23 août 2016

Réflexions sur le Burkini

Période estivale oblige, le burkini est devenu le sujet de l'été. Ce vêtement, inventé il y a dix ans par une Australienne d'origine libanaise, a été prévu dès le départ "avec pour objectif de permettre aux musulmanes de profiter de la plage tout en respectant les préceptes de leur religion."

On notera comme d'habitude le joli double-discours qui, sous couvert de liberté, culpabilise des musulmanes en simple maillot de bain comme de mauvaises musulmanes. Nous sommes régulièrement spectateurs des mêmes manœuvres quant au port du voile.

france,islam,prosélytisme,guerre civile

Mais dans la France meurtrie par les attentats de cette année et de ceux de l'an dernier (sans parler des prochains) cette ostensible démonstration religieuse sur le sable des plages ne passe plus. Loin d'abriter le corps des femmes du "regard concupiscent des hommes", le burkini attise les passions, parfois violemment.

Il faut dire que la démarche est aux antipodes de toute discrétion. Elle s'apparente au contraire à une énième revendication imposant l'islam dans de nouveaux espaces. Les familles dont les femmes portent le burkini ne font pas profil bas, mais revendiquent, marquent leur différence, s'approprient le domaine public.

Le burkini indique la couleur du drapeau.

Sisco-Story

C'est bien par cette appropriation, et non par un burkini, que démarra la rixe de Sisco en Corse. Comme l'expliqua ultérieurement le procureur de Bastia, Nicolas Bessone, l'affrontement procédait plus d'une "logique de caïdat" où des musulmans tentèrent carrément de s'emparer d'une plage pour leur usage propre:

"Il est établi comme évidence qu'à l'origine des incidents se trouvent les membres de la famille maghrébine qui ont manifesté une volonté de privatiser la plage et ont provoqué des incidents avec des personnes présentes, sous la forme d'insultes, de menaces et de jets de pierres."

 
Les journalistes s'engouffrèrent aussitôt dans la brèche: le burkini n'était pas directement responsable! Tout allait bien! Corse-Matin tenta de faire retomber le soufflé, mais rien n'y fit. Le malaise subsiste. Les gens saisissent très bien que la situation leur échappe. Le burkini n'est que le dernier symptôme en date d'un phénomène plus vaste.

france,islam,prosélytisme,guerre civileA Sisco, les Corses ne se firent pas prier - les familles musulmanes tentant une OPA hostile sur les plages de l'Île de Beauté trouvèrent sur leur chemin de nombreux jeunes du village et leurs familles, impliquant plusieurs dizaines de personnes dans une bagarre généralisée qui conduisit plusieurs blessés à l'hôpital et trois voitures à finir incendiées.

Aujourd'hui encore les détails de l'affaire restent flous, les témoignages contradictoires. Mais le déroulement exact des faits à Sisco n'a plus guère d'importance. L'onde de choc s'est propagée. Diverses communes ont lancé des arrêtés municipaux visant à bannir le burkini, avant peut-être une loi qui l'interdirait sur tout le territoire français.

Le burkini, l'islamisme en vacances

Le sujet ayant dépassé le fait divers pour devenir un thème politique, le débat s'engage. Faut-il interdire le burkini? Des esprits à la naïveté calculée proclament que non, invoquant un simple vêtement inoffensif. D'autres rappellent que les femmes portaient il y a un siècle des tenues de bain bien proches du fameux burkini - mais se défendent par ailleurs de prôner un retour à la condition féminine de l'époque.

La myopie volontaire a ses limites. Le burkini n'est pas un équipement sportif comme une tenue de plongée, ni une mode. C'est un vêtement religieux, adopté par une frange revendicative de la population musulmane. Le besoin de légiférer sur le burkini existe parce que le burkini apparaît. La marque du communautarisme est d'obliger à légiférer sur des comportements qui relevaient auparavant de l'évidence. La judiciarisation des rapports sociaux jusque sur une plage traduit la désintégration de la société en communautés antagonistes. Elles ne peuvent plus coexister pacifiquement que sous la férule d'un État régissant par voie légale leurs interactions.

En amenant le débat dans le domaine législatif, le risque est le même que pour le voile intégral: que l'interdiction ne se répercute pas sur le terrain. Que les baigneuses en burkini ne se fassent pas amender, et si elles le sont, qu'elles puissent rester en burkini sur la plage après coup. Comme pour toutes ces musulmanes en burqa sur le territoire de la République Française où pareille tenue est théoriquement interdite, ces lois ne servent plus que comme indicateur du recul de l'autorité de l'État sur son propre territoire.

Des juges livrent (enfin) une analyse correcte

Amenés à se prononcer sur la validité d'un arrêté municipal contesté par les protestataires habituels - "Ligue des droits de l'homme" et "Collectif contre l'islamophobie en France" - les juges du tribunal administratif de Nice validèrent ce lundi l'interdiction des burkinis, déboutant les plaignants.

Cette première victoire est assortie d'une seconde, car non seulement le burkini est interdit, mais son sens a été correctement interprété par les hommes de loi. Foin de prétendue sécurité ou du besoin d'identifier les gens pour lutter contre le terrorisme (cagoules, cache-nez, burqa, même combat!) les juges appellent un chat un chat:

Le tribunal administratif a estimé lundi que ce vêtement de bain féminin couvrant le corps et la tête était « de nature à porter à atteinte aux convictions ou l'absence de convictions religieuses des autres usagers de la plage » et pourrait « être ressenti comme une défiance ou une provocation exacerbant les tensions ressenties par la population (...)».

 
La conclusion est toute aussi directe:

« Quelle que soit la religion ou la croyance concernée les plages ne constituent pas un lieu adéquat pour exprimer de façon ostentatoire ses convictions religieuses. »


Rares sont les décisions de justice aussi limpides, en particulier lorsque l'islam est concerné. L'introduction du qualificatif d'ostentatoire est évidemment clé, et pourrait ouvrir tout un pan de jurisprudence permettant - avec la force adéquate - de mettre un terme à de nombreuses dérives ailleurs qu'à la plage, comme les prières de rue.

La laïcité française sera-t-elle un jour employée autrement que contre les catholiques?

Trop peu, trop tard?

La législation éventuelle sur le burkini sera peut-être un caillou symbolique sur le chemin de la radicalisation islamique en France, mais ne suffira évidemment pas à l'arrêter. En Corse, les esprits ne cessent de s'échauffer, comme en témoigne une vidéo qui fait le buzz sur Facebook:

Si ce ne sont là que des paroles - vindicatives certes - elles se rajoutent à de nombreux épisodes parfaitement concrets qui témoignent de la tension là-bas entre les autochtones et les musulmans qui auraient la mauvaise idée de la ramener un peu trop.

Frédéric Saint Clair livre dans les colonnes du Figaro une analyse virant au lyrique lorsqu'il parle de la Corse:

[La] Corse est l'âme de la France. En quel sens? Elle est le lieu où son esprit nationaliste et conservateur est demeuré intact. Elle est, en actes, ce que le reste du pays n'est qu'en pensée et en parole. Elle est la jeunesse de la France, sa fougue, sa folie, cette partie de soi-même que l'on sait devoir dompter, c'est à dire soumettre à la raison, sans pourtant se décider à le faire, peut-être à cause du bon sens qui émane bien souvent de cette folie, et dont notre raison moderne semble cruellement dépourvue.


Admiratif de la Corse "image exaltée d'une France fatiguée", il oublie que l'île endure une proportion de population musulmane trois fois plus élevée que sur le continent. L'irritation semble donc suivre le pourcentage, et plutôt qu'un témoignage de la vigueur de la Corse, nous pourrions simplement être en train de contempler notre propre avenir.

Entre une minorité musulmane revendicative, des habitants échaudés et un État encore plus faible que sur le reste du territoire français, la Corse semble une poudrière quasiment hors de contrôle. Si une guerre civile éclate un jour entre musulmans et infidèles en Europe occidentale, il se pourrait bien que l'Île de Beauté soit le théâtre des premières batailles.

Mise à jour (26 août): sans grande surprise, la décision du tribunal administratif de Nice a été cassée par le Conseil d’État: "La plus haute juridiction administrative a estimé que toute interdiction de ces tenues de bain islamiques très couvrantes devait s'appuyer sur des «risques avérés» pour l'ordre public."

20 juillet 2016

Padamalgam: risques de rupture de stock

Difficile semaine depuis l'attentat de Nice.

Vendredi, la Turquie affronte un coup d’État ; il échoue, et désormais le monde est témoin de la réaction saine et mesurée de son grand leader local Recep Tayyip Erdogan. Le ténor de l'AKP, "parti islamiste modéré" (un peu comme la neige chaude) livre le pays à des purges sans précédent. Soldats, enseignants, journalistes, juges, 50'000 personnes sont désormais dans le collimateur du pouvoir, et ce n'est pas fini. En attendant, entre deux lynchages publics, il est question que la Turquie remette la peine de mort à l'ordre du jour. L'Union Européenne glapit dans le vide, comme d'habitude.

Pendant que la France panse ses plaies et que le gouvernement tente d'éteindre la polémique sous la chape de béton du vivre-ensemble, on apprend que le père de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel affirme que son fils "n'avait pas de liens avec la religion". Seulement voilà, le père en question, "aussi choqué" par ce qui est arrivé, est un islamiste radical, ce qui relativise quelque peu son témoignage:

[La mère du tueur de Nice] s’appelle Cherifa et son père est membre du parti islamiste Ennahda et il est connu à Mseken comme étant un extrémiste violent que la police de Ben Ali surveillait de près et qui est devenu après janvier 2011 l’un des leaders locaux d’Ennahda à Mseken.


Comment? Les médias vous auraient caché ça?

En Allemagne, un aimable demandeur d'asile "afghan" mineur de 17 ans prend un poignard et une hache et se lâche dans un train régional et aux alentours - cinq blessés, quatre touristes chinois de Hong Kong et une passante qui promenait son chien - avant qu'il ne soit abattu par la police. L'individu "très bien intégré" selon son entourage (on n'ose imaginer ce qu'il aurait fait sinon) n'a même pas été capable de fournir son vrai nom aux autorités, Muhammad Riyad, différent de Riaz Khan Ahmadzai sous lequel il était enregistré en Allemagne. Il serait en fait Pakistanais, ce qui en dit long sur la qualité des contrôles administratifs préalables à l'acceptation des demandes d'asile en Allemagne.

terroriste-réfugié-afghan.jpg
"Merci, peuple allemand, de m'avoir offert un avenir meilleur."

En France, dans un centre de vacances de Garde-Colombe, dans les Hautes-Alpes, un certain Mohamed Boufarkouch, marocain de 37 ans, aurait reproché à une mère et ses trois filles leurs tenues "trop légères". Joignant le geste à la parole, il les poignarde toutes les quatre avant de prendre la fuite. La victime la plus gravement atteinte, une fillette de huit ans au poumon perforé, devrait survivre. Les autorités font de gros efforts pour expliquer que tout cela n'a évidemment rien à voir avec l'islam, puisque comme on sait cette religion ne fait aucune fixation sur le style vestimentaire d'autrui.

padama10.jpgEn France, cette nuit, des émeutes éclatent dans le Val-d'Oise après la mort d'un certain Adama suite à une interpellation musclée. Les forces de l'ordre française ont essuyé des tirs et la banlieue immigrée est comme d'habitude la proie des flammes, probablement sous l'effet de gangs de bouddhistes. Quelques jours après un attentat majeur, dans une France sous plan Vigipirate et état d'urgence, on est satisfait de voir que l’État contrôle toujours aussi bien son propre territoire.

Dure semaine pour les marchands de Padamalgam, les voyageurs de commerce du Vivrensemble et les prêcheurs du Multiculturalisme. Alors que les Européens comptent leurs morts et leurs blessés, il faut travailler d'arrache-pied pour les rendormir et les apaiser. La tâche est difficile, les "déséquilibrés" à l'origine de chaque agression ne pouvant s'empêcher de beugler "Allah akbar" en commettant leur forfait, pirouette d'autant plus pénible que leurs actes n'ont comme on sait aucun rapport avec l'islam.

Mais nul doute que les peuples se rendormiront, ils ont été longuement habitués à avoir le sommeil lourd, c'est dans leur nature désormais. Entre l'Euro de football, le Tour de France et les Jeux Olympiques, comment garder les yeux ouverts sur l'actualité des faits divers? On abreuvera donc le grand public d'images dilatoires en répétant inlassablement les vers suivants:

La Diversité nous enrichit
Les frontières, voilà l'ennemi
Nous sommes tous des immigrés
Les migrants pourvoiront aux retraités
L'islam est une religion de paix
Nul n'est moins pédophile que Mahomet
Rassurez-vous, l’État veille a notre sécurité
Avec clairvoyance, compétence et fermeté

La route tue plus que le terrorisme
Et les fous ne relèvent pas de l'islamisme
Évitons les interprétations étroites
Qui font le jeu de l'extrême-droite
Ou nos péchés dans l'intégration
Nous reviendront comme une punition...

C'est une berceuse.