14 février 2020

La démocratie parisienne en danger?

Sur une note plus légère, en France voisine, le microcosme parisien bruisse. Un événement singulier vient de se produire: Benjamin Griveaux, le candidat de La République En Marche pour la Mairie de Paris dans les élections municipales qui se tiennent dans un mois, annonce qu'il jette l'éponge.

griveaux.jpg
Benjamin Griveaux et son épouse, à l'époque des apparences heureuses

La cause? La diffusion jeudi sur les réseaux sociaux d'une vidéo sexuellement explicite qu'il a envoyé à une jeune femme. Devant les dégâts d'image irrécupérable pour celui qui se présentait comme un bon père de famille, le politicien de 42 ans, marié et père de deux enfants, a annoncé le lendemain son retrait de la campagne.

"Je ne suis pas prêt à nous exposer davantage, ma famille et moi, quand tous les coups sont désormais permis, cela va trop loin. C'est pourquoi j'ai décidé de retirer ma candidature à l'élection municipale parisienne", a annoncé le désormais ex-candidat LREM, expliquant que cette décision lui "coûte" mais souhaitant donner la priorité à sa famille.


Annoncer donner "priorité à sa famille" après avoir été pris la main dans le sac de sexting auprès d'une maîtresse, il faut avoir été porte-parole du gouvernement Macron pour oser. Ça tombe bien, Benjamin Griveaux a été porte-parole du gouvernement Macron ; il ose donc.

"La démocratie en danger"

La classe politique s'inquiète d'une "menace pour la démocratie", s'émeut Le Figaro.

Personne ne pose la question de la pertinence de cette thèse, et surtout pas un journaliste.

En quoi le naufrage de la candidature de Benjamin Griveaux menace-t-elle la démocratie? Ce sont ses mensonges qui l'ont menacée en premier lieu. Personne ne l'a obligé à tromper sa femme ni à tourner une vidéo honteuse. Et à tout prendre, mieux vaut que la vidéo sorte maintenant qu'après les élections. Imagine-t-on les chantages qu'aurait pu exercer un individu disposant de cette vidéo, si M. Griveaux avait été élu Maire de Paris?

Politiquement, Benjamin Griveaux n'est pas grand-chose - le candidat en difficulté d'un mouvement politique qui a perdu beaucoup de son influence depuis trois ans. Les mêmes voix qui dénoncent les "menaces pour la démocratie" ne s'émeuvent guère qu'à Béziers, le maire sortant Robert Ménard soit pris à partie et empêché de s'exprimer dans un meeting.

Personne ne proteste quand on s'en prend à Éric Zemmour. Personne ne s'indigne du traitement médiatique reçu quand François Fillon est descendu en flammes pour avoir reçu quelques costumes et des chemises d'un ami tailleur. Personne ne s'est interrogé sur la vie privée lors de l'épisode du SMS de Sarkozy. Personne n'évoque une "menace pour la démocratie" quand un mouvement représentant à peine 20% des électeurs parvient à disposer des principaux leviers du pouvoir en France.

Il ne s'agit pas de décréter que tout un chacun est irréprochable, mais d'observer un deux-poids-deux-mesures hallucinant sur ce qui constitue, ou pas, une "menace sur la démocratie".

Issu des rangs du Parti Socialiste, Benjamin Griveaux a été un proche collaborateur de Dominique Strauss-Kahn de 2003 à 2007 ; qui se ressemble s'assemble, est-on en droit de penser. On a aussi le droit de penser que le traitement médiatique réservé à ce scandale aurait eu une toute autre teneur si la victime venait d'un autre parti politique. Les médias et la classe politique française auraient-ils eu la même pudeur si la vidéo avait montré à la place de Griveaux un candidat des Républicains ou du Rassemblement National?

Un coup du Joker...

Ce qui pourrait n'être qu'une banale histoire d'image échappant à son créateur nous livre en fin de compte de précieux indices sur l'état de la France en 2020.

Vielle de deux ans (et donc tournée alors qu'il était porte-parole du gouvernement Macron), la vidéo montre le politicien en train de se masturber. Elle a depuis été montée avec différentes séquences de sa campagne où on le voit donner des interviews et des discours sur son respect des valeurs familiales. Des textos "classés X" entre lui et la femme ont été révélés en même temps.

La vidéo originale a été fournie par "l'artiste" russe Piotr Pavlenski, qui dit l'avoir obtenue d'une personne ayant eu une "relation consentie" avec Griveaux. L'individu s'est fait connaître dans son pays d'origine avec des performances spectaculaires contre le pouvoir de Poutine. En 2012, il se fait coudre les lèvres en soutien aux Pussy Riot, un groupe punk russe arrêté pour avoir chanté un couplet anti-Poutine dans une cathédrale de Moscou. En 2013, en protestation contre le vote de lois qu'il estime liberticides, il se pose sur la Place Rouge, nu et enroulé dans du fil de fer barbelé.

Persona non grata dans son pays de naissance, il fuit en France en 2017 et y obtient l'asile politique. Mais il trouve rapidement des griefs contre son pays d'accueil. Lors d'une "performance" dont il a le secret et intitulée "Éclairage", il met le feu à l'entrée d'une succursale de la Banque de France. Il dénonce "le pouvoir de la finance". Il sera condamné à un an de prison.

Piotr_incendie.jpg
Piotr Pavlenski pose devant l'entrée de la Banque de France qu'il vient d'incendier

Cela ne suffit bien sûr pas à résilier sa condition de réfugié politique - nous sommes en France. Mais cela ne suffit pas non plus à calmer une colère qui monte contre le Macronisme, qu'il considère désormais comme tout aussi répressif que celui de Poutine. Soutenant les gilets jaunes, Piotr Pavlenski est fier de son acte subversif. Il considère que la publication de la vidéo de Benjamin Griveaux est indispensable pour "mettre les politiciens en face de leurs mensonges".

Et si la classe politique française tremble et s'indigne de ce qui vient d'arriver à Griveaux, c'est parce qu'elle ressent enfin la peur. Les réseaux sociaux sont hors de contrôle. Plus aucun homme politique, même de gauche, ne peut se sentir totalement à l'abri d'une révélation publique de ses propres turpitudes.

L'artiste annonce que de nouvelles vidéos vont sortir, mettant en scène d'autres hommes politiques.

Mise à jour (17 février): J'ai été interviewé sur le sujet par le nouveau site Observateur Continental.

Par ailleurs, L'artiste Piotr Pavlenski et sa compagne Alexandra de Taddeo sont en garde à vue depuis ce week-end, accusés "d'atteinte à l’intimité de la vie privée" et de "diffusion sans l’accord de la personne d’images à caractère sexuel". Quelque chose me dit qu'ils prendront un maximum: en France, il n'y a pas de crime plus grave que celui de lèse-majesté.