24 janvier 2017

Le Parti Socialiste français en voie de disparition

Les primaires de la "Belle Alliance Populaire" dissipent les dernières illusions que pouvaient entretenir les socialistes quant à la santé de leur mouvement: il agonise. Le PS français est en voie de disparition à brève échéance.

Pendant des décennies, le PS a régné sur la gauche. Dominant ses concurrents de la tête et des épaules, il était le faiseur de rois lorsque les vents étaient favorables et le point d'ancrage de l'opposition lorsqu'ils ne l'étaient pas. Les primaires permettaient à d'autres "sensibilités" de s'exprimer, comme les fidèles faire-valoir écologistes ou d'autres proches satellites ; seuls les mouvements crypto-communistes les plus radicaux refusaient de participer à ce qu'ils qualifiaient de jeu de dupes. Malgré les inévitables disputes, le candidat adoubé par le PS incarnait finalement le champion de la gauche.

Tout ceci s'est terminé cette semaine.

Naufrage populaire

La gauche, dit-on, n'est pas faite pour gouverner: les Français en eurent la démonstration avec le désastreux quinquennat de M. Hollande. Les socialistes, partis en 2012 avec absolument tous les pouvoirs - Sénat, Assemblée Nationale, régions, communes, et la Présidence de la République - les perdirent les uns et les autres à la faveur des renouvellements électoraux. En bout de course, ils échouèrent en 2017 avec un Président tellement impopulaire qu'il renonça à s'infliger l'humiliation d'une réélection perdue d'avance.

Il serait tentant de juger le Président coupable de tous les maux, mais ce diagnostic est simpliste. L'arbre hollandais ne saurait cacher la forêt socialiste. Le désaveu est profond. Le grand public put s'en rendre compte lors du premier débat de la "primaire élargie du PS", qui ne rassembla que 3,8 millions de téléspectateurs, contre 5,6 millions pour le premier débat de la primaire de la droite. Hollande n'était même pas dans la course. L'hémorragie se poursuivit au deuxième débat avec 1,745 million de téléspectateurs, contre 2,9 millions pour la droite. Le troisième et dernier débat fit meilleure figure avec 3,1 millions de téléspectateurs, mais là encore loin de la droite qui en rassembla plus de 5 millions.

france,parti socialiste
De nombreux prétendants, peu de Français conquis.

Le coup de grâce fut infligé lors du premier tour des primaires. Avec sept candidats, trois débats et des programmes étalés en long et en large sur leurs sites respectifs, on aurait pu croire que la variété était au rendez-vous, mais les Français ne semblèrent plus avoir beaucoup d'appétit pour les saveurs socialistes et écologistes. Hors des centres urbains, des bureaux de vote restèrent quasiment désert toute la journée.

Outre la maigre récolte de fonds d'une opération censée constituer le trésor de guerre de la campagne présidentielle, l'affluence fut là encore très en-dessous de son équivalent à droite: 1,6 millions contre 4 millions. Il y a tout lieu de penser que la tendance se poursuivra au second tour. Le record de 4,3 millions d'électeurs de droite est clairement hors d'atteinte.

Le rapport numérique entre le PS et Les Républicains oscille entre 0,4 (premier tour de la primaire) et 0,6 (débats télévisés). Transposé à la présidentielle, cela signifie que le candidat du PS et des Écologistes devrait récolter au premier tour jusqu'à 60% du score de M. Fillon. Ainsi, si M. Fillon obtient par exemple 26% au premier tour, on peut tabler sur un score raisonnable de 15,6% pour le vainqueur de la primaire élargie.

On pourra abondamment critiquer cette méthode, mais elle illustre ce que chacun comprend instinctivement depuis bien longtemps: ni Manuel Valls ni Benoît Hamon n'ont la moindre chance d'arriver au second tour en 2017.

Petits coups de poignard entre amis

La démonstration précédente partait du principe que les socialistes français feraient preuve d'unité envers leur poulain, mais rien n'est moins sûr. Les finalistes Manuel Valls et Benoît Hamon défendent des visions totalement antagonistes de la politique socialiste.

france,parti socialisteCritiqué pour son ton cassant et son attitude volontiers martiale, Manuel Valls est aussi connu des Français qu'il est détesté au sein du PS. En prenant le poste de Premier Ministre de François Hollande, la machine à perdre, il en devint le complice. On l'affuble de surnoms - "Monsieur 49-3", "l'homme de la fiche de paye" selon Arnaud Montebourg qui le présenta comme un boutiquier sans envergure. Il traîne cet héritage comme un boulet, n'osant critiquer le Président auquel il doit tout mais conscient que cette relation plombe ses chances dans les primaires. L'histoire de la gifle reçue en Bretagne l'a montré fragile, affaibli. L'illusion est brisée.

Manuel Valls incarne pourtant une gauche - la gauche gestionnaire, laïque, républicaine, historique et consciente de ses responsabilités. Ce portrait est sans nul doute embelli mais Manuel Valls est dans le vrai lorsqu'il estime être le seul candidat du PS à pouvoir faire bonne figure dans la présidentielle.

"Un choix très clair se présente désormais à nous, et à vous, mes chers compatriotes. Le choix entre la défaite assurée et la victoire possible. Le choix entre des promesses irréalisables et infinançables et une gauche crédible qui assume les responsabilités du pays."


En face, Benoît Hamon, le quadragénaire radical de la gauche sauce Nuit Debout. Hamon revendique la semaine de 32 heures, le revenu universel, la légalisation du cannabis, le droit de vote pour les étrangers, l'impôt sur les robots... Il n'hésite pas, il n'a peur de rien. Benoît Hamon sculpte les nuages. Le programme de M. Hamon fait s'écarquiller les yeux des Français tant il est à mille lieues de leurs préoccupations quotidiennes ; mais pour des militants utopistes dont le refus du réel tient lieu de credo, il séduit. Comme d'autres prétendants, il décrocha sa médaille d'intégrité en démissionnant du gouvernement.

france,parti socialisteMalgré son manque évident de carrure, Benoît Hamon arriva en tête du premier tour avec 36,3% des voix - cinq points d'avance sur son rival. Depuis, il engrange les soutiens et les ralliements. La dynamique est en sa faveur, ce qu'on pouvait prévoir car comme le disait un fin connaisseur du parti à la rose, "les primaires se gagnent par la gauche". Manuel Valls tentera de revenir au score lors d'un dernier débat, endossant une fois de plus son costume de Père Fouettard, mais les socialistes ont peu de tendresse pour ceux qui les tirent de leurs rêveries. Sa défaite paraît acquise.

Le clivage entre les deux hommes est bien plus grand qu'entre n'importe quelle paire de candidats à la primaire des Républicains. Leur inimitié n'est pas que personnelle. Elle est représentative des courants antagonistes incarnés par chacun. Le ralliement au vainqueur sonnera faux. "Comment pourraient-ils se soutenir alors qu'ils n'arrivent même pas à se supporter?" demanda, désabusé, un commentateur de la vie politique.

L'affrontement entre les deux camps laissera de profondes crevasses dans ce qui reste du PS. La cinglante défaite qui se profile aggravera encore cette situation et hâtera la scission du mouvement - ou tout au moins le départ vers d'autres horizons de ceux qui ne s'y reconnaissent plus.

Échange PS en fin de course contre nouveau challenger

Le peuple de gauche en France n'a pas disparu, en tout cas pas dans les proportions qu'annonce le futur score du PS. Il s'est juste trouvé de nouveaux champions. Tout le monde les connaît: à l'extrême-gauche, le tribun qui unifie depuis plusieurs années les différentes mouvances anti- ou alter- à peu près tout, Jean-Luc Mélenchon, et au centre-gauche, l'avocat d'affaires ambitieux lancé sur le tard et qui prétend personnifier le changement, Emmanuel Macron. Dans un meeting au Mans, Jean-Luc Mélenchon résuma la situation du PS avec un sinistre sens de la formule:

"Il y a un petit air de panique, le casse-noix se met bien en place ; pour qu’il y ait un casse-noix, il faut que ça serre des deux bords : Macron, Mélenchon, Macron, Mélenchon. Et au milieu ça fait de l’huile."

 
Au centre-gauche, Emmanuel Macron se sent pousser des ailes avec son mouvement En Marche!. Il discute avec tout le monde, ratisse les parrainages, rassemble des foules, capte le soutien de patrons de grands groupes de presse. Ses chances paraissent faibles. Il reste inexpérimenté, sa communication terriblement superficielle, et la France n'est peut-être pas encore prête pour sa campagne 2.0. Les socialistes espèrent que Macron soit une bulle politique - et la regardent s'envoler depuis le sol. De plus le centre est très encombré, et certains éléphants ne sont pas encore sortis du bois. La valeur réelle de Macron se lira au fond des urnes au soir du premier tour. Elle pourrait beaucoup décevoir.

De son côté, Jean-Luc Mélenchon n'a rien à perdre et une cible désignée, le Parti Socialiste. Pourquoi laisser celui-ci viser une humiliante quatrième ou une cinquième place à l'élection présidentielle? Le retrait du candidat socialiste lui laisserait les coudées franches pour récupérer la plupart des militants radicaux du PS - ceux qui se rangent en majorité derrière Hamon. Mais aujourd'hui, il trépigne. Le PS est hors de sa portée. Il n'a pas la force de le briser. Mélenchon en est réduit à espérer bruyamment que le destin lui offre ce qu'il espère.

Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron et Benoît Hamon sont dans la barque de la gauche ; deux doivent tomber à l'eau pour que le troisième ait une chance de triompher. Aucun ne souhaite se mouiller. À l'extrême-gauche et au centre, on pense son heure de gloire venue ; au PS, l'orgueil interdit pareille stratégie. Ils échoueront tous les trois.

Faute d'arriver à se réformer, les socialistes de Solférino ont laissé d'autres le faire à leur place. La mutation des mouvements de gauche a débordé le PS, mais il reste attaché à son rôle historique.

La défaite prévisible de 2017 sera un électrochoc de la dernière chance. Le classement des perdants du premier tour déterminera le nouveau centre de gravité de la gauche française. Socialistes, divers gauche, réformateurs de centre-gauche, écologistes et tutti quanti devront laisser leurs différends de côté et se réorganiser rapidement. S'ils échouent et retombent dans leurs querelles, ils disparaîtront - de l'échiquier politique d'abord, du débat ensuite. Le bipartisme à la française n'accorde aucune place aux seconds couteaux.

Mise à jour (26 janvier): le débat entre les finalistes Benoît Hamon et Manuel Valls a eu lieu. Alors que M. Valls s'était distingué par des déclarations belliqueuses tout au long de la semaine, il se montra étonnamment bienveillant lors de la confrontation. D'après le blog TVNews, l'audience atteignit le score respectable de 5,6 millions de téléspectateurs alors que le débat était diffusé en simultané sur les deux principales chaînes françaises. Le débat d'entre-deux-tours qui opposait François Fillon et Alain Juppé fut quant à lui suivi par 8,5 millions de téléspectateurs. La primaire de la gauche accuse donc toujours un retard de popularité notable.

Un sondage Elabe - BFMTV effectué auprès des téléspectateurs sympathisants de gauche montre Benoît Hamon en tête avec 61% des suffrages. Un sondage en ligne mené par Le Figaro, donc auprès d'un public plus large, désigne Valls vainqueur avec 53% d'opinions favorables. L'analyse selon laquelle "les primaires socialistes se gagnent par la gauche" semble confirmée, fut-ce aux dépens du score devant l'ensemble des Français.

Mise à jour (29 janvier): Les premiers chiffres sont tombés, Benoît Hamon l'emporte comme prévu avec un score de plus de 58% des votes contre 41% pour Manuel Valls. Le vaincu, qui semblait déjà résigné déjà plus tôt dans la semaine, lui apporte son soutien. Les socialistes viennent clairement désireux d'ancrer leur mouvement politique dans l'utopie, ce qui me paraît fatal pour leur avenir politique.

La participation officielle est pour l'heure inconnue mais certains avancent le nombre de 2 millions (contre 4,3 millions pour le second tour des primaires de droite rappelons-le).

02 décembre 2016

Retraite en Hollande

Jugée par certains comme la meilleure décision de son quinquennat, François Hollande vient d'annoncer qu'il ne se représenterait pas en 2017. La gauche française est-elle sauvée pour autant? Peut-être pas, car le Président a commis des ravages au sein de son camp ; mais malgré tout, la clarification est bienvenue et pourra peut-être sauver le premier tour des présidentielles.

france,françois hollande,parti socialiste

Une relation difficile avec la réalité

Dire que l'annonce de François Hollande était attendue serait un euphémisme. Sur Euronews, les programmes habituels furent interrompus pour laisser le Président s'exprimer en direct.

Dans un cadre solennel, le tout ne pris que dix petites minutes - huit pour présenter et défendre son bilan, deux pour enfin lâcher le morceau. Même là François Hollande aura réussi à surprendre. Il commence par annoncer que les choses s'arrangent, que la courbe du chômage s'inverse enfin, que la dette publique est "maîtrisée", évoque rapidement la déchéance de nationalité comme sa "seule erreur"... Et finalement annonce qu'il renonce à se lancer en 2017, de crainte de ne pas "assez rassembler" autour de lui.

Depuis, ces éléments de langage sont abondamment disséqués par les médias et tous relèvent la contradiction: Hollande annonce que tout va mieux, mais n'est pas candidat à sa réélection. En réalité bien sûr, tout ne va pas si bien, et tous les Français vous le confirmeront - même les socialistes. Les déficits de l'État français continuent à être abyssaux, les engagements du traité de Maastricht ne sont prétendument tenus qu'au prix des plus grandes incertitudes, le choc fiscal a laissé nombre d'entreprises et de foyers sur le carreau, la croissance est anémique, 600'000 personnes sont venues grossir les rangs des chômeurs depuis le début du quinquennat...

Énième illustration du fil rouge de sa présidence, François Hollande semble avoir une perception de la réalité très différente de la réalité - ou du moins de la perception de cette même réalité par le reste de la population française. Les attentes des Français étaient immenses, et sur tous les chantiers en souffrance - santé, rôle de l'État, compétitivité, logement, sécurité, citoyenneté, finances, droit du travail - les réformes ont été médiocres ou inexistantes. La popularité historiquement basse du Président ne vient pas de nulle part.

Ensemble à gauche

On peut tout de même accorder à François Hollande le mérite d'avoir fait son effet. Face à l'indécision affichée par le politicien, la pression devenait absolument intenable, non seulement pour lui, mais même pour son gouvernement et ses proches. L'histoire du "candidat naturel du PS" a vécu. Quelques jours plus tôt le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis annonçait encore que oui, François Hollande serait "évidemment" candidat à la primaire socialiste. A-t-il été dépassé par ses propres convictions? Le Président a-t-il changé d'avis entre-temps? Nul ne le sait.

Outre le "courage" et "l'audace" aujourd'hui prêtés à François Hollande, sa décision a le mérite de clarifier enfin la situation à gauche. La longue liste des appétits présidentiels se libère. Manuel Valls et Arnaud Montebourg s'affronteront probablement dans les primaires de la gauche. Seront-ils rejoints par tous les ambitieux, d'Emmanuel Macron à Jean-Luc Mélenchon, voire François Bayrou, qui se sentent aujourd'hui pousser des ailes? Ce n'est pas certain. Il en va pourtant de la crédibilité d'une gauche qui, entre divisions et éclatement, aura été transformée en champ de ruines par ce quinquennat.

Paradoxalement, une gauche unie (à défaut d'être victorieuse) est importante pour les présidentielle françaises. Il en va de la santé du débat public. Une gauche pléthorique et inaudible disparaîtra trop vite des écrans radar, laissant un boulevard aux probables finalistes François Fillon et Marine Le Pen, et les amenant tous deux à gauchir leur discours pour pêcher cet électorat. Est-il dans l'intérêt de la politique que les positions des principaux candidats se diluent dans un gruau indistinct pour rassembler tous azimuts? Pour l'éviter durant la plus grande partie de la campagne, jusqu'au soir du premier tour des présidentielles, il est donc important que la gauche française parvienne à se doter d'un nouveau meneur, et, rêvons, qu'elle se modernise enfin.

On le devine, le chantier est immense, et le calendrier serré. A défaut de réussir cette fois, il faudra attendre une élimination humiliante l'année prochaine pour espérer enfin une forme de cohérence à l'aube des élections de 2021. Que de temps perdu!

La solitude du chef

Pourquoi François Hollande a-t-il tant attendu? Pourquoi a-t-il finalement pris le contre-pied de ses propres confidences où il annonçait qu'il déclarerait ses intentions le 10 décembre? Certains évoquent les effets du livre "un président ne devrait pas dire ça" qui auraient rendu impossible la relation de travail avec Manuel Valls. D'autres le sursaut de réalisme d'un homme croyant toujours pouvoir revenir de tout - une foi chevillée au corps qui lui permit en effet, alliée aux circonstances, d'accéder à la présidence de la République.

Le retrait de François Hollande pourrait être finalement une simple question de fierté. Ne pas accéder au second tour aurait été un affront, mais échouer à la primaire socialiste, un camouflet. Même à cette étape, ses chances semblaient désormais compromises. La pilule reste amère: François Hollande sait qu'il n'est plus qu'un président en sursis, un lame duck, un canard boiteux selon l'expression américaine. Le peu d'influence qu'il gardait encore vient de s'évaporer. Qui l'écoutera encore d'ici au mois de mai, si ce n'est par politesse? Du fond de son impopularité, au terme d'un mandat terne et mené en vain, il disparaîtra dans les brumes de l'histoire.

Par son étroitesse de vue, ses manœuvres, son manque d'envergure, le quinquennat de Hollande n'aura finalement été que du temps perdu.

04 février 2015

L'UMP fait naufrage dans le Doubs

Au vu de l'actualité, vous auriez pu penser que l'activité médiatique hexagonale se tournerait vers Boko Haram et ses massacres, la guerre en Ukraine ou, s'il faut vraiment parler d'actualité intérieure, les cellules djihadistes régulièrement découvertes ici et là ou l'exposition du contribuable français à cette dette grecque que le nouveau gouvernement local souhaite "effacer".

Que nenni. A la place, l'actualité semble exclusivement se ramener à deux sujets: un procès en proxénétisme aggravé où Dominique Strauss-Kahn se retrouve sur le banc des accusés - mais on évitera soigneusement d'évoquer les mécanismes de corruption sous-jacents - et la primaire législative dans le Doubs pour trouver un remplaçant au socialiste Michel Sapin, appelé à servir dans les plus hautes sphères de l'Union Européenne.

Et encore! Le second sujet ne semble qu'une vaine excuse pour guetter les querelles au milieu d'une UMP éliminée dès le premier tour. Les ténors appelleront-ils à voter pour le PS? A s'abstenir? A poursuivre dans le "ni-ni" prôné en son temps par Nicolas Sarkozy?

france,ump,nicolas sarkozy,marine le penEn bonne politicienne engagée dans le mauvais parti, Nathalie Kosciusko-Morizet appelle à voter à gauche. L'ancien premier ministre François Fillon lance quant à lui un "pas de complaisance avec le FN, pas d'indulgence avec le PS" ambigu devant le groupe UMP à l'Assemblée. Faut-il donc s'abstenir? Non, puisque le président du groupe UMP de l'Assemblée nationale Christian Jacob se prononce, lui, pour un vote blanc. Après une attente soigneusement orchestrée, Alain Juppé invite quant à lui à "faire barrage" au Front National, donc de voter pour ces socialistes qui lui sont finalement si sympathiques. Et Nicolas Sarkozy, capitaine du Radeau de la Méduse, de réclamer une réunion du bureau politique de l'UMP dont on se demande bien quel pourra être l'effet vu qu'elle a lieu après que chacun ait dit ce qu'il avait à dire...

La question du second tour n'est pas anodine puisque le cas de figure est inédit. Les précédentes élections partielles avaient vu l'élimination de la gauche au premier tour, laissant au second l'UMP face au Front National. L'électeur socialiste moyen avait donc deux choix: soit se déplacer pour élire l'UMP et donc opter pour le "moindre mal" en présentant cela comme un devoir civique, soit rester chez lui à savourer un thé chaud. Ici, l'UMP se retrouve tiraillée entre deux rivaux: l'ancien à gauche, le nouveau à droite. Entre le PS et le FN, quel dilemme!

L'élimination de l'UMP au premier tour montre à quel point le PS a effectivement repris du poil de la bête - en particulier depuis les attentats du 7 janvier et la récupération politique le dimanche même par François Hollande lors de la marche "je suis Charlie". L'opération fut si réussie que Manuel Valls, en campagne dans le Doubs, présente désormais carrément cette manifestation comme un rassemblement historique de la gauche:

"Mobilisez-vous! Soyez fiers de cette France du 11 janvier, qui s'est retrouvée et que nous chérissons. Soyez fiers de cette gauche que nous incarnons, de cette gauche qui affronte le réel avec la force de son idéal", a lancé le Premier ministre devant une assistance d'un millier de personnes.


Vous vous sentiez Charlie en janvier? Vous aviez peut-être battu le pavé parisien pour exprimer votre rejet du terrorisme islamique, votre foi dans la société française ou la liberté d'expression? Félicitations. Vous êtes désormais socialiste honoris causa - nous ne sommes plus à une contradiction près.

Consternant spectacle d'une classe politique et d'une classe médiatique vivant complètement en dehors de la réalité - jusque dans les consignes de vote qu'elle croit donner. Saluons le collectif de droite Sens Commun de rappeler l'absurdité du mépris des choix électoraux:

La question à se poser est pourtant simple: que reste-t-il de la démocratie quand certains s'arrogent le droit de qualifier un vote de bon et l'autre de mauvais? (...) La République n'est pas un monopole: en la récupérant à son seul profit, la gauche dite «républicaine» la vide par là même de son sens. Une fois de plus, elle se juge habilitée à exclure du débat démocratique des millions de Français. Mais si elle n'aime pas un certain type d'électeurs, c'est qu'elle n'aime qu'une partie de la France et qu'elle est donc incapable de rassembler notre pays. Et si elle estime que plusieurs millions de Français ne savent pas voter, pourquoi maintenir la démocratie plus longtemps?


Pas un média en revanche pour relever la sortie du candidat UMP vaincu Charles Demouge: "ce sont les bons petits blonds qui m'emmerdent", lança-t-il en tentant visiblement de courtiser l'électorat immigré. Peine perdue. Quant à la mobilisation citoyenne et les plaintes des associations contre cette saillie indigne, on les cherche encore ; mais il est vrai que le racisme anti-blanc est pardonnable et pardonné en France.

Combien d'électeurs ont été rebutés par ces propos consternants? On ne le saura pas puisque, outre l’omerta médiatique, les grands pontes de l'UMP n'ont visiblement pas choisi de remettre en cause la qualité de leur candidat. C'est une faute.

Le deuxième aspect de cette élection partielle concerne la France entière. Après la défection de Jean-Pierre Maggi vers le groupe des radicaux de gauche plus tôt dans l'année, le siège de député du Doubs remet encore davantage en question la majorité du PS sur l'Assemblée Nationale. Autrement dit, l'affaire ne porte pas seulement sur le remplaçant d'un ex-ministre mais bien sur la continuité de l'exercice du pouvoir par le PS.

La chute progressive d'un parti disposant à lui seul du pouvoir de décision législatif reste un symbole fort. Dans ce contexte, l'existence d'un troisième député du Front National est anecdotique ; il est effarant de constater que le sujet peut à ce point obséder l'état-major de l'UMP et livrer des résultats aussi curieux. L'UMP est terrorisée par le FN, c'est un fait, mais il faut livrer bataille intelligemment. Le destin du combat entre les deux partis ne se joue pas dans le Doubs.

Le vote blanc finalement préconisé est un prétexte. En refusant aux électeurs du Doubs le droit d'élire un candidat du Front National, l'UMP montre qu'elle se complaît dans la dualité "UMPS" si souvent dénoncée par Marine Le Pen. Elle sert directement les intérêts des socialistes et de François Hollande. Renonçant de facto à son rôle d'opposition, ses consignes de vote confuses ne font finalement que la démonstration de son inutilité et préparent donc, à terme, son effondrement.