29 mai 2021

5 x Non le 13 juin: la loi COVID-19

De tous les objets soumis au vote le 13 juin, la Loi COVID-19 sera sans doute celle qui réunira le plus grand nombre de voix en sa faveur. Non seulement les sondages - s'ils sont authentiques - affirment que la population a plébiscité l'action du Conseil Fédéral pendant les événements sanitaires de 2020, mais en plus le texte est soutenu par l'ensemble de la classe politique.

Ce n'est en rien une raison pour l'approuver. En effet, la Loi COVID-19 représente une énorme avancée du pouvoir administratif et politique sur la population, à titre permanent.

Lorsque l'épidémie de Coronavirus a essaimé de Wuhan dans le monde entier, nous affrontions une maladie dont nous ne savions rien. Tous les pays avançaient à l'aveuglette, guidés seulement par les cris de panique orchestrés depuis la Chine pour ruiner ses ennemis en surchargeant leur service de santé. La partition a été parfaitement jouée ; l'Occident a détruit son économie en se préparant à l'Apocalypse, à coup de confinements et d'interdictions professionnelles, aidé par les complicités locales. Mais, comme à chaque fois, l'Apocalypse n'est pas venue.

Le Conseil Fédéral et la classe politique se sont arrogés des pouvoirs de catastrophe même en l'absence de catastrophe, et veulent les pérenniser. Les variants, l'existence de régions du monde où la vaccination est en retard, et l'ouverture des frontières permettant un afflux de voyageurs au statut sanitaire douteux (et qu'il n'est bien entendu pas question de tester à l'arrivée) seront des excuses merveilleuses pour ne jamais sortir de la crise.

Nous en avons la preuve à travers le portrait fait par l'OFSP, et résumé dans Le Matin, des dix mille morts du Covid-19 en Suisse. Le seuil a été franchi en avril de cette année, ce qui est tout de même modeste pour un fléau biblique. Le canton le plus touché en proportion a été le Tessin avec 249 morts pour 100'000 habitants (la mortalité naturelle est de plus de 1'000 morts par 100'000 habitants). L'âge médian des victimes est de 84 ans, supérieur à l'espérance de vie. 97% des victimes du Covid-19 souffraient d'une comorbidité, c'est-à-dire d'une maladie grave. Les plus fréquentes étaient une maladie cardio-vasculaire (62%), l’hypertension (61%) et les maladies rénales chroniques (28%).

Il ne s'agit pas de minimiser les drames personnels vécus par beaucoup de familles, les hospitalisations et la gravité de symptômes parfois très pénibles. Lorsqu'il se déclenche de façon sévère, le Covid-19 n'a rien d'anodin. Cependant, à l'échelle d'une population, nous sommes très loin des 3 à 5% de de mortalité de la grippe espagnole.

Cela n'a pas empêché le Conseil Fédéral d'emprunter la voie d'urgence, même lorsque l'Apocalypse sanitaire s'est fait attendre. Nous avons eu droit aux pieux mensonges sur l'inefficacité des masques jusqu'à ce qu'ils deviennent soudain obligatoires ; le CF a détruit délibérément des pans entiers de l'économie comme l'hôtellerie, la restauration ou la culture ; des subventions ont été accordé à des entreprises sur une base sélective, comme la presse. Mais à côté, certaines dispositions basiques pour endiguer la pandémie, comme la simple prise de température des passagers arrivant d'un avion, n'ont jamais voulu être considérées.

Il ne s'agit pas de dire que le Conseil Fédéral a eu tout faux, même s'il n'est de loin pas exempt de critiques. Mais bon nombre de ses décisions prises en urgence n'avaient aucun rapport avec la santé, ou même une situation d'urgence. L'Administration traîne des pieds pour le retour à la normale. Aujourd'hui, même si des millions d'habitants du pays sont désormais vaccinés ou guéris de la maladie, les règles absurdes de "distanciation sociale" ou de port du masque sont toujours en vigueur.

Le 13 juin, il ne s'agit pas de juger si ce qui a été fait jusqu'ici était bon, ou même accompli au nom d'objectifs sincères. Même si le Non l'emporte, les aides financières engagées jusqu'ici seront maintenues jusqu’au 25 septembre 2021, et plus loin encore si les parlementaires le décident. La voie politique normale existe toujours.

Le 13 juin, il s'agit de décider si le Conseil Fédéral a le droit, "au nom de l'urgence", de permettre de discriminer l'accès aux lieux publics selon la vaccination. D'autoriser le traçage informatisé des contacts et des déplacements de chacun. De suspendre les droits populaires, comme ils l'ont été en 2020 et malgré le vote par correspondance, au nom de la situation sanitaire. De déclarer qui peut se déplacer où et comment, et accepter ou refuser de tels déplacements. De limiter le nombre d'individus qui peuvent se réunir entre eux, même dans un lieu privé. De décréter arbitrairement quelles entreprises, comme des stations de ski, des cinémas, des compagnies aériennes, des hôtels ou des restaurants, peuvent travailler et accueillir des clients et sous quelles conditions - toujours au nom d'une prétendue "science".

Pour cette raison, il me paraît important de ne pas normaliser la situation que nous vivons. Nous avons dépassé depuis longtemps le stade de la santé publique pour passer subrepticement à autre chose. Et c'est pour cela que je vous invite à voter Non sur ce sujet le 13 juin.

Commentaires

Bravo, malheureusement vous êtes bien seul, même au sein de l'UDC à afficher un tel avis. Au moins, en votant non, on pourra se dire que si le mal n'a pas été arrêté, il n'est malgré tout pas passé par nous.

Écrit par : UnOurs | 29 mai 2021

En mettant 5x non dans l’enveloppe je me suis demandé laquelle des 5 était la pire. Et je crois que la loi Covid est en effet probablement la plus néfaste pour notre futur.
La loi terroriste sera acceptée alors qu’il n’y a pas si longtemps l’histoire des fiches avait fait grand bruit.
Croire en un état suisse protecteur et bienveillant relève de l’ignorance ou de la folie.

Écrit par : Rastapopoulos | 30 mai 2021

Merci et un Grand BRAVO, Monsieur Montabet:

Pour ce qui est du climat, je conseille à tous de lire et de partager ces deux billets d'Homme Libre:

https://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2021/05/28/un-ancien-conseiller-climat-d-obama-le-giec-se-trompe-et-men-315524.html

et suite et fin:

https://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2021/05/29/un-ancien-conseiller-climat-d-obama-le-giec-se-trompe-et-men-315537.html

et pourle COVID, voici les dernières nouvelles que vous ne trouverez pas sur la RTS:

https://www.foxnews.com/world/explosive-study-claims-to-prove-chinese-scientists-created-covid

Écrit par : Cernunnos | 30 mai 2021

Ricardo est aujourd'hui à Genève où il y a en ce moment une grande manifestation contre a loi COVID.

https://www.laminutedericardo.com/LMDR/the-wall-hymne-a-la-resistance/

Écrit par : Cernunnos | 30 mai 2021

En fait l'inefficacité des masques était un mensonge pour couvrir leur manque et est devenu une vérité dérangeante que personne ne veut rappeler aujourd'hui.
En effet les études tendent à montrer que le covid est très peu manu-porté et essentiellement transmis par aérosols, lesquels ne sont nullement stoppés ni à la sortie ni à l'entrée par aucun masque, qu'il soit FFP 1 ou 2.
Pas pour rien que le personnel soignant malgré des vrais mesures correctes s'infectait très rapidement.

Sinon depuis 10 jours aucun média en Suisse ne parle des mails de Fauci...

Écrit par : Greg | 09 juin 2021

Les commentaires sont fermés.