05 octobre 2015

La dernière élection

Discutant avec un candidat UDC au Conseil National, je lui fit part d'une évaluation du contexte de ces élections qui le laissa quelque peu interdit. Voilà une version remaniée de cette conversation:

- Je suis un peu lassé de ces campagnes... Pour le pire ou le meilleur, les élections d'octobre 2015 seront les dernières.

- Ah bon? On change de régime? Personne ne m'a mis au courant!

- Oui, tu peux rigoler. Disons, il y aura encore bien d'autres votes, mais ils ne compteront plus. Ne nous voilons pas la face, c'est maintenant, cet octobre, que l'avenir du pays se joue.

- Pourquoi?

- L'UE dérive dans l'autoritarisme, la crise financière s'étend, les monnaies-papier s'affrontent, les droits du peuple suisse sont niés, les hordes de migrants envahissent l'Europe... Tu vois le tableau?

- On a connu mieux, je te l'accorde. Mais je ne vois toujours pas pourquoi l'horloge s'arrêterait le 18 octobre.

- Aiguillage plutôt qu'horloge. Au train où vont les choses, je pense que c'est notre dernière chance d'échapper à la catastrophe. Et c'est loin d'être gagné. Les gens qu'on va envoyer à Berne vont gouverner la Suisse pendant quatre ans. A la vitesse où tout se désagrège, c'est absolument colossal. Regarde ce qui s'est passé rien que depuis le début de l'année, entre la faillite grecque et la crise des migrants! Alors ensuite, essaye d'imaginer ce que sera le monde en 2019!

- Difficile de ne pas être pessimiste...

- Comme tu dis. Et donc à moins que les gens ne se réveillent très vite, on va continuer sur la lancée du Parlement actuel. Un petit pourcent en plus par ici, deux petits pourcents en moins par là, c'est grotesque. Rien ne va changer. La bande d'idéologues gauchistes, de comploteurs de couloir, de petits roquets ambitieux et autres professionnels du serrage de mains qu'on enverra à la capitale seront les gens sur lesquels il faudra compter pour éviter le chaos.

- C'est pas gagné en effet.

- Pour le moins. Les sondages sont affligeants d'immobilisme. En reconduisant peu ou prou le même parlement aux affaires, on ne va rien éviter du tout. Tu vois un Christophe Darbellay faire preuve de courage politique? Une Isabelle Moret oser tenir tête à l'UE? Une Ada Marra défendre les intérêts du peuple suisse? On plongera dans les ennuis la tête la première.

Coup d’œil dans le rétroviseur

élections du 18 octobre 2015,udcCela fait une quinzaine d'années que je m'intéresse à la politique helvétique. Après l'enthousiasme de la découverte vint le temps des désillusions. J'ai assisté à la dérive soigneusement orchestrée de la Suisse vers l'Union Européenne, sa soumission légale à des juges étrangers amenée par les directives de l'ONU ou les verdicts de la CEDH, des tribunaux hors-sol cassant par leurs verdicts les décisions du Tribunal Fédéral et jusqu'à des dispositions constitutionnelles sans que personne ne bronche.

J'ai vu les frontières disparaître et la criminalité exploser avant que les gens ne se claquemurent et que les politiciens ne commencent, comme partout ailleurs, à manipuler les statistiques et transmettre leurs directives pour répandre le message que tout allait bien.

J'ai vu disparaître le secret bancaire et son corollaire, la relation de courtoisie qui existait entre l'administration fiscale et le citoyen-contribuable. J'ai vu la démocratie directe foulée au pied par des politiciens élus par ce même peuple. J'ai vu les centres-villes transformés en zones du Tiers-monde, l'aide sociale érigée en mode de vie sans honte ni limite, la justice vidée de toute notion de punition et bien d'autres choses encore.

Et surtout j'ai vu, effaré, la plupart des Suisses se moquer complètement de la façon dont la classe politique gérait le pays et ce bien que leur situation personnelle empire régulièrement.

Oh, il y a bien quelques petites irritations de temps à autres, comme lors de l'annonce rituelle de la hausse des primes d'assurance-maladie liées à la LAMal socialiste, ou lors d'un scrutin emporté de justesse à l'occasion de quelque votation. Mais ces échauffements sont de courte durée. Rapidement circonscrits par des médias compétents dans l'abrutissement de l'opinion, les discussions s'enlisent assez vite dans un débat stérile le temps que le flot de l'actualité n'amène un nouveau sujet sur la table.

La dernière piqûre de rappel, la crise des migrants

Toujours grand visionnaire, le PS pensait que la campagne des fédérales 2015 porterait sur le système des retraites. Nous aurons bien d'autres chats à fouetter avant - le thème de l'immigration s'impose, de toute évidence. Mais pas pour les élus sortants à Berne.

élections du 18 octobre 2015,udcLes Suisses au fait de l'actualité ne peuvent être qu'effarés par les gages de soumission que le gouvernement donne quotidiennement à l'Union Européenne, dont sa volonté d'imposer des quotas d'immigrés illégaux même à la Suisse. Le vote du 9 février est ouvertement évacué dans les poubelles de l'histoire.

Il serait réducteur de cristalliser cette trahison sur les seules épaules de la présidente de la Confédération, Mme Sommaruga. Hormis l'UDC toute la classe politique est complice, et cela n'a rien d'une exagération. Histoire de dissiper toute illusion à ce sujet, reprenons un commentaire des Observateurs portant sur la session parlementaire extraordinaire convoquée par l'UDC sur l'asile. L’UDC voulait durcir la loi sur l’asile et concrètement, le PLR et le PDC ont voté comme suit main dans la main avec la gauche (ci-dessous un copié-collé des propositions de l’UDC rejetées):

– Non à la proposition d’obliger les requérants d’asile de déposer leurs documents de voyage, leurs papiers d’identité et leurs empreintes digitales.

– Non au droit de participation des communes et des cantons à la planification et à l’autorisation de nouveaux centres d’accueil pour requérants.

– Non à la proposition de gérer les centres d’accueil comme des installations fermées avec un contrôle des sorties.

– Non à la proposition d’installer les requérants d’asile récalcitrants dans des centres fermés.

– Non à la proposition de mettre fin au droit d’asile lorsque la personne concernée n’a plus besoin de protection.

– Non à la proposition d’enlever le statut de réfugié à une personne qui fait des vacances dans son pays d’origine (alors que le PDC l’avait explicitement demandé cet été).

– Non à la proposition de limiter dans le temps l’aide d’urgence aux personnes en séjour illégal pour les pousser à quitter le pays.

– Non à la proposition de couper l’aide d’urgence aux personnes qui ne répondent pas à leurs obligations de participer à la procédure.

– Non à la proposition de décharger plus longuement les cantons et les communes de l’aide sociale accordée aux personnes de l’asile.

– Oui à des avocats gratuits sans condition pour tous les requérants d’asile aux frais des contribuables (alors que le PLR avait refusé cela lors de la procédure de consultation).

– Oui à l’expropriation de particuliers pour permettre l’exploitation de nouveaux centres d’asile, ce qui équivaut à une atteinte massive aux droits fondamentaux.

 
Ceux qui pensent qu'il suffirait de voter "à droite" pour endiguer la vague de l'asile se bercent d'illusions. La gauche plurielle travaille ouvertement au remplacement du peuple suisse. Le PDC a une attitude totalement hypocrite sur le sujet, plaidant le vrai mais votant le faux ; quant au PLR, sa soumission atavique à l'Union Européenne imprègne l'entier de son positionnement politique.

Ma démocratie est plus directe que la tienne

L'UDC est le seul parti à défendre une position claire, ferme et cohérente vis-à-vis des abus dans l'asile et des relations avec l'Union Européenne. Mais ce n'est pas qu'une question de positionnement politique. A l'heure actuelle, l'UDC est tout simplement le seul parti qui permette la survie du système helvétique de démocratie directe.

Les compromissions des autres partis contre les décisions populaires sont si grandes que pas un, je crois, n'osera se poser en défenseur de la démocratie directe. Mais l'UDC n'est pas faite de ce bois-là et nous en avons une preuve récente à travers la loi d'application de l'initiative Weber contre les résidences secondaires. Il aurait été commode pour le Conseil Fédéral et les chambres du Parlement d'enterrer l'initiative en la transposant dans une loi réduite à l'état de coquille vide - les manœuvres avaient d'ailleurs commencé en ce sens. Mais, bien qu'ayant lutté contre le texte, l'UDC et le PLR décidèrent finalement de respecter la volonté populaire. Adrian Amstutz le rappela clairement:

"Le peuple s’est exprimé et notre parti est celui qui le prend le plus au sérieux. C’est lui notre patron et pas le Conseil fédéral!"


Le joli fait d'armes du PLR resta malheureusement orphelin ; le parti a depuis changé son fusil d'épaule sur les décisions populaires gênantes en demandant par exemple un nouveau vote sur l'initiative du 9 février. La démocratie directe oui, mais pas quand elle dérange...

A quoi sert le droit d'initiative s'il n'est suivi d'aucune décision dans les faits? Cette question en soulève une seconde, encore plus cruciale, car mettant le citoyen face à ses responsabilités: quel sens y a-t-il à approuver des initiatives puis à élire des représentants qui refusent de les appliquer?

L'électorat UDC a pour lui le mérite de la cohérence. Mais je ne parviens pas à comprendre les citoyens qui votent pour l'initiative contre l'immigration de masse ou le renvoi des criminels étrangers et soutiennent par ailleurs des formations politiques qui nient la mise en application de ces décisions. Autant presser sur l'accélérateur et débrayer en même temps.

Bien des citoyens helvétiques devraient se poser des questions sur le sens de leur action politique. Ils avaient certes l'excuse de soumettre des initiatives à un Parlement élu en 2011 et dont nous n'avions alors pas mesuré la teneur profondément anti-démocratique. Mais cet octobre, comment justifier la reconduction au pouvoir de tels politiciens ?

Le problème présente une symétrie au niveau de la classe politique elle-même. Les élus fédéraux font, on l'a vu, bien peu de cas des décisions du souverain. Et si la plupart d'entre eux sont remis en selle à Berne malgré leur mépris affiché de la démocratie directe, comment espérer qu'ils prennent jamais en compte les résultats des initiatives?

Le respect des décisions du peuple souverain doit être la vertu cardinale à l'aune de laquelle se mesurent les candidats, avant toute autre considération. Tant que ce ne sera pas le cas, les initiatives approuvées resteront lettre morte et les politiciens continueront de ne pas prendre le peuple au sérieux.

Les gens votent selon d'autres critères, ou par habitude. Voilà comment la démocratie directe agonise sous nos yeux: l'immobilisme électoral l'étrangle petit à petit.

Le 18 octobre en point de mire

Le peuple suisse n'a l'occasion de faire le ménage qu'une fois tous les quatre ans. Mais la plupart du temps, les gens ne s'intéressent pas à la politique. Pas même lors des votations. Le taux de participation est régulièrement catastrophique.

Lorsqu'ils ne se retranchent pas derrière l'excuse risible du manque de temps, les abstentionnistes se contentent habituellement de deux prétextes: "aucun candidat ne me plaît" et "voter ne sert à rien".

S'il pourrait être vrai dans d'autres pays, le premier argument "aucun candidat ne me plaît" est totalement erroné en Suisse. L'offre est pléthorique. De nombreux partis d'extraction récente - PBD, Verts Libéraux, Parti Pirate, MCG - prouvent que le système des partis est vivant, en particulier lorsque les élections se déroulent selon le système proportionnel. N'importe quel citoyen peut fonder sa propre formation politique ou intégrer un parti existant, et à chaque élection les jeux sont particulièrement ouverts avec de nombreux nouveaux candidats issus de la société civile. Encore faut-il prendre le temps de les découvrir.

Le second, "voter ne sert à rien", est non seulement faux mais encore plus grave: il correspond à l'abdication du citoyen alors même qu'il est au centre du système politique helvétique. Cet abandon est une erreur consternante. Nous sommes tous dans le même bateau. Même les plus désabusés et cyniques des Suisses se prendront de plein fouet, ou leurs familles, ou leurs descendants, les conséquences des choix qu'ils laissent d'autres prendre à leur place.

Si l'argument était déjà fallacieux lors des législatures précédentes, il n'est plus du tout défendable en 2015. Les défis que la Suisse devra relever dans les quatre ans qui viennent sont absolument colossaux et façonneront le destin du pays pour bien davantage que la durée d'une législature. Le futur des relations entre la Suisse et l'UE, la politique migratoire, l'indépendance politique et juridique du pays ne sont que quelques-uns des thèmes qui seront tranchés par le prochain Parlement - chacun d'eux susceptible de mettre un terme au système politique que connaît le pays depuis 1848.

Plus que jamais, le slogan de l'UDC, Rester Libre!, prend tout son sens.

Et peut-être pour la dernière fois.

élections du 18 octobre 2015,udc

02 octobre 2015

Les délires de l'Ofrou

Face au logiciel antipollution truqué de Volkswagen l'Office Fédéral des Routes (Ofrou) ne sait comment réagir. Un reportage de la RTS du 29 septembre résume fort bien ces atermoiements:

Le particulier propriétaire d'une voiture au moteur trafiqué par Volkswagen peut-il continuer à rouler avec en Suisse? Peut-il la revendre sur le marché de l'occasion? Le flottement s'installe ; les communiqués contradictoires se succèdent.

  • Vendredi 25 septembre, 19h00: "L'Office Fédéral des Routes prépare des mesures pour retirer l'autorisation [de circulation] des véhicules concernés, à titre de précaution (...) Cette mesure ne concerne pas les véhicules déjà en circulation."
  • Samedi 26 septembre, 14h41: "L'Office Fédéral des Routes supprime provisoirement l'autorisation [de circulation] des véhicules des marques Audi, Seat, Skoda, et Volkswagen des années 2009 à 2014, version Euro 5. (...) Les véhicules neufs comme d'occasion sont concernés."
  • Lundi 28 septembre, 19h38: "Les véhicules suisses d'occasion et tous les véhicules déjà immatriculés en Suisse (...) peuvent continuer de circuler ou être mis en vente sur le marché de l'occasion."

Guido Bielmann, porte-parole de l'Office Fédéral des Routes et visiblement mal à l'aise à l'antenne, tente une explication qui fleure bon la langue de bois:

Il y avait de la pression de partout alors l'Office Fédéral des Routes [a] pris la décision et maintenant on est sur le bon chemin. (...) C'était une évolution de la solution du problème alors maintenant on est dans un état correct...

 
Pour le grand public, ces hésitations bureaucratiques sont sans doute distrayantes, mais pour les propriétaires des véhicules concernés, elles ont été dramatiques. Quel week-end ont-ils du passer avec une voiture dont la valeur marchande a soudainement été réduite à zéro par décision administrative! De samedi à lundi, ils ne pouvaient plus ni rouler avec votre véhicule ni le revendre. Il ne leur restait plus guère qu'à louer une dépanneuse pour l'emmener à la casse...

Même aujourd'hui, les dégâts financiers restent très concrets. Le moindre acheteur sera méfiant et on le serait à moins. Acquérir un véhicule d'occasion Volkswagen Euro 5 représente un risque réel - non vis-à-vis de son éventuel niveau de pollution, mais à cause de décisions arbitraires que l'Ofrou peut sortir de sa poche du jour au lendemain.

Quelle mouche a piqué le département fédéral? L'explication d'une "pression venue de partout" ne tient pas une seconde. Aucun pays au monde n'est allé aussi loin que réclamer l'interdiction de circuler des véhicules incriminés. Sur ce dossier, la Suisse s'est au contraire fait remarquer dans plusieurs médias internationaux par l'extrémisme de son administration.

De même, sans minimiser les manipulations malhonnêtes de Volkswagen, la pollution engendrée par les véhicules trafiqués n'a rien d'abominable. Le trucage des tests antipollution a duré des années sans que personne ne se rende compte de quoi que ce soit. Lorsqu'un particulier suisse porte plainte hier contre la marque et que ses avocats lui suggèrent d'invoquer carrément l'homicide au nom de la "santé publique", le sommet de l'hystérie est définitivement atteint. On attendra avec impatience la démonstration expliquant de façon irréfutable que la pollution excessive sortie du pot d'échappement d'une Volkswagen aura tué quelqu'un...

Les réactions excessives sont monnaie courante, mais on attend une meilleure tenue des administrations publiques. Si l'Ofrou s'est fait remarquer de si piètre manière, c'est selon moi parce qu'il est bourré de fonctionnaires politiquement engagés. Travaillant habituellement contre la mobilité individuelle - pensons à son enthousiasme face à Via Sicura, un délire législatif où un délit de chauffard est plus grave qu’un homicide par négligence - ces gens-là ont vu l'opportunité de porter un coup terrible à des milliers de propriétaires de véhicule sous couvert de la meilleure excuse du moment, la lutte contre la pollution.

Depuis le sommet de leur tour d'ivoire, ils ont donc décrété que tous les véhicules Audi, Seat, Skoda, et Volkswagen des années 2009 à 2014 version Euro 5 devaient rester au garage, même si ces modèles roulaient normalement la veille, même si pas un seul de ces bureaucrates ne saurait distinguer un diesel trafiqué d'un diesel normal, même si les malheureux propriétaires de ces voitures ne sont pour rien dans ce qui leur arrive.

Et puis, avec le week-end, quelque chef haut placé a réfléchi un peu (peut-être Mme Leuthard?) et s'est rappelé que ces véhicules étaient nombreux en Suisse - 126'000 en tout. Donc autant de propriétaires. Autant de familles. Autant d'électeurs, en fait.

Et que nous étions à moins de trois semaines des élections fédérales.

Alors, le rétropédalage a eu lieu, accouchant d'une nouvelle directive tardive le lundi soir.

Je ne peux prouver cette hypothèse, bien sûr, mais elle me paraît plus plausible que toute autre explication entendue jusqu'à aujourd'hui. Beaucoup de conducteurs ont eu chaud: si le scandale avait éclaté à un autre moment, il n'est pas certain qu'ils auraient bénéficié de cet étonnant revirement des fonctionnaires de l'Ofrou. Nul ne sait non plus ce qu'ils choisiront de faire, finalement, une fois les échéances électorales derrière nous.