30 mai 2017

Pilule bleue, pilule rouge

Considéré comme l'un des films du genre le plus important de son époque, Matrix (1999) représenta une évolution cinématographique remarquable dans le découpage scénique et l'utilisation d'effets spéciaux novateurs, mais aussi dans le récit. Son scénario original força le spectateur à une mise en abîme de sa propre existence, à questionner sa propre réalité. Pas si mal pour un "simple" film de science-fiction!

Matrix foisonne littéralement de références à des mythes historiques et à la philosophie comme l'existentialisme, le gnosticisme, le messianisme, le nihilisme ou l'ontologie, mais définit aussi sa propre symbolique. L'une des plus mémorables séquences du film vient du choix proposé à Neo (Keanu Reeves) par Morpheus (Laurence Fishburne) entre la pilule bleue et la pilule rouge.

morpheus-red-pill-blue-pill.jpg

Neo n'a qu'une alternative. La pilule bleue le renvoie dans l'ignorance, l'amenant jusqu'à oublier qu'il a pris ladite pilule - il n'est d'ailleurs pas impossible qu'il se retrouve à nouveau confronté à ce choix en croyant que c'est la première fois. La pilule rouge amène Neo à poursuivre sa quête et à se réveiller, sachant qu'il s'agit d'un voyage sans retour et potentiellement douloureux vers la connaissance et la fin de l'illusion.

Bien entendu, ces pilules ne sont qu'un prétexte, même dans Matrix. Personne ne s'inquiète de leur composition chimique ou de leur posologie. Elles symbolisent le choix de l'individu entre la continuité d'un mensonge et une rupture dérangeante amenant la perception à un nouveau niveau. Les deux pilules ne sont pas équivalentes.

  • La bleue permet de maintenir le statu-quo, mais celui-ci n'a rien de confortable. Il a engendré suffisamment de mal-être pour amener le héros à le remettre en question et à se retrouver devant les deux pilules.
  • La rouge incarne un départ définitif vers un degré supérieur de compréhension du monde, un changement de paradigme dont on ne revient pas. On ne peut pas continuer à croire à une illusion une fois découverte pour ce qu'elle est. Mais cette révélation peut être douloureuse et ne garantit nullement le bonheur. Au moins un autre personnage de Matrix, Cypher (Joe Pantoliano), a pris la pilule rouge et regrette sa décision, estimant ne pas avoir été "assez informé" des conséquences.

Le choix métaphorique entre les deux pilules a atteint le langage courant. En anglais, le terme est devenu un verbe qui s'appliquent à ceux qui ne voient définitivement plus les choses de la même manière ("he's been redpilled" - il a pris la pilule rouge).

Pilule rouge et politique

Le terme a une forte connotation politique. Il se réfère à un rejet du dogme, de la chape de plomb du politiquement correct, du silence des médias officiels sur les affaires dérangeantes, des mensonges, de la désinformation, des chasses aux sorcières médiatiques, des tabous et de l'embellissement de la situation pour plaire au pouvoir en place. Prendre la pilule rouge implique une personnalité forte, capable de remettre en question la présentation officielle de la réalité. Et comme dans Matrix, le voyage est sans retour. Beaucoup de gens renoncent, mais ceux qui s'engagent le long de ce chemin ne peuvent plus jamais mener leur vie "comme avant".

Aux États-Unis, le vocable a été abondamment repris lors de la campagne présidentielle de 2016 entre Donald Trump et Hillary Clinton. Sur le site communautaire Reddit, au sein du très populaire canal pro-Trump, les partisans du candidat républicain l'employaient lorsqu'un ancien supporter démocrate venait témoigner de son changement d'allégeance, lassé des magouilles de la candidate démocrate (comme ses manœuvres contre Bernie Sanders) ou simplement faute de croire au narrative médiatique brossant un portrait dégoulinant de flatterie des huit années de présidence Obama.

Au Royaume-Uni, 51,89 % du corps électoral décida d'avaler la pilule rouge le 23 juin 2016 en votant pour quitter l'Union Européenne - alors que leurs médias, les dirigeants de la City et tout ce que le pays comptait d'élites leur annonçait la ruine, la déchéance et les nuées de sauterelles s'ils ne votaient pas comme il faut.

En France, la pilule rouge a été avalée par les 10'638'475 Français apportant leur suffrage à Marine Le Pen au second tour de l'élection présidentielle - en dépit de tous les ralliements politiques en faveur de son adversaire, de tout le battage médiatique contre la candidate du Front National, de l'odeur de souffre d'un mouvement politique honni, méprisé et traîné dans la boue depuis quarante ans.

En Suisse, 1'463'854 citoyens avalèrent la pilule rouge le 9 février 2014 en approuvant l'Initiative contre l'Immigration de Masse et démontrant par là leur liberté de penser face à une classe médiatico-politique incapable de voir le moindre défaut à la libre-circulation des personnes.

Liberté de penser ou nouvelle illusion?

L'idée de la pilule rouge n'est pas d'abandonner un mensonge pour une autre comme le font certains adeptes de théories du complot. Les rebelles de banlieue qui choisissent la voie de l'islamisme, s'embarquent pour la Syrie et rejoignent les rangs de l'État Islamique ne sont pas en quête de vérité non plus. Ils ne prennent pas la pilule rouge. Ils sont à la recherche de nouvelles illusions et de sensations fortes. Leur rejet des faux-semblants de la société occidentale ne les amène qu'à un nouveau cadre où leur colère et leur soif de violence s'épanouiront et seront valorisées. En guise de libération ils ne cherchent qu'une nouvelle prison où ils pourront se livrer sans retenue à une orgie de pilules bleues, au milieu des leurs.

La nuance tient à la perception de la vérité une fois tombé le masque. La pilule rouge n'est pas une confiance aveugle offerte au premier venu, mais autorise chacun à découvrir par lui-même la réalité du monde. Le but n'est pas le confort mais d'être à nouveau libre de ses opinions, d'observer sans œillères, d'exercer son esprit critique plutôt que de se laisser dicter ce qu'il faut penser.

Les électeurs de Donald Trump savaient pertinemment que leur candidat incarnait un profil atypique et potentiellement instable. Bien peu d'entre eux le voyaient comme le Messie réincarné - un contraste saisissant avec la lumière sous laquelle son prédécesseur Barack Obama fut constamment présenté par les médias et vénéré par ses supporters. Les partisans du Brexit savaient bien que celui-ci amènerait à des négociations de divorce longues, coûteuses et difficiles. Et les ralliements de Marine Le Pen assumaient parfaitement - en particulier depuis le calamiteux débat de l'entre-deux tours - leur soutien envers une candidate brouillonne au programme mal défini. Ils avaient juste compris que la Présidence Macron serait pire sur des aspects autrement plus essentiels à leurs yeux.

Le choix de la pilule rouge n'est pas facile. Les médias dominants et les élites vous classent d'office parmi les gens infréquentables. En allumant radio ou télévision, vous êtes constamment insulté. Si vous avez le courage d'en parler, vos collègues de travail vous snobent et les promotions vous échappent. En persistant, vous pouvez vous fâcher avec votre famille, vos amis, vos voisins - en particulier, parmi eux, tous ceux qui se réclament sans cesse de la tolérance.

Le chemin est difficile mais parfois, vous n'avez simplement pas le choix. Vous pouvez juste être confronté à une situation remettant en cause la vérité officielle de façon définitive. Avoir été sur la place de la gare au nouvel-an à Cologne. S'être frotté à la réalité des populations migrantes. Avoir été dans les environs du Bataclan lors des attentats de Paris, ou sur la Promenade des Anglais lors de ceux de Nice. La confrontation à un danger immédiat remet en cause les certitudes les plus établies. Il n'est plus possible de continuer comme avant. À moins d'opter pour une lobotomie volontaire, gober la pilule rouge devient alors une question de survie.

Libération permanente

Le Système gouverne mal mais se défend bien. Le matraquage de la vérité officielle ("l'immigration est positive", "l'Union Européenne c'est la Paix", "le Réchauffement Climatique nous menace", "les terroristes islamistes n'ont rien à voir avec l'islam"...) est continuel - dans les médias, l'éducation, l'université, les rebelles institutionnels chargés de fédérer les mécontents, les milieux culturels et même à travers la censure à l’œuvre sur les réseaux sociaux. Il est tout simplement impossible d'y échapper.

Pourquoi tous ces gens sont-ils alors terrorisés, littéralement, par la pilule rouge?

Une divergence d'opinion n'est généralement pas un problème. Après tout, aucun système ne parvient à contrôler exactement 100% de la population, sauf peut-être en Corée du Nord. Le défi posé par la pilule rouge est tout autre: une immunité face au lavage de cerveau.

Prenons l'exemple de la France. Les 33,9% des électeurs qui votèrent pour Marine Le Pen au second tour allèrent à l'encontre de l'avis de tout ce que le pays comporte de groupes constitués - de l'Église aux ambassadeurs en passant par l'ensemble de la classe politique. Les belles plumes se succédèrent dans les colonnes des journaux pour prévenir du danger de la Bête Immonde au Ventre Toujours Fécond. Les journalistes rappelaient (ou allaient chercher pour une ultime interview) l'infréquentable Jean-Marie Le Pen, l'homme du détail de l'histoire, du jeu de mot "Durafour-Crématoire". Les quotidiens tournèrent en boucle les accusations d'emploi fictif du Parlement Européen. Les médias réussirent à lancer une polémique sur la rafle du Vel d'Hiv' en plein entre deux tours d'une élection présidentielle. Même Marine Le Pen réussit à se couvrir de ridicule lors du débat contre Emmanuel Macron.

Et, envers et contre tout, elle réunit sur son nom plus d'un tiers de l'électorat, plus de dix millions de suffrages.

Certes, un tiers n'est pas une majorité, loin s'en faut, mais le problème n'est pas là. Ces gens sont imperméables à tout ce que les médias peuvent leur envoyer. Plus aucune accusation ne semble porter ses fruits. Les gens qui ont voté pour le Front National ont franchi le Rubicon. Ils semblent irrécupérables, hors d'atteinte. Plus aucune prise - voilà ce qui terrifie nos élites.

Il y a donc fort à croire que les tenants du pouvoir vont radicaliser la lutte contre ceux qui ont l'audace de choisir la mauvaise pilule.

02 janvier 2016

The Big Short - le casse du siècle

Parlons d'économie à travers le cinéma! Un peu après la déferlante Star Wars VII sort en Suisse romande un film discret mais largement plus digne d'intérêt, The Big Short.

cinémaThe Big Short - le casse du siècle décrit l'histoire authentique de quatre individus ayant correctement identifié et anticipé l'effondrement de la bulle immobilière américaine survenue en 2008, qui déclencha d'autres crises à l'échelle mondiale (notamment la crise de la dette publique en Europe) et ouvra une époque de chaos économique dont nous ne sommes toujours pas sortis.

Le réalisateur Adam McKay a fait un excellent film, réunissant pour l'occasion un casting de rêve. Le film met à l'affiche quatre gagnants des Oscars (Christian Bale, Melissa Leo, Marisa Tomei et Brad Pitt) et deux nominés à la même récompense (Steve Carell et Ryan Gosling). Mais la débauche de stars n'est pas tout, et il fallait un talent sans pareil pour rendre intelligible auprès du grand public tous les concepts financiers dont les professionnels de la finance se gargarisent.

Le résultat est un tour de force: les mécanismes du marché immobilier, hypothèques, couvertures de défaillances (les credit default swaps ou CDS), obligations adossées à des actifs (les fameux collateralized debt obligations ou CDO), la titrisation des dettes en tranches de risque, tout cela est passé à la moulinette avec humour et compétence pour les rendre intelligibles auprès du spectateur non-averti. Rien que pour son travail de vulgarisation de la finance, Adam McKay mériterait un Oscar. Mais le film va bien au-delà.

En effet, c'est en expliquant les mécanismes financiers avec lesquelles les banques américaines jouèrent pendant des décennies que le public est amené à réaliser la stupidité, l'arrogance, la vanité et l'avidité des banquiers de Wall Street, habituellement masquées par une façade d'expertise et de jargon incompréhensible. Mais ils ne sont pas les seuls en cause: tout le système est vermoulu.

Le récit peut se découper en trois parties. Lors de la première, nous faisons connaissance avec des personnages hauts en couleurs, qu'il s'agisse de Michael Burry (Christian Bale), un gestionnaire de fonds excentrique et fan de heavy metal, qui découvre que les produits financiers américains assemblés sur les hypothèques sont en réalité des châteaux de cartes proches de l'écroulement, ou Mark Baum (Steve Carell, basé sur l'authentique banquier Steve Eisman) qui s'est lancé dans une croisade personnelle contre l'incompétence et l'arrogance des grandes banques. Et tout ce petit monde tente le pari complètement fou de miser sur une baisse, voire un effondrement du marché immobilier américain.

La suite est encore plus intéressante puisque la crise immobilière éclate... Et le système résiste. Il ne se passe rien. Les parieurs ont-ils raté quelque chose? Pourquoi les assurances anti-incendies auxquelles ils ont souscrit ne se déclenchent pas alors que les flammes lèchent la façade? Auront-ils raison ou seront-ils ruinés trop tôt? Ce passage du film est passionnant non seulement parce qu'il montre à quel point il est difficile de nager à contre-courant de l'opinion dominante (pareille lutte laissera des traces) mais également à quel point le système est corrompu de la base au sommet. La SEC, l'autorité de régulation, couche avec les banques qu'elle est sensée surveiller ; les agences de notation se font concurrence pour donner leur blanc-seing à des produits financiers complètement pourris ; les banques se refilent entre elles ou à leurs clients des portefeuilles toxiques juste pour s'en débarrasser ; et les médias, loin de dévoiler les fraudes, les cachent pour maintenir leurs "bonnes relations" avec Wall Street.

La dernière partie appartient en quelque sorte à l'histoire puisque la catastrophe financière éclate au grand jour et que les banques elles-mêmes tremblent sur leurs bases. Bien qu'ayant eu raison de bout en bout, nos héros sont contraints de se retirer du marché baissier qui les a rendu riches: à quoi bon détenir un contrat qui vaut une fortune si la banque sensée l'honorer fait faillite?

Mais hormis quelques rares exceptions les banques seront finalement sauvées en dépit de preuves écrasantes de leur malhonnêteté par les politiciens, c'est-à-dire le contribuable américain. Magie du Too Big To Fail! Lui, en revanche, n'aura pas cette chance: dix millions d'Américains perdront leur emploi, six millions leur maison, et d'innombrables familles y perdront leurs économies ou leurs avoirs de retraite.

The Big Short laisse un goût amer. Tiré du livre éponyme de Michael Lewis, c'est une œuvre magistrale, drôle, sympathique, mais aussi historiquement exacte et finalement tragique. Les banques sont devenues encore plus riches aujourd'hui, et en rien plus honnêtes, alors que 46 millions de gens vivent toujours avec des bons alimentaires aux États-Unis.

A noter que le pitch "le casse du siècle" a été rajouté juste pour la version française, laissant entendre que les personnages principaux sont en quelque sorte des arnaqueurs ; il n'en est rien, au contraire, et s'ils réussissent par leur intelligence, leur audace mais également leur intégrité à faire des bénéfices à travers la crise, ils ne représentent qu'une goutte d'eau de profit dans l'océan de pertes d'une bulle immobilière qui éclate et qui aurait éclaté quoi qu'il advienne.

La bande-annonce du film:

Si vous voulez comprendre comment des manipulateurs financiers cyniques ont oublié toute notion prudentielle pour augmenter leur bonus annuel - fichant en l'air l'économie occidentale au passage - allez voir The Big Short. Une plongée en eaux profondes dans l'univers des banquiers irresponsables pour le prix d'une simple place de cinéma!

16:00 Publié dans Economie, Monde | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma |  Facebook

28 février 2012

La Dinde de Fer

La cérémonie des Oscars s'est achevée. Bien qu'au second plan face à l'agitation autour de l'Artiste Jean Dujardin, Meryl Streep a réussi à décrocher une statuette pour son interprétation de Margaret Thatcher - ou plutôt, pour une adaptation de la vie de Margaret Thatcher jugée plaisante auprès du jury d'Hollywood. La formulation est un peu ampoulée mais nettement plus proche de la vérité.

Meryl_Streep_Transformed_Into_Margaret_Thatcher.jpg
Pour incarner Margaret Thatcher, le brushing ne fait pas tout.

Comme le dit Norman Tebbit, qui fut un des plus fervents supporters de Margaret Thatcher et un membre du cabinet entre 1981 et 1987:

Elle était toujours ouverte à la persuasion, mais seulement par des arguments et des faits convenablement rassemblés et présentés, et elle pouvait être rude - parfois même exagérément - envers des collègues qui n'atteignaient pas son niveau d'exigence. Mais, de ma propre expérience, elle n'a jamais été la femme à moitié hystérique, trop émotive et surjouant son rôle qu'incarne Meryl Streep.

 

Sans surprise, ni le réalisateur du film Phyllida Lloyd ni son scénariste Abi Morgan ne firent appel à lui pour le moindre conseil:

Vous auriez pu penser que si vous étiez en train de mettre en place un de ces "biopic" au sujet d'une figure politique dominante de la fin du 20e siècle, vos biographes auraient cherché à contacter ceux qui étaient le plus proche d'elle en ces années-là et leur demander. Je ne sais pas à qui ceux qui ont fait le film ont fait appel. (...) Certainement pas à moi.

 

L'ancien porte-parole de Margaret Thatcher Tim Bell défaussa lui aussi le film, le qualifiant de "non-événement". Il est vrai que pour quelqu'un cherchant à comprendre pourquoi Margaret Thatcher est passée à la postérité au point qu'on lui érige une statue au Parlement britannique, le film ne répond guère à la demande.

Les deux tiers du long-métrage s'appesantissent péniblement sur la période post-2003 (après la mort de son mari Dennis), longtemps après que la Dame de Fer a quitté le pouvoir. Elle traîne dans son appartement, parle à sa fille, souffre d'hallucinations...  Le spectateur est affligé de l'histoire ennuyeuse et pathétique d'une vieille femme à la santé mentale sur le déclin, ponctuée de flashbacks sur quelques événements qui ont donné forme à sa carrière. Que la vieille femme en question soit Margaret Thatcher semble presque un détail.

Les moments clés de son ministère à la tête de l'Etat anglais sont soit passés sous silence, soit réduits à leur plus simple expression. L'épisode de la poll tax résume cinq minutes du film, l'attentat de l'hôtel Brighton tout autant ; la grève des mineurs, moins de cinq ; le siège de l'Ambassade d'Iran n'est pas mentionné du tout; la Guerre des Malouines a droit à un quart d'heure et autant de répliques grotesques, alors qu'elle est si symbolique; la politique de privatisation est réduite à sa plus simple expression, et rien n'est dit de l'impact de sa personnalité sur l'état d'esprit du pays et la fierté qu'elle rendit à l'Angleterre... Et ne parlons même pas de son accession au pouvoir ou de ses années à l'université.

Les producteurs de cinéma ont apparemment décidé de faire un film sur la vieillesse plutôt que sur la vie de Margaret Thatcher. Bon choix pour ne pas rentrer dans les eaux mouvantes du film polémique - quoi que cela réussisse pour d'autres... - car certains positionnements passent mieux auprès des critiques professionnels, dira-t-on. Elle est ainsi passée à la moulinette du politiquement correct de gauche, réduite à une icône du féminisme (ce qu'elle n'a jamais voulu être), dépendante des autres, faible, vulnérable, et sur sa fin. A moins qu'il ne s'agisse d'une métaphore de son héritage politique?

Il y avait pourtant tellement à dire sur Margaret Thatcher! Les épisodes et les événements qui émaillèrent son passage au pouvoir furent si nombreux et si marquants qu'un seul film ne suffirait pas à tous les raconter. Mais sans tenter le récit exhaustif de son existence, il aurait été possible de se concentrer sur un ou deux instants cruciaux du personnage - un peu comme pour George VI - et insister sur le mode de pensée de celle qui reçut le surnom de Dame de Fer, une inflexibilité admirable qui, loin d'être inhumaine, se référait simplement à des principes moraux avec lesquels elle refusait de transiger. Comme le dit encore Norman Tebbit:

Je compris qu'il y avait deux fils dans ses pensées, le premier étant un patriotisme romantique profondément enraciné dans son passé loin des villes. Elle détestait le cynisme urbain envers son pays et son peuple, et cette attitude était renforcée par une croyance religieuse passée de mode et non-conformiste sur ce qui était bien et ce qui était mal. L'autre fil venait de son éducation scientifique et de sa vie professionnelle, non au sein d'une académie mais dans le laboratoire d'une société alimentaire. (...)

Je la trouvais sûre d'elle-même sur les principes de sa politique, mais ouverte quant aux tactiques (...) Jamais, cependant, elle ne sacrifia ses principes pour des motifs tactiques, pas plus qu'elle n'accepta d'aller le long de routes qu'elles qualifiait de façon méprisante de "trop malignes".

 

Même la version française (!) de Wikipedia arrive à résumer ses accomplissements en quelques phrases:

Attachée à ses convictions chrétiennes méthodistes, conservatrices et libérales, invoquant la souveraineté britannique, la protection de l'intérêt de ses administrés et les principes de droit, elle mena une politique étrangère marquée par l'opposition à l'URSS, la promotion de l'atlantisme, la guerre des Malouines en 1982 ou la promotion d'une Europe libre-échangiste au sein de la Communauté économique européenne. Sa politique économique, fortement influencée par les idées issues du libéralisme économique, fut marquée par d'importantes privatisations, par la baisse de la pression fiscale, la maîtrise de l'inflation et du déficit et l'affaiblissement des syndicats.

 

Margaret Thatcher se retrouva à la tête d'un pays ruiné et sclérosé. En 1976, le gouvernement travailliste fut contraint de solliciter l'aide du FMI à hauteur de 4 milliards de dollars, une somme colossale pour l'époque. En 1979, année de son accession au pouvoir, l'Angleterre perdit 30 millions de journées de travail en grèves. Toutes les embauches devaient recevoir l'aval des syndicats. La fiscalité était délirante: la tranche marginale d'imposition sur les revenus du capital atteignait alors 98%, celle sur les revenus de 83% (on est loin des modestes 75% proposés par le candidat Hollande!)

Elle brisa le pouvoir des oligopoles légaux, permis aux plus démunis d'acheter leur logement social, libéralisa l'emploi, réduisit le périmètre de l'Etat, donna à la City la liberté financière pour prendre son envol, restaura la crédibilité internationale du Royaume-Uni et sa place dans le concert des nations... Simplement en refusant de transiger sur ses valeurs et ce qu'elle trouvait juste - des valeurs si pertinentes qu'on baptisa de son nom sa doctrine politique. Et son héritage est encore salué aujourd'hui.

C'était peut-être un peu trop ambitieux pour Hollywood, finalement; mieux valait un film superficiel sur la déchéance mentale due à la vieillesse appliquée à une personnalité connue -  et un oscar à la clef pour Meryl Streep.