10 septembre 2021

Longue Vie aux Princes du Viol

En Europe de l'Ouest et aux États-Unis, les autorités rivalisent d'appétit pour l'accueil de réfugiés afghans. Pendant le pont aérien de Kaboul, Joe Biden se félicita depuis la Maison Blanche d'avoir évacué "plus de 120'000 personnes" depuis la mi-août - c'est-à-dire essentiellement des Afghans ; les Américains dans le pays, entre 10'000 et 15'000, ne furent qu'un ingrédient mineur de cette foule. 20'000 Afghans furent directement amenés aux États-Unis, et 43'000 autres dispersés sur plusieurs bases américaines à l'étranger en attente d'un prochain rapatriement aux États-Unis, selon des officiels du Pentagone. Du reste on ne sait rien, hormis qu'il y a déjà des problèmes.

Le 28 août, le Royaume-Uni put se féliciter quant à lui d'avoir "évacué 15'000 Afghans et citoyens britanniques sur les deux dernières semaines" par le biais de son ambassadeur à Kaboul, Laurie Bristow. Personne ne lui demanda de préciser la proportion des uns et des autres. De leur côté, les Français envoyèrent au moins 2'600 Afghans vers leur pays, qui vinrent avec le sourire. Ils s'ajouteront aux 41'000 déjà présents dans l'Hexagone, dont 31'000 réfugiés. Mais la plus grosse communauté afghane d'Europe est en Allemagne, avec 148'000 réfugiés afghans sur son sol (en 2020). La plupart des Afghans arrivant en Europe choisissent en priorité l'Allemagne, le Royaume-Uni ou les pays nordiques pour s'installer.

En Suisse, 219 personnes sont venues de Kaboul durant ce seul mois d'août. Si l'UDC met en garde contre les terroristes potentiels, le PS - par l'inénarrable Carlo Sommaruga - trépigne pour en avoir davantage: "la Suisse devrait accueillir 10'000 personnes vulnérables, en particulier des femmes et filles, en provenance d’Afghanistan", clame le politicien. Hélas! Les hommes jeunes, en pleine santé et en état de se battre forment l'écrasante majorité de ces populations importées. Cela ne doit rien au hasard.

Afghans au départ de l'aéroport de Kaboul, fin août 2021

Les talibans revenus au pouvoir en Afghanistan, on prépare le grand public à une nouvelle déferlante migratoire. Mais qu'elle ait lieu ou non, les Afghans sont déjà nombreux en Europe occidentale. Une population particulière que le Dr Cheryl Bernard de l'Institut Rand connaît bien - et qu'elle décrit dans un article de 2017 que chacun devrait lire. Il explique bien des choses sur ces populations de réfugiés afghans que nous accueillons déjà. Voici une traduction de l'essentiel de son propos. La mise en gras est de moi.

 


 

J'ai travaillé avec des réfugiés pendant des décennies. La vague de criminalité afghane en Europe est ahurissante.

Les Afghans se distinguent parmi les réfugiés qui commettent des crimes en Autriche et ailleurs. Pourquoi?

En 2014, lorsque des vagues de réfugiés ont commencé à affluer en Europe occidentale, les citoyens et les responsables ont réagi avec générosité et ouverture. Des réfugiés épuisés sont sortis des trains et des bus pour être accueillis par des foules offrant en cadeaux vêtements et nourriture et brandissant des pancartes indiquant "Refugees Welcome".

Cette lune de miel ne pouvait pas durer (...) [Survint] un développement inattendu, et intolérable: l'incidence importante et croissante des agressions sexuelles commises par les réfugiés contre les femmes autochtones. Il ne s'agissait pas de rendez-vous-galant-dégénérant-à-cause-de-quiproquos-culturels, mais d'attaques violentes et sans préméditation contre des filles et des femmes au hasard, souvent commises par des gangs ou de jeunes hommes en meute. Au début, les incidents furent minimisés ou étouffés - personne ne voulant donner des munitions à la droite nationaliste pour lui permettre de s'agiter. L'espoir résidait dans l'idée qu'il s'agisse de cas isolés causés par un petit groupe problématique. Au fur et à mesure les incidents se multiplièrent, et parce que nombre d'entre eux eurent eu lieu en public (...) il ne devint plus possible de balayer l'affaire sous le tapis du politiquement correct. Et avec la reconnaissance officielle et les rapports publics, une note de bas de page étrange et déroutante émergea. La plupart des agressions étaient commises par des réfugiés d'une nationalité particulière: des Afghans. (...)

Ce n'est pas un article que j'ai eu plaisir à écrire. J'ai travaillé sur des questions liées aux réfugiés pendant une grande partie de ma vie professionnelle, des camps pakistanais pendant l'occupation soviétique de l'Afghanistan au Yémen, au Soudan, en Thaïlande, en Éthiopie, à Djibouti, au Liban, en Bosnie, au Nicaragua et en Irak, et j'éprouve une profonde compassion face aux épreuves traversées. Mais nulle part je n'avais rencontré un phénomène comme celui-ci. J'ai vu des réfugiés pris au piège dans des circonstances qui les rendaient vulnérables au viol, par des gardiens de camp ou des soldats. Mais que des réfugiés deviennent auteurs de ces crimes dans le lieu qui leur avait donné asile? C'était quelque chose de nouveau. De plus, ma vie personnelle et professionnelle m'a offert de nombreux amis afghans et afghano-américains, et ils n'ont collectivement rien de psychopathes. (...) Il est impossible d'imaginer l'un d'entre eux se livrer aux agressions sexuelles extravagantes, bizarres et primitives pour lesquelles leurs jeunes compatriotes deviennent tristement célèbres. Pourtant, nous en sommes là.

Il y a quelques semaines, la ville autrichienne de Tulln a déclaré l'arrêt complet de toute nouvelle admission de réfugiés. Comme le maire l'a précisé, cette décision visait les Afghans, mais pour des raisons juridiques et administratives, elle ne pouvait être promulguée que de manière globale. Telle n'était pas l'intention initiale de la ville - au contraire, elle venait d'achever la construction d'un tout nouvel établissement coûteux pour les demandeurs d'asile, qui serait désormais, déclara le maire, consacré à un autre objectif. Ses mots exacts furent: "Nous en avons eu assez." Après une série d'incidents troublants tous causés par des Afghans, le viol collectif brutal d'une jeune fille de quinze ans fut le point de bascule. Agressée en pleine rue alors qu'elle rentrait chez elle, elle finit enlevée puis violée en série par des réfugiés afghans. (...)

Un peu plus tôt, à Vienne, une jeune étudiante turque en programme d'échange avait été poursuivie jusque dans des toilettes publiques par trois réfugiés afghans. Ils bloquèrent la porte et se mirent à l'attaquer sauvagement. L'attrapant par le cou, ils lui frappèrent la tête à plusieurs reprises contre une cuvette de toilettes en porcelaine pour l'assommer. Comme cela ne réussit pas à briser sa résistance désespérée, ils se relayèrent pour la maintenir et la violer. La jeune femme dut être hospitalisée, après quoi, trop affectée pour reprendre ses études, elle s'enfuit chez elle en Turquie, traumatisée et misérable, incapable de comprendre ce qui s'était passé et incapable, dans une société musulmane conservatrice, de confier son expérience à qui que ce soit... (...)

Il fallut un certain temps pour que ce type d'agression soit identifié car, jusqu'à récemment, les médias d'Europe occidentale s'abstenaient délibérément de préciser le statut de réfugié ou d'asile d'un agresseur, ainsi que son pays d'origine. Ce n'est que lorsque la corrélation est devenue dramatique au point d'en devenir digne d'intérêt que cette politique changea [NdT: en Autriche...]. À ce moment-là, il devint évident que les autorités étaient au courant. Pour des raisons politiques, elles avaient délibérément dissimulé des cas d'agression sexuelle à grande échelle commis par des migrants. Par exemple, un gang d'une cinquantaine d'Afghans qui terrorisaient les femmes dans le quartier de la gare de Linz fut défaussé par un fonctionnaire du gouvernement qui conclut qu'il s'agissait d'une conséquence malheureuse liée au mauvais temps, et qu'une fois l'été venu, les jeunes hommes se disperseraient dans les parcs publics et ne formeraient plus cette vaste meute menaçante. Le public n'en fut guère amusé.

Je pourrais écrire les mêmes choses sur la Suède, l'Allemagne ou tout autre terre d'asile en Europe, mais je me concentre sur des exemples autrichiens parce que c'est le pays européen dont je viens et que je connais le mieux. Jetons donc un œil à la presse autrichienne (...) [On y lit qu'un] Afghan (de dix-huit ans) attaque une jeune femme au festival du Danube. "Encore une fois, il y a eu une tentative de viol par un Afghan. Une touriste slovaque de 21 ans a été assaillie et a subi des attouchements par un groupe d'hommes. Elle a réussi à s'enfuir, mais a été poursuivie par l'un d'entre eux, un demandeur d'asile afghan qui l'a rattrapée et entraînée dans les buissons. Des policiers en civil à proximité ont remarqué la lutte et sont intervenus pour empêcher le viol au dernier moment." Page 10: "Un Afghan de 25 ans a tenté de violer une jeune femme assise au soleil dans le parc. Quatre passants courageux ont traîné l'homme hors de la victime et l'ont retenu jusqu'à l'arrivée de la police." Page 12: "Deux Afghans ont été condamnés pour avoir tenté de violer une femme dans un train à Graz. Les hommes, qui vivent dans une résidence pour demandeurs d'asile, ont d'abord insulté la jeune femme avec des propos obscènes avant de l'agresser. Lorsqu'elle a crié à l'aide, des passagers d'autres parties du train se sont précipités à son secours."

Laissons de côté l'aspect pénal de cette conduite et concentrons-nous sur sa logique, ou plutôt son absence de logique. Ces hommes s'attendent-ils à ce que leurs tentatives soient couronnées de succès? Pensent-ils réellement qu'ils pourront violer une femme dans l'artère principale d'une ville au milieu de la journée? Dans un train rempli d'autres passagers? En début d'après-midi dans un parc public fréquenté? Sont-ils incapables de pensées rationnelles, ou les ignorent-ils délibérément? Veulent-ils simplement provoquer une hystérie féminine momentanée et toucher certains endroits interdits du corps d'une étrangère? Est-ce gratifiant au point de valoir la peine de compromettre leur avenir et d'être jeté en prison par des Européens méprisants et dégoûtés? Qu'est-ce qui se passe ici? Et pourquoi, pourquoi, pourquoi les Afghans? Selon les statistiques de la police autrichienne, les réfugiés syriens sont à l'origine de moins de 10 % des cas d'agressions sexuelles. Les Afghans, dont les effectifs sont comparables, sont responsables de la moitié de tous les cas. (...)

Encore une fois: que se passe-t-il? Pourquoi cela arrive-t-il? Et pourquoi les Afghans? Quelques théories concurrentes circulent.

La première: "ils se saoulent." L'un de mes interlocuteurs, un Afghan de la diaspora qui vit à Vienne depuis des décennies et travaille comme traducteur et conseiller judiciaire agréé, et connaît donc intimement ces affaires et les personnes impliquées, rejette d'emblée cette explication. Au contraire, explique-t-il, ils ont entendu dire que prétendre avoir été atteint d'une incapacité mentale lors de la perpétration d'un crime, dont l'alcool ou la drogue, compte comme une circonstance atténuante. Souvent, raconte-t-il, les prévenus auront été insuffisamment briefés et invoqueront cette excuse de manière maladroite. Par exemple, ils diront qu'ils ont bu deux bières et qu'à partir de celles-ci, ils se sont évanouis, et ne se souviennent plus de rien de leurs actions ultérieures. Cette théorie n'explique pas non plus pourquoi les Afghans devraient être plus sujets aux agressions sexuelles induites par l'alcool que les autres jeunes hommes réfugiés issus de milieux comparables.

Une deuxième explication émet l'hypothèse d'une confusion liée à des valeurs culturelles conflictuelles. Ces jeunes hommes, selon la théorie, viennent d'un pays où les femmes ne sont que des silhouettes sombres complètement cachées sous des burqas plissées. Confrontés à des filles en débardeurs et shorts courts, ils perdent la tête et leurs hormones dictent leur conduite. Cette théorie, en plus d'être à la limite de faire endosser la responsabilité de leurs viols aux victimes, ne tient pas la route. Encore une fois, la même réaction devrait également être manifestée par d'autres jeunes hommes issus de sociétés islamiques strictes où la ségrégation entre les sexes est la norme. Pourquoi seuls les Afghans réagiraient de cette façon? Et comment cela explique-t-il des cas comme celui d'une retraitée de soixante-douze ans promenant son chien lorsqu'elle a été attaquée, battue et violée par un jeune Afghan? Ou en Suède, d'un écolier kidnappé et violé en réunion par un groupe d'Afghans?

En effet, si nous passons en revue le schéma des attaques, nous pouvons écarter cette théorie. En règle générale, les cibles privilégiées ne sont pas ce que les stéréotypes pourraient laisser penser - de jeunes femmes habillées de manière si provocante qu'un musulman confus issu d'un arrière-pays ultraconservateur interprèterait à tort comme une invitation à la promiscuité. Non ; souvent, les victimes sont des mères de jeunes enfants. Je suppose que pour un prédateur, elles semblent être des cibles plus faciles, car entravées dans leur capacité à se défendre, mais il pourrait aussi y avoir une dimension plus freudienne qui m'échappe.

Dans un cas récent qui a soulevé un tollé général, une femme se promenait dans un parc sur une colline surplombant le Danube. Avec elle venaient ses deux enfants, un tout-petit et un bébé dans une poussette. À l'improviste, un réfugié afghan lui sauta dessus, la jeta à terre, la mordit, l'étrangla et tenta de la violer. Dans la lutte, le landau partit en roue libre dans la pente et le bébé faillit plonger dans le fleuve en contrebas. Sous les yeux de son fils aîné consterné, la femme combattit vaillamment son agresseur, arrachant la capuche de sa veste, ce qui permit plus tard à un chien policier autrichien de le retrouver.

Lors d'une autre attaque, deux jeunes femmes se promenaient à midi dans la zone piétonne d'une petite ville autrichienne, poussant devant elles leurs bébés dans des poussettes, et furent brutalement attaquées par plusieurs réfugiés afghans. Ils se jetèrent sur elles et arrachèrent leurs vêtements, mais furent appréhendés avant qu'ils ne puissent causer d'autres dommages. Il est clair que de tels événements contrarient le grand public. Il est également clair que nous pouvons rejeter les théories du "ils étaient ivres et ne savaient pas ce qu'ils faisaient", ainsi que celle du "ils pensaient que c'était ce que les femmes voulaient".

Cela nous amène à une troisième théorie, plus convaincante et assez troublante, celle que mon ami afghan, le traducteur judiciaire, avance. Sur la base de ses centaines d'interactions avec ces jeunes hommes à titre professionnel au cours des dernières années, il est arrivé à la conclusion qu'ils sont motivés par un mépris profond et durable pour la civilisation occidentale. Pour eux, les Européens sont l'ennemi, et leurs femmes sont un butin légitime, comme toutes les autres choses qu'on peut leur prendre: logement, argent, passeports. Peu importe leurs lois, leur culture est inintéressante et, finalement, leur civilisation va de toute façon s'effondrer face à une horde dont ils sont le fer de lance. Pas besoin de s'assimiler, de travailler dur, ou d'essayer de se construire une vie décente ici. Les Européens sont trop mous pour vous punir sérieusement pour une transgression, et leurs jours sont comptés.

Et cela ne concerne pas que les crimes sexuels, note mon interlocuteur. Ce sont peut-être ceux qui agitent le plus l'opinion publique, mais l'abus délibéré et insidieux du système de protection sociale est tout aussi conséquent. Les réfugiés afghans, dit-il, ont une propension particulière à se jouer du système: mentir sur leur âge, mentir sur leur situation, prétendre être plus jeunes, être handicapés, appartenir à une minorité ethnique alors que même l'œil fatigué d'un juge autrichien parvient à distinguer les traits délicats d'un Hazara de ceux d'un Pachtoune.

Je vois de quoi il parle. Au cours de mes recherches, j'ai rencontré des trentenaires en famille en Autriche qui se faisaient passer pour des "mineurs non accompagnés". J'ai rencontré des gens qui faisaient passer un ancien accident de la route comme la preuve qu'ils avaient été torturés. J'ai entendu parler d'une famille afghane qui avait émigré en Hongrie il y a vingt ans. Les enfants y sont nés et fréquentèrent les écoles hongroises. Lorsque la crise des réfugiés [entamée en 2014] éclata, attirée par la perspective de tous les avantages associés, cette famille décida de prendre une nouvelle identité et de se rendre en Suède. Ils prétextèrent être des réfugiés de fraîche date. Affirmant avoir perdu leurs papiers lors de leur "fuite", ils s’inscrivirent sous de nouveaux noms d'emprunt et réduisirent l'âge de leurs enfants ; la mère se déclara veuve. Désormais installés à titre gracieux dans un logement confortable avec leur père vigoureux, corpulent et très vivant - qu'ils firent passer pour un oncle - et disposant d'un chèque d'aide sociale mensuel, ils sont des parasites infiltrés qui se nourrissent littéralement de la crédulité des contribuables suédois.

Les systèmes juridiques occidentaux sont méticuleux et procéduraux, fonctionnant sur la base de règles, de droits, de formulaires et de documents. Ils vous considèrent comme innocent jusqu'à ce que votre culpabilité soit prouvée. Il n'a pas fallu longtemps aux réfugiés pour comprendre comment en tirer parti à leur avantage. "Ils restent là, chauves, tempes grises, et insistent sur leur âge de dix-huit ans", me confie un procureur autrichien exaspéré. Ayant "perdu" leurs documents, le seul moyen de réfuter même la plus manifestement absurde de telles affirmations est de passer par de coûteux tests en laboratoire. Si vous n'avez aucun papier d'identité et aucun scrupule, vous pouvez affirmer à peu près n'importe quoi, puis vous adosser confortablement en attendant que le système essaie de prouver le contraire. Si vous êtes rejeté, pas de problème: vous pouvez lancer plusieurs recours. Une fois que vous aurez mis les pieds en Europe, il sera presque impossible de se débarrasser de vous ; même si vous avez littéralement commis un meurtre. Si un tribunal vous déclare coupable de viol, vous n'avez qu'à faire valoir que si vous êtes renvoyé chez vous, votre société conservatrice vous tuera pour cet acte déshonorant - et donc vous ne pouvez être renvoyé, les lois de l'Union Européenne interdisant l'extradition si la vie de l'individu est en danger. Les meurtriers ne peuvent pas être renvoyés dans des pays où la peine de mort existe, ou dont le système judiciaire est simplement réputé sévère.

Mais un mystère subsiste. La fraude à l'aide sociale est une chose: elle a un certain sens, si vous n'avez aucun respect pour la primauté du droit ou l'équité et que vous êtes paresseux. Mais pourquoi cette cohorte actuelle d'Afghans s'impose-t-elle en tant que prédateurs sexuels? Et aussi ineptes que stupides, de surcroît? En quête d'une réponse, peut-être devrions-nous observer les victimes de plus près. Nous avons éliminé les tenues inappropriées et les manières involontairement séduisantes, mais pourraient-elles avoir d'autres traits en commun pour faire la lumière sur les raisons pour lesquelles ces femmes sont devenus la cible d'une telle folie? En les passant en revue, un mot me vient à l'esprit: l'épanouissement. Une étudiante turque en échange universitaire, heureuse de poursuivre ses études en design industriel dans une bonne université de Vienne. Une fille dans un parc, profitant du soleil. Deux amies, promenant leurs bébés. Une mère, profitant d'une balade estivale avec ses deux enfants. Une vieille dame satisfaite, promenant son animal de compagnie. Des gens attrayants, accomplis, heureux, normaux... un spectacle insupportable, peut-être, pour – et je suis ici d'accord avec le président Trump - des losers. Il a proposé que nous qualifions les terroristes ainsi, et il a raison. Ces jeunes hommes, même sans gilet explosif, sont des perdants, ce qui les a amenés à devenir des terroristes sociaux.

Les jeunes agresseurs afghans disent que oui, ils n'ont aucun contrôle sur leurs impulsions, que leurs hormones font rage et qu'ils se détestent eux-mêmes et le monde entier, mais surtout, qu'ils ne toléreront pas les femmes heureuses, confiantes et se sentant en sécurité l'espace public. Ils nous disent qu'ils n'ont aucune intention de respecter la loi, les coutumes, l'opinion publique, les valeurs locales ni les bonnes mœurs, qu'ils détestent tellement tout cela qu'ils sont prêts à mettre leur propre vie, leur avenir et leur liberté en jeu pour la satisfaction d'infliger des traumatismes.

Les Afghans de la diaspora de la classe moyenne établie sont naturellement contrariés et gênés de voir leur nationalité ainsi déshonorée par ces nouveaux arrivants primitifs. Et pourtant, ils font partie du problème. Bon nombre de leurs actions et réactions, qu'elles soient naturelles ou involontaires, relèvent de la complicité. Ils dissimulent, trouvent des excuses, conseillent sur les meilleurs moyens de se soustraire aux conséquences et encouragent même directement les tromperies, les actes illégaux et les manières honteuses d'amis, de parents et d'Afghans parfaitement inconnus.

Les raisons en sont multiples. Il y a l'obligation perçue d'être loyal envers les amis, les parents et les compatriotes. Je pense qu'il y a aussi un certain manque de sincérité envers les notions occidentales de réalité administrative et biographique ; beaucoup, sinon la plupart, des Afghans qui vivent actuellement en Occident charrient un lot de mensonges issu de leur passé. Celui d'entre eux qui arrivait en premier (un père, un frère aîné) devait généralement inventer un nom de famille et une date de naissance à la volée, car à la maison, jusqu'à il y a une génération, la plupart des gens n'avaient pas de nom de famille et les dates de naissance n'étaient pas enregistrées. Je connais d'honorables familles afghanes respectueuses de la loi où les anniversaires de tout le monde suivent une séquence invraisemblable — le 1er juin, le 2 juin, le 3 juin et ainsi de suite, parce que celui d'entre eux qui a rempli les documents d'immigration a dû inventer des dates de naissance et a pensé que ce serait plus facile de se souvenir d'elles de cette façon. (...)

[La pertinence avec la politique d'accueil des réfugiés] est tristement évidente. Il faudra en effet un contrôle rigoureux pour écarter ces jeunes mâles dégénérés et profondément perturbés dont la volonté de tromper est si prononcée et dont les motivations sont si irrationnelles.

Ce qui m'amène à une dernière théorie exprimée en Autriche: que ces jeunes hommes destructeurs et fous sont intentionnellement infiltrés en Europe occidentale pour faire des ravages: pour enlever la liberté et la sécurité des femmes ; changer les modèles de comportement ; approfondir les divisions entre les libéraux [NdT: au sens américain, gauchistes], qui continuent de les défendre et de leur trouver des excuses, et une droite qui appelle à des mesures impitoyables et à des réponses brutales ; d'infliger des coûts élevés aux tribunaux et un engorgement du système judiciaire et, de manière générale, de gâcher les choses.

Pour mémoire, je ne suis pas convaincue qu'il y ait un plan délibéré derrière cela, mais je suis d'accord pour dire que les jeunes hommes en colère et instables sont susceptibles d'emprunter des voies destructrices. Ces voies peuvent conduire à l'extrémisme idéologique et au terrorisme, ou à la formation de gangs et de meutes qui attaquent, nuisent et détruisent. Comme nous l'avons vu, actuellement beaucoup de leurs attaques sont ineptes et facilement bloquées par des passants survenant au hasard [NdT: donc tout va "bien"!..]. Mais ils deviendront plus habiles avec le temps, et l'Europe ferait mieux de développer une défense contre eux. (...)

Chaque réfugié et demandeur d'asile arrivant devrait être soumis à une vérification rigoureuse du récit de son histoire, y compris la validation de son âge, par des tests en laboratoire en cas de doute. Oui, c'est compliqué et coûteux, mais pas aussi compliqué et coûteux que de laisser entrer les mauvaises personnes, et moins cher que de laisser des centaines de milliers d'étrangers profiter de manière permanente ou semi-permanente d'avantages sociaux indus. Les pays européens doivent partager les données entre eux ; et les identités devraient être liées aux empreintes digitales, pas à des documents à l'authenticité douteuse, voire pas de document du tout. (...)

Enfin, la gauche doit se remettre en question. C'est chouette d'être accueillant, bienveillant et bien disposé envers l'arrivée d'étrangers sur nos rivages, mais gardons quelques pensées bienveillantes pour nos propres valeurs, nos libertés et notre mode de vie. Les filles et les femmes devraient continuer à se sentir en sécurité dans les espaces publics, pouvoir assister à des festivals, porter des vêtements adaptés à la météo et à leurs goûts, voyager en train, aller au parc, promener leurs chiens et vivre leur vie. Il s'agit d'un magnifique succès de l'Occident, qui mérite d'être défendu.

07 septembre 2020

Quand la Suisse vote sa disparition

Le 27 septembre, le peuple suisse aura l'insigne honneur d'approuver sa dissolution.

Reconnaissons l'inventivité helvétique, matérialisée dans les votations (pour le peuple) ou dans l'association Exit (pour les individus): le libre choix donné à chacun de se supprimer.

Arguties juridiques

L'initiative pour modérer l'immigration proposée le 27 septembre est une absurdité. Le peuple a déjà voté le 9 février 2014 contre l'immigration de masse. Le Oui l'a emporté, mais les électeurs n'ont pas compris la question, a-t-on dit ; et puis la mise en œuvre de l'initiative aurait posé problème, a-t-on ajouté, et enfin, à l'instar de tant d'autres textes, on a fait fi de toute application constitutionnelle, une façon pratique de jeter à la poubelle le choix des citoyens.

Un article aussi simple que "La Suisse gère de manière autonome l’immigration des étrangers" est devenu une phrase alambiquée et incompréhensible pour la classe politique à Berne, et donc inapplicable. Voilà ce qui se passe quand on élit des avocats!

"Si voter changeait quelque chose, il y a longtemps que ça serait interdit!" disait Coluche. La variante suisse est plus subtile: si une votation est gênante, on revote. Les Suisses se sont volontiers gaussés des pays vivant sous le joug de Bruxelles et votant et revotant sur les Accords de Maastricht ou le Traité de Lisbonne, mais à domicile ils ne font pas mieux. Le Renvoi des Criminels étrangers est un bon exemple. On l'approuve, mais ensuite les pouvoirs publics en trahissent autant la lettre que l'esprit. Un second texte tente alors de resserrer les boulons, mais cette fois-ci il échoue. Super! Continuons à garder chez nous les violeurs, les fraudeurs et les escrocs à l'aide sociale! Faites-vous plaisir les gars!

Alors, le 27 septembre 2020, on vote pour confirmer ou infirmer le vote du 9 février 2014. Par une loi non-écrite, mais de portée supérieure à la Constitution, toute initiative déplaisant aux autorités doit être approuvée au moins deux fois. Et ça marche. La manœuvre a fonctionné avec le Renvoi des Criminels étrangers, et tout porte à croire qu'il en sera de même avec l'Immigration de masse.

Pourquoi les citoyens votent-ils différemment à quelques années d'écart? C'est comme si, effrayé de sa propre audace d'avoir osé prendre une décision contraire dans le secret des urnes, le citoyen suisse se rabattait honteusement vers la Bonne Opinion dès que l'occasion se présentait. Vous savez, la Bonne Opinion! Celle martelée par les médias, tous, absolument, du matin au soir, citant pour l'occasion d'innombrables "associations émanant de la société civile" dont on apprend l'existence deux mois avant la votation, et qui disparaissent une semaine après. Vous ne trouverez jamais un journaliste s'enquérir du nombre de leurs membres cotisants, et pour cause...

Selon moi, cette transformation de l'opinion publique entre une première votation et une deuxième - quelques pourcents suffisent à faire basculer la majorité - vient d'un travail de fond des médias. À bon chat, bon rat. Les médias suisses sont peut-être parmi les meilleurs du monde lorsqu'il s'agit de modeler l'opinion de la population. Ils apprennent de leurs erreurs et ajustent le tir, sans relâche, lorsqu'il s'agit de faire passer les messages qu'il faut.

GobeTout.jpg
La relation entre le grand public suisse et ses médias (vue d'artiste)

Le Principe de Réalisme

Avouons-le, la campagne sur l'initiative pour modérer l'immigration est consternante. Du côté de des (dérisoires) partisans et de leurs affiches déchirées par principe, on enfonce les portes ouvertes: la Suisse se bétonne à tour de bras, les transports sont bondés, les mécanismes d'aide sociale s'effondrent, et les Suisses qui ont eu le plaisir de goûter au chômage réalisent que la sous-enchère salariale n'est pas une vue de l'esprit.

votation du 27 septembre 2020,prise de position,immigration,initiative

Qui ignore encore tout cela? Personne. Qui souhaite une Suisse contenant 10 millions d'habitants? Personne. Pas même les adversaires de l'initiative!

Mais peu importe, finalement. Le piège se referme grâce au judicieux Principe de Réalisme, une menace cynique qui explique grosso-modo qu'il vaut mieux choisir une mort lente à une mort rapide. La mort rapide, c'est la fâcherie avec Bruxelles, les droits de douane à l'exportation, l'effondrement des accords bilatéraux, la faillite, la famine, l'apocalypse!

La mort lente, eh bien, comment dire, c'est ce que vit la Suisse depuis son passage de l'ombre à la lumière avec l'adoption de la libre-circulation il y a un peu moins de vingt ans. Toujours plus de gens, de criminalité, d'assistance de toute sorte et d'avantages au bénéfice exclusif des étrangers, toujours moins d'argent et d'espaces verts pour tout le monde, une transformation massive de la population-type du pays, jusqu'à ce que vienne votre tour d'en crever.

Cela ne vous fait pas rêver?

L'offensive médiatique contre l'initiative se résume donc à susciter la terreur du plus grand nombre. Les visions de cauchemar délivrées par des "experts" succèdent aux doctes graphiques d'import-export avec l'UE, comme si l'Europe allait se refermer comme une huître si la Suisse avait l'audace de choisir qui vient s'installer chez elle. Le 27 septembre, on ne vote pas pour une initiative. On vote pour la fin du monde, ni plus ni moins.

Qui oserait voter pour la fin du monde?

Nostalgie d'un monde perdu

La déliquescence de la Suisse est avancée. En tant que Français d'origine immigré en Suisse depuis plus de vingt ans, je peux contempler la lente descente aux enfers d'un pays qui fut autrefois souverain, respecté, et prospère.

votation du 27 septembre 2020,prise de position,immigration,initiative
Une des affiches mensongères du Comité inter-partis opposé à l'initiative

Certains des plus jeunes qui voteront le 27 septembre n'auront connu au cours de leur adolescence qu'une Suisse ouverte aux quatre vents de la libre-circulation. Ils se préparent à un avenir difficile avec de sombres perspectives d'emploi et de carrière, écrasés par le loyer et les primes d'assurances, sans réaliser qu'il n'en a pas toujours été ainsi.

La libre-circulation a tellement eu le temps de s'installer que ceux qui se rappellent de la Suisse d'avant semblent parler d'une époque surannée. Je suis pourtant arrivé en Suisse à la grande époque des permis de travail, des quotas, des frontières gardées et d'une criminalité pour ainsi dire anecdotique. De vieux immigrés italiens installés à Renens depuis un demi-siècle pourraient vous en conter davantage ; mais tous ces gens sont bien parvenus à s'installer dans le pays sous ce régime, dont ils se souviennent d'ailleurs avec beaucoup de nostalgie.

Les adversaires du texte font comme si toute immigration allait cesser du jour au lendemain avec la fin de la libre-circulation. C'est absurde.

À l'époque des quotas, les autorités politiques travaillaient main dans la main avec les représentants de l'économie pour définir la quantité de main-d’œuvre autorisée à venir en Suisse annuellement dans chaque branche - donc, un arbitrage de ce que la Suisse était en mesure d'absorber, selon de multiples aspects. Jamais les services de santé n'auraient manqué d'aide-soignantes à cause des quotas, par exemple ; c'est ce qui rend l'affiche ci-dessus particulièrement mensongère.

Cette approche âprement négociée avait l'immense avantage de freiner les apôtres de la sous-enchère salariale. On ne pouvait pas faire venir n'importe qui de n'importe où pour faire n'importe quel travail moins cher, comme aujourd'hui. (Et je ne parle même pas de tous les étrangers qui viennent s'installer sans travailler du tout.)

Il fallait trouver certains spécialistes à l'extérieur, certes, une contrainte qui permettait aux jeunes diplômés suisses d'avoir d'excellentes perspectives de carrière, même sans expérience. Les Suisses moins bien formés avaient quant à eux des opportunités d'emploi et de formation, parce qu'on ne pouvait pas se contenter d'aller chercher dans le bassin de l'Union Européenne le moindre serveur, le moindre manutentionnaire, le moindre boutiquier, au moindre prix.

Cela permettait à l'époque des opportunités devenues quasiment impensables aujourd'hui. Former un employé ayant fait ses preuves pour qu'il assume de plus hautes responsabilités. Prendre un jeune prometteur à l'essai dans un poste pour lequel il apprendrait sur le tas. Proposer un emploi à un candidat de cinquante ans et plus.

Aujourd'hui, les employeurs ne se posent plus ces questions. Ils piochent l'individu le plus adapté dans toute l'Europe et les autochtones peuvent aller se faire voir. Les plateformes de petites annonces d'emploi en ligne sont prises d'assaut par 500 millions d'Européens qui savent qu'ils peuvent venir s'installer ici du jour au lendemain, les autorités y pourvoiront. Et si leur salaire n'est pas suffisant pour couvrir leur mode de vie, les mécanismes d'aide sociale financés par les contribuables prendront le relais.

Devant ces rivières d'argent de redistribution, les contribuables qui travaillent encore s'étonnent de voir année après année une pluie ininterrompue de nouvelles taxes...

La trahison de la gauche

L'ancien monde était tiraillé entre le patronat sauce libérale-radicale visant à diminuer le coût de la main-d’œuvre, et la gauche syndicaliste visant à préserver l'emploi et le haut niveau de salaire de ses membres. La droite agrarienne était quant à elle peu concernée par ces débats, tant qu'elle pouvait bénéficier de main d’œuvre saisonnière.

La bascule eut lieu en Suisse comme dans d'autres pays européens lorsque les édiles de la gauche décidèrent d'abandonner les travailleurs modestes au profit des immigrés, perçus comme un profil politiquement plus porteur.

En guise de Damné de la Terre, l'immigré est un meilleur poulain que le travailleur modeste parce que par définition il n'a même pas d'emploi en arrivant. Disponible en quantité illimitée, l'immigré a des besoins encore plus gros (nourriture, logement, vêtements, soins, éducation, formation) et donc d'une bureaucratie bien plus conséquente pour administrer toute cette aide dont il a si cruellement besoin. L'approche matérielle permit aussi à la gauche de vendre plus aisément le paradigme aux barons de l'économie semi-privée, en charge de pourvoir à ce nouveau marché juteux.

La libre-circulation serait l'arme de choix pour mettre en place ce nouvel équilibre. La classe moyenne serait quant à elle le dindon de la farce, obligée de financer par l'impôt sa propre disparition, vilipendée par les médias pour sa mal-pensance, martyrisée au quotidien par des doses de plus en plus fortes de vivre-ensemble...

Honnêtement, la transformation du pays est déjà très avancée. Sur le plan de la pure observation sociologique, il suffit de prendre le train ou le bus aux heures de pointes ; d'écouter les langues parlées autour de soi dans la rue ou au sortir des écoles ; d'égrener la longue litanie des revendications communautaristes ; de contempler les statistiques des prisons ; de contempler les mosquées qui se remplissent et les églises qui se vident - en attendant qu'elles brûlent, comme en France. Certes, ce phénomène concerne bien plus les villes que les campagnes, mais les campagnes ne resteront pas éternellement à l'abri. Elles subiront le même sort que le reste, avec juste un peu de retard.

Le vote du 27 septembre 2020 est un baroud d'honneur, pour ceux qui en ont encore. Il est peu probable d'ailleurs qu'il change quoi que ce soit, même si l'initiative pour modérer l'immigration est acceptée. La classe politique suisse a refusé le vote du 9 février 2014 et les citoyens ne lui en ont pas tenu rigueur ; il est donc tout à fait improbable que le traité de libre-circulation avec l'Union Européenne soit dénoncé, même si le Oui l'emporte.

20 mars 2019

De Christchurch à Utrecht

Christchurch en Nouvelle-Zélande. Un "extrémiste de droite", Brenton Tarrant, ouvre le feu dans deux mosquées de la ville, provoquant 50 morts et autant de blessés, des victimes de 3 à 77 ans. Il s'agit du massacre le plus meurtrier en temps de paix dans ce pays depuis plus d'un siècle.

Dans la tête d'un terroriste anti-musulman

Brenton Tarrant a préparé son coup. Peu avant la tuerie - qu'il filme et diffuse en direct sur les réseaux sociaux - il publie en ligne un manifeste de 74 pages expliquant qui il est et pourquoi il a conduit cette attaque, tout en affirmant avoir été inspiré par le tueur norvégien Anders Breivik.

Capture.JPG
Le tireur a marqué les noms de suprémacistes blancs sur ses armes et ses chargeurs

Le texte contient un dialogue avec lui-même à travers une série de questions réponses, la première d'entre elle demandant: "qui êtes-vous"? Citant l'Independent:

"Je suis un homme blanc ordinaire, âgé de 28 ans. Né en Australie d'une famille de travailleurs à bas revenus.

Mes parents sont d'origine écossaise, irlandaise et anglaise. J'ai eu une enfance ordinaire, sans grand problème. J'avais peu d'intérêt pour l'enseignement dispensé à l'école, parvenant tout juste à décrocher mon diplôme."

Il ajoute: "Je suis juste un homme blanc ordinaire, d'une famille ordinaire. Qui a décidé de se mettre debout pour donner un futur à son peuple."
Il se décrit comme une personne "renfermée et principalement introvertie" et admet qu'il est raciste, ajoutant qu'il est "éco-fasciste par nature".


Éco-fascisme? Selon Tarrant, les maux de l’humanité sont tous causés par la surpopulation. Et les peuples ethniquement européens seraient les seuls à ne pas "surpeupler la planète". Quant au choix de sa cible, elle est essentiellement due au hasard:

Selon lui, la Nouvelle-Zélande n'était pas le premier choix pour une attaque ; il dit qu'il y vint temporairement seulement pour planifier son coup et s'entraîner.
Sur la planification de l'attentat, il écrit: "J'ai commencé à planifier le concept de l'attaque il y a environ deux ans et l'attaque précisément contre les lieux de Christchurch trois mois avant."


Il donne aussi son avis sur l'actualité politique.

Quant à savoir s'il soutient le Brexit, il écrit: "Oui, bien que pas pour  les raisons politiques officielles. La vérité est que, finalement, les gens doivent faire face au fait que cela n’avait rien à voir avec l’économie.

C'était le peuple anglais ripostant contre l'immigration de masse, les changements culturels et le globalisme, et c'était une chose grande et merveilleuse."

Quant à savoir s'il soutient le Président Trump, il écrit: "Comme le symbole d'une identité blanche renouvelée dans un but commun? Certainement. Comme législateur et leader? Mon Dieu non."


D'autres détails filtrent dans la presse anglaise, notamment l'Indépendant:

Brenton Tarrant affirme également que son idée d'attaque lui a été inspirée par les attentats islamistes, pour se "venger" d'un attentat terroriste commis en Suède et faisant une jeune fille parmi les victimes.

"Deux ans avant l'attaque [de Christchurch], cela a radicalement changé mon point de vue. La période allait d'avril 2017 à mai 2017", écrit-il. "Le premier événement qui a marqué le début du changement a été l'attaque terroriste de Stockholm le 7 avril 2017. Je ne pouvais plus tourner le dos à la violence. Quelque chose était différent cette fois. Cette différence était entre Ebba Akerlund... Ebba se rendait à pied à la rencontre de sa mère après l'école quand elle fut assassinée par un attaquant islamiste."

Expliquant son plan pour le massacre, le tireur écrit qu'il agit "avant tout pour montrer aux envahisseurs que nos terres ne seront jamais leurs terres, que nos foyers sont à nous, et que, aussi longtemps que vit un homme blanc, ils ne conquerront JAMAIS nos terres et ne remplaceront jamais nos peuples."


Radicalisé en France. La "seconde étape" de sa radicalisation vient d'un séjour en France. Citant Ouest-France:

La victoire d’Emmanuel Macron contre Marine Le Pen lors de la présidentielle française de 2017, est celle, selon lui, d’un "ancien banquier internationaliste, mondialiste, anti-blanc" contre une "mollassonne" et "timide". Il juge d’ailleurs le parti de Marine Le Pen "complètement incapable de créer un réel changement".

Il fait le portrait d'une France peuplée d’envahisseurs "non-blancs", qu’importe la taille de la ville. Les Français y sont décrits comme "pessimistes", le pays comme "en perte de culture et d’identité" et l'auteur du Manifeste déplore la pauvreté des "solutions politiques offertes".


En observant dans un cimetière militaire "les croix blanches" à l’horizon, Brenton Tarrant dit avoir "éclaté en sanglots", précise LCI.

D'autres détails filtrent encore dans les médias, mais sont moins rapportés. Le terroriste conçoit parfaitement la possibilité qu'il meure au cours de l'attaque. Mais s'il y survit, dit-il, il se fera un plaisir de "contribuer à être à la charge de l'État tout le reste de sa vie," une façon supplémentaire d'afficher sa haine des gouvernements comme celui de Nouvelle-Zélande.

Manque de chance, le pays a aboli la peine de mort pour tous les crimes en 1989. Et maintenant des gens manifestent pour la rétablir. Apparemment l'idée que certains crimes méritent une peine adéquate (re)fait gentiment son chemin.

Traitement médiatique

Les quelques extraits ci-dessus montrent que le terroriste, son acte et sa personnalité ont intéressé les médias aux plus haut point, bien qu'ils soient gênés de "faire de la publicité" à l'acte et à son auteur. Les médias évoquent la réaction de Néo-zélandais qui offriraient des millions de dollars de dons aux victimes, se couvriraient la tête ou achèteraient en réaction de la viande halal. On attendra la symétrie des musulmans qui offriraient des millions de dollars à des victimes de l'islam, rejetteraient le voile ou achèteraient du porc comme protestation après un attentat islamiste...

Il ne fallut que quelques heures avant que la polémique sur le contrôle des armes ne surgisse. "Ils n'apprennent jamais", se lamenta Leesa K. Donner sur LibertyNation.

La Nouvelle-Zélande applique déjà une politique assez stricte de contrôle des armes à feu. Posséder une arme au pays des Kiwis n’est pas un droit, mais un privilège accordé à ceux qui sont prêts à obéir à toutes les lois sur les armes à feu. Et elles sont nombreuses. Tout le monde doit avoir une licence et faire vérifier ses antécédents. Ils doivent tous suivre un cours sur la sécurité - la possession légale d'une arme à feu est un processus long et ardu. Si vous pouvez imaginer une loi sur le contrôle des armes à feu, la Nouvelle-Zélande l'a probablement déjà dans ses tablettes.


1,2 millions de citoyens disposent déjà d'une arme, dans un pays vaste et peu peuplé qui contient plus de moutons que d'humains. Il ne sera pas facile de désarmer tout le monde ; mais comme le rappelle la chroniqueuse, "cela n'aurait eu aucun effet sur la tuerie de Christchurch de toute façon".

L'ONU devient d'extrême-droite. Suivant un scénario rodé, l'assassin est associé aux personnalités politiques gênantes du moment ; les médias français sont à deux doigts d'accuser Marine Le Pen de complicité dans la tuerie. Ici, pas de déséquilibré, pas de "piste terroriste possible", pas de padamalgam - c'est tout le contraire.

Le manifeste du terroriste est aussi jeté aux orties, puisqu'il expose la théorie du Grand Remplacement qui ne saurait être qu'un délire issu de l'esprit fiévreux d'un militant d'extrême-droite. Dommage que celle-ci soit officiellement disponible sur le site de l'ONU sans compter les innombrables déclarations des responsables de l'organisation encourageant les migrations massive de population du Tiers-monde comme moyen "d'équilibrer" la démographie de l'occident vieillissant.

Pendant ce temps au Nigeria... Certains internautes pointent du doigt un certain déséquilibre: ainsi, Breitbart.com rapporte que 120 chrétiens ont été tués au Nigeria par des islamistes durant les trois dernières semaines. Quels médias mainstream ont évoqué ces massacres? La réponse est rapide: aucun.

Les réseaux sociaux font l'objet de furieuses polémiques. Un Internaute s'insurge ainsi que 122 attentats terroristes islamistes aient eu lieu dans les 30 derniers jours, provoquant 859 morts dans 21 pays. Mais Facebook veille à ce que l'information ne s'affiche pas facilement:

ergdsfgadad.png
L'outrage semble surtout être vis-à-vis des opinions politiques de Facebook...

Et si l'ont prend des statistiques plus anciennes, on en serait à 34'717 morts  dans le monde depuis le 11 septembre 2001 - en prenant uniquement en compte les attentats islamistes terroristes identifiés comme tels et non pas les attaques, coups de poignards, écrasement par véhicule et autre égorgements proférés par de simples "déséquilibrés".

"Peut-être que la vie des musulmans vaut plus que celle des chrétiens?" demandent des Internautes. Je ne pense pas que cela soit le cas, simplement parce que les musulmans sont les premières victimes du terrorisme islamiste. Selon moi, la particularité de la tuerie de Christchurch vient de la personnalité du tueur et de ses motivations.

Les services de sécurité du monde entier sont sur la sellette, et la Nouvelle-Zélande ne fait pas exception. Elle emploie d'immenses ressources pour mener la vie dure à Kim Dotcom de Megaupload, doubla son budget depuis 2012, mais s'avéra incapable de déceler un profil comme celui du terroriste de Christchurch. Alors, à quoi sert tout cet argent?

Dans la tête d'un terroriste musulman

L'attaque terroriste de Christchurch monopolisa les médias, mais elle ne fut même pas la dernière de ces jours. Une actualité chasse l'autre, comme on dit. Lui succéda, le 18 mars, une "fusillade" à Utrecht, aux Pays-Bas. L'auteur serait un certain Gökmen Tanis, Turc de 37 ans passé par la Tchétchénie et en contact avec des individus partis faire le djihad au sein de l'État Islamique.

tram outside.jpg

Bien que le mode opératoire et la personnalité du tueur fassent partie des grands classiques, on parla longtemps d'acte terroriste "possible", l'autre possibilité étant le "déséquilibre", tant il est commun de se promener en ville en ouvrant le feu sur les individus croisés en chemin.

On n'en sait encore peu sur Gökmen Tanis, mais certains détails de son passage à l'acte sont clairs, même si les médias évitent d'en parler. Le passage à l'acte de Gökmen Tanis à Utrecht pourrait être consécutif à celui de Brenton Tarrant à Christchurch.

Autrement dit, face à un déséquilibré ouvrant le feu sur des musulmans innocents, un autre déséquilibré à l'autre bout du monde ouvrirait le feu sur des civils innocents.

Ainsi, Gökmen Tanis aurait publié sur un compte Twitter lui appartenant une photographie du fusil utilisé par le tireur de Nouvelle Zélande.

Une guerre civile qui ne dit pas son nom

Un autre Bretton Tarrant serait difficile à déceler tant il fut banal avant son passage à l'acte. Il existe probablement des centaines de milliers, voire des millions de Bretton Tarrant d'avant Christchurch de par le monde. La plupart ne passeront heureusement jamais à l'acte, mais d'autres, si.

De même, il existe des centaines de milliers, voire des millions de Gökmen Tanis d'avant Utrecht de par le monde. La plupart ne passeront heureusement jamais à l'acte, mais d'autres, si.

Le but de l'exercice n'est pas de compter la proportion des uns et des autres, mais de comprendre que les Bretton Tarrant et les Gökmen Tanis sont tous deux persuadés d'être en guerre, une guerre totale. Ils n'hésitent pas à s'attaquer à des civils désarmés dans des tueries plus ou moins improvisées, fut-ce à 20'000 kilomètres l'un de l'autre, dans un échange mortel.

Les gens normaux sont saisis d'horreur face à leurs actes, mais une partie de l'opinion publique peut aussi penser que nous nous dirigeons petit à petit vers une guerre civile en bonne et due forme. Elle éclatera réellement si une proportion suffisante de gens le pensent ainsi - en particulier des leaders politiques - peu importe le désir de paix de la majorité.

La masse critique n'est pas encore atteinte, mais lorsque les opérations punitives commencent à s'enchaîner de part et d'autre du globe, la trajectoire devient franchement inquiétante.

15 janvier 2019

Les Démocrates au pied du mur

Alors que Trump engage - comme il l'avait prévu, encore ! - le shutdown le plus long de l'histoire, les Démocrates et le Président s'opposent de façon frontale sur le Mur de séparation entre le Mexique et les États-Unis sans évidemment parvenir à s'entendre.

Trump_brick_wall.jpg

Donald Trump veut accomplir sa principale promesse de campagne lors de la course à la présidentielle en lançant la construction du mur. Il demande un montant de 5,7 milliards de dollars pour le financement du chantier dans le budget 2019.

Les Démocrates, rassurés par leur victoire dans la Chambre basse lors des élections de mi-mandat, refusent mordicus d'accorder quoi que ce soit à Trump, et surtout pas cela.

Le reste n'est que propagande, assez lourdement délivrée il faut bien le dire. Et si nous tentions d'apporter un point de vue différent?

Question d'argent

Les médias s'acharnent à présenter Trump comme le vilain irascible arc-bouté comme un enfant capricieux et frustré. Ils ne relèvent jamais l'opposition aveugle des Démocrates à tout ce qui vient de la Maison Blanche depuis cette journée fatidique de l'élection de 2016. Et pour ce qui est des milliards demandés, un Internaute relativise les chiffres face au budget global:

Le Président Trump demande 5,7 milliards dans un budget annuel de 4'407 milliards de dollars... En d'autres termes, c'est comme si le Président Trump demandait 57 dollars d'un budget de 44'070 dollars... Pensez-y. Imaginez votre partenaire dire en réponse à cela "nous ne retournerons pas travailler, les enfants ne recevront pas leur argent de poche, et nous ne paierons aucune facture tant que tu n'auras pas abandonné l'idée de dépenser 57 dollars pour mettre une barrière autour du jardin"... Voilà ce pourquoi Pelosi et Schumer ont provoqué la fermeture des services de l'État.


Ce n'est pas la seule façon de percevoir le problème. Selon l'association FAIR pour la réforme de l'immigration, le coût de l'immigration illégale dépasse les 134 milliards de dollars annuels. Encore ne s'agit-il là que des coûts directs - "l’essentiel de la somme étant constituée par les soins médicaux gratuits, la scolarisation gratuite et le surcoût lié à la police et à la justice en raison des problèmes de diverses natures (sic) liées à la clandestinité elle-même et à la délinquance des clandestins" - explique le rapport. Ces coûts sont en progression, et ne sont que modestement compensés par les 19 milliards de dollars récoltés à travers les impôts et taxes payés par les immigrés illégaux. La facture nette pour le grand public se monte à 116 milliards.

On peut rétorquer, avec raison, que le mur ne coûtera pas 5,7 milliards non plus. Il ne s'agit que d'une première tranche de travaux. Le statisticien Liberty Vittert estime que le mur complet, principalement en béton, reviendrait à 25 milliards (en prenant en compte les matériaux, la main d’œuvre, et même le coût de la compensation des propriétaires expropriés). L'entretient reviendrait entre 150 et 750 millions de dollars par an. Le Cato Institute, intégrant l'inévitable inflation frappant les grands travaux publics, arrive à un chiffre bien plus prudent de 60 milliards. Reuters estima en 2017 que l'ouvrage reviendrait à 21,6 milliards. Une étude du MIT, rapportée par un Huffington Post notoirement engagé à gauche, fait état d'une facture de 40 milliards. Les estimations du coût de construction complet du mur oscillent donc entre 20 et 60 milliards.

Il va de soi qu'un mur correctement réalisé à la frontière Américano-Mexicaine ne résoudra pas tous les problèmes de l'immigration illégale - ne serait-ce qu'à cause des millions d'immigrés illégaux qui ont déjà réussi à pénétrer sur le territoire des États-Unis. Mais, pour reprendre les chiffres précédents, il suffirait que la présence du mur diminue le problème de l'immigration illégale de quelques pourcents pour que l'ouvrage soit remboursé en quelques années.

Bien que l'obstruction des Démocrates se fasse par le truchement du vote sur le budget 2019 et que le mur soit parfaitement défendable sur le plan économique, ils diront que c'est avant tout une question de principe, mais pas toujours. Le porte-parole de la Chambre Nancy Pelosi affirma qu'elle "refusait de gaspiller des milliards de dollars pour un mur cher et inefficace", choisissant une approche économique alors que celle-ci ne résiste pas à l'analyse.

Question de principes

"Les murs ne fonctionnent pas", expliquent les Démocrates, "alors pourquoi suis-je obligée [par la loi] d'en mettre un autour de ma piscine?" demande une Internaute faussement naïve. Diverses galeries de photo sur Internet présentent les hauts murs ceignant les propriétés des ténors de la gauche américaine, les mêmes qui expliquent doctement que ces obstacles ne servent à rien.

Admettons que le mur autour d'une propriété privée ne soit pas de la même nature que celui qui protège une frontière, bien que l'obstacle soit identique pour un individu malintentionné. Si selon les Démocrates les murs aux frontières ne fonctionnent pas, pourquoi votent-ils pour des murs, aux États-Unis ou ailleurs?

Le premier mur de la frontière sud des États-Unis, entre San Diego et Tijuana, fut érigé sous la présidence de Bill Clinton.

En 2006, les Démocrates - parmi eux les sénateurs Barack Obama, Chuck Schumer et Hillary Clinton - votèrent en faveur d'un mur. Plus précisément, ils votèrent pour le Secure Fence Act, une barrière physique de 1'100 kilomètres le long de la frontière sud. Lors d'une séance de septembre 2006, le sénateur Obama déclara au micro:

"Ce projet nous fera certainement du bien. Il libèrera des fonds terriblement nécessaires pour de meilleures barrières et une meilleure sécurité le long de la frontière, et cela devrait aider à détourner une partie de la vague d'immigration illégale dans ce pays."


Évidemment, Obama ajouta ensuite que la barrière seule ne résoudra pas tous les problèmes - une affirmation avec laquelle même Trump serait d'accord. Les Démocrates avaient peut-être d'autres idées en tête à l'époque, comme choisir le moindre de deux maux ou élaborer un compromis, mais aujourd'hui l'heure n'est plus à la stratégie ; ils avouèrent eux-mêmes lors d'une récente discussion avec Trump qu'ils continueraient à s'opposer au mur même si le Président acceptait temporairement la fin du shutdown. En 2019, les Démocrates ne veulent plus discuter, ni élaborer de compromis.

Malheureusement pour eux, ils ne sont plus crédibles du tout. Le coup de grâce délivré par Breitbart.com et repris par plusieurs médias, comme le Washington Times, montre que les leaders démocrates du moment ont voté pour un mur pas plus tard que l'an dernier.

En approuvant les dépenses de 2018, les Démocrates ont accepté de payer pour 53 kilomètres de grillage au Texas, mais aussi 500 millions de dollars pour financer un mur de 460 kilomètres en Jordanie. Un mur destiné à faire obstacle aux terroristes islamistes venus d'Irak et de Syrie et tentant de franchir les... 460 kilomètres de frontière jordano-syrienne.

Apparemment, en Jordanie, les murs fonctionnent. Ils parviennent bien à séparer les gentils et les méchants en forçant ces derniers à rester de l'autre côté. "Les Démocrates n'ont pas eu de scrupules à financer un mur en Jordanie. Il n'avait rien 'd'immoral'. Et c'était il y a dix mois de cela", assène l'éditorialiste Jim Hoft de Gateway Pundit.

Question de shutdown

Les Démocrates pensaient sans doute qu'en visant le shutdown, ils forceraient le Président à faire machine arrière et susciteraient son impopularité dans l'opinion. Ils seraient "ceux qui ont fait reculer Trump", déployant leur force en prévision de la reconquête de 2020.

Il se pourrait bien que l'approche traditionnelle du bras de fer se retourne contre eux.

L'indice le plus évident de cette situation est donné par Trump lui-même: il dispose déjà des moyens de commencer la construction du mur. Grâce aux pouvoirs d'urgence octroyés par le Congrès au Président et régulièrement renforcés, il pourrait décréter que la situation au sud des États-Unis est une "situation de crise" (merci aux activistes pro-immigration qui organisèrent la Caravane des Migrants en prévision des élections de mi-mandat l'an dernier!) et décider de la résoudre sans l'aval du Congrès, par exemple en faisant effectuer les travaux avec le budget de l'armée.

Les éditorialistes s'inquiètent de cette option et tentent de se rassurer en disant qu'elle sera "combattue par les tribunaux" mais Trump peut être confiant ; la notion d'urgence nationale est assez souple d'emploi puisqu'elle a été employée à 42 reprises entre 1976 et 2007, y compris par son éminence Barack Obama.

Mais pourquoi outrepasser le cheminement normal des institutions lorsque le bras de fer entre la Chambre des Représentants et la Maison Blanche lui est si favorable? Le shutdown est en train de laminer toute une population engagée à gauche aux États-Unis, les innombrables fonctionnaires bureaucrates qui végètent dans les services "non essentiels" de l'État.

Ne brossons pas le portrait de la misère à la Zola que les médias essayent de nous vendre depuis quelques jours. Lorsque le shutdown s'achèvera, et il s'achèvera forcément, les fonctionnaires lésés récupèreront l'intégralité de leur salaire non versé pendant le shutdown, Donald Trump ayant signé un décret en ce sens comme tous les autres Présidents en pareilles circonstances. La plupart des "victimes du shutdown" sont en congés payés depuis un mois.

On aura donc du mal à pleurer à chaudes larmes. Malgré tout, l'inconfort est réel. Aux États-Unis, beaucoup de gens vivent à crédit et n'ont que peu ou pas d'argent de côté pour faire face aux échéances. De nombreux fonctionnaires se contentent de rester chez eux ou conduisent comme chauffeurs pour Uber mais d'autres avec plus de conscience professionnelle travaillent sans solde. Il existe des effets économiques concrets, comme toutes les commandes qui ne seront pas faites aux fournisseurs habituels de l'État.

"Aux États-Unis, le shutdown va devenir plus cher que le mur", s'inquiète Le Temps. Les pertes s'accumulent, la paralysie d'une partie de l'administration fédérale coûterait un milliard de dollars par semaine. Voilà qui affaiblit encore davantage l'approche économique prônée par les Démocrates, notamment auprès de leur base de fonctionnaires.

Une grande partie de l'opinion américaine a été dressée à haïr Trump à vue mais les récents événements montrent que face aux défauts qu'on lui impute, l'opposition démocrate n'a pas grand-chose à lui envier. D'ici peu, la pression des fonctionnaires en carence sur les élus démocrates sera tellement énorme qu'ils devront céder. Si par miracle ils ne cèdent pas Trump pourra toujours se servir de l'état d'urgence, et en fin de compte tous ces sacrifices n'auront servi qu'à une victoire symbolique chèrement payée. Pour les Démocrates, tous les chemins mènent au désastre, mais ils ne semblent pas encore s'en rendre compte.

Pendant le nouvel-an, comme chaque jour du shutdown, Donald Trump est resté à la Maison Blanche à travailler plus de quinze heures par jour. Les Démocrates, eux, étaient réunis en convention à Porto-Rico pour faire une "shutdown beach party". Que peut-on ajouter de plus?

16 décembre 2018

Comment lutter (réellement) contre le terrorisme islamiste

La France est encore frappée par le terrorisme. Cette fois-ci, c'est au tour de Strasbourg. Il suffit de lire la liste de 2017 ou celle qui sera faite en 2018 - l'année n'est pas terminée - pour avoir une idée de ce qui attend l'Hexagone les décennies à venir.

Mais est-ce une fatalité?

Naturellement, les gens s'interrogent. Comme le fait remarquer un Internaute taquin:

"Tous ces attentats, ces attaques au couteau, à l'arme à feu, ces camions qui foncent dans la foule, ces gens qui crient en commettant leurs méfaits... Si au moins on était capable de trouver un point commun, quelque chose qui permette de les relier... Mais non, rien de rien. Quel dommage!"


Face à l'incompétence des autorités et la veulerie des politiciens, l'ironie est une arme efficace. Ces messieurs ne sont bien entendu jamais à court d'excuses: il ne faut pas "stigmatiser", il faut "respecter les droits de l'homme", la "présomption d'innocence", "renoncer à l'amalgame", et tutti quanti... Et pendant ce temps, de l'autre côté du mur du politiquement correct, les victimes s'empilent. Les pays européens subissent des dizaines d'attaques que les médias s'évertuent de plus en plus à maquiller comme les actes de déséquilibrés, voire de simples accidents de la route.

strasbourg_attentat_2018.jpgMais pour répondre à la question un peu plus haut, non, le terrorisme islamiste n'est pas une fatalité. Nous en avons l'exemple avec l'Italie - un pays européen, en première ligne de la crise migratoire, et qui n'a pour l'instant pas eu à souffrir du moindre attentat terroriste perpétré par des fous d'Allah.

Que font différemment les Italiens? La recette n'a rien d'un mystère. Elle est livrée dans une passionnante interview donnée par Lorenzo Vidino, expert du djihadisme à l'Université George-Washington et ancien coordinateur de la Commission italienne d'étude sur la radicalisation, dans les colonnes du Temps.

Plus intéressant que l'absence d'attentat sur sol italien, Lorenzo Vidino tire de précieux enseignements du nombre de départ de combattants sur les différents fronts du djihad - des données empiriques, scientifiques. Ainsi, on compte, par ordre décroissant:

  • 350 départs de combattants d'Autriche, soit un peu moins de 40 par million d'habitant ;
  • 300 pour la Suède, soit environ 30 par million d'habitant ;
  • 190 pour la Suisse, soit 22,5 par million d'habitant ;
  • plus de 1500 pour la France, soit 22,3 par million d'habitant ;
  • 1000 pour l’Allemagne, soit 12 par million d'habitant ;
  • et seulement... 129 pour l'Italie, soit à peine plus de 2 par million d'habitant.

Certes, ces chiffres peuvent être discutés - tous les candidats au djihad en Irak ou en Syrie ne déclarent pas ouvertement leurs intentions - mais il n'y a pas de raison que ces comportements diffèrent sensiblement d'un pays à l'autre. L'écart entre l'Italie et les autres saute aux yeux: ils sont tous entre six et vingt fois plus radicalisés que la première.

Lorenzo Vidino précise encore les chiffres italiens:

C’est un chiffre incroyablement bas pour un pays de 60 millions d’habitants qui compte au moins 2 millions de musulmans. Et sur ces 129, il y a des Marocains qui ont passé des années en France avant de partir en Syrie, ou encore deux Italiens nés en Suisse – à Saint-Gall et à Zurich – et partis pour la Syrie en 2014 et 2015. On a seulement 18 citoyens italiens sur l’ensemble des départs.


Pour l'expert du djihadisme, ces chiffres sont un meilleur indicateur de l'exception italienne que l'absence d’attentats. Après tout, un individu assez motivé pour aller faire le djihad à l'étranger est probablement prêt à se livrer à des attentats sur place.

L'Italie n'a pas toujours été aussi bonne élève. Le pays abritait des mosquées professant le djihadisme, notamment à destination de la Bosnie, dans les années 1990. Mais les autorités surent réagir.

[La méthode italienne de lutte contre le terrorisme islamiste] cible avant tout ceux qu’on appelle les «mauvais maîtres», les cattivi maestri, ces mentors qui attirent les jeunes sur la voie de la radicalisation. S’ils ne sont pas Italiens, et la grande majorité ne le sont pas, ils sont expulsés systématiquement. C’est la tolérance zéro: si vous êtes radicalisé ou si vous radicalisez d’autres gens, et que vous n’êtes pas Italien, vous êtes expulsé, c’est aussi simple que cela.

Depuis le 1er janvier 2018, 109 personnes ont été expulsées d’Italie pour menace à la sécurité nationale. Depuis 2015, cela fait plus de 350 personnes expulsées, soit environ deux par semaine. C’est un outil majeur à disposition du gouvernement italien, issu d’une loi passée après les attentats de Londres en 2005. La déportation est décidée par décret ministériel, sans recours suspensif possible. Elle ne s’applique qu'aux étrangers, mais comme il est très difficile de devenir italien si vos parents ne le sont pas, cet outil s’applique bien à la majorité des cattivi maestri.

En général, le décret est signé par le ministre l’après-midi, la personne est arrêtée vers 1 ou 2h du matin et expulsée vers 5h ou 6h du matin. Parfois à la sortie de la prison où elle séjournait. La plupart des gens sont renvoyés vers le Maroc, la Tunisie, la Bosnie, le Kosovo, l’Albanie ou la Macédoine. Des pays avec lesquels l’Italie a de très bonnes relations et des accords d’expulsion qui marchent bien.


vidino.jpgLoin de l'angélisme prévalant dans d'autres pays occidentaux, la police italienne sait aussi faire preuve de curiosité - un héritage de la lutte antimafia et du terrorisme des années de plomb. "On sait que si on arrête quelqu’un, le lendemain il faut ouvrir une enquête sur son cercle d’amis ou sa famille", explique Lorenzo Vidino. Les malfrats, qu'ils soient mafieux ou islamistes, agissent en réseau.

Les Italiens auraient-ils découvert la Panacée? Oui et non. Oui, parce que les résultats sont là, indubitablement. La réussite italienne force le respect. Non, parce que la méthode perdra de son efficacité dans le temps, à cause d'une évolution démographique plus profonde qui a déjà court ailleurs sur le continent.

La démographie de l’Italie est différente de celle du nord de l’Europe. La plupart des jeunes qui sont partis pour le djihad depuis la Belgique, la France, la Suisse, etc., sont issus de la deuxième génération d’immigrants. Or cette deuxième génération n’existait pas en Italie jusqu’à très récemment. Les premiers immigrants musulmans sont arrivés en Italie comme célibataires dans les années 1990, et c’est seulement aujourd’hui qu’on voit apparaître une seconde génération née ici. L’Italie ressemble de ce point de vue à la Grèce, au Portugal ou à l’Espagne. On n’a pas eu les mêmes facteurs de radicalisation qu’ailleurs en Europe.


La distribution de passeports sans grand discernement joue aussi son rôle:

Le système des expulsions ne fonctionne pas pour les citoyens italiens, ni pour les mineurs. Un des attaquants tués lors de l’attentat du pont de Londres en 2017 était le fils d’une convertie italienne qui a voulu partir vers la Syrie et qu’on ne pouvait pas expulser. Il y a aussi eu le cas de Tommaso Hosni, qui a poignardé un policier et un militaire à la gare de Milan. Il est Italien. Un adolescent d’Udine qui tenait une chaîne sur Telegram pour l’Etat islamique n’a pas pu être expulsé non plus puisqu’il est mineur.

Il y a davantage de cas de ce genre, car de plus en plus de gens reçoivent la nationalité italienne. Donc l’arme des expulsions a tendance à s’émousser avec le temps.


Sans complaisance ni langue de bois, Lorenzo Vidino donne donc les recettes efficaces pour lutter contre le terrorisme islamiste dans un pays occidental développé et sujet à l'État de Droit:

  • refuser de laisser venir s'installer et expulser tous les individus radicalisés qui peuvent l'être ;
  • étendre les enquêtes pour démanteler les réseaux dans leur intégralité ;
  • établir des accords de réadmission avec les pays tiers ;
  • redoubler de vigilance avant d'accorder la nationalité à des gens qui deviennent de fait inexpulsables, notamment leur descendance.

C'est une vraie feuille de route. La Suisse dispose déjà de plusieurs armes législatives pour l'appliquer - comme le Renvoi des Criminels étrangers par exemple - mais la volonté politique manque. M. Vidino s'en rend parfaitement compte et livre sans concession l'image que la Suisse donne d'elle à l'étranger: "les Italiens ont tendance à penser que la Suisse est un peu molle dans le traitement de ce problème. La perception des Italiens est que les Suisses autorisent des gens problématiques à s’installer à leur frontière. Il y a eu des cas de gens expulsés d’Italie qui sont revenus s’établir en Suisse."

Faudra-t-il que le sang coule ici aussi pour les politiques se réveillent enfin?

23 août 2018

Les socialistes de Renens découvrent le communautarisme

Le verdict est tombé: acquittement. Fadhil*, Conseiller communal socialiste, n'est pas reconnu coupable par la justice vaudoise de s'être livré à de la "captation de vote" lors des dernières élections à Renens.

immigration,manoeuvres politiques,justice,élections

L'histoire remonte aux élections communales de 2016. Au-delà des résultats généraux, dont il fut rendu compte dans ce billet, le dépouillement donna lieu à une étrangeté: des dizaines de bulletins de vote socialistes biffés de la même façon avec quatre ou cinq "cibles désignées", éventuellement assortis du cumul de Fadhil. Le soupçon de manipulation est courageusement révélé au grand jour par une dénonciation anonyme... Comme l'explique alors 24Heures,

[Fadhil, candidat PS sortant], aurait manipulé des bulletins de vote pour favoriser sa réélection au détriment de rivaux de son propre parti, qui ont d’ailleurs perdu leur siège. Un recomptage est ordonné, de même qu’une enquête administrative du Canton. Conclusion: le résultat du scrutin est revu, deux élus sont réintégrés, mais l’élection de [Fadhil] est confirmée et l’enquête ne parvient pas à établir l’existence d’irrégularités.


Bien que les faits ne soient susceptibles que d'une amende, la fraude potentielle est ici suffisamment importante - on parle de 120 votes - pour attirer l'attention de tous les acteurs du Canton, médias, Conseil d'État, justice. Le procureur Christian Buffat s'empare de l'affaire et monte un dossier.

Avec l’aide d’autres personnes, que le Ministère public n’a pas pu identifier à ce jour, [l'élu socialiste] aurait cumulé son propre nom et biffé de manière systématique les noms de cinq autres candidats du PS renanais.

L’acte d’accusation précise que [Fadhil] aurait remis ces bulletins notamment à des électeurs de la communauté kurde, qu’il aurait personnellement approchés pour les amener à voter.


Le procès a lieu cette semaine, et voit passer le témoignage à charge de l'ancienne syndique communiste de Renens Mme Huguenin. La Municipale socialiste Patricia Zurcher Maquignaz fait quant à elle état de pratiques locales courantes dans la falsification d'élections:

Selon elle, [l'accusé aurait accédé] à la présidence de l’association des jardins familiaux de Renens à l’issue d’un vote où le nombre de bulletins était supérieur au nombre de membres inscrits. «Elle n’était pas présente, a répliqué [Fadhil]. Chaque fois que je réussis quelque chose, on m’accuse.»


Malgré les nombreux témoignages à charge, les preuves matérielles sont insuffisantes et le tribunal prononce l'acquittement. Il ne s'agit guère d'une surprise ; dès avril 2016, à la suite d’une enquête administrative, le Conseil d'État avait nié toute irrégularité, estimant que «le fait que quelques candidats aient été systématiquement biffés et d’autres régulièrement ajoutés ne permet pas de conclure à une fraude». La vraie fraude, c'est à partir de combien de bulletins Mesdames et Messieurs du Conseil d'État?

Maintenant que Fadhil est blanchi par la justice, il retrouve de plein droit sa place au sein du PS renanais. Entre une Municipale témoignant contre lui et des élus socialistes victimes de ces bulletins biffés mais élus tout de même, l'ambiance des prochaines séances de groupe du Parti Socialiste risque d'être encore plus lourde que pendant ces deux dernières années.

Mais toute cette histoire n'est pas là que pour rendre compte des turpitudes de la vie politique renanaise. Quelle que soit la véracité qu'on accorde à la version des uns et des autres, elles ont en commun que des dizaines d'électeurs de la communauté kurde de Renens ont accepté de suivre les instructions de l'un d'eux, et l'ont fait avec une remarquable discipline. Leur nombre a fini par peser sur le résultat de l'élection elle-même. Cette approche risque de renforcer les nombreuses tensions communautaires à Renens, celles entre les Turcs et les Kurdes n'étant pas des moindres.

La "personnalisation" du communautarisme n'était sans doute pas ce qu'avaient en tête les socialistes suisses lorsqu'ils choisirent de courtiser le vote des étrangers. Au lieu de réunir les électeurs sur des valeurs helvétiques communes comme le fait l'UDC, le parti socialiste se trouve dans une impasse. En jouant la carte des minorités, il se condamne: impossible d'être l'agrégat de toutes les minorités. Le résultat des rapports de force ethnique aura tôt fait de transformer les listes électorales socialistes en champ de bataille où chaque communauté luttera pour la suprématie en doublant les siens et en biffant le reste. Cette trajectoire ne peut que nuire aux candidats d'origine suisses, qui seront les premières victimes du feu croisé des uns et des autres.

Nul doute que les stratèges socialistes vont désormais surveiller de près les statistiques des bulletins modifiés lors des prochaines élections - et pas qu'à Renens.

*prénom d'emprunt, pour la forme.