09 juin 2021

5 x Non le 13 juin: réduction des gaz à effet de serre et du porte-monnaie

Finissons le tour d'horizon des votations du 13 juin par le plus insigne des objets proposés au vote, la fameuse Loi fédérale sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre (loi sur le CO2).

Ce n'est pas que le reste ne soit pas important - les initiatives mettant l'agriculture en coupe réglée auront des conséquences délétères sur la vie d'un secteur économique entier, et les autres textes ont des effets symboliques forts. Mais aucun d'eux n'aura plus d'impact sur la vie des Suisses et le niveau de prospérité du pays que la Loi sur le CO2.

Précisons en préambule que cette loi, acceptée ou non, n'aura pas le moindre effet sur le climat. Rien, zilch, nada. Comme je l'ai expliqué face au Conseil Communal de Renens, si on se place du point de vue des émissions mondiales annuelles de pollution, dès le premier janvier à midi, la Chine communiste a pollué plus que la Suisse pendant toute l'année. La Suisse compte pour moins d'un demi-pourcent des émissions de gaz à effet de serre mondiaux. Si la loi passe et produit des effets vertueux, la diminution à l'échelle mondiales ne sera même pas mesurable. Même si la Suisse disparaissait dans le néant (peut-être le rêve secret de certains...) l'atmosphère terrestre ne verrait pas la différence.

Du point de vue climatique, pour ceux qui y croient, la Loi sur le CO2 n'aura aucun effet. Nous sommes donc dans le registre symbolique. Il faut "faire quelque chose", "donner un signe". D'autant plus que l'on sait parfaitement que la véritable pollution mondiale a lieu ailleurs qu'en Suisse.

C'est assez logique: le Suisse est un grand défenseur de l'environnement, bien avant que l'écologie politique n'arrive avec ses gros sabots et ses discours aux relents de marxisme. Les Suisses aiment traditionnellement l'ordre, la propreté et un cadre de vie sain. La population suisse a fait de gros efforts en faveur du recyclage, de la qualité de l'eau, de l'air et des sols depuis des dizaines d'années. La tentation est grande pour les ayatollahs verts, pour lesquels rien n'est jamais assez, de vouloir aller toujours plus loin grâce aux méthodes de coercition que permet la loi. Il est assez effrayant qu'ils aient réussi à rassembler une majorité parlementaire en faveur de leur funeste projet, mais nous y reviendrons.

Si on se place d'un point de vue global, pourtant, la démarche est absurde. La pollution - en particulier la pollution atmosphérique - ne connaît pas les frontières. En comparaison internationale, la Suisse est un pays remarquablement propre ; dans la plupart des autres pays, tout reste à faire. Pourquoi vouloir traquer les derniers restes de saleté en Suisse lorsque les dépotoirs se multiplient ailleurs? Dans des pays où en plus la main-d’œuvre est abondante et les investissements bon marché?

Pour une fraction du coût que la Loi sur le CO2 imposera aux ménages helvétiques, il serait possible de faire bien mieux en s'attaquant à la pollution là où elle se trouve - hors de nos frontières. Et la vraie question serait alors la légitimité de cet interventionnisme.

Sans effet sur la pollution globale et essayant de juguler la pollution là où elle est la moins élevée et la plus chère à combattre, la Loi sur le CO2 manque clairement sa cible sur un plan écologique. Mais elle réussit parfaitement à démolir la classe moyenne.

L'hypocrisie au centre du dogme

"Je m'en fiche que l'essence coûte plus cher, je n'ai pas de voiture." Combien d'entre vous ont entendu ce genre de remarque mariole à l'occasion d'une discussion sur la Loi sur le CO2 ? Les Suisses ont la chance unique de pouvoir voter sur les taxes qui s'apprêtent à les frapper ; et ce scrutin devient aussi, en quelque sorte, une mesure réaliste sur les capacités de raisonnement qu'on prête aux citoyens. Si l'on en croit les sondages, le résultat n'est guère brillant.

L'individu qui n'a pas de voiture utilisera quand même de l'énergie pour se déplacer - un transport en commun, un train, une paire de chaussures. Que ce soit celles-ci ou le vélo électrique dont il se vantera auprès de ses amis pour étaler sa fibre "verte", tout aura été fabriqué en Chine et transporté jusqu'à nos latitudes par un cargo propulsé au fioul lourd, puis par camion. Même le boulgour bio-équitable-de-saison du commerce tendance de quartier y aura été livré par camion. Ainsi que les matériau et outils des artisans venus installer l'isolation de son logement. Ou ses achats sur Internet. Ou les produits fabriqués par la société par laquelle il est employé. Ou l'iMac sur lequel il consulte l'actualité et travaille à distance. Ou les smartphones avec lesquels certains coordonnent leurs actions "coup-de-poing" écologistes.

Le mode de vie du plus bobo des citadins, du plus engagé des écologistes, repose entièrement sur les énergies fossiles. Même s'ils n'ont pas de voiture. Même s'ils exècrent la voiture.

La grande force des écologistes politiques est d'avoir monopolisé le débat public pour faire croire que le CO2 est une sorte de poison, alors que, vital pour les plantes à l'origine de toute la chaîne alimentaire, il n'existe que sous la forme de traces dans l'atmosphère. Ils sont parvenus à imposer la conclusion que toute activité humaine, produisant nécessairement du CO2, est du même coup néfaste. Misanthropes, ils ont une approche entièrement négative de l'Humanité. Elle ne peut expier le crime de son existence qu'en s'abandonnant entièrement à la Cause de Gaïa - une cause qu'ils professent à l'envi mais qu'ils adoptent eux-mêmes bien peu dans leur vie privée. Le méprisant "faites ce que je dis et pas ce que je fais" est leur marque de fabrique et ruine toute leur crédibilité.

L'énergie, un point faible pris pour cible

Les écologistes savent bien qu'ils ne peuvent pas tout interdire, même si l'envie les démange. Leur approche, à coup de taxes, consiste à rendre chères les énergies compétitives, et à gaver de subventions celles qui ne le sont pas. Avec ces ajustements, ils parviennent à donner l'impression d'une équivalence, comme si toutes les options se valaient, faussant la perception du plus grand nombre. Mais pour finir, l'énergie bon marché n'existe plus pour personne. Le résultat est une baisse du niveau de vie de la population entière.

L'augmentation du prix à la pompe augmentera les prix de tout ce qui est transporté par camion - donc, de tout. Pourtant, ce n'est là que la partie émergée de l'iceberg. La hausse des prix diminuera aussi les capacités exportatrices de nos entreprises, puisque leurs coûts seront plus élevés.

Les locataires verront s'envoler leur facture de chauffage, puisqu'elle leur incombe. Et s'ils protestent pour avoir un remplacement de la chaudière, ils donneront une excuse idéale aux propriétaires qui ne souhaitent rien d'autre que de mettre dehors au prétexte de travaux ceux qui louent à un tarif inchangé depuis trente ans. De grandes déconvenues attendent ceux qui pensent qu'ils paieront moins de frais de chauffage. Ce sera peut-être vrai, mais seulement pour le nouveau logement au loyer doublé dans lequel ils auront été obligés de déménager.

Gagner et trahir, le choix du PLR

Comme le dit l'adage, "les solutions de la gauche sont si bonnes qu'elles doivent être imposées de force". Et en termes d'imposition et de taxes, les Suisses vont être servis. Cependant, et les partisans du texte insistent là-dessus, les taxes sont incitatives. L'argent collecté sera reversé. Et voilà comment la gauche a réussi, au-delà de ses supplétifs habituels du centre, à amener le PLR à tourner casaque pour obtenir une majorité au parlement helvétique.

Évidemment, c'est une arnaque. Les taxes que vous payez ne vous seront évidemment pas rendues telles quelles, sinon, il n'y aurait nul besoin de les prélever.

Une partie des taxes sur les billets d'avion et sur les huiles minérales sera "reversée à la population" en passant par les caisses des assurances-maladie, structures dont on connaît la transparence, et la propension à mal payer leur personnel, leurs comités de direction, et leurs lobbyistes. Le reste sera attribué à une nouvelle structure, un Fonds pour le climat, une entité bureaucratique dont on peut être sûr qu'elle rémunèrera royalement les copains politiques qui se distribueront les sièges à pourvoir.

Un fonds qui justifie son existence tant que le climat mondial est prétendument "déréglé", c'est la planque ultime, éternelle et plaquée or.

Non seulement l'administration prélèvera sa dîme au passage, mais la direction du Fonds pour le climat va aussi investir. L'argent public sera donc reversé à des régions de montagne, des entreprises développant des technologies "respectueuses du climat"... La redistribution de cette manne donnera lieu à des arbitrages que l'on imagine déjà juteux, en coulisses. C'est qu'il va falloir bien défendre les dossiers, voyez-vous.

Voilà comment tant des élites économiques du PLR, siégeant au Parlement se sont subitement laissées convaincre de ne pas barrer la route à la Loi sur le CO2. Tant de chefs d'entreprise qui se frottent les mains de tous ces mandats pour isoler des maisons et des immeubles! De vendre des chaudières à gaz et des pompes à chaleur avec une marge juteuse royalement payée par les contribuables! À ce tarif, ils poseraient même des éoliennes au sommet du Cervin!

Les médias ont été prompts à expliquer ce revirement de Petra Gössi soudainement convaincue de "l'urgence climatique", et éventuellement de ses prétendus dividendes électoraux. À mon avis, la vérité est ailleurs, et fort simple: le PLR s'est fait acheter. L'argent n'a pas d'odeur, et le PLR nous montre qu'il n'a pas non plus de principes. La perspective de goûter au capitalisme de connivence - dans lequel le PLR a déjà mordu à pleine dents avec la LAMal - a séduit à l'interne, mais principalement les dirigeant du parti, ceux qui en profiteront. D'où les tensions, pour le moins, avec la section jeune et sa base électorale.

C'est un peu le problème avec le capitalisme de connivence: quand on n'est pas une des souris dans le fromage, on y trouve moins son compte.

Un superbe test démocratique

Notez bien que toute la Loi sur le CO2 est d'une totale vacuité. Tout ce qu'elle présente pourrait tout à fait être entrepris sur une base privée et personnelle. Les compagnies aériennes proposent déjà des compensations volontaires du CO2 émis par le trajet lors de la prise du billet, par exemple. Et l'argent récolté par les taxes pourrait tout aussi bien être versé directement par ceux qui approuvent le texte, en direction d'un Fonds pour le Climat géré de façon privée (et qui rendrait davantage de comptes ainsi, d'ailleurs).

Je me réjouis du référendum sur la Loi sur le CO2. Il permet de vérifier dans les urnes le sentiment réel de la majorité des votants quant à l'idéologie verte lorsqu'elle se concrétise, inévitablement sous la forme de taxes et d'interdictions. À l'inverse de tant de votations cruciales mais d'une portée lointaine ou symbolique, la Loi sur le CO2 apporte du concret, très vite, et pour chacun d'entre nous.

Si elle est rejetée, elle signera l'arrêt de la "vague verte" tant vantée par les médias, qui rivaliseront alors de formules apocalyptiques (enfin, celles qu'ils leur restent après l'abandon du projet d'Accord-cadre avec l'UE, la plaie est trop fraîche) pour rendre compte de son échec. On glosera sur "l'égoïsme du Suisse face aux enjeux planétaires", la Suisse qui "fait cavalier seul à contre-courant sur le réchauffement", "l'impassibilité du Helvète devant notre maison qui brûle" et autres variations sur le thème, jusqu'à la nausée. Mais le référendum aura aussi démontré l'indépendance d'esprit des citoyens face à des élites enfermées dans leurs délires, et leurs complices des médias qui matraquent le mantra jour après jour. Les dindes auront refusé de voter pour Noël.

Si elle passe, les taxes seront mises en place au plus tôt, au nom de l'urgence climatique n'est-ce-pas, et elles frapperont. Fort. C'est le but. Faire mal, pour altérer les choix de la population par la contrainte. Le Fonds pour le climat se retrouvera à la tête d'une véritable fortune extorquée de force et donnera naissnce, d'ici quelques années, à divers scandales de népotisme, de trafic d'influence et de corruption, je suis prêt à prendre les paris. La population suisse s'appauvrira et se plaindra que tout devient cher, y compris et surtout ceux qui n'avaient, pourtant, même pas de voiture! Mais je me doute bien que les médias trouveront des boucs émissaires pour détourner l'attention...

Dans les deux cas, j'espère que le vote final, qu'il soit Oui ou Non, verra un résultat marqué. Il est important que les décisions soient prises avec force lorsqu'elles sont suivies de conséquences. Les mauvais choix doivent être douloureux, et ici, ils le seront.

25 septembre 2019

Gretapocalypse

Elle est partout.

Et même en disant "elle", on sait déjà de qui il s'agit: Greta Thunberg, la méga-star planétaire, la nouvelle Kardashian, l'héroïne de politique-réalité, la vedette qui fait vibrer les foules sans avoir vendu un seul disque. "On ne sait pas trop si on a affaire à Fifi Brindacier ou à Mercredi de la Famille Addams", résume un Internaute. On lui accorde volontiers le sens des réalités de la première et la bonne humeur de la seconde.

réchauffement climatique,manoeuvres politiques,médias
Peak Greta: Greta à l'ONU.

Selon l'hagiographie la page Wikipédia qui lui est dédiée, Greta Thunberg est une militante qui, à l'âge de 15 ans, proteste "devant le Parlement suédois contre l'inaction face au changement climatique malgré l'urgente nécessité d'agir (sic)".

Plus précisément, "le , jour de sa rentrée en neuvième année dans une école de Stockholm, Greta Thunberg fait le piquet de grève devant le Riksdag, et explique aux journalistes conviés (?) qu'elle n'ira pas à l'école jusqu'aux élections générales du . (...) Elle reste assise devant le Parlement suédois chaque jour durant les heures d'école."

Dans une société saine, l'adolescente mineure aurait été renvoyée à l'école (obligatoire en Suède de 7 à 16 ans), les parents réprimandés pour leur laxisme, et l'histoire aurait au mieux fait l'objet d'un entrefilet dans la rubrique insolite de la presse locale.

Mais ça, c'était avant.

Aujourd'hui, Greta est portée aux nues. Greta signe des articles dans les journaux. Greta va à Davos. Greta rencontre le Pape. Greta prend la parole devant le Parlement britannique, réclame devant le Parlement Européen, tance l'Assemblée nationale française, passe un savon aux chefs d'État devant l'ONU. On frise la Gretoverdose.

Il ne fait pas bon critiquer Greta. Celui qui s'y essaye ne peut être qu'un individu infect s'en prenant aux handicapés ; car Greta est autiste asperger, une forme d'autisme qui, entre autres, traduit un manque d'empathie et des obsessions passagères. Greta est parfaitement consciente de son état (autant que peut l'être une jeune fille de seize ans) mais décrit sa forme d'autisme comme un "super-pouvoir". Il est vrai que d'après sa mère Greta serait capable de voir le CO2. À l’œil nu.

Dans une curieuse asymétrie, si on ne peut pas critiquer Greta parce qu'elle est handicapée, on doit au contraire donner plus de poids à son message, et ce, exactement pour la même raison. Dans ce spectacle médiatique, le grand public assiste à une variante du mythe du Bon Sauvage de Rousseau. Ici, l'esprit différent du handicapé le rendrait plus proche de la nature, donc plus authentique, capable de saisir des subtilités échappant aux hommes communs avilis par la "normalité" de la civilisation.

La messagère autiste asperger a donc le double avantage d'être à l'abri de toute critique et d'avoir une parole supérieure à celle de n'importe qui ; nous contemplons le résultat.

La formule ne vaut que si elle va dans le sens de l'histoire, naturellement. Un trisomique annonçant que le Réchauffement climatique n'existe pas n'aurait aucun écho. Les médias y veillent.

Les médias veillent tant et plus sur Greta qu'elle est, littéralement, leur créature. Greta n'a pas la moindre formation scientifique. Elle n'a pas la moindre connaissance sur son sujet - et évite toute question à ce propos. Elle ne connaît le Réchauffement climatique qu'à travers les médias, qui rivalisent chaque jour d'hystérie sur le même thème sans jamais donner la parole à un avis contraire.

La propagande de masse lessive le cerveau de la jeunesse occidentale à une échelle qui n'est permise que par la prolifération d'écrans devant lesquels les adolescents s'abrutissent. Greta était particulièrement sujette à ce matraquage, elle qui finit par en pleurer devant sa télévision lorsqu'elle avait onze ans. Greta ressent, souffre, éprouve de la colère, mais serait bien incapable d'articuler le moindre raisonnement construit, la moindre démonstration. Elle pointe du doigt et condamne.

Pour tous ceux qui profitent d'elle, l'autisme dont souffre Greta a un avantage: il l'empêche de voir comment elle est instrumentalisée - par ses parents, par des militants extrémistes, par le capitalisme vert, par des antifas, par Georges Soros, et bien entendu par les médias. Greta est une icône publicitaire. Jamais ceux qui applaudissent Greta ne changeraient leur mode de vie, à commencer par les politiciens et leurs richissimes amis.

réchauffement climatique,manoeuvres politiques,médias

Greta est innocente mais ses complices ne le sont pas. Quitte à admettre la réalité douteuse du Réchauffement climatique, aucun de ces gens ne souhaite que la planète aille mieux ; ils sont seulement motivés par leurs propres intérêts. Ils soufflent à Greta un texte qui ne mentionne jamais la Chine, qui est de loin le premier producteur mondial de CO2, ni l'Arabie Saoudite, qui émet le plus de CO2 par habitant.

Le jour où Greta commencera à parler de ces pays, cela montrera qu'elle en connaît un peu plus sur son sujet. Elle aura commencé à se renseigner par elle-même, ce que tout individu sensé devrait faire avant de brandir une pancarte. Et cela vaut aussi pour tous les adolescents de nos contrées, qui s'enflamment pour une icône fabriquée de toute pièce.

20 septembre 2019

Climat: les taxes pleuvent

Pendant que les bobos et fils-à-papa écologistes bloquaient le Pont Bessières à Lausanne  - quelques jours après avoir sali la Limmat à Zurich en la teignant en vert  - le Parlement donnait suite à une motion d'un Vert libéral bernois pour taxer les voyages en avion.

Le National a accepté jeudi par 112 voix contre 62 une motion (...) [demandant] d'introduire une taxe qui soit calculée en fonction de l'impact effet de chaque vol sur le climat. Elle sera répercutée sur les voyageurs.

Après son renvoi en décembre dernier, la révision totale de la loi sur le CO2, qui sera débattue la semaine prochaine au Conseil des Etats, prévoit désormais une taxe sur les billets d'avion. Elle serait comprise entre 30 et 120 francs, sauf pour les passagers en transit ou transfert. Le tarif serait plus élevé sur les vols long courrier.


Chaque passager qui souhaitera prendre l'avion depuis la Suisse se verra donc grevé d'une nouvelle taxe entre 30 et 120 francs suisses sur les trajets les plus courts - soit, sur de nombreuses destinations, bien plus que le prix du billet lui-même.

Que les naïfs au dernier degré qui s'imaginent que le projet soit retoqué au Conseil des États reviennent sur terre ; la Commission dudit Conseil qui examina la révision de la loi sur le CO2 fut particulièrement enthousiaste à l'idée de créer des taxes sur les billets d'avion.

planeTrip.jpg
Une vue bientôt réservée à une élite fortunée. Les gueux n'ont qu'à rester chez eux!

Les commentaires furent rapidement filtrés dans les articles de presse. Si 20 Minutes montre encore quelques réactions négatives sur la manifestation à Lausanne (des commentaires soutenus par plus de 400 lecteurs ont tout bonnement disparu) plus personne ne peut commenter celui sur la taxe sur les billets d'avion, qui avait lui aussi entraîné une vague de plusieurs centaines de réactions négatives avant que la rédaction ne "fasse son travail", dirons-nous pudiquement.

Notons que les compagnies aériennes opérant en Suisse proposaient déjà de nombreux programmes de compensation des émissions de CO2. La classe politique à Berne, empreinte de dirigisme, tient absolument à ne laisser le choix à personne. Les Suisses vont donc s'appauvrir mais ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes, puisque c'est ce qu'ils préconisent dans les sondages. Ils risquent de moins se réjouir dès les prochaines vacances, mais tant pis pour eux.

L'actualité s'accélère alors que les élections fédérales se rapprochent ; la classe politique fait feu de tout bois pour montrer à quel point elle est "sensible" aux questions réchauffistes. Comme par hasard la seule solution sur laquelle les politiciens s'entendent est celle de nouvelles taxes, étant entendu qu'il suffit de délester tout un chacun de son écot pour que l'air rafraîchisse.

D'autres taxes suivront, sur les carburants, les billets de train, les déplacements en voiture à travers des péages urbains, la consommation d'énergie et bien plus encore. Dès octobre et peut-être même avant, les nouvelles taxes vont pleuvoir. Le matraquage médiatique paye ; en Suisse le consentement à l'impôt pour des raisons climatiques n'a jamais été aussi élevé.

Rappelez-vous: 112 voix contre 62 dans le vote de ce jour, soit 64% du Conseil National en faveur de nouvelles taxes. Si le Parlement est encore plus à gauche cet automne, comme les sondages le prévoient, la pluie de nouvelles taxes aura tôt fait de se transformer en orage.

À moins d'un réveil rapide des citoyens, le pouvoir d'achat des Suisses va virer à l'enfer vert.

28 août 2019

Trump et Obama ne croient pas au Réchauffement Climatique

À quelques jours d'intervalle, les deux présidents américains dirigeant les États-Unis d'Amérique depuis onze ans viennent de montrer de façon implacable leur rejet de la théorie du réchauffement climatique.

La première image nous vient du G7 qui s'est achevé il y a deux jours. Donald Trump a réussi son coup en faisant le buzz sans même apparaître sur la photo.

usa,réchauffement climatique,barack obama,donald trump
Trump brille par son absence.

Il s'agissait de la rencontre entre les chefs d'état pour discuter du Réchauffement Climatique - sous l'étiquette consensuelle "climat, biodiversité et océans" - et elle fut boudée par Trump. L'information fut très peu diffusée dans les médias, qui préférèrent tresser les lauriers du président Macron tout au long du sommet ; on argumenta rapidement que si Trump était absent ce n'était pas grave. Pourtant, c'est une gifle, une gifle volontaire. Trump n'était pas seulement absent ; il s'est présenté au début du meeting puis l'a quitté pour ne plus y revenir, empêchant les autres membres d'annuler une réunion qui les place clairement en situation de faiblesse.

Trump a donc commis un crime de lèse-majesté, le genre de chose qui laisse un impact psychologique profond chez des êtres aussi imbus de leur personne que les participants du G7. Au sein de la "famille" de dirigeants amenés à discuter de la répartition d'une manne financière, le principal contributeur désigné explique par son absence qu'il ne la distribuera jamais.

Il faudra encore faire du chemin pour qu'ils comprennent, mais cela ne changera rien. Et pendant qu'ils tenaient conférence, Trump tenait la sienne en affirmant que les États-Unis devenaient le meilleur producteur d'énergie du monde. La manœuvre était donc parfaitement assumée, et les anti-Trump deviennent aphones à force de pousser des cris d'hystérie.

Mais bizarrement, par une coïncidence de l'actualité, on apprend que Barack Obama ne croit plus au réchauffement climatique non plus.

L'ancien président, jamais entré en retraite politique et toujours officiellement apôtre du réchauffisme, ne s'est certes pas fendu d'une déclaration foulant aux pieds toutes ses prises de position précédentes. Il a fait mieux: il s'est engagé financièrement contre la théorie controversée du réchauffement climatique.

Cela mérite quelques explications. Le couple Obama, séduit par sa demeure de vacances proposée par Martha's Vineyard en Nouvelle Angleterre, décida à la fin du séjour d'acheter la maison. La nouvelle tombe le 22 août, soit presque au même moment que le sommet du G7 à Biarritz.

La maison n'est pas un achat anodin: les Obama auraient payé un peu moins de 15 millions de dollars pour s'offrir l'ancienne propriété de Wyc Grousbeck, le propriétaire des Boston Celtics. Ils en ont eu pour leur argent:

Les Obama seront les nouveaux propriétaires d'un vaste manoir de près de 650 mètres carrés et de près de 12 hectares de propriété privée en bord de mer sur laquelle il repose. Conçue par les architectes Bradenburger Taylor Lombardo de San Francisco, la maison comprend sept chambres à coucher et huit salles de bain, ainsi que la cuisine du chef, de multiples espaces de détente et de divertissement, ainsi qu’une grande salle à manger circulaire. La propriété comprend également un jardin, une cheminée extérieure, une piscine et un jacuzzi.


Rien ne vous choque dans le paragraphe précédent? Non, je ne parle pas de l'étalage de richesse d'un ex-couple présidentiel qui a passé l'essentiel de sa carrière à dénigrer et mépriser les gens riches et leur réussite, ni du fait que Barack Obama a gagné toute cette fortune alors qu'il était Président, ce qui n'a évidemment rien à voir avec une quelconque corruption. Non, la séquence choquante est ce petit morceau de phrase: "...propriété privée en bord de mer..."

En bord de mer? Vraiment au bord de la mer, en vérité:

usa,réchauffement climatique,barack obama,donald trump

Maintenant, qu'on m'explique: comment quelqu'un qui croit à la théorie du réchauffement climatique - qui implique que le niveau de l'eau va monter de plusieurs mètres - peut-il acheter une propriété en zone maritime inondable?

Je ne vois pas beaucoup d'explications:

  • Obama envisage de revendre la propriété très vite, mais c'est peu plausible car son ancien propriétaire essayait de s'en débarrasser depuis des années et en a même baissé le prix ;
  • Obama, indécrottable optimiste, pense que toutes les actions entreprises au G7 (voir plus haut) et ailleurs par les grands de ce monde feront en sorte que l'apocalypse climatique prévue soit déjouée ;
  • Obama est un hypocrite conscient que tout ceci est du flan, et passera ses vieux jours dans une splendide maison au bord de la mer en sachant pertinemment qu'à l'échelle humaine il ne se passera absolument rien.

Chacun se fera sa propre opinion.

29 juin 2019

Un rejet total de la théorie du Réchauffement climatique (troisième partie)

Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire, mais c'est le devoir de l'honnête homme de les énoncer. Le Conseil Communal de Renens eut donc à endurer un premier épisode resituant le ridicule de la "lutte" contre le réchauffement climatique en Suisse, et un deuxième épisode remettant en question la théorie elle-même. Mais il restait un point en suspens: cui bono, à qui profite le crime?

réchauffement climatique,mensonges

Le texte suivant, douloureux pour les collectivistes bien décidés à exploiter les théories réchauffistes, a été présenté jeudi 27 juin en entraînant les glapissements de circonstances. Les réactions outrées, comme d'habitude, s'attaquèrent au messager et à ceux qu'il cite plutôt qu'à ses arguments. Comme je le précisais moi-même à une interlocutrice peu inspirée qui m'accusa "de tout inventer", n'hésitez pas à suivre les liens de cette version écrite.

 


 

Mesdames et Messieurs,

Je n'avais pas prévu de revenir devant vous pour parler de Réchauffement Climatique mais avec le thème de ce soir sur des Assises du Climat, vous m'obligez.

Les Assises du Climat? Le nom ronflant d'un nouveau projet de communication pour notre Commune, visant cette-fois ci à rassembler, fédérer, capter et enfin exploiter la "panique climatique" si soigneusement implantée dans notre jeunesse.

Cela les amène à des situations ubuesques, comme ces jeunes militants en tête de cortège contre l'Urgence Climatique le vendredi et, le dimanche, dans l'avion avec toute leurs camarades et leurs professeurs pour un voyage d'étude bien mérité. Peut-être sont-ils incohérents ; ou peut-être ont-ils déjà compris l'hypocrisie au cœur de la prétendue lutte contre le prétendu Réchauffement Climatique prétendument d'Origine Humaine.

Les adolescents de notre pays sont devenus d'un conformisme absolu vis-à-vis de ce que les médias et l'instruction publique ont décidé pour eux. Ils en sont arrivés à descendre dans la rue scander pour de nouvelles restrictions à leur liberté et de nouvelles taxes sur leur avenir. Mais ils ne sont pas les seuls.

Nous touchons là au cœur de la démarche, la raison pour laquelle tout ce cirque existe. Elle tient en quelques mots:

Le Consentement à l'Impôt.

Le Réchauffement Climatique est une invention merveilleuse, fantastique même, pour faire accepter aux gens une servitude qu'ils n'auraient jamais accepté autrement. Un concept aussi indémontrable que la température moyenne mondiale, des échéances si lointaines qu'elles sont à l'horizon de l'existence de chacun, une responsabilité diluée à l'échelle de l'espèce humaine, c'est l'excuse absolue!

Au nom de cette chimère, on sacrifie tout, on accepte tout, et on se fouette le dos.

Le plus grand crime commis par ceux qui propagent ce mensonge, en particulier auprès de la jeunesse, est sans doute de l'avoir substitué à la protection de la nature. Or, la lutte contre le réchauffement climatique, loin d'aider à préserver l'environnement, le détruit. La lutte contre le réchauffement climatique n'a que faire de la préservation de la biodiversité ou de la purification des sols. Ces objectifs ne sont pas "vendeurs" pour nos apôtres de l'apocalypse climatique.

Alors, à la place, on défigure les paysages avec des éoliennes, véritables hachoirs aériens décimant oiseaux et chauves-souris, et les routes goudronnées pour accéder aux sommets où elles sont installées. On bâtit de polluantes centrales à gaz pour suppléer aux éoliennes par manque de vent. On couvre nos toits à grands frais de panneaux solaires produits en Chine dans des conditions environnementales catastrophiques. On subventionne la mobilité électrique en fermant les yeux sur le bilan énergétique du cycle de vie des batteries...

Je n'entre même pas en matière sur le financement d'études scientifiques bidon, des marchés publics biaisés et des bourses d'échange de droit d'émission de carbone gérées par des mafias - de véritables rivières d'argent détournées de la protection de la nature.

Mais je ne suis qu'un modeste Conseiller communal dans une petite ville vaudoise. Écoutons ce qu'en dit quelqu'un de plus connu, selon qui les entreprises "vertes" n’existent que sur le dos des contribuables:

Le mouvement vert a créé des histoires qui suscitent la peur chez le public. Vous avez les médias qui sont leur caisse de résonance - des fake news - répétant à maintes reprises au monde entier que ça va tuer leurs enfants. Et ensuite vous avez les politiciens écolos qui se payent des scientifiques avec l'argent du gouvernement pour nous faire peur avec des documents d'apparence scientifique. Et puis vous avez les entreprises vertes. Et les gens qui aspirent à des rentes de situation et des entrepreneurs corrompus qui profitent de subventions massives, d'énormes déductions fiscales et de mandats gouvernementaux exigeant une fortune pour l'emploi de leur technologie. Et, bien sûr, vous avez des scientifiques avec les bonnes dispositions, tout accros qu'ils sont aux subventions gouvernementales.

Quand ils parlent du consensus de 99% [de scientifiques] autour du changement climatique, un chiffre aussi ridicule que faux, la plupart des "scientifiques" - un mot à mettre entre guillemets - qui avancent cette théorie catastrophique sont payés par l’argent public. (...) Les entreprises privées espèrent tirer quelque chose d’utile de la recherche, qui pourrait leur permettre d’obtenir de meilleurs produits et d’en tirer profit. [Mais] la plupart de ces soi-disant scientifiques ne produisent simplement que de la peur, exploitée ensuite par des politiciens pour manipuler l'esprit des gens et obtenir leur vote...


Selon cette personne, l'abomination qui se produit aujourd'hui dans le domaine du climat est la plus grande menace pour les Lumières depuis celles proférées contre Galilée. "Rien d'autre ne s'en rapproche. C'est le pire crime contre la science dans l'histoire de la science." Car Galilée nous a fait comprendre qu'il fallait observer les événements réels, et prédire et répéter ces observations encore et encore, ce qui est le fondement même de la méthode scientifique.

Mais ici, nous "prenons le pas sur la science avec la superstition et une sorte de combinaison toxique de religion et d'idéologie politique. Il n'y a pas de vérité là-dedans. C'est un canular et une arnaque complète", conclut-il.

L'interview est disponible en anglais et en intégralité sur le site de Breibart News. Ses positions sont aussi citées dans la presse anglaise.

Mais je n'ai pas encore précisé qui est ce mystérieux orateur ; il s'agit de Patrick Moore, cofondateur et ancien président de Greenpeace.

Il y a là, je pense, matière à réfléchir.

réchauffement climatique,mensonges

24 avril 2019

La Suisse se réchauffe deux fois plus vite!

La Suisse se réchauffe à grande vitesse, avertit 24 Heures dans un article fleurant bon l'hystérie. Le réchauffement y serait encore plus rapide qu'ailleurs:

«En Suisse, le réchauffement est nettement plus élevé que la moyenne mondiale», a souligné [Sonia Seneviratne, chercheuse en science du climat à l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ)], qui a effectué une évaluation sur la base des données de MétéoSuisse entre 1864 et 2017. Comparant un réchauffement à 2 degrés par rapport à 1,5 degré, elle a calculé que l'évolution en Suisse serait deux fois plus rapide qu'en moyenne globale.


réchauffement climatique,mensonges,médiasAprès ce paragraphe encore plus alarmiste dans un article déjà truffé de glapissements, l'avertissement est immédiat:

Tout retard dans l'adoption de mesures augmente non seulement les risques qui en découlent mais limite aussi la marge de manoeuvre pour la politique et la société.


Donc voilà, je réécris pour les mous du bulbe: vous avez bien compris comment il faut voter en octobre! C'est important! L'avenir de la Suisse, de l'Europe et du monde est en jeu! Pas moins! Et je ne plaisante même pas:

Une fois qu'un certain niveau de température a été atteint, celui-ci persiste pendant des siècles, voire des millénaires. 


Il faut avoir une imperméabilité au doute qu'on ne trouve que chez les esprits les plus fanatiques pour énoncer de telles énormités sans tousser. Sur quelles preuves reposent des déclarations aussi extrémistes? Sur la base des modèles climatiques défaillants? Car ce n'est pas tout que d'échouer à prévoir chaque année la température moyenne jusqu'à 2050 ou 2100, il faut aussi prétendre prévoir la suite sur des siècles, voire des millénaires! Et si ce n'est pas cela que reposent ces déclarations outrancières, on aimerait bien savoir quoi alors, mais ne comptons pas sur le journaliste pour poser la question.

Ensuite, il nous reste les méthodes d'apprenti-sorcier:

Le seul remède restant (sic) réside alors dans les émissions dites négatives qui peuvent être réalisées à l'aide de systèmes techniques et biologiques qui éliminent le CO2 déjà émis dans l'air.


Entre spécialistes, on appelle ces systèmes la "végétation" et elle fait très bien son boulot depuis quelques milliards d'années. Mais les écologistes de combat qui sévissent désormais dans les universités et les rédactions travaillent sans doute à préparer le public aux prochaines étapes, les projets aussi délirants que gigantesques destinés à modifier artificiellement la composition de l'atmosphère terrestre...

Pendant que les Helvètes sont amenés à contempler leur nombril en se fouettant de leurs péchés climatiques, un petit zoom arrière sur la presse internationale (merci à rjb77ca) nous permet de comprendre un peu mieux ce qu'il se passe à l'échelle mondiale:

everyone_warms_faster.jpg
Ça chauffe de partout plus que la moyenne! (cliquez pour agrandir)

C'est assez incroyable quand on y pense: où sont ces endroits où le réchauffement climatique est plus faible que la moyenne? Ils n'existent pas. La température moyenne semble monter plus vite que la moyenne partout - en tout cas, surtout là où l'on vote.

Mère Nature fait décidément bien les choses.