10 septembre 2021

Longue Vie aux Princes du Viol

En Europe de l'Ouest et aux États-Unis, les autorités rivalisent d'appétit pour l'accueil de réfugiés afghans. Pendant le pont aérien de Kaboul, Joe Biden se félicita depuis la Maison Blanche d'avoir évacué "plus de 120'000 personnes" depuis la mi-août - c'est-à-dire essentiellement des Afghans ; les Américains dans le pays, entre 10'000 et 15'000, ne furent qu'un ingrédient mineur de cette foule. 20'000 Afghans furent directement amenés aux États-Unis, et 43'000 autres dispersés sur plusieurs bases américaines à l'étranger en attente d'un prochain rapatriement aux États-Unis, selon des officiels du Pentagone. Du reste on ne sait rien, hormis qu'il y a déjà des problèmes.

Le 28 août, le Royaume-Uni put se féliciter quant à lui d'avoir "évacué 15'000 Afghans et citoyens britanniques sur les deux dernières semaines" par le biais de son ambassadeur à Kaboul, Laurie Bristow. Personne ne lui demanda de préciser la proportion des uns et des autres. De leur côté, les Français envoyèrent au moins 2'600 Afghans vers leur pays, qui vinrent avec le sourire. Ils s'ajouteront aux 41'000 déjà présents dans l'Hexagone, dont 31'000 réfugiés. Mais la plus grosse communauté afghane d'Europe est en Allemagne, avec 148'000 réfugiés afghans sur son sol (en 2020). La plupart des Afghans arrivant en Europe choisissent en priorité l'Allemagne, le Royaume-Uni ou les pays nordiques pour s'installer.

En Suisse, 219 personnes sont venues de Kaboul durant ce seul mois d'août. Si l'UDC met en garde contre les terroristes potentiels, le PS - par l'inénarrable Carlo Sommaruga - trépigne pour en avoir davantage: "la Suisse devrait accueillir 10'000 personnes vulnérables, en particulier des femmes et filles, en provenance d’Afghanistan", clame le politicien. Hélas! Les hommes jeunes, en pleine santé et en état de se battre forment l'écrasante majorité de ces populations importées. Cela ne doit rien au hasard.

Afghans au départ de l'aéroport de Kaboul, fin août 2021

Les talibans revenus au pouvoir en Afghanistan, on prépare le grand public à une nouvelle déferlante migratoire. Mais qu'elle ait lieu ou non, les Afghans sont déjà nombreux en Europe occidentale. Une population particulière que le Dr Cheryl Bernard de l'Institut Rand connaît bien - et qu'elle décrit dans un article de 2017 que chacun devrait lire. Il explique bien des choses sur ces populations de réfugiés afghans que nous accueillons déjà. Voici une traduction de l'essentiel de son propos. La mise en gras est de moi.

 


 

J'ai travaillé avec des réfugiés pendant des décennies. La vague de criminalité afghane en Europe est ahurissante.

Les Afghans se distinguent parmi les réfugiés qui commettent des crimes en Autriche et ailleurs. Pourquoi?

En 2014, lorsque des vagues de réfugiés ont commencé à affluer en Europe occidentale, les citoyens et les responsables ont réagi avec générosité et ouverture. Des réfugiés épuisés sont sortis des trains et des bus pour être accueillis par des foules offrant en cadeaux vêtements et nourriture et brandissant des pancartes indiquant "Refugees Welcome".

Cette lune de miel ne pouvait pas durer (...) [Survint] un développement inattendu, et intolérable: l'incidence importante et croissante des agressions sexuelles commises par les réfugiés contre les femmes autochtones. Il ne s'agissait pas de rendez-vous-galant-dégénérant-à-cause-de-quiproquos-culturels, mais d'attaques violentes et sans préméditation contre des filles et des femmes au hasard, souvent commises par des gangs ou de jeunes hommes en meute. Au début, les incidents furent minimisés ou étouffés - personne ne voulant donner des munitions à la droite nationaliste pour lui permettre de s'agiter. L'espoir résidait dans l'idée qu'il s'agisse de cas isolés causés par un petit groupe problématique. Au fur et à mesure les incidents se multiplièrent, et parce que nombre d'entre eux eurent eu lieu en public (...) il ne devint plus possible de balayer l'affaire sous le tapis du politiquement correct. Et avec la reconnaissance officielle et les rapports publics, une note de bas de page étrange et déroutante émergea. La plupart des agressions étaient commises par des réfugiés d'une nationalité particulière: des Afghans. (...)

Ce n'est pas un article que j'ai eu plaisir à écrire. J'ai travaillé sur des questions liées aux réfugiés pendant une grande partie de ma vie professionnelle, des camps pakistanais pendant l'occupation soviétique de l'Afghanistan au Yémen, au Soudan, en Thaïlande, en Éthiopie, à Djibouti, au Liban, en Bosnie, au Nicaragua et en Irak, et j'éprouve une profonde compassion face aux épreuves traversées. Mais nulle part je n'avais rencontré un phénomène comme celui-ci. J'ai vu des réfugiés pris au piège dans des circonstances qui les rendaient vulnérables au viol, par des gardiens de camp ou des soldats. Mais que des réfugiés deviennent auteurs de ces crimes dans le lieu qui leur avait donné asile? C'était quelque chose de nouveau. De plus, ma vie personnelle et professionnelle m'a offert de nombreux amis afghans et afghano-américains, et ils n'ont collectivement rien de psychopathes. (...) Il est impossible d'imaginer l'un d'entre eux se livrer aux agressions sexuelles extravagantes, bizarres et primitives pour lesquelles leurs jeunes compatriotes deviennent tristement célèbres. Pourtant, nous en sommes là.

Il y a quelques semaines, la ville autrichienne de Tulln a déclaré l'arrêt complet de toute nouvelle admission de réfugiés. Comme le maire l'a précisé, cette décision visait les Afghans, mais pour des raisons juridiques et administratives, elle ne pouvait être promulguée que de manière globale. Telle n'était pas l'intention initiale de la ville - au contraire, elle venait d'achever la construction d'un tout nouvel établissement coûteux pour les demandeurs d'asile, qui serait désormais, déclara le maire, consacré à un autre objectif. Ses mots exacts furent: "Nous en avons eu assez." Après une série d'incidents troublants tous causés par des Afghans, le viol collectif brutal d'une jeune fille de quinze ans fut le point de bascule. Agressée en pleine rue alors qu'elle rentrait chez elle, elle finit enlevée puis violée en série par des réfugiés afghans. (...)

Un peu plus tôt, à Vienne, une jeune étudiante turque en programme d'échange avait été poursuivie jusque dans des toilettes publiques par trois réfugiés afghans. Ils bloquèrent la porte et se mirent à l'attaquer sauvagement. L'attrapant par le cou, ils lui frappèrent la tête à plusieurs reprises contre une cuvette de toilettes en porcelaine pour l'assommer. Comme cela ne réussit pas à briser sa résistance désespérée, ils se relayèrent pour la maintenir et la violer. La jeune femme dut être hospitalisée, après quoi, trop affectée pour reprendre ses études, elle s'enfuit chez elle en Turquie, traumatisée et misérable, incapable de comprendre ce qui s'était passé et incapable, dans une société musulmane conservatrice, de confier son expérience à qui que ce soit... (...)

Il fallut un certain temps pour que ce type d'agression soit identifié car, jusqu'à récemment, les médias d'Europe occidentale s'abstenaient délibérément de préciser le statut de réfugié ou d'asile d'un agresseur, ainsi que son pays d'origine. Ce n'est que lorsque la corrélation est devenue dramatique au point d'en devenir digne d'intérêt que cette politique changea [NdT: en Autriche...]. À ce moment-là, il devint évident que les autorités étaient au courant. Pour des raisons politiques, elles avaient délibérément dissimulé des cas d'agression sexuelle à grande échelle commis par des migrants. Par exemple, un gang d'une cinquantaine d'Afghans qui terrorisaient les femmes dans le quartier de la gare de Linz fut défaussé par un fonctionnaire du gouvernement qui conclut qu'il s'agissait d'une conséquence malheureuse liée au mauvais temps, et qu'une fois l'été venu, les jeunes hommes se disperseraient dans les parcs publics et ne formeraient plus cette vaste meute menaçante. Le public n'en fut guère amusé.

Je pourrais écrire les mêmes choses sur la Suède, l'Allemagne ou tout autre terre d'asile en Europe, mais je me concentre sur des exemples autrichiens parce que c'est le pays européen dont je viens et que je connais le mieux. Jetons donc un œil à la presse autrichienne (...) [On y lit qu'un] Afghan (de dix-huit ans) attaque une jeune femme au festival du Danube. "Encore une fois, il y a eu une tentative de viol par un Afghan. Une touriste slovaque de 21 ans a été assaillie et a subi des attouchements par un groupe d'hommes. Elle a réussi à s'enfuir, mais a été poursuivie par l'un d'entre eux, un demandeur d'asile afghan qui l'a rattrapée et entraînée dans les buissons. Des policiers en civil à proximité ont remarqué la lutte et sont intervenus pour empêcher le viol au dernier moment." Page 10: "Un Afghan de 25 ans a tenté de violer une jeune femme assise au soleil dans le parc. Quatre passants courageux ont traîné l'homme hors de la victime et l'ont retenu jusqu'à l'arrivée de la police." Page 12: "Deux Afghans ont été condamnés pour avoir tenté de violer une femme dans un train à Graz. Les hommes, qui vivent dans une résidence pour demandeurs d'asile, ont d'abord insulté la jeune femme avec des propos obscènes avant de l'agresser. Lorsqu'elle a crié à l'aide, des passagers d'autres parties du train se sont précipités à son secours."

Laissons de côté l'aspect pénal de cette conduite et concentrons-nous sur sa logique, ou plutôt son absence de logique. Ces hommes s'attendent-ils à ce que leurs tentatives soient couronnées de succès? Pensent-ils réellement qu'ils pourront violer une femme dans l'artère principale d'une ville au milieu de la journée? Dans un train rempli d'autres passagers? En début d'après-midi dans un parc public fréquenté? Sont-ils incapables de pensées rationnelles, ou les ignorent-ils délibérément? Veulent-ils simplement provoquer une hystérie féminine momentanée et toucher certains endroits interdits du corps d'une étrangère? Est-ce gratifiant au point de valoir la peine de compromettre leur avenir et d'être jeté en prison par des Européens méprisants et dégoûtés? Qu'est-ce qui se passe ici? Et pourquoi, pourquoi, pourquoi les Afghans? Selon les statistiques de la police autrichienne, les réfugiés syriens sont à l'origine de moins de 10 % des cas d'agressions sexuelles. Les Afghans, dont les effectifs sont comparables, sont responsables de la moitié de tous les cas. (...)

Encore une fois: que se passe-t-il? Pourquoi cela arrive-t-il? Et pourquoi les Afghans? Quelques théories concurrentes circulent.

La première: "ils se saoulent." L'un de mes interlocuteurs, un Afghan de la diaspora qui vit à Vienne depuis des décennies et travaille comme traducteur et conseiller judiciaire agréé, et connaît donc intimement ces affaires et les personnes impliquées, rejette d'emblée cette explication. Au contraire, explique-t-il, ils ont entendu dire que prétendre avoir été atteint d'une incapacité mentale lors de la perpétration d'un crime, dont l'alcool ou la drogue, compte comme une circonstance atténuante. Souvent, raconte-t-il, les prévenus auront été insuffisamment briefés et invoqueront cette excuse de manière maladroite. Par exemple, ils diront qu'ils ont bu deux bières et qu'à partir de celles-ci, ils se sont évanouis, et ne se souviennent plus de rien de leurs actions ultérieures. Cette théorie n'explique pas non plus pourquoi les Afghans devraient être plus sujets aux agressions sexuelles induites par l'alcool que les autres jeunes hommes réfugiés issus de milieux comparables.

Une deuxième explication émet l'hypothèse d'une confusion liée à des valeurs culturelles conflictuelles. Ces jeunes hommes, selon la théorie, viennent d'un pays où les femmes ne sont que des silhouettes sombres complètement cachées sous des burqas plissées. Confrontés à des filles en débardeurs et shorts courts, ils perdent la tête et leurs hormones dictent leur conduite. Cette théorie, en plus d'être à la limite de faire endosser la responsabilité de leurs viols aux victimes, ne tient pas la route. Encore une fois, la même réaction devrait également être manifestée par d'autres jeunes hommes issus de sociétés islamiques strictes où la ségrégation entre les sexes est la norme. Pourquoi seuls les Afghans réagiraient de cette façon? Et comment cela explique-t-il des cas comme celui d'une retraitée de soixante-douze ans promenant son chien lorsqu'elle a été attaquée, battue et violée par un jeune Afghan? Ou en Suède, d'un écolier kidnappé et violé en réunion par un groupe d'Afghans?

En effet, si nous passons en revue le schéma des attaques, nous pouvons écarter cette théorie. En règle générale, les cibles privilégiées ne sont pas ce que les stéréotypes pourraient laisser penser - de jeunes femmes habillées de manière si provocante qu'un musulman confus issu d'un arrière-pays ultraconservateur interprèterait à tort comme une invitation à la promiscuité. Non ; souvent, les victimes sont des mères de jeunes enfants. Je suppose que pour un prédateur, elles semblent être des cibles plus faciles, car entravées dans leur capacité à se défendre, mais il pourrait aussi y avoir une dimension plus freudienne qui m'échappe.

Dans un cas récent qui a soulevé un tollé général, une femme se promenait dans un parc sur une colline surplombant le Danube. Avec elle venaient ses deux enfants, un tout-petit et un bébé dans une poussette. À l'improviste, un réfugié afghan lui sauta dessus, la jeta à terre, la mordit, l'étrangla et tenta de la violer. Dans la lutte, le landau partit en roue libre dans la pente et le bébé faillit plonger dans le fleuve en contrebas. Sous les yeux de son fils aîné consterné, la femme combattit vaillamment son agresseur, arrachant la capuche de sa veste, ce qui permit plus tard à un chien policier autrichien de le retrouver.

Lors d'une autre attaque, deux jeunes femmes se promenaient à midi dans la zone piétonne d'une petite ville autrichienne, poussant devant elles leurs bébés dans des poussettes, et furent brutalement attaquées par plusieurs réfugiés afghans. Ils se jetèrent sur elles et arrachèrent leurs vêtements, mais furent appréhendés avant qu'ils ne puissent causer d'autres dommages. Il est clair que de tels événements contrarient le grand public. Il est également clair que nous pouvons rejeter les théories du "ils étaient ivres et ne savaient pas ce qu'ils faisaient", ainsi que celle du "ils pensaient que c'était ce que les femmes voulaient".

Cela nous amène à une troisième théorie, plus convaincante et assez troublante, celle que mon ami afghan, le traducteur judiciaire, avance. Sur la base de ses centaines d'interactions avec ces jeunes hommes à titre professionnel au cours des dernières années, il est arrivé à la conclusion qu'ils sont motivés par un mépris profond et durable pour la civilisation occidentale. Pour eux, les Européens sont l'ennemi, et leurs femmes sont un butin légitime, comme toutes les autres choses qu'on peut leur prendre: logement, argent, passeports. Peu importe leurs lois, leur culture est inintéressante et, finalement, leur civilisation va de toute façon s'effondrer face à une horde dont ils sont le fer de lance. Pas besoin de s'assimiler, de travailler dur, ou d'essayer de se construire une vie décente ici. Les Européens sont trop mous pour vous punir sérieusement pour une transgression, et leurs jours sont comptés.

Et cela ne concerne pas que les crimes sexuels, note mon interlocuteur. Ce sont peut-être ceux qui agitent le plus l'opinion publique, mais l'abus délibéré et insidieux du système de protection sociale est tout aussi conséquent. Les réfugiés afghans, dit-il, ont une propension particulière à se jouer du système: mentir sur leur âge, mentir sur leur situation, prétendre être plus jeunes, être handicapés, appartenir à une minorité ethnique alors que même l'œil fatigué d'un juge autrichien parvient à distinguer les traits délicats d'un Hazara de ceux d'un Pachtoune.

Je vois de quoi il parle. Au cours de mes recherches, j'ai rencontré des trentenaires en famille en Autriche qui se faisaient passer pour des "mineurs non accompagnés". J'ai rencontré des gens qui faisaient passer un ancien accident de la route comme la preuve qu'ils avaient été torturés. J'ai entendu parler d'une famille afghane qui avait émigré en Hongrie il y a vingt ans. Les enfants y sont nés et fréquentèrent les écoles hongroises. Lorsque la crise des réfugiés [entamée en 2014] éclata, attirée par la perspective de tous les avantages associés, cette famille décida de prendre une nouvelle identité et de se rendre en Suède. Ils prétextèrent être des réfugiés de fraîche date. Affirmant avoir perdu leurs papiers lors de leur "fuite", ils s’inscrivirent sous de nouveaux noms d'emprunt et réduisirent l'âge de leurs enfants ; la mère se déclara veuve. Désormais installés à titre gracieux dans un logement confortable avec leur père vigoureux, corpulent et très vivant - qu'ils firent passer pour un oncle - et disposant d'un chèque d'aide sociale mensuel, ils sont des parasites infiltrés qui se nourrissent littéralement de la crédulité des contribuables suédois.

Les systèmes juridiques occidentaux sont méticuleux et procéduraux, fonctionnant sur la base de règles, de droits, de formulaires et de documents. Ils vous considèrent comme innocent jusqu'à ce que votre culpabilité soit prouvée. Il n'a pas fallu longtemps aux réfugiés pour comprendre comment en tirer parti à leur avantage. "Ils restent là, chauves, tempes grises, et insistent sur leur âge de dix-huit ans", me confie un procureur autrichien exaspéré. Ayant "perdu" leurs documents, le seul moyen de réfuter même la plus manifestement absurde de telles affirmations est de passer par de coûteux tests en laboratoire. Si vous n'avez aucun papier d'identité et aucun scrupule, vous pouvez affirmer à peu près n'importe quoi, puis vous adosser confortablement en attendant que le système essaie de prouver le contraire. Si vous êtes rejeté, pas de problème: vous pouvez lancer plusieurs recours. Une fois que vous aurez mis les pieds en Europe, il sera presque impossible de se débarrasser de vous ; même si vous avez littéralement commis un meurtre. Si un tribunal vous déclare coupable de viol, vous n'avez qu'à faire valoir que si vous êtes renvoyé chez vous, votre société conservatrice vous tuera pour cet acte déshonorant - et donc vous ne pouvez être renvoyé, les lois de l'Union Européenne interdisant l'extradition si la vie de l'individu est en danger. Les meurtriers ne peuvent pas être renvoyés dans des pays où la peine de mort existe, ou dont le système judiciaire est simplement réputé sévère.

Mais un mystère subsiste. La fraude à l'aide sociale est une chose: elle a un certain sens, si vous n'avez aucun respect pour la primauté du droit ou l'équité et que vous êtes paresseux. Mais pourquoi cette cohorte actuelle d'Afghans s'impose-t-elle en tant que prédateurs sexuels? Et aussi ineptes que stupides, de surcroît? En quête d'une réponse, peut-être devrions-nous observer les victimes de plus près. Nous avons éliminé les tenues inappropriées et les manières involontairement séduisantes, mais pourraient-elles avoir d'autres traits en commun pour faire la lumière sur les raisons pour lesquelles ces femmes sont devenus la cible d'une telle folie? En les passant en revue, un mot me vient à l'esprit: l'épanouissement. Une étudiante turque en échange universitaire, heureuse de poursuivre ses études en design industriel dans une bonne université de Vienne. Une fille dans un parc, profitant du soleil. Deux amies, promenant leurs bébés. Une mère, profitant d'une balade estivale avec ses deux enfants. Une vieille dame satisfaite, promenant son animal de compagnie. Des gens attrayants, accomplis, heureux, normaux... un spectacle insupportable, peut-être, pour – et je suis ici d'accord avec le président Trump - des losers. Il a proposé que nous qualifions les terroristes ainsi, et il a raison. Ces jeunes hommes, même sans gilet explosif, sont des perdants, ce qui les a amenés à devenir des terroristes sociaux.

Les jeunes agresseurs afghans disent que oui, ils n'ont aucun contrôle sur leurs impulsions, que leurs hormones font rage et qu'ils se détestent eux-mêmes et le monde entier, mais surtout, qu'ils ne toléreront pas les femmes heureuses, confiantes et se sentant en sécurité l'espace public. Ils nous disent qu'ils n'ont aucune intention de respecter la loi, les coutumes, l'opinion publique, les valeurs locales ni les bonnes mœurs, qu'ils détestent tellement tout cela qu'ils sont prêts à mettre leur propre vie, leur avenir et leur liberté en jeu pour la satisfaction d'infliger des traumatismes.

Les Afghans de la diaspora de la classe moyenne établie sont naturellement contrariés et gênés de voir leur nationalité ainsi déshonorée par ces nouveaux arrivants primitifs. Et pourtant, ils font partie du problème. Bon nombre de leurs actions et réactions, qu'elles soient naturelles ou involontaires, relèvent de la complicité. Ils dissimulent, trouvent des excuses, conseillent sur les meilleurs moyens de se soustraire aux conséquences et encouragent même directement les tromperies, les actes illégaux et les manières honteuses d'amis, de parents et d'Afghans parfaitement inconnus.

Les raisons en sont multiples. Il y a l'obligation perçue d'être loyal envers les amis, les parents et les compatriotes. Je pense qu'il y a aussi un certain manque de sincérité envers les notions occidentales de réalité administrative et biographique ; beaucoup, sinon la plupart, des Afghans qui vivent actuellement en Occident charrient un lot de mensonges issu de leur passé. Celui d'entre eux qui arrivait en premier (un père, un frère aîné) devait généralement inventer un nom de famille et une date de naissance à la volée, car à la maison, jusqu'à il y a une génération, la plupart des gens n'avaient pas de nom de famille et les dates de naissance n'étaient pas enregistrées. Je connais d'honorables familles afghanes respectueuses de la loi où les anniversaires de tout le monde suivent une séquence invraisemblable — le 1er juin, le 2 juin, le 3 juin et ainsi de suite, parce que celui d'entre eux qui a rempli les documents d'immigration a dû inventer des dates de naissance et a pensé que ce serait plus facile de se souvenir d'elles de cette façon. (...)

[La pertinence avec la politique d'accueil des réfugiés] est tristement évidente. Il faudra en effet un contrôle rigoureux pour écarter ces jeunes mâles dégénérés et profondément perturbés dont la volonté de tromper est si prononcée et dont les motivations sont si irrationnelles.

Ce qui m'amène à une dernière théorie exprimée en Autriche: que ces jeunes hommes destructeurs et fous sont intentionnellement infiltrés en Europe occidentale pour faire des ravages: pour enlever la liberté et la sécurité des femmes ; changer les modèles de comportement ; approfondir les divisions entre les libéraux [NdT: au sens américain, gauchistes], qui continuent de les défendre et de leur trouver des excuses, et une droite qui appelle à des mesures impitoyables et à des réponses brutales ; d'infliger des coûts élevés aux tribunaux et un engorgement du système judiciaire et, de manière générale, de gâcher les choses.

Pour mémoire, je ne suis pas convaincue qu'il y ait un plan délibéré derrière cela, mais je suis d'accord pour dire que les jeunes hommes en colère et instables sont susceptibles d'emprunter des voies destructrices. Ces voies peuvent conduire à l'extrémisme idéologique et au terrorisme, ou à la formation de gangs et de meutes qui attaquent, nuisent et détruisent. Comme nous l'avons vu, actuellement beaucoup de leurs attaques sont ineptes et facilement bloquées par des passants survenant au hasard [NdT: donc tout va "bien"!..]. Mais ils deviendront plus habiles avec le temps, et l'Europe ferait mieux de développer une défense contre eux. (...)

Chaque réfugié et demandeur d'asile arrivant devrait être soumis à une vérification rigoureuse du récit de son histoire, y compris la validation de son âge, par des tests en laboratoire en cas de doute. Oui, c'est compliqué et coûteux, mais pas aussi compliqué et coûteux que de laisser entrer les mauvaises personnes, et moins cher que de laisser des centaines de milliers d'étrangers profiter de manière permanente ou semi-permanente d'avantages sociaux indus. Les pays européens doivent partager les données entre eux ; et les identités devraient être liées aux empreintes digitales, pas à des documents à l'authenticité douteuse, voire pas de document du tout. (...)

Enfin, la gauche doit se remettre en question. C'est chouette d'être accueillant, bienveillant et bien disposé envers l'arrivée d'étrangers sur nos rivages, mais gardons quelques pensées bienveillantes pour nos propres valeurs, nos libertés et notre mode de vie. Les filles et les femmes devraient continuer à se sentir en sécurité dans les espaces publics, pouvoir assister à des festivals, porter des vêtements adaptés à la météo et à leurs goûts, voyager en train, aller au parc, promener leurs chiens et vivre leur vie. Il s'agit d'un magnifique succès de l'Occident, qui mérite d'être défendu.

20 janvier 2021

Un Coup d'État réussi

Aujourd'hui, Joe Biden vient de prêter serment au Capitole, démontrant qu'en 2021, aux États-Unis, il est possible de voler une élection présidentielle grâce à la fraude électorale, et de devenir Président dans la foulée.

L9LBnji.jpg
Il fallait au moins tout cela pour tenir tête à Trump, sinon le combat n'était pas équitable.

Ultimes nouvelles de la fraude électorale

Dire que j'ai abondamment évoqué la fraude électorale lors du scrutin présidentiel américain du 3 novembre serait très en-dessous de la vérité, mais on trouve encore des éléments intéressants qui méritent de revenir, encore une fois, sur le sujet.

Pour les négationnistes de la fraude électorale, une compilation épique des vidéos de fraude.

Ensuite, un tableau de Peter Navarro, chercheur économiste de Harvard et membre de l'Administration Trump sortante, qui rassemble les fraudes répertoriées par état fédéré et par catégorie. En bon scientifique, Peter Navarro documente la façon dont tous ces chiffres s'articulent dans des rapports détaillés disponibles sur son site.


Le tableau de synthèse de Peter Navarro (cliquez pour agrandir)

L'intérêt de ce tableau est triple:

  • Il montre que, de façon surprenante, certaines "erreurs" sont étrangement limitées à certains états. On peut en mettre certaines sur le compte de différences locales dans les lois électorales, mais aussi supposer que les responsables démocrates locaux ont eu une certaine latitude pour choisir les méthodes qu'ils allaient employer pour tricher.
  • Il permet de comparer les quantités de bulletins litigieux par rapport à l'avance de Joe Biden dans les résultats "finaux" de chaque état (sur les deux dernières lignes). On voit aisément que l'avance du candidat démocrate est si fragile qu'il suffirait souvent qu'une seule contestation soit enfin reçue par la justice pour faire basculer le vote dudit état.
  • Il ne mentionne même pas l'énorme fraude permise par le logiciel Dominion, qui mériterait un billet à lui seul, et qui implique des ordres de grandeur encore plus élevés en matière de vote frauduleux.

Il est évidemment tard pour espérer qu'un juge ait suffisamment d'intégrité pour se pencher enfin factuellement sur les fraudes électorales du 3 novembre, mais aussi bizarre que cela puisse paraître aujourd'hui, dans les méandres de la lente justice américaine, ce n'est même pas impossible. Évidemment, maintenant que Joe Biden est installé dans la Maison Blanche, les conséquences sont limitées, mais pas nulles.

Quant au logiciel Dominion précédemment évoqué, nous avons une nouvelle intéressante qui nous provient d'Italie: un témoignage sous serment d'un individu qui aurait participé, sur le plan informatique, à la manipulation des bulletins de vote par le logiciel lors de la nuit du 3 novembre. Le gouvernement italien se retrouve mêlé aux manipulations des élections américaines. Et c'est loin d'être le seul pays impliqué dans l'affaire.


Le Boulot Italien [Italian Job], cliquez pour agrandir

Bien entendu, c'est une fausse nouvelle selon Reuters par exemple, bien que l'agence admette qu'elle n'ait pas pu vérifier l'authenticité du document en question. Faux sans avoir été examiné, c'est beau, c'est le Debunking 2.0.

L'improbable victoire de Biden

Il faut être mentalement capable de prouesses pour accepter l'idée que Joe Biden ait été élu président sans tricher:

  • Un homme de 78 ans, visiblement sénile
  • faisant campagne depuis le fond de sa cave
  • choisissant comme colistière une des pires candidates démocrates lors des primaires
  • recevant plus de votes qu'aucun autre Président de l'histoire des États-Unis au milieu de la nuit du 3 au 4 novembre
  • confirmé au milieu de la nuit
  • inauguré dans un Capitole cerclé de murs et bouclé par l'armée
  • et sans que personne n'ait le droit de poser des questions sur tout cela sans être réduit au silence.

Je pense que nulle personne saine d'esprit et honnête n'en est capable.

Certes, des deux côtés de l'Atlantique, et même du Pacifique, les gauchistes jubilent aujourd'hui, et ils peuvent. Ils appartiennent à deux catégories: ceux qui haïssent l'Amérique et qui n'y vivent pas, et ceux qui haïssent l'Amérique et qui y vivent. Ceux-là sont les plus intéressants puisqu'ils vont avoir l'occasion de goûter de première main aux conséquences de leur choix. Les quatre ans de Trump ont amené records boursiers, relocalisation d'entreprises et emplois, hausses des petits salaires, baisse des impôts, retrait des guerres éternelles de l'Amérique et aucune nouvelle guerre, fin du matraquage climatique, indépendance énergétique et j'en passe... Tout cela doit être effacé. Comme une éclaircie entre deux nuages de tempête, nous reprenons là où nous en étions dans la continuité des huit ans d'Obama.

Je pense que je ne parviendrai jamais à qualifier Joe Biden de "Président", parce qu'il n'a pas été élu. Une vidéo remarquable - hors de portée des algorithmes de YouTube, qui n'ont pas la subtilité nécessaire - permet de le comprendre. Elle a été tournée le 6 novembre 2020, lorsque Joe Biden a annoncé rien de moins que sa victoire électorale. Elle dure vingt minutes mais donne pour toujours une compréhension différente du "succès" de Biden et sa colistière.

Là où Trump réunissait des dizaines de milliers de personnes, Biden ne réunissait personne. Le jour de son inauguration, le public n'est pas le bienvenu. C'est pratique, cela permet surtout de cacher qu'il ne se serait pas déplacé. Les dernières vidéos de Biden ont réuni 2500 spectateurs en tout et pour tout sur YouTube ; les derniers messages du Président, plus de 800'000, en direct.

La popularité de Biden est en papier. Les bulletins photocopiés ne sont pas des gens manifestant un choix politique. Leur seule réalité correspond à la machine qui les a imprimés par milliers.

Joe Biden sait tout cela, ainsi que Kamala Harris, le clan Clinton, les médias, les Républicains, les Démocrates et leurs chiens. Tout le monde le sait, même les citoyens américains, et Dieu sait qu'on essaye de le leur cacher. C'est pour cela que les Démocrates ont été effrayés par Trump jusque dans les dernières heures de son mandat. Ils savent qu'ils ne sont rien. Ils ont beau contrôler les médias, la justice, les université, les réseaux sociaux, ils n'ont pas avec eux la majorité de la population, loin de là, et probablement pas l'armée non plus (mais des purges viendront y remédier dans les deux cas).

Si les pro-Trump ont vécu les 79 jours qui viennent de s'écouler dans l'attente d'une décision de justice intègre, ou l'espoir que les politiciens de droite fassent enfin preuve de courage, les pro-Biden ont vécu dans la terreur que Trump utilise les moyens à sa disposition - l'armée et le pays réel. Ils auraient alors peut-être perdu. Voilà pourquoi ils ont tenté un nouvel Impeachment, aussi grotesque fut-il, dans les dernières heures de sa présidence.

Trump avait probablement prévu de le faire. Un chemin le long de l'Insurrection Act, suffisamment raisonné pour qu'une photo d'un visiteur de la Maison Blanche laisse malencontreusement apparaître le texte de déclaration que le Président Trump aurait lu en prenant la parole pour déclarer l'état d'urgence. Nous avons vécu des temps historiques, avec des moments historiques.

Pourquoi, au pied du mur, Trump a-t-il finalement renoncé à se battre? Il y a des centaines de raisons qui vont de l'abattement à de mauvais conseils, ou la volonté de ne pas jeter de l'huile sur le feu. Les non-choix aussi ont des conséquences historiques. L'instant critique a eu lieu et le moment est passé.

Le présent

Mark Zuckerberg, patron de Facebook, postait en 2016 depuis l'île pédophile de Jeffrey Epstein. Les pédophiles sont entrés en force au Capitole.

En attendant sa disparition physique, le Président Trump disparaît de toute sphère publique, une purge commencée alors qu'il était encore Président en exercice. Beaucoup de gens sont choqués de cette façon de faire. Les gauchistes benêts se réjouissent. D'autres gauchistes moins benêts s'inquiètent, tout de même, que cette façon de faire signifie que Big Tech peut s'en prendre ainsi à n'importe qui, même à eux.

Pas besoin d'être Trump pour se voir barrer l'accès aux réseaux sociaux. Toutes les personnes identifiées parmi les manifestants du Capitole le 6 janvier se voient ainsi écartées. Non seulement le compte de campagne de Donald Trump, mais les comptes personnels de tous les membres de la campagne de Donald Trump, sont fermés. Il en est de même pour tous les avocats, juristes et autres analystes discutant des diverses procédures judiciaires face aux monstrueuses fraudes électorales de l'élection. Pareil pour le livestream de Steve Bannon discutant de l'actualité sur YouTube.

Pareil pour Walkaway, un mouvement sans le moindre rapport avec Trump ou les événements au Capitole le 6 janvier. Vous n'en n'aviez jamais entendu parler? Ce mouvement réunit les témoignages de Démocrates quittant avec dégoût leur parti traditionnel, et met en avant l'intérêt de penser pour soi-même au lieu de suivre le troupeau. C'est donc un motif suffisant pour le faire taire.

Il en est le même pour Parler, le réseau social concurrent de Twitter et respectant, lui, la liberté d'expression. Au Matin, on jubile: Parler serait "utilisée par l'extrême droite..." Donc suivant le même raisonnement, des gens d'extrême droite lisant le Matin, ce journal doit être interdit. Mais ce qui tient lieu de journaliste en Romandie n'est même pas capable de penser aussi loin.

Le futur

Les gens qui pensent que Biden peut être battu sont des imbéciles. Cela concerne beaucoup de gens qui votent à droite, et même aux États-Unis. Un seul graphique permet de comprendre pourquoi:


Votes de l'élection complémentaire au Sénat du 5 janvier en Georgie (cliquez pour agrandir)

Eh oui. Comme pour l'élection présidentielle un mois avant, en Georgie, les dépouillements ont encore eu lieu avec les machines Dominion par qui le scandale arrive. Et comme par hasard un bond de voix surgit au milieu de la nuit, et fait passer en tête les Démocrates.

Cette petite manipulation leur a permis d'enlever le Sénat. Estimez-vous qu'ils le perdront? Si vous pensez que oui, contactez-moi, j'ai un pont à vous vendre.

Au Venezuela, le parti d'Hugo Chavez, grand fan de Dominion, n'a plus perdu aucune élection depuis 2006. Dans ce pays détruit où les gens meurent littéralement de faim, cela permet aux journalistes de proclamer que le Chavisme reste malgré tout populaire, puisque son parti continue de remporter élection sur élection... Implacable logique circulaire politico-médiatique.

La gauche gardera probablement pour plusieurs décennies la mainmise sur l'État fédéral américain. Pas tous les états fédérés, puisque certains comme le Texas n'ont pas installé le logiciel, mais assez pour que les Républicains ne retrouvent jamais les leviers du pouvoir. Ces états réfractaires seront écrasés par les lois venues de Washington, jusqu'à ce qu'ils se rebellent ou s'effondrent. Ceci dit, si quand on parle d'opposition républicaine on parle de John McCain (candidat "de droite" contre Obama en 2008) ou Mitt Romney (candidat "de droite" contre Obama en 2012) on comprend qu'on n'est pas sorti de l'auberge...

L'Amérique va changer, profondément et pour toujours, et pas en bien. Cela aura un impact direct sur la marche du monde. Le Grand Reset, le modèle chinois, les masses "heureuses" et surtout soumises face à une élite triomphante... Le modèle occidental basé sur la citoyenneté et la classe moyenne s'efface à nouveau progressivement de l'histoire pour céder au système impérial avec ses castes et ses sujets.

Si un pays comme les États-Unis, où la population est théoriquement protégée de l'État par le Premier et le Second Amendement, peut se faire manipuler en toute impunité par les élites pour empêcher la réélection d'un Président, qu'est-ce que cela signifie pour l'avenir de la démocratie dans le reste du monde? Ne vous leurrez pas, beaucoup de politiciens en Europe et ailleurs regardent avec appétit ce qui vient de se passer au pays de l'Oncle Sam. Ils meurent d'envie de faire de même chez eux. S'affranchir enfin de la pénible incertitude de l'élection, voilà le rêve de la plupart des politiciens professionnels.

Regard en arrière

Je n'ai pas honte de relire mes textes. Je prévoyais que Trump finirait par l'emporter, je me suis trompé, mais être moqué pour mes prévisions erronées est bien le dernier de mes soucis.

Je sais par expérience que toute institution humaine créée dans un but finit assez vite par dégénérer. Elle oublie sa mission d'origine pour se concentrer sur sa propre survie et son développement, gardant parfois un vague lien avec sa mission d'origine, parfois l'oubliant complètement. Les bureaucraties naissent ainsi et se développent, éternellement. Seules une invasion étrangère, une révolution ou un écroulement généralisé de la société peuvent y mettre fin.

Depuis le 4 novembre au matin, j'avais espéré que les États-Unis, bâtis sur la fantastique vision de leurs Pères Fondateurs, auraient pu garder à travers les siècles des institutions capables de remplir leur mission. Et il suffit de relire cette phrase pour comprendre à quel point c'était naïf.

D'innombrables processus étaient en place pour empêcher le succès d'une fraude comme celle qui installe Joe Biden à la Maison Blanche. Des systèmes de vote, des vérification de bulletins par correspondance, des assesseurs, des observateurs, des contrôles et des audits, des certifications, des validations de commissions électorales, des appels du système législatif et de la justice... Rien n'a fonctionné. Lors de chaque étape, l'inertie, la volonté de ne pas faire de vagues ou le simple manque de courage ont fait en sorte que les fraudes franchissent l'obstacle, chacun espérant peut-être que quelqu'un d'autre en aval se chargerait du sale boulot. Le résultat est fêté par les médias aujourd'hui.

Certains en voudront peut-être à Trump de ne pas avoir "franchi le Rubicon". C'est fort compréhensible, au vu de ce qui va déferler sur l'Amérique ces prochaines années. Mais même si Donald Trump - qui n'est rien de plus qu'un être humain - a finalement renoncé devant l'obstacle, il aura eu le mérite de tirer le voile sur l'ampleur de la corruption des institutions aux États-Unis. Toute la charpente était moisie en profondeur depuis des décennies, mais maintenant au moins, tous les Américains le savent.

N'allez pas croire que la plupart des pays soient en meilleur état...

Mise à jour (29 janvier): Premier d'une probablement longue série, un jugement en Virginie vient de confirmer que les bulletins reçus jusqu'à trois jours après la date de fin de l'élection et sans marque de date de la poste étaient illégaux, ce qui paraît évident à toute personne normalement constituée... Mais le changement avait été poussé à la hussarde par le Bureau électoral de l'état au mois d'août 2020, évidemment en préparation des élections présidentielles de novembre.

Et que se passe-t-il alors? Rien. Les autorités de Virginie "feront autrement" pour les prochains scrutins en 2021. Rien n'est prévu pour les bulletins en faute de l'élection présidentielle de 2020. Aucun des décisionnaires impliqués n'aura même reçu une tape sur les doigts.

Voilà comment la plus grande fraude électorale de l'histoire est avalisée et passe, finalement, comme une lettre à la poste.

Mise à jour (5 février): La manipulation s'étale publiquement dans Times magazine. Chacun comprendra comme il le voudra, mais quand on lit:

[Vint] une alliance informelle entre les activistes de gauche et les titans de l'économie. Le pacte fut formalisé dans une prise de position commune aride et peu remarquée de la Chambre de Commerce des États-Unis et de l'AFL-CIO [NdT: la plus grande organisation faîtière des syndicats] publiée le jour de l'élection. Les deux parties en vinrent à la voir comme une sorte de négociation implicite (...) dans laquelle les forces des travailleurs se joindraient aux forces du capital pour préserver la paix et s'opposer à l'assaut de Trump contre la Démocratie.


Ou encore:

[Cela] ressemble à un délire paranoïaque fiévreux - une cabale financièrement pourvue d'individus puissants, s'étalant à travers de nombreuses industries et idéologies, travaillant de concert dans les coulisses pour influencer les perceptions, changer les règles et les lois, détourner la couverture médiatique et contrôler le flux de l'information. Ils ne manipulaient pas l'élection ; ils la fortifiaient. (sic)


Ou enfin:

Leur travail atteignit le moindre aspect de l'élection. Ils parvinrent à faire en sorte que les états changent leurs systèmes de vote et les lois et aidèrent à rassembler des centaines de millions de fonds privés et publics.


...Il est difficile de ne pas penser que Joe Biden ne faisait pas le moindre lapsus lorsqu'il parlait de la "plus grande organisation de fraude électorale de l'histoire".

Mise à jour (22 février): CNN se bat pour qu'une vidéo disparaisse. - leur propre reportage de 2006 sur Smartmatic et le Venezuela. La vidéo a bien sûr été supprimée de Twitter et Facebook. Elle est encore sous YouTube pour l'instant, mais le lien présenté pointe vers une sauvegarde, sait-on jamais...

Mise à jour (23 février): le mystère s'épaissit. La mère de l'officier décédé, Brian Sicknick affirme dans le Daily Mail que son fils est probablement décédé d'un accident vasculaire cérébral, et que la famille est gardée dans le noir vis-à-vis des circonstances du décès de la victime et des causes exactes de sa mort. Il n'y aurait apparemment pas de trace de traumatisme. Une hypothèse évoque une allergie à la capsaïcine, une molécule employée dans les fumigènes employés ce jour-là.

08 novembre 2020

Joe Biden, Président "élu"

Les médias le claironnent à qui veut l'entendre: c'est fini. Joe Biden est élu et succède à Donald Trump jusqu'en 2024.

tegovq9_joe-biden-afp_625x300_06_November_20.jpg
Joe Biden tombe le masque!

Il me semble que c'est un tout petit peu prématuré. Rien n'est certain mais il se pourrait que Joe Biden et Kamala Harris aient le plus court mandat de l'histoire américaine, débarqués avant même de parvenir à la Maison Blanche... À moins qu'ils y parviennent.

Du processus électoral en Amérique

Les médias claironnent à qui veut l'entendre que Joe Biden est élu, ai-je écrit plus haut. Malheureusement pour ceux qui les croient, les médias ne désignent pas le Président des États-Unis d'Amérique. Le feraient-ils qu'il n'y aurait même pas eu besoin de voter! Rappelons-nous de l'avance "incroyable" de Joe Biden dans les sondages depuis des mois, parfois de deux chiffres dans certains états. Donald Trump, lui, était constamment "à la peine", "en difficulté", "de plus en plus seul" (!), "tentait de rattraper son retard", de "renverser la vapeur", de "relancer sa candidature"... Tout le champ lexical y est passé.

Dans cette période où la crédulité le dispute à l'hystérie collective, rappelons que le Président des États-Unis d'Amérique est désigné par une majorité de Grands Électeurs, entre 3 et 55 par état, qui sont choisis au plus tard à la mi-décembre.

Les Grands Électeurs ne sont choisis qu'une fois les élections certifiées. Cette certification a lieu au plus tard le 8 décembre. Elle ne peut évidemment avoir lieu qu'une fois que les recours en justice ont été traités.

Nous ne sommes qu'au début des recours en justice. Ils vont prendre du temps. Rien que dans l'état du Nevada, le parti Républicain local affirme avoir trouvé plus de 3'000 cas de fraude électorale documentés, selon Dreuz. Et l'état du Nevada ne semble pas avoir été celui qui faisait l'objet des pires manipulations.

Entre ce week-end et l'assignation des Grands Électeurs dans un mois, beaucoup d'eau va couler sous les ponts. Des batailles juridiques seront remportées par Donald Trump, d'autres par Joe Biden, avec l'accès à la Maison Blanche à la clef.

Avant même cela, il y aura des recomptages dans plusieurs états. Il ne s'agit pas de donner suite à des plaintes mais simplement de la loi locale. Souvent votées suite à l'élection présidentielle de 2000 entre Bush et Al Gore qui vira au fiasco en Floride, de nombreux états imposent un recomptage systématique si l'écart entre les candidats est trop faible.

Ceux qui gobent ou répètent que l'élection est jouée aujourd'hui risquent d'avoir de grandes désillusions.

AuE1RpHV.jpeg
Ce week-end, pendant que Joe Biden et Kamala Harris annonçaient leur triomphe auprès de
médias amis, Donald Trump alla jouer au golf. Loin de l'hystérie dont on l'affuble.

Un scrutin qui ne sent pas très bon

Un article instructif de la BBC World tourné vers l'Afrique nous donne un bon aperçu des "signes qui ne trompent pas" trahissant une élection truquée. La publication remonte à septembre 2016, donc hors de la polémique actuelle. Quels sont ces signes?

Trop d'électeurs. "Regardez les taux de participation, c'est un bon indicateur", explique l'auteur de l'article. On n'atteint jamais un taux de 98% ou 99%, même là où le vote est obligatoire. Des gens accèdent à la majorité ou meurent, déménagent, voyagent pour leurs études ou sont malades. Et peuvent bien sûr ne pas vouloir voter malgré tout.
L'auteur explique avoir couvert une élection dans le Delta du Niger avec un taux de participation de plus de 120%. "Les gens sont en très bonne santé dans le coin, et ont un très grand esprit civique", expliqua sans honte aucune un officiel local. Mais si une participation dépasse 100%, c'est un carton rouge majeur, une raison d'annuler le résultat et de refaire le scrutin.

Une participation massive mais seulement à certains endroits. Même si le taux de participation est dans un intervalle plausible, si les chiffres montrent une participation variant grandement d'un endroit à un autre, c'est un avertissement. Pourquoi une zone particulière ou un bureau de vote auraient une participation de 90% là où les autres n'atteignent que 70%? Les choses deviennent encore plus suspectes si la zone en question soutient massivement un candidat ou un parti.

Un grand nombre de vote invalides. Plutôt que d'augmenter les votes d'un parti, on peut diminuer ceux de l'adversaire. Des officiels peuvent ainsi décider de disqualifier "certains" bulletins pour la plus microscopique imperfection. Même dans des pays où la population est illettrée, il est rarissime d'atteindre un taux de disqualification au-delà de 5%.

Plus de votes que de bulletins rentrés. Lorsque les bureaux de vote ferment, et avant d'ouvrir les urnes, les responsables doivent se livrer à une procédure compliquée et plutôt ennuyeuse de réconciliation. Ils doivent compter combien de bulletins ils ont reçu et combien ont été abîmés et mis de côté. Le résultat est le nombre de bulletins qui devraient se trouver dans les urnes. Les votes devraient aussi correspondre au nombre de paraphes sur le registre électoral. La première tâche d'un bureau de dépouillement est de compter le nombre de bulletins.
Avoir plus de bulletins que prévu signifie qu'il y a eu un "bourrage des urnes". C'est une raison très suffisante d'annuler un résultat et d'organiser un nouveau scrutin.

Des résultats non conformes. Il est normal de permettre à des responsables des partis, des observateurs officiels et même à des électeurs d'assister comme spectateurs au dépouillement. Ils peuvent prendre des images de celui-ci avec leurs smartphones. Ils ont ainsi une vue du processus et des résultats - juste au cas où les chiffres annoncés plus tard par la commission électorale divergent. "Il y a clairement fallu un certain temps pour que les politiciens véreux comprennent le fait que les gens savaient s'ils avaient changé les résultats", écrit l'auteur. Mais cette transparence n'existe que si les chiffres de comptage de chaque centre sont rendus publics.

Des délais inexpliqués dans l'annonce des résultats. Le retard de l'annonce des résultats est fréquemment la marque d'une manipulation, sans en être une preuve absolue. Cela peut être la marque d'une bureaucratie inefficace ou de transferts d'information inutilement lents et procéduriers. Les résultats en retard sont dangereux parce qu'ils alimentent les rumeurs d'un "massage" des votes et augmentent les tensions.

Autant le dire, avec le scrutin présidentiel de cette année les républiques bananières peuvent venir prendre des leçons aux États-Unis.

La guerre contre les preuves

Les médias pro-Biden ignorent ou minimisent systématiquement toute allégation de fraude, insinuant qu'elles sont "sans preuves" et relèvent de la pure invention. C'est pratique. D'un autre côté, si les médias cherchaient à informer le grand public, depuis le temps, ça se saurait...

La stratégie ne vise qu'à l'endormir. Ils sont aidés en cela par "Big Tech" qui censure, annule, ferme les comptes et supprime les témoignages avec une énergie considérable. Par exemple, une grande partie des vidéos de première main fournies par mes soins et ceux de différents commentateurs dans ce billet écrit à chaud a tout bonnement... Disparu. Ainsi le témoignage d'une scrutatrice de Detroit affirmant qu'après avoir chassé les observateurs républicains de la place, le site reçut à quatre heures du matin une livraison de caisses et de valises à roulettes de... quelque chose... qui alla droit à la salle de dépouillement. Une vidéo par un autre observateur montrant ces mêmes caisses et valises en train d'être livrées, fut aussi supprimée.

De nombreuses vidéos sur YouTube, Streamable, Twitter, etc. montrant des gens en train de remplir à la main des bulletins par dizaines dans divers lieux furent effacées. "Non-respect des conditions d'utilisations", pouvait-on parfois lire comme excuse, même si nul n'était identifiable (même filmés à leur insu, tous les gens portent des masques de toute façon).

Les Internautes révoltés apprennent et tentent de tout sauvegarder sur des sites d'archive avant que la purge n'ait lieu, mais ce n'est pas toujours possible ; ou cela requiert des connaissances techniques, comme tout ce qui est vidéo en streaming par exemple. Je pense que d'ici peu les sites d'archive feront eux-mêmes l'objet de nettoyages sélectifs.

Les informations intermédiaires de la soirée électorale jusqu'à deux heures du matin le 4 novembre, montrant une avance considérable de Trump dans nombre d'états-charnières, sont elles aussi retirées des sites "d'information".

Beaucoup de gens dans les médias et ailleurs travaillent d'arrache-pied à supprimer toute information gênante liée aux fraudes électorales. Ils martèlent sans retenue le nouveau narrative: Biden a naturellement triomphé, toute velléité de Trump de faire valoir les droits des citoyens américains n'est que la marque d'un mauvais perdant.

On nage en plein 1984.

Des preuves, en voilà

Au cours de cette élection, les Démocrates semblent avoir fait feu de tout bois avant, pendant et après le scrutin, employant toute les techniques connues et éprouvées en plus de nouvelles méthodes. Pour ne citer que quelques-unes de toutes celles qui furent employées, mentionnons:

  • Différentes techniques de récolte de bulletins avouées par un lanceur d'alerte démocrate pro-Sanders (source)
  • En violation directe de la loi de l'état, la Commission électorale du Wisconsin a ordonné à tous les agents de l'état d'ajouter (illégalement) à la main les informations manquantes des votes par correspondance, plutôt que de les invalider. (source)
  • Des morts ont voté, par milliers. On peut consulter leur vote aujourd'hui encore (source)
  • À Detroit des agents de saisie ont rajouté à la volée dans le registre électoral des gens qui avaient envoyé des votes par correspondance sans y être inscrits (source)
  • Au Nevada, dans le comté de Clark, un lanceur d'alerte annonce qu'il a été témoin de votes par correspondance acceptés sans que leur signature ne soit vérifiée (source)
  • En Pennsylvanie, des instructions spécifiques ont été données à des employés du service postal pour mettre de côté des bulletins reçus après le 3 novembre (donc trop tard), les antidater - les tamponner avec la date du 3 novembre - afin de les inclure quand même dans le scrutin (source)
  • À contrario, dans des comtés pro-Trump d'Arizona, des employés de bureau de vote n'indiquèrent pas aux électeurs venus sur place d'éventuelles erreurs dans la saisie de leur bulletin, comme la loi le veut, mais turent ces erreurs, entraînant la nullité de ces votes (source)
  • Des observateurs républicains furent empêchés d'entrer dans de nombreux bureaux de dépouillement (source) (source) (source)
  • Des bulletins destinés aux Républicains furent comptés en faveur des Démocrates... le logiciel de tabulation "a eu un bug"... Et nous découvrons que 47 comtés ont utilisé le même logiciel. (source) Ce logiciel, "Dominion", était connu pour ces "bugs" depuis 2016 déjà mais n'était pas encore employé à aussi large échelle. (source) En 2018, la Fondation Clinton décida de "soutenir son développement" avec un don de 2.25 millions de dollars (source). Le logiciel reçut une "mise à jour" au beau milieu de l'élection (source)

Les liens mentionnés comme sources existent encore au moment où ce texte est écrit.

Cette liste n'a aucunement la prétention d'être exhaustive. Il ne s'agit même probablement que d'une infime partie émergée de l'iceberg. Vous pourriez examiner pendant des jours toutes les fraudes filmées, rapportées par des témoins ou sur lesquelles des plaintes sont déposées.

Mais rien qui suffise pour les journalistes, qui se contentent de défausser tout ceci d'un revers de main en disant "qu'il n'y a rien, finalement". Les mêmes personnes qui ont soutenu des années durant et sans la moindre preuve que Donald Trump était une marionnette des Russes affirment aujourd'hui, face à une fraude systémique et massive, qu'il n'y a pas de preuve.

Aux fraudes manifestes mentionnées ci-dessus il faut rajouter toutes celles qui ne sont disponibles qu'à travers des témoignages d'observateurs lorsqu'on les a laissé exercer leur rôle de surveillance, et les témoignages d'observateurs empêchés de faire leur travail. Gageons que même si les réseaux sociaux empêchent l'information d'atteindre le plus grand nombre les vidéos termineront dans les dossiers des avocats concernés.

Rajoutons pour mémoire quelques indices statistiques:

  • L'écart est très grand entre les votes Biden et les autres candidats démocrates (candidat au sénat et à la chambre des représentants) - mais uniquement dans les états-charnières - alors qu'il est dérisoire entre Trump et les candidats républicains. (source) Explication simple: pris par le temps, les fraudeurs ont rempli les bulletins à la va-vite sans prendre le temps de cocher les cases de tous les sous-fifres.
  • Sur les listes électorales, les électeurs inscrits se présentent comme affiliés au parti Démocrate, au parti Républicain ou comme indépendants. Chacun vote naturellement comme il le souhaite. Cependant, en Pennsylvanie, l'examen statistique des résultats contre les listes électorales montre que 100% des indépendants auraient voté pour Joe Biden (source)
  • Des bonds inexplicables dans les votes pour Joe Biden détectés au moins au Michigan (source) et au Wisconsin (source)
  • Trump a reçu plus de votes qu'aucun président pour sa réélection. Biden, lui, a reçu plus de votes que quiconque depuis la fondation des États-Unis, y compris lors de l'élection de Barack Obama en 2008. (source)

On peut compter aussi le rythme du dépouillement, qui fut stoppé de façon fort opportune dans différents états, pendant des jours, le temps que les fraudeurs puissent rassembler assez de nouveaux bulletins pour faire basculer l'élection. Ainsi, dans absolument tous les états litigieux finalement "remportés" par Biden, Trump était en tête du dépouillement, à bien plus de la moitié du déroulement de celui-ci, jusqu'au milieu de la nuit du 3 au 4 novembre. Le compteur resta ensuite bloqué pendant plusieurs jours à 90%, 94%, 99% même parfois selon les états, jusqu'à ce que Joe Biden puisse être annoncé en tête.

Résumons la situation en citant un ancien porte-parole républicain:

"Il y a des personnes corrompues qui ont un mépris absolu pour le peuple américain, qui pensent que nous sommes si mous, si lâches, si réticents à nous défendre, qu'ils estiment qu'ils peuvent voler la présidence." -- Newt Gingrich

Fin de partie

Les gens qui ne s'intéressent pas aux élections américaines de 2020 n'ont rien compris. Ce vote, ces jours que nous traversons, sont historiques. Ils façonneront l'avenir de l'Occident pour des décennies, que ce soit en direction de sa survie ou de son effondrement total.

Si les fraudes électorales massives et systématiques qui ont eu lieu cette semaine permettent au bout du compte à Joe Biden d'être élu, les élections à venir n'auront plus jamais aucune valeur, ni aux États-Unis, ni ailleurs.

Aux États-Unis, d'autres élections auront lieu, avec au moins autant de manipulations impunies - pourquoi se priver? - pour s'emparer progressivement des derniers leviers du pouvoir. Si des fraudes massives et impunies permettent d'emporter la Présidence, quelles sont les chances que d'autres fraudes massives soient contrecarrées pour un simple siège de sénateur, pour une obscure élection complémentaire? Quelles sont les chances que des élections manipulées par la gauche soient remises en question par l'Administration Biden ou les administration démocrates qui lui succèderont?

Ailleurs qu'aux États-Unis, quelles sont les chances que les élites locales restreignent leur désir de passer outre le vote populaire (en le manipulant) si même un peuple disposant du Bill of Rights laisse passer pareille trahison de ses droits comme le troupeau de moutons qu'il est devenu?

Si un Américain ne se rebelle pas contre l'injustice et la malhonnêteté de cette élection, qui le fera, ailleurs, face à des injustices du même calibre? S'attend-t-on à ce qu'un Français se rebelle davantage en France? Un Suisse en Suisse? Un Togolais au Togo?

Ces jours, la liberté de penser est morte en même temps que la liberté d'expression et la liberté de s'informer. La censure massive et effrénée des réseaux sociaux, des moteurs de recherche, des médias, et la criminalisation des pensées (puisque désormais même l'implicite est condamné) fait que nous entrons à vitesse grand V dans une réalité dystopique - un monde artificiel et strictement encadré où seule l'information officielle circule, les autres sujets n'ayant ni le droit, ni les moyens techniques d'exister.

L'élection présidentielle américaine est enfin l'occasion de réaliser à quel point la haine et le cynisme ont pris racine dans les populations. D'innombrables personnes se délectent de l'arbitraire et de la fraude. Pour ces gens, il est plus important que Trump soit chassé de la Maison-Blanche que de respecter le processus électoral. Le camp de Joe Biden triche? Peu importe, c'était pour gagner contre Trump! C'est pour la bonne cause!

Cette façon de justifier la fin pour excuser les moyens est l'apanage d'innombrables révolutionnaires sanglants au cours de l'histoire, et la façon dont elle se répand est franchement inquiétante. Tous ces gens qui se réjouissent aujourd'hui de cette façon de penser ne réalisent pas qu'ils ouvrent la porte à un chaos qui, à terme, les emportera aussi.

Comme tout le reste, évidemment, tout ceci prendra encore un certain temps, d'autant plus que le sort des États-Unis n'est pas encore scellé. Mais ce 3 novembre 2020 aura clairement été un avant-goût amer des différents destins qui nous attendent.

04 août 2020

Quand les médias romands nous parlent de Q

Fin juillet, le grand public romand a découvert l'existence de Q par un barrage médiatique tout azimut. La plupart des rédactions se contentèrent de recopier un article directement fourni par l'AFP, mais d'autres ajoutèrent leur grain de sel.

Sur l'intervalle de quelques jours, tous les médias romands (20 minutes, Le Matin, la Tribune de Genève, 24 heures, la RTS...) ont évoqué Q et le mouvement QAnon. La concentration des médias dans des groupes favorise ce genre de pratique ; pourtant, certains articles sont signés, prouvant l'implication des rédactions dans le traitement du sujet, et on comptera dans le lot l'information officielle issue des médias payés par la redevance obligatoire.

Comme d'habitude, nos médias romands ont une guerre de retard. Il est trop tard pour stopper le mouvement QAnon. Vous savez qu'un mouvement est devenu mainstream quand on peut trouver des t-shirt à son effigie jusque sur Amazon.

médias,mensonges,théorie du complot,usa,pédophilie
Un Breadcrumb de Q.

Néanmoins, cette synchronisation est étonnante. Rien ne la justifie dans l'actualité. La seule évocation précédente de Q sous nos latitudes est liée à la volonté de Twitter de bannir des milliers de comptes associés à la mouvance quelques jours plus tôt - mais il s'agit d'un non-événement pour le grand public.

Tous ces articles, enfin, on la même construction: le mouvement QAnon est une théorie du complot d'extrême-droite, pro-Trump, et il ne faut absolument pas croire ce qui s'y raconte. La politique américaine et internationale est-elle dominée par une super-classe mondialiste et probablement pédophile? Non, puisqu'on vous le dit. Plus important encore, il est essentiel ne pas chercher à en savoir plus...

...Et ce sera de toute façon difficile.

Que sont Q et QAnon?

Pour l'acte d'accusation, on pourra aisément se reporter à l'un des liens fournis plus haut dans cet article, qui disent tous peu ou prou la même chose. Mais pour l'internaute décidé à se faire sa propre idée, il sera difficile d'en savoir plus.

En effet, toutes les recherches sur Google visant à trouver des informations de première main sur QAnon, comme les fameux "fragments" publiés par Q, ne renvoient qu'à des articles d'opinion ou des coupures de presse dénonçant le mouvement. Il est tout simplement impossible d'accéder aux informations fournies par QAnon à travers Google.

Quand Google trafique ses résultats pour vous empêcher d'accéder à l'information, vous pouvez être sûr de tenir un vrai sujet.

Heureusement, pour l'instant encore, d'autres moteurs existent et permettent d'accéder à des informations non tronquées. Revenons-en donc à notre mouvement Q... Pour une approche plus factuelle du sujet, on peut se tourner vers le blog American Thinker qui publia en début d'année une présentation claire du phénomène.

Q apparut la première fois en Octobre 2017 sur un forum anonyme appelé 4chan, postant des messages impliquant un accès à des informations secrètes quant à des événements à venir. Plus de 3'000 messages plus tard, Q a brossé un portrait dérangeant et aux multiples facettes d'un syndicat du crime global qui opère en toute impunité. Les suiveurs de Q au sein de la communauté QAnon analysent soigneusement les moindres détails de chaque message, qui sont consultables ici et ici.

Les médias mainstream ont publié des centaines d'articles attaquant Q et le dénonçant comme une théorie du complot d'extrême-droite, en particulier dès lors que le Président Trump sembla donner des indices d'une connivence avec lui. Lors d'un rallye en Caroline du Nord en 2019, Trump prit soin d'attirer l'attention du public vers un bébé dont la grenouillère arborait un Q majuscule.

Dans les dernières semaines, le tempo de mise en avant de Q par Trump s'est accéléré, le Président allant jusqu'à retweeter des followers de Q jusqu'à vingt fois en une journée. Trump a mis en avant des adeptes de Q dans ses publicités et a employé une des phrases signatures de Q ("Ces gens sont dingues") dans l'un de ses meetings.

Q a fait remarquer que les médias n'ont jamais pris la peine de poser à Trump la question évidente: "Que pensez-vous de Q?" Pour les partisans de Q, la raison pour laquelle cette question n'est jamais posée est évidente. Ils ont peur de la réponse.

Dans l'intervalle, l'influence de Q continue de s'étendre. Des manifestants à Hong-Kong, en Iran, en France, ont arboré des symboles Q et scandé des citations de Q. Les révélations de Q unifient les gens qui veulent la liberté partout dans le monde.

Si vous n'êtes pas familier de Q ou que vous ne le connaissez qu'à travers les attaques perpétrées contre lui dans les médias, j'aimerais fournir une brève introduction à ce phénomène extraordinaire. J'ai suivi Q depuis son premier message, et j'ai été de plus en plus impressionné par la précision, l'ampleur et la profondeur de ses communications. Les sympathisants de Q ont découvert longtemps avant les autres la détente avec la Corée du Nord, le dégonflement des mollahs d'Iran, et l'implication de l'Ukraine comme foyer de corruption pour la classe politique américaine. Ils en savaient beaucoup sur les activités de Jeffrey Epstein avant que celles-ci ne soient connues du grand public et prévoient des révélations encore plus choquantes. Comme Q se plaît à l'affirmer, "Le futur prouve le passé". Alors que les prédictions de Q se vérifient, elles donnent rétroactivement une crédibilité à l'entier de l'édifice.

Les partisans de Q pensent que Q est une opération de renseignement militaire, la première de son espèce, dont le but est de fournir au public des informations secrètes. Beaucoup pensent que l'équipe Q a été fondée par l'Amiral Michael Rogers, précédent directeur de la NSA et ancien commandant de l'unité de Cyber-Commandement des États-Unis. Certains soupçonnent Dan Scavino, Directeur des Médias Sociaux de la Maison-Blanche, de faire partie de l'opération, la grande tenue des écrits de Q reflétant une expertise en communication.

Q est une nouvelle arme dans la guerre de l'information, contournant les médias hostiles et le gouvernement corrompu pour communiquer directement avec le public. Q est en quelque sorte le pendant du flux Twitter de Trump. Alors que Trump communique brusquement et directement, Q est cryptique, détourné et subtil, n'offrant que quelques indices qui réclament une recherche et une mise en perspective.

Voilà comment les choses fonctionnent. Q publie des messages (également connus sous le nom de "largage" ("drop") ou de "miette" ("crumb")) sur un forum anonyme en ligne, messages qui sont ensuite discutés, analysés et critiqués par les habitués du forum. (Le forum en question a changé plusieurs fois au cours du temps à cause d'attaques massives). Des centaines de comptes des médias sociaux diffusent ensuite les derniers posts de Q à un public intéressé qui partage ensuite ses recherches, analyses, et interprétations quant à ces nouvelles informations. (...)


Q est donc la source des messages - reconnaissable parce que, même anonymes, certains forums identifient les messages postés d'une même origine avec une clef unique. QAnon est le nom donné à la communauté d'individus qui prêtent attention à ces messages.

Les deux doivent être distingués. Q est un individu (ou un petit groupe d'individus) parfaitement anonyme et lâchant des informations cryptiques sur Internet, que chacun peut décider de croire ou de ne pas croire. QAnon est une masse immense d'individus, chacun avec ses croyances, ses opinions et ses préjugés, interprétant les énigmatiques messages de bien des manières.

La distinction permet de comprendre la facilité avec laquelle les médias défaussent Q pour mieux se concentrer sur QAnon et tenter ainsi de les couler tous les deux. Avec assez d'opiniâtreté, on pourra trouver dans n'importe quelle communauté humaine assez vaste un ramassis de bêtises, d'exagérations, de déclarations à l'emporte-pièce, d'antisémitisme ou de folie. Les journalistes n'hésitent donc pas à mettre en exergue les croyances les plus délirantes de certains membres de QAnon pour en faire des symboles de l'absurdité, et de l'extrémisme, et discréditer ainsi le mouvement Q dans son ensemble.

Cette technique du grand-n'importe-quoi étendu à une communauté est aussi pratiquée par certains auteurs prétendant écrire sur le phénomène Q. Qu'il s'agisse de leurs propres délires ou d'une volonté de ridiculiser le tout, ils saupoudrent allègrement leurs analyses d'influence extraterrestre et de clonage humain... Ce qui est tout de même un comble pour un processus visant à faire réfléchir l'auditeur par lui-même.

En effet, Q est délibérément cryptique et anonyme. Il n'a aucune posture d'autorité, ne peut se prévaloir d'aucun titre, n'a aucune existence officielle. Q n'existe que par ses messages. Et la seule façon de comprendre quoi que ce soit est de les mettre en perspective et de procéder à ses propres recherches.

Beaucoup de gens détestent Q, y compris des partisans de Trump, mais il faut reconnaître que ses méthodes visent plutôt à élever le débat dans un univers médiatique où le prêt-à-penser est devenu la seule norme.

L'État profond et la pédophilie institutionnelle

Q étant humain, il n'est ni omniscient, ni infaillible.

Et Q n'est même pas pro-Trump.

Q affirme que nous sommes dans une configuration extraordinaire, permise par l'élection (et peut-être la réélection) de Trump. Un accident qui rend certaines choses possibles - notamment le déracinement de l'État profond.

Malgré son nom, l'État profond n'a rien d'abyssal. Il s'agit du petit nombre de gens à la tête des organisations qui financent les carrières des politiciens et des officiels de haut niveau. Ceux qui en Suisse emploient des lobbyistes, par exemple. De la sélection des "meilleurs" candidats à leur éventuelle nomination, puis à la canalisation que permettra ces gens lorsqu'ils en nommeront à leur tour d'autres à d'autres postes dans d'autres organisations, ils peuvent influer sur la société à une échelle démesurée, pendant des décennies.

Comme ils sont souvent à la tête de grands groupes internationaux (qu'ils soient économiques, politiques ou prétendument philanthropiques) ou de grandes fortunes, les membres de l'État profond n'ont souvent qu'un intérêt mineur pour les affaires locales. Ils font la promotion de politiques globales dépassant, ou effaçant au besoin, les concepts éculés à leurs yeux de nations et de peuples.

Une partie de cette élite est pédophile - la perversion suprême de ceux qui affichent ainsi qu'ils peuvent tout se permettre.

Donald Trump n'est pas pédophile.

Là se situe, pour eux, le danger.

Il y a plus d'un an, j'avais évoqué le sujet de l'inquiétante pédophilie des élites. L'affaire Epstein avait révélé les liens entre un milliardaire pédophile condamné et toute une frange de la jet-set avide de plaisirs interdits sur une île privée - incluant des personnalités de premier plan.

On aurait pu croire, faussement, que l'affaire Epstein était américano-américaine - ou au moins, limitée au monde anglophone. C'est oublier un peu vite que Ghislaine Maxwell, la maquerelle d'Epstein, est d'origine française, de culture française, et de nationalité française.

Pour aborder le volet français (voire européen) du sujet, un article fascinant de France-Culture, "Quand des intellectuels français défendaient la pédophilie", permet de faire le point.

Jean-Paul Sartre, Roland Barthes, Simone de Beauvoir, Gilles et Fanny Deleuze, Francis Ponge, Philippe Sollers, Jack Lang, Bernard Kouchner, Louis Aragon, André Glucksmann, François Châtelet et bien d'autres encore, de Félix Guattari à Patrice Chéreau ou Daniel Guérin ; tous font partie des 69 intellectuels français qui, aux côtés de l'écrivain Gabriel Matzneff et du romancier, journaliste à Libération et membre fondateur du Front homosexuel d'action révolutionnaire (FHAR) Guy Hocquenghem ont signé une tribune publiée le 26 janvier 1977. D'abord dans Le Monde puis dans Libération pour défendre trois hommes incarcérés depuis plus de trois ans pour avoir abusé sexuellement de mineurs de moins de 15 ans. (...)

Le 23 mai 1977, dans les pages "Opinions" du Monde, 80 intellectuels français parmi lesquels Jean-Paul Sartre, Michel Foucault, Roland Barthes, Simone de Beauvoir, Alain Robbe-Grillet, Jacques Derrida, Philippe Sollers et même Françoise Dolto, signent un autre texte pour demander que la loi décriminalise les rapports sexuels entre les adultes et les enfants de moins de 15 ans.
De nombreux journaux se font l'écho de ce mouvement pro pédophile, qui aux Pays-Bas est devenu un mouvement politique. Libération en tête, avec même des petites-annonces sans ambiguïté, (...) mais aussi Le Monde ou encore France Culture. Le 4 avril 1978, l'émission "Dialogues" (enregistrée en 1977) invite Michel Foucault, le romancier et membre fondateur du Front homosexuel d'action révolutionnaire (FHAR) Guy Hocquenghem et le juriste Jean Danet, tous trois signataires de la pétition qui demande la décriminalisation de la pédophilie. Durant une heure et quart, en public dans le studio 107, ces intellectuels vont défendre l'idée que des pédophiles sont incarcérés à tort parce que les enfants qu'ils ont abusés étaient consentants. (...)

Des publications comme Gai Pied, journal radical pro homosexuel dans lequel écrivent Jean-Paul Aron, Jean-Paul Sartre ou Michel Foucault, aux côtés de l'écrivain Tony Duvert - pédophile revendiqué - et de Renaud Camus, deviennent ainsi des tribunes pour les pédophiles (la revue sera finalement suspendue en 1992).

Figure de mai 1968, Daniel Cohn Bendit raconte alors ses gestes sexuels sur des enfants. Dans le livre Le Grand bazar (publié en 1975 chez Belfond), où il évoque son activité d'éducateur dans un jardin d'enfants "alternatif" à Francfort. Puis en avril 1982, sur le plateau d'Apostrophes, où il déclare notamment : "La sexualité d'un gosse, c'est absolument fantastique, faut être honnête. J'ai travaillé auparavant avec des gosses qui avaient entre 4 et 6 ans. Quand une petite fille de 5 ans commence à vous déshabiller, c'est fantastique, c'est un jeu érotico-maniaque..."


Mais voilà, la société civile ne suit pas. L'intellectuel, les intellectuels, ne parviennent pas à guider le peuple. Tant pis! Il faudra attendre, dans l'ombre.

Une question: combien de ces individus ont vu leurs carrières brisées, leurs statues déboulonnées, leurs hommages retirés, leurs chaires de complaisance dissoutes?

S'il y a un aspect encore plus fascinant que la façon dont tout une coterie "d'intellectuels de gauche" français a pu déballer ouvertement ses penchants pédophiles pendant des années en toute impunité, c'est la façon dont ces gens se sont fait tout au long de leur vie servir la soupe par les médias et les autorités politiques, littéraires, universitaires... Et même la magistrature, qui jamais ne vit là-dedans matière à enquêter.

Ces gens n'ont jamais été inquiété durant toute leur carrière. Ils ont pu continuer à nuire, et nuisent encore aujourd'hui.

Le défi de notre temps

Même si certains dignitaires de haut rang doivent mal dormir ces jours en attendant que Ghislaine Maxwell soit à son tour éliminée, la pédophilie ne s'est jamais aussi bien portée dans certains cercles. Rappelons-nous encore de l'époque très récente où quiconque voulant s'en prendre à Polanski était un "extrémiste", coupable d'une "cabale", d'un "acharnement judiciaire", contre un individu qui a drogué, violé et sodomisé une fille de treize ans alors qu'il en avait quarante-trois...

Le revirement de l'opinion publique est très récent, suscité par de sordides exemples, comme l'affaire d'Outreau en France, l'enlèvement de Maddie ou les viols collectifs de Telford en Angleterre, ou l'affaire Epstein aux États-Unis.

Q et QAnon ont le mérite de transmettre des informations dérangeantes sur certaines pratiques d'une élite dégénérée, comme par exemple la chambre d'hôtel la plus chère du monde, et de les diffuser au sein du grand public.

C'est une contre-offensive à celle opérée par ces élites pour tenter de normaliser la pédophilie, comme elles n'ont jamais cessé de vouloir le faire depuis quarante ans. Qu'on se rappelle en Suisse qu'il a fallu voter, tant la résistance institutionnelle était forte, pour faire appliquer quelque chose d'aussi évident que d'empêcher des pédophiles condamnés de pouvoir continuer à travailler avec des enfants! Une initiative qui ne réunit qu'un maigre 63% des votes des citoyens en 2014, montrant l'efficacité de l'abrutissement du grand public.

J'en arrive même à me demander si toute la sympathie étrange et pour tout dire apparemment incompréhensible des décideurs de hauts rangs en faveur de l'islam et de l'immigration musulmane de masse, ne pourrait s'expliquer simplement par la tolérance, voire l'incitation à la pédophilie dans l'islam. Pourquoi s'embêter à convaincre des populations revêches à la pédophilie lorsqu'on peut simplement les substituer par une autre qui n'a pas ces interdits moraux?

Une façon comme une autre de déplacer la fameuse Fenêtre d'Overton...

Comme on peut s'en rendre compte, la pédophilie des élites, la lutte contre cette pédophilie, et les éventuelles poursuites judiciaire qui arriveront peut-être, ou jamais, est un sujet quasiment inépuisable.

Je pense que parmi les défis de ce XXIe siècle la bataille contre la pédophilie figurera en bonne place.

Et la partie est loin d'être gagnée.

La façon dont les médias officiels présentent Q et la communauté QAnon nous donne un bon aperçu du camp dont ils défendent les couleurs.

18 juillet 2020

Des Millionnaires pour l'Humanité

"Taxez-nous davantage!"

C'est en ces termes que l'on pourrait résumer la profession de foi d'un groupe de 87 signataires s'auto-proclamant les Millionnaires pour l'Humanité.

4c2ac7606ba83e57723c0539a00ce520bc35e58f.png

Pareille initiative fut bue comme du petit lait par les médias, cela va sans dire. Des riches qui demandent à être taxés davantage! Quelle aubaine!

"Alors que le Covid-19 frappe le monde, les millionnaire comme nous avons un rôle essentiel à jouer pour guérir le monde. Nous ne sommes pas ceux qui soignent les malades dans les unités de soins intensifs. Nous ne conduisons pas les ambulances qui amènent les malades à l'hôpital. Nous ne sommes pas ceux qui regarnissent les rayons des épiceries ou qui délivrent de la nourriture de porte à porte. Mais nous avons de l'argent, beaucoup. De l'argent dont on a absolument besoin maintenant et dont on continuera à avoir besoin dans les années à venir, alors que notre monde se remet de cette crise."

"Nous, les millionnaires soussignés, appelons les gouvernements à augmenter les taxes de gens comme nous. Immédiatement, substantiellement et de manière permanente".

"L'impact de la crise actuelle s'étendra sur des décennies (...) Les problèmes causés et révélés par le Covid-19 ne peuvent être résolus par la charité, aussi généreuse soit-elle. Les chefs de gouvernement doivent prendre la responsabilité de lever les fonds dont nous avons besoin et les dépenser équitablement. Nous pouvons nous assurer de financer de façon adéquate nos systèmes de santé, nos écoles et notre sécurité via une augmentation permanente des taxes sur les gens les plus fortunés de la planète, des gens comme nous." (...)


L'appel se termine solennellement:

"Donc, s'il vous plaît. Taxez-nous. Taxez-nous. Taxez-nous. C'est le bon choix. C'est le seul choix. L'Humanité est plus importante que notre argent."


Difficile pour un journaliste de rester de marbre face à un tel appel au collectivisme. Du coup, rare sont les articles mentionnant cette initiative et faisant preuve du moindre esprit critique. Les médias gobent avec empressement en se contentant d'applaudir cette prise de position, opportunément publiée juste avant la réunion des ministres des Finances du G20 et le sommet européen extraordinaire sur la relance de l'UE.

Naïveté quand tu nous tiens

Heureusement, les internautes sont un peu moins naïfs (dans l'ensemble) que les journalistes qui prétendent les informer, et cela se voit dans les commentaires des articles sur le sujet.

Le côté publicitaire de l'opération saute aux yeux: les millionnaires, par appât du gain ou peur de la foule, espèrent toujours se faire bien voir des masses vindicatives. Rien de mieux que de demander à payer plus d'impôts pour y parvenir. C'est la version financière du green washing ou d'un selfie avec Greta. Mais la démarche soulève tout de même quelques questions.

D'abord, et c'est l'évidence même, personne n'est obligé de payer le minimum d'impôt. C'est l'argument-massue à rétorquer à tous les adeptes de la redistribution, qu'ils soient milliardaires ou militants socialistes de base. Si on prend au mot les martingales à base de "multiplicateur de prospérité" et autres formules imprégnées du mythique "intérêt général", qu'est-ce qui empêche qui que ce soit de faire un don à l'État, ou à n'importe quel État, du montant de son choix?

Donnez à l'État et il vous le rendra au centuple? Eh bien, qu'attendez-vous?

Charité bien ordonnée commence par soi-même. Les Millionnaires pour l'Humanité seraient un tout petit peu plus crédibles s'ils joignaient le chèque à la parole afin de donner corps à leur appel à la générosité. Ils s'en gardent bien!

Ensuite, si la redistribution via l'impôt créait la moindre prospérité, cela se saurait. Depuis le temps que toutes les variantes du socialo-communisme n'ont de cesse d'emprunter ce chemin (en se servant grassement au passage), cela n'a donné que corruption, pauvreté généralisée et effondrement économique dans tous les pays qui ont eu le bonheur d'essayer.

L'explication est fort simple: le transfert forcé d'argent d'un individu à un autre n'augmente pas la satisfaction générale, à l'opposé d'un transfert volontaire et librement consenti, comme un achat par exemple. Le transfert forcé est même destructeur de prospérité puisqu'il punit celui qui réussit à gagner de l'argent en le donnant à celui qui n'a rien fait pour le mériter. Mais il a l'avantage de permettre à toute une classe de parasites institutionnels de vivre en prélevant leur écot sur ces échanges, tout en se drapant de morale.

Le piège de la générosité

Imaginons que des politiciens appâtés par cette douce musique fiscale décident de voter demain un super-impôt pour les super-riches. Disons, par exemple, un taux spécial supplémentaire de 20% sur les revenus de plus d'un million de francs, en sus de tous les impôts actuels.

Les partisans de cet impôt déchanteront rapidement, parce qu'il rapportera bien moins que prévu. Ceux qui sont très au-dessus du seuil trouveront des moyens d'y échapper avec des montages fiscaux permettant d'apparaître comme des travailleurs employés par une filiale étrangère, ou déménageront et travailleront à distance depuis un autre pays, etc. Ceux qui sont un tout petit peu au-dessus du seuil baisseront leur salaire pour l'éviter, en se faisant payer en stock-options ou autres avantages.

Mais surtout, il y aura des gens pour porter plainte devant telle ou telle cour suprême contre ce seuil de super-impôt pour les super-riches, et ils gagneront, car les seuils marqués sont à éviter en matière d'imposition et les politiciens le savent bien.

Si bien que lorsque vous entendez des riches appeler à "plus d'impôts pour les riches" ils appellent en réalité à une augmentation générale des impôts.

Il n'est juste pas possible d'augmenter massivement les impôts d'une seule tranche de revenus. Lorsque pareille fiscalité est souhaitée ("Taxons les riches!") et mise en place, elle se décline en fait en une augmentation de toutes les tranches d'impôt, de la plus haute à la plus basse. Si bien que, ne disposant pas des "capacités d'évitement" des super-riches, la classe moyenne subit les nouveaux taux de plein fouet.

Comment fonctionne le monde

Il n'y a pas plus hypocrite, et franchement méprisant, qu'un appel des super-riches à être taxés davantage. Et ils le savent parfaitement.

Il y a quelques années le magnat de la finance Warren Buffett se plaignait mollement de payer moins d'impôts que sa secrétaire. Parce que les impôts sont essentiellement des impôts sur le revenu. Les gens vraiment riches se débrouillent pour obtenir de l'argent par d'autres moyens.

Warren Buffet, par exemple, dispose d'une fortune grâce à sa société Berkshire Hathaway. Jeff Bezos d'Amazon reçoit un salaire de misère. Jack Dorsey, le PDG de Twitter, a touché un salaire d'un dollar et 40 cents en 2018. Quel taux d'imposition serait approprié sur un salaire pareil?

Toute la fiscalité d'aujourd'hui est focalisée sur les salaires. Qu'on tente une autre approche de la fiscalité et certains super-riches y réfléchiront à deux fois avant de lancer un appel à payer plus d'impôts... Mais en fait ils n'ont pas tellement à craindre.

Savez-vous pourquoi?

Parce que les politiciens ne le feront jamais.

Il faut révéler le pot-aux-roses de la fiscalité, et de ces inexplicables "niches" et autres "paradis fiscaux", qui fleurissent encore et toujours malgré toutes les tentatives politiques pour soi-disant y mettre fin: il est infiniment plus facile, et moins coûteux, pour les super-riches, de faire capoter un projet de loi ou de s'aménager des portes de sortie dans une réforme fiscale, plutôt que de s'acquitter des nouveaux impôts.

C'est un terme poli pour "corruption" - et une bataille que la fiscalité ne remportera jamais.

Tout cela n'implique pas forcément des sommes d'argent qui changent de main. Les super-riches sont d'autant plus aidés dans leurs démarches que la classe politique est elle-même richissime - en particulier les politiciens de gauche. Nancy Pelosi pèse 120 millions de dollars. Le couple Clinton a engrangé 240 millions de dollars entre 2001 et 2016. Plus près de chez nous, le révolutionnaire d'opérette Jean-Luc Mélenchon fait partie des 1% les plus riches.

Et en Suisse? Simonetta Sommaruga et son mari (écrivain subventionné) se payent une maison de trois appartements. Moritz Leuenberger fut nommé au Conseil d'Administration d'Implenia. Même à Renens, la verte Tinetta Maystre se retrouve au Conseil d'Administration de Migros Vaud.

Comment penser une seconde que ces gens tordront le cou à la poule aux œufs d'or?

"Les médias nous bassinent depuis des années avec la feuille d'impôt de Donald Trump, mais je suis moins intéressé par la déclaration fiscale d'un milliardaire devenu politicien que par celle d'un politicien devenu milliardaire." -- Un internaute fâché par la richesse de ses élus


Indépendamment de toute discussion morale sur la taxation, les super-riches n'ont pas de mauvais sang à se faire. Peu importe ce que croient ou espèrent les militants de gauche, les politiciens qui les représentent n'ont aucune envie de nuire au club dont ils rêvent de faire partie, quand ils n'ont pas déjà réussi à y entrer au gré de leur "carrière politique". Il n'y a pas de meilleure entente entre le monde politique et les gens les plus prospères de la planète qu'au milieu des petits fours du Forum de Davos. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que la plupart des membres de cette super-classe s'affiche politiquement à gauche.

Voilà pourquoi certains membres du club des millionnaires peuvent pousser le vice jusqu'à se qualifier de "Millionnaires pour l'Humanité". Parés de leur nouvelle vertu, ils aguichent la plèbe en implorant publiquement à payer plus de taxes, et, une flûte de champagne à la main, contemplent les fourmis s'agiter.

13 juin 2020

Black Lives Matter: la lettre d'un professeur de Berkeley

Un professeur d'histoire anonyme de l'Université de Berkeley a rédigé une lettre ouverte contre les récits du moment sur l'injustice raciale qui sous-tend le mouvement Black Lives Matter (BLM) et les protestations en cours un peu partout dans le monde, consécutives à la mort de George Floyd.

racisme,black lives matter,usa
Royce Hall de l'Université de Californie à Berkeley.

L'authenticité de l'auteur a été confirmée par le professeur adjoint de science politique de l'Université d'État du Kentucky, Wilfred Reilly, qui a dit avoir reçu une copie de la lettre de même que l'économiste de l'Université de Stanford, Thomas Sowell. La lettre fut publiée sur Twitter par Tracy Beanz, un journaliste d'investigation. En voici une traduction.

 


 

Lettre ouverte d'un professeur d'histoire de l'Université de Berkeley contre Black Live Matters, les brutalités policières et l'orthodoxie culturelle

Chers Professeurs X, Y et Z,

Je suis l'un de vos collègues de l'Université de Californie à Berkeley (UCB). Je vous ai rencontré personnellement, mais je ne vous connais pas de près et je vous contacte de manière anonyme, avec mes excuses. Je crains que la révélation publique de cet e-mail ne me fasse perdre mon emploi et probablement toute possibilité d'emploi futur dans mon domaine.

Dans vos récents courriels du département, vous avez mentionné notre engagement en faveur de la diversité, mais je suis de plus en plus alarmé par l'absence de diversité d'opinions sur le sujet des récentes manifestations et de la réaction de la communauté [académique] à leur égard.

Dans la profusion de liens et ressources que vous avez fournie, je n'ai trouvé aucune sorte de contre-argument substantiel ni de récit alternatif qui expliquerait la sous-représentation des Noirs dans le monde universitaire, ou leur surreprésentation dans le système de justice pénale. L'explication fournie dans votre documentation, à la quasi-exclusion de toutes les autres, est univariée: les problèmes de la communauté noire sont causés par les Blancs, ou, lorsque les Blancs ne sont pas physiquement présents, par l'infiltration de la suprématie blanche et du racisme systémique blanc dans les cerveaux, les âmes et les institutions en Amérique.

De nombreuses objections convaincantes à cette thèse ont été soulevées par des voix raisonnables, y compris au sein de la communauté noire elle-même, comme celles de Thomas Sowell et Wilfred Reilly. Ces gens ne sont pas des racistes ou des "Oncles Tom"[1]. Ce sont des savants intelligents qui rejettent un récit qui dépouille les Noirs de leur pouvoir et extériorise systématiquement les problèmes de la communauté noire vers des étrangers. Leur point de vue est totalement absent des communiqués des départements et de l'UCB elle-même.

L'affirmation selon laquelle les difficultés rencontrées par la communauté noire s'expliquent entièrement par des facteurs exogènes sous la forme de racisme systémique blanc, de suprématie blanche et d'autres formes de discrimination blanche reste une hypothèse problématique qui devrait être vigoureusement contestée par les historiens. Au lieu de cela, elle est traitée comme une vérité axiomatique, exploitable sans considération sérieuse de ses défauts profonds, ni de son inquiétante implication d'une impuissance totale des Noirs. Cette hypothèse transforme notre institution et notre culture, sans aucun espace de dissidence en dehors d'un discours étroit et strictement contrôlé.

Un contre-récit existe. Si vous avez le temps, veuillez envisager d'examiner certains des documents que je joins à la fin de cet e-mail. De manière écrasante, le raisonnement fourni par BLM et ses alliés est soit essentiellement anecdotique (comme dans le cas de l'essentiel de l'article incontestablement émouvant de Ta-Nehisi Coates), soit avec des motivations transparentes. Comme exemple de ce dernier problème, considérons la proportion de Noirs américains incarcérés. Cette proportion est souvent utilisée pour qualifier le système de justice pénale d'anti-noir. Cependant, si nous utilisons précisément la même méthodologie, nous devrions conclure que le système de justice pénale est encore plus anti-masculin qu'il est anti-noir.

Pourrions-nous qualifier la justice pénale de complotiste, systématiquement biaisée contre les personnes de sexe masculin, à l'encontre d'Américains innocents? J'espère que vous comprenez à quel point une mise en sommeil importante de nos facultés rationnelles s'impose pour accepter ce type de raisonnement imparfait. Les Noirs ne sont pas incarcérés à des taux plus élevés que ce que montre leur implication dans des crimes violents. Ce fait a été démontré à plusieurs reprises dans plusieurs juridictions dans plusieurs pays.

Et pourtant, je vois mon département reproduire sans discernement un récit qui diminue le pouvoir noir en faveur d'une explication centrée sur le Blanc, qui fait appel au désir apparent du département d'assumer le "fardeau de l'homme blanc"[2] et de promouvoir un récit de culpabilité blanche.

Si nous prétendons que le système de justice pénale est suprémaciste blanc, pourquoi les Américains d'origine asiatique, les Indiens d'Amérique et les Américains nigérians sont-ils incarcérés à des taux considérablement inférieurs à ceux des Américains blancs? C'est une drôle de suprématie blanche. Même les Juifs américains sont moins incarcérés que les gentils Blancs. Je pense qu'il est juste de dire que votre suprémaciste blanc moyen désapprouve les Juifs. Et pourtant, ces prétendus suprémacistes blancs incarcèrent des gentils à des taux beaucoup plus élevés que les Juifs. Rien de tout cela n'est abordé dans votre littérature. Rien de tout cela n'est expliqué, à part en agitant la main et en lançant des attaques ad hominem. "Ce sont des arguments racistes". "La notion de minorité exemplaire est un mythe entretenu par les suprémacistes blancs". "Seuls les fascistes parlent des crimes des Noirs contre les Noirs", ad nauseam.

Les déclarations de ce type ne constituent pas des contre-arguments: ce sont simplement des classifications arbitraires et offensantes, destinées à réduire au silence et à empêcher toute discussion. N'importe quel historien sérieux les reconnaîtra pour ce qu'elles sont, des tactiques visant à faire taire toute critique de l'orthodoxie, communes aux régimes répressifs, aux doctrinaires et aux religions à travers le temps et l'espace. Ces déclarations visent à écraser la vraie diversité et à chasser pour de bon toute culture robuste de critique intellectuelle de notre département.

Nous sommes de plus en plus appelés à nous conformer et à souscrire à la vision problématique de l'Histoire selon BLM, et le département est présenté comme unifié sur la question. En particulier, les minorités ethniques sont volontairement rassemblées au sein d'une posture unique. Cette unité apparente est probablement fonction du fait que la dissidence pourrait très certainement mener au renvoi ou à la non-reconduction de ceux d'entre nous qui sont dans une situation précaire, ce qui n'est pas un petit nombre.

Personnellement, je n'ose pas m'élever contre le récit de BLM. Sous ce déluge d'unité présumée dont l'administration, les professeurs titulaires, l'administration de l'Université, les entreprises américaines et les médias nous inondent en masse, la punition pour dissidence est un danger évident à une époque de vulnérabilité économique généralisée. Je suis certain que si mon nom était joint à cet e-mail, je perdrais mon emploi et toute possibilité d'emploi futur, même si je crois et je peux justifier chaque mot que je tape.

La grande majorité des violences exercées sur la communauté noire est commise par des Noirs. Il n'y a pratiquement pas de marches pour ces victimes invisibles, pas de minutes de silence, pas de lettres sincères des responsables de l'Université, des doyens ni des chefs de département. Le message est clair: les vies noires ne comptent que lorsque les Blancs les prennent. La violence noire est inévitable et insoluble, tandis que la violence blanche demande des explications et exige une solution. Osez regarder dans vos cœurs pour réaliser à quel point cette formulation est sectaire.

Aucune discussion n'est autorisée pour les victimes non noires de violence noire, qui sont proportionnellement plus nombreuses que les victimes noires de violence non noire. C'est particulièrement amer dans la région de la Baie, où la proportion de victimes asiatiques par des assaillants noirs atteint des proportions épidémiques, au point que le chef de la police de San-Francisco a conseillé aux Asiatiques d'arrêter de suspendre des porte-bonheur à leurs portes, car cela attire l'attention de violeurs de domiciles (massivement noirs). Des importuns comme George Floyd. Pour cette réalité concrète, vécue, y compris physiquement, de la violence aux États-Unis, il n'y a pas de marches, pas de courriels larmoyants des chefs de département, pas de soutien de McDonald's ni de Wal-Mart. Pour le département d'histoire, notre silence n'est pas une simple abrogation de notre devoir de faire la lumière sur la vérité: c'est un rejet de celle-ci.

L'affirmation selon laquelle la violence intra raciale noire est le produit du redlining [3], de l'esclavage et d'autres injustices repose sur des faits largement historiques. Il appartient donc aux historiens d'expliquer pourquoi l'internement des Japonais ou le massacre des Juifs européens n'a pas conduit à des taux de dysfonctionnement équivalents et à de faibles statuts socio-économiques chez les Japonais et les Juifs américains, respectivement. Les Arabo-américains ont été méchamment diabolisés depuis le 11 septembre, tout comme les Sino-américains plus récemment. Cependant, les deux groupes surpassent les Américains blancs sur presque tous les indices de statut socio-économique - tout comme les Américains nigérians, qui ont d'ailleurs la peau noire. Il appartient aux historiens de signaler ces anomalies et d'en discuter. Cependant, aucune véritable discussion n'est possible dans le climat actuel de notre département. L'explication nous est fournie: tout désaccord avec la position officielle est raciste, et le travail des historiens est d'explorer plus en détail d'autres façons de montrer que l'explication est correcte. Il s'agit d'une parodie de la profession d'historien.

Plus troublant encore, notre ministère semble avoir été entièrement subjugué par les intérêts de la Convention Démocratique Nationale et du Parti Démocrate en général. Pour expliquer ce que je veux dire, réfléchissez à ce qui se passe si vous choisissez de faire un don à Black Lives Matter, une organisation que le département d'histoire de l'Université de Californie à Berkeley a explicitement promu dans ses récents courriers. Tous les dons sur le site Web officiel de BLM sont immédiatement redirigés vers ActBlue Charities, une organisation principalement concernée par le financement des campagnes électorales pour les candidats démocrates. Faire un don à BLM aujourd'hui revient à faire un don indirect à la campagne 2020 de Joe Biden. C'est grotesque étant donné que les villes américaines avec les pires taux de violence de Noirs contre des Noirs, ou de violence policière sur des Noirs, sont dans une écrasante majorité conduites par des Démocrates. Minneapolis elle-même est entièrement entre les mains des Démocrates depuis plus de cinq décennies ; le "racisme systémique" y a été construit par les administrations démocrates successives.

L'attitude paternaliste et condescendante des dirigeants démocrates envers la communauté noire, illustrée par presque toutes les déclarations de Biden sur la race noire, ne font que garantir un état perpétuel de misère, de ressentiment, de pauvreté et une politique de griefs qui anéantit simultanément le débat politique américain et des vies noires. Et pourtant, faire un don à BLM, c'est financer les campagnes électorales d'hommes comme le maire Frey, qui ont vu leurs villes dégénérer dans la violence. Il s'agit de la captation grotesque d'un mouvement de bonne foi visant à une nécessaire réforme de la police, et de notre département, en faveur d'un parti politique. Pire encore, il n'y a pratiquement aucune possibilité de dissidence dans le milieu universitaire. Je refuse de servir le Parti, et vous devriez aussi.

L'alliance totale des grandes sociétés impliquées dans l'exploitation humaine avec BLM devrait être un signal d'avertissement pour nous, et pourtant cette preuve accablante passe inaperçue, délibérément ignorée ou célébrée de façon perverse. Nous sommes les idiots utiles des classes les plus riches, porteurs d'eau pour Jeff Bezos et autres esclavagistes de notre temps, réels et modernes. Starbucks, une organisation utilisant des Noirs travaillant littéralement comme des esclaves chez ses fournisseurs de plantations de café, est en faveur de BLM. Sony, une organisation utilisant du cobalt extrait encore plus littéralement par des esclaves noirs, dont beaucoup sont des enfants, est en faveur de BLM. Et apparemment, nous aussi. L'absence de contre-récit permet cette obscénité. Fiat lux, en effet.[4]

Il existe également un large éventail de ceux que l'on ne peut qualifier que "d'arnaqueurs raciaux": des bonimenteurs de toutes couleurs qui tirent profit des brasiers de conflits raciaux pour obtenir des emplois administratifs, des postes de gestion caritative, des emplois universitaires et de l'avancement, ou atteindre des objectifs politiques personnels.

Étant donné la direction que notre département d'histoire semble prendre, loin de tout engagement envers la vérité, nous pouvons nous considérer comme une institution de formation pour cette catégorie de charlatans. Leurs activités sont corrosives, détruisant tout espoir d'une coexistence raciale harmonieuse dans notre nation et envahissant notre vie politique et institutionnelle. Beaucoup de leurs voix sont ségrégationnistes, ce qui n'est pas sans ironie.

Martin Luther King serait probablement qualifié "d'Oncle Tom" s'il parlait sur notre campus aujourd'hui. Nous formons des dirigeants qui ont l'intention, de manière explicite, de détruire l'une des seules sociétés ethniquement diversifiées véritablement prospère de l'histoire moderne. Alors que la République Populaire de Chine, un régime nationaliste bâti sur une base ethnique, agressivement raciste et chauvin, avec une immigration nulle et sans concept de jus solis, se présente de plus en plus comme l'alternative politique mondiale aux États-Unis, je vous demande: est-ce sage? Sommes-nous vraiment en train d'agir comme il faut?

Enfin, notre université et notre département ont fait plusieurs déclarations pour célébrer et faire l'éloge de George Floyd. Floyd était un criminel récidiviste qui a autrefois tenu une femme noire enceinte sous la menace d'une arme. Il est entré par effraction chez elle avec une bande d'hommes et a pointé une arme sur son ventre de femme enceinte. Il a terrorisé les femmes de sa communauté. Il a engendré et abandonné plusieurs enfants, ne jouant aucun rôle dans leur soutien financier ni leur éducation, échouant à l'un des tests de décence les plus élémentaires pour un être humain. Il était toxicomane et parfois trafiquant de drogue, un escroc qui s'en prenait à ses voisins honnêtes et travailleurs.

Et pourtant, les dirigeants de l'Université de Californie et les historiens du département d'histoire célèbrent ce criminel violent, élevant son nom à la sainteté virtuelle. Un homme qui a blessé les femmes. Un homme qui a blessé des femmes noires. Avec la pleine collaboration du département d'histoire de l'UCB, des entreprises américaines, de la plupart des médias grand public et de certaines des élites les plus riches et les plus privilégiées qui façonnent l'opinion des États-Unis, il est devenu un héros culturel, enterré dans un cercueil doré, sa famille (officielle) couverte de cadeaux et de louanges. Les Américains subissent des pressions sociales pour s'agenouiller à cause de ce misogyne violent et abusif. Une génération d'hommes noirs est forcée de s'identifier à George Floyd, le pire ambassadeur qui soit de sa couleur de peau et de la race humaine.

J'ai honte de mon département. Je dirais que j'ai honte de vous aussi, mais peut-être êtes-vous d'accord avec moi et avez-vous simplement peur, comme moi, du retour de bâton après avoir dit la vérité. Il est difficile de donner un sens au fait de se mettre à genou quand vous devez vous agenouiller quotidiennement pour garder votre travail.

Cela ne devrait pas affecter la force de mon argumentation précédente, mais pour mémoire, j'écris tout cela en tant que personne de couleur. Ma famille a été personnellement victime d'hommes comme M. Floyd. Nous sommes conscients des déprédations condescendantes du Parti Démocrate contre notre race. L'hypothèse humiliante selon laquelle nous sommes trop stupides pour faire des tests de raisonnement STEM, que nous avons besoin d'une aide spéciale et d'exigences moindres pour avancer dans la vie, nous est largement familière. Je me demande parfois s'il ne serait pas plus facile de traiter avec des fascistes classiques, qui seraient au moins directs en me traitant de sous-homme, et qui ont peu de chances de partager ma couleur de peau.

L'omniprésente bigoterie doucereuse des exigences moindres et l'affirmation permanente selon laquelle les solutions au sort de mon peuple reposent exclusivement sur la bonne volonté des Blancs plutôt que sur notre propre travail acharné, sont psychologiquement dévastatrices. Aucun autre groupe en Amérique n'est systématiquement démoralisé de cette manière par ses prétendus alliés. On enseigne à toute une génération d'enfants noirs que ce n'est qu'en mendiant, en pleurant et en hurlant qu'ils obtiendront des miettes de la part de Blancs culpabilisés.

Aucun message ne dévastera plus sûrement leur avenir, surtout si les Blancs sont à court de culpabilité, voire même, si l'Amérique est à court de Blancs. Si cela s'était passé ainsi pour les Américains d'origine japonaise, les Américains juifs ou les Américains d'origine chinoise, alors Chinatown et Japantown ne seraient certainement pas différents aujourd'hui des quartiers les plus dévastés de Baltimore et d'East St. Louis. Le département d'histoire de l'UCB est maintenant le promoteur institutionnel d'une erreur destructrice et dénigrante sur la race noire.

J'espère que vous mesurez la frustration derrière ce message. Je ne soutiens pas Black Lives Matter. Je ne soutiens pas le programme de griefs des Démocrates et la capture incontestée de notre ministère par le Parti. Je ne soutiens pas que le Parti décide au nom ma race, comme Biden l'a fait récemment dans sa troublante interview, affirmant qu'être Noir revient obligatoirement à voter démocrate. Je condamne la manière dont George Floyd est décédé et je me joins à vous pour demander une plus grande responsabilisation et une réforme de la police. Cependant, je ne prétendrai pas que George Floyd était autre chose qu'un misogyne violent, un homme brutal qui a connu une prévisible fin brutale.

Je veux aussi protéger la pratique de l'Histoire. Cleo n'est pas la servante soumise des politiciens et des entreprises. Comme nous, elle est libre.

 


 

[1] Oncle Tom: tiré du livre La Case de l'Oncle Tom, surnom dénigrant donné aux Noirs qui vivent heureux au milieu des Blancs, ce qui ne saurait être, du point de vue de ceux qui l'expriment, qu'une hypocrisie dictée par des nécessités de survie. Retour

[2] Fardeau de l'homme blanc: titre d'un poème de Rudyard Kipling en 1899 résumant la pensée selon laquelle l'homme blanc aurait entre ses mains le devoir de civiliser, de subvenir aux besoins et d'administrer les populations colonisées (le "fardeau" pouvant être à la fois pour ces populations et pour le colonisateur lui-même). Elle justifie la colonisation en tant que mission civilisatrice. Retour

[3] Le redlining est une pratique discriminatoire consistant à refuser ou limiter les prêts aux populations situées dans des zones géographiques déterminées, selon Wikipédia. Retour

[4] Fiat Lux, "que la lumière soit!", employé ici avec ironie, est la devise de l'Université de Californie à Berkeley. Retour