08 avril 2018

Guerre commerciale: comment la gagner ou la perdre

Trump a toujours tort, sur tout. Ce leitmotiv transpire dans tous les médias romands. Pour s'en convaincre, il suffit de lire Le Temps de mercredi dernier. Le "quotidien suisse de référence" - mais de quoi au juste? - laisse la parole à Richard Baldwin, ancien diplomate américain désormais professeur à Genève. À lire le compte-rendu de ses propos, l'homme n'a probablement pas voté pour le locataire actuel de la Maison Blanche.

usa,chine,protectionnisme,libéralisme
Gentil dictateur communiste chinois face à un méchant président capitaliste américain

Pour commencer, un peu de contexte:

Œil pour œil, dent pour dent. Quelques heures après la publication par l’administration Trump d’une nouvelle liste de produits chinois qui seraient frappés par des droits de douane punitifs, Pékin a donné la réplique mercredi. C’est désormais l’escalade dans la guerre commerciale entre les deux premières puissances. Le montant cumulé des produits visés par des mesures anti-dumping des deux côtés atteint 100 milliards de dollars. L’an dernier, les échanges entre les premières puissances commerciales totalisaient 580 milliards.


Au milieu de quelques éructations anti-Trump - "le président américain a tout faux dans sa stratégie" - Richard Baldwin revient sur quelques épisodes passés de crises commerciales entre les États-Unis et d'autres partenaires, depuis 1929, incluant la guerre des bananes, du coton, de l'acier, entre Boeing et Airbus, ou celle opposant les constructeurs automobiles américains et japonais. Mais la faute d'interprétation principale est liée à la fameuse "riposte" lancée par la Chine en rétorsion aux décisions américaines annoncées la semaine dernière.

Comment interprétez-vous les mesures de rétorsion chinoises annoncées mercredi?

Après la publication de la liste américaine, c’était normal que Pékin révèle aussi la sienne. Les autorités chinoises ne se laisseront pas faire, mais cela ne veut pas dire qu’elles cherchent la bagarre. Au contraire. Le système actuel leur sied bien et elles ont intérêt à le maintenir. En publiant sa propre liste, la Chine a voulu se mettre dans une position d’égal à égal pour commencer tout dialogue avec les États-Unis. Mais elle a frappé là où ça fait mal aux États-Unis.

Il est intéressant de noter qu’elle a ciblé des produits sensibles, comme le soja, qui est produit dans les Grandes Plaines, au centre des États-Unis. Électorat acquis au président Trump et au Parti républicain, les agriculteurs seraient frappés de plein fouet si la surtaxe chinoise devenait effective. Les Chinois ont en tête les élections de mi-mandat dans quelques mois et jouent une carte qui peut faire mal aux républicains. Une victoire des démocrates serait de mauvais augure pour l’administration Trump. Pékin espère aussi que des voix se lèvent aux États-Unis et contestent la stratégie belliqueuse (sic) de leur président.


Un espoir maigre, car si la manœuvre échoue Pékin perdra la guerre.

Comprendre le Protectionnisme

Héritier idéologique du mercantilisme, le protectionnisme peut se résumer en une phrase:

Le protectionnisme consiste à essayer de vendre à l'étranger tout en empêchant les produits étrangers d'être vendus localement.


En surimposant les frontières sur les échanges commerciaux, le protectionnisme nie la valeur ajoutée que trouve chacune des parties impliquées dans un échange librement consenti. De plus, l'absurdité de la dissymétrie saute aux yeux: le protectionnisme ne peut "fonctionner" que si un pays est plus protectionniste que ses voisins, menant à une surenchère permanente.

Le protectionnisme est simplement l'avatar du culte de l'exportation. À l'époque où il était pratiqué, il s'excusait au moins par le désir d'amasser de l'or, mais depuis que les biens et services s'échangent contre de simples monnaies-papier, il est devenu encore plus absurde.

En cédant aux sirènes du protectionnisme, Trump serait-il tombé dans la facilité et la démagogie, face à de gentils Chinois communistes adeptes du libre-échange le plus absolu? Quel magnifique portrait de la situation! Mais c'est malheureusement une image totalement déformée de la réalité.

Protectionnisme 2.0

Pour avoir travaillé dans le métier du commerce international depuis plus de dix ans, je peux l'affirmer, le protectionnisme ne s'est jamais aussi bien porté. Le protectionnisme traditionnel, s'appliquant à travers des taxes sur les importations, tombe en désuétude depuis les années 80 et la victoire mondiale des principes de libre-échange. Mais d'autres succèdent à ce protectionnisme de grand-papa. Par exemple, imposer à des fabricants des normes de "qualité" ou d'autres exigences réglementaires pour empêcher en pratique ceux-ci d'accéder au marché intérieur - la Suisse a longtemps pratiqué le sport protectionniste en exigeant des emballages rédigés dans les trois principales langues nationales.

Le monde est ainsi progressivement passé à "je vous colle des taxes pour vous empêcher de vendre ici" à "vous avez bien sûr le droit de vendre ici, si vous obéissez à cette longue liste d'exigences de qualité qui doivent être vérifiées à vos frais par un laboratoire indépendant, et obéir à deux ou trois autres vexations d'ordre purement administratif." Les fameuses normes de qualité maintenues par des pays ou des organisations comme l'UE servent que de paravent à des objectifs protectionnistes, notamment à chaque fois que les producteurs locaux en sont exempts.

Le protectionnisme n'est finalement qu'une déformation des prix, mais la distorsion joue dans les deux sens. Des subventions à l'exportation permettent de contrebalancer des taxes à l'importation subies dans le pays d'arrivée, ou alors de pénétrer de nouveaux marchés en proposant des produits à des prix défiant toute concurrence, ruinant les producteurs locaux.

Ces aides gouvernementales s'apparentent à du dumping et sont en principe interdites, mais comme disait Lénine, "Là où il y a une volonté il y a un chemin". Les pays rivalisent d'inventivité pour créer l'équivalent de subventions sans risquer le courroux des gardiens du temple de l'OMC, par exemple en proposant des tarifs postaux à perte, ce qui tombe bien puisque dans la plupart des pays les services postaux sont un monopole d'État.

Sur le papier et dans l'esprit des innombrables adeptes du culte de l'exportation, une politique de subvention aux exportations semble sans doute quelque chose de génial mais il faut comprendre que ces choix ont un coût et que celui-ci est assumé par la population locale. Les gens normaux payent plus de taxes et d'impôts, pour soutenir la croissance à l'international de barons de l'industrie épaulés avec bienveillance par les politiciens... Et souvent avec quelques compensations très éloignées de la recherche de l'intérêt général.

Dans le monde réel, par opposition au monde fantasmé des ex-diplomates interviewés par Le Temps, la Chine est aux antipodes absolus du libéralisme, en particulier en matière de libre-échange. Tous ceux qui ont essayé de commercialiser quoi que ce soit dans l'Empire du Milieu pourront confirmer. Mais les touristes chinois parcourant les étals d'un supermarché européen arriveront à la même conclusion, découvrant une pléthore de produits fabriqués en Chine, mais commercialisés moins cher que là-bas, bien qu'ayant parcouru la moitié du monde!

Chine - USA, 1 partout, mais les USA jouent à l'extérieur

Même si les symboles sont lourds de sens, l'affrontement entre les USA et la Chine est pour l'instant d'ordre purement comptable. Le fonctionnement est très simple: un des protagonistes grève de taxes différents produits venus du pays adverse selon leur classification douanière et le volume des importations des années précédentes. Il en résulte un montant arbitraire, par exemple "100 milliards de dollars".

Le pays visé fait exactement la même chose, décrétant prélever lui aussi "100 milliards de dollars" sur les marchandises en provenance de la partie adverse. Chacun prétend donc prélever le même montant sur les importations réciproques, ce qui "annule" la mesure de part et d'autre.

Mais en réalité, les choses fonctionnent fort différemment.

En effet, la Chine et les États-Unis ne partent pas du tout sur un pied d'égalité. La Chine vend massivement plus aux États-Unis que les États-Unis ne vendent à la Chine - c'est la pomme de discorde, le fameux "déséquilibre de la balance commerciale" entre les deux pays. Le protectionnisme historique chinois joue soudainement contre les intérêts de Pékin. Cela signifie que les USA et la Chine peuvent monter les enchères - 100 milliards de pénalité aux importations, 200 milliards, et... Et puis quoi? Il arrivera un moment où la Chine pourrait tout aussi bien interdire toute importation de marchandise américaine (ce qui arrivera probablement en pratique) pendant que les États-Unis auront encore beaucoup de marge de manœuvre pour continuer à pénaliser les importations venues de la Chine sans que celle-ci ne puisse plus répliquer. Si on poursuit le raisonnement jusqu'au bout en interdisant les échanges entre les deux pays, la Chine perdra beaucoup, beaucoup plus que les États-Unis.

Les États-Unis peuvent mettre sur la table des sanctions commerciales bien plus élevées que toute riposte jamais venue de Pékin. Raison pour laquelle les autorités chinoises essayent de se trouver des alliés en Europe - nous verrons si Bruxelles accepte de monter sur le ring pour prendre des coups au bénéfice de la dictature communiste, mais c'est un autre sujet.

Seconde difficulté, que chacun comprendra aisément, le volume des échanges du passé - sans les taxes - sera évidemment bouleversé par l'ajout desdites taxes. Lorsque les marchandises en provenance de Chine sont rendues plus chères, les importateurs se fournissent ailleurs, auprès de pays moins pénalisés. Le marché change, ou s'étiole. C'est un problème régulièrement rencontré par les politiciens incompétents qui espèrent d'immenses rentrées fiscales à l'aide de taxes à l'importation, mais heureusement, aucune des parties impliquées ici n'est aussi stupide. Ici, les taxes n'ont pas vocation à faire rentrer de l'argent dans les caisses mais à modifier délibérément la structure du marché.

Or, le monde entier se bat pour vendre aux États-Unis, première économie de la planète. Trump, qui n'est pas idiot, a délibérément exclu des sanctions commerciales les produits chinois nécessaires au bon fonctionnement de l'économie américaine, comme les composants électroniques par exemple. Pour le reste, comme l'acier, les fournisseurs étrangers alternatifs ne manquent pas. Si bien qu'en fin de compte, le citoyen américain devrait être relativement peu impacté par les premiers rounds de cette guerre commerciale.

En Chine, les choses sont différentes. Pour trouver suffisamment de marchandises américaines à taxer pour présenter une riposte crédible, les autorités chinoises ont ciblé les plus grosses importations américaines en Chine, comme le soja. Mais les Chinois dépendent énormément du soja pour leur alimentation. Et il n'y a pratiquement pas d'alternative, comme les graphiques ci-dessous le montrent:

usa,chine,protectionnisme,libéralisme

usa,chine,protectionnisme,libéralisme

Dans les faits, cela signifie que les Chinois n'ont qu'une seule option - remplacer les fournisseurs américains par des Brésiliens, lesquels, en position de force, ne vont pas se gêner pour monter leurs prix face à un client vulnérable. Taxes à l'importation ou pas, le Chinois moyen subira vite l'addition, ce qui pourrait causer quelque mécontentement dans un pays qui ne doit sa stabilité qu'à la promesse d'une prospérité prétendument partagée par le petit peuple.

Voilà pourquoi Donald Trump aborde la guerre commerciale avec la Chine en toute tranquillité: la Chine a bien plus à perdre que les États-Unis. Espérons qu'elle finisse par se plier au même respect des règles commerciales qu'elle exige des États-Unis, et cesse ses innombrables barrières à l'importation et ses assauts sur la propriété intellectuelle. La réciprocité est à la base d'une relation commerciale saine, et depuis des décennies la Chine ne joue pas le jeu.

Mais Xi Jinping parviendra-t-il à le comprendre et à garder la face?

10 janvier 2017

Le grand retour du protectionnisme

"Un vent glacial souffle sur le libre-échange", s'inquiète la RTS. Bigre! Le commerce mondial s'est-il effondré? Les marchandises pourrissent-elles au soleil face à des douaniers intraitables? Les commandes par Internet ne passent plus? Les gens sont-ils cloisonnés dans des frontières nationales devenues hermétiques à toute circulation de personnes?

Nous n'en sommes pas là. Un rapide souvenir de la douane de Bardonnex - guère plus qu'un dos d'âne à l'heure actuelle - permet de dissiper le cauchemar. Mais le libre-échange affronte bel et bien des vents contraires, comme s'en émeut ensuite Charles Wyplosz dans une longue interview consécutive au sujet.

L'accélération du monde

Mais le débat est piégé. Même le terme de libre-échange est galvaudé. Initialement, il représentait la libre circulation des marchandises, c'est-à-dire le commerce transfrontalier. Sur cette base historique légitime et paisible du commerce entre sociétés humaines, les apôtres de la disparition des états-nations l'ont étendu à celle des capitaux, des services, des personnes. À une échelle quasiment atomique, tout est devenu équivalent à tout et réciproquement. La rentabilité horaire de l'ouvrier qualifié, qu'il s'éreinte en Inde ou au Brésil. Le prix livré de la tonne d'acier, coulée en France ou en Chine. Le rendement d'un placement dans une compagnie américaine ou japonaise.

Certains se savent hors-course et en conçoivent de l'amertume. D'autres se réjouissent d'être les vainqueurs d'aujourd'hui tout en s'inquiétant de le rester demain. La migration des affaires est source d'incertitude. Entre deux crises financières la turbine économique tourne en surrégime, créant autant de vagues de protestation dans son sillage. Les médias s'attardent avec complaisance sur les groupuscules de casseurs communistes en maraude dans les centres-villes, mais les perdants de la mondialisation sont ailleurs, et bien réels. Les paysans au mode de vie ancestral, les salariés sans qualification, les entrepreneurs prisonniers de législations absurdes ou de la corruption des autorités, les working poors écrasés par l'effet des taxes sur le coût de la vie. Ils ne font pas la une des journaux. Les rares fois où ils sont évoqués, c'est pour donner la parole aux politiciens responsables de leur malheur.

Au capitalisme apatride et fier de l'être s'oppose un courant conservateur rejetant la réduction de l'homme à un agent économique. L'homme n'est pas aussi volage que le capital qui l'emploie ni les produits qu'il conçoit. Il s'inscrit dans une culture, une famille, un héritage, des valeurs. Il ne les sacrifie que rarement au nom de sa prospérité matérielle.

Les libéraux désarmés

Cet aspect du débat sème le trouble au sein des libéraux. Ils ratent le sujet en ne se concentrant trop souvent que sur sa seule dimension économique. Or, chacun n'a pas les ressources, la volonté ou même l'ouverture d'esprit pour se conformer à la nouvelle donne - et encore moins celles de changer son propre pays ou de le quitter. Comme le dit un sage, "Si vous vous affairez à calmer les plaintes d'un affamé en lui expliquant le recul de la faim dans le monde, vous réussirez juste à le rendre furieux."

Les théoriciens libéraux du passé ont apporté des solutions économiques à un monde dans lequel ces problèmes ne se posaient pas. Les délocalisations brutales, les revendications communautaristes, l'assaut migratoire sur les systèmes sociaux n'existaient pas à l'époque de Frédéric Bastiat. Ils sont absents de ses raisonnements élégants mais bien présents de nos jours.

Les libéraux se retrouvent privés d'arguments, ne sachant souvent articuler que des réponses économiques à des problèmes sociaux. Les postulats de base de l'humain libéral doué de raison sont battus en brèche par l'obscurantisme, le prosélytisme, le communautarisme. Face à ces comportements, les libéraux se contentent souvent de prôner la tolérance la plus absolue en fermant les yeux sur l'usage qui en est fait pour détruire la société hôte. Comment s'étonner que le libéralisme perde en influence?

Le protectionnisme, ce vieux compagnon de route

douane_bandeau.jpgL'inanité économique du protectionnisme a été maintes fois démontrée, il faut le répéter. L'explication est fort simple: les taxes ne sont jamais payées par les producteurs mais in fine par les consommateurs locaux. Les prix surfaits dont ils s'acquittent les prive d'argent pour d'autres activités, d'autres consommations. Les habitants "protégés" par le protectionnisme s'appauvrissent.

En revanche, et c'est aussi avéré, le protectionnisme permet la survie d'entreprises locales qui ne seraient pas économiquement rentables sinon, et avec elles les emplois et les impôts que payent leurs salariés au lieu de les faire pointer au chômage.

Le score entre libre-échange et protectionnisme n'est donc pas si net qu'il y paraît. De nombreux pays comme la Suisse ou le Japon ont d'ailleurs atteint de hauts niveaux de prospérité tout en étant très protectionnistes sur de nombreuses catégories de marchandises, comme les produits alimentaires.

Bien qu'on annonce aujourd'hui son retour, le protectionnisme n'est jamais vraiment parti de nos contrées ; sous les assauts de l'OMC, il s'est déguisé en "normes de qualité" et autres certifications nécessaires à l'importation, l'objectif étant toujours de barrer la route aux produits fabriqués à l'étranger. Dans les mœurs, il est resté fortement ancré sous le prétexte de "consommer local" et "de saison", peu importe la compétitivité des denrées étrangères sur les étals. Même des gouvernements modernes se sont lancés sans vergogne dans le "patriotisme économique".

Les autres aspects du libre-échange moderne ne sont pas en reste: les populations sont violemment hostiles à la concurrence transfrontalière des services. Diverses affaires d'imposition impliquant de grandes entreprises ont éclairé sous un jour négatif l'optimisation fiscale, pour légale soit-elle. Enfin, la crise migratoire européenne a détruit pour de bon toute illusion d'une prospérité basée sur une immigration incontrôlée, au point que plus personne de sérieux n'ose la plaider. Il y a effectivement un mouvement de balancier.

Retour sous les projecteurs

Aujourd'hui, l'élection d'un candidat ouvertement protectionniste comme Donald Trump à la tête d'un pays comme les États-Unis libère aussi la parole sur cet aspect: le bon vieux protectionnisme ressort du bois. Est-ce une mauvaise chose? "Oui", crieront en chœur tous les libéraux. Mais la réponse ne jaillit-elle pas un peu trop vite?

Posons le problème. On le sait, à niveau de prélèvement égal, certains impôts sont plus destructeurs que d'autres, plus nuisibles à l'activité économique en quelque sorte. Qu'en est-il du protectionnisme? Après tout, en quoi un milliard soutiré aux consommateurs à travers des taxes douanières serait pire, ou meilleur, qu'un milliard soutiré aux consommateurs à travers la TVA? L'impôt sur le revenu? Les droits de succession?

Si on élimine le sophisme de base qui a tant servi le protectionnisme en acceptant de l'appeler pour ce qu'il est - un impôt - en quoi ce prélèvement serait-il plus grave que n'importe laquelle des myriades de taxes directes et indirectes que les consommateurs sont appelés à payer dès qu'ils achètent quelque chose? Voilà un thème de recherche passionnant, et bien peu défriché.

Aux États-Unis, Donald Trump promet de baisser les impôts des personnes physiques et morales mais aussi sans doute d'instaurer des taxes d'importation. La combinaison de ces deux changements pourrait durablement changer la physionomie de l'économie américaine sans modifier fondamentalement le niveau des recettes de l'État. L'expérience revêt donc un intérêt colossal pour le monde entier. Son slogan de campagne Make America Great Again dépendra largement de la réussite ou de l'échec de cette réforme fiscale.