18 juin 2012

Non, non et non!

Alors que la Grèce jouait à se faire peur et que la France absorbait la vague rose, la Suisse votait également ce week-end. Trois objets fédéraux furent sèchement rejetés, comme le montre le tableau suivant:

votations_juin_2012.png
Les résultats (basés sur une infographie du Matin)

Epargne-logement: une fois de plus et sans surprise, le peuple suisse a rejeté l'épargne-logement, sur le principe du "ça profiterait plus à d'autres qu'à moi". Dans les autres arguments en faveur du non, on pourrait indifféremment inclure:

  • Les effets de seuil introduits par la législation ;
  • Le fait que dans un marché étranglé par les interdictions de construire comme en Suisse, une augmentation de l'offre ne peut se traduire que par une augmentation du prix moyen ;
  • Une complexité fiscale accrue et une orientation fiscale injuste de l'épargne (pourquoi favoriser davantage l'épargne pour l'acquisition d'un logement plutôt que celle visant à rassembler le capital de départ d'une entreprise, les études de ses enfants ou un projet d'école en Inde?)

...Mais honnêtement, pour rationnels soient-ils, je doute que ces arguments- aient vraiment touché. Pour atteindre un refus aussi net il faut susciter des sentiments ; et l'idée qu'un voisin, un collègue de travail ou un autre membre de sa propre famille puisse se voir faciliter sous certaines condition le financement d'un projet d'acquisition de logement a dû être proprement insupportable à une bonne partie des électeurs.

Initiative de l'ASIN "La Parole au Peuple": l'Asin visait à renforcer les droits du souverain face à des accords internationaux en obligeant à soumettre à référendum tout traités portant sur des "domaines importants", entraînant une nouvelle dépense de plus d’un milliard ou des frais récurrents de plus de 100 millions de francs. Comme j'ai pu l'expliquer par ailleurs, nous avons assisté à une lutte du haut contre le bas, la classe politique suisse défendant bec et ongles ses prérogatives en matière de droit international.

Ne nous leurrons pas, l'initiative n'avait aucune chance de passer la rampe. Elle était beaucoup trop abstraite pour mobiliser les foules, même si son échec aurait pu être moins net. Le seul fait marquant de la campagne aura été de révéler l'engagement d'economiesuisse contre la démocratie directe. L'organisation faîtière du patronat - en fait phagocytée par quelques grands comptes internationaux - aura montré sa défiance vis-à-vis de cette spécificité suisse: il est vrai que la fréquence accrue de votes du souverain sur tel ou tel accord international aurait ajouté quelque incertitude à la marche des affaires ; mais l'intensité de l'implication de l'organisation dans une votation qui ne la concernait pas directement est quelque chose de nouveau.

Réseaux de Soin: dans l'objectif de réduire les coûts de la santé, la réforme obligeait les assurés à souscrire à un mécanisme de "réseau de soin" sous peine de pénalités financières. Mal fagotée, mal vendue, bureaucratique et donnant trop de pouvoir aux assurances maladie, la réforme a été promptement balayée. Seul vainqueur du jour, le socialiste Alain Berset, conseiller fédéral de l'intérieur en charge de faire passer un projet de loi dont il avait hérité de son prédécesseur et auquel il s'était opposé comme simple parlementaire. Franc comme un âne qui recule, il se contenta de défendre le projet avec un maximum de mollesse pour le voir gentiment couler... Mission accomplie.

Toute réforme libérale de la santé étant exclue (la-santé-n'est-pas-une-marchandise, n'est-ce pas!) la voie est désormais toute tracée pour la prochaine offensive de la gauche en la matière, une belle grosse caisse assurance unique gérée par l'Etat. Miam!

Voilà, c'était donc un petit week-end de votation sans suspense. Il est vrai qu'avec des taux de rejet dépassant allègrement les 60%, on ne peut pas dire que l'expression des citoyens a donné lieu à la moindre surprise.

Prochaines votations fédérales le 23 septembre.

23 mai 2012

Le vote de l'orgueil

Les votations du 17 juin sont encore loin mais les adversaires de l'initiative de l'ASIN - "accords internationaux: la parole au peuple!" - ont déjà dégainé l'artillerie lourde. Tous-ménages, encarts dans la presse, affiches animées dans les gares: rien n'est trop beau pour montrer la mobilisation de la classe politique contre cet objet.

Asin_non.jpgOn peut se demander par quel miracle un comité opposé à l'initiative réunit sous la même bannière des profils allant du syndicaliste Jean-Christophe Schwaab au libéral-radical genevois Christian Lüscher, dans un bel ensemble allant de l'extrême-gauche aux franges les plus bourgeoises du PLR. Ce petit mystère s'explique aisément: tous ces gens ont une valeur en commun. Elle les unit, transcende les clivages politiques et les rassemble au point de former un front commun malgré toutes leurs divergences individuelles... Et cette valeur a un nom: l'élitisme.

L'élitisme, oui, osons l'écrire. Une douce et profonde conviction de supériorité qui brûle au sein de la plupart des parlementaires helvétiques.

D'ailleurs, le sentiment est on ne peut plus compréhensible. Si vous aviez été élu par des milliers de suffrages de vos concitoyens comme autant de preuves de leur affection, si vous aviez le droit de siéger au Palais Fédéral à Berne, à une place dûment attribuée, si vous donniez régulièrement des informations à des journalistes avides d'indiscrétions, si vous étiez l'objet de charmantes attentions de lobbies bien intentionnés, si vous preniez ainsi part à la bonne marche du pays tout en étant grassement rétribué pour faire acte de présence, si on vous proposait régulièrement de siéger à tel ou tel conseil d'administration sur le simple mérite de vos compétences supposées et de vos réseaux, ne penseriez-vous pas faire partie d'une caste légèrement supérieure au commun des mortels?

C'est une évidence, dans les travées du Palais Fédéral, l'humilité n'est pas le sentiment le mieux représenté.

L'opposition de la classe politique helvétique au projet de vote populaire en matière de traités internationaux découle de façon très naturelle de ce sentiment de supériorité. Il ne faut pas se tromper de dimension. Ce n'est pas la gauche contre la droite, mais bien le haut contre le bas.

Les slogans les plus simplistes seront donc jetés au peuple, masse abrutie et imbécile incapable de saisir les enjeux, pour qu'il s'empresse de préserver le rôle de chacun. On entend ainsi que l'initiative "affaiblirait la position des négociateurs": de quelle position parle-t-on, au juste? Celle de pouvoir brader les intérêts de la Suisse au nom de Dieu sait quelle lubie supra-nationale? Une votation automatique sur des traités importants renforcerait au contraire la position helvétique dans les négociations, les diplomates ne se privant pas d'informer leurs interlocuteurs que telle ou telle clause ne passerait jamais en votation.

Autre "argument", l'adoption de l'initiative entraînerait plusieurs votations annuelles, donc des coûts supplémentaires. C'est l'excuse la plus faible jamais employée pour lutter contre un projet! Faudrait-il renoncer à la démocratie au prétexte que l'organisation des scrutins coûte de l'argent? Si tel était le cas, nous serions membres de l'Union Européenne depuis longtemps, avec le succès que l'on sait. Par ailleurs, le gouvernement se livre régulièrement à des "modifications techniques" de la Constitution, régulièrement acceptées. Personne n'y trouve à redire, pas même sur le principe du vote en pareil cas.

Il est piquant finalement d'entendre l'argument de l'expertise, dont le peuple serait naturellement dépourvu, de la part d'une classe de politiciens helvétique dont le trait le plus marquant est d'être des miliciens, c'est-à-dire des gens pratiquant la politique à titre non-professionnel. Les travées du Parlement sont remplies de commerçants, d'agriculteurs, d'artisans. Les juristes composent moins d'un quart de l'ensemble. De surcroît, combien sont experts en droit international?

Mais qu'importe! Les élites jouent simplement de leur supériorité naturelle, je suppose.

Ironie du sort, le 17 juin verra aussi le peuple rejeter le projet de Réseaux de Soins concocté par cette même classe politique si pleine de clairvoyance. On ne saurait trouver preuve plus parlante de l'écart entre les parlementaires et leur base. Pourquoi les élites politiques suisses seraient seules à même d'approuver des accords internationaux alors que dans d'autres domaines, leurs projets sont régulièrement refusés par le souverain?

Alors, le peuple renforcera-t-il ses droits le 17 juin? Remettra-t-il enfin de l'ordre dans la maison? Rien n'est moins sûr. Même si la démarche est aussi salutaire que sensée eu égard à l'époque trouble que traverse le continent, la majorité des citoyens refusera probablement l'initiative de l'ASIN. Certains oseront admettre qu'ils préfèrent servilement déléguer les décisions à leurs élus, quitte à s'en mordre les doigts plus tard. D'autres, s'estimant au contraire bien assez compétents pour juger des traités internationaux, ne voudront surtout pas que leurs voisins - de fieffés imbéciles qui ne comprennent rien à rien, forcément - puissent s'exprimer sur quelque chose d'aussi "complexe" et "technique" qu'un accord diplomatique...

Eh oui, la Suisse est remplie de citoyens qui s'estiment eux-mêmes très compétents pour juger de tout et de rien, mais regrettent sans cesse que le reste des électeurs ne soit pas à leur niveau. L'orgueil - qui ne se trouve pas qu'au Palais Fédéral - pourrait provoquer l'échec de l'initiative plus sûrement que n'importe quel argumentaire.

Asin_oui.jpg

Lorsque l'Europe, continuant de s'enfoncer dans la crise, viendra toquer à Berne pour plus de "solidarité" financière et que celle-ci sera promptement accordée par une classe politique pro-européenne, les citoyens auront tout le loisir de méditer sur leur vote du 17 juin.