14 novembre 2021

Dernière injection pour la route

Partout dans le monde, les manifestations contre l'autoritarisme mis en place au nom de la lutte contre le Covid-19 réunissent des centaines de milliers de personnes. Malgré le blackout médiatique, les protestataires bravent les interdictions, les canons à eau et les coups de matraques pour exprimer leur rejet de l'avenir qui se dessine.


Manifestation contre la Loi Covid, Genève, samedi 13 novembre

Invités à s'exprimer le 28 novembre sur la variante locale du Pass sanitaire, les Suisses ont le rare privilège de pouvoir dire dans les urnes ce qu'ils en pensent. Les sondages, si on leur donne crédit, affirment malheureusement que les citoyens accepteront le nouveau régime avec enthousiasme. La suite risque d'être moins sympathique.

Discours de Haine

Le flot de propagande pro-vaccin ressemble à un raz-de-marée. Les avis divergents n'existent que dans les commentaires, sur les sites de Samizdat, ou en slalomant entre deux censures sur les réseaux sociaux.

Dans les médias, la classe politique et tout ce que la société compte comme corps constitués, c'est bien simple, il n'y a qu'une seule voix: il faut tous se vacciner, point. Matin, midi et soir, les pauvres gens qui ne souhaitent pas recevoir la libération vaccinale avec le sourire sont insultés, vilipendés, méprisés, rabaissés.

Ils sont irresponsables, idiots, incultes, arriérés, à peine des hommes ; il faudrait les enfermer, les interdire d'à peu près tout, leur faire perdre leur emploi, leur domicile, leurs enfants, les priver d'accès aux soins, et à défaut leur envoyer la facture. À côté des non-vaccinés, ivrognes, drogués et fumeurs sont des gens sains auxquels on n'a rien à reprocher. C'est à la société d'assumer les conséquences de leur mode de vie. Mais l'idée qu'on soit réticent à se laisser injecter de l'ARNm dans les veines est insupportable.

Le principe de précaution, c'était avant. Comme le secret médical. Comme le libre choix en matière de santé.

Les mots peuvent blesser, mais le discours s'est concrétisé. Certains pays franchissent les étapes à pas de géant. L'Italie s'est dotée d'une loi obligeant à être vacciné pour travailler - même en télétravail. L'Autriche caresse l'idée de confiner les non-vaccinés et seulement eux. Aux États-Unis, les pressions font rage pour que les non-vaccinés perdent leur emploi.


"On ne vous force pas ; on se contente juste de tout vous prendre, jusqu'à ce que vous consentiez."

Les limites de la propagande

Les hommes politiques sont-ils motivés par la santé publique? De nombreux indices nous affirment que non.

Ils invoquent la science, mais la plupart de leurs décisions sont arbitraires et sans lien avec la science. Ainsi, ils demandent aujourd'hui d'injecter l'ARNm des produits Moderna et Pfizer sur les jeunes enfants de 5 à 11 ans, mais l'effet de ces substances n'a jamais été testé sur cette classe d'âge. Bien plus concernés par les effets néfastes de ces produits que par le risque de contracter le Covid-19, il n'y a d'ailleurs pas d'intérêt à le faire. C'est ce qu'explique le Dr Robert Malone, inventeur de la technologie vaccinale par ARNm. Pour les moins de 30 ans, le risque de souffrir des effets d'une myocardite dépasse les bénéfices de la vaccination.

Certains sont prêts à tenter le coup avec leur propres enfants ; ils ignorent qu'il a fallu huit ans pour prouver le lien entre le vaccin contre le H1N1 et la narcolepsie. Deux ans pour comprendre que le Dengvaxia tuait un enfant sur mille. Deux ans pour admettre que la thalidomide - une énième "pilule miracle" - provoquait la mort de nourrissons et d'abominables malformations chez les nouveau-nés. Isoméride, Distilbène, Vioxx, Mediator, Depakine... L'histoire médicale est émaillée de scandales de médicaments retirés après la découverte tardive d'effets secondaires graves.

Pour les vaccins à base d'ARNm, en revanche, tout va bien! Une horde de journalistes "décrypteurs de l'info", "fact-checkers" et autres "décodeurs" nous assure, yeux dans les yeux, qu'il n'y a rien à craindre. Et au même moment, la France déconseille le Moderna aux moins de 30 ans à cause de ses effets secondaires...

Pourquoi prendre le risque inutile de vacciner des jeunes bien portants, des enfants, des femmes enceintes? Les politiciens palabrent sur le "retour à la normalité" mais la normalité, si elle existe encore, n'a aucune chance de revenir de cette façon.

Non seulement il paraît de plus en plus clair qu'une minorité irréductible de la population occidentale résistera avec la dernière énergie aux injections forcées, mais cette guerre est d'autant plus absurde que le vaccin n'est pas la solution. Parce que l'efficacité du vaccin s'étiole, et très vite.

Malgré la vaccination, des pays très vaccinés subissent une flambée du virus. Israël, le pays le plus vacciné du monde, fut le premier à ouvrir la marche. En ce mois de novembre, les courbes sont parlantes:

Nous avons les gestes barrière, les masques, les désinfectants, les applications de traçage, les tests, les vaccins, et plus d'un an d'expérience de la pandémie, et les chiffres remontent comme si de rien n'était.

Arc-boutée dans un discours absurde où la vaccination est la seule issue, la classe politique choisit la fuite en avant. Il faut se faire vacciner trois fois, et sans doute plus encore.

Or, non seulement les vagues successives montrent l'aspect saisonnier du virus, mais des chiffres en provenance d'Angleterre - où on n'essaye plus de cacher l'infection au Covid-19 des personnes vaccinées - montrent que les double-vaccinés constituent la majorité des cas d'infection. Et dans les tranches d'âge où les conséquences de la maladie deviennent graves.

Pourquoi feindre la surprise? On sait depuis le début que les produits Pfizer et Moderna ne sont pas efficaces à 100%, avant même que le "variant Delta" n'entre dans la danse. On sait, depuis un récent article publié dans The Lancet, que les vaccinés transmettent tout autant la maladie que les non-vaccinés. On sait que les vaccinés tombent malades, ont des formes graves, meurent parfois du Covid-19. Moins fréquemment que des non-vaccinés, nous répète-t-on, mais plus que ceux naturellement guéris du coronavirus.

Le terme de "pandémie des non-vaccinés" est pure propagande. La différence entre les non-vaccinés et les vaccinés est que les premiers n'ont pas le choix: ils doivent faire attention et sont surveillés - les pouvoirs publics y veillent. Pour les seconds, c'est open bar. Plus de distanciation, plus d'hygiène des mains, plus de traçage, ils vivent "comme avant". En cela, ils suivent simplement les promesses formulées par la classe politique.

Alors qu'une majorité de la population vaccinée retrouve son insouciance en se croyant sortie d'affaire, comment s'étonner que la pandémie reprenne? Il suffit de voir la courbe des décès à Singapour (source Bloomberg), dont 85% de la population totale, c'est-à-dire enfants compris, est vaccinée, pour comprendre que les vaccins ARNm n'arrêteront jamais la pandémie.

Impasse sanitaire

Qu'on ne me fasse pas dire ce que je n'ai pas dit: je ne suis pas contre le vaccin, ou ce qui en tient lieu en ce moment. Faute de mieux, les substances à base d'ARNm, à supposer que leur nocivité soit objectivement surveillée, ont un intérêt pour les personnes vulnérables, âgées, à risques. Et tous ceux qui souhaitent les prendre. Mais il faut tenir un discours sincère. La vaccination de masse n'est pas une "solution".

D'abord, elle est impossible. Outre la minorité réfractaire, elle n'a aucun sens à partir du moment où les frontières appartiennent au passé. Si par miracle la Suisse (ou n'importe quel pays) parvenait à un taux de vaccination de 100% et que nul ne soit infecté, il suffirait qu'un seul porteur de Covid-19 arrive de l'étranger pour tout flanquer par terre. Mais, comme la gestion de la crise l'a prouvé jusqu'ici, l'idéologie sans-frontiériste l'emporte sur les prétendus impératifs sanitaires.

Ensuite, elle ne résiste pas à la durée. La protection contre le virus s'étiole de façon significative après seulement quelques mois, semble-t-il, d'où un besoin répété de nouvelles injections (et la loterie des effets secondaires graves). Et ce, à vie. On traque et matraque la population entre Pass sanitaire et mesures de rétorsion, mais combien de temps ce système peut-il tenir?

Les politiciens tiennent un double discours. Ils clament simultanément que le vaccin ne fonctionne pas, d'où la nécessité d'une troisième dose ; et qu'il fonctionne si bien que tout le monde doit être vacciné.

Sur quoi votons-nous le 28 novembre?

Le référendum du 28 novembre cristallise les tensions. Si la loi est repoussée, la Suisse a une chance de redevenir un pays normal, un pays où chacun peut décider pour sa santé, mettre un masque ou non, se rendre dans les commerce comme il le souhaite. Un pays où la classe politique aura été remise à sa place.

Si le référendum est un échec et que la loi est acceptée, alors nous nous dirigeons vers une crise encore plus violente. Toute la haine et toute la frustration des partisans de la vaccination obligatoire se transformeront en agressivité physique. Rassérénés par le mandat populaire, M. Berset et sa clique de bureaucrates pourront passer à la vitesse supérieure dans la discrimination vexatoire des non-vaccinés - alors que la pandémie progresse au sein des vaccinés.

Mais s'arrêteront-ils seulement au Covid-19?

Comme je l'écrivais dans un autre billet, le chemin est tout tracé entre le Pass sanitaire et la suite, c'est-à-dire l'agenda du Great Reset. À ceux qui douteraient de son existence, je rappelle qu'il y a un lien sur ce sujet dans le site du Forum de Davos. Et si d'autres doutent de la relation entre Great Reset et Covid-19, disons qu'il leur suffit de consulter le livre de Klaus Schwab à ce sujet, astucieusement intitulé Covid-19: The Great Reset. Je rappelle que Klaus Schwab est l'organisateur du Forum de Davos, pour ceux qui l'ignorent encore.

En Italie, le Pass sanitaire est appelé Green Pass, un lien avec l'écologie qui n'a rien d'anodin. Les mesures mises en place pour entraver la pandémie resteront après elle, au nom de nouveaux objectifs, comme la lutte contre le réchauffement climatique. Les écologistes ont adoré le confinement ; mais celui-ci n'était que temporaire. Lisons ce qu'en pense Rebecca Thissen, chargée de recherches en justice climatique (sic):

"[Le confinement] est une mise à l’arrêt. C’est une récession subie et non choisie. Dès que le premier confinement s’est terminé, la vie a repris et tout a réaugmenté de plus belle. On l’a également vu en 2008-2009. C’est le propre de la crise. On cherche plutôt une transition prévue sur le long terme. Pour arriver à respecter les accords de Paris, il faut que la réduction d’émission soit voulue et déterminée à travers un plan d’action concret".


Comme disait Mme Merkel en ouvrant les frontières allemandes au tout-venant syrien, "Il ne faut jamais gâcher une bonne crise”. Le virus chinois ne fait pas exception. Tous les outils de contrôle social qu'il permet ne seront pas oubliés. On travaille déjà à les adapter aux prochaines priorités déterminées par les élites mondiales.

Honnêtement, je doute que la folle trajectoire puisse être infléchie même à travers le vote du 28 novembre. Mais ceux qui soutiennent les décisions prises au nom de la pandémie vont adorer le monde qui nous attend. Des injections régulières de produits chimiques pour être "à jour". Des autorisations de circulation et de consommation délivrées au cas par cas. Une disparition à peu près totale de la sphère privée. Le système de crédit social chinois enfin chez nous!

Les élites se pavanent à visage découvert, se déplacent en jet privé et pérorent sur les sacrifices qui nous attendent au nom du réchauffement climatique. Dans les événements mondains, elles ne portent pas de masques ; le masque est pour les êtres inférieurs, comme les serviteurs et les cuisiniers - les gens comme nous. Le masque est un marqueur de classe bienvenu pour distinguer le vulgum pecus de la crème. Que chacun soit à sa place.

Des masques obligatoires aux injections forcées en passant par le traçage numérique de toutes nos activités, notre futur s'annonce radieux.

Certains ne sont même plus capables de reconnaître le totalitarisme.
...Même s'il les forces à cacher leurs visages sous des masques.
...Même s'il les enferme chez eux.
...Même s'il crée le plus grand gâchis économique de l'histoire.
...Même s'il entraîne bien des corruptions.

...Même s'il se permet toutes les censures.
...Même s'il les force à décliner sans cesse leur identité.
...Même s'il les incite à se faire injecter des produits chimiques contre leur gré.
...Même s'il pousse à le faire aussi sur leurs propres enfants.

30 août 2021

Un parfum d'autoritarisme sanitaire

Par la voix d'Alain Berset, le Conseil Fédéral a donc communiqué mercredi dernier les changements à venir dans la gestion de la crise du Coronavirus. Nous entrons dans la "phase de consultation".

À quelle sauce seront-nous mangés?

Parmi les principales mesures envisagées, l'obligation de fournir un certificat. Son utilisation serait des plus larges, puisqu'elle concernerait pratiquement tout événement se déroulant à l'intérieur. Ainsi on compterait les restaurants, les lieux culturels et de loisirs, et les activités sportives et culturelles (musique, théâtre) en intérieur, y compris entraînements ou répétitions. Les hôtels seraient aussi concernés à partir d'une durée de séjour de plus d'une nuit.

Les rares exceptions concernent les manifestations religieuses, les funérailles et les manifestations politiques jusqu'à 30 personnes (le Centre est sauvé!) Elles démontrent au passage que même l'urgence-sanitaire-critique-et-absolue que nous traversons reste relative. Le pieux virus ne circulerait pas pendant une messe?

Seuls les jeunes de moins de 16 ans seraient dispensés de certaines de ces mesures. L'autre possibilité, bien sûr, serait d'avoir toujours sur soi un certificat ; c'est à dire, une preuve de vaccination ou un test de dépistage récent - dès le 1er octobre, aux frais de l'individu.

La fin de la gratuité des tests de dépistage nous donne un aperçu de la perversité de l'administration helvétique, référence en la matière. En effet, comme les situations l'exigent parfois, un individu éprouvant les symptôme d'un COVID potentiel pourra toujours se faire dépister gratuitement, mais ce test (s'il est négatif) ne pourra pas servir à obtenir le fameux certificat. Même chose pour un test de dépistage gratuit effectué à l'entrée d'un EMS ou d'un hôpital.

Si vous voulez un certificat qui vous permettra temporairement d'avoir une vie normale, il vous faudra le payer de votre poche, voilà. Même si vous en avez fait un gratuitement une heure plus tôt, quelle qu'en soient les raisons!

Cette discrimination au certificat est parfaitement assumée, impliquant une foule de détails pour couvrir tous les cas (sauf les réfugiés et autres, bien entendu).

En une phrase, l'État a décidé de rendre infernale la vie des non-vaccinés.

Les "responsables" en charge n'ont pas été capables d'interdire les liaisons aériennes Wuhan-Zurich au plus fort de la flambée de l'épidémie en Chine. Ils ont toujours refusé le moindre contrôle aux frontières, pas même un dépistage des passagers arrivés dans les aéroports. On pourrait multiplier les exemples absurdes. Mais pour infliger des mesures vexatoires contre leurs propres habitants de ce pays, ils restent des champions.

La Suisse rejoindra le groupe bienheureux instaurant le fameux Pass sanitaire...

Tout ceci n'est que de la musique d'avenir, bien entendu, car les propositions sont mises en consultation. Le CF consulte ses partenaires pour mesurer leur enthousiasme. Mais qu'on ne s'y trompe pas, il donne le ton. Les rares aménagements n'auront lieu qu'à la marge.

La fracture face au vaccin

Le clivage est profond dans la société entre les pro-vaccins et les anti-vaccins. Catégories qui ne recouvrent absolument pas les vaccinés et les non-vaccinés. Mais c'est déjà un abus de langage instauré par les médias ; les anti-vaccins sont moins des gens opposés au principe de la vaccination qu'à celui d'une vaccination systématique et obligatoire, ce qui n'est pas du tout la même chose. De même les pro-vaccins ne sont pas les gens vaccinés (quoi qu'ils aient pu l'être) mais ceux qui exigent une vaccination totale et obligatoire.

Il est donc plus juste de parler de pro-obligation et d'anti-obligation.

Clairement, les pro-obligation tiennent le haut du pavé. On le voit aux politiques mises en place, ouvertement discriminatoires et faisant fi du secret médical. On le voit aussi dans les médias, qui soumettent les anti-obligation au feu roulant de leurs insultes habituelles ("complotisme, extrémisme, bêtise crasse, ignorance, anti-science") qu'il tentent maladroitement de faire passer pour des arguments.

Les professionnels de la santé ont fait bien plus d'étude de médecine que les éditorialistes qui les critiquent ou les fonctionnaires qui veulent leur rendre la vie impossible. S'il y a des gens méfiants face au vaccin parmi le personnel médical, la logique voudrait qu'on écoute leurs arguments et qu'on en tienne compte.

À la place, on nous sort d'autres experts (voire des individus pas experts du tout mais qu'on présente comme tels) pour leur opposer un point de vue contradictoire. Les discussions politico-sanitaires virent fréquemment à la foire d'empoigne. Mais lorsqu'il y a querelle d'experts, c'est surtout qu'il n'y a pas de consensus. Et lorsqu'il n'y a pas de consensus, pourquoi vouloir forcer la main dans une direction plutôt qu'une autre?

L'esprit de meute propre aux pro-obligation les plus virulents s'abreuve à la même sources que tous les totalitarismes: "pour que ça marche, il faut que tout le monde joue le jeu, sinon ça ne marchera pas." La corollaire est immédiate: si ça ne marche pas, c'est à cause de ceux qui ne jouent pas le jeu, les traîtres, puis les tièdes. Il faut les éliminer de l'équation, physiquement au besoin. Sur les réseaux sociaux, ces propositions circulent. Les envoyer dans des camps, par exemple. Ou, comme l'a plaisamment suggéré le Général Michael Hayden, ancien directeur de la NSA et de la CIA américaines sous le Président George W. Bush, les envoyer en Afghanistan. Pour qu'ils y meurent. Bon débarras!

Alors, ces propos ne sont qu'une plaisanterie, on rigole, c'est marrant. Mais, sortant de la bouche d'un général, ils restent un peu inquiétants.

Je n'irai pas jusqu'à dire que tous les anti-obligation sont des gens bien dans leur tête, loin s'en faut. Il y a des olibrius partout, encore plus avec l'atmosphère de mensonge entretenue par les officiels avec leurs revirements continuels. Mais les anti-obligation que j'ai pu rencontrer avaient des revendications fort modestes: qu'on fiche la paix aux non-vaccinés, c'est tout.

À notre époque, vivre et laisser vivre est devenu une ligne de conduite dont les classes politiques massivement pro-obligation ne veulent plus. Alors, pour sortir de chez soi, aller dans un commerce, au restaurant, dans une salle de sport, le certificat de vaccination deviendra obligatoire. À défaut, les réfractaires - ou ceux qui ne peuvent pas être vaccinés pour raisons médicales - subiront la pénitence régulière consistant à devoir se curer le nez à leurs frais tous les deux jours avec une tige pour avoir un test négatif, et le droit de vivre normalement.

À titre temporaire.

Est-ce réellement lié à la crise sanitaire ou à d'autres objectifs plus sournois, comme le Grand Reset ou la décroissance écologique? La question reste ouverte.

Rendez-vous en novembre

Exiger le retour à une vie normale via la vaccination est un désir absurde. Même si les non-vaccinés disparaissaient comme par enchantement, les absolutistes du vaccin ne pourraient l'emporter. Non seulement les vaccins n'ont jamais offert une protection à 100% contre le COVID-19 souche historique, mais ils sont en plus moins efficaces contre le Variant Delta, et pour finir, leur efficacité s'étiole avec le temps. Sans oublier que sans contrôle aux frontières une vaccination à 100% ne dure que le temps qu'un nouveau porteur du virus, non vacciné, ne rentre dans le pays.

Un des pays les plus vaccinés du monde – Israël – a fait face à une recrudescence incroyable de cas, dépassant la vague pandémique qui a eu lieu alors que le vaccin n’était pas disponible, à cause du Variant Delta. Variant qui s’est répandu comme un feu de brousse dans une population vaccinée. Et les scientifiques israéliens d’affirmer désormais preuve à l’appui que l'immunité naturelle acquise contre le virus est 13 fois plus efficace que celle apportée par le vaccin. De plus, ils sont 27 fois moins sujets à des complications graves face à une nouvelle infection. Et ces chiffres se basent sur une population exposée au Variant Delta!

Alex Berenson, reprenant ces informations par tweet pour les faire connaître, se vit bannir de Twitter dès le lendemain.

Au Japon, Haruo Ozaki, le Président de l'Association de Médecine de Tokyo (Tokyo-Chiyoda) déclara mi-août que l'Ivermectine était un médicament prometteur contre le Coronavirus - toutes souches confondues. Dans la foulée, il recommanda publiquement que tous les docteurs du Japon prescrivent immédiatement l'Ivermectine pour traiter le COVID.

En avez-vous entendu parler? J'en doute.

En Europe et aux États-Unis, les gouvernements s'arc-boutent pour marteler leur message auprès du grand public: la seule porte de sortie passe par une campagne de vaccination avec des substances à base d'ARNm. Maintenant que tant de doses ont été commandées, n'est-ce-pas, il faut bien qu'elles servent à quelque chose...

Alors, les pro-obligation et les anti-obligation, combien de divisions? En Suisse, nous le saurons au fond des urnes le 28 novembre. Au moins le peuple helvétique aura l'occasion de dire à sa classe politique ce qu'il pense de tout cela, un luxe rare par les temps qui courent.

29 mai 2021

5 x Non le 13 juin: la loi COVID-19

De tous les objets soumis au vote le 13 juin, la Loi COVID-19 sera sans doute celle qui réunira le plus grand nombre de voix en sa faveur. Non seulement les sondages - s'ils sont authentiques - affirment que la population a plébiscité l'action du Conseil Fédéral pendant les événements sanitaires de 2020, mais en plus le texte est soutenu par l'ensemble de la classe politique.

Ce n'est en rien une raison pour l'approuver. En effet, la Loi COVID-19 représente une énorme avancée du pouvoir administratif et politique sur la population, à titre permanent.

Lorsque l'épidémie de Coronavirus a essaimé de Wuhan dans le monde entier, nous affrontions une maladie dont nous ne savions rien. Tous les pays avançaient à l'aveuglette, guidés seulement par les cris de panique orchestrés depuis la Chine pour ruiner ses ennemis en surchargeant leur service de santé. La partition a été parfaitement jouée ; l'Occident a détruit son économie en se préparant à l'Apocalypse, à coup de confinements et d'interdictions professionnelles, aidé par les complicités locales. Mais, comme à chaque fois, l'Apocalypse n'est pas venue.

Le Conseil Fédéral et la classe politique se sont arrogés des pouvoirs de catastrophe même en l'absence de catastrophe, et veulent les pérenniser. Les variants, l'existence de régions du monde où la vaccination est en retard, et l'ouverture des frontières permettant un afflux de voyageurs au statut sanitaire douteux (et qu'il n'est bien entendu pas question de tester à l'arrivée) seront des excuses merveilleuses pour ne jamais sortir de la crise.

Nous en avons la preuve à travers le portrait fait par l'OFSP, et résumé dans Le Matin, des dix mille morts du Covid-19 en Suisse. Le seuil a été franchi en avril de cette année, ce qui est tout de même modeste pour un fléau biblique. Le canton le plus touché en proportion a été le Tessin avec 249 morts pour 100'000 habitants (la mortalité naturelle est de plus de 1'000 morts par 100'000 habitants). L'âge médian des victimes est de 84 ans, supérieur à l'espérance de vie. 97% des victimes du Covid-19 souffraient d'une comorbidité, c'est-à-dire d'une maladie grave. Les plus fréquentes étaient une maladie cardio-vasculaire (62%), l’hypertension (61%) et les maladies rénales chroniques (28%).

Il ne s'agit pas de minimiser les drames personnels vécus par beaucoup de familles, les hospitalisations et la gravité de symptômes parfois très pénibles. Lorsqu'il se déclenche de façon sévère, le Covid-19 n'a rien d'anodin. Cependant, à l'échelle d'une population, nous sommes très loin des 3 à 5% de de mortalité de la grippe espagnole.

Cela n'a pas empêché le Conseil Fédéral d'emprunter la voie d'urgence, même lorsque l'Apocalypse sanitaire s'est fait attendre. Nous avons eu droit aux pieux mensonges sur l'inefficacité des masques jusqu'à ce qu'ils deviennent soudain obligatoires ; le CF a détruit délibérément des pans entiers de l'économie comme l'hôtellerie, la restauration ou la culture ; des subventions ont été accordé à des entreprises sur une base sélective, comme la presse. Mais à côté, certaines dispositions basiques pour endiguer la pandémie, comme la simple prise de température des passagers arrivant d'un avion, n'ont jamais voulu être considérées.

Il ne s'agit pas de dire que le Conseil Fédéral a eu tout faux, même s'il n'est de loin pas exempt de critiques. Mais bon nombre de ses décisions prises en urgence n'avaient aucun rapport avec la santé, ou même une situation d'urgence. L'Administration traîne des pieds pour le retour à la normale. Aujourd'hui, même si des millions d'habitants du pays sont désormais vaccinés ou guéris de la maladie, les règles absurdes de "distanciation sociale" ou de port du masque sont toujours en vigueur.

Le 13 juin, il ne s'agit pas de juger si ce qui a été fait jusqu'ici était bon, ou même accompli au nom d'objectifs sincères. Même si le Non l'emporte, les aides financières engagées jusqu'ici seront maintenues jusqu’au 25 septembre 2021, et plus loin encore si les parlementaires le décident. La voie politique normale existe toujours.

Le 13 juin, il s'agit de décider si le Conseil Fédéral a le droit, "au nom de l'urgence", de permettre de discriminer l'accès aux lieux publics selon la vaccination. D'autoriser le traçage informatisé des contacts et des déplacements de chacun. De suspendre les droits populaires, comme ils l'ont été en 2020 et malgré le vote par correspondance, au nom de la situation sanitaire. De déclarer qui peut se déplacer où et comment, et accepter ou refuser de tels déplacements. De limiter le nombre d'individus qui peuvent se réunir entre eux, même dans un lieu privé. De décréter arbitrairement quelles entreprises, comme des stations de ski, des cinémas, des compagnies aériennes, des hôtels ou des restaurants, peuvent travailler et accueillir des clients et sous quelles conditions - toujours au nom d'une prétendue "science".

Pour cette raison, il me paraît important de ne pas normaliser la situation que nous vivons. Nous avons dépassé depuis longtemps le stade de la santé publique pour passer subrepticement à autre chose. Et c'est pour cela que je vous invite à voter Non sur ce sujet le 13 juin.

25 février 2011

C'est pour votre bien

Le parlement du Canton de Vaud l'a refusé, le Conseil Communal de la ville de Lausanne l'a fait: les enfants déjeunant dans les réfectoires scolaires appartenant à la commune seront privés de viande et de poisson un jour par semaine. La Municipalité doit encore se pencher sur la question mais compte tenu de son orientation politique, ce sera une formalité.

Défaussons d'un revers de la main toutes les arguments à côté de la plaque en faveur ou en défaveur d'une telle décision, des questions nutritionnelles à l'aspect financier en passant par l'effet sur les importations de viande, parce qu'ils n'ont aucune importance.

Passons outre les absurdités liées à la nouvelle situation, du gamin constamment privé de viande parce qu'il ne vient à la cantine qu'une fois par semaine, le jour maudit; passons les parents et enfants guettant le planning pour savoir quand aller au McDonald's, si par hasard les autorités tentent de surprendre le chaland en déplaçant le jour de l'idéologie d'une semaine à l'autre.

Cherchons plutôt le symbole, puisque c'était paraît-il la démarche.

Eh bien, je peux le dire, le symbole est spectaculaire: nous avons découvert, à cette occasion, de petits apprentis du totalitarisme qui ne reculeront devant rien pour enfoncer - littéralement - leur conception du bonheur dans la gorge d'autrui. Que ne ferait-on pas pour modeler "la société de demain"! Et ils en sont fiers. 48 oui contre 22 non et 10 abstentions, le tout mené par les Verts et A Gauche toute!, dont la convergence politique ne surprendra que modérément.

tofu.jpgOh, bien sûr, point n'est besoin de rappeler les heures sombres de l'histoire, c'est de totalitarisme mou dont il s'agit. Personne n'est mort, il n'y a pas encore de rééducation par le travail en laogaï citoyen éco-responsable.

Mais qu'on se penche deux secondes sur la démarche intellectuelle de gens qui vont jusqu'à légiférer sur ce que doivent manger les autres, au nom de motifs idéologiques avoués. Pas leurs enfants, bien entendu; les enfants des autres. Les enfants dont la collectivité a la charge à travers un service de cantine.

Ils ne choisissent plus d'éduquer les enfants avec de jolies images et des slogans creux pour les inciter à se priver. Ils ne vont pas leur proposer une tofu-party à laquelle les bambins pourront participer ou non, essayant de faire passer leur alter-nourriture sous un jour vaguement sympathique. Ca c'était l'activisme d'hier, celui qui essayait encore d'avoir un visage séduisant.

Lassés sans doute d'une utopie à petits pas qui a montré ses limites, ces gens passent à la vitesse supérieure. Quand le projet ne convainc pas on ne va pas renoncer, on va se montrer un tout petit peu plus pressant. Le gentil militant qui essayait de vous vendre son vivrensemble va se montrer un poil plus agressif; il aura toujours son air avenant, mais il vous tient le poignet et commence à vous tordre le bras.

Le sourire se transforme peu à peu en rictus.

Le message cool et sympa ne suscite pas l'adhésion? Vous aimez trop la viande et le poisson les enfants? Alors, on va vous l'interdire. On ne va pas proposer d'autres plats, on va supprimer toute alternative.

Les enfants n'ont pas le choix. Il faut les priver du choix.

Simple, net, facile. Pas besoin de discuter. Pas de pression.

C'est pour leur bien, celui de leur parents, de la Suisse, de l'Humanité et du Monde.

Je le répète une dernière fois: oui, ce n'est rien d'autre que du totalitarisme mou. Mais les gens à l'origine de ce projet prétendent rechercher les symboles, il faut aller au bout de la démarche. S'ils avaient le pouvoir politique de modeler la société d'une façon coercitive pour que les individus soient obligés de vivre selon leur idée du bonheur, ils ne se priveraient pas une seconde.

"Vivre et laisser vivre" est un concept qui leur est totalement étranger.

L'adolescent qui sortira un sandwich au saucisson de son sac le jour fatidique sera-t-il poursuivi pour crime éco-citoyen? La question reste ouverte.