18 décembre 2013

Une histoire de quenelle

Pour le commun des mortels, la quenelle est une spécialité culinaire lyonnaise savoureuse à base de semoule de blé dur ou de farine, de beurre, d’œufs, de lait et d'autres assaisonnements.

quenelle.jpg
La quenelle, avant.

Malheureusement, depuis quelques temps la quenelle est devenue tout autre chose, un geste antisémite lancé par un certain M. Dieudonné, prétendument humoriste, lui-même courroie de transmission d'Alain Soral, prétendument intellectuel. Les adeptes de la gastronomie lyonnaise leur en voudront éternellement, ne serait-ce qu'à cause de la confusion.

A ce stade une première interrogation saisit le lecteur: la quenelle, antisémite?

Selon Alain Soral, la "quenelle" de Dieudonné n'a rien d'antisémite. Elle n'est que le symbole de ralliement, potache et subversif, servant à dire "merde au système" (j'avais prévenu, nous naviguons dans les hautes sphères de la pensée). MM. Soral et Dieudonné ont donné une forme visuelle à leur expression, qui consiste à avoir un bras tendu vers le bas et à placer son autre main sur l'épaule. Une forme de salut nazi détourné ou de bras d'honneur modifié, selon les interprétations.

Ont ainsi commencé à fleurir sur les réseaux sociaux une ribambelle de photos en situation où divers individus se livrent le plus joyeusement du monde à des "quenelles" ici ou là (dont beaucoup par des agents de la force publique, des pompiers ou d'autres fonctionnaires, ce qui rend assez piquante leur dénonciation d'un "système" dans lequel ils s'ébattent avec délice).

Mais ces images donnent aussi lieu à pas mal de dérapages, dirons-nous pudiquement. Une quenelle devant une synagogue par des militaires français du plan Vigipirate? Devant un musée de la Shoah? Devant un panneau de la Rue "Dufour"? Un blog répertorie les clichés de ce genre par dizaines. Tous ceux qui se livrent à des quenelles ne sont pas des antisémites patentés, mais on ne peut pas dire non plus de la quenelle qu'elle soit totalement neutre, ceux qui l'ont inventée n'étant pas vraiment au-dessus de tout soupçon.

soralberlin.jpg
Quenelle d'Alain Soral, du parti Egalité & Réconciliation (sic), au mémorial de la « Shoah » à Berlin.
Pure coïncidence.

Dieudonné lui-même posait fièrement en faisant une quenelle sur l'affiche de son parti antisioniste...

Il n'en fallait pas plus pour que la LICRA (Ligue contre le Racisme et l'Antisémitisme) ne s'empare de l'affaire et ne s'indigne par le biais de son président Alain Jakubowicz. Nous sommes en France: la liberté de pensée n'existe pas, et la liberté d'expression encore moins. La quenelle aurait pu finir par s'étioler et disparaître comme n'importe quel buzz idiot qu'Internet suscite chaque mois, mais non, la vigilante surveillance des gardiens du temple garantit au phénomène un écho retentissant. La quenelle est décrétée antisémite, accomplir une quenelle vaut donc un aller simple vers l'enfer (ou au moins quelques soucis professionnels).

De leur côté, les partisans de la quenelle n'hésitent pas à monter en épingle ces cas pour prouver que le "système" s'évertue à diaboliser et nazifier la quenelle, précisément pour mieux étouffer et délégitimer ceux qui le remettent en cause. Je fais la quenelle, on m'opprime, donc la quenelle gêne! Donc j'ai raison!

La quenelle n'a rien d'anodin. Je pense qu'il y a beaucoup moins de "quenelleurs" ignorant l'aspect antisémite de leur geste qu'on veut bien le dire ; on se rebelle à peu de frais contre un système, mais aussi un peu les juifs sur les bords.

Pourtant, l'attitude consistant à essayer d'interdire la quenelle est tout aussi grotesque. Outre l'impossibilité de faire respecter une telle interdiction, les adeptes de la force légale estiment-ils vraiment qu'empêcher les gens d'exprimer un geste antisémite supprimera leurs pensées antisémites du même coup? C'est d'une naïveté touchante!

La société française est percluse d'antisémitisme. L'épisode pétainiste de la seconde guerre mondiale et l'horreur face aux crimes nazis mirent un frein à l'expression de telles opinions en public, mais une bonne partie des Français continua d'en penser pas moins. Depuis quelques années, l'antisémitisme musulman décomplexé des immigrés et de leurs descendants a donné un nouveau souffle à ce sentiment, s'alliant à merveille à celui des élites institutionnelles à l'encontre d'Israël.

Islam, conflit israélo-palestinien, finance apatride, système politico-économique soit-disant dominé par des groupes occultes, fronde anti-gouvernementale, tout est en place pour une bonne manifestation de quenelles.

Utilisant les menaces et la censure comme un oreiller de paresse, la LICRA et le CRIF (Conseil Représentatif des Institutions juives de France) se lancent dans un combat qu'ils ne peuvent gagner. On ne peut pas interdire la quenelle; la censure, toujours et partout, renforce la cible en la faisant passer pour une victime (même les adeptes de la censure anti-nazie feraient bien de s'en rappeler). A la place il faut expliquer, discuter et convaincre. Cela réclame plus d'efforts, c'est certain. Compte tenu du niveau du débat en France, il n'est même pas sûr que cela soit encore possible.

Alors, les quenelleurs continueront à queneller dans la joie et l'impunité, tout émoustillés par le sentiment grisant - et parfaitement illusoire - de défier le monde. Heureusement qu'en France il n'y ait rien de plus urgent.