07 mai 2013

Les Armureries d'Isher

"Etre armé, c'est être libre."

Telle est la devise des Armureries d'Isher dans un vieux roman de science-fiction d'A.E. Van Vogt, et dans sa suite au titre encore plus explicite, les Fabricants d'Armes. Elle m'est immédiatement revenue à l'esprit en découvrant une révolution entamée aux États-Unis: la possibilité de créer une arme à l'aide d'une imprimante 3D, comme vient de le faire un Texan, Cody Wilson. Selon un article de la Tribune:

armes,imprimantes 3d,autodéfenseCréer dans son salon un pistolet en plastique capable de tirer de vraies balles? C'est le tour de force réussi par l'association Defense Distributed, qui milite pour la fabrication d’armes en utilisant la technologie de l'impression 3D. Fière de sa réussite, elle publie en anglais et en chinois les plans de fabrication de son arme.

Dix-sept pièces en plastique sont nécessaires à l'assemblage du Liberator, un pistolet à un coup de calibre .380. Rajoutez un tout petit percuteur en métal et le tour est joué.


Defense Distributed
vient subitement de donner à des milliards d'êtres humains la possibilité de se défendre.

armes,imprimantes 3d,autodéfense

Bien entendu, la technologie n'en est qu'à ses balbutiements. Le "Liberator", l'arme créée par impression de résine, est de mauvaise qualité. Selon le magazine Forbes un exemplaire aurait explosé dès le second tir. De même, on ne peut pas dire non plus que les imprimantes 3D soient monnaie courante. Il n'empêche. En permettant virtuellement à n'importe qui de fabriquer sa propre arme, chez lui, simplement avec un matériel d'impression 3D à un peu plus de 2000 dollars et des plans récupérés sur Internet, le débat sur le contrôle des armes et sur la sécurité en général se retrouve bouleversé.

Évidemment, le rejet est la première réaction suscitée. Pas besoin de chercher bien loin pour en trouver des exemples puisqu'ils sont cités dans le même article:

[Les] défenseurs d’une réglementation plus stricte sur les armes sont inquiets. «Cela me retourne l’estomac», s'est indigné le sénateur démocrate de New York Charles Schumer.

«Maintenant, n’importe qui, un terroriste, un malade mental, un conjoint violent peut ouvrir une fabrique d’armes dans son garage. Il faut que cela cesse», a-t-il dit.

Le représentant Steve Israel, également de New York, a proposé un projet de loi interdisant la fabrication maison des armes en plastique. «Les contrôles de sécurité, les réglementations ne serviront à rien si les criminels peuvent imprimer leurs armes en plastique à la maison», a-t-il souligné.

 

Dommage pour M. Charles Schumer et son estomac tout retourné, mais cela ne va pas cesser - à dire vrai, cela vient à peine de commencer. Pourra-t-on empêcher l'émergence de telles armes? Difficile, à moins d'interdire les imprimantes 3D, les armes, les modèles 3D permettant aux premières d'imprimer les secondes, et Internet lui-même. Il y aura probablement des gouvernements et des politiciens pour essayer. A dire vrai, ils essaient déja. Peuvent-ils réussir?

Qu'on s'en réjouisse ou qu'on s'en effraie, la réalité s'impose toujours - les cris d'orfraie n'y changent rien. Les partisans du contrôle des armes peuvent s'indigner autant qu'ils veulent, ils livrent un combat d'arrière-garde. La donne a changé.

Comme le fait remarquer un internaute, il est probablement plus facile aujourd'hui pour un individu de se procurer une Kalachnikov avec des "relations" dans la banlieue lyonnaise que de s'imprimer une arme en résine. C'est peut-être même moins cher. Mais ces deux types d'armes ne s'adressent pas au même public.

Malgré la relative complexité à la créer et sa piètre qualité une arme imprimée pose un problème avant tout par sa potentialité. La pétoire jetable peut jaillir de nulle part. Il est possible de la créer au besoin, si l'insécurité devient trop pressante dans le voisinage, par exemple, ou si le gouvernement prend des virages par trop menaçants envers les libertés individuelles. Même si la possession d'une arme imprimée est punie sévèrement, et elle le sera, quelle importance? Un individu pourra s'en débarrasser avant la perquisition de son domicile pour s'en recréer une autre sitôt les limiers repartis. Enfin, l'impression à la demande réduira d'autant les risques d'accidents domestiques comparé aux armes actuelles et à la sécurité de leur stockage.

Les espoirs placés par les autorités dans des solutions bureaucratiques à base de numéros de série et de registres n'ont plus aucun sens. Le débat sur la traçabilité est mort au moment où la première arme est sortie d'une imprimante 3D.

Quid des terroristes, assassins et autres membres des forces du mal? Ceux-ci ont un intérêt tout particulier à produire des armes en résine face aux mesures de sécurité actuelles:

Pour être en conformité avec la loi américaine et rendre l'arme détectable dans les portiques de sécurité, ses inventeurs ont en outre rajouté une autre pièce de métal de trois centimètres.


Sans ladite pièce de métal, on obtient une arme indétectable par les portiques de sécurité installés. Autrement dit: les portiques des aéroports peuvent être démantelés. Ils sont périmés. Ils appartiennent au folklore. On peut monter un parc d'attraction à thème "regardez la gymnastique qu'il fallait faire pour rentrer dans un avion en 2013".

Il faudra probablement mettre un terme à l'absurdité du contrôle systématique pour procéder à davantage de profilage des passagers, comme le font déjà les Israéliens. La présence éventuelle de policiers en civil (de vraies armes de qualité, en métal, maniées par un tireur entraîné) à bord des avions fera réfléchir à deux fois des terroristes potentiels munis de pétoires en résine. En termes de sécurité, ces deux mesures semblent plus prometteuses que le scan de tous les passagers, maintenu au nom du politiquement correct.

Les cabines des avions vont-elles se transformer en champs de tir pour autant? Rien n'est moins sûr. Bien que le paradigme de la sécurité aérienne soit quelque peu chamboulé, il est improbable qu'une arme jetable parvienne à défoncer une simple porte verrouillant le cockpit, ni ne suffise à provoquer un carnage parmi les passagers.

Le fait est que, résine ou pas, les armes à feu ne sont plus une menace à bord depuis un certain temps déjà. Si dans le vol Paris-Miami Richard Reid avait eu un browning entre les mains plutôt que des chaussures à semelles explosives aux pieds, il ne serait pas parvenu à grand-chose de plus. Mais les terroristes islamistes (pour ne pas les nommer) cherchant le meurtre de masse ne visent plus le transport aérien. Pourquoi s'ennuyer à franchir points de contrôle et détecteurs de métaux quand il suffit de lâcher des sacs à dos bourrés d'explosifs dans un train pour provoquer un carnage comme à Madrid? Dans les métros et les bus comme à Londres? Ou dans la simple foule de l'arrivée d'un marathon comme à Boston?

L'émergence des armes en résine ouvre un faisceau de nouvelles possibilités et de nouvelles menaces, pour les terroristes, les bandits, les forces de l'ordre et les humbles citoyens. Tous n'ont pas la même chose à y gagner.

Bien que cela n'ait pas grand sens de porter un jugement sur un processus qui se déroulera de toutes façons, j'estime pour ma part que l'émergence d'armes individuelles et à la demande est une très bonne chose. L'individu redevient le maître de sa destinée. Les armes en résine des honnêtes citoyens auront beau rester longtemps inférieures aux armes que portent déjà aujourd'hui les malfrats en tout genre, des brigands aux agents des gouvernements totalitaires, elles les feront certainement réfléchir. Le troupeau de moutons qui leur fait face est plus dangereux qu'avant.

La publication en chinois des plans de l'arme par Defense Distributed n'est pas un hasard.