse. Les relations d'Epstein avec les puissants se divisent visiblement en deux types d'associations: ceux a piéger, et ceux à soutenir en échange de protection.

Trump, en revanche, perçut assez vite Epstein pour ce qu'il était - un type intéressé par les filles jeunes, "parfois un peu trop jeunes". S'il côtoyait socialement le milliardaire comme beaucoup d'autres membres de la jet-set, il le fit chasser de son club exclusif de Mar-a-Lago après qu'Epstein se soit montré pressant envers la fille de quatorze ans d'un employé du club, avec interdiction de jamais y remettre les pieds.

En fait, il est peu probable que Trump ait jamais cherché à protéger Epstein, non seulement parce qu'il n'avait absolument aucune influence sur la politique et la justice américaine avant son élection, mais surtout parce qu'il a probablement tout à gagner à ce que les réseaux d'Epstein tombent avec le proxénète.

Un zeste de vertige

Livrons-nous à un peu de spéculation. Ressortons du placard la fameuse "théorie du complot" du Pizzagate - une page Wikipédia qu'il est bon d'archiver au vu de ce qui pourrait se produire ces prochaines semaines.

Vous ne vous rappelez pas le Pizzagate? "Une théorie conspirationniste prétendant qu'il existe un réseau de pédophilie autour de John Podesta, l'ancien directeur de campagne d'Hillary Clinton, par le biais de diverses interprétations et constructions, notamment en rapport avec une pizzeria et des courriels privés divulgués par WikiLeaks."

En fait il s'agit moins de pizzas que de mots-clés employés dans des courriers pour mentionner autre chose. Citons encore l'article de Wikipédia:

Dans sa correspondance qui paraît anodine, John Podesta mentionne plusieurs fois les mots pizzas, fromages et pâtes. Herbert Sandler, un agent immobilier demande dans un message à John Podesta intitulé fromage « tu penses que je ferais mieux de jouer aux dominos sur du fromage ou sur des pâtes? ».
Dans un autre courriel, Tony Podesta écrit à son frère « Mary n’est pas libre. Tu aimerais avoir une pizza pour une heure ? ».
Un 4channer pro–Trump (sic) lit les nombreux messages et pense déchiffrer un code utilisé pour communiquer en toute discrétion. Cheese Pizza, dont l'acronyme est CP serait utilisé pour parler de Children Pornography. Pizza désignerait une fille, domino pour domination, cheese signifierait petite fille, hot dog pour garçon, pasta pour petit garçon, glace veut dire gigolo et sauce pour orgie.
Le mot « pizza » est en effet employé comme mot de code pour désigner des notions en relation avec la pédophilie. Déjà en 2010, l'Urban Dictionary indiquait pour « Cheese Pizza » le sens de « child pornography ». En octobre 2017, un homme a été arrêté aux États-unis comme suspect d'activités pédophiles parce qu'il avait placé une annonce intitulée « "Woman/Moms that are into Cheese Pizza » et que, selon l'U.S. Attorney's Office, « Cheese Pizza » est un mot de code pour pornographie enfantine.


Qui commande des pizzas "pour une heure" puisque "Mary n'est pas libre"? Qui "joue aux dominos sur du fromage ou sur des pâtes?" Dans leur sens usuel, ces phrases n'ont absolument aucun sens.

Mais, nous sommes d'accord, et les rares esprits indépendants du grand public se sont vus suffisamment bourrer le crâne pour qu'on n'en parle plus, le Pizzagate est juste une théorie du complot, les grands médias (au-dessus de tout soupçon comme chacun sait) s'étant empressés de le démontrer.

Maintenant, entre les 26 vols de Bill à bord du Lolita Express, les étranges mails impliquant John Podesta, les protections en haut lieu dont a visiblement bénéficié Jeffrey Epstein en 2008, il paraît difficile de penser que le volet judiciaire de l'affaire ait été traité en totale indépendance.

Il va de soi que rien de tout cela ne serait jamais ressorti sous la présidence d'Hillary Clinton. Mais l'impensable s'est produit, Trump a été élu. La protection que s'accordaient les uns les autres semble se fissurer. La vérité éclatera-t-elle?

06 juillet 2019

Solidarité journalistique

Quoi de plus important que les confrères dans l'actualité? C'est ainsi que Le Temps consacre un long article et un éditorial à l'affaire essentielle du moment, qui affecte défavorablement Le Courrier.

"La presse ne méritait pas cela", écrit le rédacteur en chef Stéphane Benoit-Godet. "Ce n’est pas une bonne nouvelle pour la liberté de la presse", poursuit-il.

Quelle terrible infamie vient de frapper les innocents qui travaillent au Courrier? Une censure administrative? Une descente de nervis d'extrême-droite? Un de ces coups du destin que l'on ne souhaite même pas à ses ennemis? Rien de tout cela. En deuxième instance du procès qui l'oppose à l'homme d'affaire Jean Claude Gandur, Le Courrier vient d'être condamné à... rien.

Rien, c'est encore trop pour nos hérauts de la presse écrite, jalouse de son indépendance. Alors la rédaction du Temps, notable parmi les notables s'il en est dans la presse romande, monte au créneau. On défend la famille. Maladroitement. L'empressement de M. Benoit-Godet à s'indigner dans un espace à disposition l'a sans doute amené à quelques raccourcis intellectuels, comme celui de lire l'article qui résume l'affaire dans son propre journal.

S'il l'avait lu, qu'y aurait-il trouvé?

«Gandur: mécène en eaux troubles». Publié en 2015, cet article du Courrier «constitue une atteinte illicite à la personnalité», a tranché ce mardi la justice genevoise. En deuxième instance, la Cour considère que les «nombreuses figures de style vexatoires, la forme inutilement rabaissante et le fait que la véracité de la plupart des faits n’était pas établie constituent un acharnement qui va au-delà de ce qu’autorise le devoir d’information de la presse et n’est justifié par aucun intérêt public».


Les juges, qui sont aussi des hommes de lettres, n'y vont pas de main morte. Il n'est pas question de liberté de la presse, mais de calomnie. Peut-on calomnier librement parce qu'on a une carte de journaliste? Selon le rédacteur en chef du Temps, la réponse est oui. Les juges pensent autrement. Mais replaçons l'affaire dans son contexte:

En 2015, Jean Claude Gandur [est] sous le feu des projecteurs. Lui-même collectionneur d’art, il [promet] 40 millions de francs pour le projet de rénovation du Musée d’art et d’histoire de Genève. A une condition toutefois: que le nouvel écrin accueille et entretienne une partie de ses œuvres pendant 99 ans. La polémique est vive.

C’est dans ce contexte que Le Courrier s’intéresse au fondateur du complexe pétrolier Addax and Oryx Group (AOG), actif notamment au Nigeria. Le journaliste aurait toutefois dépassé les bornes, dit la Cour, qui ne s’arrête pas là. Le portrait «tend à indiquer que le journaliste a cherché à entacher la réputation du mécène en vue d’influencer le vote», accuse l’instance judiciaire.


L'opération sera d'ailleurs couronnée de succès. Le soutien du mécène sera rejeté à 54%, contre l'avis des autorités. Bah! Si on fait fuir les mécènes, il y aura toujours des contribuables pour les remplacer. En attendant, les accusations laissent des traces. M. Gandur goûte peu d'être ainsi traîné dans la boue. Il attaque en justice Le Courrier, et gagne en première instance comme en appel.

Venons-en aux terribles dommages qui menacent d'emporter Le Courrier:

La décision de justice prévoit avant tout de contraindre Le Courrier à retirer l'article de son site et à faire paraître une rectification. Une pleine page devra être consacrée à la décision de justice, qui devra également apparaître sur son site internet. Cette obligation amène par ailleurs le tribunal à considérer que la demande de dédommagement d’un franc symbolique exigée par le mécène en première instance n’a plus lieu d’être.


Il n'y aura donc même pas de franc symbolique pour l'entrepreneur Jean-Claude Gandur, dont la "fortune personnelle est estimée à plus de 2 milliards de francs" rappelle, venimeux, Le Temps. Selon le schéma mental de la lutte des classes, toujours d'actualité dans certaines rédactions, il va de soi qu'un individu riche (hormis de gauche) est forcément une crapule coupable de quelque abominable forfait. Qu'il paye pour des crimes, ou pour d'autres, c'est de bonne guerre!

En revanche, Le Courrier, coupable de calomnie, se retrouve à devoir payer 47'000 francs de frais de justice - et voilà le nœud du problème.

La solution, pour Stéphane Benoit-Godet? "Jean Claude Gandur pourrait sortir avec panache de ce conflit en prenant les frais de justice du Courrier à sa charge et en convainquant ce dernier d’abandonner son recours au Tribunal fédéral." À la victime de payer pour secourir le coupable! Un rédacteur en chef du Temps ose tout, c'est même à ça qu'on le reconnaît.

Revenons sur terre quelques minutes. Les journalistes sont payés pour leurs écrits. En tant que professionnels, ils sont responsables de leur plume. Le Courrier est un journal d'opinion mais il y a une limite entre l'opinion et la calomnie, et le journal l'a franchie. La justice s'est chargée par deux fois de le rappeler.

Dans son délire de "pouvoir défié, même avec maladresse", M. Benoit-Godet oublie que la condamnation sanctionne avant tout des accusations sans preuve, de la médisance et des sous-entendus. Est-ce là le niveau de journalisme dont il se fait le défenseur? Ou pense-t-il que par nature les journalistes devraient être absous de toute poursuite, faisant d'eux des Übermensch légaux, statut bien peu compatible avec le libéralisme où chacun doit répondre de ses actes? La question reste ouverte.

Le Courrier, arc-bouté dans sa posture d'infaillibilité, refuse de plier. Il envisage donc un recours devant le Tribunal Fédéral, espérant tomber enfin sur un panel de juges favorables. Et pour couvrir les frais de justice à venir, il ne prévoit rien de moins qu'une participation des lecteurs...

Entre les appels à faire payer les frais du procès par ceux-là même qu'ils traînent dans la boue ou par un appel à leur public, une chose est sûre, les journalistes romands vivent dans un monde où ils ne doivent jamais être tenus pour responsables de ce qu'ils écrivent.

médias,justice

23 août 2018

Les socialistes de Renens découvrent le communautarisme

Le verdict est tombé: acquittement. Fadhil*, Conseiller communal socialiste, n'est pas reconnu coupable par la justice vaudoise de s'être livré à de la "captation de vote" lors des dernières élections à Renens.

immigration,manoeuvres politiques,justice,élections

L'histoire remonte aux élections communales de 2016. Au-delà des résultats généraux, dont il fut rendu compte dans ce billet, le dépouillement donna lieu à une étrangeté: des dizaines de bulletins de vote socialistes biffés de la même façon avec quatre ou cinq "cibles désignées", éventuellement assortis du cumul de Fadhil. Le soupçon de manipulation est courageusement révélé au grand jour par une dénonciation anonyme... Comme l'explique alors 24Heures,

[Fadhil, candidat PS sortant], aurait manipulé des bulletins de vote pour favoriser sa réélection au détriment de rivaux de son propre parti, qui ont d’ailleurs perdu leur siège. Un recomptage est ordonné, de même qu’une enquête administrative du Canton. Conclusion: le résultat du scrutin est revu, deux élus sont réintégrés, mais l’élection de [Fadhil] est confirmée et l’enquête ne parvient pas à établir l’existence d’irrégularités.


Bien que les faits ne soient susceptibles que d'une amende, la fraude potentielle est ici suffisamment importante - on parle de 120 votes - pour attirer l'attention de tous les acteurs du Canton, médias, Conseil d'État, justice. Le procureur Christian Buffat s'empare de l'affaire et monte un dossier.

Avec l’aide d’autres personnes, que le Ministère public n’a pas pu identifier à ce jour, [l'élu socialiste] aurait cumulé son propre nom et biffé de manière systématique les noms de cinq autres candidats du PS renanais.

L’acte d’accusation précise que [Fadhil] aurait remis ces bulletins notamment à des électeurs de la communauté kurde, qu’il aurait personnellement approchés pour les amener à voter.


Le procès a lieu cette semaine, et voit passer le témoignage à charge de l'ancienne syndique communiste de Renens Mme Huguenin. La Municipale socialiste Patricia Zurcher Maquignaz fait quant à elle état de pratiques locales courantes dans la falsification d'élections:

Selon elle, [l'accusé aurait accédé] à la présidence de l’association des jardins familiaux de Renens à l’issue d’un vote où le nombre de bulletins était supérieur au nombre de membres inscrits. «Elle n’était pas présente, a répliqué [Fadhil]. Chaque fois que je réussis quelque chose, on m’accuse.»


Malgré les nombreux témoignages à charge, les preuves matérielles sont insuffisantes et le tribunal prononce l'acquittement. Il ne s'agit guère d'une surprise ; dès avril 2016, à la suite d’une enquête administrative, le Conseil d'État avait nié toute irrégularité, estimant que «le fait que quelques candidats aient été systématiquement biffés et d’autres régulièrement ajoutés ne permet pas de conclure à une fraude». La vraie fraude, c'est à partir de combien de bulletins Mesdames et Messieurs du Conseil d'État?

Maintenant que Fadhil est blanchi par la justice, il retrouve de plein droit sa place au sein du PS renanais. Entre une Municipale témoignant contre lui et des élus socialistes victimes de ces bulletins biffés mais élus tout de même, l'ambiance des prochaines séances de groupe du Parti Socialiste risque d'être encore plus lourde que pendant ces deux dernières années.

Mais toute cette histoire n'est pas là que pour rendre compte des turpitudes de la vie politique renanaise. Quelle que soit la véracité qu'on accorde à la version des uns et des autres, elles ont en commun que des dizaines d'électeurs de la communauté kurde de Renens ont accepté de suivre les instructions de l'un d'eux, et l'ont fait avec une remarquable discipline. Leur nombre a fini par peser sur le résultat de l'élection elle-même. Cette approche risque de renforcer les nombreuses tensions communautaires à Renens, celles entre les Turcs et les Kurdes n'étant pas des moindres.

La "personnalisation" du communautarisme n'était sans doute pas ce qu'avaient en tête les socialistes suisses lorsqu'ils choisirent de courtiser le vote des étrangers. Au lieu de réunir les électeurs sur des valeurs helvétiques communes comme le fait l'UDC, le parti socialiste se trouve dans une impasse. En jouant la carte des minorités, il se condamne: impossible d'être l'agrégat de toutes les minorités. Le résultat des rapports de force ethnique aura tôt fait de transformer les listes électorales socialistes en champ de bataille où chaque communauté luttera pour la suprématie en doublant les siens et en biffant le reste. Cette trajectoire ne peut que nuire aux candidats d'origine suisses, qui seront les premières victimes du feu croisé des uns et des autres.

Nul doute que les stratèges socialistes vont désormais surveiller de près les statistiques des bulletins modifiés lors des prochaines élections - et pas qu'à Renens.

*prénom d'emprunt, pour la forme.

04 juillet 2018

Pologne: les juges rouges s'accrochent

Ne comptez pas sur les médias pour raconter avec un minimum d'honnêteté ce qui se déroule en Pologne.

Prenons par exemple un article de France24:

La Commission européenne a lancé, lundi 2 juillet, une nouvelle procédure d'infraction contre la Pologne, visant cette fois à "protéger l'indépendance de la Cour Suprême" polonaise. Ce recours européen intervient à la veille de l'application d'une réforme controversée.

L'exécutif européen estime que les modifications apportées par la Pologne au fonctionnement de sa Cour Suprême portent atteinte à l'indépendance de cette instance et la primauté du droit. La Commission a souligné le "manque de progrès" dans le dialogue déjà entamé sur le sujet dans le cadre de la procédure en cours contre Varsovie sur la question plus générale du respect de l'État de droit, et a donc décidé "aujourd'hui de lancer la procédure d'infraction de toute urgence", a expliqué un porte-parole de l'institution.(...)

La nouvelle loi polonaise prévoit que le mandat d'un tiers des juges (27 sur 72) de la Cour Suprême, âgés de plus de 65 ans, expire mardi. Or, la Commission estime que la nouvelle législation "sape le principe de l'indépendance judiciaire, notamment l'inamovibilité des juges" et donc que la Pologne ne répond pas aux obligations des traités européens, est-il expliqué dans un communiqué.


Dans un autre article, le même média explique que "Varsovie mène depuis plusieurs mois des réformes controversées, visant à accroître le contrôle de l'exécutif sur le pouvoir judiciaire."

Le décor est planté:

  • d'un côté le diabolique gouvernement polonais aux accents totalitaires - n'est-il pas de droite, pour commencer? Il veut faire "main basse" sur la pouvoir judiciaire incarné par la Cour Suprême polonaise pour d'inexprimables raisons, et ne comptons pas sur les journalistes pour en rendre compte ;

  • de l'autre, les gentils juges de la Cour Suprême polonaise qui se défendent avec courage et du mieux qu'ils peuvent contre l'odieux gouvernement. Ils sont aidés en cela par les vaillants et vigilants cerbères de l'Union Européenne, toujours à l'affut des dérives autoritaristes qui pourraient germer dans un des États membres.

Il ne reste plus qu'à jouer la pièce où, on l'espère, les gentils triompheront des méchants.

Évidemment, dans la réalité, la situation est toute autre. Commençons par nous attarder - ou, pour la plupart d'entre vous, découvrons - quelle est cette fameuse réforme et pourquoi elle survient.

Pourquoi cette réforme?

Les autorités polonaises ne font pas vraiment mystère de leurs motivations devant les journalistes et même les officiels de l'Union Européenne, mais, bizarrement, leurs propos ne finissent quasiment jamais dans les pages des journaux.

Les dirigeants de la Pologne n'avancent même pas masqués. La Pologne est un pays libre. Le gouvernement polonais de droite, du parti "Droit et Justice", a été porté au pouvoir de façon tout à fait démocratique. Il a fait notamment fait campagne sur sa volonté de réformer le fonctionnement de la Cour Suprême, de la façon dont elle se concrétise aujourd'hui.

La réforme de la Cour Suprême était un élément central du programme "Ne Plus S'agenouiller" de Droit et Justice. M. Kaczynski, chef du parti et principal artisan de la réforme, était au pouvoir de 2005 à 2007. Pendant cette période, de nombreuses réformes législatives dûment approuvées par l'assemblée furent bloquées par les juges de la Cour Suprême, sans aucun journaliste occidental pour protester contre les abus de pouvoir des juges. Il en vint à réaliser que la transition démocratique commencée en 1989 était pervertie parce que de nombreux anciens apparatchiks, amis ou alliés des communistes étaient encore profondément enkystés dans tous les rouages de l'État. Il n'y eut pas de Procès de Nuremberg en Pologne, mais pas même d'éviction des institutions des communistes qui s'y réfugiaient - parmi lesquelles la Cour Suprême.

Les élus de Droit et Justice commencèrent par rénover le Tribunal Constitutionnel, qui décide si la conformité des lois et des traités vis-à-vis de la Constitution, en associant à ses quinze membres élus individuellement par la Diète un mandat unique non renouvelable de neuf ans. Une fois ce Tribunal revenu dans le giron de l'État, ils passèrent une série de mesures visant à continuer la décommunisation du reste du système judiciaire polonais, affectant ensuite la Cour Suprême et demandant la mise à la retraite des juges les plus âgés. Mais cette fois-ci ils trouvèrent sur leur chemin l'opposition pro-communiste, évidemment alliée à l'Union Européenne où la gauche internationale trouve toujours des appuis.

Lorsque le chef du gouvernement polonais Mateusz Morawiecki s'exprima aujourd'hui devant les eurodéputés à Strasbourg, il rappela que son pays luttait "encore contre le post-communisme" avec sa réforme du système judiciaire. Faisant référence au coup de force du général Jaruzelski contre Solidarnosc en 1981, il lança:

"Savez-vous que des juges du temps de l’état de siège, qui avaient prononcé des sentences honteuses, sont aujourd’hui à la Cour Suprême que vous défendez?"


Mais les eurodéputés le savent bien - c'est même pour cela qu'ils les défendent!

La politisation de la justice

Il existe plusieurs sources de loi - les productions du pouvoir législatif, dont c'est la finalité, mais aussi la jurisprudence issue de la confrontation entre la loi et les innombrables cas particuliers rencontrés au cours des procès. C'est pour cela qu'on explique que "le Droit se découvre".

Hormis quelques exceptions, la gauche et la droite ont en général des points de vue et des attitudes antagonistes quant au fonctionnement des institutions. Pour la droite, les institutions doivent répondre aux besoins qui les ont rendues nécessaires. Pour la gauche, les institutions sont des outils au service de leur idéologie.

C'est pour cela par exemple que le prétendu déséquilibre entre "conservateurs" et "progressistes" au sein de la Cour Suprême américaine n'est une vision déformée de la réalité présentée par les médias. Il n'y a pas de "conservateurs" et de "progressistes", il y a des "juges classiques" d'un côté et des "militants de gauche" de l'autre. Leurs natures respectives sont différentes. Les "juges classiques" font le job qu'on attend d'eux dans le poste qui est le leur au sein de la Cour Suprême: ils décident de la conformité des lois avec la Constitution selon la volonté exprimée dans celle-ci de limiter les pouvoirs de l'État à des tâches précises. Les "militants de gauche" eux utilisent leurs prérogatives pour appuyer toute loi venant du camp démocrate et tenter de contrecarrer toute loi venant du camp républicain, point final. Pour eux la Constitution n'est qu'un vieux morceau de papier sans intérêt.

Cette division entre "juges classiques" d'un côté et "militants de gauche" de l'autre se répète peu ou prou dans tous les pays, la Pologne comme les autres.

L'absurde combat de la Cour Suprême polonaise

En défiant la réforme comme le fit aujourd'hui l'ex-présidente de la Cour Suprême polonaise Malgorzata Gersdorf en venant quand même à son bureau, les magistrats polonais se mettent dans la situation ubuesque d'enfreindre la loi qu'ils sont chargés de faire respecter. Ils se justifient - et s'absolvent - au nom de leur conception de la justice, expliquant que la nouvelle loi est "inconstitutionnelle". Ce n'est pas de la justice, juste un abus de pouvoir visant à plier la réalité à leur volonté.

Outre qu'ils outrepassent ainsi leurs compétences - la Pologne dispose d'un Tribunal Constitutionnel chargé de statuer sur ces questions, comme nous l'avons évoqué - ils se mettent en porte-à-faux avec les pouvoirs exécutifs et législatifs de l'État polonais.

Les trois pouvoirs, exécutifs, législatifs et judiciaires sont séparés mais jamais indépendants les uns des autres. Ils se surveillent et se contrôlent mutuellement. Les juges ne peuvent pas ignorer la loi rédigée par les députés, et les élus du gouvernement doivent pouvoir être poursuivis pour des méfaits commis dans le cadre de leur mandat, comme de la corruption.

La Cour Suprême polonaise est otage d'une coterie communiste indéboulonnable qui fut placée là avant même l'effondrement du Mur de Berlin. Même les juges qui furent nommés après l'émergence de la démocratie furent cooptés au sein de cette communauté idéologique, étant entendu qu'un juge nommé à la Cour Suprême était auparavant membre d'une Cour moins élevée mais appartenant tout de même au sérail. Comme dans d'autres institutions (à l'instar de l'Université ou des écoles de journalisme) la gauche verrouille les systèmes pour y perpétuer sa mainmise même quand les vents sont contraires.

Le gouvernement de Morawiecki trouva une réponse particulièrement habile pour faire sauter le verrou, d'autant plus que l'âge de la retraite a été abaissé pour tous les Polonais. La rage des militants pro-communistes est à la hauteur de leur impuissance, car il n'y a rien d'absurde à changer la limite d'âge supérieure pour exercer. Les juges suisses du Tribunal Fédéral helvétique sont soumis à un mandat renouvelable de 6 ans, mais ne peuvent exercer au-delà de 68 ans. Qui viendrait manifester à Berne ou à Bruxelles en disant qu'il s'agit d'une odieuse mainmise du gouvernement sur le pouvoir judiciaire?

pologne,justice,médias,mensonges
Malgorzata Gersdorf, 66 ans cette année.

De même, les nouveaux juges sont nommés par le gouvernement en place et approuvés par l'assemblée - comme dans d'innombrables pays comme la Suisse ou les États-Unis. Le seul moyen de faire pencher en profondeur l'équilibre idéologique de la justice consiste à gagner les élections pour disposer des deux autres pouvoirs, sur la durée.

En refusant de se soumettre à la loi, les juges de la Cour Suprême polonaise et leur ex-présidente Malgorzata Gersdorf ne font rien d'autre que clamer à la face du monde que le pouvoir dont ils disposent devrait résider dans leurs seules mains et s'y perpétuer, sans rendre de compte à personne, comme une caste d'inspiration divine.

Si quelqu'un trahit l'état de droit en Pologne ce n'est pas le gouvernement, mais bien ces gens-là.

25 mai 2018

Protection des données et guerre commerciale

La GDPR est là.

Si vous résidez quelque part sur le continent européen - voire même si vous résidez ailleurs - vous ne pouvez pas ne pas être au courant. Les courriers électroniques de notification de changement des conditions générales inondent toutes les boîtes aux lettres. Avec tambours et trompettes, la GDPR s'impose à tous et toutes.

règlementation,ue,justiceQu'est-ce que la GDPR? Le Règlement Général sur la protection des données, ou RGPD en français. Outre sa page Wikipédia, une vaste littérature a été rédigée sur le sujet, souvent dans l'urgence. Même le résumé a été écrit mille fois, mais mentionnons-le encore pour mémoire: la GDPR vise à changer la façon dont les entreprises gèrent les données de leurs clients, employés et utilisateurs. Le texte, long d'une centaine de pages, vise à instaurer des "droits" comme le droit à l'effacement, le droit au transfert de données, le droit au consentement explicite, le droit à une notification en cas de fuite de données et bien d'autres choses encore.

On peut discuter à l'infini de l'intérêt de la GDPR. Outre les bons sentiments qui ont, espérons-le, amené à son existence, aura-t-elle des conséquences positives? L'harmonisation des réglementations nationales est-elle une bonne idée? L'agitation qui saisit les entreprises en ce moment débouchera-t-elle sur une amélioration réelle du traitement des données utilisateurs, ou tout ceci ne sera qu'un énième coup d'épée dans l'eau?

La date du 25 mai 2018 est à marquer d'une pierre blanche, puisque c'est la date à partir de laquelle la GDPR entre en force. En coulisses, les entreprises ont eu du temps pour se préparer. Outre les tractations législatives, le texte fut publié le 4 mai 2016 dans le Journal officiel de l'Union européenne. Il entra en vigueur le vingtième jour suivant celui de sa publication, amenant un délai de deux ans pour l'alignement des entreprises face à la nouvelle norme (comprenant la transposition du règlement dans les législations nationales de chaque pays membre). Et nous y sommes finalement.

Le côté obscur de la GDPR

Comme souvent dans le domaine privé face aux changements législatifs, certaines sociétés ont été longues à la détente. Mais aujourd'hui, toutes sont prêtes autant qu'elles puissent l'être ; il en va de leur survie économique. La GDPR ne vient pas qu'avec une longue liste de "droits" à l'intention des consommateurs, mais aussi avec une énorme massue.

Une organisation reconnue coupable de manquements à la GDPR pourrait être ainsi amendée à hauteur de 4% de son chiffre d'affaire annuel mondial, ou 20 millions d'euros, selon la valeur la plus grande. Ce sont des montants absolument gigantesques.

Ces amendes - 20 millions d'euros minimum, je rappelle - peuvent instantanément tuer toute PME sur le continent pour un "crime" dont la létalité mérite franchement d'être discutée. Il est probablement moins pénalisant financièrement d'empoisonner ses clients. L'amende en pourcentage du chiffre d'affaire est quant à elle destinée aux grands groupes (les GAFAM comme on les appelle parfois pour Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft). S'ils ont la puissance organisationnelle pour faire face à la GDPR, nul doute que le législateur européen a conçu son texte en se léchant les babines à l'idée "d'amender" un gros poisson et d'en retirer une véritable manne (la question de l'entité qui encaissera le montant de l'amende n'est d'ailleurs pas clairement définie dans le texte, ce qui augurera de jolies empoignades lorsqu'il y aura un magot à partager).

Pour faire simple, les Européens ont reproduit à travers l'Union Européenne exactement les mauvaises pratiques qu'ils reprochent continuellement aux Américains: des amendes aux montants confiscatoires associés à l'incertitude du droit. La GDPR n'offre en effet aucune garantie à travers le temps. Il suffit qu'une fuite de donnée survienne, et elles semblent inévitables sur une période suffisamment longue, pour que les autorités de surveillance décrètent que le règlement a été enfreint.

Même si toutes les mesures raisonnables sont prises, il sera toujours possible aux autorités de plaider que les choses n'ont pas été faites assez vite, ou assez bien, ou assez complètement, ou que la fuite de données trahit une carence coupable en amont. Les prétextes disponibles pour écarter toute défense sont virtuellement infinis, dégageant le chemin pour les amendes confiscatoires.

Impérialisme européen?

Les Européens ont poussé le vice (et l'hypocrisie) jusqu'à copier la fameuse extraterritorialité qu'ils reprochent aux Américains, comme les menaces de sanctions économiques américaines dans le dossier iranien. La GDPR s'impose à toute société faisant commerce en Union Européenne, ou stockant les données de citoyens membres de l'Union. La Suisse est donc naturellement touchée:

Il suffit que des marchandises ou services aient pour destinataire une personne dans l'UE. Les nouvelles règles seront donc directement applicables à de nombreuses entreprises suisses, y compris celles qui n'ont ni siège ni filiale dans un pays de l'UE.

Selon la faîtière des entreprises economiesuisse, les exportateurs suisses, les entreprises de vente par correspondance et les exploitants de plate-formes de commande en ligne sont notamment touchés. Toutes les firmes qui analysent le comportement des visiteurs d'un site ou d'une application de téléphone intelligent sont également concernées.

Même l'envoi d'une lettre d'informations entraîne souvent le passage par un prestataire à l'intérieur de l'UE, souligne economiesuisse. Un boulanger de village ou l'exploitant d'une petite boutique en ligne ou d'autres services sur la Toile peuvent ainsi déjà entrer dans la zone d'application du RGPD.


De par sa nature même, la GDPR tourne toute marge d'interprétation possible en sa faveur. On se doute bien que la Suisse aurait de toute façon adopté la GDPR avec l'enthousiasme servile dont elle est coutumière, mais la GDPR vise bien au-delà. Des sociétés asiatiques, africaines ou américaines, qui n'ont parfois pas le moindre lien commercial direct avec l'Union Européenne, se conforment à la règlementation juste au cas où. Il ne s'agit aucunement d'une démarche d'adhésion mais simplement de la peur, et de la contrainte distillée par des fournisseurs ou des clients qui sont plus directement soumis à la GDPR.

Jamais l'impérialisme législatif n'a mieux porté son nom.

Singularité ou galop d'essai?

La GDPR est lancée ce 25 mai. L'oiseau de proie prend son envol. Nul ne sait encore ce qu'il ramènera dans ses serres. Mais si la chasse est bonne, on peut s'attendre à ce que la GDPR soit suivie de nombreux avatars bâtis sur le même modèle: des règlementations communautaires forçant sur un prétexte ou un autre à adapter le comportement des entreprises dans le monde entier, avec à la clef des pénalités financières ahurissantes.

Je ne peux m'empêcher de penser que ceci n'augure rien de bon. Les risques d'escalade législatifs sont réels avec d'autres pays (comme la Chine) ou groupes de pays, et le risque de fermeture pure et simple de certains liens économiques l'est tout autant. Ni l'un ni l'autre ne bénéficieront au consommateur, et pourraient déboucher sur de véritables conflits - qu'on espère seulement commerciaux.