12 septembre 2018

L'Union Européenne tombe le masque

Les rédactions travaillent d'arrache-pied ce soir pour présenter dans la presse et les médias du lendemain les explications mesurées, raisonnables et parfaitement digestes pour le grand public justifiant la mise au ban de la Hongrie cet après-midi.

ue,hongrie,viktor orban,fascisme,manoeuvres politiques

La plupart des journalistes ne cherchent nullement à creuser le sujet. S'ils se donnent la peine d'interviewer des Hongrois, ce dont je doute, ils se limiteront à des membres de l'opposition au gouvernement Orbán ou à des "hommes de la rue" soigneusement sélectionnés. La bouche en cul-de-poule, ils ne cherchent qu'à justifier les exactions de ceux qui exercent sur eux une si étrange fascination depuis Bruxelles, et il est probable qu'ils aient commencé à rédiger leurs articles avant même le vote sanction du Parlement Européen contre la Hongrie.

Ceux qui veulent avoir le point de vue de l'UE n'ont qu'à ouvrir n'importe quel journal, zapper sur n'importe quelle chaîne de télévision, lire n'importe quel éditorial. Ils liront ceci:

Le Parlement européen a dénoncé mercredi la menace "systémique" pesant sur les valeurs de l'UE en Hongrie, et activé une rare procédure qui pourrait à terme conduire à des sanctions contre Budapest.

C'est la première fois que le Parlement européen use de son droit d'initiative pour demander au Conseil (les Etats membres) de se prononcer sur la situation de l’État de droit d'un pays membre.


ue,hongrie,viktor orban,fascisme,manoeuvres politiquesIls liront que tout ceci repose sur le "rapport Judith Sargentini", une écologiste néerlandaise qui établit une longue liste de "préoccupations" portant sur le bafouement des libertés et valeurs prônées par l'UE dans la presse, au sein des universités, contre les minorités, contre les migrants, mais aussi en matière de corruption et d'indépendance de la justice. Ils ne verront nulle part que M. Orbán a déjà répondu à ce rapport à charge, rédigée par une adversaire politique d'extrême-gauche et ses alliés, "des gens qui ne sont pas au clair avec un certain nombre de faits élémentaires" et qui "ont annulé l’envoi d’une délégation en Hongrie." Le Parlement votera donc en fonction d'une enquête partielle et partiale, mais peu importe, car il est très improbable que les eurodéputés se soient donné la peine de lire le rapport. Ils n'auront pas davantage lu le document hongrois de 108 pages détaillant les 37 erreurs factuelles les plus sérieuses dudit rapport.

Ils verront sans doute aussi la belle infographie de l'AFP, qui explique à quel point le processus est progressif, balisé, raisonnable.

ue,hongrie,viktor orban,fascisme,manoeuvres politiques
(cliquez pour agrandir)


Nous sommes dans un théâtre d'ombres. En coulisses, les dés ont été jetés depuis longtemps. Tout le monde le sait - les eurodéputés, la Commission européenne, les journalistes qui couvrent l'événement, et même Viktor Orbán et son gouvernement. La seule animosité réelle est à l'encontre du chef d'État hongrois qui a l'outrecuidance de dire ouvertement au public, depuis son siège d'accusé, que le procès n'est qu'un simulacre. Les comédiens n'aiment pas qu'on gâche le spectacle au beau milieu de la représentation.

Penser que l'Union Européenne défend un quelconque État de droit est du dernier comique. Le seul État de droit que soutient l'Union Européenne est celui de la soumission totale envers elle et ceux qui la dirigent, comme le trio Merkel-Macron-Junker et la caste de technocrates non-élus qui parle à travers eux.

Comme à son habitude, Nigel Farage résume de façon limpide ce qui vient de se passer et quels sont les enjeux:

Monsieur Orbán il y a, Dieu merci, au moins un dirigeant européen qui est prêt à se tenir debout pour défendre ses principes, sa Nation, sa culture et son peuple. Face à des intimidations aussi extrêmes, Dieu merci, vous êtes là! C'est le moins que je puisse dire. Je suis certain que cela rappellera de mauvais souvenirs aux Hongrois d'un certain âge. Nous sommes face à un simulacre de procès dans lequel une poignée de prétendues entités politiques se lèvent, pointent du doigt et hurlent, prenant plaisir à exprimer leur haine tout l'après-midi. Et le procureur en chef, le Commissaire qui ne provient pas d'un gouvernement élu, a l'impudence de vous donner des leçons de démocratie - "Vous ne savez pas de quoi vous parlez". Le fait que vous ayez au moins 50% des voix dans votre pays et que personne n'ait jamais voté pour Timmermans ou ne puisse le révoquer semble lui avoir échappé. Il vous dit aussi que vous ne sélectionnez pas vos juges de manière correcte et que vous devez changer les choses. Voici un homme qui est l'un des patrons de la Commission européenne et qui nomme Martin Selmays, son poulain, à l'encontre de toutes les lois qui existent ici.

Ce qui se passe en réalité, Monsieur Orbán, c'est la mise à jour de la doctrine Brejnev de la "souveraineté limitée". Il ne sert à rien de prétendre au sein de cette Union que vous êtes indépendant, que vous dirigez vous-même votre pays. L'Article 7 constitue la nouvelle méthode pour adopter ceci. Ils veulent vous retirer le droit de vote. Ils veulent vous supprimer l'accès aux fonds européens. Tout cela parce que vous avez eu l'audace de résister à George Soros, l'homme qui a investi 15 milliards de dollars à travers le monde pour tenter de détruire les États-nations et de se débarrasser des formes traditionnelles de notre démocratie. Et en Hongrie bien sûr, il a dépensé de l'argent pour promouvoir l'immigration illégale dans votre pays. Et vous vous êtes opposé à lui, de manière assez juste, en lui fermant la porte. J'aurais aimé que nous fassions pareil.

Monsieur Orbán, vous persistez à dire que vous souhaitez rester membre de cette Union  européenne. Mais ce n'est pas simplement votre pays qui a été insulté aujourd'hui, vous l'avez été aussi. Il est temps de faire preuve de logique. Rejoignez le club du Brexit, vous allez adorer!


Bien sûr, de nombreuses étapes restent à franchir le long du chemin de "l'article 7" et peut-être ne seront-elles pas toutes franchies au bout du compte ; mais c'est peu probable. Tout le monde y travaille à Bruxelles.

Prenons la mesure de ce qui vient de changer.

L'Union Européenne dévoile ouvertement son mépris des démocraties nationales. Le rapport Judith Sargentini n'est qu'un prétexte qui n'abuse personne. Aujourd'hui, l'Union Européenne vient de condamner un de ses membres pour l'outrecuidance principale de ne pas vouloir être un pays d’immigration - et d'avoir refusé de se soumettre aux diktats des commissaires de Bruxelles. Peu importe que ce refus ait été soutenu par la population hongroise. Elle ne compte pas. S'il y avait une Armée européenne, Jean-Claude Junker mourrait d'envie d'envoyer quelques chars à Budapest.

Le Parti populaire européen (PPE), principale formation politique du Parlement Européen avec 218 eurodéputés, vient de voler en éclats. Il accueillait en son sein le Fidesz de Viktor Orbán. Ce qui tenait lieu de "centre-droit" dans l'hémicycle vient de s'écrouler avec fracas. Divisé, le PPE n'est même pas parvenu à donner des consignes de vote à l'interne, alors que l'accusé était issu de ses propres rangs. Selon la liste des votes, 115 eurodéputés PPE ont voté pour la résolution, 28 se sont abstenus et 57 ont voté contre. Car le PPE est aussi celui de la CDU de la chancelière allemande Angela Merkel, des Républicains en France et du parti chrétien-social de Jean-Claude Juncker. Autant dire que son existence en tant qu'entité politique vient de se terminer, ce qui fera très plaisir à toute la gauche européenne... Jusqu'aux prochaines élections, naturellement.

L'Union Européenne vient de faire un grand pas vers sa dislocation. Malgré leurs racines européennes et leur communauté de valeurs avec les nations occidentales, les Hongrois sont décriés et moqués comme des mercenaires, des profiteurs et des passagers clandestins de l'Union Européenne - des gens qui prennent l'argent des fonds européens et ne "jouent pas le jeu" (entendez, le jeu de la soumission) lorsqu'on exige d'eux, par exemple, d'accepter des quotas de migrants. En Hongrie, ce mépris laissera durablement des traces, d'autant plus que les Hongrois estiment avoir joué leur rôle en défendant les frontières extérieures de l'Union de l'invasion migratoire.

Les autres pays du Groupe de Visegrád bloqueront peut-être le processus - ils ne savent que trop bien qu'ils sont les suivants sur la liste - mais si la démarche arrive à son terme, les Hongrois pourraient prendre l'UE à son propre jeu. À quoi bon rester dans une Union qui n'a à proposer qu'insultes, mépris et asservissement? La question d'une sortie de l'UE pourrait se poser.

L'Union Européenne n'est pas belle aujourd'hui. Elle a montré son vrai visage - vindicatif, haineux, intolérant, déformé par un rictus de mépris. L'UE prétend chasser la corruption chez ses membres alors qu'elle est un havre de corruption. Elle prétend préserver la diversité alors qu'elle écrase la dissidence. Elle prétend corriger la démocratie alors qu'elle n'a rien de démocratique. Il faut être fou pour être séduit par cette organisation.

Comment les élites de la Suisse ont-elles souhaité vouloir entrer là-dedans, et le souhaitent encore?

17 juin 2015

L'écologie et ses bottes cloutées

L'onde de choc a été si forte outre-Sarine que l'information livrée dans les colonnes de la NZZ am Sonntag a fait écho jusque dans celles du Matin: l'Office Fédéral de l'Environnement prévoit d'amender les auteurs d'infractions à son règlement à hauteur de vingt mille francs. "Ce n’est pas une blague", précise le quotidien quant au projet de loi:

Un sac à ordures déposé sur la chaussée deux jours avant le jour de ramassage de la voirie pourrait coûter 20'000 francs au contrevenant (...) [La] nouvelle loi concoctée par l’Office fédéral de l’environnement prévoit des amendes plus que salées pour tous ceux qui ne feraient pas preuve de civisme: les bouteilles jetées dans un container même adéquat le dimanche en font partie, au même titre que le sac à ordures jeté dans le container réservé aux cartons et aux papiers.


Le littering, l’abandon de déchets sauvage sur la chaussée, ne serait puni quant à lui "que" d'une modeste amende de 300 francs. La porte-parole de l'Office se contente de préciser quant à elle que "c'est aux cantons que revient l'application des peines." Sachant qu'ils encaisseront également le montant des amendes le cas échéant, nous voilà pleinement rassurés...

On ne plaisante pas avec le civisme! 20'000 francs représentent un maximum, c'est un fait, mais la somme est aussi un montant inédit pour un particulier dans le système pénal helvétique. Cela équivaut au prix d'une voiture neuve, à plus de trois mois de salaire médian suisse, ou au PIB annuel moyen produit par un habitant du Portugal. C'est aussi le double du montant maximum actuellement défini par le législateur pour les amendes!

Interrogés par des journalistes, les politiciens romands se distinguent par la modération de leurs réponses face au projet: pour un conseiller national socialiste, "des normes pénales sévères sont malheureusement un mal nécessaire" ; pour un autre affilié au PLR, "la nouvelle loi ne doit pas être jetée aux orties"... Bref, n'espérons pas trop compter sur ces gens-là, et il faudra peut-être encore lancer un référendum - un de plus! - pour arrêter le train fou avant qu'il n'arrive en gare.

La société de demain

Seriez-vous capable de payer une amende de 20'000 francs? Peut-être, en sollicitant des proches, en imposant à votre famille une croix sur ses vacances plusieurs années durant et en gardant votre voiture d'occasion jusqu'à ce qu'elle rende l'âme... Mais que se passerait-il alors si ensuite un de vos adolescents, sans penser à mal, jetait le dimanche matin une bouteille dans un container de récupération de verre sans repérer l'agent de sécurité à proximité? Rebelote!

Les amendes ont ceci de merveilleux pour les autorités qu'il n'y a pas à se poser de questions ; pas besoin de passer devant un juge, et s'il prend à la victime l'idée de se défendre, il faudra qu'elle assume les frais de justice une fois (très probablement) déboutée. De l'autre côté, les peines pécuniaires peuvent ruiner une famille et la jeter dans la précarité, mais bon, on ne parvient pas à de louables objectifs écologiques sans casser quelques œufs.

Il y a un évident parallèle entre le projet de l'Office Fédéral de l'Environnement et la tristement célèbre Via Sicura: une sévérité proprement incroyable pour des crimes purement potentiels et l'utilisation quasiment illimitée du matraquage financier. Tous les écologistes vous le diront: la prévention gentille, ça va un moment. Après, un bon coup de massue sur la nuque (métaphoriquement parlant bien entendu) ne les dérange pas tellement. Peu d'entre eux seront réellement gênés qu'un homicide par négligence soit moins puni qu'un sac poubelle déposé au mauvais moment.

Si l'honnête (et maladroit) père de famille se retrouve écrasé par des amendes délirantes, pensez-vous qu'une vedette du show-biz sera inquiétée? Un politicien de premier plan? Un diplomate? Un riche touriste? Probablement pas - pas qu'ils soient au-dessus des lois au sens strict, mais il n'y aura probablement jamais de policier assez intègre pour oser les verbaliser, l'infraction eut-elle lieu devant ses yeux.

A l'autre extrémité du spectre social il en sera de même pour la caste des intouchables, requérants d'asile ou individus dépendants de l'aide sociale ; ceux-là étant imperméables à toute punition fiduciaire, on donnera des instructions pour qu'ils continuent à passer entre les mailles du filet comme ils le font déjà aujourd'hui. Poursuivre en justice une personne insolvable ne présente aucun intérêt.

L'Office Fédéral de l'Environnement a au moins le mérite de jouer franc-jeu: le matraquage de la classe moyenne est clairement annoncé. Les gens normaux auront intérêt à filer droit pour ne pas rejoindre les rangs des victimes brisées par le système. Pas sûr que la Suisse en ressorte beaucoup plus propre mais peu importe - c'est une question de principe. L'écologie triomphera, à coups de botte.

trier_mieux.jpg