30 avril 2017

Vaud: guerre de positions entre la droite et la gauche

Les élections vaudoises ont eu lieu ce dimanche. Le Grand Conseil est sous toit. La composition du Conseil d'État sera quant à elle finalisée lors d'un second tour prévu pour le 21 mai.

C'est dans la grande Salle de Spectacle de Renens que votre humble serviteur passa une bonne partie de son dimanche, convoqué comme des dizaines d'autres personnes au dépouillement. Candidat au Grand Conseil sur la liste UDC du district de l'Ouest Lausannois, je partageais ma table avec M. François Delaquis, sympathique candidat sur la liste socialiste, et nous travaillâmes de concert au comptage des bulletins.

depouillement_renens.jpg
Le jour du dépouillement, juste avant le début des opérations.
(cliquez pour agrandir)

L'opération, lente et procédurière, permet le contact le plus direct qui soit avec la volonté des électeurs - la fameuse vérité lue au fond des urnes. La gauche fit un carton à Renens, mais il s'agit d'un de ses bastions depuis vingt ans. À titre personnel, je remercie les 1'282 électeurs de l'Ouest Lausannois qui me firent confiance, me plaçant en tête de mon parti à Renens et cinquième sur l'ensemble du district. Le résultat s'avère insuffisant pour m'ouvrir les portes d'une carrière cantonale, mais reste honorable au vu de ma modeste campagne!

Sur l'ensemble du canton, les résultats sont nuancés, comme en témoigne la répartition politique du nouveau Grand Conseil.

GC_2017-2022.png

Diverses formations politiques gagnent et perdent quelques plumes sans que les équilibres fondamentaux ne soient bouleversés. À gauche, le PS perd trois sièges en faveur des Verts (+2) et du centre. En perte de vitesse, l'extrême-gauche parvient à se maintenir. À droite, l'UDC perd deux sièges, le PLR en gagne trois.

Si on peut saluer la progression du PLR, le maintien de l'UDC est relativement satisfaisant dans la mesure où le parti a dû affronter de nombreuses crises internes (largement par sa faute d'ailleurs) comme la gestion pitoyable de l'affaire Fabienne Despot - qui n'a pas été réélue - et la crise artificielle amenant à l'éviction de Claude-Alain Voiblet et, dans la foulée, la création d'un nouveau parti concurrent de l'UDC en Ville de Lausanne. Dans la guérilla entre les deux formations UDC et Parti Libéral Conservateur, CA Voiblet ne réussit d'ailleurs pas le pari de se faire élire au Grand Conseil sous ses nouvelles couleurs. C'eût été un exploit. Pour l'UDC vaudoise, l'exploit aurait été d'atteindre les 30 sièges espérés.

La majorité relative du Grand Conseil, figurée par la ligne pointillée ci-dessus, reste donc à droite. Les réserves d'usage s'appliquent: non seulement cette majorité est fortement tributaire de l'assiduité des députés, mais on peut aussi douter de la solidité de la fibre bourgeoise de nombreux élus du centre-droit. Ceci dit, la gauche souffre de ses divisions, et au centre la multiplication des formations croupion amènera à un gros travail de persuasion et d'alliance sur le moindre dossier.

Il faudra donc du recul et de la discipline dans les rangs de la droite, et beaucoup, car le Conseil d'État se profile toujours vers une majorité de gauche. Cinq élus sortants - deux socialistes, trois PLR - sont réélus dès le premier tour, laissant deux places vacantes aux trois derniers candidats sérieux: Béatrice Métraux (Verts), Cesla Amarelle (PS) et Jacques Nicolet (UDC). L'un d'eux restera sur le carreau au soir du second.

À moins d'une improbable alliance de la onzième heure entre l'UDC et les Verts Libéraux, le choix dépendra donc de la mobilisation et de la discipline des électeurs, en particulier des électeurs du PLR. Comme les sondages le montrèrent et comme mes propres observations le confirmèrent, de nombreux sympathisants libéraux-radicaux décidèrent de biffer l'agriculteur de Lignerolle du bulletin de vote de l'alliance du centre-droit. Agissant ainsi, ils ouvrent une voie royale à un nouvel exécutif de gauche dans le canton.

M. Nicolet n'est pas parfait et n'a pas prétention de l'être, et j'imagine la réticence de nombreux électeurs PLR à tolérer sa présence sur leur bulletin. Mais est-ce vraiment une stratégie pertinente si l'effet est de propulser à sa place une Cesla Amarelle ou réélire une Béatrice Métraux? Le comprendront-ils? Réponse le 21 mai.

26 mars 2017

Candidat au Grand Conseil !

Le marché de Renens hier matin a été l'occasion pour les différentes sections UDC de l'Ouest Lausannois de lancer formellement la campagne électorale pour les Élections Cantonales 2017, qui verront le renouvellement du Grand Conseil vaudois et du Conseil d'État.

20170325_100125.jpg
Fabien Deillon et votre humble serviteur (cliquez pour agrandir)

Les enjeux de cette législature sont importants, avec une fragile majorité de droite au Grand Conseil face à un Conseil d'État à majorité de gauche. Chacun sent bien que cette étrange situation vaudoise a quelque chose de transitoire. Quelques voix pourraient suffire à renverser le rapport de force - soit en donnant à la gauche une majorité au Grand Conseil cohérente avec sa force au Conseil d'État, soit en ramenant enfin celui-ci dans le giron de la droite.

L'élection de Jacques Nicolet aux côtés des trois Conseillers d'État sortants Pascal Broulis, Jacqueline de Quattro et Philippe Leuba revêt donc un caractère essentiel. Quelles que soient les réserves de certains électeurs de centre-droit à l'encontre de l'agriculteur de Lignerolle, il faut bien comprendre que le siège qu'il vise échoira à Cesla Amarelle ou Béatrice Métraux en cas d'échec - tout en offrant à la gauche une majorité renouvelée. L'issue du scrutin dépend largement de la capacité des électeurs du PLR à saisir ces enjeux.

Au Grand Conseil, les choses sont plus simples: l'élection se joue à la proportionnelle dans chaque district. Sur les quatorze sièges dévolus à l'Ouest Lausannois, l'UDC n'en a que deux ; la marge de progression est donc importante. La liste, tirée par les sortants Michel Miéville d'Écublens et Fabien Deillon de Prilly, un de mes mentors, pourrait arracher un troisième siège en vertu de la progression des idées de notre parti dans la population et de notre alliance avec le PLR.

C'est donc une période haletante de campagne qui s'ouvre jusqu'au 30 avril, les partis allant à la rencontre des citoyens. Sur les marchés, les stands rivalisent d'inventivité - barbecue, fleurs, bonbons et autres verres de vin blanc se distribuent dans la bonne humeur au milieu d'un foisonnement d'affiches et de slogans. Mais derrière l'apparente superficialité de ces contacts les enjeux cantonaux sont importants: reconnaissance de l'islam comme religion officielle, éducation, exécution des renvois des requérants d'asile déboutés, charge fiscale et politique d'aménagement du territoire, pour n'en citer que quelques-uns.

Je me retrouve donc parmi nos quatorze valeureux candidats, et j'espère que ce modeste blog vous aura permis au cours de ces dernières années de vous faire une idée de mes opinions politique et de mon engagement sur divers sujets. Si vous pensez que certains candidats le méritent, n'hésitez pas à doubler leur nom sur les bulletins de vote! Nous verrons bientôt si mon horizon politique est destiné à dépasser Renens, chef-lieu de notre district.

Au cours de ces prochaines semaines vous pourrez me retrouver sur les divers marchés de l'Ouest Lausannois: Bussigny le 1er avril, Renens les 8 et 15, Écublens le 22. Souhaitez-moi bonne chance!